Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole

Maria Colombo Timelli
p. 369-370
Notizia bibliografica:

Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole. Traduction, présentation et notes de Jean Dufournet avec le texte édité par Félix Lecoy, Paris, Champion, 2008 («Champion Classiques Moyen Âge», 24), pp. 481.

Testo integrale

1Transmis par un seul manuscrit de la fin du xiiie siècle, le Roman de la Rose de Jean Renart a été composé vers 1208-1210, après L’Escoufle (vers 1200) et le Lai de l’Ombre, dont la date de rédaction est discutée.

2Dans une Introduction dense et très claire, Jean Dufournet donne les informations fondamentales (auteur et date du roman, pp. 10-13, analyse, pp. 14-17), pour passer ensuite à une étude des personnages, conduite selon le schéma trifonctionnel de Dumézil (pp. 17-34), et des aspects les plus significatifs du roman: les «effets de réel» et la vraisemblance, que Jean Renart poursuit par une atténuation de la stéréotypie des thèmes traditionnels, par l’insertion de détails tirés de la réalité quotidienne et par la distanciation ironique (pp. 34-41), les nombreuses sources littéraires (des chansons de geste aux romans antiques, des lais au Roman de Renart, des fabliaux à la poésie lyrique) et la technique d’écriture, surtout l’entrelacement entre texte narratif et pièces lyriques (pp. 41-47), les motifs, parmi lesquels la joie s’affirme comme le thème portant (pp. 47-55), et la «postérité» du roman, tant dans le roman dit «réaliste» que dans des œuvres précises, Roman de la Violette, Chastelain de Coucy, Roman de la Rose de Guillaume de Lorris (pp. 55-60). La bibliographie (pp. 61-68) réunit tant les éditions / traduction / concordancier, que les études sur le Roman de la Rose et son auteur.

3Le texte est celui établi par Félix Lecoy (reproduction anastatique de l’édition de 1979, «CFMA», 91), alors que la traduction est de Jean Dufournet (publiée en 1988 dans les «Traductions des CFMA»); les notes en bas de pages, pour lesquelles J.D. reconnaît sa dette à l’égard de Rita Lejeune, sont riches et abondantes; la longueur de certaines d’entre elles a par ailleurs produit un décalage gênant pour la lecture: pour ne fournir qu’un seul exemple, la note au vv. 1425-1430 (publiés p. 156) se lit en bas de la p. 161.

4Sont encore tirés de l’édition Lecoy les notes critiques (pp. 417-420) et le glossaire (pp. 435-468), alors que l’index des noms propres est réélaboré sur la base de celui de Lecoy et de l’étude, toujours fondamentale, de Rita Lejeune (L’œuvre de Jean Renart, 1935). Dans les Annexes (une carte des lieux du roman, reproduite p. 470 d’après Lejeune), une table sur la «Structure temporelle du Roman de la Rose» (p. 471, d’après Lydie Louison, De Jean Renart à Jean Maillart, 2004), l’inventaire des pièces lyriques (pp. 472-479, d’après Lecoy toujours) se produisent des incidents fâcheux: au-delà de la qualité moyenne des reproductions, on notera la note 7 p. 471, qui a évidemment gardé la numérotation qu’elle avait dans l’ouvrage de Louison, ou la mise en page, pas trop élégante de la p. 472, où le texte de Lecoy commence à cinq lignes du bas.

5Ceci dit, et compte tenu du fait qu’il s’agit en partie d’un montage, on ne manquera pas de souligner qu’il peut être commode de disposer de Guillaume de Dole, roman si agréable à lire et encore assez peu connu, dans une édition qui profite des travaux – édition, traduction, études – des plus grands spécialistes français de Jean Renart.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 369-370.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 02 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7824

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals