Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Philippe Berthier, Avec Stendhal

Michel Arrous
p. 380-381
Notizia bibliografica:

Philippe Berthier, Avec Stendhal, Paris, Éditions de Fallois, 2013, pp. 173.

Testo integrale

1Une vie de stendhalien en 173 pages? Mieux: l’émouvante et allègre histoire d’une fidélité que d’aucuns, sarcastiques, jugeront entachée de narcissisme, et que d’autres, indulgents, apprécieront à l’aune de l’égotisme de leur saint patron. Dictionnaire amoureux, à double entrée puisqu’il s’agit de Stendhal et de son biographe en miroir ou, comme l’auteur le dit, d’une «promenade dans la vie avec Stendhal». Si les portraits de stendhaliens ne manquent pas, seul Philippe Berthier a risqué le périlleux exercice de l’autoportrait. Atteint de berthiérisme, variante du sten-dhalisme, malheureusement inguérissable, il a décidé «d’empoigner sans complexes la première personne» pour parler de lui en parlant de Stendhal, et inversement. Sont évoqués les goûts, les habitudes, les comportements et les opinions d’un Stendhal «plus proche que beaucoup de nos proches», si proche même que c’est à lui qu’on s’adresse et de lui qu’on attend conseil ou réconfort car, plus qu’un compagnon de route, Stendhal est une présence permanente et indispensable – si l’on excepte les moments dévolus à Chateaubriand. Les confidences s’égrènent, à propos de gourmandise (recommandons à Ph. Berthier, plus gourmet que Stendhal, la brouillade de truffes de Pascal Bouland à Domme, dans l’«heureux pays» que le Touriste ignora bien à tort), du génie amoureux de Stendhal, de son goût de la nature, de sa passion de la politique avec son lot de contradictions («révolutionnaire convaincu» et «nostalgique d’Ancien Régime») qui n’empêchent pas Ph. Berthier de partager son «pessimisme gai». Il est aussi question d’argent – Stendhal «s’en est servi mais ne l’a pas servi» –, et l’on sourit quand, à propos de la gêne qu’a parfois connue Stendhal, est mentionné l’embarras du professeur peu au fait des stratégies financières que lui explique sa banquière. Le guide emmène son lecteur à l’Opéra et au musée, lui rappelle l’art du vrai voyage, riche d’imprévu et de nonchalance, et, bien sûr, dresse le diptyque France-Italie. D’abord «En France», chapitre où, c’était attendu, il est plus souvent question de Paris que de la province honnie («peut-on être Stendhalien en dehors de Paris?»). Sur ce point, il y a désaccord – ce n’est pas le seul! – car Ph. Berthier se livre à un éloge de sa petite ville de province où Stendhal n’aurait sans doute pas supporté de vivre. Quant à l’Italie, il suffira de citer une savoureuse formule pleine de nostalgie: «Un Stendhalien réussi ne peut être qu’un Italien manqué». Au fond, l’âme du lien qui unit le Borgognone au Milanese, c’est le principe de plaisir. Tous deux, Errico sans le dire, Filippo l’écrivant noir sur blanc («Je n’aime pas mon époque…») pratiquent une commode et confortable sécession afin de préserver leur liberté intérieure. Belle leçon, avec Stendhal qui eut l’art de ne pas rater sa vie, mais aussi avec Ph. Berthier qui ne s’estime pas à bon droit mécontent de la sienne. Prendre congé de Stendhal, vraiment? La passion est trop forte pour que cesse cet entretien fraternel.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Michel Arrous, « Philippe Berthier, Avec Stendhal »Studi Francesi, 176 (LIX | II) | 2015, 380-381.

Notizia bibliografica digitale

Michel Arrous, « Philippe Berthier, Avec Stendhal »Studi Francesi [Online], 176 (LIX | II) | 2015, online dal 01 août 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/864

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals