Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Aa. Vv., Contes - Mademoiselle De Lussan, Les Veillées de Thessalie

Franco Piva
p. 186-187
Notizia bibliografica:

Madame Levesque, Madame De Gomez, Madame De Dreuillet, Madame Le Marchand, Madame De Lintot, Madame De Lassay, Madame Fagnan, Mademoiselle Falques, Contes. Édition critique établie par Raymonde Robert.

Mademoiselle De Lussan, Les Veillées de Thessalie. Édition critique établie par Nadine et Jean-Claude Decour, Paris, Honoré Champion, 2007 («Bibliothèque des Génies et des Fées», 13), pp. 825.

Testo integrale

1Le premier moment de la mode du conte de fées «à la française» commença, comme chacun sait, en 1690 et se termina autour de 1705, au moment où les Mille et Une Nuits firent irruption en France grâce à la traduction-adaptation d’Antoine Galland. Le conte à l’orientale ne fit pourtant pas oublier le conte de fées: après un silence de quelques années, entièrement occupées par le merveilleux exotique, la production de contes de fées reprit autour des années 1730 et se prolongea jusqu’à la fin du siècle. Au xviiie siècle, comme à la fin du xviie, et pour les mêmes raisons – fait remarquer R. Robert dans son «Introduction» – les femmes furent les premières concernées par ce type de productions: elles furent même alors plus nombreuses que leurs devancières à pratiquer les formes sérieuses du genre (onze femmes auteurs au xviiie siècle, au lieu de sept au xviie). Comme pendant la première période, la raison principale de cette féminisation du conte de fées, reste le discrédit qui marquait un type de récit irrémédiablement associé au futile, à l’enfance et au peuple. Malgré la liberté que les auteurs commençaient à prendre avec la hiérarchie des genres, le conte merveilleux traditionnel et sérieux n’avait toujours qu’un droit de cité marginal dans la production littéraire de l’époque, et cela, à l’inverse des contes parodiques qui, apanage des hommes, faisaient jouer la catégorie littéraire et reconnue du burlesque.

2à la différence des contes de fées publiés à la fin du xviie siècle, ceux qui parurent au xviiie ne connurent pas le même succès, ils disparurent même vite de la mémoire de ceux qui vinrent après. Si tout le monde garde le souvenir de L’Oiseau bleu ou des Aventures de Finette, peu se souvienent du Prince des Aigues Marines ou du Dubourlour, contes qui ont pourtant les mêmes qualités littéraires. Cela tient – nous explique R. Robert – tout d’abord à la conjoncture littéraire. Au moment où ils paraissent, les contes de fées du xviiie siècle sont pris entre deux courants qui leur font une rude concurrence: d’un côté les contes orientaux, qui font rage, de l’autre, les textes qui traitent la féerie sur le mode parodique. La seconde cause est d’ordre sociologique. La première phase de la production a vu le jour dans un contexte social particulier, elle n’a duré que quelques années et la plupart des auteurs appartenaient au même milieu. La production du xviiie siècle s’étend, au contraire, sur plus de trente ans, et aucun des auteurs, à l’exception de Mlle de Lubert (dont les Contes ont été en effet édités à part), n’a à son actif plus de trois contes. De plus certaines de ces femmes étaient complètement isolées. La dispersion a été une des causes du discrédit ou tout au moins de l’oubli dans lequel ces contes sont vite tombés.

3C’est un véritable dommage car certains possèdent des qualités littéraires indéniables, et mériteraient d’être mieux connus. Nous devons donc savoir gré à R. Robert et à l’équipe qui collabore avec elle pour avoir décidé de représenter au public du xxie siècle la plupart des contes de fées qui furent écrits et publiés entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle, et qui constituent un phénomène littéraire qui a suscité, ces dernières années, un intérêt de plus en plus fort et répandu; pour des raisons qui tiennent à la littérature aussi bien, d’ailleurs, qu’à la sociologie. Cette décision a permis de proposer à l’attention du lecteur moderne de véritables petits chefs-d’œuvre dont on avait perdu depuis longtemps toute mémoire. La preuve en est fournie par ce volume qui présente une vingtaine abondante de contes de fées, publiés de 1721 à 1760, par une dizaine de femmes, dont la plupart sont fort peu connues, sinon carrément inconnues. Très différents les uns des autres, ces textes présentent des traits communs: le plus important desquels est sans doute constitué par l’invention merveilleuse qui s’y libère de plus en plus de toute contrainte, à tel point que certains contes arrivent à «une sorte de délire imaginatif». Le fait tient probablement à une sorte de libération des règles des bienséances et à un désintérêt pour la galanterie et ses usages strictement codés. Cela aboutit à un foisonnement de métamorphoses plus étonnantes les unes que les autres, et au fait que certaines obsessions: voyeurisme, exhibitionnisme, castration, androgynie, etc., envahissent carrément ces contes.

4Ce qui a éloigné jusque-là la critique constitue une des raisons d’être les plus essentielles de ces contes et justifie amplement non seulement que ces contes aient été proposés à nouveau à l’attention du public, mais aussi l’intérêt que les lecteurs du xxie siècle peuvent trouver dans ces textes par bien des aspects un peu trop débridés, mais par d’autres si proches de nos problèmes et de notre sensibilité.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Franco Piva, « Aa. Vv., Contes - Mademoiselle De Lussan, Les Veillées de Thessalie »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 186-187.

Notizia bibliografica digitale

Franco Piva, « Aa. Vv., Contes - Mademoiselle De Lussan, Les Veillées de Thessalie »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 08 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9215

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals