Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri159 (LIII | III)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Aa. Vv., «Société Chateaubriand»,...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Aa. Vv., «Société Chateaubriand», n° 50

Philippe Andrès
p. 643-644
Notizia bibliografica:

Aa. Vv., «Société Chateaubriand», n° 50, Bulletin de l’année 2007, publié avec le concours du Ministère de la Culture, Centre national du Livre, de l’Académie française, du Département des Hauts-de-Seine, La Vallée-aux-Loups, 2008, pp. 204.

Testo integrale

1Le bulletin s’ouvre sur le compte rendu de l’Assemblée générale annuelle et CLXVe réunion de travail, à Paris, Institut de France, Fondation Simone et Cino del Duca, le 17 mars 2007 (pp. 7-49). Après le rappel, en ouverture de séance, de l’excellente année 2006 centrée sur le bicentenaire du voyage de Chateaubriand en Orient, Ales Pohorsky présente une conférence sur Chateaubriand et le romantisme tchèque (pp. 11-18) où l’on apprend le succès d’Atala traduite en 1805 auprès des contemporains tchèques, par opposition à la faible réception du Génie du christianisme. Les deux voyages en Bohême datent de 1833 et semblent plutôt placés sous le signe de la discrétion. Bruno Dambermont, dans Chateaubriand et la Belgique (pp. 19-36), fait le point sur les risques encourus en Belgique en 1792, par le défenseur de la cause des Bourbons. En effet, Chateaubriand n’est pas à l’aise en Belgique et garde même les traces d’une blessure dont il faillit mourir, au Zéro, «territoire proche de Marche-en-Famenne» (p. 27). Pour sa part, Sébastien Baudoin analyse avec finesse Le retour au lieu paternel, un thème obsédant de l’écriture chateaubrianesque (pp. 37-49). Le «pèlerinage des champs paternels» (p. 37) est marqué du sceau d’un impossible retour sublimé sans doute par le flux et le reflux de l’écriture. Combourg se transforme ainsi en espace imaginaire matriciel reflété par les «miroirs dépolis de la littérature» (p. 42) pour culminer sur l’image de La Trappe, comme un Oméga de silence renvoyant au berceau situé au cœur même de la poétique de Chateaubriand. Suivent quelques pages sur le pèlerinage de l’Ascension au château de Champlâtreux et Senlis, le 17 mai 2007. La journée-colloque de la CLXVIe réunion de travail, à Châtenay-Malabry, chez Me Thévenin, le 30 juin 2007 (pp. 58-113) est ouverte par Jean-Paul Clément qui annonce l’axe d’étude centré sur l’influence que Chateaubriand a exercée sur les grands voyageurs, ses contemporains ou ceux de la fin du xixe siècle. Guy Berger se pose la question: Byron en Orient, émule de Chateaubriand? (pp. 61-78). Il en conclut que Byron n’a pas voyagé en Orient en ayant Chateaubriand pour guide, dont tout l’écartait tant sur le plan religieux que politique ou idéologique. Une chronologie claire et bien documentée sur la vie de Byron peut se lire en annexe (pp. 74-78). Jean-Claude Berchet, pour sa part, présente avec finesse la première partie d’un travail sur les Voyageurs en Orient sous la Restauration: Forbin et Marcellus (pp. 79-92) où l’on voit Chateaubriand introniser Forbin dans le rôle de son premier «imitateur» (p. 80). S’ensuit un portait de Forbin et du jeune diplomate, le vicomte de Marcellus, futur gendre de Forbin et collaborateur de Chateaubriand! C’est une «génération troubadour», catholique et patriote, «comme une initiation identitaire» de ces «modernes croisés» (p. 91). Sarga Moussa analyse finement  l’attitude «contestataire» (p. 101) de Lamartine par rapport à Chateaubriand dans Un voyage dans l’“Itinéraire”. Lamartine contradicteur de Chateaubriand (pp. 93-102). Lamartine, en effet, au retour de son séjour en Méditerranée durant l’été 1832, publia, en 1835, un Voyage en Orient dans lequel il semble prendre le contre-pied de son illustre prédécesseur, concernant notamment sa perception de la Grèce, de la Terre sainte ou de Constantinople. Par ailleurs, Jean-Paul Clément, dans De Chateaubriand à Barrès: d’un Orient à l’autre (pp. 103-113), tout en soulignant les différences d’esthétique entre les deux écrivains par rapport à l’hellénisme, remarque également leur attrait pour un Orient mortifère. Les pages de l’atelier Chateaubriand du 6 octobre 2007 (pp. 116-119) sont consacrées aux travaux de recherche en cours. Puis il est brièvement question de la rencontre d’automne à Port-Royal des Champs (12 octobre 2007) (pp. 122-124) suivie d’une courte communication par Emmanuelle Tabet sur Chateaubriand et Pascal (pp. 125-130) qui montre la continuité entre les Pensées et le Génie du christianisme. La section consacrée aux textes complémentaires (pp. 133-157) s’ouvre sur une mise au point synthétique de Jean-Claude Berchet consacrée aux manuscrits de Chateaubriand (pp. 133-141). Puis Jacques Gury s’intéresse à Milton en nous livrant ses réflexions À propos de sept feuillets d’une traduction du “Paradis perdu” (pp. 142-157). Dans les «Notes et Documents» (pp. 161-205) Olivia Sanchez procède à un recensement concernant la revue des autographes; on peut lire ensuite des notes de lecture réunies par Jean-Claude Berchet (pp. 171-175) ainsi qu’une bibliographie actualisée rédigée par Jean-Marie Roulin (pp. 181-185). Finalement le bulletin se clôt sur des informations concernant les activités des sociétaires et le carnet d’adresses. Nous avons pris plaisir à la lecture de ce bulletin remarquable par sa clarté et la densité des recherches des intervenants.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Philippe Andrès, «Aa. Vv., «Société Chateaubriand», n° 50»Studi Francesi, 159 (LIII | III) | 2009, 643-644.

Notizia bibliografica digitale

Philippe Andrès, «Aa. Vv., «Société Chateaubriand», n° 50»Studi Francesi [Online], 159 (LIII | III) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 26 octobre 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7610; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.7610

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search