Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

David F. Hult, “Le Conte de la Charrette: version dérimée du Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes

Maria Colombo Timelli
p. 157-158
Notizia bibliografica:

David F. Hult, “Le Conte de la Charrette”: version dérimée du “Chevalier de la Charrette” de Chrétien de Troyes, «Romance Philology», 57, 2004, pp. 127-322.

Testo integrale

1Malgré la somme d’études consacrées ces dernières décennies à la réception médiévale et tardo-médiévale des romans de Chrétien de Troyes (du Lancelot en prose au Cligés et à l’Erec bourguignons, jusqu’au Perceval de 1530 et à l’Yvain en vers de Pierre Sala), la réfection en prose de la Charrette éditée ici par D. Hult était jusqu’à aujourd’hui pratiquement inconnue. Signalé par Gweneth Hutchings en 1938, ce véritable «dérimage» n’a en effet jamais fait l’objet d’une étude spéciale, peut-être en raison même de sa proximité au modèle en vers.

2Transmis par trois manuscrits (deux mss. jumeaux, Aa et Ac, et Ab, incomplet de la première partie), ce texte se rattache indirectement à la branche ββ du Lancelot en prose. Bien que les trois témoins soient relativement tardifs (Ab est daté 1344, les deux autres doivent remonter à la fin du xive – début du xve siècle), D. Hult, contestant preuves à l’appui la datation proposée par G. Hutchings, avance une collocation bien plus précoce: les renvois internes à certains épisodes de la vulgate en prose – plus nombreux que ceux que la critique avait relevés avant lui – permettent en effet de situer la période de rédaction dans le premier quart du xiiie siècle (discussion détaillée aux pp. 132-151 et stemmas aux pp. 146 et 148). Les procédés de réécriture adoptés par le prosateur sont facilement reconnaissables grâce à sa fidélité au modèle en vers (cfr. pp. 151-162): par ailleurs, ses techniques – conservation partielle des mots-rimes, renversements syntaxiques provoquant la perte de l’effet rythmique – s’avèrent étonnamment proches de celles qui se relèvent non pas dans les proses dites bourguignonnes des romans de Chrétien, mais dans la prose de 1530, qui réunit, comme on le sait, le Conte du Graal et trois Continuations; la proximité des deux rédactions est telle que D. Hult peut raisonnablement avancer l’hypothèse d’un manuscrit modèle perdu lorsque le Conte de la Charrette transmet des leçons différentes des variantes conservées. Cette fidélité n’exclut par ailleurs pas que le prosateur ajoute des détails, notamment dans le but d’expliquer et de rationaliser le récit, ou qu’il glose des passages réputés obscurs (pp. 155-158).

3Les rapports entre les trois manuscrits sont bien analysés (pp. 162-163) et peuvent se résumer dans une proximité encore accentuée entre Ab et la source, contre Aa et Ac qui tendent à rajeunir le lexique et à réduire au minimum les traits dialectaux: si Ab n’a pas pu être adopté comme ms. de base, ce n’est qu’à cause de son état lacunaire. Remarquons que le choix de Ac – fondé sur la qualité du texte qu’il transmet – est signalé rapidement p. 132, au sein de la description des témoins; par ailleurs, pour la dernière partie du dérimage, D. Hult a décidé de revenir au ms. Ab, fidèle à Chrétien, puisque Aa et Ac rejoignent la version vulgate du Chevalier de la Charrette: le lecteur doit par conséquent avoir bien à l’esprit que le texte qui lui est offert est en réalité l’assemblage de deux rédactions différentes.

4Les principes de l’édition (pp. 170-172) doivent être complétés: sans le dire, D. Hult donne une numérotation des lignes selon le manuscrit de base, et signale les alinéas par des barres verticales. Le texte se lit agréablement et est édité avec soin. Plutôt qu’un apparat de notes, on a opté pour une solution qui allège sensiblement la mise en page, mais rend moins aisée la lecture philologique: on trouvera tant les «Leçons rejetées, émendations et remarques sur le manuscrit de base» que les «Variantes et remarques sur le texte» à la fin de l’édition (respectivement aux pp. 279-290 et 291-303). Les appendices constituent un complément appréciable: il s’agit d’abord de la conclusion du roman selon le ms. Ac (pp. 266-270), d’une «Comparaison des trois rédactions de la Charrette (ouverture du roman)» selon les versions a, β et ββ (pp. 270-273), puis d’une «Analyse de l’œuvre» qui permet de comparer la source (que ce soit la vulgate du Lancelot en prose ou le roman de Chrétien) et la prose. Ni la «Table des noms propres» (pp. 304-305), ni le «Glossaire» (pp. 305-320) ne contiennent les renvois au texte: leur utilité s’en trouve par conséquent considérablement réduite. «Indications bibliographiques» aux pp. 320-322.

5Avec cette édition, et à moins de découvertes pour l’instant imprévues, c’est la totalité des remaniements médiévaux de Chrétien qui est mise à la disposition de la critique. L’édition complète du Perceval en prose de 1530 (seule la partie correspondant au Conte du Graal ayant été publiée par Alfons Hilka en 1932) ne devrait pas trop tarder. On ne peut alors que se réjouir du fait que l’affirmation prophétique de Léon Gautier s’avère exacte, bien qu’avec quelques années de retard: «Quand on aura achevé de publier le texte antique de nos vieilles chansons dont un si grand nombre, hélas! sont encore inédites […], il conviendra de donner une édition critique de cette méchante prose qui est parfois si instructive. Ce sera l’œuvre du vingtième siècle» (Épopées françaises, II, 600).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « David F. Hult, “Le Conte de la Charrette: version dérimée du Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 157-158.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « David F. Hult, “Le Conte de la Charrette: version dérimée du Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 09 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9107

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals