Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Novecento

Philippe Willemart, À la découverte des sensations dans La Prisonnière de Marcel Proust

Geneviève Henrot Sostero
p. 221
Notizia bibliografica:

Philippe Willemart, À la découverte des sensations dans “La Prisonnière” de Marcel Proust, Paris, L’Harmattan, 2007, pp. 234.

Testo integrale

1Auteur de plusieurs ouvrages à la croisée entre génétique et psychanalyse, cet éminent proustien d’origine belge enseignant au Brésil (Université de São Paulo) ne dément pas le triangle de ses passions. Le critique de Au-delà de la psychanalyse: les arts de la littérature (L’Harmattan, 1998) et de Proust poète et psychanalyste (L’Harmattan, 1999) nous livre coup sur coup deux publications, toujours aux Presses de L’Harmattan Paris: Critique et génétique: pratiques et théorie (dont il est rendu compte sous ce titre) et le présent essai.

2Deux parties inégalement balancées rassemblent respectivement onze chapitres de lectures de La Prisonnière et deux chapitres de considérations sur ‘l’inexistant’, sa logique et ses processus de création. Dans un va-et-vient herméneutique pédestre entre texte et manuscrits, chaque étape de lecture, fidèle au cours du récit comme aux talus du texte, observe combien l’analyse de l’angoisse et de la jalousie, de la perversion et de l’inversion, fournissent à l’écrivain le terreau de son art et justifient ses injections de pur imaginaire.

3Le récit de La Prisonnière ricoche, comme on sait, sur sept matinées itératives, qui reproduisent le principe mis en lumière pour la première fois par le critique John Porter Houston à propos de Du côté de chez Swann. L’analyse est menée ici pas à pas, reposant sur de longues citations (mais comment citer Proust brièvement?), jusqu’au terme de la troisième matinée. Ce cabotage textuel permet à l’auteur d’ausculter les littoraux du roman, d’en humer les effluves, d’en ouïr les cris de passion, d’en filer les sentiers de création: comment le héros perçoit-il et apprivoise-t-il le monde, lui «étrange humain qui vi[t] comme un hibou», et comment la narration de cette expérience acquiert-elle, au fil des manuscrits, une «unité qui s’ignore», ou logique naturelle d’un monde cohérent? (ch. I, «‘L’Unité qui s’ignorait’ dans les manuscrits de l’Ouverture»). Les tonalités affectives variables de ces perceptions, de l’angoisse à l’euphorie, permettent de concevoir un critère d’identification par lequel pourrait se démêler le jeu serré des ‘voix narratives’ multiples de la Recherche: «Qui pleure là? Qui rit ici?». L’un «se laisse jouer par l’archet» de l’autre, p. 58) (ch. II: «De l’angoisse du baiser au cercle magique de l’odeur»; ch. IX: «La disparition de l’angoisse au réveil. Fin de la deuxième journée»; ch. X: «La mélodie des marchands ambulants»). L’intrusion d’Albertine dans ce monde solipsiste engage une dialectique de compromis entre la sauvage liberté de la jeune fille et le rigoureux enfermement (sanitaire, carcéral) du Narrateur. L’A. demande ici à Lacan d’éclairer la construction du personnage d’Albertine (ch. III: «Le monde étrange de la jalousie»; ch. VII: «La mine de la jalousie»; ch. VIII: «La torture réciproque de l’amour»). Les lois de la création et de la pensée habitent parfois le plus banal échantillon: l’art de s’habiller de la duchesse de Guermantes inspire une conception originale de l’histoire de France en même temps qu’il fournit un miroir analogique aux lois de la création (ch. IV: «Au-delà des yeux du corps»). De même, la perversion n’est-elle pas digne d’étude en tant que manifestation de l’amour, et ne peut-elle servir à nourrir l’art en lui fournissant un objet de réflexion? (ch. V: «Des tendances et des goûts pervers reconquis par l’amour et par l’art»; ch. VI: «Un héros gomorrhéen»).

4Quant au chapitre XI, il anticipe quelque peu sur la seconde partie, en tant qu’il touche aux sphères immatérielles de la fiction romanesque (ch. XI: «Mensonge, fiction et rêve»), et prépare, dans les deux derniers chapitres (qui constituent la seconde partie du livre), la détection «dans La Prisonnière [de] la logique de l’inexistant développée par Gottlobe Frege et articulée à la théorie psychanalytique par Jacques Lacan» (p. 11) (ch. I: «La logique de l’inexistant»; ch. II: «Les processus de création et l’inexistant»).

5Une «Bibliographie» critique et sélective, un «Index des concepts» et un «Index des noms» complètent le volume.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Geneviève Henrot Sostero, « Philippe Willemart, À la découverte des sensations dans La Prisonnière de Marcel Proust »Studi Francesi, 154 (LII | I) | 2008, 221.

Notizia bibliografica digitale

Geneviève Henrot Sostero, « Philippe Willemart, À la découverte des sensations dans La Prisonnière de Marcel Proust »Studi Francesi [Online], 154 (LII | I) | 2008, online dal 30 novembre 2015, consultato il 08 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/9328

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals