Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Édouard Charton, Correspondance générale (1824-1890)

Lise Sabourin
p. 423-424
Notizia bibliografica:

Édouard Charton, Correspondance générale (1824-1890), éditée et annotée par Marie-Laure Aurenche, t. I (1824-1859) et II (1860-1890), Paris, Honoré Champion, 2008, pp. 2309.

Testo integrale

1Après son ouvrage de synthèse Édouard Charton et l’invention du «Magasin pittoresque» (1833-1870) (Champion, 2002), Marie-Laure Aurenche nous dévoile les 1573 lettres (dont une centaine seulement déjà éditées) qu’elle a pu réunir dans des archives privées et publiques. Ce corpus de près de 300 correspondants relate les étapes de l’enrichissement du cercle de ses fréquentations et amitiés.

2Natif de Sens (où il créera le Musée municipal et érigera plusieurs monuments), Charton participe tôt à des sociétés philanthropiques, avec le souci de former la conscience morale et politique de ses concitoyens; le souvenir de sa condition d’étudiant pauvre à Paris le conduira d’ailleurs plus tard à publier un Guide pour le choix d’un état, dont la réédition fréquente prouvera l’utilité, comme à dédier à ses petits-enfants son autobiographie, Le Tableau de Cébès. Mémoires de mon arrivée à Paris (1882). Mais sa carrière d’avocat oblique, par la dissidence d’une partie du groupe saint-simonien avec Enfantin, vers la création d’un «petit journal à gravures» devenu si célèbre qu’il occupera toute la carrière de son rédacteur en chef, sans pour autant le priver de multiples autres activités.

3Sa correspondance rassemble d’abord bien sûr des missives familiales qui reflètent la vie quotidienne à Paris au xixe siècle: il écrit ainsi à son frère Ernest, peintre installé au Havre et finalement en Amérique latine, à sa femme épousée en 1836, à ses trois enfants et à ses petits-enfants qui réaliseront une de ses aspirations irréalisées, l’enseignement, à travers la carrière de son gendre Edmond Saglio (qui deviendra son successeur à la revue) et surtout de son petit-gendre, brillant universitaire, Georges Lafaye. Les déménagements parisiens, l’achat en 1862 d’une maison à Versailles (où, comme conseiller municipal, il fondera une bibliothèque et organisera des conférences publiques avec projections dès 1867), les séjours normands et les cures thermales à Lucques, Évian, Cannes et Amélie-les-Bains, les voyages en Belgique, Hollande, Allemagne, Suisse et Italie rythment cette vie privée qui communique bien souvent avec celle professionnelle.

4En effet, le «Magasin pittoresque» substitue aux traditionnels comptes rendus de voyages géographiques des relations inédites illustrées pour grand public qui correspondent au souci qu’a Charton de complémentarité de l’image et du texte, afin de faire de la presse populaire une «littérature utile». Ainsi toute la correspondance qu’il entretient, durant les cinquante-cinq ans de sa direction, avec les rédacteurs, les dessinateurs et les graveurs du «Magasin pittoresque» et de son «Almanach», de «L’Illustration», des «Voyageurs anciens et modernes» (1853-1856), de «L’Histoire de France par ses monuments» (1859), puis les illustrateurs de la librairie Hachette, les voyageurs du «Tour du monde» et les auteurs de «La Bibliothèque des merveilles» constitue-t-elle un document capital pour l’histoire de la presse au xixe siècle. Se pressent de multiples contacts, pour certains franchement amicaux et serrés: David d’Angers, Jean-Jacques Grandville (qui commente le texte souhaitable pour ses dessins), le géographe Guillaume Lejean, l’historien Henri Bordier, l’infortuné Élisée Reclus, Émile Delérot, Eugène Muntz, Jean-Louis Quatrefages de Bréau, Émile Templier, le gendre et successeur de Louis Hachette.

5Mais la force de ses convictions saint-simoniennes le mène aussi à des engagements républicains qui suscitent une autre catégorie de correspondants. Des amis de toujours, tel Jean Reynaud, ou rencontrés au fil des débats, comme George Sand et Jules Simon, Charton en vient, lors de son élection au Conseil d’État en 1849, puis, après une brève fonction de préfet de Seine-et-Oise en 1871, et comme député, puis sénateur de l’Yonne, enfin comme membre libre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1876, à fréquenter toutes les personnalités politiques et institutionnelles de la 3e République naissante, après avoir occupé dès le Second Empire, malgré son écart de tout emploi administratif et une traversée du désert politique, une place d’«homme public apprécié, recherché, honoré, reconnu, qui accède au premier plan de la vie parisienne» (p. 1065). Ainsi Émile Souvestre, Hippolyte Fortoul (jusqu’à son adhésion à Napoléon III qui les séparera), Sainte-Beuve, Edgard Quinet, Henri Martin, Jules Michelet, Jules Hetzel, Philoclès Régnier, Gustave d’Eichthal, Hippolyte Carnot, Ernest Bersot entretiennent-ils des liens réguliers avec lui, aux côtés de simples électeurs comme de sénateurs et députés ou d’autres membres de l’Institut.

6Spontanéité, immédiateté et sincérité de plume marquent cette correspondance qui nous fait participer aux confidences à ses amis, aux tracas nés des aléas de sa carrière politique ou de la «guerre civile» entre graveurs et rédacteurs qu’il doit gérer à la revue, tout en fournissant des descriptions pittoresques lors de ses voyages, mais aussi les marques de ses ressources morales et intellectuelles face à l’adversité.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Édouard Charton, Correspondance générale (1824-1890) »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 423-424.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Édouard Charton, Correspondance générale (1824-1890) »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7999

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals