Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Georges Zaragoza, Dramaturgie hugolienne. Hernani, Ruy Blas

Lise Sabourin
p. 417-418
Notizia bibliografica:

Georges Zaragoza, Dramaturgie hugolienne. Hernani, Ruy Blas, Neully-lès-Dijon, Éditions du Murmure, 2008, pp. 139.

Testo integrale

1En quatre chapitres, «La didascalie hugolienne» (pp. 13-34), «L’espace hugolien» (pp. 35-60), «Le personnage hugolien» (pp. 61-100), «La conduite de l’action» (pp. 101-132), Georges Zaragoza délivre non seulement sa réflexion universitaire sur les deux drames Hernani et Ruy Blas, mais aussi le résultat de son expérience d’acteur de ce théâtre qui lui a fourni maintes occasions de discerner les grands problèmes dramaturgiques de son écriture et de sa représentation.

2En sous-titrant son premier chapitre «la promotion du metteur en scène», il nous invite à lire les didascalies de lecture (titres de pièces, d’actes) comme de spectacle (qui visent, elles, espace, jeu et déplacement, gestes et regards, costumes, aspect, mélodie, direction de propos, rythme et tissu didascalique), leur fréquence et leur emploi, leur situation au sein du texte (en prélude, intermédiaire ou interne aux répliques), comme une écoute de la voix du didascale en Hugo qui affirme, dès la conception dramaturgique, son souci de la représentation, si bien manifesté d’ailleurs par son implication dans les répétitions.

3L’espace théâtral hugolien, conçu pour une salle à l’italienne, a certes une portée pittoresque, mais surtout dramatique et symbolique, créant l’atmosphère des actes-tableaux. La nuit dans Hernani tour à tour signe une tonalité de comédie d’intrigue à l’espagnole (acte I), de cape et d’épée (II), de catabase à l’antique (IV) ou d’ambivalence festive entre noce et tombeau (V), même si le donjon féodal (III) assume aussi un rôle spatial de «personnage muet» par son incarnation des valeurs à l’ancienne remises en cause. De même, dans Ruy Blas, le huis-clos aristocratique renforce encore la souricière où se trouve pris l’homme du peuple aspirant à pallier l’absence du roi.

4Contre la doxa sur la légèreté psychologique des personnages hugoliens héritée de la critique zolienne, le troisième chapitre, sous-titré «une âme […] faite avec des ténèbres!», étudie la façon dont Hugo s’approprie les emplois traditionnels du théâtre (duègne, traître, roi de coeur ou de pique, capitan matamore, barbon) pour les muer en personnages individualisés dont l’être-là est enrichi par des attributs (symbolisme coloré des costumes, poignard de Doña Sol signe de sa liberté et de sa constance, gestuelle froide du serpent Salluste) comme par leurs associations (notamment dans le cas de la gémellité fratricide de Carlos et Hernani, de César et Ruy Blas).

5Enfin, pour la conduite de l’action, véritable «poétique de l’effet», Georges Zaragoza réfute les critiques portant sur l’avancée par tableaux ou la gratuité de certains actes (Hernani V, Ruy Blas IV) émises dès la réception initiale et souvent répétées. En fait, nouant deux fils d’intrigue dans une même action d’ensemble, ces drames lient amour et politique comme deux modalités du rapport au monde de l’être humain. Le placement des péripéties (très rapprochées et contrastées dans la scène 6 de l’acte III d’Hernani, liées au déguisement et à la découverte d’identité dans Ruy Blas I, 4-5 et III, 2), les coups de théâtre (marquant les étapes de l’ascension de Carlos aux actes I et IV, le renversement de Ruy Blas III, 5) constituent une véritable exhibition de la théâtralité. De même, Victor Hugo n’hésite pas à donner libre cours à sa voix de poète pour s’adresser au public à travers les morceaux de bravoure de Carlos (IV, 8) et Ruy Blas (III, 4). Très désireux de marquer sa conception scénique au sein du texte théâtral, il indique aussi le rythme de représentation qu’il souhaite, par la mention de silences créateurs d’intensité ou vecteurs d’émotion. Il sait encore donner une dimension grotesque et spectaculaire, voire musicale, aux accélérations, reprises et modulations qu’il prévoit, soignant notamment l’esthétique de ses fins d’actes.

6Ce livre bref, d’autant plus efficace, par sa double perspective qui lui donne toute son originalité, démontre donc la forte saturation du «texte troué», comme l’a dit Anne Unbersfeld, qu’a écrit Victor Hugo, en pleine conscience de sa valeur textuelle comme de sa dimension spectaculaire.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Georges Zaragoza, Dramaturgie hugolienne. Hernani, Ruy Blas »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 417-418.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Georges Zaragoza, Dramaturgie hugolienne. Hernani, Ruy Blas »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 06 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7987

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals