Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...Les chevets à trois absides des é...

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

Les chevets à trois absides des églises chypriotes et leur rapport avec le chevet du martyrium de Saint-Syméon (ive-viie siècles)

Marie-Christine Comte
p. 191-256

Résumés

Sur l’île de Chypre, des églises à trois absides saillantes sont construites dès le début du ve siècle et ce type de basilique en deviendra la signature. L’auteure propose de rechercher l’origine de ce modèle de chevet d’abord à Chypre même, puis en Palestine, au travers de l’exemple singulier de la cathédrale Saint-Épiphane de Salamine / Constantia. Plusieurs monuments importants de l’île sont alors analysés. L’édification de certains d’entre eux, à partir de la fin du ves. et au début du vies. comme la Campanopétra de Salamine et peut-être la basilique B de Soloi, est mise en parallèle avec la construction du martyrium de Saint-Syméon, afin de rechercher les éventuels échanges d’influences ou interactions entre le chevet du grand martyrium syrien et les basiliques chypriotes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’île de Chypre, stratégiquement placée entre l’Asie, l’Europe et l’Égypte, a connu pendant la période qui nous occupe trois siècles de prospérité. Continuant d’exploiter ses richesses naturelles – cuivre, albâtre, gypse, agriculture –, elle a également édifié de grands monuments. Dès le ivs., l’île a su trouver sa place dans le développement de la christianisation de l’empire romain grâce à sa situation à proximité des sites de pèlerinage. Devenue un centre de débats théologiques, et tout en s’inspirant d’autres parties du monde byzantin, grâce aux voyages de ses évêques vers la Palestine, l’Égypte, Constantinople et Rome, Chypre a manifesté par une architecture ecclésiale spécifique à la fin du ivs. combien elle représentait l’orthodoxie de Nicée. Elle a très vite revendiqué puis, dès le vs., obtenu son autonomie comme siège apostolique (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Carte de la Méditerranée orientale

M. C. Comte, fond de carte M. Sauvage, infographiste R. Douaud

  • 1 L’île de Chypre a été intégrée à l'empire colonial britannique entre 1878 et 1960, d'abord en tant (...)
  • 2 Au sujet de l’histoire de l’archéologie chypriote, se reporter à Davis & Stewart 2014, p. 17-27.
  • 3 Voir à ce propos la récente publication : Horster, Nicolaou & Rogge 2018.

2L’étude des premières basiliques chypriotes, entreprise à la fin du xixs. et qui se poursuit à l’heure actuelle, a cependant pâti de plusieurs périodes difficiles. Pendant la gestion britannique de l’île 1, ses monuments et décors n’étaient pas reconnus à leur juste valeur, puis la situation politique instable de la Seconde Guerre mondiale et celle qui suivit l’indépendance de l’île en 1960 ont influencé à la fois les premières fouilles et l’interprétation de ces dernières, malgré d’éminents archéologues britanniques et chypriotes. Par la suite, l’arrêt des fouilles en 1974 après l’intervention turque, suivie de l’abandon forcé de certains monuments situés dans la partie nord occupée, ainsi que le défaut de publication de bâtiments majeurs, comme la basilique Saint-Épiphane de Salamine et la Chrysopolitissa de Paphos, ont entravé la possibilité de créer un corpus des basiliques 2. Un des soucis majeurs hérités de cette situation est la difficulté à dater les églises, à distinguer les différentes phases, faute d’inscriptions, de stratigraphies parlantes et de fouilles abouties. Seules certaines basiliques publiées, fouillées – bien qu’incomplètement – avant 1974, souvent des églises de pèlerinage, nous donnent des éléments concrets d’étude, comme la Campanopétra de Salamine / Constantia, Saint-Auxibios de Soloi, et Agios Philon de Carpasia. Cependant, de nouvelles recherches, comme celles de certaines petites villes et villages, ont été entreprises dans le sud et l’ouest de Chypre par le département des Antiquités de Chypre, associé à l’American School of Oriental Research, devenu en 1978 le CAARI (Cyprus American Archaeological Research Institute) ; en outre, depuis 1991 une unité de recherche de l’université de Chypre a été créée, favorisant l’augmentation des contributions individuelles sur la période protobyzantine. Ces avancées positives, qui proposent une autre approche et un nouvel élan, offrent l’espoir d’améliorer nos connaissances de ces premières églises 3.

3Le constat peut être fait que toutes les églises protobyzantines de Chypre ont un caractère uniforme : ce sont uniquement des basiliques, en général à trois nefs, et couvertes en charpente ; elles ne présentent pas dans la forme de leur chevet les variantes que l’on trouve ailleurs.

  • 4 C’est ce que soutient Richard Maguire dans sa thèse inédite (Maguire 2012), p. 78 : « the triapsid (...)
  • 5 Un célèbre titre du Monde de la Bible (MdB 112), en 1998, proclamait : « Chypre l’île aux cent bas (...)

4Parmi les églises de la période qui s’étend du ve au viis., un nombre important de monuments présente trois absides saillantes. D’aucuns considèrent le chevet à trois absides comme la signature de l’île 4. Il faut cependant faire la différence entre plusieurs types de chevets. Parmi les nombreuses basiliques mises au jour 5, dont fort peu sont entièrement publiées, nous distinguerons d’abord les édifices dont le chevet se termine par trois absides saillantes, les plus nombreuses, et les chevets à une abside saillante et deux inscrites, puis les trois absides placées derrière un mur droit. D’autres typologies parmi les très nombreuses basiliques de l’île, qui privilégient la forme basilicale à nefs multiples, proposent des chevets à une abside saillante, plus rarement à deux absides saillantes, à une abside entre deux pièces, enfin des basiliques à chevet droit et d’autres dont on ignore la forme exacte.

5Les églises énumérées ci-dessous, qui englobent les grands monuments des villes comme de petites basiliques rurales, sont présentées d’après leur date présumée de construction, de façon chronologique, sachant qu’il est difficile d’attribuer une datation précise à certaines, soit par manque d’éléments, soit par défaut de fouilles exhaustives. Une carte de situation des églises citées donne une répartition géographique des basiliques à trois absides saillantes ou non saillantes (fig. 2). Un corpus des basiliques est proposé en annexe qui détaille et donne la bibliographie des monuments listés ci-dessous.

Figure 2.

Figure 2.

Carte de Chypre protobyzantine avec emplacement des églises à trois absides

M. C. Comte, fond de carte M. Sauvage, infographiste R. Douaud

  • Les chevets à trois absides saillantes
    Vingt-deux édifices sont connus d’après les rapports de fouilles ou les articles qui les citent : Agios Philon de Carpasia, édifiée au début du ve s. ; Agia Trias de Yaloussa, construite vers 425 ; la basilique de Maroni-Petrera du début ve s. pour la première phase ; l’église du Bédestan de Nicosie, érigée au milieu du vs. ; l’église sud d’Arsinoé, peut-être de la mi-ve ou fin vs. : la basilique au pied de l’acropole d’Amathonte de la fin du ve s. ; la grande basilique épiscopale d’Amathonte qui pourrait dater de la deuxième moitié du ve s. ; la basilique Paraliaki (« de la rive ») de Kourion, de la fin du ve s. ; la Campanopétra de Salamine / Constantia, monument de la fin du ve s. pour la première phase ; Saint-Auxibios de Soloi ou basilique B érigée soit à la fin du ve s., soit peut-être au début du vie s. ; l’église de Lysi, près de Trémithonte, entre la fin du ve et le début du vie s., comme l’église Angeloktisti de Kiti ; l’église 1 de Saint-Georges de Peyia, à placer au vie s. ; les églises de Peyia II et Peyia III également du vie s. ; Les trois églises du Carpas – l’Asomatos et la Panagia d’Aphendrika ainsi que la Panagia de Sykha –, recouvertes par des églises médiévales, mais dont le chevet d’origine à trois absides remonte au vie s. ; la basilique nord de Kalavasos et la Chrysopolitissa de Paphos, dans sa deuxième phase à trois absides, sont probablement datables au vie s. ; la basilique de l’acropole d’Amathonte, datable du début du viie s. ; enfin l’église de Dali serait de la fin du viie s.
  • Les chevets à trois absides, derrière un mur droit
    Une église : l’Achéropoiétos de Lambousa, fin ive/début ve s.
  • Les chevets à une abside saillante et deux inscrites
    Quatre églises : Saint-Épiphane de Salamine, fin ive/ve s. ; la petite basilique à transept de Peyia du vie s. ; la basilique est de Kalavasos Sirmata ; et la basilique sud de Kalavasos du vie s.

6Outre ces trois typologies, d’autres monuments ont une seule abside saillante ou deux (on en dénombre une dizaine, sans compter huit monuments dont le chevet à une ou trois absides n’est plus déterminable).

7L’inventaire partiel des chevets à trois absides ci-dessus montre qu’ils ne sont pas tous de la même époque ; toutefois on constate qu’ils sont présents à Chypre depuis la fin du ive s. avec l’Achéropoiétos de Lambousa et perdurent jusqu’au début du viie s. avec l’église de l’acropole d’Amathonte, malgré certaines réserves qu’il est nécessaire d’avoir sur les datations proposées. Pour cela, il n’est pas inintéressant de revenir sur l’histoire des toutes premières églises construites et de s’interroger sur les plans adoptés, en commençant par un rappel de l’histoire de l’Église de Chypre.

La christianisation

  • 6 Actes 13, 2-9. Paul et Barnabé, accompagnés de Jean (connu sous le nom de Marc, l’évangéliste, cou (...)
  • 7 Les Acta Auxibii, nous sont connus par plusieurs manuscrits de dates diverses, Pour H. Delehaye il (...)
  • 8 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. XXV (introduction).
  • 9 Des tombes païennes furent utilisées par les chrétiens et parfois ces derniers taillèrent leurs pr (...)

8Selon le Nouveau Testament, moins de 15 ans après la mort du Christ, le christianisme a fait son apparition à Chypre avec les apôtres Paul et Barnabé venus de Séleucie de Piérie qui prêchaient l’évangile dans les synagogues 6. Ce récit des Actes des apôtres fait de Chypre un des lieux fondateurs de l’évangélisation chrétienne. Pendant l’ère apostolique, Chypre bien avant Athènes, Rome, ou Constantinople voit déjà l’implantation du christianisme avec, peu après le milieu du ier s., la présence de saint Auxibios 7, venu de Rome, baptisé par Marc qui le sacre évêque ou selon une autre tradition fait évêque par Héraclide, l’archevêque de Chypre, nommé par saint Marc. Auxibios s’installe à Soloi 8. Pendant les trois premiers siècles les signes de la christianisation sont très ténus dans l’architecture et aucun cimetière exclusivement chrétien n’a été découvert 9.

  • 10 Certaines cités n’étaient souvent que de simples bourgades, comme du reste en province d’Arabie. S (...)

9Après ces débuts prometteurs, c’est seulement au ive s., avec la Paix de l’Église, que Chypre développa des évêchés et que son Église s’organisa, afin de participer aux conciles œcuméniques et synodes régionaux. On doit noter à ce propos les particularismes de l’épiscopat chypriote ; en effet, dès le milieu du ive s., les évêques apparaissent plus nombreux que les cités. Cette densité des évêchés tend à montrer le développement précoce du christianisme dans l’île 10.

  • 11 Vie de Spyridon, p. 10 ; Vita Sanctii Auxibii, p. 89-91.
  • 12 Guidoboni et al. 1994, cat. 332, p. 247-248 et cat. 342, p. 249-250, sur le sujet des séismes à Sa (...)
  • 13 Jérôme, Trois vies de moines, p. 290, 5, 2.
  • 14 Ce changement d’emplacement de la capitale était dû en partie aux précédentes réformes administrat (...)

10Il semble, d’après les sources hagiographiques 11 et les chroniques que deux tremblements de terre, en 332 et 342 12, et de longues périodes de sécheresse aient appauvri l’île pendant tout le ive s. L’île mit du temps à se remettre des séismes. La métropole auparavant située à Paphos depuis six siècles, elle-même fort endommagée comme en témoigne saint Hilarion 13, fut transférée à Salamine en 354. Reconstruite avec l’aide de l’empereur Constance II, elle prit le nom de Constantia, en son honneur 14.

Histoire des premières églises de Chypre

  • 15 La Vita Epiphanii, au chapitre 72, se réfère à une église préexistant à la grande basilique d’Épip (...)
  • 16 La Vita Sanctii Auxibii parle d’un bâtiment préexistant à l’église de Soloi ; voir Noret 1993, p.  (...)
  • 17 Neal 2009, p. 17, plan p. 19, et p. 20-24. Une structure absidée, sous la partie N-E de la basiliq (...)

11C’est donc à partir de la seconde partie du ive s. qu’apparaissent les premiers monuments. Selon les textes hagiographiques (Vie de saint Épiphane 15, Vie de saint Auxibios de Soloi 16), des chapelles ou premières églises auraient précédé les grands monuments de la seconde moitié du ive s., bien qu’aucune trace ne paraisse en subsister. Cependant, les dernières prospections de Soloi évoquent une chapelle préexistant à l’église A 17.

12Rappelons ici le passage à Chypre, à son retour de Jérusalem, d’Hélène, la mère de Constantin, qui a dû avoir lieu probablement entre 326 et 328 et a pu coïncider avec l’épisode de sécheresse dans la première moitié du ive s. De ce passage, aucun souvenir matériel n’est conservé, à part deux petites chapelles dédiées à la sainte Croix qui furent du reste construites après sa venue. Cet épisode glorieux n’entraîna donc pas de distribution de subsides impériaux de la part d’Hélène, de l’empereur chrétien ou de ses suiveurs afin d’ériger des églises dans l’île. Il n’est pas signalé non plus d’activités de pèlerinage ou la mention de culte à des martyrs, du moins pas avant la découverte du corps de Barnabé en 488.

  • 18 Papageorghiou 1993, p. 30-31.
  • 19 Deligiannakis 2018, p. 32.

13Entre la Paix de l’Église et les premières grandes basiliques de Paphos, Salamine, Soloi, ni résistance païenne, ni disputes entre les habitants ne sont mentionnées ; on en a conclu que la transition entre le monde païen précédent et le monde chrétien s’était faite paisiblement 18. On note que trois évêques ont signé leur présence au concile œcuménique de Nicée en 325, puis ce sont douze évêques qui participent en 381 au concile de Constantinople. Il y a donc en tout quinze évêques dans l’île, ce qui n’est pas plus que dans les grandes îles de Sicile et de Crète à la même époque 19.

  • 20 Hadjichristophi 2006, p. 207-221 ; p. 213, l’auteur rappelle que dans la Vita de saint Épiphane il (...)
  • 21 Michaelides 1998, part. p. 12 : la maison d’Aion à Nea Paphos et la villa de Thésée au ve s.
  • 22 Les catechumenea seraient de longs passages unissant le narthex au sanctuaire, qui ont pu accueill (...)

14Des travaux récents remettent en cause la supposée christianisation rapide de la fin du ive s. 20 et rappellent que, probablement, une partie de la population restait païenne, que ce soit parmi les élites, comme en témoignent les belles villas de Paphos et leurs mosaïques 21, ou dans le reste du monde urbain, comme le montre la présence de catechumenea dans les églises du ve s. 22.

  • 23 Nicolaou & Horster 2018, p. 9.

15Les évêques sont des personnages importants à Chypre, certains, comme Auxibios de Soloi ou Héraclide, 2e évêque de l’île, laissent leur nom comme fondateurs d’une église, d’autres sont à l’origine de l’édification de leur basilique, comme saint Épiphane de Salamine et saint Philon de Carpasia. Ainsi, au travers de personnalités célèbres, apôtre ou évêques, Chypre a exprimé son identité chrétienne, en choisissant d’édifier à la fin du ive s. des basiliques monumentales, la forme la plus manifeste pour montrer le sacré, symboliser l’Église triomphante et l’idéologie impériale 23.

  • 24 Sur le calice de Vrap (en Albanie près de la ville côtière de Dyrrachium), conservé au Metropolita (...)

16On constate que Chypre a joué un rôle central dans la formation de l’orthodoxie au ive s. et elle devient une île carrefour pour les pèlerinages. En effet, sa capitale Salamine / Constantia se trouve au croisement de deux lignes, l’une – est-ouest – vers la Terre sainte et Jérusalem et l’autre – nord-sud – vers la Cilicie (avec Sainte-Thècle de Meriamlik) et vers l’Égypte (avec les sanctuaires de Ménouthis et de Saint-Ménas, dont une ampoule a été retrouvée à Peyia). Ce rôle majeur adopté par Chypre et sa métropole dès le ive s., confirmé au ve s. par l’autocéphalie, lui permet plus tard de se représenter symboliquement par sa Tyché comme équivalente aux cités de Constantinople, de Rome et d’Alexandrie 24.

Les premières constructions de la fin du ive-début du ve s. :
L’exemple de Saint-Épiphane de Salamine

  • 25 Hadjichristophi 1998, p. 38.

17Après les séismes dévastateurs du milieu du siècle, l’île se remet peu à peu et, vers la fin du siècle, une nouvelle vague de constructions est initiée à Chypre, avec de profonds retentissements sur toute l’île. Les premières constructions monumentales de la fin du ive s. sont de vastes basiliques à nefs multiples, suivant le modèle constantinien, comme Saint-Pierre de Rome, le Saint-Sépulcre à Jérusalem ou Sainte-Sophie de Constantinople 25. Ces édifices ont une couverture en charpente, un grand nombre de colonnes et parfois de longs couloirs externes destinés probablement à la christianisation qui se poursuit. Parmi ces églises urbaines, on peut citer Saint-Épiphane de Salamine, la Chrysopolitissa de Paphos à chevet droit, la basilique épiscopale de Kourion avec une abside à pans coupés, l’Achéropoiétos de Lamboussa avec trois absides derrière un mur droit.

  • 26 Sur le 2e concile œcuménique tenu à Constantinople en 381, se référer à Alberigo 1994, p. 59-70.
  • 27 Ce Credo existe de façon presque analogue dans l’Ancoratus d’Épiphane de Salamine, lequel pourrait (...)

18Cette grande activité édilitaire se fait probablement sous l’influence du retour à l’orthodoxie revendiquée par l’empereur Théodose Ier et des évêques de Chypre qui tiennent compte de l’importance du 2e concile œcuménique. En effet, le concile de Constantinople, convoqué en 381 par l’empereur Théodose Ier pour marquer sa détermination à rétablir l’unité religieuse de l’empire sur la base de l’orthodoxie nicéenne 26, eut pour conclusion le rappel de l’adhésion entière à Nicée, étendant à l’Esprit saint sa reconnaissance comme troisième personne de la Trinité, au sein du Credo de Nicée reformulé 27.

  • 28 Parmi les ouvrages d’Épiphane, le Panarion écrit en 375 pour deux abbés syriens fait le compte des (...)
  • 29 Rapp 2014, p. 31.
  • 30 Dans le chapitre 13 de la Vita Epiphanii, il est rappelé que le corps du saint homme après sa mort (...)

19On doit ici noter l’importance d’Épiphane, évêque de la métropole Salamine-Constantia, qui fut choisi pour occuper ce siège en 366-367 et s’illustra jusqu’à sa mort en 402 ou 403 par une activité sans relâche pour défendre l’orthodoxie et lutter contre les hérésies, au travers de ses voyages à la rencontre de l’empereur Théodose, de ses œuvres littéraires, dont le Panarion et l’Ancoratus 28, du développement de monastères (en Palestine, à Chypre). Son goût pour les monuments de la Ville sainte et la capitale chrétienne de Constantin, associé à sa précédente activité en Égypte et en Palestine et ses voyages multiples de Constantinople à Rome en passant par la Syrie et Jérusalem, a dû influencer son désir de construire sa propre église. Il choisit d’édifier un monument dans la lignée des basiliques palestiniennes contemporaines, lui donnant des dimensions remarquables qui en faisaient une des plus grandes églises du monde chrétien à l’époque de sa construction 29. Après sa mort, cette forte personnalité, qui avait passé 37 ans comme chef de la métropole religieuse de l’île, continua, au travers des miracles accomplis sur sa tombe 30 et des pèlerinages qui s’ensuivirent jusqu’au Moyen Âge, à exercer une influence indéniable.

  • 31 Le texte est arrangé en 4 parties. La première est écrite par Jean, un nomade palestinien converti (...)
  • 32 Il est possible que sa nomination ait été favorisée par l’influence d’Hilarion. Rapp 1993, p. 170.
  • 33 Nautin 1963, col. 626.

20La Vita Epiphanii, probablement écrite entre le milieu du ve et le vie s. 31, nous apprend que c’est Épiphane lui-même qui entreprit la construction de son église. Épiphane, probablement un juif converti, est originaire du village de Bésanduc, près d’Éleuthéropolis en Palestine, à 53 km de Jérusalem. Après un séjour en Égypte où il fréquente les moines, il revient en Palestine où il fonde un monastère vers 330. En 365, il part pour Chypre où il est sacré évêque en 367 32 et y reste toute sa vie, tout en faisant de nombreux déplacements, à Rome, à Jérusalem, à Constantinople. Épiphane, en faveur du parti nicéen dirigé par Paulin, l’accompagne à Rome, où il rencontre Jérôme et Paula. Sa première mission le voit à Constantinople en 380 où il se rend pour soigner l’empereur Théodose Ier. Selon le récit de la Vita, Théodose traite d’égal à égal avec Épiphane qui serait presque son père spirituel. En 382, le saint homme se déplace à Rome pour soigner Prokliane, la fille de Théodose, et baptiser ses deux fils, Arcadius et Honorius. Épiphane aurait contribué à la préparation du concile de 381, en particulier à propos du statut du Saint-Esprit 33 et sur la reformulation du Credo de Nicée.

  • 34 Cette opinion est partagée par Delvoye 1976, p. 17-18. Voir également Horster, Nicolaou & Rogge 20 (...)

21Bien que l’église construite par saint Épiphane, qui est terminée après sa mort, ne soit pas une église à trois absides saillantes, ce monument grandiose, à l’image du saint, docteur de l’Église, a certainement eu un fort impact sur d’autres monuments postérieurs et a probablement été à l’origine des chevets à trois absides de Chypre 34.

La basilique Saint-Épiphane de Salamine : fouilles, plan et description du monument

  • 35 Jeffery 1928.
  • 36 Megaw 1957, p. 29 et fig. 2 (fouilles dirigées par A. I. Dikigoropoulos) et Karageorghis 1959, plu (...)

22Ce bâtiment d’une grande importance n’a pas été publié de façon exhaustive. Premier monument dégagé en 1890, c’est au cours de l’hiver 1924-1925 35 qu’il fut identifié par G.-E. Jeffery comme appartenant à l’immense basilique d’Épiphane, mais son plan n’a pas été immédiatement compris dans toute sa complexité. D’autres études suivirent bien plus tard, avec A. I. Dikigoropoulos, qui reprend en 1954 les fouilles de la cathédrale et dégage le baptistère comme les reconstructions du vie s. Entre 1959 et 1961, sont mises au jour les différentes phases du monument 36.

  • 37 C’est au retour d’un voyage à Constantinople, où il s’était rendu pour combattre des partisans d’O (...)

23C’était une grande église épiscopale construite ex-novo vers la fin du ive s., dans la partie nord du site et terminée au début du ve s., après la mort d’Épiphane (en 402 37). Par la suite, au cours du vie s., elle fut remodelée. Le culte du saint, qui fut enterré dans la basilique, est attesté pendant les périodes médiévales par des récits de pèlerins et voyageurs.

24La basilique Saint-Épiphane, édifiée à partir de la fin du ive s., était un très grand bâtiment de forme basilicale à sept nefs, soit une nef principale jouxtée de part et d’autre par trois bas-côtés, les plus extrêmes étant plus assimilables à des couloirs qu’à des nefs. En outre, de longs passages partant du narthex longeaient ces collatéraux extrêmes (fig. 3a).

Figure 3a.

Figure 3a.

La basilique Saint-Épiphane, 1re phase

d’après Megaw 1974, p. 63 fig. A

25Devant l’église, côté ouest se trouvait un narthex pourvu d’absides au sud et probablement au nord, et un grand atrium. La dimension totale de l’édifice, orienté vers l’est, étant de près de 58 m sur 42 m.

26Dans le corps de l’église, 13 colonnes séparaient la nef centrale des nefs intérieures et 14 colonnes se trouvaient entre les nefs intérieures et les bas-côtés extérieurs. Enfin les nefs extérieures et les derniers corridors étaient divisés par des piliers avec colonnes attachées, tournés vers l’intérieur de l’église. Les colonnes de la nef étaient des remplois antiques, couronnées de chapiteaux corinthiens.

  • 38 La fonction de ces couloirs n’est pas tranchée. Plusieurs des premières églises de Chypre en possè (...)

27Les corridors extérieurs sur les deux côtés nord et sud suivaient toute la longueur de l’édifice, d’ouest en est. Celui du nord était doté de deux escaliers donnant probablement accès aux galeries supérieures. Ces corridors extérieurs rappellent les catechumenea citées par Megaw dans l’église épiscopale de Kourion 38.

  • 39 Nicolaou 2018, notamment p. 134.

28Le chevet se composait d’une abside semi-circulaire saillante, de la même largeur que la nef centrale et de deux absides inscrites dans un mur droit à l’est des deux collatéraux intérieurs ; le mur droit du chevet se prolongeait au nord et au sud, terminant de façon rectiligne les deux collatéraux extérieurs, les nefs et les couloirs extrêmes. À l’extrémité orientale du bas-côté extérieur sud a été découverte une tombe très ruinée, probable lieu de sépulture du saint docteur 39.

  • 40 On retrouve ce dispositif dans la basilique de l’Achéropoiétos de Lambousa (fin ive s.) à Soloi et (...)

29Il est à noter que l’abside centrale communiquait avec les deux absidioles latérales par un passage qui du reste se poursuivait dans les pièces suivantes de l’extrémité des collatéraux externes 40.

  • 41 Selon Megaw 2007, p. 172.

30Sur le côté nord de l’église, à l’est, au-delà de l’extrémité des deux corridors extrêmes, se trouvaient des espaces restés non fouillés, alors qu’au sud-est, les couloirs externes se prolongeaient par une grande cour, à la suite de laquelle étaient construites les salles baptismales. Le baptistère paraît bien dater du début du ve s. 41 et bien que n’ayant pas été entièrement fouillé, il semble qu’il ait servi de prototype et a été reproduit à Agios Philon et à Agia Trias de Yaloussa (voir infra).

Réflexions sur les influences remarquées pour la construction de Saint-Épiphane

31La basilique était pourvue de 82 colonnes que l’on peut comparer aux 80 colonnes de la Chrysopolitissa de Paphos et aux 60 colonnes de l’église B de Soloi. Ces « forêts de colonnes » rappellent des temples égyptiens et les églises construites à l’intérieur de ces temples, qu’Épiphane avait pu voir en Égypte, mais aussi les basiliques Julia et Ulpia de Rome, dont les plans furent repris à Saint-Pierre et au Latran avec l’idée de surpasser la splendeur du monde antique.

  • 42 La Vita Epiphanii, dans le chapitre 72, rappelle qu’environ 60 artisans furent engagés pour l’édif (...)

32Une autre influence a pu interférer dans la construction de cet immense monument édifié en prévision de l’augmentation de la population chrétienne 42 : c’est celle de la Palestine et en particulier les nouvelles constructions sacrées de Jérusalem avec leurs chevets à trois absides, comme dans les églises de la Sainte-Sion, de Gethsémani (et peut-être la Probatique) datées aux alentours de la fin du ive s.

L’église de la Sainte-Sion (fig. 3b)

Figure 3b.

Figure 3b.

Plan de la Sainte-Sion

d’après Ovadiah 1970, pl. 38, fig. 77

  • 43 Le chevet proposé n’est qu’une hypothèse probable. Ovadiah 1970, p. 89, no 77, plan 77, pl. 38.

33Dimensions : 55 m de long environ. Date : fin du ive s. 43.

34Sur le site du mont Sion, place traditionnelle de la Dernière Cène où se trouvait une synagogue, une église fut édifiée par l’empereur Théodose. La plus grande partie du monument a été reconstruite. On admet qu’à l’origine elle comprenait cinq nefs, avec quatre rangées de colonnes sur stylobate, avec – à l’est – un chevet à trois absides, les deux absides latérales étant placées au bout des bas-côtés intérieurs.

  • 44 Vincent & Abel 1914, p. 421-459 et 472-481.

35Cette église revêt une grande importance : elle est nommée par les sources et les pèlerins « mère de toutes les églises ». Sur la carte de Madaba, elle est représentée comme aussi imposante que le Saint-Sépulcre. Construite dans les années 390, elle fut détruite par les Perses, reconstruite en 634, à nouveau mise à bas et brûlée par les Arabes en 966 44.

L’église de Gethsémani sur le mont des Oliviers (fig. 3c)

Figure 3c.

Figure 3c.

Plan de Gethsémani

d’après Ovadiah 1970, pl. 35

36Dimensions : 23,30 m × 15,16 m.

  • 45 Ovadiah 1970, p. 84, no 73 et pl. 35 (plan) et Ovadiah & Gomez de Silva 1982, p. 139-140.

37L’église, construite sur le lieu de l’arrestation et de l’agonie du Christ, site mémoriel, était de plan basilical avec trois absides à l’est, l’abside centrale externe et les deux latérales internes 45. Ce chevet à trois absides avait ses fondations creusées dans le rocher. La salle séparée en trois nefs par deux rangées de sept colonnes, avec une entrée à l’ouest, était peut-être dotée d’un atrium occidental.

  • 46 Fouillée par P. G. Orfali du Studium Biblicum Franciscanum en 1906 et 1919-1920.
  • 47 Orfali 1924.
  • 48 Bagatti 1968, p. 179-181.

38D’après les fouilles 46 et les sources contemporaines, dont les écrits de Jérôme et d’Égérie, l’église aurait été édifiée dans la deuxième moitié du ive s. 47. Selon B. Bagatti, ce serait le premier exemple en Palestine d’une église à trois absides. Dans la Vie d’Euthyme de Cyrille de Scythopolis, Romanus aurait vécu à cet endroit et Théodose Ier y érigea une église en 385 48.

L’église de la Probatique (fig. 3d)

Figure 3d.

Figure 3d.

L’église de la Probatique (en rouge ici)

d’après Gibson 2011, fig. 18

39Dimensions : 22 m × 18 m.

  • 49 Les fouilles commencées par les Pères Blancs, furent reprises par les Dominicains. Rousée 1965.
  • 50 Probatique (du grec qui signifie « bétail ») rappelle le lieu où étaient lavés les animaux avant l (...)

40Sur la zone de la piscine probatique étudiée à partir de la fin du xixe s., l’église byzantine fut fouillée par les Pères R. de Vaux et J.-M. Rousée à partir de 1957 49. Elle avait été édifiée en mémoire de la guérison du Paralytique de Bethesda – et plus tard dédiée à la Vierge d’après des écrits apocryphes – au-dessus de la double piscine appelée « probatique » 50 sur le site d’un ancien temple dédié à Asclépios. Si la partie occidentale de l’église reposait partiellement sur le terre-plein entre les deux piscines, sur des piliers érigés dans les bassins, la partie orientale avait été construite sur le sol.

  • 51 Ovadiah & Gomez de Silva 1981. De nouvelles fouilles de la zone entreprises de 1999 à 2009, ont pe (...)
  • 52 La date attribuée à la basilique par les Dominicains repose sur une argumentation assez fragile ; (...)

41C’était une basilique à trois nefs de même largeur, mesurant 22 m de long sur 18 m de large, prolongée d’un atrium de 23 m, donnant une longueur totale de 45 m à l’édifice. Son chevet, d’après R. de Vaux et J.-M. Rousée, comprenait trois absides de même taille de forme arrondie à l’est, peut-être comprises dans un mur droit 51 ; B. Bagatti hésite entre des absides externes ou bien inscrites. Au nord-est de l’église, une petite pièce au sol en mosaïque orné d’une fleur et de croix, portant les traces d’une table, a été identifiée par les fouilleurs comme un narthex ou comme un martyrium. L’église pourrait dater de la première moitié du ve s. 52.

  • 53 Dagron 1974, p. 389.
  • 54 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, p. 25-40. Krautheimer 1967, p. 128.

42Notons que la capitale chrétienne à ce moment-là, ce n’est pas Constantinople, « c’est Jérusalem, lieu où la croix du supplice du Christ est devenue signe de victoire et de résurrection 53 ». C’est sur les Lieux saints que Constantin et sa mère Hélène ont mobilisé les ressources du trésor et la compétences des architectes pour un programme de construction sans équivalent jusqu’à l’époque de Justinien 54.

  • 55 C’est une proposition de Delvoye 1980, p. 314.

43Sur l’île de Chypre, l’église Saint-Épiphane fait exception par rapport aux autres : elle n’a pas de cour à l’est, mais elle possède des bas-côtés et corridors multiples extramuraux qui ont pu servir de couloirs de circulation. Ces couloirs permettaient l’accès depuis le narthex vers les escaliers des tribunes et la partie orientale et ont pu avoir pour antécédents les passages à ciel ouvert existant dans la basilique du Saint-Sépulcre, entre le Golgotha et le Sépulcre 55 (fig. 3e).

Figure 3e.

Figure 3e.

Le Saint-Sépulcre : reconstitution de la cour ouest avant la construction de la Rotonde

d’après Coüasnon 1974, pl. VII

  • 56 Plusieurs savants et archéologues, Ch. Delvoye, V. Tran Tam Tinh, A. Papageorghiou, A. H. S. Megaw (...)
  • 57 R. Maguire dans sa thèse inédite note une parenté plus proche entre Saint-Épiphane et la Sainte-Si (...)

44Épiphane, en construisant son église, s’est-il inspiré de modèles égyptiens qu’il a pu connaître au cours de sa vie monastique, ou bien n’a-t-il pas plutôt cherché une inspiration dans la ville sainte de Jérusalem en Palestine, sa patrie d’origine, où il a pu se trouver à la fin du ive s., y découvrir l’église de Gethsémani 56 et peut-être assister à la consécration de l’église de la Sainte-Sion 57 en 394, cette dernière église était la plus importante édifiée après le 2e concile œcuménique de 381. On constate que l’église du mont Sion et Saint-Épiphane ont les mêmes dimensions. L’empereur Théodose Ier serait à l’origine de la construction de la Sainte-Sion.

Agios Philon de Carpasia : début du ve s.

  • 58 Du Plat Taylor 1980, en particulier p. 152-161, et Megaw & Du Plat Taylor 1981, p. 209-250.

45La fouille du site et de l’église protobyzantine d’Agios Philon dans le Carpas fut entreprise par le département des Antiquités de Chypre, au cours de trois campagnes successives, en 1935, 1937 et 1938. La publication générale en fut retardée pour diverses raisons et n’eut lieu qu’en 1980 et 1981 58, à un moment où le site n’était plus accessible, mais elle a pu se baser sur les fouilles précédentes et les dernières études du matériel intervenues en 1953.

46L’église, construite à l’intérieur des remparts et non loin de la baie, était le siège d’un évêché depuis 325. Sous l’église byzantine médiévale qui la recouvrait en partie se trouvait une basilique à trois nefs se terminant à l’est par trois absides saillantes. Devant la basilique, à l’ouest, s’étendaient les restes d’un narthex et d’une petite cour ou atrium. L’érosion a détruit la partie extrême occidentale de la falaise qui est tombée dans la mer, entrainant une partie du narthex. Plusieurs bâtiments étaient visibles côté sud : le long de la mer, un baptistère rectangulaire, et contre le mur sud de l’église, vers l’est, plusieurs pièces, dont l’une absidée devant laquelle était une citerne. Encore plus au sud, deux colonnades d’un atrium et une phiale avaient été repérées, peut-être d’une période un peu plus tardive.

47Agios Philon est la plus petite des basiliques épiscopales identifiées jusqu'à présent dans l’île. La basilique adoptait un plan rectangulaire, se terminant par trois absides (fig. 4). Ses dimensions internes étaient d’environ 20,80 m × 13,40 m.

Figure 4.

Figure 4.

Saint-Philon de Carpasia

d’après Megaw 1974, p. 66, fig. C

48L’abside nord, légèrement en fer à cheval, était visible sur une assise de haut, ses blocs calcaires agencés en carreaux et boutisses, mais les deux autres absides se trouvaient sous la basilique médiévale. L’abside centrale parait avoir abrité un synthronon.

49Le sol d’opus sectile de l’abside nord, légèrement surélevé, était intact. Les trois nefs étaient divisées par deux alignements de huit colonnes, couronnées de chapiteaux de brèche jaune à feuilles d’acanthe, d’un type qui devint habituel plus tard au cours du ve s. Plusieurs morceaux d’autres colonnes attestaient l’existence de galeries supérieures.

50Dans l’angle nord-est à l’intérieur de l’abside nord, des fragments d’un sarcophage en terre cuite de 1,85 m × 0, 50 m reposaient toujours in situ sur le sol.

51Au sud-est, une chapelle pourvue d’une quatrième abside était attachée à la basilique, mais cachée par le mur de l’église médiévale. Le baptistère, était séparé de la basilique par un corridor couvert, pavé de schiste local, appelé ici marmara, avec une petite abside à l’est qui fut plus tard bloquée.

52Pour la date de construction de la basilique, outre l’évidence de la céramique, le fouilleur se base sur deux monnaies, dont l’une de l’empereur Arcadius (395-408), trouvée sous le sol du portique est de la cour sud, ce qui donne un terminus post quem pour le complexe. D’autres monnaies du viie s. attestent la fin de l’occupation protobyzantine. Vers la moitié du viie s., lors des raids arabes, la majorité de la population prit la fuite. Au xiie s., une petite église fut construite qui existe toujours sur le site.

  • 59 Delehaye 1907, p. 243.

53La basilique porte le nom de Philon, celui d’un saint évêque qui vivait au temps d’Épiphane de Salamine / Constantia, également connu comme l’auteur de commentaires du Cantique des Cantiques. Son nom apparaît dans un passage d’une lettre d’Épiphane à Jean de Jérusalem, en tant qu’évêque 59.

  • 60 Delehaye 1907, n. 30 p. 249.

54La Vita d’Épiphane indique que Philon, peut-être natif de Carpathos, était diacre à Rome dans l’entourage de Pulchérie, la sœur d’Arcadius et Honorius. Celle-ci tomba malade et souhaita avoir auprès d’elle Épiphane, l’évêque de Salamine, connu pour ses dons de guérisseur. Philon fut chargé de quérir le saint homme auprès d’elle à Rome. Le diacre se rendit à Chypre et fit bonne impression à Épiphane. Celui-ci le consacra évêque vers 382, en réponse à une révélation divine, et lui aurait confié son siège épiscopal quand il s’éloigna pour Rome 60.

55La question est de savoir si saint Philon a été le fondateur de son église à Carpasia. Son association avec Épiphane semble dater de 400 environ. Il est sûr que le complexe ecclésial de Saint-Philon fut réalisé en une seule fois. Le successeur de l’évêque Philon fut Hermolaos, qui participa et signa lors du concile de 451. Il peut être admis de conclure que la survie du nom plaide pour que saint Philon ait été le fondateur de l’église de Carpasia.

56Cette église, bien que de dimensions moindres que Saint-Épiphane de Salamine, avec son plan à trois nefs et trois absides, érigée au début du ve s. a pu suivre les nouveaux préceptes initiés à Jérusalem, lors du concile de Constantinople, avec adoption du symbolisme trinitaire, qui continua d’être la règle en Chypre à partir de cette date.

Agia Trias de Yaloussa, vers 425

57Parmi les autres basiliques à trois absides saillantes suivant les mêmes règles que Saint-Philon de Carpasia, on citera par exemple la basilique d’Agia Trias de Yaloussa, édifiée au début du ve s.

  • 61 Papageorgiou 1976, p. 10-11. Se reporter au plan d’A. Papageorghiou dans Megaw 1974.

58Découverte dans les années 1960, la basilique à trois nefs et trois absides saillantes fit l’objet de plusieurs campagnes de fouilles par le département des Antiquités. A. Papageorghiou, à partir de 1971, poursuivit la fouille de l’église 61. Le complexe comprenant l’église, son narthex, ses annexes, l’atrium et le baptistère fut entièrement mis au jour (fig. 5), toutefois la publication finale manque.

Figure 5.

Figure 5.

Agia Trias de Yaloussa

d’après Megaw 1974, p. 70, fig. D

  • 62 Michail 2018, p. 163, précise que le baptistère, qui communique avec le narthex à travers un long (...)

59L’église elle-même était de dimensions moyennes, environ 25 mètres sur 16 mètres et se terminait à l’est par trois absides semi-circulaires à l’intérieur comme à l’extérieur. Le baptistère qui était attaché à l’angle sud-est de la basilique est un des plus importants découverts à Chypre. La date de la basilique proposée par A. Papageorghiou est basée sur le style des mosaïques et une monnaie d’Honorius (355-425) retrouvée sur place. Le baptistère qui a des affinités importantes avec celui d’Agios Philon, mais s’en différencie par le manque d’une absidiole attestée dans les exemples plus anciens, pourrait être plus tardif que l’église 62.

La basilique Saint-Auxibios de Soloi et les questions de datation qu’elle pose

  • 63 Des Gagniers & Tran Tam Tinh et al. 1967, p. 50-58, pl. XII à XIV.
  • 64 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985.
  • 65 Neal 2009.
  • 66 Megaw 2001, p. 171-179.

60Les fouilles initiées en 1964 par l’université Laval de Québec, furent brutalement interrompues par l’intervention turque de 1974 63. Les travaux, suspendus après 10 ans d’études, ne purent jamais reprendre et la publication de 1985 laissa bien des points en suspens et non résolus 64. Il s’agit d’un double édifice complexe en particulier dans sa partie orientale 65. En 2001, une totale révision des deux monuments superposés fut entreprise par A. H. S. Megaw, qui suggéra de revenir sur la datation de la basilique B et de revoir également toute la chronologie des deux édifices 66.

61En outre dans les années 2000, David S. Neal entreprit une prospection du site afin de restaurer et protéger les mosaïques et les sols d’opus sextile. À cette occasion, il réexamina les structures et proposa un certain nombre de nouvelles interprétations et permit d’améliorer notre connaissance de ce monument, tout en partant du principe que la basilique B était du vie s.

  • 67 Delehaye 1907, p. 233-237, et Vita Sancti Auxibii, Noret 1993, commentaires p. 137-173 et texte en (...)
  • 68 Noret 1986, p. 450.

62La cité de Soloi, au début du christianisme, est marquée – selon la tradition rapportée dans la Vita Auxibii 67, écrite probablement vers le viie s. 68 – par le passage de saint Marc qui y baptisa Auxibios, devenu rapidement le premier évêque de la ville.

63Si l’on associe le nom d’Auxibios aux monuments chrétiens qui y furent érigés l’un au-dessus de l’autre, non loin du temple de Zeus, c’est que ce personnage a laissé un profond souvenir dans la ville. Auxibios était originaire d’une riche famille de Rome, ville qu’il avait fui pour éviter un mariage arrangé, et arriva à Chypre peu après la mort de Barnabé. L’évêché de Soloi qu’il occupa jusqu’à sa mort, pendant une cinquantaine d’années, aurait été fondé en 57. On ignore tout de la période qui suivit la mort du saint, mais il est vraisemblable qu’après la paix de l’Église, son souvenir ait été ravivé par une construction martyriale, plus tard intégrée dans la construction de la basilique B.

64On distingue deux basiliques superposées sur le même emplacement (fig. 6a). Une première dénommée basilique A, à cinq nefs, avec probablement un chevet droit et un sanctuaire central non surélevé, pourrait être une fondation d’époque constantinienne (fig. 6b). Elle était pavée de mosaïques géométriques qui pourraient avoir connu plusieurs phases dont des restaurations. Cette basilique A fut remplacée par une basilique à trois nefs de plus grandes dimensions, au sol d’opus sectile, avec un chevet à trois absides saillantes : la basilique B. Les chercheurs ne s’entendent pas sur la date de construction de cette nouvelle basilique. Le responsable de la mission de Soloi penche pour une datation au début du vie s., avant 550, alors que Megaw avance la construction au début du ve s., avec des arguments assez solides. Cette dernière église, encore restaurée en 655, fut détruite probablement vers les ixe-xe s. Par la suite, il y eut installation d’une petite chapelle à sol de mortier et de sépultures dans la nef de la Basilique B, sur les mosaïques anciennes. Ce type de sépultures est une coutume latine ; en outre, on y retrouva des bols en usage aux xiie-xive s., correspondant à la période croisée.

Figure 6a.

Figure 6a.

Plan des deux basiliques superposées de Soloi

d’après Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, pl. C

Figure 6b.

Figure 6b.

Proposition de reconstruction du plan de la basilique A de Soloi

d’après Stewart 2014, p. 112, fig. 8.3, c

La Basilique B de Soloi

  • 69 Delvoye 1980 ici plus particulièrement p. 316.

65C’était une basilique à trois nefs, construite en pierres agencées avec élégance en carreaux et boutisses, donnant l’impression d’un décor étudié, se terminant à l’est par trois absides saillantes. Elle comportait un atrium à l’ouest, bordé d’un quadriportique (non fouillé), tandis qu’à l’est, un dallage, le début d’une colonnade et des murs partant vers l’orient font suspecter l’existence d’une cour à portiques derrière le chevet, comme au Saint-Sépulcre 69.

66Du fait de son implantation sur une terrasse qui avait été taillée et aménagée dans la pente de la colline, avant même la basilique A précédente, les fondations du mur sud se trouvent à 3 m du rocher. La fondation du mur nord repose sur la partie de terrasse surélevée. Elle recouvre à l’angle nord-est une structure à abside antérieure, 4,25 m sous les sols des basiliques A et B ; des pièces annexes ont été adossées au mur nord. On pénétrait dans les nefs par trois portes côté ouest.

  • 70 Neal 2009, p. 20.
  • 71 Antérieurement à la basilique A, il existait une structure absidée sous l’abside latérale nord de (...)

67Le chevet était percé de deux portes dans les angles nord-est et sud-est, avec un escalier (en bois ?) menant vers l’extérieur, de part et d’autre des absides latérales. Dans l’abside nord, au centre, se trouvait une porte de 1,35 m de large ; deux marches en pierre donnaient à l’extérieur sur un bassin plat peu profond. Cette abside nord, en blocs réguliers 70, était construite différemment du reste de l’édifice. Il apparaît qu’une structure absidée, sous l’angle nord-est de la basilique A aurait influencé le plan de la basilique B 71. L’abside centrale était un demi-cercle parfait, avec un contrefort puissant. Derrière, semblait être attaché un locus sanctus.

  • 72 Neal 2009, p. 17 et 21 et Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 86.

68On constate qu’à la différence des autres basiliques à absides connues, les absides latérales de Soloi B ne sont pas dans l’axe des nefs et sont séparées des angles par une porte. De plus, l’abside nord est percée d’une porte qui pourrait aussi être une fenêtre, évoquant la Rotonde de la Résurrection à Jérusalem 72. Le décalage des absides latérales par rapport aux murs nord et sud, laissant libre un passage longeant les murs et ouvrant à l’est par une porte dans la cour à portiques, suggère une circulation de fidèles et pèlerins vers le locus sanctus de la cour.

  • 73 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 48.

69Le sanctuaire avait été plusieurs fois restructuré, agrandi et surélevé. Le presbyterium, également surélevé, s’étendait jusqu’aux 4e colonnes, comme à Saint-Épiphane et à la basilique épiscopale de Kourion, mais – ici plus haut et large – l’ambon était un peu de côté et non dans l’axe ; il était donc différent de celui d’Agia Trias de Yaloussa, de la Campanopétra et de la basilique épiscopale de Kourion, où il se tenait dans l’axe. Alors que la basilique A était pavée de mosaïques, tous les sols de la basilique B étaient couverts de dalles. le presbyterium conservait des traces de plaques de marbre polygonales, alors que de l’opus sectile était visible dans l’abside sud. Ces marbres provenaient de remplois romains. L’opus sectile était polychrome dans le quadriportique avec une répartition des tapis typique des ve-vie s. 73.

70Le plan basilical d’environ 48 mètres de long sur 30 mètres de large – soit, avec les absides, une longueur de 54 m sur 30 m – était inégal ; le mur nord mesurait 62 cm de plus que le mur sud, la façade ouest 30 cm de plus que la partie orientale. Les trois nefs étaient séparées par deux rangées de 12 colonnes, avec des entrecolonnements irréguliers. Les colonnes, non monolithes, mesuraient près de 6,30 m de haut, avec des chapiteaux de l’ordre toscan. D’après les voussoirs et clefs de voûtes trouvées, le fouilleur rétablit des arcades et non des architraves, comme à la Campanopétra. Devant la porte centrale à l’ouest, une inscription sur mosaïque placée près de l’emplacement du gond sud, portait le nom égyptien de Patomon.

71Au centre de la 8e travée de la nef nord se trouvait un puits. Cette nef communiquait avec les salles annexes nord. Il n’y avait pas de narthex mais un atrium à quatre portiques, avec une phiale hexagonale comme dans la basilique épiscopale de Kourion. La cour de l’atrium était pavée de mosaïques.

72Selon l’archéologue V. Tran Tam Tinh, la basilique A aurait pu être détruite par un tremblement de terre, soit celui de 458 qui frappa d’Antioche, soit un de ceux du vie s. On possède des monnaies de la fin du vie-début du viie s. datant plutôt la fin de la construction de l’édifice. Pour l’archéologue, plusieurs facteurs plaident pour la construction au début du vie s., en tous cas avant 550.

  • 74 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 115-125 : à propos de l’inscription de l’atrium. Voir aussi (...)

73Cependant, Peter Megaw, revenant sur les fouilles interrompues de Soloi, a proposé une relecture des plans des deux églises. Partant de la dernière mosaïque trouvée dans l’atrium partiellement excavé, il note que l’inscription souligne que « la basilique a été restaurée en 655 » ; il s’agit de la basilique B. À partir de là il s’interroge sur la date de construction du monument, considérant que la date du vie s. proposée par V. Tran Tam Tinh pourrait être avancée considérablement en fonction d’un certain nombre de faits qui ne cadrent pas avec la date tardive suggérée. Megaw insiste sur plusieurs de ces traits archaïques : 1‑ la présence des passages reliant les trois absides, que l’on trouve seulement dans l’église Saint-Épiphane et dans un petit groupe d’églises construites tôt au ve s. ; 2‑ la taille relativement restreinte du sanctuaire de Soloi B qui ne s’étend pas jusqu’à l’abside (fig. 6c) est un trait qui intervient au début du ve s. Par la suite le sanctuaire de Soloi s’étendra dans l’abside et dans les nefs latérales ; 3‑ les plus anciennes basiliques de Chypre, au ive s., utilisent des spolia pour les colonnes et chapiteaux, ce qui est le cas à Soloi B. C’est seulement au vie s. avec le développement des carrières de Proconnèse que l’importation de marbre remplaça les spolia. En outre, en revoyant l’analyse des fouilles de la basilique A, Megaw réinterprète l’énigmatique partie côté est comme un nymphée à l’origine, qui n’aurait plus été en fonction à la suite du séisme de 365 et aurait été recouvert de mosaïques. Les monnaies de 392 retrouvées sous la mosaïque pourraient fournir un terminus a quo pour la basilique B. Il pense que le terrible séisme de 365 a pu déranger le fonctionnement du nymphée, ce qui permit ensuite de transformer la zone en édifice chrétien. En conclusion, Megaw admet que la basilique A est bien un monument constantinien, peut-être édifié en 330, restauré après le tremblement de terre de 365, et qui aurait vécu jusqu’à la fin du ive s. Ce premier monument au plan atypique, avec cinq nefs, un chevet droit et un sanctuaire central non surélevé, pavé de mosaïques géométriques, aurait été l’église des évêques de Soloi, qui lui auraient ajouté une annexe chrétienne au nord. Vers 400, une nouvelle église aurait été érigée, la basilique B, quelques centimètres au-dessus, un peu plus grande et d’un plan différent. À l’appui de l’hypothèse de Megaw, on constate que les sols de mosaïques de la basilique A servant de support ne sont qu’à 2-3 centimètres sous le pavement d’opus sectile de la basilique B. En outre, les trois absides saillantes correspondant entre elles par des passages marquent un trait archaïque, comme l’existence du sanctuaire très restreint dans une petite partie de la nef centrale vers l’est, qui portait un baldaquin placé au-dessus de l’autel (fig. 6c). Au vie s., un synthronon fut ajouté, bloquant les passages des absides, et le sanctuaire fut agrandi dans l’abside centrale et les bas-côtés. À la suite des raids arabes de 649 et de 650, l’église B fut restaurée en 655, comme l’indique l’exceptionnelle inscription trouvée en avant de l’atrium 74.

Figure 6c.

Figure 6c.

Plan incomplet de la basilique Soloi B avec reconstruction du sanctuaire original

d’après Megaw 1974, fig. B

  • 75 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 76.

74On est en droit de considérer que les absidioles percées de portes sur les côtés, où aboutissent des couloirs de circulation virtuels longeant les murs nord et sud dans les bas-côtés, ont un sens. En outre la fouille suggère une cour derrière l’abside, comme plus tard à la Campanopétra, qui était une église de pèlerinage ; dans les deux cas, il y a une référence au Saint-Sépulcre, avec à Soloi un possible locus sanctus derrière l’abside. En conséquence, la basilique de Soloi qui a pu être auparavant un martyrium abritant la tombe de saint Auxibios, aurait pu être transformée en église de pèlerinage avec transfert des restes du saint dans le locus sanctus. Les Acta Auxibii, à placer probablement au vie ou viie s., ont dû créer le mythe de la construction des deux églises successives de Soloi par le saint lui-même 75, dans le but peut-être de revivifier le pèlerinage vers ce saint évêque.

La basilique de la Campanopétra de Salamine

  • 76 Sur l’origine du nom, cf. Roux 1998a, p. 13-14.

75Dans la ville de Salamine, le nom de Campanopétra avait été donné par les habitants au xixe s. au site de la basilique déserté depuis si longtemps que tout souvenir de l’antique monument chrétien en avait été perdu ; ce curieux nom lui est resté 76.

  • 77 Roux 1998a.

76La basilique de la Campanopétra a été construite ex novo, à 450 mètres à l’est de Saint-Épiphane (fig. 7a). La zone commença à être explorée par J. Pouilloux en 1962 puis fut dégagée et fouillée presque entièrement par G. Roux de 1965 à 1974 avec la mission française de l’institut Courby (université de Lyon) 77. La fin des recherches fut interrompue par l’arrivée des Turcs. Un peu plus petite que Saint-Épiphane, la basilique est la plus harmonieuse des églises chypriotes. Elle mesure, d’est en ouest, 152,10 m de long, et 37,80 m dans la partie la plus large à l’ouest.

Figure 7a.

Figure 7a.

Le site de la Campanopétra et de Saint-Épiphane, à Salamine

d’après Argout, Callot & Helly 1980, fig. 1

77Dans son premier état, la basilique était composée de cinq parties : la cour d’entrée, l’atrium ouest à quatre portiques avec une phiale au centre, l’église à trois nefs, l’atrium oriental avec un baldaquin dans l’axe, et un baptistère (fig. 7b).

Figure 7b.

Figure 7b.

Plan de la Campanopétra, phase 1

d’après Roux 1998, plan 1b

  • 78 Comme il a déjà été fait remarquer par différents archéologues, la présence de reliques sous forme (...)

78L’église atteignait, absides comprises, 51,60 m de long. Divisée en trois nefs par deux rangées de 12 colonnes, ses bases, chapiteaux et colonnes étaient en marbre de Proconnèse. Le chevet aux trois absides saillantes soigneusement construites donnait à l’est sur une cour à trois portiques avec en son centre un ciborium. Un gros reliquaire de type syrien 78 occupait l’absidiole nord et d’autres reliquaires plus petits étaient visibles ailleurs dans le complexe basilical.

  • 79 Pour l’archéologue, ces chapiteaux représentent le « classicisme » de l’ultime avatar de l’ordre c (...)

79Comme dans les autres basiliques – Saint-Épiphane, la Chrysopolitissa, Agia Trias, Peyia –, des tribunes permettaient l’accès à l’étage. Il n’y avait pas de passage entre les absides, mais un couloir voûté derrière le synthronon (comme à Saint-Jean d’Éphèse). Les chapiteaux théodosiens ornés de rinceaux d’acanthe « en boule » autorisent à dater la construction de la basilique dans le dernier quart du ve s. 79. Embellie du temps de Justinien, sa dédicace exacte n’est pas connue.

  • 80 Voir Delvoye 1980, p. 316.

80Cette basilique suit un plan adopté par les églises de pèlerinage, et qui pour G. Roux est librement inspiré du plan du Saint-Sépulcre de Jérusalem, avec une cour et un grand atrium à l’ouest, suivis de l’église, comme dans le plan de l’église de Bethléem 80, puis un second atrium à l’est, ainsi qu’un baptistère sur le flanc nord. Le narthex absidé, comme à Saint-Épiphane, occupe le portique oriental de l’atrium ouest et des couloirs longent l’église sur les côtés nord et sud, rappelant ceux de la cathédrale de Constantia. Au cours du vie s. le couloir sud fut fermé à l’est pour y édifier une chapelle funéraire, alors que d’autres chapelles et diverses salles furent installées côté nord.

81Construite à l’époque de l’empereur Zénon et probablement grâce à ses subsides, au regard de son abondante décoration en marbre de Proconnèse, la basilique a pu abriter une relique insigne sous l’édicule de l’atrium oriental. G. Roux pense à un des fragments de la vraie Croix qui aurait pu être cédé par l’empereur Zénon à l’évêque de Constantia, après que l’autocéphalie de l’île ait été reconnue.

  • 81 Megaw 2006.

82A. H. S. Megaw 81 contestant cette proposition y voit plutôt une église de pèlerinage à l’apôtre Barnabé, dont une église plus modeste abritait les reliques à la fin du ve s., dans le voisinage ; mais celles-ci auraient pu, selon cette nouvelle hypothèse de l’archéologue, recevoir un écrin plus majestueux en étant placées occasionnellement dans un reliquaire d’argent sous le baldaquin de la cour orientale de la Campanopétra pour les dévotions et peut-être à d’autres moments disposées dans le gros reliquaire de l’abside nord.

  • 82 Roux 1998a, p. 240
  • 83 Delvoye 1980, p. 316.
  • 84 Papageorgiou 1976 et Megaw 1974, p. 58-59.

83Pour conclure sur ce bâtiment, selon G. Roux, l’influence de la Palestine y est manifeste ; en outre, la basilique Saint-Épiphane « fournit certainement un modèle dont s’inspira en partie l’architecte de la Campanopétra 82 ». Pour Ch. Delvoye, la Campanopétra présente plusieurs éléments importants imités de Saint-Épiphane : le narthex et ses absides, les couloirs latéraux, les tribunes des collatéraux. Le chevet qui est ici saillant peut aussi dériver de Saint-Épiphane 83. Outre Ch. Delvoye, pour P. Megaw et A. Papageorghiou, l’influence de la Palestine et de Constantinople est visible dans les églises de Chypre et en particulier dans la Campanopétra 84 ; la seule influence syrienne notable est remarquée dans le reliquaire-sarcophage à circulation d’huile de l’abside nord.

  • 85 Roux 1998b, p. 21-23.

84La basilique de la Campanopétra à Constantia, avec ses trois absides saillantes et ses couloirs conduisant à la cour orientale vers la relique, a probablement été conçue pour accueillir la circulation des pèlerins autour de l'église et peut-être certains de leurs besoins matériels 85. Sa situation près d’une église antérieure dédiée à saint Épiphane, dont elle s’inspire en partie, et d’un bâtiment contemporain dédié à saint Barnabé en a fait également une partie d’une enceinte religieuse plus vaste.

Quelques basiliques à trois absides du vie s.

La basilique I près de Peyia : Peyia I

  • 86 Voir Megaw 1953, p. 175-176, Megaw 1960, p. 348-349 et Bakirtzis 1998, p. 46-47. Ces trois basiliq (...)

85La fouille des basiliques du cap Drepanum près de Peyia fut entreprise par A. H. S. Megaw et A. I. Dikigoropoulos du département des Antiquités de Chypre entre 1952 et 1953 86. Une première église de dimensions moyennes y fut repérée.

86C’était une basilique à trois nefs et trois absides saillantes, à pans coupés à l’extérieur (fig. 8a). Ses dimensions étaient de 27,80 m de long sur 19 m de large. Les trois nefs étaient séparées par deux rangées de huit colonnes, avec des galeries au-dessus des bas-côtés. Le sanctuaire en forme de T s’étendait en avancée dans la première travée de la nef centrale et se déployait dans les bas-côtés à partir des deux premières colonnes de la nef. Dans l’abside, les traces d’un synthronon étaient visibles, ainsi que celles d’une table d’autel et d’un ambon dans l’axe.

Figure 8a.

Figure 8a.

Plan de l’église I de Peyia

d’après Papageorghiou 1985, fig. 5

87Il n’y avait pas de narthex, mais un atrium à quatre portiques où une mosaïque avec des animaux a été mise au jour. Sur le côté nord, un long couloir donnait accès à une chapelle à une abside saillante et pans coupés ainsi qu’à diverses salles. Plus à l’ouest, sur un plan plus élevé, le baptistère était placé au sud d’une petite basilique à trois absides, dont une saillante et deux internes, dotée d’un transept. Ce baptistère de forme rectangulaire parait assez élaboré avec des arcades sur quatre côtés et des fonds baptismaux circulaires. Une mosaïque avec bordure de fleurs de lotus y est conservée.

  • 87 Megaw 1960, p. 348-349.

88La basilique I de Peyia peut-être assignée au vie s. avec ses chapiteaux, colonnes et mobilier en marbre de Proconnèse et ses sols de mosaïques figurés 87.

89La petite basilique à transept, un cas rare à Chypre est en relation avec le baptistère dans lequel elle ouvre par deux portes. Des tesselles de verre trouvées dans le chœur, provenaient du cul de four des trois absides et de petites pièces de marbres colorés, venant d’un panneau incrusté dans le transept nord, portaient des représentation figurées. Cette petite basilique de plan simple avait des chapiteaux à imposte du type du vie s. C’était peut-être la reconstruction de l’église primitive du site.

Les basiliques II et III près de Peyia : Peyia II et Peyia III

  • 88 Voir Megaw 1960.

90Sur ce même site près de Peyia 88, deux petites basiliques présentaient un plan très similaire avec trois nefs et trois absides saillantes, de forme polygonale à l’extérieur (fig. 8b et c). Les nefs étaient séparées par des colonnes et chapiteaux de marbre.

Figure 8b.

Figure 8b.

Plan de l’église II de Peyia

d’après Megaw 1974, p. 70, fig. E

Figure 8c.

Figure 8c.

Plan de l’église III de Peyia

d’après Megaw 1974, p. 70, fig. E

91La basilique II fut probablement édifiée à la fin du vie s. car une tombe construite dans le sud du narthex contenait des bijoux en étroit rapport avec un trésor de cette époque conservé à Dumbarton Oaks. Les chapiteaux de cette église étaient du type ionique à imposte.

92La basilique III est probablement encore plus tardive, avec des chapiteaux plus simples.

Datation et origine des églises à trois absides saillantes

93Il semble qu’à part Agia Trias de Yaloussa, petite église loin des grandes villes, probablement du début du ve s. d’après le style de ses mosaïques, Agios Philon de Carpasia, l’église du Bédestan à Nicosie, la basilique de Maroni-Petrera et peut-être la basilique sud d’Arsinoé, les autres églises de Chypre à trois absides saillantes ont été construites après Saint-Syméon.

94Certaines de ces églises présentent parfois une typologie extérieure variable avec, surtout à partir de la fin du ve s. et dans certaines régions côtières de l’ouest et du sud-ouest, des absides polygonales à l’extérieur. C’est le cas de l’église d’Amathonte au pied de l’acropole, des deux églises de Kourion, celle hors-les-murs et la basilique de la rive, datées de la fin du ve s. Il en est de même au vie s. pour la basilique I de Peyia et les églises dites Peyia II et Peyia III. Quant à l’espace intérieur des absides, on peut rappeler que les passages entre les absides sont plus typiques de certaines églises du nord, comme à Soloi B, et du nord-est, dans le Carpas, outre Saint-Épiphane à l’est, et se rencontrent au début du ve s. pour disparaître après.

Sur l’origine des trois absides saillantes de Chypre

  • 89 Megaw 1997, p. 358, et Delvoye 1972, p. 20.

95A. H. S. Megaw et Ch. Delvoye identifient les basiliques à chevet tri-absidé comme canoniques à Chypre. P. Megaw s’interroge : « Était-ce une importation d’Épiphane, depuis la Palestine, sa terre d’origine ? » 89.

96Si le plan à trois absides fut importé par Épiphane, on peut considérer que l’abside externe et les deux absides inscrites constituent une triade et peuvent être assimilées à un chevet à trois absides.

  • 90 Megaw 1997, p. 348.

97A. H. S. Megaw suggère que les églises du ve s. à Chypre avec leurs trois absides symbolisent la trinité chrétienne 90. À Jérusalem, si les églises constantiniennes du temps de Nicée n’ont pas trois absides, le type apparaît sous l’empereur Théodose le Grand, avec les monuments jérusalémites de Gethsémani et de la Sainte-Sion – et la piscine probatique un peu plus tard – en rapport direct avec le concile œcuménique de 381.

98Le rapport entre le chevet tri-absidé et la Trinité peut-il supposer ou sous-tendre une intention symbolique ou allégorique ?

  • 91 Testamentum Domini, p. 23-27. Le chapitre 19 décrit une église, probablement idéalisée, afin d’exp (...)
  • 92 Mango 1986, p. 25.

99Rapportons-nous au Testamentum Domini 91, celui-ci souligne : « l’église doit avoir trois entrées pour signifier la Trinité92 ». Le texte ne parle pas d’absides car il fut probablement composé en Syrie ou en Asie Mineure où la norme était une abside entre deux pastophories rectangulaires. En Chypre, une abside combinée avec deux absidioles peut signifier la Trinité et servir comme équivalent d’un concept théologique. Sur l’île, on rencontre encore quelques absidioles inscrites aux vie et viie s., comme dans les basiliques sud et est de Kalovasos-Kopetra et la petite basilique à transept près du baptistère de Peyia I.

Qu’en est-il du concept des trois nefs comme symbolisant la Trinité ?

  • 93 La Chrysopolitissa de Nea Paphos, qui se trouve en partie sous l’église d’Agia Kiriaki, a été foui (...)

100L’église Saint-Épiphane n’avait pas trois nefs à l’origine, mais il est possible de distinguer la nef centrale et deux nefs jumelles de part et d’autre de la nef centrale, comme à Saint-Pierre de Rome, au martyrium du Saint-Sépulcre et à l’église du mont Sion de Jérusalem. Du reste, au vie s., les colonnes internes de Saint-Épiphane furent démolies, sans doute à peu près à l’époque où était construite Soloi B (selon la chronologie de V. Tran Tam Tinh), transformant la basilique en église à trois nefs principales. Il en est de même dans la Chrysopolitissa de Paphos où l’on passe de sept à cinq nefs en mettant des absides au bout des bas-côtés internes et des murs droits au bout des bas-côtés externes 93, comme à Saint-Épiphane.

  • 94 Nicolaou 2018, ici particulièrement p. 128.

101Les trois absides de Chypre ne constituent-elles pas une emphase de l’orthodoxie trinitaire portant le sceau de Théodose ? L’apparition des trois absides à Jérusalem et en Chypre est presque concomitante. Sur l’île, on oublia les « forêts de colonnes » et les nefs multiples des premières églises pour un nouveau modèle à trois nefs et trois absides saillantes au ve s. Dès le siècle suivant, des modifications très importantes interviennent à l’intérieur des églises, dans la forme du sanctuaire qui devient plus monumental, par l’introduction du synthronon dans l’abside, par des changements dans la forme des baptistères. Ces nouveautés doivent être mises en relation avec l’intensification des contacts avec Constantinople 94.

102Le pouvoir des évêques était au début embryonnaire, s’appuyant sur la légitimité du passé apostolique, puis l’orthodoxie fut investie par l’autorité du 2e concile œcuménique et l’adhésion au Credo de Nicée / Constantinople.

103On peut considérer que l’église Saint-Épiphane fut construite par le saint docteur à peu près en même temps que la Sainte-Sion, dûe elle-même à Théodose, à l’époque où Épiphane participait à l’élaboration du Credo et s’intéressait au sujet de l’Esprit saint. En outre dans son texte l’Ancoratus, qui signifie « l’ancré dans la foi », Épiphane montre un vif intérêt relatif à la Trinité, puisqu’il avait écrit et dédié cet ouvrage en réponse à des questions posées par des prêtres et des laïcs de la région de Pamphilie sur cette question précise.

104La basilique de la Sainte-Sion, initiée par Théodose au moment du 2e concile œcuménique avait de larges associations doctrinales et théologiques, et son pendant était à Salamine / Constantia ; ainsi, Chypre et Jérusalem étaient associées dans la foi chrétienne.

105Les trois absides devinrent une appropriation de Chypre, unie à Jérusalem dans la foi et l’orthodoxie de Nicée / Constantinople, qui avait construit dans la cité sainte le Saint-Sépulcre et la Sainte-Sion.

106Une autre explication moins théologique pourrait éclairer l’apparition des chevets à trois absides de Chypre. À l’observation des états successifs des grandes basiliques que nous venons d’étudier – Saint-Épiphane, la Chrysopolitissa, la Campanopétra, Saint-Auxibios de Soloi –, on peut relever un certain nombre de traits communs et originaux. Certains de ces traits ont leur origine dans les basiliques de Palestine. Ainsi, les couloirs latéraux qui longent les murs nord et sud et se développent de l’ouest vers l’est se trouvent déjà dans l’architecture du Saint-Sépulcre, comme dans la basilique de la Sainte-Sion. De plus, le plan des absides latérales flanquant l’abside principale a son origine en Palestine. On trouve dans la basilique de l’Agonie, ou Gethsémani, une abside saillante et deux absidioles derrière un mur droit. Si en Palestine, les absidioles ne dépassent pas le mur oriental, à Chypre, on retrouve la même conception dans Saint-Épiphane de Salamine à la fin du ive s., reprise plus tard dans d’autres églises.

  • 95 « By the fifth century, just about every Cypriot church was design with these flanking apses jutti (...)
  • 96 Stewart 2014, p. 113.

107Au ve s., chaque église chypriote avait un chevet à trois absides saillantes 95. Une des raisons d’être de ces absides saillantes était de pouvoir reconnaître de l’extérieur la tripartition du sanctuaire ; celui-ci était souligné à l’intérieur par des passages entre les absides. D’abord développés à Saint-Épiphane, ces passages entre les absides et les bas-côtés se retrouveront plus tard à Soloi B et dans les plus petites églises du Carpas, comme celles d’Afendrika. Ces passages servaient-ils comme suggéré par Ch. Stewart à la transmission par le clergé du pain eucharistique vers les fidèles installés dans les bas-côtés 96 ? La question ne peut être tranchée.

  • 97 Stewart 2014, p. 111 et 112, montre les plans des cathédrales de Salamine, Paphos et Soloi, au mil (...)

108Dans la Campanopétra, la circulation du clergé se faisait au vie s. par un passage derrière le synthronon. En effet, des modifications interviennent à l’époque justinienne, mais ne concernent pas le plan général des grandes cathédrales de Chypre : elles restent rectangulaires, ont trois absides à l’est, 2 à 4 ou 6 bas-côtés séparés par des colonnades, un narthex et un atrium et sont couvertes en charpente. La nouveauté intervient dans l’installation d’un synthronon dans l’abside, l’agrandissement des nefs en enlevant deux colonnades (à Saint-Épiphane, la Chrysopolitissa, Soloi B), avec pour la Chrysopolitissa la création d’un chevet à trois absides saillantes, à pans polygonaux 97.

109Ces traits originaux de Chypre, comme les passages entre les absides, et les traits communs comme les couloirs latéraux et les trois absides ont leur origine dans la grande cathédrale métropolitaine de Salamine / Constantia, elle-même ayant trouvé ses modèles en Palestine, sous l’influence de son évêque d’origine palestinienne : saint Épiphane. La liberté culturelle et l’identité de Chypre, portées par ses évêques, transparaissent dans son architecture influencée par les tendances des pays environnants ; l’île s’est appuyée très tôt sur ses propres traditions et a su transformer ces influences précédentes en innovations locales. Les églises rurales et les petites basiliques, présentent des versions réduites des grandes cathédrales urbaines du ve s. et multiplient le modèle chypriote des églises à trois nefs et trois absides saillantes.

Le martyrium de Saint-Syméon

  • 98 C’est ce que révèle le texte de la Vita 113 ; cf Sodini 2017, ici p. 6.

110Le célèbre saint stylite, qui passa les trente dernières années de sa vie sur une colonne composée de trois tronçons en hommage à la Trinité 98, mourut vers 459 et l’aura internationale qu’il avait eu durant sa vie se poursuivit autour de son martyrium, entraînant de nombreux pèlerinages.

  • 99 Sodini 2017, p. 8.

111Le martyrium, pourrait avoir été construit à partir des années 470, sous le règne et avec les subsides de l’empereur Léon 99, son édification se prolongeant sous Zénon, probablement jusqu’aux années 490.

112Le bâtiment se composait d’un octogone central et de quatre bras basilicaux, formant une croix rappelant le plan de Saint-Babylas d’Antioche. La basilique orientale, où se tenait le culte, se terminait à l’est par trois absides largement ouvertes sur les nefs, conformes aux églises de pèlerinage, et à l’extérieur par un chevet à trois absides saillantes, orné de colonnes (fig. 9). L’idée venait probablement de la Rotonde du Saint-Sépulcre qui avait était mise en place quelques années après 335. Ce plan du chevet était tout à fait nouveau en Syrie, avec à l’intérieur un notable déplacement des pastophories habituellement placées de part et d’autre de l’abside, ces pièces rectangulaires composant le diaconicon et le martyrium. Le martyrium, devenait à la fois toute l’église avec la colonne du saint qui représentait la relique de la vie de Syméon, le diaconicon étant rejeté sur un côté. On peut s’interroger à propos de l’ajout des colonnes du chevet : sont-elles une invention locale ou viennent-elles d’un atelier byzantin, inspiré par Jérusalem ? Parmi les autres innovations, on remarque le traitement de l’octogone autour de la colonne du saint, dont le plan venant d’Antioche fut un modèle inspirant pour beaucoup de monuments en Syrie.

Figure 9.

Figure 9.

Le chevet oriental de Saint-Syméon

cliché M. Balty

La construction du chevet de Saint-Syméon a-t-elle influé sur celle des chevets à trois absides saillantes de Chypre ?

  • 100 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 53-55 et Delvoye 1972, p. 17-21.

113Le chevet de Saint-Syméon, avec ses trois absides saillantes, apparut en Syrie comme une totale innovation. Ce type de chevet, probablement édifié avec des artisans de la capitale, était inconnu au ve s. à Constantinople. Est-il pour autant à l’origine de cette typologie ? Serait-il le pionnier et le prototype d’une formule qui fut adoptée à Chypre ? Cette thèse paraît difficile à accepter d’emblée et V. Tran Tam Tinh, à la suite de Ch. Delvoye, qui pose la question de cette manière, trouve difficile de démontrer la dépendance artistique de Chypre vis à vis de Saint-Syméon, d’autant plus que les trois absides apparaissent à Chypre avant Qalʿat Semʿan 100.

114Nous avons vu précédemment en effet que des églises à trois absides saillantes sont connues à Chypre au ve s., mais elles ne sont pas de très grandes dimensions. La question de l’influence du chevet de Saint-Syméon se pose pour les grandes églises construites à la fin du ve s. et au vie s. Nous examinerons les deux grandes basiliques de Soloi et de Salamine.

  • 101 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 53-54.
  • 102 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 55.

115Concernant la basilique Saint-Auxibios de Soloi ou basilique B, l’archéologue V. Tran Tam Tinh s’est interrogé sur l’origine des trois absides saillantes 101 et considère difficile que Qalʿat Semʿan soit le prototype de ce chevet alors que selon lui : « les architectes chypriotes avaient eux-mêmes trouvé dans le schéma de Saint-Épiphane une inspiration, pour créer, sans chercher ailleurs le prototype de la basilique à trois absides saillantes ». Pour lui, le schéma de l’église de Soloi se rapprochait plus de Saint-Épiphane que de Saint-Syméon 102.

  • 103 Roux 1998a, p. 241-242.

116S’agissant de la Campanopétra de Salamine, G. Roux pensait que les trois absides de la Campanopétra étaient peut-être une innovation chypriote reflétant la créativité de l’île, dont aurait pu s’inspirer l’architecte de Qalʿat Semʿan. Il suggère également que l’immense notoriété du pèlerinage vers Saint-Syméon, en faisant du plan de son chevet un exemple à reproduire, aurait déteint sur la Campanopétra et sur Saint-Barnabé 103 et aurait ensuite favorisé sa diffusion dans l’île.

  • 104 Pour Ch. Delvoye, Saint-Épiphane s’inspire des Lieux saints, Delvoye 1980, p. 317.

117Ch. Delvoye, qui rapproche la Campanopétra de la basilique Saint-Épiphane, rappelle que leurs chevets ont plus d’affinités avec la Palestine qu’avec la Syrie 104 et traduisent une volonté affirmée d’indépendance de Chypre par rapport au siège d’Antioche.

A. H. S. Megaw partage cette proposition et considère que le chevet de Saint-Épiphane a pu être importé de Palestine, sa terre mère (voir plus haut).

  • 105 La thèse de R. Maguire que nous avons eu la chance de lire avant sa publication, ce dont nous reme (...)
  • 106 Honigmann 1939, p. 38. Hiéroklès parle de 13 cités et en ajoute une 14e, Trémithonte.

118L’argumentaire précédent, reposant sur l’influence probable de la Sainte-Sion pour la construction de Saint-Épiphane et la possible symbolique trinitaire adoptée pour son chevet, rejoint les thèses de Ch. Delvoye, G. Roux et V. Tran Tam Tinh. L’hypothèse basée sur le chiffre trois, comme représentation symbolique de la Trinité se reflétant dans le nombre des absides et des nefs, est largement développée dans la thèse de R. Maguire en 2012 105 et elle nous semble avoir eu un impact majeur sur la construction des trois absides de Chypre et leur développement dans toute l’île à partir du début du ve s. En outre, il paraît assez évident de noter le rôle du clergé de Chypre, souligné au vie s. par le chroniqueur Hiéroclès 106 qui rappelle que les treize plus grandes villes de l’île avaient à leur tête un évêque puissant. Le clergé de Chypre, très attaché à la fois à l’orthodoxie de Nicée comme à son statut d’appartenance à une Église apostolique, statut bientôt confirmé en 431 par l’autocéphalie, conservait la liberté de ses pratiques, en s’exprimant par un art monumental original qui se créa peu à peu à partir de la fin du ive s. pour aboutir à un schéma à trois absides saillantes.

119On constate que la construction vers 470 du martyrium de Saint-Syméon avec ses trois absides saillantes et ornées de colonnes, arrive bien après l’éclosion des trois absides en Chypre et si elle a pu avoir un écho dans certaines basiliques de Syrie, elle ne nous semble pas à l’origine des chevets tri-absidés de Chypre qui paraissent découler d’un symbolisme, d’un concept théologique et d’une volonté de liberté culturelle mis en place plus tôt. Cependant, l’édification de la somptueuse cathédrale de la Campanopétra à la fin du ve s., inspirée librement du Saint-Sépulcre, qui intervient en même temps ou peu après la construction du martyrium de Saint-Syméon, nous interroge sur les possibles interactions et influences entre ces deux monuments. Reprenant la suggestion de G. Roux, il paraît possible que la notoriété du saint stylite ait pu avoir un certain retentissement ou susciter une émulation dans la création d’une nouvelle cathédrale à Salamine / Constantia. L’édification de Qalʿat Semʿan, initiée par Léon, continuée sous Zénon et qui s’est prolongée sur deux décennies, son chevet ayant été construit en dernier, rend possible une contemporanéité des chevets. Ce fait invite à voir une construction plus ou moins contemporaine des deux églises, avec d’un côté la Campanopétra rappelant par son plan le Saint-Sépulcre et de l’autre l’ajout du décor somptueux des colonnes sur le chevet oriental de Saint-Syméon, évoquant la rotonde du Martyrium jérusalémite.

Conclusion

120Le chevet à trois absides n’est pas une rareté en Chypre. Au contraire cette forme paraît voir ses prémices se mettre en place dès la fin du ive s., lorsque l’île est prise d’une fièvre de constructions, une fois remise des tremblements de terre du milieu du siècle. Parmi les nombreux plans proposés, c’est l’église Saint-Épiphane qui fut la plus copiée et suivie et donna les plans à trois nefs et trois absides qui se répandirent dans l’île dès le début du ve s. Il paraît clair que l’évêque Épiphane, le chef religieux de la métropole Constantia, dans la droite ligne de l’orthodoxie prônée par l’empereur, joua un rôle de leader dans son choix de suivre la ligne proposée par l’autorité impériale au travers des constructions jérusalémites, qui voyaient dans les trois absides un symbole de la Trinité. Le chevet tri-absidé, couplé avec les trois nefs, apparaît dès le début du ve s., avec l’église d’Agios Philon, et d’autres basiliques suivirent ce modèle qui devint la signature de l’île.

Quelques années plus tard, la tradition post-théodosienne des trois absides qui a son origine à Jérusalem, devint habituelle à Chypre.

  • 107 Dans Maguire 2012, p. 233, l’auteur souligne que l’innovation architecturale ecclésiastique est pl (...)

121Avec Épiphane comme évêque de Salamine, à partir de 367, Chypre occupe une position centrale dans la formation de la foi orthodoxe au ive s. Cet évêque d’origine palestinienne, en s’installant à Chypre, a contribué à la construction de l’orthodoxie, en s’engageant contre les hérésies et en participant à la préparation du concile de 381 avec l’empereur Théodose qu’il côtoie plusieurs fois, à Constantinople en 380 et à Rome en 382. Il devient un maitre dans cette quête de l’orthodoxie et apporte de la nouveauté dans les plans d’églises 107, empruntant ses idées à la ville sainte de Jérusalem. Après sa mort, il fut un des premiers à avoir sa Vita écrite, vers le milieu du ve s.

122La basilique de Gethsémani et l’église théodosienne de Sion servirent peut-être de modèle pour la construction de l’église d’Épiphane. En 393, le saint docteur de l’Église pouvait être à Jérusalem pour la fête de la vénération de la croix, avec procession depuis le Martyrium jusqu’à la Sainte-Sion.

123Dans ses écrits comme le Panarion, Épiphane se montre très engagé dans les plus récents développements architecturaux et liturgiques et il était tourné vers Jérusalem. Outre les trois absides, il adopte le rite baptismal de Cyrille de Jérusalem vers 380. Il y a peu de différences dans le temps entre la construction de l’église Saint-Épiphane et son baptistère et les inventions apparues à Jérusalem peu avant, ce qui tend à montrer que les deux cités de Jérusalem et de Salamine / Constantia étaient très liées. Les chevets à trois absides de Jérusalem de la fin du ive s. ont été associés à la formation de l’orthodoxie de Nicée-Constantinople et sont devenus en Chypre au ve s. un type plus ou moins standard.

124Ch. Delvoye, J. Des Gagniers, V. Tran Tam Tinh, G. Roux, Ch. Stewart et bien d’autres dont R. Maguire se sont interrogés sur l’origine de ce chevet et du processus d’apparition de ce type de construction à Chypre.

  • 108 Megaw 1974.
  • 109 Papageorghiou 1986.

125À la suite de A. H. S. Megaw, directeur général des Antiquités de Chypre pendant une longue période 108, plusieurs archéologues se sont posés la question des influences multiples reconnues dans les premiers monuments chrétiens, voyant en Chypre des modèles provinciaux, ou régionaux, dépendant en grande partie de la capitale. De même A. Papageorghiou 109, insistant sur l’influence première de la capitale, trouve que celles de la Terre sainte et de la Syrie sont bien moins importantes, tout en reconnaissant les traits originaux de Chypre, dans ses passages entre les absides et ses baptistères processionnels.

  • 110 Delvoye 1976, p. 19 : « au total les basiliques de Chypre accusent un grand nombre de parentés ave (...)
  • 111 Maguire 2012, p. 82.

126D’autres ont mis en exergue la reconnaissance d’une originalité propre à Chypre, qui aurait cherché ses modèles en Terre sainte et développé à partir de là sa propre créativité. C’est ce dernier courant – déjà initié par Ch. Delvoye 110 et développé par R. Maguire, qui estime que dès la fin du ive s., malgré le statut de Constantinople qui est la nouvelle Rome, ce ne sont pas ses monuments, mais ceux de Jérusalem qui ont influencé ceux de Chypre 111 – qui est à présent privilégié. Ce courant s’accompagne de la réévaluation de l’influence d’une figure théologique majeure, Épiphane, le docteur de l’Église, chantre de l’orthodoxie et évêque de la capitale Salamine / Constantia. Son église prenait aussi exemple sur le Saint-Sépulcre avec ses corridors de circulation.

127À partir de là, les voyages, la fréquentation de l’empereur Théodose, les écrits contre les hérésies, les actes concrets d’Épiphane auraient pesé très lourd dans la création à venir des églises chypriotes à trois absides, s’inspirant des églises de Jérusalem, les premières ayant trois absides externes, ce qui mettait l’emphase sur l’orthodoxie trinitaire. En outre, la présence de couloirs sur les côtés nord et sud, déjà remarqués au Saint-Sépulcre pour la circulation des catéchumènes ou la procession vers une tombe sainte ou une relique, fut longtemps conservée, comme du reste les passages entre les trois absides. Ces églises, à partir du ve s., sont à trois absides saillantes et à trois nefs, comme Saint-Auxibios de Soloi, peut-être une église de transition, et la magnifique Campanopétra considérée à la fois comme l’aboutissement du modèle proposé par Épiphane et le résultat de l’intention symbolique ou allégorique voulant représenter la Trinité, avec en outre la fonction d’église de pèlerinage que ces édifices recouvrent.

128Toutefois, on ne peut s’empêcher de remarquer la troublante concomitance d’apparition des chevets des superbes monuments que sont la Campanopétra et Saint-Syméon, suggérant des influences croisées entre les deux édifices, bien que l’origine des trois absides chypriotes, antérieures à Qalʿat Semʿan, n’ait pas été inspirée par ce dernier.

129Nous avons tenté de montrer que les premiers chevets tripartites de Chypre ont été élaborés de façon indépendante, suivant l’exemple qui était en germe à Saint-Épiphane, et par conséquent que l’île a construit et développé son propre modèle à trois absides saillantes.

130Cependant, la nouvelle cathédrale de Salamine, par son harmonie et son élégance générales, son riche décor intérieur probablement dépendant des subsides impériaux, apparaît, malgré les différences de plans et décors, comme un écho au splendide martyrium de Saint-Syméon. Quelles influences mutuelles ne sont-elles pas sensibles entre ces deux monuments : un prestigieux martyrium construit pour célébrer un saint « mondialement » connu, n’a-t-il pas pu servir d’émulation lors de l’édification de la cathédrale de Constantia ? Les subsides de Léon, puis de Zénon à Qalʿat Semʿan, puis à la Campanopétra n’ont-ils pas été au service d’un dessin, d’un schéma, d’un plan en provenance de Jérusalem, initié par Constantinople ? Il paraît évident que la Campanopétra comme Qalʿat Semʿan portent l’une et l’autre la marque à la fois de l’évergétisme impérial et d’une influence première et indéniable, celle de la cité sainte de Jérusalem prise pour modèle, quoique de façon différente dans les deux cas. De fait, à partir du vie s., avec Justinien, Chypre s’éloigne de l’influence de Jérusalem et de son affiliation à la Constantinople de Zénon pour poursuivre son ouverture vers le monde de la Méditerranée orientale, gardant comme acquis ses chevets tripartites.

Essai de corpus des basiliques protobyzantines de Chypre

Introduction au corpus des églises de Chypre

131Après le parcours précédent, il ressort que les basiliques chypriotes se distinguent par la présence systématique d’absides semi-circulaires, qu’elles soient saillantes ou plus rarement inscrites.

132Ces formes ont à la fois une valeur symbolique et spirituelle, ainsi qu’une valeur architecturale, car construire un chevet avec voûtes en cul-de-four est une œuvre plus complexe qu’ériger un simple mur droit. Toutefois, le grand nombre de spolia à Paphos, Kourion et Salamine après les séismes du ive s. a dû favoriser une récupération de matériaux de bonne qualité venant d’anciens monuments romains, facilement réutilisables pour édifier les nouvelles églises, dans un moment où la foi triomphante du christianisme naissant cherchait à marquer ce nouveau rayonnement. Si les premières basiliques de la fin du ive s. ont souvent des nefs multiples et tâtonnent un peu dans le dessin de leur chevet, c’est grâce au modèle choisi par Épiphane pour sa basilique de Constantia, dès le début du ve s., que la tradition s’établit d’un schéma à trois nefs et absides saillantes. On reconnaît immédiatement la valeur religieuse des monuments, depuis Saint-Épiphane jusqu’à la Campanopétra, sans pouvoir établir à partir de quand ces chevets à abside(s) devenus traditionnels se perpétuent comme un phénomène de mode.

133Églises de pèlerinage, cathédrales des grandes cités et de plus petites villes, églises monastiques, églises rurales, toutes suivent ce même modèle basilical à chevet absidé qui s’est propagé dans toute l’île, avec fort peu de variantes, ce qui nous invite à proposer un corpus. Ce dernier, non exhaustif, ne prend en compte que les monuments ayant fait l’objet de fouilles suivies d’articles ou de publications.

134L’inventaire qui suit classe les églises en fonction de leur chevet, commençant par ceux à trois absides saillantes, les plus nombreuses, puis les églises à une abside saillante et deux inscrites (quatre), le seul exemple connu à trois absides inscrites, puis les chevets particuliers (deux) et les chevets à une abside saillante, en terminant par les chevets qui ne sont pas connus ou mal connus. Dans les deux dernières typologies, il se peut qu’il y ait eu des chevets à trois absides saillantes. Chaque monument dans sa catégorie est accompagné d’une bibliographie et décrit sommairement les fouilles, le monument lui-même et les installations liturgiques quand elles sont connues. Une datation est proposée d’après les données des rapports de fouilles. Les plans de la plupart des monuments cités correspondent soit à des figures du texte principal, soit à des figures jointes au corpus.

135Un tableau faisant la synthèse des particularités concernant l’extérieur de certains chevets et la trace d’un passage entre les absides est ajouté en annexe.

Basiliques à trois absides saillantes

Agios Philon de Carpasia (plan fig. 4)

Megaw & Du Plat Taylor 1981 ; Megaw 1997, p. 341-352 et p. 343 pour la datation.

136Fouilles du département des Antiquités de Chypre en 1935, et 1937-1938 et derniers relevés en 1953. Publication par Megaw et Du Plat Taylor.

Description

137À Carpasia, évêché de la péninsule du Carpas, se trouve une église à trois nefs et chevet saillant. Le bâtiment de dimensions modestes (20,50 m × 13,40 m) est doté à l’est de trois absides saillantes, semi-circulaires à l’extérieur comme à l’intérieur. Un passage de circulation était ménagé entre les trois absides. À l’ouest s’étendaient un narthex et un atrium.

138Les absides centrale et sud sont en partie couvertes par une église médiévale. Dans l’abside nord à décor d’opus sectile, dont le sol est légèrement surélevé, un sarcophage en terre cuite est placé à l’angle nord-est de l’absidiole. Les nefs sont divisées en trois par deux rangées de huit colonnes couronnées de chapiteaux à feuilles d’acanthe du type ve s. Un étage de galeries supérieures est probable (restes d’autres tronçons de colonnes). Sous la basilique médiévale, un bas-côté supplémentaire terminé par une abside à l’est longe le bas-côté sud. Il y a un baptistère au sud, de type processionnel comme à Saint-Épiphane de Salamine, légèrement dévié, non aligné avec la basilique, dû à une structure antérieure sous-jacente ; la cuve baptismale est tournée vers le sud.

Installations liturgiques

139On note un synthronon dans l’abside et des restes d’un ambon, éléments qui pourraient être plus tardifs.

Datation

140L’église et le baptistère ont été construits en une seule phase, vraisemblablement au début du ve s. selon Megaw. L’évêque Philon, venu de Rome qui fut plus tard canonisé était en relation avec l’évêque Épiphane de Salamine au début du ve s. Des lettres en attestent.

Agia Trias de Yaloussa (plan fig. 5)

Megaw 1974, p. 64-68 ; Papageorghiou 1976.

141Fouilles du département des Antiquités depuis les années 1960 et Papageorghiou à partir de 1971 ; la publication finale manque.

Description

142Cette petite église (les dimensions sont d’environ 20 × 10 m), située à Yaloussa dans le Carpas, est à trois nefs, avec trois absides saillantes, semi-circulaires à l’extérieur comme à l’intérieur. À l’ouest un narthex dont la partie sud communique par un tripylon avec une petite salle absidale et un atrium. Les nefs sont séparées par des colonnes, des mosaïques de sol sont conservées. Plusieurs annexes existent autour du bâtiment dont une au sud, longeant le bas-côté sud, se terminant à l’est par une abside. Le baptistère assez important, de type processionnel, est placé au sud-est.

Installations liturgiques

143Le chancel est réduit à la nef centrale, avec un long couloir axial.

Datation

144Selon Papageorghiou, la basilique serait contemporaine de Agios Philon, construite peut-être vers 425 d’après une monnaie d’Honorius, qui faisait partie d’autres trouvailles monétaires et d’après le style des mosaïques.

Basilique de Maroni-Petrera (fig. 10)

Figure 10.

Figure 10.

L’église de Maroni-Petrera

d’après Manning 2002, p. 18

Manning 2002 ; Hadjichristophi 2004, p. 243-244.

145Fouilles du Maroni Valley Archaeological Survey Project, 1991-1997. Publication : Manning.

Le site

146L’église fut découverte en 1993, dans la basse vallée du fleuve Maroni, au sud de l’île, à 1 km au sud-est du village moderne de Maroni. Le site constitue un centre religieux rural, comme il en existe d’autres à Chypre, en particulier à Kalavasos-Kopetra.

Description

147Il y a eu deux églises successives. La première, à trois nefs et trois absides semi-circulaires saillantes, était assez courte en longueur. Une autre église à une abside saillante fut construite au-dessus de la précédente, plus à l’est, remployant les murs extérieurs.

148La première église était peut-être en lien avec le bâtiment pavé installé au sud-ouest, leurs techniques de construction et maçonneries sont similaires ; d’après Manning, ce bâtiment aurait pu être un diaconicon-baptistère, avec présence d’une base semi-circulaire en mortier au centre et un puits non loin. La première église de 11,5 m sur 12,5 m n’a pas de narthex évident. Ses murs, conservés en partie nord-ouest et à l’ouest, montrent une maçonnerie différente de celle des murs de la seconde église. Elle avait une abside semi-circulaire de 3,60 m de diamètre et 0,70 m de profondeur ; les deux autres absides mesurant 3,20 m diamètre et 0,50 m de profondeur. Les absides nord et centrale sont bien construites, celle du sud avec moins de soin. Le mur de l’abside sud a été endommagé par l’insertion tardive de la fondation de la deuxième église pour le bas-côté sud. Il ne reste plus de trace des sols. Il n’est pas impossible que l’abside sud ait été ajoutée.

149La deuxième église incorpore beaucoup des structures de la première. C’était une basilique à trois nefs avec une seule abside centrale saillante, à quatre pans. Elle mesurait 27,5 m sur 12 m avec un grand double narthex à l’ouest de moins bonne qualité de construction que l’église 1. Le pavement était en dalles. L’abside ouvre sur la largeur de la nef centrale. Le bêma était surélevé de deux marches, s’étendant à 3 m vers l’ouest à l’intérieur de la nef centrale. Une tombe était placée dans l’abside côté nord. Il semble que les nefs étaient séparées par deux murs longitudinaux, mais il n’y a pas trace de colonnes. Le bas-côté sud devint une chapelle de 6 m de long, fermée. Un second narthex extérieur fut ajouté. Dans un second temps le narthex intérieur fut subdivisé en deux. Des changements intervinrent dans cette deuxième église comme l’allongement du bêma vers l’ouest et l’élargissement des murs de la nef centrale, qu’il est difficile d’expliquer.

Datation

150D’après les 19 monnaies retrouvées sur le site des deux églises et du narthex, on peut dire que la première occupation de Petrera et la construction de la première église ont pu intervenir au début du ve s. ; l’église suivante, avec les modifications de la première église, remonte au tournant du vie s. et, après 175 ans environ, elle fut abandonnée au milieu du viie s. Parmi les pièces retrouvées sur place, les plus significatives sont celles d’Heraclius (610-641), et des céramiques donnent des dates entre la mi-vie s. et la mi-viie s.

Basilique du Bedestan à Nicosie (fig. 11)

Figure 11.

Figure 11.

L’église du Bedestan à Nicosie

d’après Willis 1986

RDAC 1935-1936 ; JHS 56, 1936, p. 135-158 ; Megaw 1937-1938 ; Willis 1986, p. 185-192, fig. 1-2 ; Halkin 1948, p. 12-19 et p. 15-16 ; Van Den Ven 1953 ; Hadjichristophi 2004, p. 240-241.

151Fouillée par Megaw avec le département des Antiquités de Chypre dans les années 1930 et révision faite par Willis en 1985. Publication : Willis 1986.

Site

152Au centre de Nicosie qui est l’ancienne Ledra (évêché), une basilique à trois absides saillantes a été mise au jour sous une église gothique réoccupée à la fin de l’époque ottomane comme marché couvert ou Bedestan. Cette église gothique était considérée comme celle de la Vierge Hodigitria, et avait été cathédrale orthodoxe de la ville du xive au xvie s.

Description

153L’église paléochrétienne est à trois nefs, de dimensions moyennes (20 à 25 m de long), avec, à l’est, découverts sous le chancel et dans le bas-côté nord de l’église gothique une abside centrale saillante à sept pans à l’extérieur, dont il subsiste encore deux rangées de pierres (alternant des pierres larges et étroites, une technique également observée à l’Asomatos d’Aphendrika) jusqu’à 0,70 m de haut et quelques restes de l’abside nord semi-circulaire. Le bas-côté sud et son abside éventuelle se trouvent sous la double nef sud de la cathédrale gothique, mais Willis rétablit par symétrie une abside semi-circulaire saillante au sud, ce qui donne un chevet à trois absides saillantes. Un petit fragment du pavement en opus sectile a été mis au jour dans la nef centrale.

154Des vestiges de murs et de pavements retrouvés à l’est de l’abside paléochrétienne montrent que des bâtiments ecclésiaux occupaient cet emplacement, comme cela existe autour des premières basiliques de Constantia et de Kourion. Les absides se trouvant à un niveau inférieur au sol gothique servirent d’appui pour la construction du nouveau monument du xive s. Il paraît probable que la basilique paléochrétienne ait été en fonction jusqu’à la construction de la cathédrale gothique et que l’édification d’une double nef au sud ait repris le dessin précédent. Ce qui permet de rétablir la nef sud et son abside saillante, doublée d’une autre nef, comme cela est visible ailleurs dans le Carpas, comme à Agios Philon de Carpasia, Agia Trias de Yaloussa et à Sykha. Il ne semble pas qu’il y ait trace de passage entre les absides, comme d’ailleurs à Agia Trias de Yalousa.

Datation

155La datation proposée est le milieu du ve s. pour l’église, par comparaison avec l’Asomatos d’Aphendrika dont elle est proche pour les techniques de construction selon Willis. Il date aussi l’opus sectile du ve s., alors que Hadjichristophi suggère une date plus tardive pour le pavement, soit le premier tiers du vie s.

156La question s’est posée de savoir si l’église a servi de lieu d’inhumation pour saint Triphyllios, premier évêque de la ville et contemporain de saint Spyridon. La Vita de ce dernier, écrite tardivement, rapporte que c’est Triphyllios qui fit construire la cathédrale de Trimithonte où il souhaitait être enterré. Cependant, il ne paraît pas possible d’assimiler la basilique paléochrétienne du Bedestan à la cathédrale de Triphyllios, l’église de l’Hodigitria au-dessus n’étant devenue cathédrale qu’au xive s. Du moins nous sommes dans l’ignorance de l’emplacement de la cathédrale de Nicosie avant le xive s.

Église sud d’Arsinoé/Polis (fig. 12)

Figure 12.

Figure 12.

L’église sud d’Arsinoé

d’après Caraher 2013, p. 83

Caraher et al. 2013, p. 79-92, plan p. 83, fig. 2.

157Fouilles de 1984 à 2005 par Princeton University. Publication : Caraher.

Description

158Sur le site de l’ancienne cité d’Arsinoé, l’église sud – découverte en 1984 – est placée près d’une voie romaine pavée passant par une arche monumentale, qui devait encore exister au moment de son érection. C’est une basilique à trois nefs mesurant 18 m × 12,7 m avec un narthex à l’ouest et un portique au sud, soit au total 23,3 m × 16,6 m. Le chevet est à trois absides saillantes avec un plan polygonal à cinq pans à l’extérieur pour l’abside centrale, alors que les deux absides latérales sont semi-circulaires à l’extérieur. L’église connut plusieurs phases :

  • La première phase comprenait seulement l’église à trois nefs avec son chevet à trois absides. On constate la séparation des fondations des absides du corps principal de l’église, ce qui est une pratique commune d’un certain nombre de constructeurs à Chypre. Des vestiges de transennes de pierre, panneaux de champlevé, mosaïques de verre, beaucoup d’entre elles avec une feuille d’or, et mosaïques de pierre ont été trouvés près de la partie orientale, attestant la richesse décorative du monument.
  • La deuxième phase vit la complète reconstruction de la nef, l’ajout du narthex et du portique sud. La nef centrale fut renforcée par cinq contreforts irrégulièrement placés le long des murs nord et sud ; une voûte en berceau a dû probablement être construite au-dessus. Ces parties sont datées par des monnaies de Maurice (582-602), retrouvées sous le niveau du portique sud. L’église devint une zone d’ensevelissement pour un grand nombre de personnes (plus de 250 individus), peut-être dès la fin du viie s. et au cours des siècles suivants. La céramique prouve que l’église continua à survivre jusqu’au xie s., sous une certaine forme au moins.

159À Arsinoé, la technique de séparer les fondations du chevet de celles du corps de l’église était peut-être une façon de compenser les problèmes générés par l’activité sismique. En outre, de nombreux puits et canalisations autour de la basilique étaient conçus pour protéger et drainer le site lors des pluies torrentielles et des inondations. Les comparaisons faites par les fouilleurs entre l’église sud d’Arsinoé et la basilique de l’acropole d’Amathonte (même portique sud connecté au narthex au moyen d’une annexe sud, contrôle des mouvements de l’eau dans les zones autour de l’église) leur permettent de proposer la présence d’une même équipe de constructeurs avant la première invasion arabe de 649, pour les deux ensembles.

Datation

160La construction de l’église est difficile à établir, des céramiques retrouvées datant de la fin du vie s. et d’autres du ive et du ve s. Une date vers le milieu ou la fin du ve s. est envisageable, avec des réaménagements et ajouts au début du viie s.

Basilique sud-ouest au pied de l’acropole d’Amathonte (fig. 13)

Figure 13.

Figure 13.

La basilique au pied de l’acropole d’Amathonte

d’après Papageorghiou 1996, p. 85

BCH 86 (1962) p. 412-413 ; Papageorghiou 1964, p. 395-425 ; Papageorghiou, BCH 90-91 (1966-1967) ; Karageorghis, BCH 91 (1967) p. 363-364, fig. 172 = photo de l’église ; Papageorghiou 1996, p. 84-88 ; Nicolaou 2013, p. 157 ; Nicolaou 2018, p. 136.

161Fouillée en 1965-1966 par A. Papageorghiou. Plan p. 85 dans Papageorghiou 1996.

Description

162La petite basilique est à trois nefs, avec trois absides saillantes à pans coupés à l’extérieur. Sa construction au pied de l’acropole a entraîné l’entaille du rocher verticalement et l’aplanissement de la zone. La plus grande partie de son mur nord est constituée par le rocher, Les dimensions intérieures de l’église sont de 17 m sur 12 sans les absides. Les nefs sont séparées par deux rangées de cinq colonnes placées sur des socles carrés. L’abside centrale à cinq pans à l’extérieur, semi-circulaire légèrement outrepassée à l’intérieur, mesure 4 m à la corde et 2,40 m de profondeur, alors que les absides nord et sud, à trois pans externes, sont de 2 m à la corde et 1,20 m de profondeur, également légèrement outrepassées. Le mur nord, taillé dans le roc sur 2,80 m de haut, se terminait par une partie supérieure maçonnée. Sur le flanc sud, la petite chapelle annexe paraît contemporaine. À l’ouest, on remarque la présence d’un narthex et d’un exonarthex à la place de l’atrium habituel, tous deux de même largeur. L’accès à l’exonarthex se faisait seulement par la pièce funéraire occidentale de la chapelle longeant le mur sud de l’église. Ce parakklesion, long de 15,50 m sur 2,75 m de large, se terminait par une abside semi-circulaire à l’intérieur comme à l’extérieur. Une pièce construite au nord, vers l’est, pourrait avoir servi au dépôt des accessoires du culte. Des vestiges de chapiteaux corinthiens en marbre, d’opus sectile – dans la nef centrale –, de peintures murales et de stucs, des reliefs en plâtre et des tuiles gisaient sur le sol lors de la découverte en 1961, mais les colonnes étaient absentes. Les fragments de revêtement en plâtre ont permis de reconstituer une poursuite d’animaux d’une corniche décorative dans la chapelle annexe sud, attribuée à la fin ve-début vie s. De nombreux fragments de mosaïques murales devaient orner les murs de la basilique.

Installations liturgiques

163Le sanctuaire surélevé s’étendait dans les deux premières travées de la nef centrale. La base d’autel était en place, brisée (1,30 m × 1 m) : c’était une table rectangulaire à quatre pieds et un piédestal central (seul conservé). De cette base d’autel partait une canalisation qui allait jusqu’à un bassin au niveau de la 2e colonne côté sud.

Datation

164D’après Papageorghiou : construction fin ve s.

La grande basilique épiscopale (au sud-est de l’acropole) d’Amathonte (fig. 14)

Figure 14.

Figure 14.

La basilique épiscopale d’Amathonte

dessin M. Chamberlain dans Procopiou 2013, p. 271

Procopiou 1996, p. 162-164, plan p. 163.

165Découverte à la fin des années 1990, bien que fouillée, cette cinquième basilique d’Amathonte n’est pas encore publiée. La moitié sud du complexe a été rongée par la mer.

Description

166Il s’agissait d’une très grande basilique comportant trois nefs revêtues d’opus sectile, séparées par deux colonnades. Deux des trois absides saillantes sont préservées. Les annexes conservées au nord sont munies de banquettes maçonnées et d’un dallage en plaques de calcaire. Un narthex sépare les nefs d’un vaste atrium à péristyle. Les dimensions de l’ensemble, d’au moins 70 m de longueur, en font un des plus vastes sanctuaires de Chypre après la Campanopétra.

Installations liturgiques

167L’empreinte de l’autel est visible sur le sol d’opus sectile du sanctuaire.

Datation

1682e moitié du ve s., détruite en 653/654 d’après une couche de destruction datée par des monnaies et qui correspond à la seconde attaque arabe. Une réfection partielle a été entreprise sous Constantin IV (654-685).

Basilique de la côte (Paraliaki) à Kourion (fig. 15a et b)

Figure 15a.

Figure 15a.

La basilique Paraliaki de Kourion : plan

d’après Christou 2013

Figure 15b.

Figure 15b.

La basilique Paraliaki de Kourion : vue aérienne

d’après Christou 2013

Christou & Nicolaides 1998, p. 50-51 ; Christou 2013, p. 237-276 ; Nicolaou 2018, p. 130-133 ; Hadjichristophi 2018 p. 205-208.

169Fouilles D. Christou de 1994 à 1998 ; publication Christou 2013 avec plan et photo.

Description

170Située sur la plage, en contrebas de la colline où se trouvait la ville antique et paléochrétienne de Kourion, la basilique à trois nefs découverte en 1993 possède un chevet à trois absides saillantes. L’abside centrale se termine par cinq pans et les absides latérales plus petites par trois pans. La nef centrale spacieuse (18 m × 7 m) est séparée des deux nefs latérales par 2 × 6 colonnes de marbre à chapiteaux corinthiens (11 d’entre elles retrouvées in situ ont été réédifiées). Le long du bas-côté sud une annexe toute en longueur est divisée en plusieurs pièces alors que plusieurs autres espaces de diverses tailles occupent la zone au sud, en liaison avec l’annexe et l’atrium. À l’ouest, une cour à portiques forme l’atrium (20 × 20 m) dont la partie orientale constitue le narthex de l’église.

171La basilique a un riche décor de mosaïques géométriques, bien préservé dans les deux bas-côtés et moins dans la nef centrale. Des mosaïques murales présentant un décor de fleurs, fruits et oiseaux, ont pu être reconstituées en partie grâce à l’abondance des tesselles retrouvées le long des murs de l’église et déposées au musée d’Episcopi. Une datation au vie s. est proposée pour les mosaïques. Enfin, 109 monnaies de bronze retrouvées pendant les fouilles ont permis de suggérer plusieurs phases approximatives de la vie de l’église : 525/600 pour la 1re phase, 600/650 pour la 2e phase et 650/750 pour la 3e phase. Les grandes dimensions de la basilique sont d’environ : 27,50 m 14,80 m.

Installations liturgiques

172Le sanctuaire côté est, surélevé et délimité par des chancels, est pavé d’opus sectile en plusieurs plaques, dont une au centre représente une grande croix, placée devant l’emplacement de l’autel. Un réaménagement est intervenu au cours du vie s., avec l’entrée du sanctuaire marquée par deux hautes colonnettes, et l’avancée du chancel plus vers l’ouest. Les traces des nouvelles barrières occupent une position inhabituelle, avec deux chancels placés dans les entrecolonnements des trois premières travées, vers l’ouest dans la nef centrale, mais sans barrière transversale. Cette dernière partie formant une sorte de « chœur bas », comme dans l’église épiscopale de Kourion et dans la basilique extra muros de Kourion, comparable aux chœurs des églises de Phénicie première. Un reliquaire était semble-t-il fixé à une structure dans l’abside sud.

Datation

173Fin du ve ou début du vie s.

Basilique de la Campanopétra à Salamine/Constantia (plan fig. 7b)

Pouilloux 1969, p. 47-53 ; Roux 1998 ; Megaw 2006.

174Fouille et publication G. Roux.

Site

175Dans l’angle sud-est de la cité antique de Salamine, un grand complexe monastique et basilical a été mis au jour entre 1965 et 1974, mesurant 152 m de long. Ce complexe d’ouest en est comprenait cinq parties : une cour d’entrée ; un atrium ouest entouré de cellules de moines autour des portiques, avec une phiale au centre ; puis le narthex, l’église, avec un baptistère au nord, et l’atrium oriental.

Description de l’église

176Précédée d’un narthex à l’ouest avec deux absides au nord et au sud, limitée sur ces mêmes côtés par deux couloirs extérieurs en communication avec elle, reliés au narthex et à l’atrium de l’est, la basilique comprenait trois nefs et trois absides semi-circulaires saillantes et mesurait 41,60 × 20,42 m. La nef centrale était séparée des nefs latérales par 2 × 11 colonnes corinthiennes en marbre et 2 demi-colonnes adossées, reliées entre elles par des arcs en claveaux de calcaire, plaqués de marbres alternativement blanc et noir. Les arcades soutenaient un étage de tribunes pourvues d’un ordre corinthien de colonnes. En outre, deux rangées de pilastres corinthiens décoratifs en marbre étaient inclues dans le plaquage des murs nord et sud, donnant l’illusion de l’existence de 5 nefs. Les trois absides en carreaux et boutisses étaient appareillées avec soin. À l’intérieur, elles ne communiquaient pas entre elles. Lors de l’installation du synthronon, un couloir fut laissé libre derrière, servant de « salle du trésor », grâce à trois grandes niches utilisées pour le dépôt d’objets sacrés et précieux. Les conques absidales devaient être décorées de mosaïques dont il ne reste rien sinon quelques rares tesselles éparses. Les sols des nefs latérales et des absides étaient pavés de dalles de calcaire qui, lors des modifications opérées sous Justinien, furent couvertes en partie d’opus sectile, avec en outre agrandissement des chancels de 3,50 m vers l’ouest en avant des absides.

Installations liturgiques

177Le sanctuaire comprenait un bêma, un chancel dans la nef centrale qui par la suite s’agrandit vers les bas-côtés, le synthronon sans doute ajouté sous Justinien, un autel sous baldaquin et un ambon dans l’axe (phase justinienne). Dans l’abside nord se trouvait un gros reliquaire de type syrien avec trois sorties d’huile.

Datation

178Construction d’origine de la fin ve s., sous Zénon. Plusieurs phases au vie s. et ensuite un certain nombre de modifications.

Saint-Auxibios de Soloi (plan, fig. 6a)

Papageorghiou 1976 ; Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985 ; Megaw 2001 ; Neal 2009 ; Noret 1986, p. 451.

179Fouilles (et publication) par Des Gagniers et Tran Tam Tinh.

Le site

180Sur le site de Soloi, ancienne cité grecque sur le golfe de Morfou au nord de l’île de Chypre, une grande basilique (basilique B) qui en recouvrait une précédente (basilique A) a été en grande partie dégagée par une expédition canadienne. Les fouilles interrompues en 1974 n’étaient pas entièrement terminées et malgré la publication en 1985 des éléments retrouvés, certaines incertitudes subsistent à propos des datations des deux monuments, tandis que des problèmes concernant les multiples panneaux de mosaïques de la basilique A sont loin d’être résolus.

La basilique A (fig. 6b)

Description

181Bien qu’aucun élément chrétien ne l’atteste, c’était probablement une basilique à chevet droit, avec cinq nefs et un sanctuaire central non surélevé ; ce plan inédit à Chypre est reproduit dans la Chrysopolitissa de Paphos au ve s. Les sols des nefs portaient un décor géométrique en mosaïque. Dans un deuxième temps, selon l’hypothèse de Megaw, une annexe fut ajoutée à l’est, contre la face ouest des niches d’un ancien nymphée désormais privé d’eau après le tremblement de terre de 365. L’église des évêques de Soloi fut probablement réparée des dommages du séisme avant d’être remplacée par un monument plus grandiose à la fin du ive s. (hypothèse de Megaw) ou bien aurait duré encore un siècle pour Tran Tam Tinh.

Datation

182Construction vers 335-337 à l’époque constantinienne pour Tran Tam Tinh ou dans la 2e moitié du ivs. ; plutôt vers 330 pour Megaw.

La basilique B (fig. 6c)

Description

183Une basilique à trois nefs et trois absides saillantes semi-circulaires à l’extérieur fut édifiée sur la basilique précédente. Des passages permettent de circuler entre les trois absides. Dimensions très importantes de 54 m sur 31 m. Les sols des deux monuments sont superposés et seuls quelques centimètres séparent les mosaïques de la basilique A de l’opus sectile de la basilique B. Pour Megaw, qui a repris l’étude des deux bâtiments, la basilique B comporte un certain nombre de facteurs qui sont forcément intervenus bien avant le vie s., comme l’utilisation des spolia, les passages entre les absides et la petitesse du sanctuaire initial.

Installations liturgiques

184Sanctuaire réduit à la nef centrale et n’allant pas jusque dans l’abside à l’origine, fondations d’un ciborium entourant l’autel, synthronon ajouté au vie s. qui bloqua les absides et recouvrit la prière d’un mosaïste anonyme.

Datation

185Vers 500, avant 550, pour Tran Tam Tinh, mais bien avant pour Megaw qui situe la construction vers 400, avec des phases postérieures au vie s., dont l’installation du synthronon.

Basilique de Lysi

Papageorghiou, BCH 88 (1964) p. 374 et 376. Plan de Papageorghiou dans la revue chypriote Apostolos Barnabas 25, 1964, p. 157, fig. 3, en grec, non accessible en France.

Description

186À 500 m à l’ouest du village de Lysi, dans le centre-est de l’île, une petite basilique a été repérée par les villageois, que le service des Antiquités a essayé de sauver du bulldozer. A. Papageorghiou a lancé une investigation qui a mis au jour le plan d’une église à trois absides semi-circulaires saillantes, sans narthex ; les stylobates détruits n’ont pas permis de retrouver l’emplacement et le nombre de supports. Quelques restes infimes font penser qu’une partie du pavement était en opus sectile. Le chancel dans la nef centrale serait du vie s. Les dimensions sont inconnues.

187À une date tardive, après la destruction au moins partielle de la basilique, une chapelle a été ajoutée au sud et un narthex à l’ouest, où trois tombeaux non datables ont été trouvés.

Datation

188Aucun indice ne permet de dater la basilique, qui est bien antérieure au viie s. ; une date est possible entre la fin ve s. et le vie s.

Panagia Angeloktisti de Kiti

Foulias 2004, p. 14 et 28 ; Scudellaro et al. 2012, p. 825-830 et plan p. 844.

189Fouilles Foulias.

Description

190Située dans le village de Kiti à environ 12 km au sud-ouest de Larnaca, l’antique Kition, l’église paléochrétienne fut sans doute construite au ve s. L’église visible à l’heure actuelle résulte de multiples remaniements et a été édifiée sur une basilique protobyzantine à trois absides saillantes. Il ne subsiste que des fragments des absides latérales, mais l’abside centrale a été entièrement conservée avec, dans sa conque, les vestiges d’un décor de mosaïque du vie s., daté 582-602 par Foulias. La mosaïque représente la Vierge debout sur un petit socle rectangulaire, tenant l’enfant debout sur son bras droit. La scène sur fond d’or est flanquée des archanges Michel et Gabriel. Au-dessus, l’inscription en grec désigne la Vierge : Agia Maria. L’arc qui entoure le tout est également orné de mosaïques, avec une croix au centre et des signes floraux. Plus tard, un renforcement limité des murs des trois absides a été entrepris, mais on ignore à quelle date car certaines rénovations modernes empêchent de distinguer les phases de reconstruction. Les dimensions de l’église sont d’environ 20 m sur 13 m.

191Le monument a dû être détruit en grande partie lors des raids arabes des viie-viiie s. On ignore comment la mosaïque a pu être préservée. Aux xie-xiie s. elle était incorporée dans la nouvelle église à coupole.

Datation

192Fin ve ou vie s.

Agios Georghios près de Peyia, basilique 1, cap Drepanum (fig. 8a)

Megaw 1960, p. 348-349 et fig. 26 ; Megaw 1974, p. 71-72 ; Nicolaou 2012, p. 51.

193Entre 1952 et 1955, près du petit village de Peyia sur le cap Drepanum, trois basiliques ont été fouillées par le département des Antiquités. La principale est la basilique 1.

Description

194L’église à trois nefs et trois absides saillantes, dont l’abside centrale à trois pans et les absides latérales à deux pans, mesurait 27,8 m sur 19 m. Les colonnes et chapiteaux séparant les nefs étaient de marbre de Proconnèse avec des tribunes situées au-dessus des bas-côtés. Un atrium à quatre portiques était placé à l’ouest et plusieurs pièces occupaient la partie nord, longeant le bas-côté correspondant, dont une petite chapelle à abside à trois pans. Au-delà de l’atrium, un baptistère était associé à une petite basilique à transept, possédant trois absides dont l’une saillante à trois pans et deux inscrites.

Installations liturgiques

195Le monument disposait d’un synthronon dans l’abside, d’un chancel se développant dans la nef centrale et les nefs latérales et d’un ambon placé dans l’axe dont on conserve un panneau décoré. Un reliquaire inédit y est signalé par D. Nicolaou.

Datation

196Époque justinienne (vie s.).

Agios Georghios près de Peyia, église 2 (fig. 8b)

Megaw 1960 ; Megaw 1974, p. 72 et fig. E.

Description

197La deuxième église du site, plus petite (17 m sur 14,20 m), était à trois nefs et trois absides saillantes, avec un narthex à l’ouest et un portique au nord. Ses colonnes et chapiteaux de forme ionique à imposte divisant les nefs étaient de marbre.

Installations liturgiques

198Le sanctuaire était bordé de chancels en avancée dans la nef centrale et plus en retrait dans les nefs latérales. Le synthronon occupait l’abside.

Datation

199L’église a dû être construite vers la fin du vie s. ; une tombe dans la partie sud du narthex contenait des bijoux rappelant certains objets du trésor de Dumbarton Oaks correspondant à cette date.

Agios Georghios près de Peyia, église 3 (fig. 8c)

Megaw 1974, p. 71-72 et fig. E.

Description

200La troisième basilique du site d’Agios Georghios était encore plus petite (15 m sur 12 m). Elle était dotée de trois nefs et trois absides saillantes, à trois pans. Un narthex était visible à l’ouest, comme des restes de structures au nord. Les colonnes de marbre étaient surmontées de chapiteaux très simples, venant toujours des carrières de Proconnèse en mer de Marmara.

Installations liturgiques

201Outre le synthronon dans l’abside, le sanctuaire se développait dans la nef centrale et au moins dans la nef nord.

Datation

202La basilique serait de la toute fin du vie s.

Asomatos d’Aphendrika (fig. 16)

Figure 16.

Figure 16.

L’Asomatos d’Afendrika

d’après Megaw 1946, p. 49

Megaw 1946.

Description

203C’est une basilique à trois nefs et trois absides saillantes, avec passage entre les absides, de petites dimensions (16 m × 13 m sans les absides) ; ses installations liturgiques ne sont pas connues. Elle a été recouverte par une église plus tardive.

Datation

204vie s.

Panagia d’Aphendrika (fig. 17)

Figure 17.

Figure 17.

La Panagia d’Aphendrika

d’après Megaw 1946, p. 51

Megaw 1946.

Description

205Très semblable à l’Asomatos du même site, mais de plus grandes dimensions (22 m × 17 m sans les absides), la basilique est à trois nefs et trois absides saillantes qui communiquent entre elles. Son incorporation dans une église postérieure empêche de connaître ses installations liturgiques.

Datation

206vie s.

L’église de la Pergameniotissa, près d’Akanthou

207Pas de fouilles (dans la partie occupée). Citée dans Papageorghiou 1985, p. 303.

Description

208Située à l’est d’Akanthou, sur le site de l’ancienne Pergame, la basilique à trois nefs avait un chevet à trois absides saillantes, et communication entre les trois absides. Ce trait particulier se retrouve au nord et au nord-est de l’île (outre l’exemple de Saint-Épiphane de Salamine). Le monument fut détruit au viie s. et une autre église reconstruite à l’époque médiévale fut abandonnée après 1974.

La Panagia de Sykha (fig. 18)

Figure 18.

Figure 18.

La Panagia de Sykha

d’après Megaw 1946, p. 55

Megaw 1946 ; Megaw 1974, p. 57-88 ; Papageorghiou 1982, p. 438.

Fouilles de Megaw. Plan dans Megaw 1946, p. 55.

Description

209Dans la péninsule de Carpas, à 8 km au sud-ouest de Rizokarpasso, la basilique à trois absides semi-circulaires saillantes fut probablement construite au vie s. Ses absides subsistent sous le nouveau monument, ainsi que le mur ouest auquel était ajouté un narthex. La basilique paléochrétienne a été recouverte par une autre basilique au viie ou au viiie s. Dimensions : 13x 12 m (sans les absides, narthex et chapelle sud).

Datation

210vie s.

La basilique nord de Kalavasos (fig. 19)

Figure 19.

Figure 19.

La basilique nord de Kalavasos

d’après Rautman 2003, p. 122

RDAC 1994, p. 299-301 ; Rautman 2003, p. 121-130.

211Des surveys eurent lieu à partir de 1987-1988 et 1989-1990, puis une campagne majeure d’exploration en 1991 (Area V) fut gênée par la présence d’une récente plantation d’oliviers qui a contraint les fouilleurs à procéder par tranchées isolées les unes des autres. La campagne dut être interrompue faute de temps et le dégagement de la basilique ne put se poursuivre, plusieurs parties de la structure restant inconnues ou incertaines. Publication : Rautman 2003, plan p. 122.

Description

212La basilique (dimensions : 20 m × 13 m) est la plus grande du site de Kalavasos qui en compte trois, et sans doute la première construite, avec trois absides semi-circulaires saillantes, bien que le dégagement n’ait mis au jour que l’abside centrale et l’absidiole sud. La basilique possède un narthex à l’ouest et un espace latéral longeant la nef sud. Pavement en dalles de marmara (gypse local) dans la nef sud et le narthex, mais pas dans l’espace latéral sud. Des structures non dégagées sont possibles devant le narthex. Le sanctuaire se termine par des absides saillantes ; l’abside centrale mesure 5 m de diamètre, l’abside sud 2,30 m. Un pilastre arrondi ayant été dégagé entre les deux absides a permis de déterminer que la nef centrale mesurait 6 m et celle du sud environ 3 m. Les deux colonnades devaient être constituées de 2 × 7 piliers cylindriques avec entrecolonnement de 2,60 m. Le bêma et l’abside centrale étaient pavés d’opus sectile. Une grande quantité de tesselles provenaient de la calotte absidale. L’absidiole sud était pavée de dalles de gypse, à un niveau légèrement plus bas que l’abside centrale. À une date postérieure, des modifications semblent être intervenues dans la partie devant l’absidole et dans la colonnade sud. Un banc bas fut construit dans l’angle sud-ouest. Des céramiques datent cette modification du début du viie s. Des réparations intervinrent à l’ouest du bas-côté sud, montrant que l’église fut occupée jusqu'au milieu du viie s. Une tombe était creusée devant la porte ouest du narthex, abritant un squelette d’adulte masculin. Il n’a pas été possible de déterminer si cette tombe était placée là au début de la construction de la basilique ou après les modifications. Le narthex couvert de dalles de gypse possède un banc le long du mur ouest qui s’arrête devant la porte axiale de l’église. Cet accès fut rétréci et fermé à une date ultérieure (monnaie de Justinien ou de Justin II). Cette zone fut recouverte vers le milieu du viie s. par l’écroulement des murs supérieurs et du toit.

213La chapelle sud (mortuaire ?) n’a pas un sol entretenu. La colonnade sud a été en partie remplacée par un mur pour une raison ignorée, à une date ultérieure fin vie-début viie s. La basilique a dû s’écrouler vers 650.

Datation

214Début vie s. d’après les céramiques et l’opus sectile du sanctuaire.

Basilique de la Chrysopolitissa de Paphos (fig. 20a et 20b)

Figure 20a.

Figure 20a.

La Chrysopolitissa de Paphos : a. première phase

d’après Stewart 2014, fig. 8.3, b, p. 112

Figure 20b.

Figure 20b.

La Chrysopolitissa de Paphos : b. deuxième phase

d’après Stewart 2014, fig. 8.4, b, p. 112

BCH 97 (1973) p. 679-680 ; BCH 98 (1974) p. 895 ; BCH 99, p. 844 ; CARDA 197 1974, p. 30-31 ; Papageorghiou 1976, p. 7-10 ; Papageorghiou 1985, p. 305-307, fig. 2.

215Fouilles A. Papageorghiou de 1972 à 1989. Pas de publication finale.

1re phase (fig. 20a)

216C’était d’abord une grande basilique à sept nefs, de plan irrégulier, plutôt trapézoïdal, terminée à l’est par un mur droit. Les nefs étaient séparées par des colonnes alternativement de granit et de marbre. Les sols portaient un décor de mosaïques géométriques. Un narthex à l’ouest débordait le mur sud et continuait sous la forme d’un long couloir jusqu’à une annexe plus au sud ; à l’ouest était un atrium à quatre portiques. Dimensions du monument : environ 48 m × 38 m.

217Le bêma placé au centre de la nef se terminait par une abside libre derrière laquelle se trouvait une cour bordée des deux côtés par 2 × 2 colonnes de granit de 7,15 m de haut et 0,95 m de diamètre, avec des bases et chapiteaux de marbre.

218Datation : fin ive s./ve s.

2e phase (fig. 20b)

219Pendant un remaniement au vie s., la basilique fut réduite à 5 nefs, avec création au bout des deux collatéraux intérieurs et de la nef centrale d’un chevet à trois absides saillantes à pans coupés. Dans le chœur, l’abside centrale fut rasée au sol et on lui en substitua une autre placée cinq mètres plus à l’est, formée de 11 colonnes disposées en forme de croissant. Le pavement de la nef centrale fut déblayé et remplacé par une nouvelle mosaïque, 0,50 m au-dessus du sol précédent.

220Datation : vie s.

Basilique de l’acropole d’Amathonte (plan fig. 21)

Figure 21.

Figure 21.

L’église de l’acropole d’Amathonte

d’après Pralong 1994, p. 271

Pralong 1994, p. 411-455, plan p. 414 ; Pralong & Saulnier 1996, p. 132-144 ; Procopiou 2013, plan p. 271, fig. 7.

221Le site fut fouillé à partir de 1979, après une exploration commencée en 1975. La basilique fut découverte en 1984 et sa fouille achevée en 1990.

Le site

222La basilique s’inscrit tout au sommet de l’acropole d’Amathonte, dans l’angle le plus élevé d’une vaste enceinte où la déclivité du terrain, du nord-est vers le sud-ouest, n’a pas pu être parfaitement compensée par les constructeurs. Le monument est très ruiné. La partie nord est la mieux conservée, tout le reste a été pillé.

Description

223Basilique à trois nefs et trois absides polygonales saillantes. Dimensions de l’ensemble basilical : 25 m de large sur 24 m de long. La basilique était précédée d’un narthex et d’un exonarthex, et était pourvue de tribunes au-dessus du narthex et des nefs latérales. La nef centrale était séparée des autres par cinq arcs portés par quatre colonnes et deux pilastres. On a retrouvé quelques sous-bases, une base et un important fragment de colonne en marbre de Proconnèse, mais aucun chapiteau.

224On note le riche décor d’opus sectile des nefs centrale et sud, de plaques de champlevé et d’enduits peints sur les murs. De nombreuses tesselles de verre dispersées provenaient probablement du décor du cul-de-four de l’abside centrale. La nef latérale nord était dallée de gypse et comportait une banquette. Les sols des absides latérales étaient surélevés et présentaient des bases maçonnées qui ont pu servir pour supporter des tables d’offrandes. Plusieurs annexes qui n’ont pas toutes été dégagées pourraient avoir servi à des moines ou des pèlerins. Il n’y avait pas de baptistère. Le site fut désaffecté progressivement avant l’abandon général.

Installations liturgiques

225Le chancel occupe un tiers de la nef centrale, s’arrêtant entre la 1re et la 2e colonne. Le sanctuaire (4,50 m × 6 m) surélevé de 0,25 m par rapport à la nef était couvert de dalles de marbre bleuté de Proconnèse, limité par une clôture sans doute basse en marbre, disposant de trois passages : au centre, sud et nord. Une formation maçonnée dans l’angle nord du chancel correspondait peut-être à un ambon. Des restes de quelques plaques de chancel sont conservés. L’autel disparu était devant l’abside sur un riche pavement ; son emplacement est marqué par une plaque de brèche verte (1,50 × 0,50 m) soulignée d’un bandeau de brèche rouge ; des morceaux de colonnettes éparses pourraient évoquer la présence d’un ciborium. L’abside centrale abritait le synthronon à degrés revêtu de marbre. Des vestiges de tables d’offrandes sont aussi signalés.

Datation

226La basilique fut en partie construite sur des édifices antérieurs qui sont un oikos et le temple d’Aphrodite. Le temple abandonné en partie vers 250 avait été réaménagé vers le ve s. Peut-être le temple fut-il réoccupé comme église à ce moment. Les céramiques donnent la fin du vie et le début du viie s. pour le corps principal, qui fut construit en une seule phase et abandonné lors des troubles du dernier quart du viie s. Il n’eut plus qu’une occupation réduite et pastorale. Cette basilique, plus tardive que les autres, était bien située et richement ornée.

Basilique de Dali/Agridia à Idalion (fig. 22)

Figure 22.

Figure 22.

La basilique de Dali-Agridia

d’après Procopiou 2018, p. 83

Procopiou 2018, p. 82-84 ; Stylianou 1960, p. 103-104 ; Stylianou 1997, p. 425-427.

Le site

227Dans le centre de l’île, au sud-est de Nicosie, à Dali, l’ancienne Idalion, sous la petite chapelle funéraire à fresques du xive s. Saint-Démétrianos, les traces de deux bâtiments de plus grandes dimensions sont apparues. La dédicace peinte sur la porte ouest de la chapelle parle de rénovation du bâtiment : le monument qui nous intéresse, placé sous une phase des xe-xie s., s’étendait au nord et à l’est ; la chapelle du xive s. était construite sur une partie de son bas-côté sud et de sa nef centrale.

Description

228L’église protobyzantine était à trois nefs et trois absides saillantes à l’est. Une partie des murs nord, sud et ouest et trois des quatre piliers qui devaient supporter un dôme sont conservés dans la nef centrale. Il y avait peut-être un narthex, disparu sous la citerne ottomane à l’ouest. Le monument pourrait être un mélange d’église à toit en charpente et toit voûté en coupole, comme on en avait déjà les prémices à Kofinou et dans la deuxième phase du martyrium de Saint-Tychon. On serait ici dans une petite église de transition. Dimensions : 14 m × 10 m.

Datation

229Fin du viie s.

Basiliques à une abside saillante et deux inscrites

Saint-Épiphane de Salamine / Constantia (fig. 3)

Jeffery 1928 ; Megaw 1956, p. 29 et fig. 2 ; Karageorghis 1959, p. 336-361, plus particulièrement p. 352-353 et fig. 18, p. 353. Voir également Megaw 1960, p. 345, n. 1 et 2.

230Dégagements par Jeffery en 1924-1925. Fouilles de Dikigoropoulos en 1954, puis 1959-1961. Pas de publication finale de l’ensemble.

Description

231La basilique était un très grand bâtiment à sept nefs séparées par de nombreuses colonnes faites de spolia. Le chevet se composait d’une abside semi-circulaire saillante et de deux absides inscrites dans un mur droit à l’est des deux collatéraux intérieurs. Un passage permettait de circuler entre les trois absides et se poursuivait au nord-est et au sud-est. Une tombe a été trouvée dans l’extrémité du collatéral extérieur sud. Au nord, des espaces n’ont pas été étudiés, tandis qu’au sud-est, après une grande cour, se trouvait le baptistère. À l’ouest de l’église étaient construits un narthex pourvu d’absides et un grand atrium. La dimension est d’environ 58 m sur 42 m.

232La partie non bâtie entre le chevet et le baptistère à l’est fut plus tard aménagée en une basilique.

Datation

233Fin ive-début ve s. (1re phase), vie s. (2e phase).

La basilique monastique de Kalavasos Sirmata (église est) [fig. 23]

Figure 23.

Figure 23.

L’église est de Kalavasos

d’après Rautman 2003, p. 57

Rautman 2003 ; Hadjichristophi 1998.

234Fouilles par Rautman et Mac-Clellan en 1987 et 1988 (Area I).

Site

235Sur le site de Syrmata, non loin de Kalavasos, fut découverte en 1988 une basilique dénommée « basilique est ». L’église à abside centrale saillante et deux absidioles inscrites occupe la partie sud d’un petit complexe où différents espaces, une cour et plusieurs pièces côté nord, un espace allongé côté sud, un narthex et des pièces au nord et à l’ouest, constituent un probable petit monastère.

Description

236L’église, de dimensions modestes (environ 17 m × 9 m), consiste en une structure rectangulaire divisée en trois nefs longitudinales ; celle du centre, beaucoup plus large que les deux autres, se termine par une grande abside semi-circulaire saillante (4,2 m diam.). Les deux bas-côtés finissent par une absidiole ou une niche derrière le mur droit oriental. Les trois nefs sont séparées par deux colonnades composées de 5 × 2 piliers libres (certains sont de forme circulaire) et 2 × 2 demi-fûts aux deux extrémités. Les chapiteaux n’ont pas laissé de trace sur place mais certains chapiteaux corinthiens de gypse ont été repérés ailleurs sur le site. Les probables arcades devaient supporter une claire-voie et un toit en charpente. Les deux piliers complexes près du narthex reflètent peut-être une influence de Syrie. Trois portes à l’ouest ouvrent dans un large narthex qui s’agrandit au-delà de la largeur des nefs. Une crypte est accessible par le côté sud du narthex. Une structure allongée et étroite longe le bas-côté sud et le mur nord s’ouvre aussi par une porte vers la cour adjacente. La fonction des absidioles n’est pas claire. Dans la phase finale de l’église, la nef nord a été séparée du reste des nefs par un mur établi entre certaines colonnes, formant comme une chapelle séparée indépendante. Le sol de l’église est couvert de simples dalles de marmara. Aucune trace de mosaïques n’a été repérée.

237La crypte au sud du narthex abritait deux tombes de constructions différentes : l’une avec quatre squelettes masculins est la plus ancienne, la seconde avec deux adultes et un enfant paraît avoir été ajoutée vers le milieu du viie s. Ce type de crypte n’a pas de parallèles connus à Chypre mais renvoie à des arrangements semblables en Palestine et en Syrie, où le culte des martyrs est associé à des tombes. À côté, l’annexe sud était divisée en deux pièces où des traces de sarcophages ont été repérées, en particulier à l’ouest vers la crypte ; elle a pu servir d’annexe funéraire.

Installations liturgiques

238Le bêma surélevé s’étend dans la nef centrale et dans les deux dernières travées, son sol est couvert de dalles de gypse typiques du vie s. Une plaque rectangulaire devant l’abside centrale (90 × 120 cm) présente cinq orifices pour insérer les pieds de la table d’autel ; les fragments d’une 2e table secondaire ont été retrouvés sur le sol près du bord sud du chancel entre le 2e et le 1er pilier. Un synthronon à quatre gradins occupe l’abside.

Datation

239L’église a pu être construite vers 600, abandonnée vers 650, mais le culte a dû continuer dans la chapelle nord et la crypte.

Basilique rurale de Kalavasos-Kopetra (église sud) [fig. 24]

Figure 24.

Figure 24.

L’église sud de Kalavasos

d’après Rautman 2003, p. 92

Rautman 2003 ; Hadjichristophi 2004, p. 243-244.

240Fouilles Rautman, inachevées. Publication : Rautman 2003.

Site

241Au sud du site de l’Antiquité tardive (Area II), à 200 m à l’ouest de l’église est de Sirmata, a été identifiée la basilique sud. La difficulté des dégagements, devant tenir compte des champs cultivés implantés sur la nef nord et des tuyaux d’irrigation dans le narthex, a empêché de réaliser une fouille complète de l’église, dont l’histoire est imparfaitement connue.

Description

242Il s’agit d’une basilique à trois nefs et son narthex non fouillé, complétée au sud par une nef allongée et par une pièce trapézoïdale côté est ; le décor de mosaïque et de stucs est assez ambitieux au regard de la relative médiocrité de la construction. Le chevet comprend une abside saillante à cinq pans, entre deux absidioles inscrites. L’église mesure, à l’intérieur des murs, 17 m × 10,5 m. Les nefs étaient séparées par deux rangées de 2 × 5 piliers cylindriques maçonnés, qui devaient être surmontés de chapiteaux corinthiens dont seuls des vestiges subsistent. Des dalles de gypse couvraient les sols mais seul celui de la nef sud est bien préservé.

243Devant l’abside de 3,50 m de diamètre, le bêma surélevé occupait la nef centrale avançant dans deux travées, couvert de mosaïques qui seraient du 2e quart du vie s. Son pavement fut réparé au milieu du viie s. lorsque l’abside fut réduite à 3,20 m, transformant le sanctuaire en une petite chapelle indépendante, avec installation de bancs le long des murs latéraux remontés.

244Les deux niches ou absidioles des bas-côtés nord et sud descendaient jusqu’au niveau du sol à l’origine. Dans un second temps, les deux absidioles furent partiellement rehaussées, le bas-côté nord fut en partie fermé par des écrans de pierre entre les piliers. On constate ensuite des réparations avec le renforcement des colonnes, mais un effondrement des nefs intervenu au milieu du viie s. entraîna l’abandon de la nef nord ; le sanctuaire autour de l’abside centrale fut renforcé et réduit en taille. Il y eut donc réduction du lieu de culte après les dommages du milieu du viie s. Les tesselles retrouvées en nombre dans l’abside font penser que le décor du demi-dôme était toujours présent dans la conque.

Installations liturgiques

245Des morceaux d’une table d’autel rectangulaire comportant cinq orifices carrés pour le piétement ainsi qu’une probable seconde table ont été repérés ; un cippe réutilisé comme pied de table d’autel paraît appartenir à la dernière phase.

Datation

246Construction vers le milieu du vie s., réorganisation vers 650.

La petite basilique à transept près du baptistère de Peyia (fig. 8a et 25)

Figure 25.

Figure 25.

Agios Georghios de Peyia, la basilique à transept du complexe baptismal

cliché cerf-volant Thomas Sagory

Megaw 1953, p. 172-176 ; Megaw 1960.

Description

247À l’ouest de l’église, au-delà de l’atrium, le complexe baptismal est flanqué au nord d’une petite église à trois nefs, à une abside centrale saillante à trois pans et deux absidioles inscrites. Les nefs sont divisées par deux rangées de deux fois quatre colonnes plus deux fois deux pilastres à partir du transept non débordant. Au centre de ce transept qui est un unicum à Chypre se trouve le bêma, avec les traces de l’implantation d’un ciborium. Une barrière de chancel continue dans la nef nord, plus haut vers l’est du bas-côté. Outre les trois accès à l’ouest, le mur sud de l’église donne par deux portes dans le baptistère qui lui est accolé. Dimensions : 25 m × 13 m (le mur nord est plus long que le mur sud). Décor de mosaïques murales attesté par des tesselles trouvées près des absides.

Datation

248vis.

Église à trois absides derrière un mur droit

L’Achéropoiétos de Lambousa (fig. 26)

Figure 26.

Figure 26.

L’Achéropoiétos de Lambousa

d’après Papageorghiou 1986, 499, fig. 3

ARCA 1915, p. 7-12 ; Jeffery 1918 p. 319-320 ; Papageorghiou 1986, plan p. 499, fig. 3 (avec en noir les murs du ive s. et en gris la basilique médiévale) ; pour le reliquaire, voir Zakariou-Kaila 2013, p. 52.

249Fouilles : seul le chevet a été mis au jour (l’église se trouve en zone militaire à présent).

Le site

250Au nord de Chypre, non loin de la côte à Lambousa, dans la cité antique de Lapithos, un monastère fut construit au xie/xiie s. sur les fondations d’une basilique paléochrétienne précédente, vraisemblablement utilisée jusqu’au vie/viie s. La nouvelle structure à coupoles incorpora l’abside et son synthronon ainsi que le pavement d’opus sectile.

Description

251C’est une basilique à 5 nefs probables ; seule la partie orientale de l’église a pu être étudiée et fouillée. Le chevet comprend une abside centrale saillante à cinq pans en partie prise dans le mur droit placé derrière. Les deux absides latérales sont deux fois plus petites et correspondent aux deux nefs internes. Des passages entre les trois absides sont ménagés dans les murs. Il semble que deux autres nefs longent les bas-côtés internes, une au sud et une au nord. Dimensions de l’église : environ 35 m de large et plus de 35 m de long. L’église a dû connaître une autre phase au vie s.

252Trouvé sur le site de l’église, selon l’étiquette ancienne attachée au fond qui donne comme référence « Acheropito 1901 », un petit reliquaire de bronze (un matériau qui est rare pour ce type de coffret) est à présent conservé au musée médiéval de Limassol : inv. MM 503 ; MET. 246. L’objet est de petites dimensions (h. 10,2 cm × L. 15,5 × l. 7,1 cm), en forme de petit sarcophage avec un couvercle en bâtière coulissant sur lequel sont visibles trois chevrons. Pentes et frontons du couvercle sont ornés de petites croix piquetées. La cuve rectangulaire est sculptée en relief de trois croix pattées dans un cercle sur chaque long côté et sur un des petits côtés. Sur l’autre petit côté, où le couvercle coulissait, apparaît un trou de serrure et des traces d’oxydation à l’intérieur où devait être le mécanisme de fermeture qui a pu être installé postérieurement. Sur ce petit côté, près du trou de serrure, se voit un monogramme avec les lettres AEXIIM resté indéchiffrable. On ignore l’emplacement de ce reliquaire dans l’église. Une datation au vie s. est probable.

Datation

253L’église avec ses nefs multiples remonte à la fin du ive s.

Églises à chevet particulier

Églises à deux absides saillantes

Basilique de l’apôtre Barnabé à Salamine/Constantia (plan fig. 27)

Figure 27.

Figure 27.

L’église de l’apôtre Barnabé à Salamine

d’après Megaw 1986, p. 517

Megaw 1974 ; Megaw 1986, p. 517 pour le plan ; Papageorghiou 1993, p. 27-51 ; Megaw 2006, p. 399.

254Fouilles : monument étudié à partir de 1916-1917 par Jeffery, puis par d’autres archéologues comme Mogabgab.

Site

255L'église est située dans la plaine de Mesaoria à l’est, près de l'antique et ancienne cité côtière de Salamis / Constantia (district de Famagouste), à 8 km au nord de Famagouste. Un monastère a été fondé sur le site à la fin du ve s., sous l’empereur Zénon, et le culte de Barnabé est attesté tout au long de la période médiévale. La ville antique voisine a été abandonnée après le viiie s. Une basilique à voûte en berceau qui n’a pas survécu a été construite sur une basilique à charpente en bois du ve s., détruite peut-être pendant les raids arabes (Constantia aurait été saccagée en 649). Une partie des murs nord et ouest du ve s. est conservée dans les murs de la structure actuelle, tandis que l'extrémité est a été révélée lors des fouilles effectuées par T. Mogabgab en 1934. Plus tard, une grande structure basilicale à dômes multiples a été érigée aux xe-xie s.

Description

256La basilique à trois nefs de l’apôtre Barnabé à Salamine possédait un chevet à deux absides saillantes : l’abside centrale, surélevée et décorée d’un sol de mosaïque à l’origine, avant l’installation au vie s. d’un synthronon, et une absidiole à l’extrémité sud du bas-côté sud abritant la tombe de l’apôtre Barnabé. Chapiteaux et colonnes venant de remplois furent remplacés par des supports maçonnés et par des voûtes plus tard. Dimensions : 14 m de large, la longueur n’est pas connue ; peut-être y avait-il un narthex, recouvert par la partie médiévale à dômes.

Datation

257Deuxième partie du ve s., après 488 (sous Zénon).

Églises à une abside entre deux pièces

Basilique épiscopale de Kourion (plan fig. 28)

Figure 28.

Figure 28.

La basilique épiscopale de Kourion

d’après Megaw 2007, p. 164

Megaw 1957 ; Megaw 2007.

258Fouilles du musée de l’université de Pennsylvanie en 1935, puis Megaw à partir de 1956 ; publication finale (posthume) : Megaw 2007, plan p. 164 et p. 170.

Description

259La basilique épiscopale se trouve au sud-ouest du forum, sur un emplacement très ruiné après les séismes du ive s., dont un très dévastateur en 365. Cette zone fut en partie reconstruite après une période d’abandon. L’église a été édifiée sur les fondations d’une basilique civile romaine précédente qui fut rasée au sol ; elle en reprit une partie du plan avec une abside saillante à cinq pans. L’abside était encadrée de plusieurs pièces. Dimensions du monument : 39,95 m sur 22,88 m (sans l’abside et le narthex). Elle se composait à l’origine de trois nefs et un narthex. Les nefs étaient divisées par des supports venant de remplois des bâtiments romains du site, colonnes de granit et chapiteaux de marbre. De longs couloirs, en forme de catechumenea longeaient les murs nord et sud des nefs. L’atrium à l’ouest et le baptistère au nord, furent ajoutés dans un second temps.

260Le sol était pavé de mosaïques dont on conserve quelques vestiges. Les murs des nefs et la conque absidale devaient être également ornés de mosaïques, aniconiques du moins à l’origine. Les mosaïques du baptistère sont plus tardives (vie s.). Le décor intérieur était complété par des plaques sculptées en champlevé. Des modifications eurent lieu dans la basilique et dans le baptistère au fil du temps. L’église a dû souffrir des raids arabes du milieu du viie s. Des réparations intervinrent, mais un séisme (vers 685) mit à bas le monument, qui n’était plus réparable. Décision fut prise par les habitants de déserter les lieux pour s’établir à Episcopi, où ils fondèrent une nouvelle et modeste chapelle, édifiée avec les remplois de la grande basilique en ruines.

Installations liturgiques

261Le sanctuaire était réduit aux quatre premières travées de la nef centrale et ne s’étendait ni dans l’abside, ni dans les bas-côtés. Les pastophories n’avaient pas de communication ni avec l’abside, ni avec le bêma. Des vestiges nombreux de tables de marbre ont été retrouvés sur place et il semble que la grande table d’autel ait été déplacée dans la petite basilique de Serayia du village d’Episcopi, situé à 2 km. La base de la table (1,65 m × 1,06 m) montrait la présence de six orifices rectangulaires pour y insérer les pieds, dont certains morceaux ont été retrouvés.

Datation

262Commencée au début du ve s., par les soins de l’évêque Zénon, elle devait être terminée vers 430. Des modifications intervinrent au vie et au début du viie s.

Églises à une abside saillante

Basilique hors-les-murs de Kourion (fig. 29)

Figure 29.

Figure 29.

La basilique extra muros de Kourion

d’après Papageorghiou 1976, p. 4

Karageorghis, BCH 96, 1972, p. 1083, et BCH 99, 1975, p. 801-851 ; Papageorghiou 1976, p. 1-7 ; Bourrier 2013, p. 63-78 ; Nicolaou 2018, p. 130-133 ; Saidah 1978, p. 451-456 ; Comte 2016, p. 114.

263Fouilles de 1971 à 1974 par A. Christodoulou du département des Antiquités, pas de publication finale car le site a été abandonné après l’intervention turque, ses carnets de fouilles ont disparu. Le monument a été étudié à nouveau par A. Bourrier.

Site

264La basilique se trouve en dehors de la cité antique de Kourion, 200 m à l’est du stade romain. Elle fut construite sur un bothros rempli de statuettes et de coupes hellénistiques. Cette basilique construite sur un site païen pourrait être rattachée à un rite de purification, après le séisme de 365, qui aurait été mené sous le règne d’Honorius (395-408).

Description

265C’est une petite basilique à trois nefs (16 m × 11 m sans les murs et les absides) avec une abside saillante dans un premier état ; il semble que les absidioles saillantes aient été ajoutées dans un second temps. La construction de l’édifice utilisa de nombreux spolia de bâtiments antérieurs, présents sur le site. Deux rangées de cinq colonnes de marbre divisaient la basilique en trois nefs. L’abside centrale semi-circulaire à l’extérieur comme à l’intérieur a été complétée par deux absides latérales de formes semi-hexagonales à l’extérieur. L’abside centrale a été construite en pierres hétéroclites lissées au mortier alors que les absides latérales, beaucoup plus petites, sont faites de blocs de pierre plus réguliers. Des tesselles de verre provenaient des absides centrale et sud. La nef centrale avait un pavement d’opus sectile, tandis que les sols des bas-côtés se composaient de dalles de gypse. Un narthex et un atrium à quatre portiques prolongeaient la basilique à l’ouest. Le narthex continuait vers le nord pour ouvrir dans un corridor longeant le mur nord de l’église et donnant dans une chapelle annexe. Celle-ci, se terminant par une abside polygonale à l’extérieur, construite côté nord, était comprise dans l’enceinte qui entoure le complexe. Sa fonction n’est pas définie. Dans le narthex, une citerne souterraine a été transformée en four à chaux après la destruction de la basilique.

Installations liturgiques

266Un synthronon occupait l’abside, un chancel avançait dans la nef centrale jusqu’à la première travée et fut plus tard étendu plus à l’ouest sans fermeture transversale, cette partie formant comme un « chœur bas », semblable à celui de l’église « de la côte » de Kourion, et il s’étendit dans les nefs latérales. Les sols du bêma et des chancels latéraux étaient surélevés. Deux colonnes marquaient l’entrée de la partie orientale du bas-côté nord, rappelant certains dispositifs martyriaux de Syrie pour accueillir un reliquaire (comme dans le Michaelon de Huarte – voir Comte 2016 – ou à Bahr el-Midan, dans ce dossier). Ces colonnes qui pouvaient porter un arc font en effet penser au culte des reliques. Une sépulture en forme d’auge, revêtue de gypse, a été insérée dans le mur nord un peu en avant de cet arc éventuel, dans une sorte d’exèdre du bas-côté nord ; elle était remplie d’ossements et de coquillages. L’évêque saint Philonidès de Kourion, martyrisé en 303 à Kourion, pourrait être un bon candidat pour cette sépulture.

267D’après E. Procopiou, le curieux arrangement en forme de chœur bas qui se retrouve dans cette église extra-muros et dans la Paraliaki de Kourion pourrait suivre l’exemple initial de la basilique épiscopale de Kourion, où un espace isolé devant le sanctuaire avait été créé. Cette solution est également comparable à quelques exemples de Phénicie première, comme Khan Khaldé et Khaldé Choueifat.

Datation

268Début du ve s. pour la 1re phase, datée par deux monnaies d’Honorius frappées à Antioche (403-408), puis des rénovations eurent lieu au cours du vie s. Deux monnaies d’Héraclius (610-641) datent d’autres embellissements avant le milieu du viie s.

La Panagia Limeniotissa (église du port) de Paphos (fig. 30)

Figure 30.

Figure 30.

La Panagia Limeniotissa de Paphos

d’après Papageorghiou 1985, p. 318

Karageorghiou, BCH 92-1, 1968, p. 351-352 ; BCH 93-2, 1969, p. 564 et 566.

269Connue depuis 1938, fouillée en 1967 et 1968 par Papageorghiou.

Description

270La basilique était à trois nefs séparées par deux colonnades, avec une abside polygonale saillante (à six pans). Ses dimensions étant d’environ 30 m sur 18 m. Dotée d’un narthex et d’un atrium à l’ouest, elle a été très endommagée par des réoccupations postérieures, en particulier à partir du viie s. La découverte de six inscriptions arabes du viie s. – sur les colonnes de marbre pour cinq d’entre elles et une sur un pavement d’une pièce au nord – donne la date de destruction de la basilique en 653. À l’origine, les sols des bas-côtés avaient des mosaïques géométriques et de l’opus sectile devait recouvrir la nef centrale ou le sanctuaire. Des vestiges de plaques de chancel sont attestés. Les nefs ont été détruites par l’installation de tombes plus tardives qui ont été pillées. Par la suite, une basilique plus modeste a pris place sur la zone, réoccupant l’abside et comportant des murs plus épais peut-être couverts de voûtes en pierre. Le narthex et l’atrium n’étaient pas réoccupés et les couches de destruction ont pu être analysées. Des habitations, un atelier de ferronnerie et un four s’y étaient installés.

Datation

271Selon A. Papageorghiou, la basilique a pu être construite à la fin du ive s. ou début du ve s. d’après le style des mosaïques. On dispose de céramiques entre le ive et le viie s., ainsi que de monnaies byzantines et franques.

Église de Syrvallos à Ktima près de Paphos

I. Nicolaou, RDAC 1963, 47, no 10, pl. VIII, 6 ; Papageorghiou, BCH 88, 1964, p. 374.

272La découverte accidentelle en 1963 d’une inscription en mosaïque dans la cour d’une habitation à Syrvallos, à l’est de Ktima, révéla une basilique à la partie ouest entièrement détruite. Elle avait trois nefs, une abside centrale saillante, un pavement de mosaïques en forme d’écailles dans l’abside. Au nord, une chapelle avec abside saillante comportait un sol en partie mosaïqué où a été trouvée l’inscription suivante : « Quelqu’un dont le nom est connu de Dieu seul a fait poser cette mosaïque afin de s’acquitter d’un vœu qu’il avait fait pour le bien de sa famille ». Des restes de fonts baptismaux en forme de croix à l’est de l’inscription semblent indiquer qu’il s’agit du baptistère de la basilique. D’après les mosaïques et l’inscription, la basilique a été datée au vie s.

Basilique d’Agia Moni (« saint monastère ») ou monastère des hiereôn (« prêtres ») à Paphos

Site nommé dans Hadjichristophi 1998, p. 39, et Hadjichristophi 2012 ; Perdikis 2013, p. 233-234.

273Aucune fouille. Quelques recherches limitées en 1964 par Papageorghiou.

274Au nord-ouest du Troodos, dans le district de Paphos, à l’emplacement d’un sanctuaire païen à la déesse Héra, près de Statos, le monastère des prêtres s’est installé ; il s’agit d’un des plus anciens monastères de l’île, daté de la moitié du ive s. Dans la partie du catholicon, ont été repérés quelques vestiges d’une église protobyzantine composée de trois nefs et une abside semi-circulaire saillante. C’est du reste, avec le synthronon et quelques éléments de frise sculptée, tout ce qu’il subsiste de cette basilique qui a été incorporée dans une église postérieure. Des fouilles systématiques manquent pour connaître mieux ce monument.

Agios Kyprianos à Meniko

Nommée dans Hadjichristophi 1998, p. 39.

275Église rurale à trois nefs et une abside semi-circulaire saillante.

Basilique de Marathounovo

Papageorghiou, RDAC, 1963, p. 84-101, et BCH 87, 1963, p. 385 ; Nicolaou 2013.

276Fouilles Papageorghiou.

Description

277C’est une église rurale à trois nefs et une abside semi-circulaire saillante. Un narthex est établi à l’ouest et un atrium est probable. La basilique mesure 21 m sur 14 m. Les nefs sont divisées par deux stylobates portant des bases de colonnes. Parmi les trouvailles, se trouvent des dalles de chancel sculptées à décor complexe, datables des viie-viiie s., et des grilles de fenêtres en pierre.

Datation

278Église paléochrétienne, montrant deux périodes de restauration avant son écroulement et sa destruction totale.

Panagia Kofinou (au S-O de Larnaca) [Fig. 31]

Figure 31.

Figure 31.

L’église de Kofinou

plan E. Procopiou

Vionis 2018, p. 45-50 : au cours du projet interdisciplinaire de l’université de Chypre un survey autour de Kofinou eut lieu en 2014-2017 ; Procopiou 2018, p. 76-78.

279Fouilles E. Procopiou en 2011.

Site

280Le village de Kofinou, dans la vallée du Xeros, à 20 km au sud-ouest de Larnaca, et à 7 km de la côte, au sud de l’île, a été continuellement occupé. La fouille autour de l’église locale par E. Procopiou en 2011 révéla les fondations d’une basilique protobyzantine à colonnes, à trois nefs et une abside semi-circulaire saillante. C’est sur sa nef centrale que la Panagia du xie s. avait été érigée.

281Un narthex à l’ouest et une série de pièces avec fonts baptismaux cruciformes plus au sud associés à la basilique paléochrétienne pourraient dater du début ou de la moitié du viie s. Il semble que des voûtes transversales aient été érigées sur les deux bas-côtés de l’église, une innovation de la fin vie s.-début viie s. apparue aussi dans l’église martyrium de Saint-Tychon près de Paphos.

Datation

282Fin vi/ début viie s.

Basilique d’Alassa à Agia Mavri (entre Kourion et Amathonte)

Flourentzos 1996, plan p. 4. Nommée dans Hadjichristophi 1998, p. 39.

Site

283Le village d’Alassa est installé à 12 km de l’ancienne ville de Kourion et à 20 km de l’ancienne Amathonte, au confluent de deux rivières : Kouris et Potamos tou Limnati. Le site de Agia Mavri est situé 750 m à l’est du centre d’Alassa. C’est en ces lieux qu’une basilique fut découverte en 1984. Il s’agit d’une église rurale à trois nefs et une abside semi-circulaire saillante, dont seules les nefs centrale et nord ont survécu, la nef sud ayant été entièrement détruite lors de la construction d’une route pour les besoins agricoles des villageois.

Description

284De cette petite basilique, il subsiste les nefs nord et centrale et son abside, ainsi que le narthex. La nef nord, mesurant 7 m sur 2,50 m, devint une sorte d’ossuaire pendant la période médiévale. Un cimetière de période protobyzantine était établi derrière l’abside à l’est. La nef centrale mesurait 11,5 m sur 5 m, avec une abside semi-circulaire, probablement en forme de fer à cheval. Des traces d’une mosaïque attribuable au viie s. couvraient les nefs, mais elle fut enlevée par la suite. Aucun support n’est conservé sinon les vestiges d’une partie supérieure de pilier près de l’abside. On en déduit qu’il y avait probablement des arches des deux côtés. Une inscription dédicatoire très détruite et peu lisible subsiste parmi les mosaïques du narthex. La basilique avec ses diverses pièces attenantes aurait pu être un monastère, mais le cimetière avec femmes et enfants l’exclut. La vie du monument occupa une période réduite dans le temps. Il fut détruit par le feu et abandonné à la fin du viie s., puis réutilisé et reconstruit à l’époque médiévale vers les xiie-xiiie s., avec installation d’un sol de terre battue et de nombreuses tombes, dont deux dans l’abside.

Datation

285Des monnaies d’Héraclius retrouvées sur place donnent le début du viie s. pour la construction. La basilique, en raison de son emplacement stratégique, a peut-être été installée là à dessein.

Autres basiliques à trois nefs dont le chevet d’origine est mal connu ou inconnu

Agios Spyridon de Tremithonte (fig. 32)

Figure 32.

Figure 32.

Saint-Spyridon de Tremithonte

d’après Papageorghiou 1966

BCH 91, 1967, p. 365 et fig. 174 ; Papageorghiou 1966 (pl. XII, plan église) ; Hadjichristophi 2004, p. 239-250 ; Van Den Ven 1953 ; Efthymiadis 2018, p. 109.

286Fouilles de Papageorghiou en 1966 (publication en grec).

Le site

287Dans la plaine de Mesaoria, sur le site de la ville antique et siège épiscopal de Tremithonte (district de Larnaca), l’église monastique actuelle à deux nefs a révélé lors des fouilles de 1966 qu’elle avait recouvert plusieurs édifices successifs, dont un premier édifice paléochrétien : la basilique de Saint-Spyridon. Tremithonte était le centre du culte de Spyridon, premier évêque de la ville, qui prit part au concile de Nicée en 325 et signa pour le concile de Sardaigne en 344. Il mourut à la fin du ive s.

Description

288C’était une basilique à trois nefs, séparées par deux rangées de colonnes, une partie des murs nord et sud, ainsi que des stylobates séparant les nefs avec quatre bases de colonnes ayant été mises au jour. Des traces d’un narthex et d’un atrium étaient visibles, le chevet de l’église nous reste inconnu. Les dimensions probables du monument sont de 26,2 m sur 15 m. Des mosaïques géométriques dans la nef centrale étaient interrompues dans l’axe de la nef par une inscription dans une tabula ansata qui peut se traduire ainsi :

« Spyridon, celui qui, en partageant le pieux souvenir de son homonyme, lui est égal en rigueur spirituelle, considérant ce lieu comme un lieu saint, lui ordonna de le parer de tesselles décoratives et multicolores, par les bonnes mains de Karterios »

289La question s’est posée de savoir si la construction était due au saint lui-même, ou à un évêque homonyme, ce qui paraît plus vraisemblable puisque l’inscription rappelle la mémoire du saint décédé.

290Un sarcophage qui n’a pas été ouvert, dit « de saint Spyridon » est conservé dans l’église moderne actuelle, à l’est du bas-côté sud.

Datation

291La basilique d’après son décor de mosaïque conservé, qui semble contemporain de la construction, daterait de la fin du ive s.

Basilique Saint-Héraclide à Politiko / Tamassos (fig. 33)

Figure 33.

Figure 33.

Saint-Héraclide de Tamassos/Politico

Papageorghiou 1986, p. 502

Papageorghiou 1982, p. 469 ; Papageorghiou 1986, p. 502 (plan détaillé montrant différentes phases de construction) ; Hadjichristophi 2004 ; Halkin 1948, p. 144-156 ; Van Den Ven 1953.

292Fouilles Papageorghiou.

Le site

293Près de l’ancienne ville de Tamassos (évêché), qui vivait de l’exploitation des mines et eut au moins jusqu’au ve s. un pèlerinage réputé sur la tombe de saint Héraclide, en dehors du quartier moderne de Politiko (district de Nicosie) sur la rive ouest du Pediaios, à 400 m d’altitude, les vestiges d’une basilique protobyzantine ont été découverts intégrés à la reconstruction de l’église moderne Saint-Héraclide. Le saint chrétien Héraclide auquel elle est dédiée aurait été nommé 1er évêque de Chypre par Paul et Barnabé, lors de leur première visite dans l’île. Une autre version rapporte que Barnabé l’ordonna seulement lors de sa 2e visite de Chypre. Un martyrium fut élevé au-dessus de la tombe considérée comme celle du saint évêque au milieu du ive s. Ce martyrium a disparu sous le mausolée qui l’a remplacé au xive s., mais on peut le reconstituer comme une simple salle rectangulaire, pavée de mosaïques simples également.

Description

294Au début du ve s., une basilique à colonnes fut ajoutée au mausolée mesurant 28,20 m sur 15,60 m. Cette basilique à trois nefs séparées par deux stylobates se terminait à l’est par une abside centrale à plusieurs pans et à l’ouest par un narthex et un atrium (ou un second narthex). Le chevet était constitué par l’abside centrale, flanquée au sud du mausolée du saint sur lequel elle devait s’ouvrir directement ; l’absidiole nord qui apparaît sur les plans est postérieure. Une solea, partiellement conservée dans la nef centrale conduisait probablement à un ambon placé dans l’axe. Des traces de mosaïques de sol subsistent. Un mur semi-circulaire construit 2,50 m derrière l’abside fermait l’espace derrière le chevet. L’église connut plusieurs phases. Des restaurations dans l’église actuelle dans les années 1960 permirent de découvrir les fragments d’un sol de mosaïque et les fondations de la première église.

Datation

295Basilique à trois nefs et à une abside centrale, donnant au sud-est dans le mausolée de saint Héraclide construit précédemment au ive s. Cette première phase de construction de l’église semble dater du ve s. ; d’autres phases suivirent.

Basilique de Agioi Saranta / Tymbou

Foulias 2012, p. 381-389 ; Hadjichristophi 2018, p. 201-203 ; Michaelides 2018, p. 230-231 ; Nicolaou 2013.

296L’église fut découverte en 2007, entre le village grec de Tymbou et le village turc de Agia Kebir pendant la restauration de la mosquée du village. Tymbou est situé à 17 km à l’est de Nicosie. Pas de fouilles systématiques.

Description

297C’est une basilique à trois nefs séparées par deux stylobates avec bases et colonnes en partie conservées. À l’est, la nef centrale se termine par une abside saillante (sous la mosquée à ce jour). Le sanctuaire surélevé est conservé devant l’abside.

298La basilique est placée au-dessus d’une tombe hellénistique ou romaine – sans doute encore utilisée au début du christianisme – qui consiste en trois longues chambres adjacentes ; celle du centre est plus large, les murs séparant les chambres sont ajourés ou percés et cela donne l’impression d’un monument à trois nefs. Agioi Saranta (« les 40 saints ») n’est pas le lieu de sépulture des 40 martyrs qui reposent à Sebaste dans la région du Pont, bien que des chroniques médiévales chypriotes le contredisent.

299Les sols du presbyterium et des nefs centrale et nord sont assez bien préservés avec des motifs géométriques et floraux dans les bas-côtés, datés ve s. et de style arc-en-ciel. Au début du vie s. vraisemblablement, un nouveau décor de mosaïques, figuratif, est installé dans le sanctuaire comprenant des octogones remplis d’animaux.

Installations liturgiques

300Des restes de chancels à décor complexe sont signalés dans l’église.

Datation

301L’église, probablement construite au ve s. selon ses décors géométriques, fut restaurée au vie s. d’après les nouveaux décors du presbyterium.

Panagia Kanakaria à Lythrankomi (fig. 34)

Figure 34.

Figure 34.

La Panagia Kanakaria de Lythrankomi

d’après Megaw & Hawkins 1977

Megaw & Hawkins 1977, voir p. 140 ; Van Den Ven 1953 : la Vie de saint Spyridon rapporte un miracle au viie s. à cet endroit, p. 52, 56, 119 et 158 ; Velmans 1982, p. 177 ; Sodini 1984, p. 159-160.

302Fouilles de Megaw et Hawkins (plan, fig. 1.7-11).

Description

303La basilique, construite dans la péninsule du Carpas dans le village de Lythrankomi, a connu plusieurs phases. L’église à colonnes et à trois nefs avait un toit en charpente (pl. C et G). Bien qu’il n’y ait aucune preuve d’absides latérales, les auteurs pensent qu’elles devaient exister comme cela se voit dans le Carpas. Dimensions de la basilique : environ 18,5 m de long avec l’abside.

304De l’église paléochrétienne d’origine, il ne subsiste que l’abside centrale terminée à l’ouest par deux pilastres avec des vestiges de chapiteaux corinthiens en calcaire qui pourraient dater de la fin du ve s. La mosaïque de la Vierge visible dans la conque absidale pourrait avoir été ajoutée dans le deuxième quart du vie s., entraînant la suppression d’un arc doubleau qui gênait la visibilité de la mosaïque. Le décor de mosaïques représente la Vierge tenant Jésus enfant sur ses genoux. Ils sont entourés d’une mandorle et flanqués de deux anges. Des arbres complètent la scène et le tout est placé dans une bordure extérieure géométrique. C’est le premier exemple conservé de représentation de Vierge dans une abside. Sur l’arc absidal, le décor mosaïqué se poursuit avec les apôtres en buste dans des médaillons. Après sa destruction partielle, l’église fut restaurée entièrement vers 700, les colonnes remplacées par des piliers. Au xiie s., la coupole centrale fut introduite au centre de la nef, alors que les bas-côtés étaient voûtés en berceau ; de même, le narthex fut doté d’une coupole. Au xiiie s., la nef sud fut refaite. La dernière phase de restauration intervint à la fin du xvie s., avec reconstruction de la coupole centrale et des arcs porteurs et décoration à fresques dans l’église.

Datation

305Fin ve s. ?

Agioi Pente à Yeroskipou (près de Paphos)

Michaelides 2014, p. 1-16 (plan p. 12) ; Flourentzos 2005, p. 1700-1703 ; Michaelides 2008 ; Michaelides 2013 ; Hadjichristophi 2018, p. 202-205.

306Quatre campagnes de fouilles sous la direction de D. Michaelides.

Site

307Le site de Yieroskipou est situé à l’est de Paphos. Sur le rocher au-dessus du site se trouve une ancienne tombe taillée dans le roc convertie à une date inconnue en une petite chapelle dédiée à cinq saints d’Asie Mineure martyrisés à la fin du iiie s. La basilique placée en contrebas a pris ce nom des cinq saints – Agioi Pente – sans que l’on connaisse les liens entre les deux édifices.

308Le début des fouilles de la zone, très endommagée par la construction d’une route et par des cultures, commença en 2003, s’attachant à dégager quatre ossuaires placés sous une structure couverte ainsi que plusieurs mosaïques recouvrant des sarcophages. C’est seulement en 2007 que la présence d’une basilique, jusqu’alors inconnue, est apparue parmi ces tombes, et plus vers l’ouest.

Description

309Il s’agissait d’une basilique à trois nefs, avec peut-être une quatrième nef au sud et un corridor côté nord. Les nefs étaient séparées par des colonnes de cipolin rouge surmontées de chapiteaux en marbre de Proconnèse dont seules d’infimes traces subsistent. Des restes de mosaïques de sol, de tables d’offrandes circulaires et en sigma et de décors en champlevé, certains inscrits, attestent un centre prospère. Les dégâts occasionnés par les travaux industriels récents et agricoles plus anciens ont entièrement dévasté les structures de l’église dont ne subsistent que quelques fondations de certains murs. Toute la partie orientale a cependant révélé, grâce au contenu (pourtant pillé) des tombes, de très intéressants éléments. Le chevet paraît avoir une abside centrale flanquée d’une autre abside au nord et peut-être une abside au sud. Comme un certain nombre de murs et pièces semblent s’étendre derrière le chevet, il n’est pas possible de dire si les absides étaient saillantes ou derrière un mur droit. Il y avait une tombe dans l’abside, malheureusement détruite, ainsi que deux autres tombes dans les pièces de part et d’autre de l’abside centrale, en partie orientale des bas-côtés nord et sud. On relève côté nord, sous une mosaïque à décor géométrique de style arc-en-ciel avec un échiquier noir et blanc ajouté au centre, un sarcophage contenant les restes d’une femme qui souffrit de tuberculose et portait sur elle ou à côté trois pendants en or, dont une bulla et un petit encolpion décoré d’un chrisme avec l’alpha et l’omega, contenant à l’intérieur quelques fragments de bois. Sur le côté sud, une autre tombe, entourée de grandes plaques de marbre de Proconnèse, fouillée par le département des Antiquités, avait révélé également un encolpion en or très semblable, avec des fragments de textile à l’intérieur. Un sol de mosaïque, au sud de l’aile sud, était orné de trois médaillons avec des psaumes inscrits. Au-dessous se trouvait un sarcophage dont le couvercle cachait, sous une plaque, un orifice. À l’intérieur de la tombe, dans laquelle étaient trois individus, sont apparues 19 monnaies datées entre 350 et 450, disposées sous l’orifice. Comme dans la tombe nord, la mosaïque avait recouvert cette sépulture à une date ultérieure. En conclusion, cette église entourée de pièces à l’est et de nombreuses tombes pourrait avoir été un monastère à la fin du vie s. Auparavant elle devait être un site de pèlerinage. Derrière le chevet, plus au sud, les ossuaires contenaient des ossements d’individus de tous âges et sexes ; on y a répertorié 900 monnaies peu lisibles datables des ve-vie s. Tout le reste du site a donné des monnaies des vie et viie s.

Datation

310Les vestiges sont compris entre le ve et le viis. selon D. Michaelides.

Basilique de Golgoi

Bakirtzis dans RDAC 1976, p. 260-266 (en grec) ; Hadjichristophi 2004, p. 243.

Site

311L’église se trouve sur le site d’Athiénou, l’ancienne Golgoi (dans le district actuel de Larnaca), qui joua un rôle dans l’Antiquité, mais n’était plus qu’un bourg rural dans l’Antiquité tardive.

312Fouilles en 1972 par l’université de Salonique, sous la direction de G. Bakalakis. Des restes d’opus sectile plus à l’est de l’église font suspecter un autre bâtiment paléochrétien.

Description

313C’était une basilique à trois nefs, avec une abside semi-circulaire saillante à l’est et un narthex à l’ouest. Dimensions : 16,60 sur 11 m. Le sanctuaire surélevé communiquait avec la nef sud.

Datation

314ve ou vie s.

Basilique rurale d’Agios Kononas (fig. 35)

Figure 35.

Figure 35.

L’église d’Agios Kononas

d’après Fejfer 1995, p. 82

Fejfer 1995, surtout p. 73-86, plan de l’église p. 82 ; Hadjichristophi 2004, p. 243-244.

315Fouilles et publication J. Fejfer.

Site

316Le site d’Agios Kononas est placé sur un plateau en pente sur le côté ouest de l’Akamas, cette péninsule occupant l’extrême nord-est de l’île de Chypre, se terminant par le cap Arnaoutis. Autour de la basilique, on note la présence de vestiges de maisons byzantines d’un ou deux étages, construites entre le ve et le vie s., utilisant des pierres du site hellénistico-romain antérieur. Cet endroit paraît avoir été déserté pendant plusieurs années au viie s.

Description

317L’église mesure avec son narthex 21,7 m sur 13,7 m, avec trois nefs séparées par deux fois quatre colonnes, une abside centrale semi-circulaire saillante dans l’axe et un narthex à l’ouest. Elle paraît avoir eu plusieurs phases de construction ; elle fut peut-être désertée au viie s. et réoccupée au viiie s., qui vit l’agrandissement du sanctuaire vers l’ouest et dans le bas-côté nord, avec pose d’un écran de chancel. Elle était couverte d’un toit de tuiles dont il subsiste quelques restes. L’église a dû s’écrouler au viiie s. et une tombe fut placée côté nord du mur secondaire du bêma entre la fin ixe et le début xie s. ; l’édifice servit alors de carrière pour des édifices chrétiens comme la chapelle « Agia Irini » construite sur la zone de l’abside et du bêma autour du xive s.

Datation

318Époque de Justinien en comparaison avec les églises du cap Drepanum dont elle est proche par les techniques de construction et le décor architectural.

Panagia Kyra près de Livadia

Megaw & Hawkins 1977, p. 363-366 ; Michaelides 1992, p. 122-123.

Description

319Située dans la partie occupée de l’île, l’église a été en grande partie reconstruite au début du xie s. (et plus tard). Son abside semi-circulaire saillante en constitue la partie la plus ancienne conservée. Une mosaïque très fragmentaire du viie s. restait encore visible dans la conque jusque vers 1980, date à laquelle elle a disparu sans laisser de trace.

Datation

320Fin vie ou début viie s.

Églises chypriotes à trois absides saillantes, comportant des particularités dans les chevets ou d'éventuels passages entre les absides

Églises chypriotes à trois absides saillantes, comportant des particularités dans les chevets ou d'éventuels passages entre les absides
Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AB Analecta Bollandiana

ARDAC Annual Report of the Director of the Department of Antiquity in Cyprus

BHG F. Halkin, Bibliotheca hagiographica Graeca, I-III (Subsidia Hagiographica 8a), Bruxelles, 1957

CCEC Cahiers du Centre d’Études Chypriotes

CCSC Corpus Christianorum, Series Graeca

CIAC Congrès International d’Archéologie Chrétienne

CIEB Congrès International d’Études Byzantines

Corsi Corsi di Cultura sull’arte ravennate e bizantina

DOP Dumbarton Oaks Papers

MdB Le Monde de la Bible

PG Patrologie grecque

RAC Rivista di Archeologia Cristana

RDAC Report of the Department of Antiquities of Cyprus

SBF Studium Biblicum Franciscanum

SC Sources chrétiennes

Sources hagiographiques

Eusèbe de Césarée
Vie
de Constantin. Texte critique F. Winkelmann, intro. L. Piétri, trad. M.-J. Rondeau (SC 559), Paris, 2013.

Jérôme
Trois vies de moines (Paul, Malchus, Hilarion)
. Texte critique et notes E. M. Morales, trad. et notes P. Leclerc (SC 508), Paris, 2007.

Testamentum Domini nostri Jesu Christi
Éd. Ignatius Ephraem II Rahmani, Patriarcha Antiochenus Syrorum, Mayence, 1899.

Vie de Spyridon par Théodore de Paphos
(BHG 1647-1647b), cf. éd. P. Van Den Ven 1953.

Vita Epiphanii
Vie de saint Épiphane de Salamine par Polybe, évêque de Rhinocouroura
(BHG 597), PG 41, coll. 73-112.

Vita Sanctii Auxibii
cf. Noret 1993.

Articles et ouvrages

Alberigo (G.) dir.
1994 Les conciles œcuméniques : textes et histoire, vol. I : L’histoire, Paris, Cerf.

Argout (G.), Callot (O.) & Helly (B.)
1980 Une résidence byzantine, ‘l’huilerie’ (Salamine de Chypre 11), Paris, de Boccard.

Aupert (P.) dir.
1996 Guide d’Amathonte, Paris, École française d’Athènes.

Bagatti (B.)
1968 L’Église de la gentilité en Palestine (ier-xe siècle) [SBF Collectio minor 4], Jérusalem.

Bakirtzis (Ch.)
1998 « Peyia, les basiliques de Ayios Yeoryios », MdB 112, p. 46-47.

Bourrier (A.)
2013 « La basilique hors-les-murs de Kourion (« At Meydan ») dans la topographie de la ville portuaire de Kourion », CCEC 43, 2013, p. 63-78.

Bouwen (F.) & Dauphin (C.) dir.
2011 Sainte-Anne de Jérusalem. La Piscine Probatique de Jésus à Saladin. Le projet Béthesda (1994-2010) [Proche-Orient Chrétien No Spécial].

Bryer (A. A. M.) & Georghallides (G. S.) éd.
1993 The Sweet Land of Cyprus. Papers given at the Twenty-Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, March 1991, Nicosia.

Caraher (W. W.), Scott More (R.), Olson (B. R.) & Papalexandrou (A.)
2013 « The South Basilica at Arsinoe (Polis-tes-Chrysochou), Change and innovation in an Early Christian Basilica on Cyprus », CCEC 43, p. 79-92.

Christou (D.)
2013 Anaskafos Kouriou 1975-1998, vol. 2, Nicosia.

Christou (D.) & Nicolaides (A.)
1998 « La basilique portuaire de Kourion », MdB 112, p. 50-51.

Comte (M.-C.)
2016 « À propos d’un nouveau reliquaire à huile en provenance du centre ecclésial de Huarte en Apamène (Syrie) », F. Baratte & V. Michel (dir.), Architecture et décor dans l’Orient chrétien (ive-viiie siècle), Actes de la Journée d’étude en hommage au père Michele Piccirillo (INHA, Paris, 8 décembre 2011), Paris, de Boccard, p. 113-133.

Coüasnon (Ch.)
1974 The Church of the Holy Sepulcre in Jerusalem. The Schweich Lectures 1972, London, Oxford University Press.

Dagron (G.)
1974 Naissance d’une capitale, Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, Puf.

Dauphin (Cl.)
2011 « Un kontakion de pierres pour la Théotokos : la mosaïque du martyrion », Bouwen & Dauphin 2011, p. 57-134.

Davis (Th. W.) Stewart (Ch. A.)
2014 « A Brief History of Byzantine Archaeology on Cyprus », Stewart, Davis & Weyl Carr 2014, p. 17-27.

Delehaye (H.)
1907 « Les saints de Chypre », AB 26, p. 161-301.

Delvoye (Ch.)
1972 « La place de Chypre dans l’architecture paléochrétienne de la méditerranée », Nicosie, p. 17-21.

Delvoye (Ch.)
1976 « l’art paléochrétien de Chypre », Actes du XVe CIEB : Chypre dans le monde byzantin. Rapports et co-rapports, Athènes, p. 1-18.

Delvoye (Ch.)
1980 « La place des grandes basiliques de Salamine de Chypre dans l’architecture paléochrétienne », Salamine de Chypre. Histoire et Archéologie : état des recherches. Lyon, 13-17 mars 1978 (Colloques internationaux du CNRS 578), Paris, p. 313-327.

Deligiannakis (G.)
2018 « The Last Pagans of Cyprus: Prolegomena to a History of Transition from Polytheism to Christianity », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 23-44.

Des Gagniers (J.) et al.
1967 « Trois campagnes de fouilles à Soloi », RDAC, p. 50-58.

Des Gagniers (J.) & Tran Tam Tinh (V.)
1985 Soloi : dix campagnes de fouilles (1964-1974), vol. 1, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval.

Du Plat Taylor (J.)
1980 « Excavations at Ayios Philon, the ancient Carpasia. Part I: the Classical and Roman Periods », RDAC, p. 136-216.

Du Plat Taylor (J.) & MEGAW (A. H. S.)
1981 « Excavations at Agios Philon, the ancient Carpasia. Part II: the Early Christian Buildings », RDAC, p. 209-250.

Durand (J.) & Giovannoni (D.) dir.
2012 Chypre entre Byzance et l’Occident (ive-xvie siècle), catalogue d’exposition, musée du Louvre, Paris.

Efthymiadis (S.)
2018 « The Cult of Saints in Early Byzantine Cyprus as Mirrored in Church Building and Epigraphy », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 99-115.

Fejfer (J.)
1995 Ancient Akamas I, Settlement and Environment, Aarhus.

Flourentzos (P.)
1996 Excavations in the Koursi Valley. II: the Basilica of Alassa, Nicosia.

Flourentzos (P.)
2005 « Chroniques des fouilles et découvertes à Chypre en 2003 et 2004 », BCH 128-129, p. 1700-1703.

Foulias (A. M.)
2004 The Church of Our Lady Angeloktisti at Kiti, Larnaka.

Foulias (A. M.)
2012 « The Basilica of Agioi Saranta / Kirklar Tekke in Cyprus and its Mosaics », M. Şahin (éd.), 11th International Colloqium of Ancient Mosaics, October 16th-20th, 2009, Bursa, Turkey. Mosaics of Turkey and parallel developments in the rest of the ancient and medieval world: questions of iconography, style and technique from the beginnings of mosaic until the late Byzantine era, Istanbul, p. 381-389.

Foulias (A.) et al.
2013 « L’architecture funéraire à Chypre du ier au xe siècle », CCEC 43, p. 201-225.

Flusin (B.)
2012 « Chypre chrétienne à la période protobyzantine (ive-viie siècle) », Durand & Giovannoni 2012, p. 20-27.

Gibson (S.) 2011 « The Excavations at the Bethesda Pool in Jerusalem, Preliminary Report on a Projet of Stratigraphic and Structural Analysis (1999-2009) », Bouwen & Dauphin 2011, p. 17-56.

Guidoboni (E.) et al.
1994 Catalogue of ancient earthquakes in the Mediterranean area up to the 10th century, Roma, Istituto Nazionale di Geofisica.

Hadjichristophi (Fr.)
1998 « L’île aux cent basiliques », MdB 112, p. 38-41.

Hadjichristophi (Fr.)
2004 « Topographie du centre de Chypre au cours de l’Antiquité tardive », CCEC 34, p. 239-250.

Hadjichristophi (Fr.)
2006 « Identités païennes et chrétiennes dans l’art paléochrétien de Chypre », Identités croisées en un milieu méditerranéen : le cas de Chypre (Antiquité, Moyen Âge), Colloque de l’université de Rouen, 11-13 mars 2004, Mont Saint Aignan, p. 207-221.

Hadjichristophi (Fr.)
2012 « L’âge des basiliques », Durand & Giovannoni 2012, p. 28-37.

Hadjichristophi (Fr.)
2018 « New evidences for Mosaics in the Early Christian Basilicas of Cyprus », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 191-212.

Halkin (Fr.)
1948 « La vie de saint Triphyllios, évêque en Chypre », AB 66, p. 11-26.

Honigmann (H.) éd.
1939 Le Synekdémos de Hiéroclès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre : texte, introduction, commentaires et cartes, Bruxelles.

Horster (M.), D. Nicolaou (D.) & Rogge (S.) éd.
2018 Church Building in Cyprus (Fourth to Seventh Centuries). A Mirror of Intercultural Contacts in the Eastern Mediterranean, Münster-New York, Waxman.

Jeffery (G. E.)
1918 A Description of the Historic Monuments of Cyprus. Studies in the Archaeology and Architecture of the Island. London.

Jeffery (G. E.)
1928 « the Basilica of Constantia, Cyprus », AntJ 8, p. 344-349.

Karageorghis (V.)
1959 « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques à Chypre en 1958 », BCH 83/1, p. 336-361.

Karageorghis (V.) éd.
1986 Acts of the international archaeological Symposium « Cyprus between the Orient and the Occident », Nicosia, 8-14 September 1985, Nicosia.

Krautheimer (R.)
1967 The Constantinian Basilica (DOP 21), Wahington, Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies, p. 115-140.

Mango (C.)
1986 The art of the Byzantine empire, 312-1453, Toronto.

Manning (S. W.) et al.
2002 The Late Roman church at Maroni-Petrera. Survey and Salvage Excavations 1990-1997, and Other Traces of Roman Remains in the Lower Maroni Valley, Cyprus, Nicosia-Oxford.

Maguire (R.)
2012 Late Antique Basilicas on Cyprus, Sources, Contexts, Histories, PhD inédit, East Anglia University.

Megaw (A. H. S.)
1937/1938 « Investigations of Ancient Monuments », RDAC, p. 191-192.

Megaw (A. H. S.)
1946 « Three Vaulted Basilicas in Cyprus », JHS 66, p. 48-56.

Megaw (A. H. S.)
1953 « Archaeology in Cyprus. Early christian and later », ARDAC, Nicosia, p. 172-176.

Megaw (A. H. S.)
1957 « Archaeology in Cyprus, 1956 », JHS 77, suppl., p. 24-31.

Megaw (A. H. S.)
1960 « Early Byzantine Monuments in Cyprus in the light of recent discoveries », Akten des XI Internationalen Byzantinisten Kongresses, München 1958, München, p. 345-351.

Megaw (A. H. S.)
1974 « Byzantine architecture and Decoration in Cyprus : Metropolitan or Provincial ? » DOP 28, p. 57-88.

Megaw (A. H. S.)
1986 « Betwixt Greeks and Saracens », Karageorghis 1986, p. 505-519.

Megaw (A. H. S.)
1997 « Aegan connection of Cypriot Church Builders in Late Antiquity », Cyprus and the Aegan in Antiquity. Proceedings of the International Archaeological Conference Cyprus and the Aegan in Antiquity, from the prehistoric period to the 7th century A.D., Nicosia 8-10 December 1995, Nicosia, p. 341-352.

Megaw (A. H. S.)
2001 « The Soloi Basilicas reconsidered », Praktika tou Tritou Dierthnous Kyprolagikoy Synedriou, Lefkasia 1996, Nicosie, vol. II, p. 171-180.

Megaw (A. H. S.)
2006 « The Campanopetra reconsidered : the Pilgrimage church of the Apostle Barnabas ? », E. M. Jeffreys (éd.), Byzantine Style, Religion and Civilization. In Honour of Sir Steven Runciman, Cambridge, Cambridge University Press, p. 394-404.

Megaw (A. H. S.)
2007 Kourion: Excavations in the Episcopal Precinct (Dumbarton Oaks Studies 38), Washington, Dumbarton Oaks.

Megaw (A. H. S.) & Hawkins (E. J. W.)
1977 The church of the Panagia Kanakaria at Lythrankomi in Cyprus. Its Mosaics and Frescoes (Dumbarton Oaks Studies XIV), Washington, Dumbarton Oaks.

Megaw (A. H. S.) & Du Plat Taylor (J.)
1981 « Excavations at Agios Philon, the ancient Carpasia. Part II : the Early Christian Buildings », RDAC, p. 209-250.

Michaelides (D.)
1992 Cypriot mosaics, Nicosie.

Michaelides (D.)
1998 « Du paganisme au christianisme », MdB 112, p. 12-15.

Michaelides (D.)
2008 « The Archaeology of Yeroskipou from the Earliest Times to the Early Christian Period », Chr. Andreou (éd.), Geroskipou from Antiquity to the Present. A Collective Work, Nicosie, p. 27-60.

Michaelides (D.)
2013 « The Excavations of the University of Cyprus at ‘Ayioi Pente’ of Yeroskipou », D. Michaelides, Ph. Pergola & H. Zanini (éd.), the Insular System of the Early Byzantine Mediterranean. Archeology and History (BAR International Series 2523), Oxford, p. 87-95.

Michaelides (D.)
2014 « The Significance of the Basilica at Agioi Pente of Yeroskipou », Stewart, Davis & Carr 2014, p. 1-16.

Michaelides (D.)
2018 « Mosaic Decoration in Early Christian Cyprus », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 213-244.

Michail (R.)
2018 « Early Christian Baptismal Complexes of Cyprus », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 153-174.

Nautin (P.)
1963 « Épiphane (saint) de Salamine », R. Aubert & É. Van Cauwenbergh (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, t. 15, p. 618-631.

Neal (D. S.)
2009 The Basilica at Soli Cyprus: a Survey of the Buildings and Mosaics, SAVE Project Cyprus.

Nicolaou (D.)
2012 « Couvercle de reliquaire » (cat no 10), Durand & Giovannoni 2012, p. 51.

Nicolaou (D.)
2013 « Liturgical Furnishings from Early Christian Basilicas of Cyprus (4th-7th Century) », CCEC 43, p. 155-174.

Nicolaou (D.)
2018 « Liturgical Structures of the Early Christian Basilicas of Cyprus a Spacial Analysis », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 119-151.

Nicolaou (D.) & Horster (M.)
2018 « Introduction : Church and Religion in Cyprus », in Church Building in Cyprus, Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 9-19.

Noret (J.)
1986 « l’expédition canadienne à Soli et ses résultats pour l’intelligence et la datation de la vie de saint Auxibe », AB 104, p. 445-452.

Noret (J.)
1993 « Vita Sancti Auxibii (BHG 204) », Hagiographica Cypria, CCSC 26, Turnhout, Brepols.

Orfali (P. G.)
1924 Gethsémanie, Paris.

Ovadiah (A.)
1970 Corpus of the Byzantine Churches in the Holy Land, Bonn.

Ovadiah (A.) & Gomez de Silva (C.)
1981 « Supplementum to the Corpus of the Byzantine Churches in the Holy Land (Part I) », Levant 13, p. 223-224.

Ovadiah (A.) & Gomez de Silva (C.)
1982 « Supplementum to the Corpus of the Byzantine Churches in the Holy Land (Part II) », Levant 14, p. 139-140.

Papageorghiou (A.)
1964 « H παλαιοχριστιανική καί βυζαντινή άρχαιολογία καί τέχνη έν Κύπρω κατά τό 1963 » (« L’archéologie et l’art paléochrétiens et byzantins à Chypre en 1963 »), Apostolos Barnabas 25, p. 395-425.

Papageorghiou (A.)
1966 « Ερευνα εις τον ναόν του Αγίου Σπυρίδωνος εν Τρεμετουσιά », Κυπριακαί Σπουδαί 30, p. 17-33, pl. XI-XIII.

Papageorghiou (A.)
1976 « The Early Christian Architecture of Cyprus, recent Discoveries », Actes du XVe CIEB : Chypre dans le monde byzantin. Rapports et co-rapports. 4 : L’art paléochrétien de Chypre, Athènes, p. 1- 13.

Papageorghiou (A.)
1982 « Constantinopolitan influence on the Architecture of Cyprus », Akten 16. Internationaler Byzantinistenkongress, Wien, 4.-9. Oktober 1981, vol. II.4, Vienna, p. 469-478.

Papageorghiou (A.)
1985 « L’architecture paléochrétienne de Chypre », Corsi 32, p. 299‑324.

Papageorghiou (A.)
1986 « Foreign influences on the Early Christian Architecture of Cyprus », Karageorghis 1986, p. 490-504.

Papageorghiou (A.)
1993 « Cities and Countryside at the End of Antiquity and Beginning of the Middle Ages in Cyprus », Bryer & Georghallides 1993, p. 27-81.

Papageorghiou (A.)
1996 « La basilique au pied de l’acropole », Aupert 1996, p. 84-88.

Perdikis (S.)
2013 « Le monastère des hiereôn (des prêtres) à Paphos. Du paganisme au christianisme », CCEC 43, p. 227-242.

Pouilloux (J.)
1969 « Fouilles à Salamine de Chypre 1964-1968 », RDAC 1969, p. 33-55.

Pralong (A.)
1994 « La basilique de l’acropole d’Amathonte (Chypre) », RAC 70, p. 411-455.

Pralong (A.) & Saulnier (J. M.)
1996 « La basilique chrétienne du sommet de l’acropole », Aupert 1996, p. 132-144.

Procopiou (E.)
1996 « La grande basilique sud-est », Aupert 1996, p. 162-164.

Procopiou (E.)
2013 « L’architecture chrétienne de la région d’Amathonte à l’époque byzantine (ive-xiie siècles), Recherches archéologiques 1991-2012 », CCEC 43, p. 253-274.

Procopiou (E.)
2018 « New Evidence for the Early Byzantine Ecclesiastical Architecture of Cyprus », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 73-98.

Rapp (Cl.)
1993 « Epiphanus of Salamis: The Church Father as Saint », Bryer & Georghallides 1993, p. 169-187.

Rapp (Cl.)
2014 « Christianity in Cyprus in the Fourth to Seventh Centuries: Chronological and Geographical Frameworks » Stewart, Rautman (M.)
2003 A Cypriote Village of Late Antiquity: Kalavasos-Kopetra in the Vasilikos Valley (JRA Suppl. 52), Porthmouth, Rhode Island.Davis & Weyl Carr 2014, p. 29-38.

Rousée (J. M.)
1962 « Chronique archéologique » (à propos de l’église de la Probatique à Jérusalem), RB LXIX, p. 107-109.

Rousée (J. M.)
1965 « L’église de la Probatique. Chronologie des sanctuaires à Sainte-Anne de Jérusalem, d’après les fouilles récentes », Atti VIe CIAC, Ravenne 1962, Vatican, p. 169-176.

Roux (G.)
1998a La Basilique de la Campanopetra (Salamine de Chypre XV), Paris, de Boccard.

Saidah (R.)
1978 « Khan Khaldé » Atti IX CIAC, Vatican, p. 451-456.

Scudellaro (L.) & Zamboni (I.) et al.
2012 « The churches of Agios Lazaros, Panagia Angeloktisti and Agios Antonios », RDAC, p. 820-853.

Sodini (J.-P.)
1984 « Rewiew of Megaw and Hawkins : Panagia Kanakaria at Lythrankomi », RA 1984-1, p. 159-160.

Sodini (J.-P.)
2000 « La basilique de la Campanopetra en Chypre », JRA 13, p. 767-778.

Sodini (J.-P.)
2017 « Saint-Syméon lieu de pèlerinage », Deltion of the Christian Archaeological Society, series 4, vol. 38, Athènes, p. 1-34.

Stewart (Ch. A.), Davis (Th. W.) & Weyl Carr (A.) éd.
2014 Cyprus and the Balance of Empires, Art and Archaeology from Justinian I to the Cœur de Lion (Archaeological Reports 20), Boston, ASOR.

Stylianou (A.) & (J.)
1960 « Donors and Dedicatory Inscriptions, Supplicants and Supplications », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinischen Gesellschaft 9, p. 97-128.

Stylianou (A.) & (J.)
1997 The Painted Churches of Cyprus, Treasures of Byzantine Art, 2e éd., Nicosia.

Van Den Ven (P.)
1953 « La légende de Spiridon, évêque de Trimithonte » (Bibliothèque du Muséon) Louvain.

Velmans (T.)
1982 « Review of Megaw and Hawkins: Panagia Kanakaria », Cahiers Archéologiques 30, p. 177.

Vincent (L. H.) & Abel (F. M.)
1914 Jérusalem, recherches de topographie, d’archéologie et d’histoire, vol. : Jérusalem nouvelle, Paris, Gabalda.

Vionis (A. K.)
2018 « Settled and Sacred Landscapes of Cyprus : Church and Landscape in the Xeros Valley during the Early Byzantine Period », Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 45-70.

Willis (M. D.)
1986 « Byzantine Beginnings of the Bedestan », Kupriakai Spondai 50, p. 185-192.

Yon (M.)
1998 « La nouvelle religion dans la continuité de Chypre », MdB 112, p. 6-9.

Zakariou-Kaila (E.)
2012 « Chypre entre Byzance et l’Occident (ive-xvie siècle) », Durand & Giovanoni 2012, p. 52.

Haut de page

Notes

1 L’île de Chypre a été intégrée à l'empire colonial britannique entre 1878 et 1960, d'abord en tant que protectorat (1878-1914), puis avec le statut de colonie de la Couronne (1914-1960). Après de nombreuses revendications envers la Grande-Bretagne, l’île acquit l’indépendance, en 1960, avec le maintien d’une présence britannique.

2 Au sujet de l’histoire de l’archéologie chypriote, se reporter à Davis & Stewart 2014, p. 17-27.

3 Voir à ce propos la récente publication : Horster, Nicolaou & Rogge 2018.

4 C’est ce que soutient Richard Maguire dans sa thèse inédite (Maguire 2012), p. 78 : « the triapsidal basilica became canonical, probably at the beginning of the fifth century ».

5 Un célèbre titre du Monde de la Bible (MdB 112), en 1998, proclamait : « Chypre l’île aux cent basiliques », ce qui n’était pas un chiffre exagéré. Cependant, malgré ce nombre évident, les basiliques ayant fait l’objet d’une publication sont encore très peu nombreuses. Voir Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 11.

6 Actes 13, 2-9. Paul et Barnabé, accompagnés de Jean (connu sous le nom de Marc, l’évangéliste, cousin de Barnabé), arrivent d’Antioche et font escale à Chypre, avant de repartir pour la Cilicie ; on situe cet événement vers 44 ou 45. Du port de Salamine, ils se rendent jusqu’à Paphos où, après un prodige, ils convertissent le proconsul Sergius Paulus. Voir, à ce sujet, Yon 1998, p. 6-9.

7 Les Acta Auxibii, nous sont connus par plusieurs manuscrits de dates diverses, Pour H. Delehaye ils ont été écrits entre le vie et le xie s. (Delehaye 1907, p. 237). D’autres auteurs les placent après la fin du ve s., comme A. Papageorghiou. J. Noret adopte le début du viie s., entre 600 et 649 (Noret 1993).

8 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. XXV (introduction).

9 Des tombes païennes furent utilisées par les chrétiens et parfois ces derniers taillèrent leurs propres sépultures dans les rochers, les ornant de croix et autres symboles : Delvoye 1976, p. 4-7. Voir également Foulias et al. 2013, p. 201-225.

10 Certaines cités n’étaient souvent que de simples bourgades, comme du reste en province d’Arabie. Sur l’organisation de l’Église de Chypre : Flusin 2012, p. 20-27.

11 Vie de Spyridon, p. 10 ; Vita Sanctii Auxibii, p. 89-91.

12 Guidoboni et al. 1994, cat. 332, p. 247-248 et cat. 342, p. 249-250, sur le sujet des séismes à Salamine de Chypre cités dans la Chronographie de Théophane au viiie s.

13 Jérôme, Trois vies de moines, p. 290, 5, 2.

14 Ce changement d’emplacement de la capitale était dû en partie aux précédentes réformes administratives de Dioclétien et Constantin, et aussi à la forte personnalité de l’évêque saint Épiphane devenu métropolite de l’île depuis 366 (Papageorghiou 1993, p. 30-31).

15 La Vita Epiphanii, au chapitre 72, se réfère à une église préexistant à la grande basilique d’Épiphane, qui devait se trouver sur un autre emplacement à Salamine/Constantia.

16 La Vita Sanctii Auxibii parle d’un bâtiment préexistant à l’église de Soloi ; voir Noret 1993, p. 177-202.

17 Neal 2009, p. 17, plan p. 19, et p. 20-24. Une structure absidée, sous la partie N-E de la basilique A, paraît antérieure à celle-ci.

18 Papageorghiou 1993, p. 30-31.

19 Deligiannakis 2018, p. 32.

20 Hadjichristophi 2006, p. 207-221 ; p. 213, l’auteur rappelle que dans la Vita de saint Épiphane il est souvent question de païens, qui sont toujours des hommes riches.

21 Michaelides 1998, part. p. 12 : la maison d’Aion à Nea Paphos et la villa de Thésée au ve s.

22 Les catechumenea seraient de longs passages unissant le narthex au sanctuaire, qui ont pu accueillir les catéchumènes avant leur baptême ; voir Megaw 2007, p. 15 et Deligiannakis 2018, p. 23-44.

23 Nicolaou & Horster 2018, p. 9.

24 Sur le calice de Vrap (en Albanie près de la ville côtière de Dyrrachium), conservé au Metropolitan Museum, quatre Tychés sont représentées, celles de Rome, Constantinople, Alexandrie et Chypre. Probablement réalisé au viiie ou ixe s., cet objet précieux est sans doute le travail d’artisans chypriotes, exprimant ainsi le sens de leur forte identité culturelle (Stewart 2014, p. 111).

25 Hadjichristophi 1998, p. 38.

26 Sur le 2e concile œcuménique tenu à Constantinople en 381, se référer à Alberigo 1994, p. 59-70.

27 Ce Credo existe de façon presque analogue dans l’Ancoratus d’Épiphane de Salamine, lequel pourrait être issu des Cathéchèses de Cyrille de Jérusalem, voir Alberigo 1994, p. 69.

28 Parmi les ouvrages d’Épiphane, le Panarion écrit en 375 pour deux abbés syriens fait le compte des hérésies. L’Ancoratus, œuvre majeure entreprise pour répondre à des prêtres et les laïcs de Syèdres en Pamphilie, s’interrogeant sur la question de la Trinité, fut publié un peu avant le Panarion, vers 377.

29 Rapp 2014, p. 31.

30 Dans le chapitre 13 de la Vita Epiphanii, il est rappelé que le corps du saint homme après sa mort reposa dans son église éponyme pendant 10 jours, entrainant de nombreux miracles.

31 Le texte est arrangé en 4 parties. La première est écrite par Jean, un nomade palestinien converti au christianisme, devenu disciple d’Épiphane ; la suite de la narration, après la mort de Jean, a été reprise par Polybius, un jeune disciple du saint. Les parties 3 et 4 sont constituées d’un échange de lettres entre Polybius et Sabinius, le successeur d’Épiphane sur le siège de Constantia, à propos de l’enterrement du saint, un évènement que Polybius n’avait pas connu. Ce texte contient un certain nombre d’erreurs sur la chronologie en particulier, mais une copie traduite en copte a survécu qui ne peut avoir été copiée plus tard que la moitié du viie s. La Vita a dû être composée après 431 et après la reconnaissance de l’autocéphalie de l’île. Rapp 1993, p. 178.

32 Il est possible que sa nomination ait été favorisée par l’influence d’Hilarion. Rapp 1993, p. 170.

33 Nautin 1963, col. 626.

34 Cette opinion est partagée par Delvoye 1976, p. 17-18. Voir également Horster, Nicolaou & Rogge 2018, p. 10 : « the huge cathedral of Saint Epiphanios in Salamis / Constantia seems to have become an architectural and artistic model for church building on Cyprus ».

35 Jeffery 1928.

36 Megaw 1957, p. 29 et fig. 2 (fouilles dirigées par A. I. Dikigoropoulos) et Karageorghis 1959, plus part. p. 352-353 et fig. 18, p. 353. Voir également Megaw 1960, p. 345, n. 1 et 2.

37 C’est au retour d’un voyage à Constantinople, où il s’était rendu pour combattre des partisans d’Origène qui étaient protégés par saint Jean Chrysostome, qu’il trouva la mort ; son corps fut rapporté dans sa basilique en 402, cf. Nautin 1963, col. 624-625. D’autres auteurs citent la date de 403 pour la mort du saint.

38 La fonction de ces couloirs n’est pas tranchée. Plusieurs des premières églises de Chypre en possèdent, et on les trouve encore dans la Campanopétra fin v/ début vie s. Correspondaient-ils à des couloirs d’accès entre le narthex et les tribunes, des passages pour la circulation des pèlerins vers une tombe sainte ou une relique après avoir été des lieux de rassemblements des catéchumènes ? « Peter » (Arthur) Megaw, voit dans les couloirs de la basilique épiscopale de Kourion des catechumenea : Megaw 2007 p. 15, ainsi que Megaw 1974, p. 60.

39 Nicolaou 2018, notamment p. 134.

40 On retrouve ce dispositif dans la basilique de l’Achéropoiétos de Lambousa (fin ive s.) à Soloi et à Saint-Philon de Carpasia et d’autres dans le nord ou le nord-est de l’île : Papageorghiou 1985, p. 303. Cet arrangement trouverait son origine dans le pseudo-muséion d’Éphèse réutilisé dans la basilique de la Vierge, cf. Megaw 1974, p. 64.

41 Selon Megaw 2007, p. 172.

42 La Vita Epiphanii, dans le chapitre 72, rappelle qu’environ 60 artisans furent engagés pour l’édification du bâtiment en vue de la future augmentation de population qui ne pouvait plus occuper l’église précédente.

43 Le chevet proposé n’est qu’une hypothèse probable. Ovadiah 1970, p. 89, no 77, plan 77, pl. 38.

44 Vincent & Abel 1914, p. 421-459 et 472-481.

45 Ovadiah 1970, p. 84, no 73 et pl. 35 (plan) et Ovadiah & Gomez de Silva 1982, p. 139-140.

46 Fouillée par P. G. Orfali du Studium Biblicum Franciscanum en 1906 et 1919-1920.

47 Orfali 1924.

48 Bagatti 1968, p. 179-181.

49 Les fouilles commencées par les Pères Blancs, furent reprises par les Dominicains. Rousée 1965.

50 Probatique (du grec qui signifie « bétail ») rappelle le lieu où étaient lavés les animaux avant leur sacrifice au temple. La dédicace de l’église byzantine à la Vierge, qui intervient plus tard, était basée sur des écrits apocryphes du iie s. affirmant que Marie était née près du Temple de Jérusalem : Ovadiah & Gomez de Silva 1981, p. 224.

51 Ovadiah & Gomez de Silva 1981. De nouvelles fouilles de la zone entreprises de 1999 à 2009, ont permis d’étudier à nouveau le plan de la basilique, bien qu’il soit difficile de retrouver les absidioles au nord-est et encore moins au sud-est. Voir Gibson 2011, p. 31-35 et pl. 18.

52 La date attribuée à la basilique par les Dominicains repose sur une argumentation assez fragile ; la construction de l’église est placée au début du ve s., en raison de croix en mosaïque visibles sur le pavement du martyrium, croix qui furent interdites par un édit en 427 qui a peu été respecté cf. Rousée 1962, p. 108. Une nouvelle étude de la mosaïque et du site de l’église byzantine propose une date pour la fondation de l’église, basée sur le style de la mosaïque, dans la première moitié du ve s. : Dauphin 2011, p. 73-86.

53 Dagron 1974, p. 389.

54 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, p. 25-40. Krautheimer 1967, p. 128.

55 C’est une proposition de Delvoye 1980, p. 314.

56 Plusieurs savants et archéologues, Ch. Delvoye, V. Tran Tam Tinh, A. Papageorghiou, A. H. S. Megaw, ont noté la ressemblance des plans des églises de Saint-Épiphane et de Gethsémani et insistent sur cette influence de Jérusalem.

57 R. Maguire dans sa thèse inédite note une parenté plus proche entre Saint-Épiphane et la Sainte-Sion en termes de dimensions comme de symbolisme et il nous paraît être convaincant.

58 Du Plat Taylor 1980, en particulier p. 152-161, et Megaw & Du Plat Taylor 1981, p. 209-250.

59 Delehaye 1907, p. 243.

60 Delehaye 1907, n. 30 p. 249.

61 Papageorgiou 1976, p. 10-11. Se reporter au plan d’A. Papageorghiou dans Megaw 1974.

62 Michail 2018, p. 163, précise que le baptistère, qui communique avec le narthex à travers un long corridor, fut après l’abandon du complexe transformé en une petite église qui bloqua le passage vers le baptistère.

63 Des Gagniers & Tran Tam Tinh et al. 1967, p. 50-58, pl. XII à XIV.

64 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985.

65 Neal 2009.

66 Megaw 2001, p. 171-179.

67 Delehaye 1907, p. 233-237, et Vita Sancti Auxibii, Noret 1993, commentaires p. 137-173 et texte en grec p. 177-202. Voir aussi Noret 1986, p. 445-452, surtout p. 447-449. Cf. également Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 132 -144 : traduction en français des Acta Auxibii par Maurice Lebel, publiée par A. Papageorghiou en 1969, d’après le Codex Parisinus Graecus 1452, f. 153-159.

68 Noret 1986, p. 450.

69 Delvoye 1980 ici plus particulièrement p. 316.

70 Neal 2009, p. 20.

71 Antérieurement à la basilique A, il existait une structure absidée sous l’abside latérale nord de la Basilique B (10,50 m de large × 11,50 m de long plus l’abside de 2,25 m) présentant une abside ouverte à l’est, peut-être par une fenêtre donnant accès à un sol surélevé au-dessus d’une sorte de crypte. Une rampe ou un escalier qui s’enfonçait dans le sol (1,80 m de large et 11 m de long) menait à un espace restreint dans l’abside de cette chapelle. S’agissait-il de la tombe de saint Auxibios, ou d’une confessio avec reliques destinée à recevoir les offrandes des pèlerins ? La possibilité d’un martyrium qui aurait fonctionné avec la basilique A n’est pas à négliger. Cette partie de la rampe fut bouchée et scellée par un sol d’opus sectile lors de la construction de l’abside nord de la basilique B. Cf. Neal 2009, p. 17.

72 Neal 2009, p. 17 et 21 et Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 86.

73 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 48.

74 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 115-125 : à propos de l’inscription de l’atrium. Voir aussi D. Feissel, REG 100, 1987, no 380.

75 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 76.

76 Sur l’origine du nom, cf. Roux 1998a, p. 13-14.

77 Roux 1998a.

78 Comme il a déjà été fait remarquer par différents archéologues, la présence de reliques sous forme de tombe sainte ou de reliquaire placé dans la partie orientale du bas-côté nord ou sud de l’église adopte une typologie syrienne. À Saint-Épiphane la tombe du saint était placée au sud, à Saint-Philon de Carpasia, un sarcophage se trouvait dans l’abside nord. Ici, un gros reliquaire occupait le côté nord ; de même une tombe était présente dans l’abside nord de l’église hors-les-murs de Kourion, tandis qu’ à l’Achéropoiétos de Lambousa, on avait repéré un reliquaire de bronze. Voir Papageorghiou 1986, p. 495-496, et Sodini 2000, p. 770.

79 Pour l’archéologue, ces chapiteaux représentent le « classicisme » de l’ultime avatar de l’ordre corinthien, dans le dernier quart du ve s. : Roux 1998a, p. 243-245.

80 Voir Delvoye 1980, p. 316.

81 Megaw 2006.

82 Roux 1998a, p. 240

83 Delvoye 1980, p. 316.

84 Papageorgiou 1976 et Megaw 1974, p. 58-59.

85 Roux 1998b, p. 21-23.

86 Voir Megaw 1953, p. 175-176, Megaw 1960, p. 348-349 et Bakirtzis 1998, p. 46-47. Ces trois basiliques n’ont pas fait l’objet d’une publication finale.

87 Megaw 1960, p. 348-349.

88 Voir Megaw 1960.

89 Megaw 1997, p. 358, et Delvoye 1972, p. 20.

90 Megaw 1997, p. 348.

91 Testamentum Domini, p. 23-27. Le chapitre 19 décrit une église, probablement idéalisée, afin d’expliquer l’organisation architecturale et liturgique des églises. Ce texte daté des ve ou vis. dans des versions syriaques et latines provient d’une région orientale qu’il est un peu difficile de situer. Peut-être s’agit-il de la Syrie ou de l’Asie Mineure.

92 Mango 1986, p. 25.

93 La Chrysopolitissa de Nea Paphos, qui se trouve en partie sous l’église d’Agia Kiriaki, a été fouillée de 1971 à 1989 par A. Papageorghiou. L’église à l’origine comprenait sept nefs avec un chevet plat, sans abside projetée. Une abside libre était placée dans la nef centrale, vers l’est, avec une cour à l’arrière accessible par les bas-côtés. Plus tard au vie s., le chevet fut modifié ; on ajouta deux absides saillantes à pans coupés entourant une nouvelle abside principale hexagonale. Papageorghiou 1985, p. 229-324.

94 Nicolaou 2018, ici particulièrement p. 128.

95 « By the fifth century, just about every Cypriot church was design with these flanking apses jutting beyond the eastern wall » (Stewart 2014, p. 113).

96 Stewart 2014, p. 113.

97 Stewart 2014, p. 111 et 112, montre les plans des cathédrales de Salamine, Paphos et Soloi, au milieu du ve s. et au milieu du vie s.

98 C’est ce que révèle le texte de la Vita 113 ; cf Sodini 2017, ici p. 6.

99 Sodini 2017, p. 8.

100 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 53-55 et Delvoye 1972, p. 17-21.

101 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 53-54.

102 Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, p. 55.

103 Roux 1998a, p. 241-242.

104 Pour Ch. Delvoye, Saint-Épiphane s’inspire des Lieux saints, Delvoye 1980, p. 317.

105 La thèse de R. Maguire que nous avons eu la chance de lire avant sa publication, ce dont nous remercions ici l’auteur, documente très scientifiquement l’histoire des premières églises protobyzantines de Chypre et des protagonistes engagés (les évêques, l’empereur, des personnalités comme saint Jérôme et d’autres) dans cette création d’une Église chypriote orthodoxe et offre un panorama parfois inédit de cette période.

106 Honigmann 1939, p. 38. Hiéroklès parle de 13 cités et en ajoute une 14e, Trémithonte.

107 Dans Maguire 2012, p. 233, l’auteur souligne que l’innovation architecturale ecclésiastique est plus caractéristique de la première période (ive-ve s.) que de la dernière (vie-viie s.) ; cependant les dernières études sur la partie sud de l’île montrent aussi que les innovations furent grandes dans l’architecture séculaire dans la 1re moitié du viie s. : Stewart 2014, p. 113.

108 Megaw 1974.

109 Papageorghiou 1986.

110 Delvoye 1976, p. 19 : « au total les basiliques de Chypre accusent un grand nombre de parentés avec la Palestine voisine, dont saint Hilarion et saint Épiphane étaient originaires et à laquelle l’île était unie par des relations suivies. »

111 Maguire 2012, p. 82.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de la Méditerranée orientale
Crédits M. C. Comte, fond de carte M. Sauvage, infographiste R. Douaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 2.
Légende Carte de Chypre protobyzantine avec emplacement des églises à trois absides
Crédits M. C. Comte, fond de carte M. Sauvage, infographiste R. Douaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 3a.
Légende La basilique Saint-Épiphane, 1re phase
Crédits d’après Megaw 1974, p. 63 fig. A
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 3b.
Légende Plan de la Sainte-Sion
Crédits d’après Ovadiah 1970, pl. 38, fig. 77
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 3c.
Légende Plan de Gethsémani
Crédits d’après Ovadiah 1970, pl. 35
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Figure 3d.
Légende L’église de la Probatique (en rouge ici)
Crédits d’après Gibson 2011, fig. 18
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 3e.
Légende Le Saint-Sépulcre : reconstitution de la cour ouest avant la construction de la Rotonde
Crédits d’après Coüasnon 1974, pl. VII
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 4.
Légende Saint-Philon de Carpasia
Crédits d’après Megaw 1974, p. 66, fig. C
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 5.
Légende Agia Trias de Yaloussa
Crédits d’après Megaw 1974, p. 70, fig. D
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 6a.
Légende Plan des deux basiliques superposées de Soloi
Crédits d’après Des Gagniers & Tran Tam Tinh 1985, pl. C
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 6b.
Légende Proposition de reconstruction du plan de la basilique A de Soloi
Crédits d’après Stewart 2014, p. 112, fig. 8.3, c
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure 6c.
Légende Plan incomplet de la basilique Soloi B avec reconstruction du sanctuaire original
Crédits d’après Megaw 1974, fig. B
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 7a.
Légende Le site de la Campanopétra et de Saint-Épiphane, à Salamine
Crédits d’après Argout, Callot & Helly 1980, fig. 1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7b.
Légende Plan de la Campanopétra, phase 1
Crédits d’après Roux 1998, plan 1b
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 8a.
Légende Plan de l’église I de Peyia
Crédits d’après Papageorghiou 1985, fig. 5
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 8b.
Légende Plan de l’église II de Peyia
Crédits d’après Megaw 1974, p. 70, fig. E
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 8c.
Légende Plan de l’église III de Peyia
Crédits d’après Megaw 1974, p. 70, fig. E
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 9.
Légende Le chevet oriental de Saint-Syméon
Crédits cliché M. Balty
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 10.
Légende L’église de Maroni-Petrera
Crédits d’après Manning 2002, p. 18
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 11.
Légende L’église du Bedestan à Nicosie
Crédits d’après Willis 1986
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 12.
Légende L’église sud d’Arsinoé
Crédits d’après Caraher 2013, p. 83
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 13.
Légende La basilique au pied de l’acropole d’Amathonte
Crédits d’après Papageorghiou 1996, p. 85
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 14.
Légende La basilique épiscopale d’Amathonte
Crédits dessin M. Chamberlain dans Procopiou 2013, p. 271
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 15a.
Légende La basilique Paraliaki de Kourion : plan
Crédits d’après Christou 2013
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 15b.
Légende La basilique Paraliaki de Kourion : vue aérienne
Crédits d’après Christou 2013
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 16.
Légende L’Asomatos d’Afendrika
Crédits d’après Megaw 1946, p. 49
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 17.
Légende La Panagia d’Aphendrika
Crédits d’après Megaw 1946, p. 51
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 18.
Légende La Panagia de Sykha
Crédits d’après Megaw 1946, p. 55
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 19.
Légende La basilique nord de Kalavasos
Crédits d’après Rautman 2003, p. 122
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 20a.
Légende La Chrysopolitissa de Paphos : a. première phase
Crédits d’après Stewart 2014, fig. 8.3, b, p. 112
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 20b.
Légende La Chrysopolitissa de Paphos : b. deuxième phase
Crédits d’après Stewart 2014, fig. 8.4, b, p. 112
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 21.
Légende L’église de l’acropole d’Amathonte
Crédits d’après Pralong 1994, p. 271
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Figure 22.
Légende La basilique de Dali-Agridia
Crédits d’après Procopiou 2018, p. 83
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 23.
Légende L’église est de Kalavasos
Crédits d’après Rautman 2003, p. 57
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 24.
Légende L’église sud de Kalavasos
Crédits d’après Rautman 2003, p. 92
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 25.
Légende Agios Georghios de Peyia, la basilique à transept du complexe baptismal
Crédits cliché cerf-volant Thomas Sagory
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 26.
Légende L’Achéropoiétos de Lambousa
Crédits d’après Papageorghiou 1986, 499, fig. 3
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 27.
Légende L’église de l’apôtre Barnabé à Salamine
Crédits d’après Megaw 1986, p. 517
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 28.
Légende La basilique épiscopale de Kourion
Crédits d’après Megaw 2007, p. 164
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 29.
Légende La basilique extra muros de Kourion
Crédits d’après Papageorghiou 1976, p. 4
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 30.
Légende La Panagia Limeniotissa de Paphos
Crédits d’après Papageorghiou 1985, p. 318
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 31.
Légende L’église de Kofinou
Crédits plan E. Procopiou
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 32.
Légende Saint-Spyridon de Tremithonte
Crédits d’après Papageorghiou 1966
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 33.
Légende Saint-Héraclide de Tamassos/Politico
Crédits Papageorghiou 1986, p. 502
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 34.
Légende La Panagia Kanakaria de Lythrankomi
Crédits d’après Megaw & Hawkins 1977
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 35.
Légende L’église d’Agios Kononas
Crédits d’après Fejfer 1995, p. 82
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Églises chypriotes à trois absides saillantes, comportant des particularités dans les chevets ou d'éventuels passages entre les absides
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10090/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Comte, « Les chevets à trois absides des églises chypriotes et leur rapport avec le chevet du martyrium de Saint-Syméon (ive-viie siècles) »Syria, 96 | 2019, 191-256.

Référence électronique

Marie-Christine Comte, « Les chevets à trois absides des églises chypriotes et leur rapport avec le chevet du martyrium de Saint-Syméon (ive-viie siècles) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10090

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Comte

Chercheure associée à ArScAn, UMR 7041, CNRS – Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search