Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Claudio Galderisi, Charles d’Orléans, une poésie des présents. En regardant vers le païs de France

Anne Schoysman
p. 165-166
Notizia bibliografica:

Claudio Galderisi, Charles d’Orléans, une poésie des présents. En regardant vers le païs de France, Orléans, Paradigme, 2007 («Medievalia», 59), pp. 220.

Testo integrale

1Ce volume, qui témoigne des nombreuses études consacrées par Claudio Galderisi à Charles d’Orléans, se propose avant tout de lire la poésie de «l’écolier de Mélancolie» comme une poésie des présents. Il ne s’agit pas là d’une formule de critique attachée à «chasser le sens, traquer les indices d’une senefiance cachée, révéler les arcanes d’une genèse souvent à jamais enfouie pour l’œuvre médiévale», mais d’une «invitation du médiéviste à tourner le regard vers un autre ‘païs de France’», à «établir des correspondances» (pp. 8-10, 179). Dans cette perspective, les divers aspects envisagés correspondent à autant de questions posées aux textes. Pourquoi le prince se cherche-t-il dans le poète? Pourquoi le poète prisonnier choisit-il le «cadre tyrannique et inconfortable du poème cyclique: ballades, chansons et rondeaux»? Comment le temps verbal du présent sert-il «le voyage dans le temps, la juxtaposition diachronique d’émotions et de souvenirs», cette «poésie de la synchronie, de la quasi-coïncidence entre singularité et subjectivité poétique» (p. 55)? Biographie, formes poétiques, thématique de l’enfermement et du temps, telles sont les problématiques principales autour desquelles se développent les deux premiers chapitres («Une vie de poésies toute enluminée», «L’encre de Mélancolie et l’eaue d’Espoir»). Suivent trois chapitres consacrés respectivement au «genre» du Passe-Temps, notamment chez Michault Taillevent et Pierre Chastellain («Visions mythiques du Temps»), à l’approche linguistique, en particulier à l’incipit-refrain des rondeaux («Identités poétiques et identités linguistiques»), à la rhétorique métaphorique («Du langage imagé au réalisme figuré»). Un chapitre final consacré à Jean Tardieu lecteur de Charles d’Orléans conclut ces lectures d’une œuvre dans laquelle Claudio Galderisi voit une «aurore boréale» de la poésie courtoise, mais dont «le langage poétique […] entre en compétition avec la langue quotidienne. Le hic et nunc poétique semble se substituer à la réalité et au monde, en le réduisant à l’état de détail, de décor émotif. Mais c’est cette actualité-là, subjective et connotée, qui est indémodable, et qui porte encore aujourd’hui» (p. 99).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Anne Schoysman, « Claudio Galderisi, Charles d’Orléans, une poésie des présents. En regardant vers le païs de France »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 165-166.

Notizia bibliografica digitale

Anne Schoysman, « Claudio Galderisi, Charles d’Orléans, une poésie des présents. En regardant vers le païs de France »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 05 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9135

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals