Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Aa. Vv., ‘Chateaubriand en Orient, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1806-1807

Lise Sabourin
p. 200-201
Notizia bibliografica:

Chateaubriand en Orient’, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1806-1807, catalogue de l’exposition présentée à la Maison de Chateaubriand, 26 avril-13 juillet 2006, par Jean-Paul Clément, Bernard Degout, Olivier Grinhard et Olivia Sanchez, Conseil général des Hauts de Seine, Bibliothèque nationale de France, Chatenay-Malabry, Maison de Chateaubriand, 2006, pp. 343, ill.

Testo integrale

1Réservant aux dernières pages la nomenclature des œuvres (pp. 312-343, avec une notice sur les janissaires, une bibliographie, la biographie des artistes), les commissaires ont conçu ce catalogue comme un véritable livre en marge de l’Itinéraire, accompagnant la chronologie du périple d’une visualisation assurée par les nombreuses illustrations d’époque présentées lors de cette splendide exposition à la Vallée-aux-Loups.

2Après un avant-propos de Jean-Paul Clément sur les sources de l’humanité en quête desquelles se met l’écrivain (pp. 7-17) et une mise en situation du contexte oriental au début du xixe siècle (pp. 31-63), l’ouvrage retrace les circonstances et les motifs du voyage de Chateaubriand (pp. 66-276), puis la postérité littéraire et esthétique de l’Itinéraire (pp. 277-309).

3Dans la première partie, Guy Berger (pp. 30-52) interroge la situation de l’Empire ottoman après le traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774) qui ouvrait la Crimée à la Russie en échange de ses provinces danubiennes et caucasiennes. Celles où se rend Chateaubriand en 1806-1807 sont encore sous la coupe du sultan réformiste Selim III, fortement ébranlé par les soubresauts nés de l’esprit des Lumières et de la situation internationale (réveil national grec, rivalités entre milices et janissaires en Palestine, expédition de Bonaparte en Égypte, autonomie progressive des souverains Husseinites en Tunisie). Jean-Claude Berchet (pp. 53-63) souligne la fragilité de ce monde apparemment stable que Chateaubriand découvre après nombre de voyageurs plus professionnels: depuis le xvie siècle leurs récits se sont transformés au xviiie en livres de peintre, introduisant même avec le Voyage en Egypte et en Syrie de Volney (1787) une perception sensible préfigurant la vision romantique.

4La deuxième partie du volume suit pays par pays le périple du vicomte. En Grèce d’abord, cette «patrie naturelle», Jean-Paul Clément (pp. 68-115) fournit de précieux documents iconographiques au fil des étapes. Puis Hans Peter Lund (pp. 117-129) analyse combien l’idéal classique d’harmonie et de sérénité s’allie dans la génération post-révolutionnaire au goût de la liberté politique et à la poésie des ruines. Olivia Sanchez (pp. 131-141) montre comment le «Gaulois-helléniste» Marcellus parvint à acheter au bénéfice du roi de France la Vénus découverte à Milo en avril 1820. Les illustrations commentées par Bernard Degout (pp. 144-168) des étapes dans l’archipel grec, puis en Anatolie et à Constantinople, soulignent pourquoi «l’évidement des lieux» chateaubrianesque répond au «dépassement du voyageur dans une humanité plus vaste» (p. 150). De Rhodes, Jaffa et Bethléem à la Mer Morte, Olivia Sanchez (pp. 170-189) nous invite à mesurer «entre souvenir de soi et merveilleux chrétien» les échos établis à Jérusalem par Chateaubriand entre son enfance, son périple dans le Nouveau Monde, les traces du passage des armées françaises et l’espérance chrétienne que lui inspire sa visite aux Lieux Saints (cardinal Paul Poupard, pp. 192-195) en pèlerin (Père Bernard Heudré, pp. 196-203). Olivier Grinhard (pp. 205-214) détaille et décline en images les monuments hébreux, antiques – païens ou chrétiens –, arabes, moresques et gothiques vus par celui qui va recevoir l’adoubement de chevalier du Saint-Sépulcre (André Damien, pp. 225-229). Au Journal de Jérusalem (Bernard Degout, pp. 219-224) répond au passage un portrait de Julien Potelin, le pragmatique domestique du grand voyageur (Olivier Grinhard, pp. 231-233). Enfin l’égypte, des Pyramides entr’aperçues aux considérations sur le despotisme (Bernard Degout, pp. 235-264), et la Tunisie, jusqu’au retour par Carthage et au «dernier mot» sur Grenade et la France (Bernard Degout, pp. 267-274), assurent la clôture de cette partie dont l’abondante iconographie satisfait le lecteur de l’Itinéraire.

5C’est justement cette postérité – de l’écriture d’abord avec quelques images sur Les Aventures du dernier Abencérage (Bernard Degout, pp. 276-280) – de la lecture ensuite que la dernière étape de l’ouvrage explore: les tribulations de l’émule Forbin (Olivier Grinhard, pp. 281-289), l’impact sur le philhellénisme de la Restauration mais aussi l’infléchissement a posteriori de l’auteur de la Note sur la Grèce de 1825 (Jean-Paul Clément, pp. 290-300), l’évolution des peintres voyageurs – de la scène de genre au paysage exotique – de 1780 à 1850 (Olivier Grinhard, pp. 301-309).

6Ce catalogue-livre permet donc, au-delà du rassemblement en vision directe qu’a pu permettre l’exposition, dorénavant à tout amateur de l’Itinéraire de mettre en parallèle récit de voyage et images, à la manière en quelque sorte de l’Enchanteur allant glaner les siennes pour son épopée en prose des Martyrs.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Aa. Vv., ‘Chateaubriand en Orient, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1806-1807 »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 200-201.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Aa. Vv., ‘Chateaubriand en Orient, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1806-1807 »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 09 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9258

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals