Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesDes tessons Khirbet Kerak à Qalʿa...

Autres articles

Des tessons Khirbet Kerak à Qalʿat Semʿan (Syrie)

Dominique Orssaud, Bertille Lyonnet, Pierre-Marie Blanc et Jean-Pierre Sodini
p. 259-272

Résumés

La présence, à Qalʿat Semʿan, d’une quarantaine de tessons étrangers à la céramique byzantino-islamique du site, mais présentant la morphologie, le dégraissant, la couleur et le traitement de surface de l’assemblage connu sous le nom de Khirbet Kerak au Levant, ou Red-Black Burnished Ware dans l’Amuq, permet d’induire la présence d’une petite occupation associée et remontant au deuxième tiers du IIIe millénaire av. n. è. dans le Massif calcaire. Elle est, à ce jour, unique dans cette zone. Les tessons proviennent d’une couche de destruction relativement bien localisée et étaient inclus dans la terre servant de soubassement au pavement d’une partie de la fortification médio-byzantine. L’article en donne une description et propose un certain nombre de comparaisons.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce site, voir en dernier lieu Sodini 2017.
  • 2 De nombreuses études ont été consacrées à cette céramique. On trouvera un excellent résumé des rec (...)
  • 3 Albright 1926.
  • 4 Braidwood 1937 ; Braidwood & Braidwood 1960.
  • 5 Contenson 1982.
  • 6 Mazzoni 2017.
  • 7 Thuesen 1988 indique, p. 113, que cette poterie est surtout abondante dans la phase K1, la plus ta (...)
  • 8 Matthiae 1980, p. 53 et 102, mentionne la présence de tessons en « Red-Black Burnished Ware ou Khi (...)
  • 9 Mazzoni 1998, p. 20 et 30-31, fig. 9, 9 et 16, 3. Il s’agit de quelques tessons en « Red and Black (...)
  • 10 Orthmann 1981, p. 47 et pl. XI, 3. L’auteur de l’étude céramique, F. Lüth, mentionne la présence d (...)
  • 11 Porter 1995. Un bol entier à fond plat-concave (fig. 19, P225) est en « Red-Black Burnished Ware » (...)
  • 12 La présence de tessons de « Khirbet Kerak Ware » à Selenkahiye est mal assurée. Elle a été mention (...)
  • 13 Kühne 1976, p. 105-106 et pl. 39, 9-10. Toutefois, les deux tessons concernés, bien qu’ils présent (...)

1Lors des fouilles faites dans le monastère de Saint-Siméon-le-Stylite (Qalʿat Semʿan), en Syrie du Nord, une quarantaine de tessons sortant du cadre typo-technologique byzantino-islamique habituel du site a été mise au jour 1. Ces fragments ont été identifiés comme appartenant à de la céramique « Khirbet Kerak » datée de l’âge du Bronze ancien III, au cours du deuxième tiers du IIIe millénaire avant notre ère 2. Cette céramique a été reconnue dès 1926 en Palestine du Nord à Bet Yerah 3, puis à la fin des années trente dans l’Amuq (Judaidah période XI ou entre les phases Amuq G final et I) et à Afrin 4, ainsi que dans la région de Ras Shamra (IIIA1) 5. À proximité de l’Amuq, sur le cours inférieur de l’Oronte, en Syrie, des recherches récentes ont également mis au jour d’importantes occupations à T. el-Bek et à Harim 6. À l’intérieur des terres syriennes, elle est surtout représentée à Hama (période K) 7, et quelques tessons proviennent d’Ebla (fin de la période IIA) 8. Ailleurs, elle n’est que sporadique : elle est mentionnée à l’est d’Ebla à T. Afis 9, dans la zone du coude de l’Euphrate à T. Halawa 10, à T. Banat dans la tombe 1 11 ainsi que, peut-être, à T. Selenkahiye 12, et jusque dans le Balikh à T. Chuera 13 (fig. 1). Les tessons de Qalʿat Semʿan ne sont donc pas exceptionnels mais leur nombre ajoute un point d’occupation non négligeable dans la carte de distribution de la poterie Khirbet Kerak au Levant et leur position dans le « Massif calcaire » tranche avec celle des sites les plus proches dans les plaines d’Idlib ou de l’Amuq. Il nous a donc semblé important de signaler cette découverte par cet article.

Figure 1.

Figure 1.

Carte générale des sites mentionnés dans le texte.
1- Qalʿat Semʿan ; 2- Tell Afis ; 3- Ebla ; 4- Ougarit ; 5- Hama ; 6- Tell Banat ; 7- Tell Halawa ; 8- Tell Selenkahiye ; 9- Arslantepe ; 10- Sos Höyük ; 11- Mentesh Tepe ; 12- Geoy Tepe ; 13- Hazor ; 14- Tell Bet Yerah.

Réalisation C. Finetin et R. Douaud

  • 14 Voir Hood 1951 ; Amiran 1952 ; Woolley 1953 ; Sagona 1984, ainsi que, plus récemment, Batiuk 2005. (...)
  • 15 Voir récemment Rothman 2011.
  • 16 Greenberg 2007 ; Paz 2009 ; Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.
  • 17 Iserlis 2009 ; Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009.
  • 18 Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.

2Apparaissant soudainement dans cette région au cours du Bronze ancien, cette céramique a été associée dès le début des années 1950 à des migrants venus d’Anatolie centrale, orientale et du Caucase sud 14. On sait qu’ils se sont aussi déplacés vers le sud le long du Zagros 15. Sur les sites du Levant, en particulier à Bet Yerah, des études récentes ont mis au jour une répartition particulière de cette nouvelle population, à l’écart de la population locale, témoignant clairement de son caractère allogène 16. De plus, des études pétrographiques faites tant sur le matériel de ce site que sur celui d’autres établissements en Palestine ont mis en évidence une différence entre les deux groupes de population – locale et allogène – non seulement dans les techniques du montage des vases et de leur cuisson, mais aussi dans l’utilisation d’argiles différentes 17. Enfin, d’autres traits culturels spécifiques que cette population singulière a conservés pendant toute la durée de son existence en Palestine et qui ont été mis en évidence récemment prouvent bien qu’elle est originaire de l’Anatolie orientale/Sud Caucase 18.

  • 19 Voir par exemple Greenberg & Iserlis 2012.

3Divers noms, selon les régions, ont été attribués à cette céramique intrusive : Red-Black Burnished, Khirbet Kerak, Early Transcaucasian, Kuro-Araxe. Si elles possèdent toutes un large fonds commun 19, certaines particularités, présentes à Qalʿat Semʿan comme nous allons le montrer, permettent de distinguer l’assemblage Khirbet Kerak de celui des autres régions.

Le contexte

  • 20 Biscop 2006. En effet, si vingt-trois de ces tessons proviennent d’unités stratigraphiques interpr (...)

4Qalʿat Semʿan se trouve dans le Massif calcaire, à 35 kilomètres au nord-ouest d’Alep en Syrie du Nord-Ouest (voir fig. 1). La fouille, conduite de 1980 à 2004 par Jean-Pierre Sodini, a porté sur le site de pèlerinage proto-byzantin de Qalʿat Semʿan. En 1994, lors du dégagement des soubassements du bras occidental du martyrium (fig. 2a), ont été découverts une quarantaine de tessons inhabituels par leur forme, leur pâte et leur couleur, qui furent mis à part. Ces fragments proviennent d’un espace assez large (sur une trentaine de mètres), et étaient répartis dans quatre secteurs de fouille correspondant aux espaces topographiques des alvéoles situées sous le portique : deux à l’ouest (BW4 et BW5), une au sud (BW7) et une sous la nef (BW9) [fig. 2b]. Leur position stratigraphique est groupée dans une phase datée chronologiquement entre le dernier quart du xe et le xiie-xiiie s. de notre ère. L’analyse stratigraphique indique que la plupart des niveaux dans lesquels ces tessons ont été recueillis sont associés à la destruction de la fortification médio-byzantine de Christophoros 20. Cet épais niveau provient de l’incendie et de l’effondrement d’au moins trois planchers de cet édifice. L’un au moins devait être recouvert par des carreaux de pierre de forme hexagonale retrouvés dans le niveau de destruction. Or, la terre est traditionnellement utilisée comme support des pavements de sols sur plancher. Il ne fait guère de doute que cette terre, à dominante rouge, a été prélevée à proximité du site.

Figure 2a.

Figure 2a.

Plan général de Qalʿat Semʿan.

Dessin J.-L. Biscop

Figure2b.

Figure2b.

Plan du soubassement ouest du martyrium de Qalʿat Semʿan.

Dessin J.-L. Biscop et P.-M.  Blanc

5La fragmentation (les deux tessons les plus grands atteignent un maximum de 4 × 4 cm et 6 × 2,5 cm, les autres se situent autour de 2,5 × 2,5 cm), ainsi que l’état de conservation des tessons indiquent qu’il ne s’agit ni d’un dépôt primaire (aucun recollage), ni d’un sol ou d’un niveau de surface (tessons non roulés). Ce fut par hasard que J.-P. Sodini les montra à B. Lyonnet qui les a identifiés comme étant de la poterie de type Khirbet Kerak.

Le matériel

6Les tessons, pour la plupart, sont informes. Des bords sont néanmoins attestés dans onze cas ; ils sont généralement simples et droits, à terminaison légèrement effilée, sauf deux cas. L’un provient d’un petit vase fermé à bord aplati éversé et l’autre est un bord rentrant plus ou moins triangulaire venant d’un vase ouvert.

7Ils sont surtout caractérisés à la fois par leur polissage soigné, leur donnant un aspect brillant le plus souvent sur les deux faces, et par leur couleur, essentiellement noire et/ou rouge (parfois beige-brun) [voir fig. 3, 3]. La pose d’un engobe, rouge, n’est vraiment assurée que dans quelques cas (voir fig. 4, 1 [face extérieure] et 2 [face intérieure], en particulier le dernier tesson en bas à droite). Sur deux tessons, la couleur extérieure du bord (rouge-brun) est en contraste avec celle du reste du vase (noire), résultat qui semble plus dû au procédé utilisé lors de la cuisson qu’à la présence d’un engobe. On trouve à peu près autant de cas où l’extérieur est noir et l’intérieur rouge (un seul cas est, au contraire, rouge à l’extérieur et gris-noir à l’intérieur) que de cas où les deux faces sont de la même couleur (généralement rouge). Deux tessons, l’un rouge et l’autre noir, sont mats à l’extérieur avec seulement quelques vestiges de lissage, mais l’intérieur est identique aux autres fragments, fortement poli, de couleur rouge ou rouge-brun : leur aspect extérieur est peut-être dû aux conditions d’enfouissement. Sur les tessons aux couleurs intérieures et extérieures différentes, la section, de même, présente une partition bichrome longitudinale. L’ensemble, malgré ces différences de couleur, est très homogène du point de vue de la pâte et de la finition et il ne fait aucun doute qu’il s’agit de vestiges d’une seule occupation d’assez courte durée.

Figure 3.

Figure 3.

Dessins des formes représentées : 1- BW 549/10 ; 2- BW 138/40 ; 3- BW 138/50 ; 4- BW 549/12 ; 5- BW 138/51 ; 6- BW 138/39.

Clichés, dessin et P.A.O. D. Orssaud et R. Douaud

Figure 4.

Figure 4.

Photographies de six tessons de couleur rouge : 1- face extérieure ; 2- face intérieure ; a- BW 550/53, b- BW 550/50 ; c- BW 138/52 ; d- BW 550/51 ; e- BW 138/32 ; f- BW 550/52.

Clichés et P.A.O. P.-M. Blanc et R. Douaud

  • 21 Iserlis 2009.

8Malgré la qualité de la finition, plusieurs études montrent que les poteries Khirbet Kerak sont faites à la main, au colombin et/ou par plaques (slabs) parfois battues pour les amincir21. Sur nos tessons, l’observation attentive des sections permet d’y voir parfois une fissure longitudinale témoignant d’un montage des vases à la main par la technique des « slabs » (voir fig. 5), tandis que l’ajout de colombin ne se distingue que dans un cas (voir fig. 3, 6 à l’extérieur sous la gorge).

Figure 5.

Figure 5.

Sections de tessons montrant la technique de façonnage par slabs : à gauche BW 138/40, à droite BW 142/05.

Clichés B. Lyonnet et P.-M. Blanc

9La pâte est fine, sans dégraissant bien visible ou très fin (surtout minéral avec de rares inclusions organiques).

10Aucun décor incisé ou appliqué n’apparaît sur ces tessons, sauf dans un cas où une série de cannelures sur ce qui était probablement l’encolure d’un petit vase fermé est associée à un très léger relief circulaire sur l’épaule laissant supposer l’existence d’un motif (voir fig. 3, 4). Un seul cas de fond plat-rond légèrement concave venant d’un vase fermé de dimension moyenne à grande a été observé. Enfin, on remarquera l’absence de certaines formes ou d’objets typiquement associés à la céramique Khirbet Kerak comme les cratères, les supports, les couvercles ou les andirons (foyers portatifs), ce qui n’est toutefois pas anormal vu le très faible nombre de tessons.

11Malgré ce petit nombre, on peut néanmoins reconstituer une petite série de vases différents en fonction de l’épaisseur de la paroi, de la forme ou de celle du bord conservé. Cet assemblage varié atteste donc bien une véritable occupation Khirbet Kerak à proximité de ce qui est devenu le monastère.

  • Outre le tesson mentionné précédemment qui pourrait provenir d’un fond plat-rond, un autre fragment, informe, est, comme lui, assez épais (autour de 1 cm), noir à l’extérieur, rouge à l’intérieur, tandis qu’un troisième cas est noir sur les deux faces. Ces trois tessons, non polis à l’intérieur, sont vraisemblablement à associer à des vases fermés de taille moyenne à grande.
  • Deux tessons sont des bords de vases fermés globulaires (hole-mouth) [diam. autour de 20-25 cm, épaisseur de la paroi ca 0,8 cm] 22. L’un est noir avec une bande mince (0,3 cm) rouge le long du bord surmontant une autre plus large (1 cm) brune sur la face externe, tandis que l’intérieur est rouge ; il est poli sur les deux faces. À l’inverse, l’autre est rouge à l’extérieur, avec une bande mince (0,5 cm) rouge le long du bord surmontant une autre plus large (ca 1,5 cm) beige, et brun-noir à l’intérieur ; il est poli sur les deux faces (fig. 3, 1 et 2).
  • Un tesson de petit vase fermé à encolure présente un bord aplati éversé (diam. 12 cm, ép. 0,4 cm). L’intérieur et une bande d’environ 0,7 cm le long du bord extérieur sont brun-rouge, le reste du vase à l’extérieur est noir. Les deux faces sont polies (fig. 3, 3).
  • Un tesson informe de vase fermé noir à l’extérieur, beige-rouge à l’intérieur, présente des cannelures sur l’encolure et, probablement, le départ d’un motif circulaire en relief sur l’épaule (fig. 3, 4).
  • Un tesson appartient clairement à un vase ouvert de type coupe carénée à bord droit (diam. ca 25 cm, ép. 0,7 cm). La partie au-dessus de la carène est haute de 5 cm environ. Il est brun à l’extérieur et gris-noir à l’intérieur, poli sur les deux faces (fig. 3, 5).
  • Un tesson est celui d’une coupe à bord rentrant triangulaire (diam. 34 cm, ép. 0,7 cm). Sous le bord extérieur deux légères gorges sont visibles et pourraient être la trace de la pose d’un colombin. Le vase est brun-rouge poli sur les deux faces (fig. 3, 6).
  • Six tessons sont de tout petits fragments de bords droits effilés provenant de vases ouverts rouge-brun polis sur les deux faces, dont les diamètres varient autour de 20-25 cm et les épaisseurs autour de 0,6-0,7 cm (fig. 4, 1 et 2).
  • Le reste des tessons est associable à des vases fermés ou ouverts sans que l’on puisse en dire davantage.

Comparaisons

12Le matériel est si caractéristique que nous ne chercherons pas à donner ici de nombreuses comparaisons mais seulement les plus significatives.

  • 23 Braidwood 1937, période XI.
  • 24 Braidwood & Braidwood 1960.
  • 25 Ainsi que l’a mentionné Miroschedji 2000, des recherches détaillées ultérieures faites par Tadmor (...)
  • 26 Braidwood & Braidwood 1960, p. 358 sq et pl. 86, 4, 5.

13La découverte des premiers tessons de « Highly burnished Red-Black ware » ou Khirbet Kerak ware dans l’Amuq date de la fin des années trente 23. Leur analyse fut complétée plus tard 24, avec une attribution chronologique commençant à la fin de la période G et se terminant à la fin de la période I 25. Selon les auteurs 26, outre son polissage très soigné à l’extérieur, une des caractéristiques majeures de cet assemblage, désormais appelé Red-Black Burnished Ware, est la différence de couleur délibérée entre le bord (tons rouges ou beiges) et le reste du vase (noire).

  • 27 Greenberg 2007, fig. 4a1, b1 et c.
  • 28 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2.
  • 29 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 4.

14Au Levant Sud, cette bichromie est également typique à Bet Yerah 27, à Hazor 28 et sur la plupart des sites d’Israël 29.

  • 30 Frangipane & Palumbi 2007.

15Dans le Haut-Euphrate, une bichromie stricte entre la face extérieure (noire pour les vases fermés, rouge ou brune pour les vases ouverts) et la face intérieure (rouge pour les vases fermés et noire pour les vases ouverts) est connue depuis le milieu du IVe millénaire, par exemple dans les niveaux supérieurs d’Arslantepe VII, et elle se poursuit en VIA, VIB1 et VIB2 30. Toutefois, il ne semble pas qu’il y ait une volonté délibérée de bichromie apparente sur la face extérieure entre le bord et le reste du vase, car les occurrences de cet effet y semblent plutôt occasionnelles, comme me l’a fait savoir G. Palumbi.

  • 31 Frangipane & Palumbi 2007 ; Palumbi 2008, p. 205.
  • 32 Lyonnet 2014, fig. 10, 2-4.

16C’est également le cas pour les régions de Turquie orientale et du Caucase Sud, où la céramique Kuro-Araxe devient bichrome dans sa phase II (sans observer une alternance aussi stricte que dans le Haut-Euphrate selon que le vase est fermé ou ouvert), après une phase I où elle était principalement monochrome, et avant de redevenir monochrome en III 31. À Mentesh Tepe, dans la vallée de la Kura en Azerbaïdjan, les seuls cas observés de bichromie entre le bord (beige) et la panse des vases (noire) proviennent d’un kourgane associé à la phase Martkopi de la « culture des Premiers Kourganes » contemporaine de la fin de la culture Kuro-Araxe, autour du milieu du IIIe millénaire 32.

  • 33 Greenberg 2007, fig. 4c et fig. 5a1, a2, b.
  • 34 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 23, 24.
  • 35 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 2.
  • 36 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 281, 9, 10.
  • 37 Thuesen 1988, pl. LXV, 2, sans carène prononcée.
  • 38 à Bet Yerah (Greenberg 2007, fig. 5e et fig. 6a) par exemple.

17Du point de vue des formes, ainsi que l’avait fait remarquer R. Greenberg (2007), certaines d’entre elles sont spécifiques de la poterie Khirbet Kerak et ne se retrouvent pas dans le monde Kuro-Araxe. C’est en particulier le cas des vases ouverts à engobe rouge poli sans décor comme les coupes plus ou moins carénées à bord vertical à Bet Yerah 33 et Hazor 34. Mais le même type de vase est également connu avec l’effet rouge sur noir sur ce même site 35, dans l’Amuq 36 et à Hama 37. Les bords droits effilés à engobe rouge sont présents sur d’autres types de vases 38.

  • 39 Iserlis 2009, fig. 1, 5, 6.
  • 40 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 18, 19.
  • 41 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 16.
  • 42 Miroschedji 2000, fig. 3, 3.
  • 43 Braidwood & Braidwood 1960 fig. 281, 1, 4.
  • 44 Thuesen 1988, pl. LXV, 1.

18En ce qui concerne les coupes à bord rentrant triangulaire, dont la tradition remonte au monde urukéen, on les trouve au Levant Sud dans une pâte et un traitement de surface caractéristiques de la céramique locale à Bet Yerah 39 comme à Hazor 40. Toutefois, sur ce dernier site, elles existent également dans une pâte typique de la poterie Khirbet Kerak 41 et à Beth Shean elles sont considérées comme « cananéennes mais à surface lustrée de type Khirbet Kerak » 42. Dans l’Amuq, elles sont légèrement différentes car elles ne présentent pas l’épaississement qui leur donne cette forme triangulaire 43. À Hama, un cas représenté est considéré comme de la poterie Khirbet Kerak à engobe rouge poli 44.

  • 45 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 4, 7 et 9.
  • 46 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 283, 3, 4, 11.
  • 47 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 14.
  • 48 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 281, 21, 26.
  • 49 Thuesen 1988, pl. LIX, 3.

19Les cannelures sur l’épaule de vases fermés à effet rouge/noir sont attestées tant en Palestine à ʿEn Jezreel et Sherar 45 que dans l’Amuq 46. Il en va de même pour les petits vases fermés à bord éversé et plus ou moins aplati, connus tant à Hazor 47 que dans l’Amuq 48, ou à Hama 49.

  • 50 Iserlis 2009, fig. 2, 1, 2.
  • 51 Braidwood & Braidwood 1960, p. 364 et fig. 283, 1-2.
  • 52 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 285, 22.

20Les vases globulaires de type hole-mouth sont uniquement des vases de cuisine non polis à Bet Yerah, mais l’argile utilisée est celle de la céramique Khirbet Kerak 50. Ils sont présents, quoique rares, dans l’Amuq 51. Les fonds plats-ronds légèrement concaves sont connus dans l’Amuq 52 mais ne sont pas mentionnés en Palestine.

Conclusion

  • 53 Voir Philip & Millard 2000.

21De par la technique utilisée pour le montage des vases, leur cuisson, leur traitement de surface, ainsi que par leurs formes, la quarantaine de tessons provenant de Qalʿat Semʿan fait donc bien partie du groupe de céramique Khirbet Kerak. S’il y a désormais consensus pour voir dans les porteurs de cette poterie des groupes d’étrangers venus du Nord, personne n’a encore pu déterminer les raisons de leur déplacement vers le Levant ou vers le Zagros : recherche de nouveaux territoires et pourquoi, activités agricoles ou pastorales, activités artisanales particulières dont la métallurgie, commerce, etc. Leur répartition non uniforme hors du Haut-Euphrate et du Caucase Sud, en particulier au Levant, pose question 53. Les routes qu’ils ont suivies ont visiblement évité la grande voie de l’Euphrate et la Mésopotamie du Nord où n’ont été trouvés que de très rares tessons.

  • 54 Philip & Millard 2000 ou Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.
  • 55 Miroschedji 2000.
  • 56 Dans l’Amuq, voir par exemple Braidwood & Braidwood 1960, pl. 35, 2.
  • 57 Lyonnet 2012, fig. 154, 2-3.
  • 58 Les dates médianes 14C pour cette phase d’occupation à Mentesh Tepe la situent entre ca 2550 et 24 (...)
  • 59 Regev et al. 2012, fig. 6.

22Les dates proposées pour cet assemblage divergent, à partir de 2800 av. n. è. selon les uns 54, à partir de 2700 seulement selon d’autres 55, pour une durée de 200 ans au plus. Si l’on s’en tient aux parallèles assez proches que présente la céramique Khirbet Kerak, et en particulier son décor en relief ou les tenons horizontaux percés le long du bord de coupes 56, avec celle que l’on a trouvé à Mentesh Tepe (période IV, phases 2 et 3) dans la vallée de la Kura 57 et pour laquelle on dispose de plusieurs dates au radiocarbone 58, la plus récente semble préférable. Toutefois, de récentes analyses radiocarbones portant sur l’ensemble du Levant situent la période EB III à Bet Yerah entre 2800 et 2600 av. n. è. 59.

Haut de page

Bibliographie

Albright (W. F.)
1926 « The Jordan Valley in the Bronze Age », Annual of the American Schools of Oriental Research 6, p. 13-74.

Amiran (R. B. K.)
1952 « Connections between Anatolia and Palestine in the Early Bronze Age », Israel Exploration Journal 2, p. 89-103.

Batiuk (S. D.)
2005 Migration Theory and the Distribution of the Early Transcaucasian Culture, Ph. D. Thesis, University of Toronto.

Biscop (J.-L.)
2006 « The ‘Kastron’ of Qalʿat Semʿan », H. Kennedy (éd.) Muslim Military Architecture in Greater Syria, Leiden, Brill, p. 75-83.

Braidwood (R. J.)
1937 Mounds in the Plain of Antioch. An archaeological survey (Oriental Institute Publications 48), Chicago, University of Chicago Press.

Braidwood (R. J.) & Braidwood (L. S.)
1960 Excavations in the Plain of Antioch I. The Earlier Assemblages, phases A-J (Oriental Institute Publications 61), Chicago, University of Chicago Press.

Contenson (H. de)
1982 « Les phases préhistoriques de Ras Shamra et de l’Amuq », Paléorient 8/1, p. 95-106.

Frangipane (M.) & Palumbi (G.)
2007 « Red-Black Ware, Pastoralism, Trade, and Anatolian-Transcaucasian Interactions in the 4th-3rd millennium BC », Lyonnet 2007, p. 232-255.

Greenberg (R.)
2007 « Transcaucasian Colors : Khirbet Kerak Ware at Khirbet Kerak (Tel Bet Yerah) », Lyonnet 2007, p. 257-268.

Greenberg (R.) & Iserlis (M.)
2012 « A comparative technological study of Kura-Araxes ceramics and their derivatives : project design and first results », P. Avetisyan & A. Bobokhyan (éd.) Archaeology of Armenia in Regional Context, Yerivan, Gitutyun, p. 70-75.

Greenberg (R.), Shimelmitz (R.) & Iserlis (M.)
2014 « New Evidence for the Anatolian Origins of ‘Khirbet Kerak Ware People’ at Tel Bet Yerah (Israel), ca. 2800 BC », Paléorient 40/2, p. 183-201.

Hood (S.)
1951 « Excavations at Tabara el Akrad, 1948-1949 », Anatolian Studies 1, p. 113-147.

Iserlis (M.)
2009 « Khirbet Kerak Ware at Tel Bet Yerah : Segregation and Integration through Technology », Tel Aviv Journal of the Institute of Archaeology 36, p. 181-195.

Kühne (H.)
1976 Die Keramik vom Tell Chuera und ihre Beziehungen zu Funden aus Syrien-Palästina, der Türkei und dem Iraq, Berlin, Gebr. Mann Verlag.

Lyonnet (B.) dir.
2007 Les cultures du Caucase (VIe-IIIe millénaires avant notre ère). Leurs relations avec le Proche-Orient, Paris, CNRS Editions/ERC.

Lyonnet (B.)
2012 « Mentesh Tepe Pottery », B. Lyonnet, F. Guliyev, B. Helwing, T. Aliyev, S. Hansen & G. Mirtskhulava (éd.) Ancient Kura 2010-2011 : The first two seasons (Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 44), Berlin, p. 97-108.

Lyonnet (B.)
2014 « The Early Bronze Age in Azerbaijan in the Light of Recent Discoveries », Paléorient 40/2, p. 115-130.

Lyonnet (B.) & Guliyev (F.), collab. Baudouin (E.), Bouquet (L.), Bruley-Chabot (G.), Samzun (A.), Fontugne (M.), Degorre (E.), Husson (X.) & Raymond (P.)
2017 « Mentesh Tepe (Azerbaijan), Preliminary Report on the 2012-2014 Excavations », B. Helwing, T. Aliyev, B. Lyonnet, F. Guliyev, S. Hansen & G. Mirstkhulava (éd.), The Kura Projects. New Research on the Later Prehistory of the Southern Caucasus (Archäologie in Iran und Turan 16), Berlin, Dietrich Reimer Verlag, p. 125-140.

Marro (C.) & Hauptmann (H.) éd.
2000 Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires (Varia Anatolica XI), Istanbul, IFÉA.

Matthiae (P.)
1980 Ebla, an Empire Rediscovered, London, Hodder & Stoughton.

Mazzoni (S.)
1998 « Materials and Chronology », S. M. Cecchini & S. Mazzoni (dir.), Tell Afis (Siria). Scavi sull’ acropolis 1988-1992. The 1988-1992 Excavations on the Acropolis (Ricerche de Archeologia del Vicino Oriente 1), Pisa, Edizioni ETS, p. 9-100.

Mazzoni (S.)
2002 « The Ancient Bronze Age Pottery Tradition in Northwestern Central Syria », M. al-Maqdissi, V. Matoïan & C. Nicolle (éd.) Céramique de l’Age du Bronze en Syrie, I. La Syrie du Sud et la Vallée de l’Oronte (BAH 161), Beyrouth, IFAPO, p. 69-96.

Mazzoni (S.)
2017 « Upstream from Alalakh : The Lower Orontes Area in Syria », Ҫ. Maner, M. T. Horowitz & A. S. Gilbert (éd.), Overturning Certainties in Near Eastern Archaeology, A Festschrift in Honor of K.A. Yener, Leiden, Brill, p. 453-476.

Miroschedji (P. de)
2000 « La céramique de Khirbet Kerak en Syro-Palestine : état de la question », Marro & Hauptmann 2000, p. 255-278.

Orthmann (W.)
1981 Halawa 1977 bis 1979. Vorläufiger Bericht über die 1. bis 3. Grabungskampagne, Bonn, R. Habelt Verlag GMBH.

Palumbi (G.)
2008 The Red and Black. Social and Cultural Interaction between the Upper Euphrates and Southern Caucasus Communities in the Fourth and Third Millennium BC. Roma, Sapienza Università.

Paz (S.)
2009 « A Home Away from Home? The Settlement of Early Transcaucasian Migrants at Tel Bet Yerah », Tel Aviv Journal of the Institute of Archaeology 36, p. 196-217.

Philip (G.)
1999 « Complexity and Diversity in the Southern Levant during the Third Millennium BC: the Evidence of Khirbet Kerak Ware », Journal of Mediterranean Archaeology 12/1, p. 26-57.

Philip (G.) & Millard (A. R.)
2000 « Khirbet Kerak Ware in the Levant : The Implications of Radiocarbon Chronology and Spatial Distribution », Marro & Hauptmann 2000, p. 279-296.

Porter (A.)
1995 « Tell Banat – Tomb I », Damaszener Mitteilungen 8, p. 1-50.

Regev (J.), Miroschedji (P. de), Greenberg (R.), Braun (E.), Greenhut (Z.) & Boaretto (E.)
2012 « Chronology of the Early Bronze Age in the Southern Levant: New Analysis for a High Chronology », Radiocarbon 54/3-4, p. 525-566.

Rothman (M. S.)
2011 « Migration and Resettlement : Godin Period IV », H. Gopnik & M. S. Rothman (éd.), On the High Road. The History of Godin Tepe, Iran, Toronto, Mazda Publishers and Royal Ontario Museum, p. 139-206.

Sagona (A.)
1984 The Caucasian Region in the Early Bronze Age (BAR 214), Oxford, Archaeopress.

Sodini (J.-P.)
2017 « Saint Syméon, lieu de pèlerinage », Deltion of the Christian Archaeological Society, series 4, vol. 38, p. 1-34.

Tadmor (M.)
1964 « Contacts between the ʿAmuq and Syria-Palestine (Review Article) », Israel Exploration Journal 14, p. 253-269.

Thuesen (I.)
1988 Hama, Fouilles et Recherches de la Fondation Carlsberg (1931-1938), I, the pre-and protohistoric periods, Kobenhavn, Nationalmuseet.

Van Loon (M. N.) éd.
2001 Selenkahiye. Final Report on the University of Chicago and University of Amsterdam Excavations in the Tabqa Reservoir, Northern Syria, 1967-1975, Istanbul, Nederlands Historisch-Archaeologisch Instituut Te Istanbul.

Woolley (Sir L.)
1953 A forgotten Empire, London, Penguin Books.

Zuckerman (S.), Ziv-Esudri (A.) & Cohen-Weinberger (A.)
2009 « Production Centres and Distribution Patterns of Khirbet Kerak Ware in the Southern Levant : A Typological and Petrographic Perspective », Tel Aviv Journal of the Institute of Archaeology 36, p. 135-180.

Haut de page

Notes

1 Sur ce site, voir en dernier lieu Sodini 2017.

2 De nombreuses études ont été consacrées à cette céramique. On trouvera un excellent résumé des recherches sur le sujet dans Miroschedji 2000.

3 Albright 1926.

4 Braidwood 1937 ; Braidwood & Braidwood 1960.

5 Contenson 1982.

6 Mazzoni 2017.

7 Thuesen 1988 indique, p. 113, que cette poterie est surtout abondante dans la phase K1, la plus tardive.

8 Matthiae 1980, p. 53 et 102, mentionne la présence de tessons en « Red-Black Burnished Ware ou Khirbet Kerak », surtout de couleur rouge, et sans décor en relief. Ce matériel n’est déjà plus présent dans la période IIB1, correspondant à celle du Palais G et des archives royales. On trouve plus de détails dans Mazzoni 2002, qui indique que cette céramique est rare dans le niveau G2 et dans le Palais G mais qu’un groupe plus conséquent de tessons provenant de niveaux antérieurs au Palais a été mis au jour à l’ouest de ce dernier.

9 Mazzoni 1998, p. 20 et 30-31, fig. 9, 9 et 16, 3. Il s’agit de quelques tessons en « Red and Black Burnished Ware » provenant des niveaux 20 à 18/17. Leur faible quantité conduit l’auteur à considérer qu’il s’agit d’importations d’Anatolie.

10 Orthmann 1981, p. 47 et pl. XI, 3. L’auteur de l’étude céramique, F. Lüth, mentionne la présence de quatre tessons en « Red-Black Burnished Ware ou Khirbet Kerak » sur le Tell B. Le tesson de la planche XI, 3, noir poli, montre un décor de chevrons en relief.

11 Porter 1995. Un bol entier à fond plat-concave (fig. 19, P225) est en « Red-Black Burnished Ware », tandis qu’un autre est une imitation (fig. 19, P34).

12 La présence de tessons de « Khirbet Kerak Ware » à Selenkahiye est mal assurée. Elle a été mentionnée pour le niveau 3 du site par Matthiae 1980, p. 103. Pourtant, dans son étude sur la poterie des fouilles de 1972, 1974 et 1975 (Van Loon éd. 2001, p. 263), G. Schwartz écrit clairement qu’aucun tesson de ce type n’a été identifié. Néanmoins, D. J. Meijer, que nous remercions vivement, vient de nous confirmer la présence de deux tessons similaires à ceux de Korucutepe sur le Haut-Euphrate, trouvés probablement lors de la première campagne de 1967. L’un était un bord de bol noir poli, l’autre un tesson portant le départ d’un décor en relief.

13 Kühne 1976, p. 105-106 et pl. 39, 9-10. Toutefois, les deux tessons concernés, bien qu’ils présentent des formes caractéristiques du Khirbet Kerak Ware, ne sont pas noirs polis et brillants et pourraient être des imitations.

14 Voir Hood 1951 ; Amiran 1952 ; Woolley 1953 ; Sagona 1984, ainsi que, plus récemment, Batiuk 2005. Pour un point de vue différent, voir Philip 1999.

15 Voir récemment Rothman 2011.

16 Greenberg 2007 ; Paz 2009 ; Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.

17 Iserlis 2009 ; Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009.

18 Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.

19 Voir par exemple Greenberg & Iserlis 2012.

20 Biscop 2006. En effet, si vingt-trois de ces tessons proviennent d’unités stratigraphiques interprétées comme des destructions (Us BW550 et BW551, BW218 et BW138, datables de la fin du premier quart du xie s.) réparties sur 3 secteurs (BW4, BW9 et BW5), cinq proviennent de niveaux immédiatement postérieurs issus de la récupération de matériaux des couches de destruction (fosse BW123) ou d’abandon (Us BW549) qui se situent aux xie et xiie s. BW113 (un tesson, non illustré) correspond à une autre destruction, plus modeste, datable de la période ottomane. Seuls deux tessons, BW140.04 et BW221.05 (non illustrés), proviennent d’un niveau d’abandon (fin xe-début xie s.) situé juste en-dessous de la destruction principale. Le tesson BW142.05 a été recueilli dans un remblai de mise en valeur du site établi en 1962.

21 Iserlis 2009.

22 Notons toutefois que la petitesse des tessons, en particulier l’étroitesse du bord, ne permet pas d’assurer totalement leur orientation.

23 Braidwood 1937, période XI.

24 Braidwood & Braidwood 1960.

25 Ainsi que l’a mentionné Miroschedji 2000, des recherches détaillées ultérieures faites par Tadmor 1964 sur le matériel de la plaine d’Antioche montrent que la céramique Khirbet Kerak n’est, de fait, attestée qu’au cours de la phase H.

26 Braidwood & Braidwood 1960, p. 358 sq et pl. 86, 4, 5.

27 Greenberg 2007, fig. 4a1, b1 et c.

28 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2.

29 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 4.

30 Frangipane & Palumbi 2007.

31 Frangipane & Palumbi 2007 ; Palumbi 2008, p. 205.

32 Lyonnet 2014, fig. 10, 2-4.

33 Greenberg 2007, fig. 4c et fig. 5a1, a2, b.

34 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 23, 24.

35 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 2.

36 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 281, 9, 10.

37 Thuesen 1988, pl. LXV, 2, sans carène prononcée.

38 à Bet Yerah (Greenberg 2007, fig. 5e et fig. 6a) par exemple.

39 Iserlis 2009, fig. 1, 5, 6.

40 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 18, 19.

41 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 16.

42 Miroschedji 2000, fig. 3, 3.

43 Braidwood & Braidwood 1960 fig. 281, 1, 4.

44 Thuesen 1988, pl. LXV, 1.

45 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 4, 7 et 9.

46 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 283, 3, 4, 11.

47 Zuckerman, Ziv-Esudri & Cohen-Weinberger 2009, fig. 2, 14.

48 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 281, 21, 26.

49 Thuesen 1988, pl. LIX, 3.

50 Iserlis 2009, fig. 2, 1, 2.

51 Braidwood & Braidwood 1960, p. 364 et fig. 283, 1-2.

52 Braidwood & Braidwood 1960, fig. 285, 22.

53 Voir Philip & Millard 2000.

54 Philip & Millard 2000 ou Greenberg, Schimelmitz & Iserlis 2014.

55 Miroschedji 2000.

56 Dans l’Amuq, voir par exemple Braidwood & Braidwood 1960, pl. 35, 2.

57 Lyonnet 2012, fig. 154, 2-3.

58 Les dates médianes 14C pour cette phase d’occupation à Mentesh Tepe la situent entre ca 2550 et 2400 av. n. è. (pour des précisions, voir Lyonnet & Guliyev 2017, tab. 4 p. 138).

59 Regev et al. 2012, fig. 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte générale des sites mentionnés dans le texte.1- Qalʿat Semʿan ; 2- Tell Afis ; 3- Ebla ; 4- Ougarit ; 5- Hama ; 6- Tell Banat ; 7- Tell Halawa ; 8- Tell Selenkahiye ; 9- Arslantepe ; 10- Sos Höyük ; 11- Mentesh Tepe ; 12- Geoy Tepe ; 13- Hazor ; 14- Tell Bet Yerah.
Crédits Réalisation C. Finetin et R. Douaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Figure 2a.
Légende Plan général de Qalʿat Semʿan.
Crédits Dessin J.-L. Biscop
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure2b.
Légende Plan du soubassement ouest du martyrium de Qalʿat Semʿan.
Crédits Dessin J.-L. Biscop et P.-M.  Blanc
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 3.
Légende Dessins des formes représentées : 1- BW 549/10 ; 2- BW 138/40 ; 3- BW 138/50 ; 4- BW 549/12 ; 5- BW 138/51 ; 6- BW 138/39.
Crédits Clichés, dessin et P.A.O. D. Orssaud et R. Douaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Figure 4.
Légende Photographies de six tessons de couleur rouge : 1- face extérieure ; 2- face intérieure ; a- BW 550/53, b- BW 550/50 ; c- BW 138/52 ; d- BW 550/51 ; e- BW 138/32 ; f- BW 550/52.
Crédits Clichés et P.A.O. P.-M. Blanc et R. Douaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 5.
Légende Sections de tessons montrant la technique de façonnage par slabs : à gauche BW 138/40, à droite BW 142/05.
Crédits Clichés B. Lyonnet et P.-M. Blanc
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Orssaud, Bertille Lyonnet, Pierre-Marie Blanc et Jean-Pierre Sodini, « Des tessons Khirbet Kerak à Qalʿat Semʿan (Syrie) »Syria, 96 | 2019, 259-272.

Référence électronique

Dominique Orssaud, Bertille Lyonnet, Pierre-Marie Blanc et Jean-Pierre Sodini, « Des tessons Khirbet Kerak à Qalʿat Semʿan (Syrie) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/syria/10143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10143

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search