Skip to navigation – Site map

HomeIssues157 (LIII | I)Rassegna bibliograficaNovecentoJean Anouilh, La Sauvage

Rassegna bibliografica
Novecento

Jean Anouilh, La Sauvage

Gian Luigi Di Bernardini
p. 209
Bibliographical reference

Jean Anouilh, La Sauvage, édition établie, présentée et annotée par Bernard Beugnot, Paris, Gallimard, 2008 («Folio théâtre»), pp. 237.

Full text

1Bernard Beugnot, éditeur des deux volumes du Théâtre de Jean Anouilh dans la Pléiade, présente une nouvelle édition de la huitième pièce achevée de l’auteur, La Sauvage, dans la collection «Folio Théâtre» de Gallimard.

2Beugnot souligne, dans la Préface (pp. 7-23), la difficulté pour le critique à reconstituer les sources du travail d’Anouilh à cause d’un manque généralisé de documents.

3Le drame de La Sauvage naît du conflit entre Thérèse et les différentes sociétés d’où elle s’enfuit ou auxquelles elle cherche inutilement à s’adapter. Elle est sauvage au sens qu’elle est «hors des cadres et des usages sociaux [et] à la poursuite d’une authenticité entendue comme fidélité et abandon à ses exigences intérieures» (p. 13). Beugnot suggère que le statut de Thérèse oscille entre celui d’un vrai personnage, celui d’un caractère ou bien d’une simple figure récurrente dans l’œuvre d’Anouilh. Jeanne dans L’Alouette, Bitos dans Pauvre Bitos et, évidemment, Antigone partagent, en fait, un considérable nombre de traits avec Thérèse.

4S’il est vrai, d’un côté, que le monde dramatique d’Anouilh présente une cohérence de fond, de l’autre côté, cette même caractéristique est aussi l’indice d’une certaine pauvreté de son imaginaire. Le critique n’occulte donc pas les défauts de son auteur. Il souligne, en particulier, le manque d’intrigue de La Sauvage, sans oublier ses traits positifs, notamment sa polysémie. Anouilh même, d’ailleurs, se refusait à réduire la lecture de sa pièce à une allégorie de l’opposition des classes sociales.

5Le texte est enrichi par un Dossier (pp. 197-235), qui se compose de plusieurs parties. D’abord, une Chronologie (pp. 199-210) de la vie de l’auteur, puis une Notice (pp. 211-221) qui rappelle la composition (irrégulière et de la durée de quatre ans) de la pièce ainsi que le premier accueil généralement favorable des critiques, sa première mise en scène au Théâtre des Mathurins avec Georges Pitoëff. Ensuite, dans la Note au texte (p. 221), Peugnot justifie son choix de reproduire la version du texte parue dans Pièces noires (Paris, Balzac, 1942), celle-ci ayant été la dernière révisée par l’auteur. Suivent des Documents (pp. 222-223), des extraits d’interviews avec Anouilh, une Bibliographie (pp. 224-228), les Notes (pp. 229-233) au texte et un Résumé (pp. 234-235) de l’intrigue.

Top of page

References

Bibliographical reference

Gian Luigi Di Bernardini, « Jean Anouilh, La Sauvage »Studi Francesi, 157 (LIII | I) | 2009, 209.

Electronic reference

Gian Luigi Di Bernardini, « Jean Anouilh, La Sauvage »Studi Francesi [Online], 157 (LIII | I) | 2009, Online since 30 November 2015, connection on 19 September 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/8370

Top of page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search