Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires par Frédéric Duval

Maria Colombo Timelli
p. 164
Notizia bibliografica:

Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires par Frédéric Duval, Genève, Droz, 2007 («Textes Littéraires Français», 587), pp. 474.

Testo integrale

1Ce florilège réuni par Frédéric Duval est le bienvenu pour deux raisons au moins: d’une part parce qu’il renouvelle en le justifiant sur le plan théorique le choix traditionnel des textes à présenter aux étudiants, d’autre part parce qu’il est consacré délibérément aux œuvres ayant circulé aux xive et xve siècles. Malgré un incontestable renouveau d’intérêt au cours des dernières décennies, la fin du Moyen Âge – ce n’est certainement pas un hasard si les termes de ‘déclin’ et ‘automne’ introduits par Huizinga et hautement suggestifs ne se présentent pas sous la plume de F.D. – ne jouissait en effet pas jusqu’à aujourd’hui d’une anthologie qui lui soit réservée: le célèbre recueil de R.L.Wagner (Textes d’étude, 1964, «TLF», 25) faisait, il est vrai, une part à la production en moyen français, mais sur la base de critères maintenant sujets à caution (il s’agissait alors essentiellement des auteurs devenus par la suite des ‘classiques’ du xve siècle: de Christine de Pizan à Antoine de La Sale, de Charles d’Orléans à François Villon, de Commynes à Molinet).

2Dans une introduction dense et claire (pp. 9-29), F.D. explicite les principes qui ont guidé ses choix. Le corpus est fondé, plutôt que sur des critères d’esthétique littéraire moderne, sur la réception et la lecture contemporaines des textes. Les bornes chronologiques font appel à des éléments non seulement linguistiques (limites conventionnelles du moyen français), mais plus largement culturels: ainsi, le terminus post quem (1350) est déterminé par la crise du milieu du xive siècle, les changements dans les modes de lecture, l’affirmation du mécénat royal, alors que le terminus ad quem (1500: il exclut donc d’emblée une partie considérable de la production en moyen français) dépend essentiellement des profondes mutations dues à la diffusion de l’imprimé et par conséquent des documents écrits. Les critères du choix des textes se fondent sur des données quantitatives (au moins 50 témoins, manuscrits et/ou imprimés, conservés) tempérés par des décisions qui nous semblent dictées par le bon sens (par exemple quant à la date: sont retenus des textes composés avant 1350 mais circulant encore abondamment après la moitié du siècle; ou quant aux copies conservées: F.D. a sommé les différentes rédactions d’un même texte, et ainsi de suite). Au total, 37 œuvres sont proposées à la lecture sous la forme d’extraits significatifs, isolés en fonction de leur représentativité au sein de l’œuvre concernée: elles «constituent en quelque sorte la ‘bibliothèque idéale’ en français d’un prince du Moyen Âge tardif» (p. 21). Les fragments sont organisés et présentés selon un classement qui ne tient pas compte des genres littéraires (un autre anachronisme évité) et qui se base sur des macro-thèmes (Lectures religieuses / morales / scientifiques / historiques / de fiction) avec des subdivisions que les lecteurs de la fin du Moyen Âge n’auraient sans doute pas réfutées (ainsi, pour la première section: Bible, Pastorale, Hagiographie, Spiritualité). Sections et sous-sections sont introduites par des notices synthétiques, chacune accompagnée d’une précieuse bibliographie de base. Dans de nombreux cas, les textes retenus ne disposent pas d’une édition critique, ce qui a exigé de la part de F.D. un travail supplémentaire: l’édition proposée est alors basée sur un témoin signalé, manuscrit ou imprimé, dont le choix est toujours justifié.

3L’anthologie est enrichie par un Index des noms de lieux, de personnes et d’œuvres, et par un glossaire (outil pédagogique précieux étant donné la destination première du volume: les cours universitaires).

4On ne saurait critiquer ce remarquable effort de synthèse pour quelques imprécisions glanées ici ou là au cours d’une lecture rapide (ainsi en introduction à la ‘nouvelle’, p. 408, où F.D. affirme que les Nouvelles dites de Sens «transmettent des histoires communes au Novellino et au Decameron», ce qui n’est nullement le cas, les sources identifiées de ces nouvelles se trouvant dans la première Vie des Pères, dans des sermons et traités d’édification). Nous félicitons donc l’auteur d’avoir conçu un florilège qui rendra de précieux services tant aux professeurs qu’aux étudiants en littérature médiévale et en histoire de la langue française.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires par Frédéric Duval »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 164.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires par Frédéric Duval »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9131

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals