Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Moralité à six personnages, BnF ms. fr. 25467, édition critique par Joël Blanchard

Paola Cifarelli
p. 375-376
Notizia bibliografica:

Moralité à six personnages, BnF ms. fr. 25467, édition critique par Joël Blanchard, Genève, Droz, 2008 («Textes Littéraires Français» 597), pp.183.

Testo integrale

1L’édition critique de cette Moralité par J. B. paraît vingt ans après celle de la Moralité à cinq personnages contenue dans le même codex, et éditée par les soins du même auteur. Elle se compose de 2315 vers, très variés quant au nombre de syllabes, à l’agencement rimique et à la disposition strophique, et stigmatise l’ambition effrénée d’Aulcun, personnage symbolisant les parvenus qui essaient de gravir trop rapidement l’échelle sociale ou de conquérir avec outrance le devant de la scène politique. Ces deux caractéristiques avaient amené J. B. à formuler l’hypothèse que la pièce ait été composée par un Rhétoriqueur faisant allusion à un contexte politique précis. Dans l’introduction, très dense et destinée à susciter la discussion parmi les spécialistes, la question de la datation est réexaminée en tenant compte des propositions formulées dans les études parues entre temps sur ce texte. En particulier, les allusions au toponyme ‘Torfol/Torfou’ qui, parmi d’autres données, ont fait pencher une partie de la critique pour une datation autour des années 1470-1475, sont mises en rapport avec d’autres textes dans lesquels ce nom de lieu apparaît, et notamment le Champion des Dames de Martin le Franc, le Songe du Vieux Pelerin de Philippe de Mézières et la geste de Gaherin le Lorrain; la forêt en question serait donc un lieu littéraire désignant un ‘asile de brigands’ et contribuant à situer la pièce dans le milieu des Coquillards. Quant aux autres arguments en faveur d’une antédatation de la pièce par rapport à l’année 1484 proposée autrefois par J. B., ils sont réfutés par des renvois précis au texte et aux événements historiques. Plus en particulier, la composition se situerait autour de l’arrestation du favori de Louis xi, Olivier Le Daim en 1484.

2Quant à la paternité de l’œuvre, la proximité de l’atmosphère de la pièce avec la Ballade en dialogue sur le mauvais comportement de la cour d’Henri Baude, ainsi qu’avec la thématique de la moralité écrite par celui-ci en 1486, orientent J. B. vers l’attribution de la pièce à la plume de cet auteur, proche du milieu parisien de la Basoche et versificateur habile.

3Enfin, la présence d’allégories ‘laïques’, telles Auctorité et Puissance, tout comme la thématique politique de la pièce, permettent de la considérer comme l’une des premières manifestations de la notion d’espace public, telle qu’elle est définie par le sociologue Habermas, dans le domaine du théâtre médiéval.

4Une analyse scrupuleuse de la versification, ainsi que des particularités graphiques et morpho-syntaxiques de cette Moralité précède la transcription, elle-même accompagnée d’une série touffue de notes explicatives et d’un glossaire.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Cifarelli, « Moralité à six personnages, BnF ms. fr. 25467, édition critique par Joël Blanchard »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 375-376.

Notizia bibliografica digitale

Paola Cifarelli, « Moralité à six personnages, BnF ms. fr. 25467, édition critique par Joël Blanchard »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 12 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7848

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals