Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Luca Barbieri, Le «epistole delle dame di Grecia» nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio

Maria Colombo Timelli
p. 145-146
Notizia bibliografica:

Luca Barbieri, Le «epistole delle dame di Grecia» nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio, Tübingen und Basel, A. Francke Verlag, 2005 («Romanica Helvetica», 123), pp. 349.

Testo integrale

1Nous regrettons de rendre compte avec un tel retard, conséquence du retard avec lequel ce volume nous est parvenu, d’un livre important, qui fait le point sur une question de premier plan dans la culture médiévale: la réception des Héroïdes en terre de France.

2Les chapitres introductifs occupent la moitié des pages. Dans le premier, «Da Troia a Roma, da Napoli a Parigi: un capitolo di storia culturale del medioevo» (pp. 3-78), Luca Barbieri aborde la diffusion de la matière de Troie en tenant compte de différents contextes: les Héroïdes sont en effet insérées dans la cinquième mise en prose du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (Prose 5 selon les dénominations de Jung), dont le ms. Londres, BL, Royal 20.D.I, constitue l’archétype, exceptionnellement conservé. Un autre manuscrit, de la version italienne cette fois, s’avère cependant essentiel pour reconstruire l’histoire de cette diffusion: il s’agit du ms. Laurenziano Gaddiano rel. 71, qui dérive d’un modèle français différent de Royal; les deux semblent d’ailleurs descendre d’une source commune. La question des sources des Héroïdes, tout aussi embrouillée à cause entre autres des liens avec l’Ovide moralisé, est exposée très clairement, malgré quelques redites: les nombreux exemples à l’appui et quelques tableaux permettent de mesurer sur pièces le rapport entre les textes, par exemple lorsqu’il s’agit d’évaluer les variantes – erreurs ou lacunes – entre la version de Royal et le modèle latin, variantes que le ms. Gaddiano permet souvent d’expliquer ou de corriger (pp. 45-47 et 49). Le chapitre 2 («La tradizione manoscritta: i rapporti tra i testimoni», pp. 83-129) aborde les questions plus proprement philologiques et linguistiques. Étant donné l’état de la tradition, avec conservation de l’archétype et de 18 autres manuscrits, L. Barbieri a opté pour une collation par sondages, sur 6 lettres, dont une – la lettre V – transmise par tous les témoins; le résultat confirme la valeur du ms. londonien, qui porte toutes les marques de son origine italienne (il a été copié vers 1330-1340 à la cour angevine de Naples): on y relève des italianismes certains, mais aussi des régionalismes français (picardismes et septentrionalismes), et sans doute des latinismes aussi. Le stemma (p. 84) introduit nécessairement un nombre important de sub-archétypes que justifient les paragraphes analytiques qui suivent (pp. 88-110). Signalons que la description des manuscrits trouve place non pas ici, mais aux pp. 37-40. Le troisième chapitre («Dal latino al francese: volgarizzare, tradurre o interpretare?», pp. 135-180) montre bien comment le compilateur a su adapter le contenu des Héroïdes en fonction de son propre projet: ses suppressions / synthèses, ajouts / intégrations (surtout des gloses déjà présentes dans la tradition latine), mais aussi quelques traits stylistiques et rhétoriques (l’emploi de certaines figures, du vocabulaire élégiaque et lyrique) tendent à souligner la dimension pathétique des textes; par ailleurs certains thèmes récurrents sont la preuve d’une influence de la littérature courtoise médiévale, en dehors donc de la source ovidienne.

3La seconde partie du volume est consacrée au texte selon le manuscrit Royal et à ses apparats complémentaires. L’édition est remarquable, accompagnée de notes en pied de page qui rendent compte de tous les aspects du texte (commentaire linguistique, rapport avec le ms. Gaddiano et avec la source latine, plus rarement avec le reste de la tradition). Suivent la table des noms propres (pp. 281-283), un glossaire sélectif mais très utile (pp. 284-291), deux appendices (dans le premier, L.B. a réuni les ajouts de Prose 5 dans le ms. Royal, par rapport à ses deux sources principales: Roman de Troie et Prose 1; dans le second on trouvera la version italienne des Eroidi selon le ms. Gaddiano) et une section bibliographique qui mérite d’être signalée (pp. 333-349).

4Espérons que le choix de Luca Barbieri de publier son livre en italien ne nuira pas à sa diffusion au-delà des Alpes: un risque qu’il a en partie déjà devancé par la publication de l’édition, avec introduction et notes en français, dans les «CFMA» (n. 152, 2007).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Luca Barbieri, Le «epistole delle dame di Grecia» nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio »Studi Francesi, 157 (LIII | I) | 2009, 145-146.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Luca Barbieri, Le «epistole delle dame di Grecia» nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio »Studi Francesi [Online], 157 (LIII | I) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8170

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals