Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

«The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand

Maria Colombo Timelli
p. 147-148
Notizia bibliografica:

«The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand, Turnhout, Brepols, 2007.

Testo integrale

1Ce volume réunit les communications présentées au «Eighth International Conference on the Theory and Practice of Translation in the Middle Ages» (Paris, 17-23 juillet 2004): on signale ici celles qui ont trait à la littérature médiévale.

2Un premier groupe concerne la traduction en ancien français d’ouvrages latins.

3Xavier-Laurent Salvador (La réécriture argumentative impliquée par la traduction du livre de la Genèse: L’exemple des énoncés ‘car Q’, pp. 63-75) examine la structure ‘car Q’ dans les deux Bibles en prose traduites en français entre 1250 et 1300: la Bible du xiiie et la Bible Historiale. Si le recours à la prose répond à la volonté de ‘dire le vrai’, cette volonté semblerait contredite par l’insertion d’énoncés explicatifs et argumentatifs introduit par car, tant dans le discours d’un personnage que dans la parole du narrateur biblique. Ouvrages manifestement composites (ils intègrent respectivement la Glossa Ordinaria et l’Historia de Comestor), ces deux Bibles sont caractérisées, comme le montre l’analyse de X.-L.S., par une polyphonie énonciative remarquable.

4Etienne Rouzies, Les “Faits des Romains”: Première traduction de Salluste en langue vernaculaire, pp. 223-239. Les Faits des Romains, compilation écrite en 1213-1214, contiennent la première traduction française de la Conjuration de Catiline de Salluste. Relativement fidèle à l’original latin, le traducteur n’hésite pas à l’amplifier ou à le condenser dans le but d’en améliorer la lisibilité, ni à moderniser les réalités sociales, politiques, religieuses, voire matérielles de sa source. Selon E.R., cette adaptation au monde et à l’esprit médiéval est à l’origine du succès des Faits des Romains jusqu’au début du xvie siècle.

5S’appuyant sur un corpus de traductions du xive siècle de textes scientifiques latins, Caroline Boucher (Brièveté et prolixité des traducteurs en langue vernaculaire à la fin du Moyen Âge, pp. 271-283) souligne le contraste entre la prétention affichée à la ‘brieveté’ et les amplifications (prologues, gloses, additions multiples) introduites par les traducteurs. Cette contradiction apparente s’explique certes par la nécessité de transmettre un savoir de façon claire et explicite, mais aussi par le fait que ces traductions visaient un public savant et cultivé, capable d’apprécier la ‘prolixité’.

6Deux autres contributions se situent au sein d’un même projet de recherche en cours auprès du FNRS belge. Dans la première, Pieter De Leemans et Michèle Goyens montrent, par l’examen d’un choix convaincant d’exemples, comment Evrart de Conty s’appuie, dans sa traduction des Problèmes d’Aristote, tant sur la traduction latine de Barthélemy de Messine que sur le commentaire latin de Pierre d’Abano, sans renoncer parfois à intervenir personnellement dans le texte. On a là une autre preuve du fait que le traducteur médiéval se fait tour à tour compilateur et auteur afin d’adapter l’héritage classique à ses propres lecteurs (‘Et samble qu’il woeille dire…’: Evrart de Conty traducteur de Pierre d’Abano, pp. 285-302). Dans un autre essai, Annelies Bloem et Maria Fredricksson analysent les verbes de mouvement dans la section 5 des Problèmes, consacrée à la fatigue; limité aux verbes les plus fréquents (ambulare, currere, movere, itinerare, elevare, erigere pour le latin, aller, courre, mouvoir, ceminer, lever, monter, drescier pour le français), cet examen confirme l’attention d’Evrart tant à son texte qu’à son public, pour lequel il explicite et éclaircit les sources latines (Le transfert des concepts de mouvement: Analyse des stratégies maniées par Evrart de Conty traducteur des “Problemata” pseudo-aristotéliciens, pp. 303-317).

7D’autres participants se sont penchés sur la réception d’œuvres médiévales françaises à l’étranger.

8Par la comparaison entre le Tale of Melibee dans les Canterbury Tales et son modèle français, le Livre de Mellibee et Prudence de Renaud de Louen, Ivana Djordjevic (‘Le Grant Translateur’ between “Sir Thopas” and “The Tale of Melibee”, pp. 255-269) montre que Chaucer mérite bien le titre de ‘grant translateur’ que lui a décerné Eustache Deschamps: les changements introduits dans le texte anglais tendent à l’explicitation et surtout emphatisent certains aspects du récit qui tiennent à cœur à son auteur.

9L’article de Sarah Gordon (Translation and Cultural Transformation of a Hero: The Anglo-Norman and Middle English Romances of Guy de Warwick, pp. 319-331) est centré sur les adaptations d’ordre culturel qui se révèlent à une lecture tant soit peu attentive de Guy of Warwick (ca 1330-40), réécriture anglaise de la version anglo-normande (ca 1232-42).

10Christine McWebb, Originality in Translation: The Case of Elisabeth of Nassau-Saarbrücken, pp. 241-253. Cette dame de la haute noblesse, fille d’un allemand et d’une française, a adapté en prose allemande, entre 1430 et 1437, Lion de Bourges, La reine Sebile (ou Macaire), Hugues Capet. L’analyse comparée menée par C.MW. sur la traduction de cette dernière chanson de geste met en relief les modifications significatives sur le plan de l’interprétation du modèle, ce qui permet de revendiquer pour Elisabeth le titre d’‘auteur’ plutôt que de simple traducteur, ou pire encore de ‘traducteur infidèle’.

11Les lais de Marie de France ont suscité deux réflexions sur la base d’approches très diverses.

12Susan Crane (How to Translate a Werewolf, pp. 365-374) voit dans le protagoniste de Bisclavret une figure du projet de traduction présenté par Marie de France dans son prologue: d’abord par le passage du protagoniste du silence à la parole, deuxièmement par sa demande d’un patronage royal, enfin par son appartenance à une culture – le passé breton – que Marie s’approprie par son écriture.

13Anne Savage (The Generous Surplus: Marie de France’s “Lai le Fresne” and a Miracle of the Virgin, pp. 375-387) relève des similitudes entre le lai de Fresne et un miracle de la Vierge dans une collection anglo-normande traduite du latin; elle compare d’abord le prologue et le texte latins avec leurs traductions respectives, puis avec les textes de Marie, pour retrouver des similarités entre le passage d’une culture savante à une culture laïque dans le cas du miracle, d’une transmission orale à une transmission écrite chez Marie.

14La traduction de quelques œuvres médiévales en français ou en anglais modernes est enfin au centre de trois essais. Catherine Batt, traductrice en anglais du traité de Henri de Lancastre, s’interroge sur la possibilité de traduire les jeux de mots et sur la nécessité de conserver, dans ce cas précis, les aspects dévotionnels et culturels du milieu d’élaboration du texte (‘De celle mordure vient la mort dure’: Perspectives on Puns and their Translation in Henry, Duke of Lancaster’s “Le Livre de Seyntz Medicines”, pp. 405-417). Fernando Navarro-Domínguez, Analyse traductologique du “Lai du chèvrefeuille” de Marie de France dans les traductions françaises et espagnoles du xxe siècle, pp. 389-404: du côté français, sont prises en compte les éditions Warnke 1924, Ewert 1944, Rychner 1977, et les traductions Frappier 1943, Tuffrau 1959, Mary 1967, Jonin 1972, Harf-Lancner 1990, Micha 1994, Demaules 1995, Walter 2000, Desgrugillers 2003. La contribution de F. Regina Psaki enfin (Verse Versus Poetry: Translating Medieval Narrative Verse, pp. 419-433) concerne quelques traductions en anglais moderne du lai des Deux amanz de Marie de France, de Guillaume de Dole de Jean Renart, du Roman de Silence.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « «The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand »Studi Francesi, 157 (LIII | I) | 2009, 147-148.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « «The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand »Studi Francesi [Online], 157 (LIII | I) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8175

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals