Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Les traductions françaises des Otia imperialia de Gervais de Tilbury par Jean dAntioche et Jean de Vignay, édition de la troisième partie par Cinzia Pignatelli et Dominique Gerner

G. Matteo Roccati
p. 162
Notizia bibliografica:

Les traductions françaises des “Otia imperialia” de Gervais de Tilbury par Jean d’Antioche et Jean de Vignay, édition de la troisième partie par Cinzia Pignatelli et Dominique Gerner, Genève, Librairie Droz, 2006 («Publications romanes et françaises», CCXXXVII), pp. 598.

Testo integrale

1Après une première partie au contenu cosmologique (largement empruntée à Pierre Comestor) et une deuxième au contenu géographique (rédigée à partir de sources variées), la troisième partie des Otia imperialia rassemble des mirabilia, récits d’origine écrite ou orale, dont on trouve parfois ici la première trace, masse de matériaux qui fait de Gervais «une source précieuse pour notre connaissance du folklore médiéval» (p. 16). Cette partie a fait l’objet en 1992 d’une traduction en français moderne (voir SF XXXVIII (1994), n. 113, p. 302) et le présent volume offre maintenant les deux traductions qui ont été réalisées au xiiie puis au xive siècle; ces dernières, ainsi que la vaste tradition manuscrite (près d’une trentaine de témoins), témoignent du succès que connut cette œuvre.

2Dans l’étude ouvrant le volume (pp. 9-147), les éditeurs présentent d’abord Gervais de Tilbury et les Otia imperialia, ainsi que la tradition manuscrite du texte latin. Vient ensuite l’analyse des traductions par Jean d’Antioche (pp. 25-96) et par Jean de Vignay (pp. 97-147). Ces chapitres, précis et documentés, traitent des différentes questions soulevées par ces traductions: identité et œuvres des traducteurs, manuscrits des traductions (toutes deux sont conservées par un manuscrit unique: BNF, fr. 9113 et Rothschild 3085), relations avec les manuscrits latins. Selon des perspectives un peu différentes, l’examen des deux traductions traite des procédés suivis et de différents sujets liés au travail des traducteurs: lexique, syntaxe, additions, erreurs et omissions, onomastique, suffixes latins, langue des manuscrits (graphie, morphologie, syntaxe, vocabulaire), écart entre la langue du manuscrit et celle du traducteur.

3La traduction de Jean de Vignay est plus libre, parfois maladroite; son étude est menée, d’une manière tout aussi valable, selon une approche plus synthétique où macro- et micro-équivalence formelle et fonctionnelle entre texte-source et traduction sont examinées à travers quelques exemples représentatifs. Une section notamment est consacrée à la manière d’écrire de Jean de Vignay telle qu’elle se révèle dans trois chapitres qu’il a ajoutés et où il était donc affranchi des contraintes de la traduction.

4L’édition occupe la deuxième partie du volume, les deux traductions étant imprimées en regard, accompagnées des notes (pp. 443-485) et du glossaire (pp. 487-529). L’index des noms propres et la bibliographie terminent l’ouvrage.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

G. Matteo Roccati, « Les traductions françaises des Otia imperialia de Gervais de Tilbury par Jean dAntioche et Jean de Vignay, édition de la troisième partie par Cinzia Pignatelli et Dominique Gerner »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 162.

Notizia bibliografica digitale

G. Matteo Roccati, « Les traductions françaises des Otia imperialia de Gervais de Tilbury par Jean dAntioche et Jean de Vignay, édition de la troisième partie par Cinzia Pignatelli et Dominique Gerner »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 08 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9124

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals