Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Jacques Charles Lemaire, La traduction en moyen français de la lettre anticuriale De curialium miseriis epistola dÆneas Silvius Piccolomini

Anne Schoysman
p. 167
Notizia bibliografica:

Jacques Charles Lemaire, La traduction en moyen français de la lettre anticuriale “De curialium miseriis epistola” d’Æneas Silvius Piccolomini, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2007, pp. 240.

Testo integrale

1L’épître latine qu’Æneas Silvius Piccolomini (le futur pape Pie II, 1458-1464) adressa en 1444 au haut fonctionnaire de l’empereur Frédéric III Johannes von Eych, est l’un des premiers et l’un des plus célèbres textes de la littérature anticuriale humaniste. Faisant référence, de manière originale, à des éléments autobiographiques, Piccolomini entreprend de démontrer que son père, après avoir quitté la cour du duc de Milan Gian Galeazzo Visconti pour se retirer à Sienne, avait eu raison d’affirmer «que tous homes sont folz, aians une autre vie ou vivre honnestement puissent et converser, lesquelz se precipitent dedans les cours des princes» (p. 80, 120-122). Une traduction en moyen français de cette épître nous est conservée dans un manuscrit unique (Paris, BNF, fr. 1988) réalisé entre 1458 et 1477; il a appartenu au bibliophile Jacques d’Armagnac, qui en est peut-être le commanditaire. La tradition latine du texte est mal connue, mais un incunable parisien paru dès 1472 atteste son grand succès. On n’exclut donc pas que la version française se soit basée sur un original imprimé; elle n’a certainement pas été effectuée sur la base du ms. parisien BNF, lat. 6783A, pourtant très proche du ms. fr. 1988 par ses caractéristiques codicologiques. Quant au traducteur, il paraît appartenir au clergé; son style semble exclure qu’il s’agisse de Jean Lorfèvre, le «translateur», entre 1469 et 1476, d’un autre texte rédigé par Piccolomini – en collaboration avec Antonio Beccadelli –, une vie d’Alphonse V d’Aragon. Après avoir développé ces indications dans son Introduction, Jacques Charles Lemaire consacre un long chapitre à des Observations sur la traduction (pp. 13-40) qui constituent une étude approfondie de la langue de la version française sous différents aspects (le respect de la version originale, la réduplication synonymique, les innovations lexicales). On y trouve un portrait-modèle de la traduction en moyen français, vers le milieu du xve siècle, des textes humanistes, avec les problèmes typiques que l’on y rencontre, à commencer par l’incertitude du texte latin transmis par une tradition abondante et fluctuante. Le chapitre suivant, consacré aux Remarques linguistiques (pp. 41-75), complète la description linguistique du texte. L’édition critique, caractérisée par les difficultés philologiques typiques d’une copie conservée dans un manuscrit unique, est suivie d’abondantes notes linguistiques et historiques où sont notamment mises en évidence les sources (Pierre de Blois, Poggio Bracciolini), d’un glossaire étendu, d’une table des noms propres, et d’une bibliographie.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Anne Schoysman, « Jacques Charles Lemaire, La traduction en moyen français de la lettre anticuriale De curialium miseriis epistola dÆneas Silvius Piccolomini »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 167.

Notizia bibliografica digitale

Anne Schoysman, « Jacques Charles Lemaire, La traduction en moyen français de la lettre anticuriale De curialium miseriis epistola dÆneas Silvius Piccolomini »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 08 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9137

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals