Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesLa « tombe de la Princesse » de T...

Autres articles

La « tombe de la Princesse » de Tell Kashkashok III (Syrie du Nord-Est)

Antoine Suleiman † et Philippe Quenet
p. 293-308

Résumés

Tell Kashkashok III (Syrie du Nord-Est) fut fouillé par une mission syrienne de 1986 à 1991. Une mission d’étude du riche matériel mis au jour a eu lieu au début des années 2000. Le site, entre autres vestiges, a livré une tombe exceptionnelle que le fouilleur a appelée la « tombe de la Princesse ». Son mobilier funéraire est présenté ici. Les éléments de comparaison disponibles invitent à dater cette sépulture d’une période encore peu représentée en Syrie du Nord-Est, le Jezireh Archaïque 1.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Suleiman & Quenet 2003, 2004, 2006 et 2012. Pour des raisons circonstancielles, la publication du (...)
  • 2 L’impulsion première et décisive donnée à ce projet de collaboration à la fois par J.-L. Huot et M (...)
  • 3 L’étude du site a été confiée à M. Ahmad Sultan, doctorant à l’université de Strasbourg dans l’UMR (...)
  • 4 Elle a été présentée au colloque de Yale en 1988 dans une communication restée inédite (Suleiman 1 (...)

1C’est un plaisir pour les auteurs que d’exprimer ici leur amitié et leur gratitude à l’égard de Jean-Louis Huot qui, en tant que directeur de l’IFAPO d’abord, puis comme directeur scientifique du département Archéologie et histoire de l’Antiquité au sein de l’Ifpo, a soutenu et encouragé la collaboration qui a débouché sur la publication des quatre volumes de rapport final sur la fouille de Tell Abu Hujeira I 1. Encore n’est-ce là que la partie devenue visible du travail en commun que les auteurs ont mené sur la longue durée grâce à l’appui durable dont ils ont bénéficié 2 : ce sont aussi les archives de la mission de Tell Kashkashok III qui furent systématiquement rassemblées et le matériel sorti de fouille qui fut intégralement réétudié. En attendant qu’une publication finale soit consacrée à Tell Kashkashok III 3, nous tenons ici à évoquer une des découvertes les plus marquantes faite sur le site, à savoir la sépulture 41T qui fut baptisée la « tombe de la Princesse », car elle est loin d’avoir reçu jusqu’ici le traitement qu’elle mérite 4.

Présentation du site

  • 5 Bounni 1990, p. 24-28.
  • 6 Ou Kashkash (cf. Ṭlās 1992-1993, tome 5, p. 36).
  • 7 Bounni 1990, p. 23.

2Tell Kashkashok III fut fouillé de 1986 à 1991 par une équipe syrienne de la DGAMS placée sous la direction d’Antoine Suleiman assisté par Ahmed Taraqji. Les travaux furent menés à l’époque dans le cadre des opérations de sauvetage entreprises dans la zone d’un futur lac de retenue au nord-ouest de Hasseke, dit « lac Est » par rapport à un second, plus petit et situé plus à l’ouest encore, et par conséquent dénommé « lac Ouest » 5 (fig. 1). Le site fait partie d’un ensemble de quatre buttes, numérotées de I à IV et repérées à l’est et au nord du village de Kashkashok 6 au cours de la prospection de 1985 dirigée par Adnan Bounni 7.

Figure 1.

Figure 1.

Carte de situation de Tell Kashkashok III

(Ifpo – D.A.O. H. David)

3Le tell III est de loin le plus imposant des quatre (fig. 2). Il mesure approximativement 250 m de long sur 220 de large et il s’élève à plus d’une vingtaine de mètres au-dessus du niveau de la plaine environnante. Contrairement à ce que laisse entrevoir le seul plan topographique disponible, le site affecte un relief nettement dissymétrique : une crête en arc-de-cercle dont le point culminant est situé au nord encadre une vaste dépression creusant son flanc sud (fig. 3). Le tell est sis sur la rive gauche du wadi ʿAweij, en amont de Tell Abu Hujeira I, en aval de Tell Nustell et, bien plus au nord, de Tell Beydar.

Figure 2.

Figure 2.

Plan topographique de Tell Kashkashok III et de ses environs

(d’après Matsutani 1991, fig. 2)

Figure 3.

Figure 3.

Tell Kashkashok III vu du sud-ouest

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

  • 8 C’est là la traduction française qui a commencé à s’imposer pour Early Jezireh (ou EJZ). Cette app (...)

4Sept chantiers ont été ouverts sur le site : trois sondages stratigraphiques dans le quadrant nord-ouest (I à III) et quatre chantiers sommitaux (A à D). Ils ont permis de déterminer les périodes d’occupation de l’établissement, qui s’étendent de l’Obeid jusqu’au Jezireh archaïque (ou J.A.) 8. Une longue séquence du IIIe millénaire a été obtenue dans les chantiers A, B et C qui, effectivement distincts au départ des travaux, finirent en réalité par n’en former qu’un seul. Au-dessus d’une occupation du Chalcolithique récent finissant (chantier D) est attestée, par du matériel hors contexte, une phase J.A. 0 (c. 3100-2950 cal. bc). Suivent des niveaux du J.A. 1 à 3 (c. 2950-2350 cal. bc).

Points de stratigraphie

  • 9 Nous gardons le séquençage original, c’est-à-dire celui propre à chaque périmètre de fouille, dans (...)

5La position stratigraphique exacte de la tombe de la Princesse est difficile à définir. On sait qu’elle est intrusive dans des niveaux architecturaux plus anciens. Précisément, sa fosse troue le remplissage de la pièce 41 du niveau A-IX 9. Malheureusement, le niveau à partir duquel cette fosse fut creusée a été emporté par l’érosion. Il convient donc d’établir à partir de quel moment le bâti du niveau A-IX ne fut plus en usage, ce qui nous permettra de fixer un terminus post quem pour l’aménagement de la sépulture.

6Le niveau A-IX, dégagé directement sous la surface de la crête nord, est le niveau du J.A. le plus ancien qui a été atteint au sommet du tell. Il a livré un bâtiment aux murs massifs mesurant jusqu’à plus de 3 m d’épaisseur et conservés jusqu’à une hauteur équivalente. Il décrit un arc de cercle dont le périmètre extérieur court sur près de 70 m de long (fig. 4). Large de 5,50 m en moyenne dans ses deux tiers ouest, il est composé d’une succession de sept pièces. Son tiers est consiste en un simple mur de 2 m de large. Dans les pièces 41 et 42, communicantes, le sol est à -6,10 m.

Figure 4.

Figure 4.

Plan des niveaux A-IX, A-VIII, A-VIIb, B-VIIa et A-IV

(conception et D.A.O. Ph. Quenet)

7Le plan de ce « Bâtiment courbe » est incomplet, à l’est à cause de l’érosion, à l’ouest à cause de niveaux sus-jacents (fig. 4). Ces niveaux (A-VIII et A-VIIb) ne scellent toutefois pas le bâtiment. Manifestement, ils en constituent au contraire une extension, bien que leur sol s’élève à plus de 2 m au-dessus de celui du Bâtiment courbe (entre -3,90 et -3,80 m). L’altitude d’apparition des murs du Bâtiment courbe se situant à -2,35 m au plus haut, il ne fait guère de doute en effet que ce bâtiment était encore debout quand on construisit les pièces 35-37 du niveau A-VIII et la pièce 33 du niveau A-VIIb.

8La poterie issue des niveaux A-VIII et A-VIIb remonte au J.A. 1. Le Bâtiment courbe était donc encore en service durant cette période. Quand fut-il désaffecté ? À coup sûr il l’est au niveau A-IV, autrement dit vers la fin du J.A. 2 (c. 2600 cal. bc), puisque des murs de ce niveau surmontent la pièce 42 du Bâtiment courbe et la pièce 33 du niveau A-VIIb (fig. 4). Peut-on envisager un abandon plus précoce ? Rien ne l’indique clairement. Quoique des murs du niveau B-VIIa surmontent l’enceinte E du Bâtiment courbe, les sols qui leur sont associés vers -3,30 m restent au-dessous du niveau de sol en A-VIIb (fig. 4). B-VIIa pourrait donc témoigner d’un simple réaménagement de l’est du Bâtiment courbe, faisant pendant à celui qu’on observe à l’ouest, dans les niveaux A-VIII et A-VIIb. L’assemblage céramique de B-VIIa est datable du J.A. 1 ou du début du J.A. 2.

9Par voie de conséquence, ces données stratigraphiques extrinsèques nous autorisent à dater la tombe de la Princesse d’une époque contemporaine ou antérieure au niveau A-IV, autrement dit à la phase finale du J.A. 2 et donc à c. 2630 cal. bc – et possiblement d’une époque contemporaine au plus tôt du niveau B-VIIb, soit de la charnière du J.A. 1 au J.A. 2 (c. 2770 cal. bc). Il nous est désormais possible de passer au contenu de la tombe, peu commun par bien des aspects, non seulement pour affiner cette datation, mais aussi et surtout pour en dévoiler la richesse.

La fosse et le matériel céramique

  • 10 À la bibliographie déjà mentionnée, on ajoutera deux tapuscrits inédits et rédigés en arabe : A. S (...)

10La tombe de la Princesse, fouillée en 1987, est documentée par la description qu’en donnent plusieurs rapports préliminaires 10 et par des photographies de terrain. Comme il n’en existe pas de relevé, les contours de sa fosse et donc son emplacement à l’intérieur des murs de la pièce 41 ne peuvent être restitués. Une photographie générale de la sépulture en vue plongeante (fig. 5) permet néanmoins d’estimer son emprise à 4 m² (2 × 2 m environ), de sorte qu’elle occuperait la quasi-totalité de la superficie de la pièce 41 (2,50 × 2,50 m), détail dont nous aurons à nous souvenir plus loin.

Figure 5.

Figure 5.

Vue plongeante générale de la tombe de la Princesse

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

11Le corps du défunt se situe au centre de la sépulture. Il est en position de décubitus latéral gauche, jambes repliées et mains ramenées vers le visage. Il est orienté est-ouest, avec la tête à l’ouest et le visage tourné vers le nord-est. Il s’agirait d’une femme jeune, âgée de 25 à 30 ans. La dépouille fut déposée sur le sol plâtré de la pièce 41, comme d’ailleurs la plupart des objets qui l’accompagnent. Les photographies en font foi. Sous les ossements, au-dessus et à proximité immédiate, étaient accumulés un grand nombre d’éléments de parure. Ce n’est qu’un peu plus loin dans leur périmètre qu’étaient réparties les poteries.

  • 11 Les dessins originaux sont d’Antoine Suleiman. La vectorisation est due à Philippe Quenet.

12Sept en tout, elles comprennent trois bols et quatre jarres 11. Les trois bols en pâte fine possèdent un profil sinueux (S-shaped) et une petite base annulaire (fig. 6/4-5 et 7/1-3), la même qu’on retrouve sur une petite jarre à panse quasi sphérique, col droit et lèvre ourlée (fig. 6/3 et 7/4). Deux jarres plus grandes, ovoïdes et à lèvre biseautée, sont fabriquées dans une pâte commune à très forte proportion de dégraissant minéral (fig. 6/2 et 7/6-7). Un petit pot donne à voir un décor peint géométrique de couleur rouge sombre. Sa pâte, orangée, est tellement minérale qu’elle en est friable (fig. 6/1 et 7/5).

Figure 6.

Figure 6.

Mobilier de la tombe de la Princesse

(céramiques : D.A.O. Ph. Quenet d’après des dessins d’A. Suleiman ; objets métalliques : dessins C.-H. Galtier)

Figure 7.

Figure 7.

Photographies des poteries de la tombe de la Princesse

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photos du haut : Ph. Quenet)

  • 12 Le creux en forme de triangle à gauche de la jarre est bien reconnaissable sur la photo d’ensemble (...)

13L’emplacement de ces vases par rapport au corps est le suivant. Deux des bols apparaissent sur la photographie générale de la tombe (fig. 5). Peut-être le troisième les accompagnait-il. Une des jarres (630-41), apparaissant sur une photographie séparée (fig. 8), doit être replacée derrière la défunte, au niveau de ses jambes 12. La seconde (629-41), avec la lame de couteau qui repose à son pied (voir infra), fut aussi photographiée isolément (fig. 9). Aucune photographie in situ n’est disponible en revanche pour le pot à décor peint (632-41). Les rapports préliminaires rapportent la présence de deux jarres au sud-ouest, dont une portant un décor peint en rouge. Il faut donc situer la jarre 629-41 et le pot 632-41 près des bols, ce qui correspond à l’orientation visible sur la photographie de la figure 9.

Figure 8.

Figure 8.

La jarre 630-41 in situ

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

Figure 9.

Figure 9.

La jarre 629-41 et la lame de couteau 618-41 in situ

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

  • 13 Voir la synthèse de Jamieson sur ce type céramique (Jamieson 2014).
  • 14 Cf. Kharab Sayyar IA (c. 2950-2770 cal. bc) : Meyer et al. 2005, p. 19 et Abb. 6 ; Meyer & Hempelm (...)
  • 15 Cf. par exemple Hassek Höyük, Schicht 0 : Gerber 2000, Abb. 1/21.
  • 16 Aux niveaux XVI-XV du J.A. 1 (Klengel-Brandt, Kulemann-Ossen & Martin 2005, Taf. 75-76 et 78) et X (...)
  • 17 Rova 2000, p. 234-235 et fig. 5.

14L’assemblage céramique de la tombe de la Princesse est datable au moyen des nombreux comparanda qu’on peut lui trouver. Tandis que les bols, apparentés au type cyma recta 13, trahissent des connexions avec le Nord-Ouest (bassin du wadi Hamar 14 et moyen Euphrate syro-turc 15), les lèvres des jarres sont comparables à celles retrouvées dans les niveaux A-IX, A-VIII, A-VIIb et B-VIIa. Par ailleurs, de telles lèvres biseautées, sur col droit ou peu évasé, sont bien attestées dans le J.A. 1 et le J.A. 2 commençant de Tell Kneidej 16. La pâte minérale du pot décoré est commune à une série de jarres à motifs peints du J.A. 1 et du début du J.A. 2 17.

15Sur la base de l’analyse du matériel céramique qu’elle contient, la tombe de la Princesse peut donc être placée entre le tournant du J.A. 1 et l’orée du J.A. 2, ce qui ne va pas à l’encontre des indices stratigraphiques exposés plus haut et tend à privilégier l’hypothèse d’un abandon du Bâtiment courbe vers le début du J.A. 2 au plus tard.

Le matériel métallique et les objets de parure

  • 18 Les dessins de ce matériel sont de Céline-Hélène Galtier.

16En plus de la céramique, le mobilier comportait plusieurs objets métalliques dont on ne saurait dire s’ils sont en cuivre ou en alliage de cuivre en l’absence d’analyses 18. Il s’agit en premier lieu d’une lame de couteau (618-41) d’une longueur de 10,5 cm et d’une largeur de 2 cm (fig. 6/9 et 10). Elle est percée d’un trou de rivet à son extrémité proximale. Comme on l’a dit plus haut, cette lame et la jarre près de laquelle elle a été mise au jour se trouvaient à quelque distance de la tête vers le sud-ouest.

Figure 10.

Figure 10.

La lame de couteau 618-41

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

17Le reste du matériel métallique peut être situé plus précisément grâce aux photographies de fouille (fig. 12). Six épingles (fig. 6/6-8 et 11) étaient disposées parallèles les unes aux autres au-dessus du crâne de la défunte, comme si cette dernière les avait tenues en faisceau dans sa main droite. Dans les rapports préliminaires, il est fait référence à une septième épingle disposée près du corps. Peut-être faut-il l’identifier – sous toute réserve – avec celle, à l’écart des autres, qu’on voit juste au-dessus de la tête. Dans le cas contraire, son emplacement exact est voué à demeurer inconnu. Toutes ces épingles ont un corps longiligne mesurant entre une vingtaine et une trentaine de centimètres. Leur col est renflé et percé d’un œillet. Leur tête est marquée par un léger évasement.

Figure 11.

Figure 11.

Les épingles 611-41 à 617-41

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

Figure 12.

Figure 12.

Vue rapprochée de la partie supérieure du squelette

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)

18Des milliers de perles (et une poignée de pendentifs) composent le reste du petit matériel. Leurs matériaux sont variés. Une très large majorité ressortit à la famille des quartz, avec, en tête, le cristal de roche (fig. 15, 17 et 18) et une pierre blanche opaque qui est probablement du quartz laiteux (fig. 15 et 16), suivis des calcédoines. Parmi celles-ci sont attestées, par ordre de fréquence, la chrysoprase (?) [fig. 13, 14 et 18], la cornaline (fig. 13 et 15), l’agate (un exemplaire) [fig. 17]. Une pierre rouge sombre et opaque pourrait être du jaspe (fig. 13 et 18). Viennent ensuite un matériau artificiel assimilable à une pâte siliceuse (de couleur ivoire, rouge dans quelques cas) [fig. 13 et 18] et la coquille (de dentales et de cônes quand l’espèce est identifiable) [fig. 18 et 19]. Le lapis-lazuli (deux exemplaires) [fig. 15] et l’or (un exemplaire) [fig. 14] ferment la marche.

Figure 13.

Figure 13.

Collier P : jaspe (?), chrysoprase (?), cornaline et pâte siliceuse – Alep M.10713

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 14.

Figure 14.

Collier W : chrysoprase (?) et or – Alep M.10713

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 15.

Figure 15.

Collier C : cornaline, lapis-lazuli, quartz laiteux (?) et cristal de roche – Alep M.10557

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 16.

Figure 16.

Collier U : quartz laiteux (?) – Alep M.10556 ou 10708

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 17.

Figure 17.

Collier I : cristal de roche et agate – Alep M.10556 ou 10708

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 18.

Figure 18.

Collier V : pâte siliceuse, jaspe (?), cristal de roche, chrysoprase (?) et dentales – Alep M.10711

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

Figure 19.

Figure 19.

Collier F : anneaux de cônes – Alep M.10683

(DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)

19D’un point de vue morphologique, les formes simples dominent : le disque et le tambour. Les milliers de perles en cristal de roche et en quartz laiteux sont de forme discoïdale à bord vif. Elles sont grossièrement taillées, non polies. Les stigmates de leur mise en forme sont parfaitement visibles. Elles perdent en finition ce qu’elles gagnent en éclat : les irrégularités de leur surface accrochent la lumière. Elles furent surtout retrouvées au niveau du buste, sur et sous le squelette, de sorte qu’on peut supposer qu’elles ornementaient un vêtement. La défunte aurait été parée d’un bustier ou d’une chemise, plus vraisemblablement d’une robe ou d’une tunique brodée de pierreries.

20Les tambours sont en quartz de couleur à surface lisse, mais principalement en pâte siliceuse blanchâtre présentant quelquefois une surface grenue au toucher (sans doute à cause de leur dégradation consécutive à leur long séjour en terre). Ils étaient concentrés au niveau du cou et de l’extrémité des membres. On en déduit qu’ils étaient enfilés sur un ou plusieurs rangs pour composer des colliers, des bracelets portés aux poignets et aux chevilles.

  • 19 Spycket 1996.

21Les pierres les plus fines – cornaline, « jaspe », « chrysoprase », lapis-lazuli – avaient été réservées au(x) collier(s). À celles-ci s’ajoutaient une unique perle en or cylindrique convexe et des « perles blanches » en quantité indéterminée. Cette appellation générique peut recouvrir plusieurs matériaux, comme le quartz laiteux ou le gypse. Elle désigne certainement en partie des coquilles marines, puisqu’il s’en trouvait à proximité du crâne. Les bracelets étaient faits notamment de perles en pâte siliceuse ; les bracelets de cheville, de coquilles marines (dentales ?). Enfin, il est intéressant de noter que quarante-trois anneaux de cône étaient éparpillés au niveau de la partie supérieure du corps. Ils auraient pu être cousus sur la robe, ou bien sur une ceinture comme c’est souvent le cas 19.

Discussion

22La femme inhumée en 41T avait, à l’évidence, été parée de prestigieux atours mortuaires. Pour ce qui nous en est parvenu, leur valeur résidait dans la qualité des matériaux sélectionnés (pierres fines, coquillages exotiques) au moins autant que dans la quantité, et nous pensons là aux milliers de perles en quartz sans aucun doute scintillantes ornant (tel un plastron ?) le haut de son vêtement. On imagine que celui-ci avait été confectionné dans une étoffe tout aussi précieuse.

  • 20 Munchaev & Amirov 2012, p. 101 et fig. 10.

23La fonction des épingles nous échappe davantage, car nous ne leur connaissons aucun parallèle en Syrie du Nord ou en Anatolie du Sud-Est, sinon à Tell Khazneh, site tout proche de Tell Kashkashok III 20 : étaient-elles piquées dans la chevelure ? Compte tenu de leur emplacement et de leur longueur, elles paraissent difficilement avoir été destinées à maintenir une pièce ou un pan de vêtement. Peu de poteries accompagnent la défunte, mais cinq sur sept n’appartiennent pas à une fabrique commune.

24La surface de la sépulture (4 m²) exclut qu’il s’agisse d’une tombe en fosse. Une tombe en chambre ferait davantage sens. Rien de tel n’a pourtant été mis au jour – à moins qu’il faille considérer que les murs de la pièce 41, à peine plus grande que la sépulture elle-même (6 m² environ), en aient tenu lieu. En tout cas, le sol de cette pièce 41 fut, lui, réutilisé : c’est sur cette surface que reposent le corps et le mobilier, soit à près de 4 m sous l’élévation conservée des murs du Bâtiment courbe – une profondeur qui s’accommoderait mal, d’ailleurs, avec une tombe en fosse.

  • 21 Quenet 2008.
  • 22 Oates et al. 2001.

25En forme de conclusion, un point essentiel mérite absolument d’être souligné : en Jezireh, aucune tombe du J.A. 1 ou du début du J.A. 2 n’égale en apparat la tombe de la Princesse de Tell Kashkashok III 21. Elle constitue à ce titre le plus ancien témoignage de l’existence d’une élite nettement différenciée dans le triangle du Khabur en particulier et en Jezireh de l’Est en général, qui plus est dans ce petit village de 3 ha qu’était Kashkashok, alors que Brak en faisait déjà 40 22. Rien ne prouve évidemment que la défunte fut réellement une princesse. Au moins ce titre illustre-t-il, d’une manière imagée, la position sociale d’exception dont cette personne dut jouir jusqu’à sa mort et peut-être au-delà. Nous aurions donc mauvaise grâce à le lui contester.

Haut de page

Bibliographie

Al-Maqdissi (M.)
1995 « Chronique des activités archéologiques en Syrie (II) », Syria 72, p. 159-266.

Bounni (A.)
1988 « Découvertes archéologiques récentes en Syrie », CRAI 1988/2, p. 361-380.

Bounni (A.)
1990 « The Khabur and Haseke dam projects and the protection of threatened Antiquities in the region (a preliminary report) », S. Eichler, M Wähler & D. Warburton (éd.), Tall al-Hamidiya 2 (Recent Excavations in the Upper Khabur Region, Berne, Dec. 9-11, 1986) [Orbis Biblicus et Orientalis. Series Archaeologica 6], Freibourg, p. 19-29.

Breniquet (C.)
1993 « Tell Kashkashuk », O. Rouault & M. Masetti-Rouault (éd.), L’Eufrate e il tempo. Le civiltà del medio Eufrate e della Gezira siriama, Milano, p. 169-170.

Gerber (Chr.)
2000 « Entwurf zu “lokal” und “fremd” Anhand des frühbronzezeitlichen Keramikinventars aus Hassek Höyük », K. Van Lerberghe & G. Voet (éd.), Languages and Cultures in Contact. At the Crossroad of Civilizations in the Syro-Mesopotamian Realm. Proceedings of the 42th RAI (Orientalia Lovaniensa Analecta 96), Leuven, p. 101-121.

Hempelmann (R.)
2013 Tell Chuera. Kharab Sayyar und die Urbanisierung der westlichen Djazira (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim Stiftung 4), Wiesbaden.

Jamieson (A.)
2014 « Cyma-Recta Cups », M. Lebeau (éd.), Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East and the Eastern Mediterranean: Ceramics (ARCANE Interregional I), Turnhout, p. 111-119.

Klengel-Brandt (E.), Kulemann-Ossen (S.) & Martin (L.) éd.
2005 Tall Knēdiǧ. Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Vorderasiatischen Museums Berlin in Nordost-Syrien von 1993 bis 1998 (Wissenschaftliche Veröffentlichungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 113), Saarwellingen.

Lebeau (M.) éd.
2011 Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East and the Eastern Mediterranean: Jezirah (ARCANE 1), Turnhout.

Martin (L.)
1998 « Rettungsgrabungen im Gebiet des nördlichen Haburstausees », M. Lebeau (éd.), À propos de Subartu. Études consacrées à la haute Mésopotamie. Vol. 1 : Paysage, archéologie (Subartu 4/1-2), Turnhout, p. 171-177.

Matsuntani (T.)
1991 Tell Kashkashok. The Excavations at Tell no. II, Tokyo.

Meyer (J.-W.) & Hempelmann (R.)
2006 « Bemerkungen zu Mari aus der Sicht von Tell Chuera – Ein Beitrag zur Geschichte der ersten Hälfte des 3. Jts. v. Chr. », Altorientalische Forschungen 33, p. 22-41.

Meyer (J.-W.), Hempelmann (R.), Mussa (I.) & Würz (M.)
2005 « Bericht über die 5. und 6. Grabungskampagne 2003-2004 in Kharab Sayyar », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 137, p. 13-39.

Munchaev (R. M.) & Amirov (S. N.)
2012 « Twin sites: Tell Khazna I and Tell Kashkashok III in the Khabur Valley (Syria) », P. Quenet & M. al-Maqdissi (éd.), « L’Heure immobile ». Entre ciel et terre. Mélanges en l’honneur d’Antoine Souleiman (Subartu 31), Turnhout, p. 93-115.

Oates (D.), Oates (J.) & McDonald (H.)
2001 Excavations at Tell Brak. Vol. 2: Nagar in the Third Millennium BC, Cambridge–London.

Quenet (Ph.)
2008 Les échanges du Nord de la Mésopotamie avec ses voisins proche-orientaux au IIIe millénaire (ca 3100-2300 av. J.-C.) [Subartu 22], Turnhout.

Rova (E.)
2000 « Early Third Millennium B.C. Painted Pottery Traditions in the Jezirah », C. Marro & H. Hauptmann (éd.), Chronologie des Pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires. Actes du colloque d’Istanbul, 16-19 décembre 1998 (Varia Anatolica 11), Istambul–Paris, p. 231-253.

Spycket (A.)
1996 « Le rôle funéraire des ceintures à anneaux de coquille », Ö. Tunca & D. Deheselle (éd.), Tablettes et images aux pays de Sumer et d’Akkad. Mélanges offerts à Monsieur H. Limet (Association pour la Promotion de l’Histoire et de l’Archéologie Orientales 1), Liège, p. 141-147.

Suleiman (A.)
1988 « Tall Kash-Kashok », H. Weiss (éd.), The Origins of North Mesopotamian Civilization: Ninevite 5 Chronology, Economy, Society (Colloque de Yale, 1988), recueil partiel non publié des communications, Yale.

Suleiman (A.) & Quenet (Ph.)
2003 Trois campagnes de fouilles syriennes à Tell Abu Hujeira I (1988-1990). Première partie. Le chantier B : architecture et stratigraphie (avec traduction arabe) [Documents d’Archéologie Syrienne 3], Damas.

Suleiman (A.) & Quenet (Ph.)
2004 Trois campagnes de fouilles syriennes à Tell Abu Hujeira I, Hasseke (1988-1990). Deuxième partie : les sondages 2 et 3 - stratigraphie. Troisième partie : les tombes (avec traduction arabe) [Documents d’Archéologie Syrienne 5], Damas.

Suleiman (A.) & Quenet (Ph.)
2006 Trois campagnes de fouilles syriennes à Tell Abu Hujeira I, Hasseke (1988-1990). Quatrième partie : poterie et périodisation (avec traduction arabe) [Documents d’Archéologie Syrienne 8], Damas.

Suleiman (A.) & Quenet (Ph.) éd.
2012 Trois campagnes de fouilles syriennes à Tell Abu Hujeira I, Hasseke (1988-1990). Cinquième à septième parties : inventaire analytique des objets, étude des outils de silex et annexes (avec traduction arabe) [Documents d’Archéologie Syrienne 17], Damas.

Ṭlās (M.) éd.
1992-1993 Dictionnaire géographique de la République arabe syrienne, 5 tomes, première édition (en arabe), Damas.

Haut de page

Notes

1 Suleiman & Quenet 2003, 2004, 2006 et 2012. Pour des raisons circonstancielles, la publication du présent hommage a été repoussée et Antoine Suleiman est entre-temps décédé. L’article est livré ici dans une version rafraichie par rapport à l’original, dont la rédaction remonte à 2010.

2 L’impulsion première et décisive donnée à ce projet de collaboration à la fois par J.-L. Huot et Michel al-Maqdissi, directeur des fouilles et des études archéologiques de la DGAMS, fut ensuite relayée au sein de l’Ifpo par Christian Decobert, directeur général, et Bertrand Lafont, directeur scientifique du département Archéologie et histoire de l’Antiquité, par l’ambassade de France en Syrie et par l’UMR 5133 du CNRS en la personne de son directeur, Pierre Lombard.

3 L’étude du site a été confiée à M. Ahmad Sultan, doctorant à l’université de Strasbourg dans l’UMR 7044, sous la direction de Ph. Quenet.

4 Elle a été présentée au colloque de Yale en 1988 dans une communication restée inédite (Suleiman 1988, qui est une piètre traduction en anglais d’un original en arabe, conservé). Ensuite, il n’en fut fait que très brièvement mention çà et là de manière explicite (Bounni 1988, p. 373 ; Breniquet 1993, p. 169 ; al-Maqdissi 1995, p. 181 ; Martin 1998, p. 173).

5 Bounni 1990, p. 24-28.

6 Ou Kashkash (cf. Ṭlās 1992-1993, tome 5, p. 36).

7 Bounni 1990, p. 23.

8 C’est là la traduction française qui a commencé à s’imposer pour Early Jezireh (ou EJZ). Cette appellation, destinée à remplacer celle de « Bronze ancien » pour la Syrie du Nord-Est, est tirée du système de périodisation appliqué à la Jezireh centrale et mis au point dans le cadre du projet ARCANE (Lebeau 2011).

9 Nous gardons le séquençage original, c’est-à-dire celui propre à chaque périmètre de fouille, dans lequel la lettre désigne le chantier et le numéro, le niveau.

10 À la bibliographie déjà mentionnée, on ajoutera deux tapuscrits inédits et rédigés en arabe : A. Suleiman, « Les fouilles archéologiques à Tell Kashkashok », ainsi que A. Suleiman et A. Taraqji, « Les campagnes 1986, 1987 et 1988 ».

11 Les dessins originaux sont d’Antoine Suleiman. La vectorisation est due à Philippe Quenet.

12 Le creux en forme de triangle à gauche de la jarre est bien reconnaissable sur la photo d’ensemble de la tombe. Les orientations sont conformes.

13 Voir la synthèse de Jamieson sur ce type céramique (Jamieson 2014).

14 Cf. Kharab Sayyar IA (c. 2950-2770 cal. bc) : Meyer et al. 2005, p. 19 et Abb. 6 ; Meyer & Hempelmann 2006, p. 27 et Taf. 6/1 ; Hempelmann 2013, p. 78.

15 Cf. par exemple Hassek Höyük, Schicht 0 : Gerber 2000, Abb. 1/21.

16 Aux niveaux XVI-XV du J.A. 1 (Klengel-Brandt, Kulemann-Ossen & Martin 2005, Taf. 75-76 et 78) et XIII du début du J.A. 2 (Taf. 81). Dans ce dernier niveau sont également attestés des cyma recta (Taf. 82/k-l).

17 Rova 2000, p. 234-235 et fig. 5.

18 Les dessins de ce matériel sont de Céline-Hélène Galtier.

19 Spycket 1996.

20 Munchaev & Amirov 2012, p. 101 et fig. 10.

21 Quenet 2008.

22 Oates et al. 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de situation de Tell Kashkashok III
Crédits (Ifpo – D.A.O. H. David)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 2.
Légende Plan topographique de Tell Kashkashok III et de ses environs
Crédits (d’après Matsutani 1991, fig. 2)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 3.
Légende Tell Kashkashok III vu du sud-ouest
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4.
Légende Plan des niveaux A-IX, A-VIII, A-VIIb, B-VIIa et A-IV
Crédits (conception et D.A.O. Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 5.
Légende Vue plongeante générale de la tombe de la Princesse
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 6.
Légende Mobilier de la tombe de la Princesse
Crédits (céramiques : D.A.O. Ph. Quenet d’après des dessins d’A. Suleiman ; objets métalliques : dessins C.-H. Galtier)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7.
Légende Photographies des poteries de la tombe de la Princesse
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photos du haut : Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Figure 8.
Légende La jarre 630-41 in situ
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9.
Légende La jarre 629-41 et la lame de couteau 618-41 in situ
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 10.
Légende La lame de couteau 618-41
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 11.
Légende Les épingles 611-41 à 617-41
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 12.
Légende Vue rapprochée de la partie supérieure du squelette
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 13.
Légende Collier P : jaspe (?), chrysoprase (?), cornaline et pâte siliceuse – Alep M.10713
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 14.
Légende Collier W : chrysoprase (?) et or – Alep M.10713
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 15.
Légende Collier C : cornaline, lapis-lazuli, quartz laiteux (?) et cristal de roche – Alep M.10557
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 16.
Légende Collier U : quartz laiteux (?) – Alep M.10556 ou 10708
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 17.
Légende Collier I : cristal de roche et agate – Alep M.10556 ou 10708
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 18.
Légende Collier V : pâte siliceuse, jaspe (?), cristal de roche, chrysoprase (?) et dentales – Alep M.10711
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Figure 19.
Légende Collier F : anneaux de cônes – Alep M.10683
Crédits (DGAMS – mission archéologique de Tell Kashkashok III ; photo Ph. Quenet)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10248/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Suleiman † et Philippe Quenet, « La « tombe de la Princesse » de Tell Kashkashok III (Syrie du Nord-Est) »Syria, 96 | 2019, 293-308.

Référence électronique

Antoine Suleiman † et Philippe Quenet, « La « tombe de la Princesse » de Tell Kashkashok III (Syrie du Nord-Est) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10248

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search