Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Letterature francofone extraeuropee

David Alliot, Aimé Césaire, Le nègre universel

Elena Pessini
p. 453
Notizia bibliografica:

David Alliot, Aimé Césaire, Le nègre universel, Paris, Infolio, 2008 («Illico»), pp. 253.

Testo integrale

1L’ouvrage de David Alliot publié tout de suite après la mort du célèbre écrivain martiniquais survenue le 17 avril 2008, est bien une biographie d’Aimé Césaire, même si le titre du premier chapitre, “La Martinique de Christophe Colomb à la veille de la seconde guerre mondiale”, pourrait donner au lecteur l’impression qu’il a entre les mains un autre type de publication. Cette rapide synthèse de l’histoire de la Martinique, en ouverture de la biographie d’Aimé Césaire, permet à la fois de fixer toute une série de jalons historiques qui sont indispensables pour comprendre l’action et l’écriture de Césaire, mais est aussi le point d’orgue qui va guider l’enquête sur l’artiste, l’homme politique et l’homme tout court. David Alliot entend signifier, à travers cette entrée en matière, que le personnage est étroitement lié à sa terre natale qui s’est construite au prix d’une histoire tourmentée. C’est ensuite chronologiquement, depuis sa naissance jusqu’à sa mort, que nous suivons la parabole existentielle de Césaire. Selon un modèle classique de la biographie, Alliot égrène les années au cours desquelles le poète a pleinement vécu son siècle, et quelque peu empiété sur le siècle nouveau, mais toujours en position d’avant garde. Il devance déjà ses camarades de classe par son intelligence et surtout par sa soif de connaissances qui ne tarira jamais. Le chapitre “Jeunesse du poète” saisit les traits d’une personnalité qui se dessine très vite à la fois comme exceptionnelle et marginale. Ce Noir qui vit dans une société insulaire où ce sont les mulâtres et les blancs qui comptent, ce provincial qui doit jouer des coudes pour pouvoir fréquenter le lycée Schœlcher, est un candidat au départ pour la métropole qui ne s’embarrasse pas de nostalgies romantiques. À ce moment de son existence, cette Martinique pour laquelle il se battra toute sa vie, l’étouffe. Les chapitres qui suivent rendent compte des nombreuses activités d’Aimé Césaire; animateur à Paris du mouvement de la Négritude, grand poète, éternel maire de Fort-de-France, député de sa Martinique, défenseur de la cause des noirs, etc. Ces multiples facettes sont ici sondées avec le souci de la recherche de la vérité et le respect des sources. Le biographe ne fournit pas de grandes révélations qui pourraient changer le regard que l’on porte sur Césaire mais certains chapitres sont particulièrement réussis et bien documentés. “Cahier d’un retour au pays natal, variations sur un hymne” ne se soucie pas de fournir un nouveau commentaire à l’œuvre si souvent glosée mais bien de reconstruire l’histoire de son écriture. Si, comme nous le dit Alliot «l’on ignore presque tout de la genèse du Cahier, on peut en suivre assez précisément toutes ses variantes» (p. 64). Et le lecteur peut franchir, avec un guide averti, les étapes de publication qui vont de 1939, 1943, 1947, 1956 jusqu’à 1983 pour l’édition dite définitive. Cet itinéraire met en évidence les rajouts, les réécritures, les corrections, les biffures qui se sont succédé jusqu’à donner le texte que nous pouvons lire aujourd’hui. Les coulisses du rapport difficile entre Aimé Césaire et le parti communiste, qu’il quittera en 1956 avec un geste éclatant, sont également montrées au grand jour et prouvent, si besoin en était, que la liberté de pensée a constitué pour Césaire une valeur fondamentale. Cette biographie est également une chronique des relations entre Césaire et les différents pouvoirs en place en métropole. Sa longévité l’a conduit à connaître la politique de De Gaulle, Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, Mitterrand, Chirac, et jusqu’à Nicolas Sarkozy. L’ouvrage se conclut par des annexes, surtout des entretiens inédits ou retrouvés, qui aident à préciser l’ensemble des informations qui ont été fournies tout au long de la biographie. La bibliographie des œuvres de Césaire, placée en fin de volume, présente l’avantage d’offrir une chronologie des “États successifs connus (en 2008) du Cahier d’un retour au pays natal”. Nous rappelons que David Alliot a rédigé la présentation du tapuscrit du Cahier, édité par L’Assemblée nationale, en hommage à l’auteur qui venait de décéder.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Elena Pessini, « David Alliot, Aimé Césaire, Le nègre universel »Studi Francesi, 158 (LIII | II) | 2009, 453.

Notizia bibliografica digitale

Elena Pessini, « David Alliot, Aimé Césaire, Le nègre universel »Studi Francesi [Online], 158 (LIII | II) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8110

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals