Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Aa. Vv., Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle?, sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin

Philippe Andrès
p. 408-409
Notizia bibliografica:

Aa. Vv., Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle?, sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, pp. 320.

Testo integrale

1Cet ouvrage offre une réflexion fine et calibrée sur la notion d’événement littéraire. Dès l’introduction (pp. 7-28), Corinne Saminadayar-Perrin postule que ce dernier «est moins un fait qu’un opérateur d’intelligibilité» (p. 9) et qu’il faut alors comprendre l’histoire littéraire comme «l’appréhension globale des systèmes communicationnels, culturels, éditoriaux qui définissent l’activité de l’écrivain» (p. 10). Ainsi apparaît-il un certain nombre d’ambiguïtés à propos de la conception de l’événement comme rupture, comme révélateur de l’Histoire en train de s’écrire. En fait, il s’agit de se poser la question de la valeur de l’événement tout en analysant la «scène» et les «coulisses» qui le voient naître. Ce programme alléchant se décline en trois parties.

2La première délimite le champ conceptuel de «L’événement littéraire: une définition problématique» (pp. 29-122). Dès l’ouverture, Alain Vaillant analyse L’invention de l’événement littéraire (pp. 31-43). Ce dernier est un «outil théorique flou» (p. 32) qui relève essentiellement du politique. Dans Mme de Staël, l’événement paradoxal (pp. 45-61), Élodie Saliceto rappelle que l’événement littéraire peut se comprendre comme phénomène ponctuel et comme fait marquant. Il revient à José-Luiz Diaz, dans  Révolutions de la littérature (après 1830)  (pp. 62-74) de mettre en relation le concept d’événement et celui de révolution en s’interrogeant sur la discontinuité en histoire littéraire. Quant à Stéphanie Dord-Crouslé, elle s’intéresse au cas Flaubert dont l’œuvre se situe aux antipodes de l’événementiel, au cours de sa réflexion sur Événement littéraire et culte de l’art éternel chez Flaubert. Rigueur des principes et petits arrangements pratiques (pp. 75-91). Corinne Saminadayar-Perrin prouve avec brio dans sa contribution sur L’événement littéraire dans la fiction: une représentation critique (pp. 93-111) que désormais il est nécessaire de redéfinir «l’autorité propre à l’écrivain» (p. 111). Finalement, Jean-Yves Mollier, dans La naissance du concept de «stratégie littéraire» avant 1914: du bon usage des catégories sociologiques en histoire littéraire (pp. 113-122) rappelle les modes de fonctionnement du champ littéraire.

3La deuxième partie de l’ouvrage, «Faire événement: scénographies de la rupture» (pp. 123-218), se veut une réflexion sur la notion d’événement comme rupture. Myriam Roman, dans La “bataille“ d’Hernani racontée au xixe siècle: pour une version romantique de la “querelle“  (pp. 125-149) s’efforce de démontrer, dans une réflexion binaire opposant classicisme et romantisme, qu’avec la “bataille“, la littérature appartient à l’Histoire, comme si le modèle classique était situé en dehors de tout champ historique! Olivier Bara, pour sa part, s’intéresse au «triomphe de Lucrèce de Ponsard (1843) et [à] la mort annoncée du drame romantique: construction médiatique d’un événement théâtral» (pp. 151-167). Il analyse finement les «origines de la légende tissée autour de la réception de Lucrèce» (p. 157). Thomas Bouchet brosse rapidement une esquisse de l’expression «Napoléon-le-Petit» dans son article, Couper-coudre. La fabrication de Napoléon-le-Petit (1851-1877) (pp. 169-181) où est présenté l’aspect à la fois amusant et violent du sobriquet. Puis Jean-Marie Roulin se penche sur le problème De l’édition comme événement littéraire: le cas de “La Chanson de Roland” (pp. 183-198) et réussit à prouver que «l’événement littéraire se construit sur une temporalité multiple» (p. 185). Il nous a convaincu que l’événement littéraire se situe au carrefour de plusieurs temporalités liées essentiellement au «délai de latence» (p. 186). Il s’agit d’un cheminement complexe qui institue le discours constructeur de l’événement littéraire en attribuant à ce dernier le «statut d’une borne dans la chronologie» (p. 189). Finalement, Jean-Marie Seillan, dans Petite histoire d’une révolution épistémologique: la captation de l’héritage d’Alexandre Dumas par Jules Verne (pp. 199-218) dresse une typologie simple et rigoureuse entre roman historique et le roman géographique.

4La troisième partie de l’ouvrage se consacre aux «Tintamarres médiatiques» (pp. 219-315). Marie-Ève Thérenty analyse méthodiquement «les premiers protocoles modernes de publicité littéraire» (p. 221) dans son article Le puffisme littéraire. Sur les steeple-chases romanesques au xixe siècle (pp. 221-234). Elle souligne l’importance de l’annonce et du puff, dans la pratique médiatique. Vincent Laisney, pour sa part, dans Aux sources d’un événement littéraire méconnu: le “Cénacle” de Joseph Delorme (pp. 235-253) s’intéresse tout particulièrement au poème de Sainte-Beuve Le Cénacle et dégage sa spécificité à la fois littéraire et sociologique. Yoan Vérilhac, dans Le manifeste littéraire aux temps symbolistes et l’inscription du littéraire dans le médiatique (pp. 255-266), précise que le manifeste relève à la fois d’un discours dogmatique et d’un mouvement plus global voire hétérogène. René-Pierre Colin préfère Chatouiller le dragon ou du bon usage des procès littéraires: Louis Desprez et Paul Bonnetain en Cour d’assises (pp. 267-275). Deux procès qui ne se déroulent pas dans les mêmes conditions et qui n’ont pas les mêmes conséquences pour les condamnés, le premier mourant «des suites de son emprisonnement» (p. 275) et le second étant acquitté! Silvia Disegni s’intéresse de près à L’interdiction de la pièce “La Fille Élisa” (1891): événement littéraire, politique médiatique? (pp. 277-300). Elle analyse avec finesse et pertinence le rapport entre la censure de certaines pièces de théâtre dans les années 1880-1890 et le discours parlementaire, entre le politique et le littéraire. Enfin, Delphine Gleizes propose une réflexion synthétique sur L’adaptation cinématographique: un événement littéraire à retardement?» (pp. 301-315).

5Nous avons eu plaisir à lire cet ouvrage qui, tant par la qualité des articles mêlant réflexion critique et analyse concrète que par l’organisation et le classement de ces mêmes articles, permet au dix-neuviémiste de comprendre la complexité de l’histoire littéraire d’un siècle qui n’en finit pas de surprendre!

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Philippe Andrès, « Aa. Vv., Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle?, sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 408-409.

Notizia bibliografica digitale

Philippe Andrès, « Aa. Vv., Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle?, sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 04 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7960

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals