Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire

Paola Sosso
p. 177-178
Notizia bibliografica:

Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, édition critique par Robert Granderoute, tome III, 1756, Ferney-Voltaire, Centre International d’étude du xviiie siècle, 2007, pp. 399.

Testo integrale

1En 1756 Grimm est encore secrétaire du duc d’Orléans, il fréquente assidûment le salon du Baron d’Holbach et rencontre régulièrement Madame d’Epinay. C’est l’année où Rousseau se retire à l’Ermitage et où ses rapports avec Grimm, comme avec toute la coterie holbachique, commencent à se détériorer. L’Introduction nous présente, comme pour les deux volumes précédents, un panorama synthétique du contexte politique français et international (tensions entre le Parlement et le Grand Conseil, querelles entre juridictions ecclésiastiques et civiles, opposition entre France et Angleterre…) de même que de l’actualité littéraire. Intéressante, comme dans les volumes déjà analysés, l’étude comparative avec la presse contemporaine. Les Mémoires de Trévoux confirment encore une fois leur tendance à veiller aux intérêts de la religion: c’est ainsi que les Loisirs philosophiques de Blondel, jugés plats et inutiles par Grimm, contiennent, selon les Mémoires, de bons principes. Significatif apparaît aussi le différent point de vue sur les critiques aux deuxième Discours de Rousseau: si pour la Correspondance littéraire le livre de Castel (L’homme moral opposé à l’homme physique) est «ridicule dans le fond», selon L’Année littéraire il s’agit d’une «réfutation solide des erreurs théologiques, politiques et littéraires de Rousseau». Pour ce qui est du Journal encyclopédique, lancé cette même année, sont à remarquer quelques différences d’appréciations, parfois bien sensibles comme celle qui concerne La Noblesse commerçante de l’abbé Coyer: Grimm en rejette les propositions, tandis que Le Journal encyclopédique y adhère avec enthousiasme. A souligner toutefois que les articles du VIème volume de l’Encyclopédie signalés par Pierre Rousseau sont les mêmes que relève Grimm pour ses destinataires.

2Une lecture attentive du volume démontre que la correspondance de cette année prolonge et approfondit, du point de vue philosophique, celle de 1755. Les idées les plus chères au journaliste sont développées plus librement pour exposer la réflexion personnelle de l’auteur. Quelques exemples suffiront pour comprendre la démarche de l’écrivain: le Ier février on trouve par exemple de longues considérations sur la meilleure méthode de lecture («Il faut peu lire, et méditer longtemps sur ce qu’on a lu», p. 27); le 15 septembre Grimm présente les Actes de la diète de Suède et il s’attarde sur des analyses concernant les gouvernements anciens et modernes. Encore, dans la livraison du 15 juillet nous trouvons quelques pages consacrées à la loi naturelle; comme les notes le suggèrent, nombreux sont les échos venant de Montesquieu, Rousseau, Diderot et d’Holbach.

3Comme pour l’année 1755, on ne peut faire état que d’un seul manuscrit (G1) et d’un ou deux copistes. Les abonnés restent les mêmes, sauf pour le Prince Auguste-Guillaume de Prusse qui interrompt sa souscription avec le début de la guerre de Sept Ans. Parmi les collaborateurs de cette année, on ne peut oublier Diderot avec la célèbre Lettre à Landois (livraison du Ier juillet, pp. 157-161) de même qu’avec un texte concernant les beaux-arts. Autre collaboration à mettre en évidence est celle de Madame d’Epinay, qui intervient avec plusieurs lettres (rappelons que son rôle dans l’équipe rédactionnelle à partir de 1759 deviendra de plus en plus remarquable). Nombreuses sont aussi les productions retranscrites, avant tout celles de Voltaire (lettres ou poèmes) qui donnent de l’éclat à la Correspondance, mais on trouve aussi des textes de Saint-Lambert, Margency, Collé et Piron, pour n’en citer que quelques-uns. Le texte de base demeure le manuscrit envoyé à la duchesse de Saxe Gotha (G1). A la fin de l’ouvrage on retrouvera, comme annoncé dès le premier volume, l’Index des titres, l’Index des incipit des pièces en vers, un Index général et un Appendice contenant les Lettres à mon fils de Madame d’Epinay envoyées avec la Correspondance littéraire de 1756.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Sosso, « Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire »Studi Francesi, 157 (LIII | I) | 2009, 177-178.

Notizia bibliografica digitale

Paola Sosso, « Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire »Studi Francesi [Online], 157 (LIII | I) | 2009, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8269

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals