Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

«The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand

Maria Colombo Timelli
p. 152
Notizia bibliografica:

«The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand, Turnhout, Brepols, 2007.

Testo integrale

1Nous signalons ici les quelques contributions concernant le xve siècle, en renvoyant le lecteur à la section Moyen Âge pour d’autres notices.

2L’article de Brenda M. Hosington (Henry Watson, ‘Apprentyse of London’ and ‘Translatoure’ of Romance and Satire, pp. 1-25) est consacré à la réception outre-Manche de quelques ouvrages narratifs et polémiques, traduits du français par Henry Watson et publiés par l’éditeur Wynkyn de Worde, néerlandais d’origine mais installé à Londres à partir de 1492. Il s’agit de: Valentin et Orson (1503-1505), les Evangiles des Quenouilles, la Nef des folz (1509), d’une partie d’un sermon de Saint Bernardin de Sienne (1511), Olivier de Castille (1518). Une rapide lecture des prologues et l’analyse de quelques spécimens des textes permet de reconnaître les stratégues linguistiques, littéraires, culturelles, mises en œuvre par ce ‘translateur’ afin d’adapter les textes sources à un nouveau public.

3Sylvie Bazin-Tacchella (L’exposition du savoir chirurgical en français à la fin du Moyen Âge: les traductions françaises (xve siècle) de la ‘Chirurgia Magna’ de Guy de Chauliac, pp. 27-43). Ouvrage aux enjeux encyclopédiques, la Chirurgia magna de Guy de Choliac (vers 1365) a connu un succès extraordinaire dont témoignent la diffusion manuscrite (plus de trente mss. complets) et de nombreuses traductions. S.B.-T. analyse ici les caractéristiques de la traduction française du xve siècle, dont elle prépare l’édition critique: elle souligne en particulier la fidélité d’ensemble du traducteur et ses stratégies d’adaptation, la présence variable du latin dans les quatre manuscrits conservés et le traitement du lexique scientifique.

4Véronique Duché-Gavet (La diffusion de ‘L’Histoire de Griselda’ en France (xive-xvie siècles), pp. 193-205). Le succès de la dernière nouvelle du Decameron est depuis longtemps bien connu. V.D.-G. présente les deux premières traductions françaises (celle de Philippe de Mézières, 1384, et une version anonyme, avant 1422), pour s’arrêter plus longuement sur l’adaptation intégrée au Chevalier Errant (ms. de Paris) de Thomas de Saluces, le Roumant du Marquis de Saluces (pièce anonyme en vers composée vers 1450), le Mirouer des femmes vertueuses enfin (1547). Ces réécritures successives plient la nouvelle – et la version latine de Pétrarque – à des lectures diverses et l’adaptent à différents genres littéraires (exemplum, fabliau, leçon doctrinale).

5An Smets (Les traductions françaises et italiennes du ‘De falconibus’ d’Albert le Grand. Etude comparative de la structure et du lexique médical, pp. 207-221) propose une lecture comparée des quatre traductions françaises et trois italiennes du traité De falconibus (vers 1240). Sont étudiés en particulier les différences structurelles entre les versions et le traitement du lexique technique pour ce qui concerne spécialement les noms des maladies.

6David J. Wrisley (Translating Power and Knowledge at the Fifteenth-Century Court of Burgundy, pp. 349-363). S’interrogeant sur le concept même de “translation” à la cour de Bourgogne, D.W. discute les procédés de réécriture mis en œuvre par quelques auteurs travaillant pour Philippe le Bon ou ses proches. Dans un corpus formé de six textes – traduction de l’Historia Regum Britanniae, Manekine et Girart de Roussillon de Jean Wauquelin, Mappemonde spirituelle de Jean Germain, et versions françaises de la Descriptio terre sancte et du Directorium ad passagium faciendum de Jean Miélot (ms. BnF fr. 9087) – il relève, plutôt qu’un véritable “programme” de traduction / compilation, des techniques d’adaptation culturelle, une réflexion sur le pouvoir et une actualisation menée en fonction du climat et des soucis politiques des années 1450.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « «The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand »Studi Francesi, 157 (LIII | I) | 2009, 152.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « «The Medieval Translator – Traduire au Moyen Âge», 10, Edited by Jacqueline Jenkins and Oliver Bertrand »Studi Francesi [Online], 157 (LIII | I) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 09 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8189

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals