Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Renard et Céline Van Hoorebeeck

Maria Colombo Timelli
p. 343-344
Notizia bibliografica:

Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Renard et Céline Van Hoorebeeck, Turnhout, Brepols, 2014 («Texte, Codex & Contexte» 17), pp. 198.

Testo integrale

1Issu en partie d’une journée d’étude qui s’est déroulée en mars 2010 à la KBR de Bruxelles, ce volume offre une réflexion interdisciplinaire sur le livre manuscrit, dont la matérialité même nous apporte des informations essentielles sur la circulation, la diffusion, la réception des textes au Moyen Âge.

2L’examen codicologique des bibles ‘portatives’ (en un seul volume, dont la somme H + L ne dépasse pas les 380 mm, et qui connaît son essor au xiiie siècle) permet à Chiara Ruzzier de reconnaître le rôle majeur joué par les ordres mendiants, Franciscains et Dominicains, dans leur production, mais surtout dans leur utilisation. Ces livres demeurent en effet un véritable outil de travail pour les prédicateurs itinérants jusqu’à l’apparition des premières bibles imprimées en format in-8° vers la fin du xve siècle (Qui lisait les bibles portatives fabriquées au xiiie siècle?, pp. 9-28).

3Composé vers 1260, le Bonum universale, réflexion sur le modus vivendi claustralium et recueil d’exempla, a circulé dans des milieux très variés surtout dans les anciens Pays-Bas et dans l’espace germanique. Afin d’en déterminer le lectorat et l’usage qui en a été fait du xiiie au xve siècle, Nicolas Louis relève quelques indices matériels qui caractérisent les manuscrits conservés (116, dont la liste est donnée pp. 52-56): insertion de tables et d’index, ajouts au texte, présence d’autres œuvres dans les mêmes mss, emprunts effectuées par d’autres auteurs, notes de lecture. On trouvera en annexe, p. 51, l’édition de la dédicace au roi Charles V, qui fit traduire le Bonum en 1372 (Essaimage et usages du ‘Bonum universale de apibus’ de Thomas de Cantimpré, pp. 29-56).

4Dans le monde monastique des xive-xve siècles, l’évolution des conditions de vie commune et l’influence de l’observance et de la devotio moderna sont à l’origine de nouveaux modes de lecture et copies des textes: comme le montre Xavier Hermand, la diffusion de la cellule d’une part, la banalisation du papier de l’autre, concourent à favoriser la production de manuscrits personnels, d’apparence modeste, qui répondent à des exigences individuelles (Lecture personnelle et copie individuelle dans le monde monastique à la fin du Moyen Âge, pp. 57-78).

5L’abbaye de Saint-Laurent à Liège, centre d’une importante réforme au xve siècle, fut à la même époque un centre de production de livres; par une étude approfondie de la trentaine de manuscrits conservés (liste aux pp. 112-121), Élisabeth Terlinden parvient à brosser un tableau de cette production: titres – fonds liturgique, œuvres théologiques, morales et normatives –, mais aussi typologie des codices, des copistes et de leur mode de travail (Réformes, ‘scriptoria’ et bibliothèques au bas Moyen Âge: le cas de Saint-Laurent de Liège, pp. 79-121).

6La présence de quelques titres communs dans des collections très diverses – De civitate Dei, Consolatio de Boèce, Roman de la Rose – fournit à Céline Van Hoorebeeck la base pour proposer un classement complémentaire des lecteurs de la fin du Moyen Âge, fondé sur l’usage qu’ils ont fait de leurs livres: elle distingue ainsi «lecteurs professionnels» et «amateurs», les différences portant sur les modes de lecture et sur le statut même du livre et ses caractéristiques matérielles (Du livre au lire. Lectures et lecteurs à l’épreuve des catégories sociales, pp. 123-131).

7La tradition manuscrite d’Aspremont (une vingtaine de manuscrits composés entre la fin du xiie et le milieu du xve siècle dans trois pays: Angleterre, France, Italie) ne fournit pas d’informations complètes quant à la production et à la fruition de ces codices; Maria Careri et Giovanni Palumbo décèlent néanmoins les grandes lignes de cette diffusion, qui se fit tant en milieu religieux, notamment en Angleterre, que laïque, auprès de l’aristocratie française et italienne (Pratiques de ‘lecture’ des chansons de geste: le cas de la ‘Chanson d’Aspremont’, pp. 147-167). Dans le cadre de la même recherche, Paolo Di Luca étudie le manuscrit Bodmer 11 d’Aspremont, en analysant les corrections apportées par le copiste même et par au moins deux autres mains plus tardives: ces interventions témoignent, sinon d’une pratique philologique au sens moderne du mot, tout au moins d’une remarquable attention pour le texte et sa transmission (Lettura e rilettura di un testimone della ‘Chanson d’Aspremont’: il caso del ms. Ch (Cologny, Fondation Bodmer, Cod. Bodmer 11), pp. 169-184).

8Tania Van Hemelryck prône une approche renouvelée des pratiques de lecture/écriture au xve siècle, qui dépasse la vision traditionnelle et progressiste allant linéairement de l’oralité à la littérarité, d’une lecture oralisée et publique à une lecture silencieuse et individuelle. Sa proposition, qui s’appuie notamment sur le vocabulaire mis en jeu par les auteurs qui évoquent leurs propres lectures, en vient aussi à confirmer l’émergence, vers la fin du Moyen Âge, d’une véritable figure auctoriale (Du ‘livre lu’ au ‘livre écrit’. La lecture et la construction de l’identité auctoriale à la fin du Moyen Âge, pp. 185-194).

9Les pages conclusives signées par Donatella Nebbiai dénombrent quelques perspectives des recherches en cours et que ce volume contribue à approfondir: rapport entre transmission des textes et évolution des supports, place de l’oralité dans la réception des œuvres, esquisse d’une sociologie des lecteurs, rapport entre lecture et écriture (Lecteurs, bibliothèques et société. Observations pour un premier bilan, pp. 195-198).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Renard et Céline Van Hoorebeeck »Studi Francesi, 176 (LIX | II) | 2015, 343-344.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Renard et Céline Van Hoorebeeck »Studi Francesi [Online], 176 (LIX | II) | 2015, online dal 01 août 2015, consultato il 08 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/741

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals