Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesOuvrages et systèmes d’irrigation...

Autres articles

Ouvrages et systèmes d’irrigation du wādī Ḍuraʾ (Yémen) du second millénaire av. J.-C. au milieu du premier millénaire après

Jean-François Breton, Jean-Claude Roux et Pierre Gentelle †
p. 335-370

Résumés

Le wādī Ḍuraʾ, situé au sud-est du Yémen, s’écoule vers le nord - nord-ouest dans une vallée, dans laquelle de petites communautés ont installé des ouvrages hydrauliques dès le IIe millénaire av. J.-C., puis les ont densifiés jusqu’au ve siècle apr. J.-C. Pour la première fois dans cette région, un grand nombre d’ouvrages hydrauliques ont été fouillés, permettant une typologie précise : barrages, muret déflecteurs, vannes, répartiteurs, môles, etc. Il est ainsi possible d’appréhender une organisation minutieuse de l’irrigation en milieu montagneux. Enfin, le tell principal de Hajar al-Dhaybiyya, qui a fait l’objet de deux campagnes de fouille en 1992-1993, démontre l’importance de cette ville, probablement dénommée Drʾ, aux trois premiers siècles apr. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir la carte de Wissmann 1957 et celle de Breton & az-Zubaydi 1992. La toponymie de certains noms (...)

1Le wādī Ḍuraʾ, situé dans la partie sud-est du Yémen, à environ 110 km au sud-sud-ouest de Shabwa, capitale antique du Ḥaḍhramawt, prend sa naissance dans la chaîne de Kawr Ahl Saʾīd dominant la côte méridionale de l’océan Indien de près de 2 200 m (fig. 1). Il se dirige ensuite vers le nord-nord-est, puis, après sa confluence avec le wādī Rumān, forme le wādī ʿAryab. Quelques kilomètres plus loin, le wādī ʿAryab/Ḍuraʾ s’élargit brusquement dans le bassin de Hajar al-Dhaybiyya, dominé par le tell antique. Plus au nord, à partir du hameau d’al-Hazifā, le wādī Ḍuraʾ s’ouvre sur la plaine d’al-Nuqūb, vers 950 m d’altitude, et rejoint le wādī ʿAbadān qui forme, avec le wādī Ḥijr, le wādī Ḥammān ; celui-ci s’écoule vers le nord-est pour se perdre dans les sables aux environs de Shabwa 1.

Figure 1.

Figure 1.

Carte du Yémen avec localisation du wādī Ḍuraʾ au sud de Nisāb

(DAO J.-Cl. Roux)

  • 2 Coque-Delhuille 1998, p. 5-8.
  • 3 L’impluvium du wādī Ḍuraʾ est estimé à 850 km2 dans high water council 1992, p. 197.

2Il convient tout d’abord d’évoquer brièvement le contexte géologique et climatique. Le wādī Ḍuraʾ s’inscrit dans un contexte régional caractérisé par un socle métamorphique complexe disséqué par de grandes failles orientées sud-sud-ouest – nord-nord-est. Le tracé de toutes ces vallées se calque étroitement sur cette trame tectonique. Ainsi, le cours des wādīs Bayhān, Surbān, Marḥa, Ḍuraʾ et ʿAbadān suivent des failles majeures 2. Les crues qui interviennent principalement en mars-avril, puis en juillet-août, sont liées aux fortes pluies orageuses de mousson du sud-ouest qui concernent leur impluvium montagneux, à la fois vaste et élevé 3. D’une altitude moyenne comprise entre 1 800 et 2 000 m, les chaînes d’ Audhillah et du Jabal al-Nisiyīn offrent un caractère montagneux multipliant les pentes fortes et dénudées, aux roches imperméables, induisant de forts coefficients d’écoulement. Des crues d’une grande intensité, générées à l’amont, s’étalent au débouché des gorges, et permettent la création puis le fonctionnement de réseaux d’irrigation.

  • 4 Le toponyme d’« am-Mukail » figure ainsi sur la carte de Wissmann 1957.
  • 5 high water council 1992, p. 189, 204-205, 218, etc. Le tableau 9-1, à la page 204, fournit, pour l (...)
  • 6 Coque-Delhuille & Gentelle 1995a, p. 124-125. Voir une photographie d’une crue en 1996 dans Gentel (...)

3La station météorologique de Mukayl (ou Mukail 4) fournit quelques données complémentaires 5. Les précipitations moyennes annuelles sont estimées à 230 mm, le flux moyen estimé à 10 mm3 par seconde en moyenne. Sur le cours supérieur du wādī Ḍuraʾ, P. Gentelle estimait à 120-130 m3 par seconde une crue moyenne de pointe bi-annuelle et à 750 m3 par seconde une crue décennale 6. C’est sans doute l’une d’entre elles qui détruisit en 1982 la station météorologique de Mukayl ; depuis cette date aucune donnée n’est disponible dans la région.

La vallée comme système 7

  • 7 Gentelle 1996, rapport inédit.

4« Le wādī Ḍuraʾ commence à l’issue de gorges étroites du secteur d’al-Hinwā, occupées par le seul lit du wādī. À l’amont un vaste impluvium reçoit les eaux des sommets du Kawr Ahl Saʾīd qui se concentrent dans le talweg. Le cours moyen de la vallée irriguée, qui s’élargit de l’amont vers l’aval, reçoit de petits affluents (wādī Rumān notamment) (fig. 2). En aval, à partir du village actuel d’al-Nuqūb, le wādī Ḍuraʾ s’étale dans des aplanissements d’alluvions qui s’étendent jusqu’à Niṣāb. Dans ce vaste espace, les dépôts de plusieurs wādī se joignent à ceux du wādī Ḍuraʾ et permettent la création d’une irrigation de crue dont les champs sont beaucoup plus grands et les périmètres sans commune mesure avec ceux de la vallée moyenne. »

Figure 2.

Figure 2.

Carte de la vallée du wādī Ḍuraʾ dans l’Ḥaḍhramawt

(relevé P. Gentelle P., DAO J.-Cl. Roux)

5« Si l’on revient au wādī Ḍuraʾ stricto sensu, la seule partie dont l’étude est possible est comprise entre l’issue des gorges à l’amont et al-Nuqūb à l’aval. La portion d’al-Nuqūb à Niṣāb a été entièrement modifiée ces dernières années par une remise en culture au moyen de puits et de pompes à moteur et par la constitution de vastes espaces de retenue de crue au moyen de bulldozers (fig. 3). L’allure générale de la partie qui peut être ainsi étudiée est caractérisée par le fait que l’amont dispose de peu de superficies irrigables et d’un potentiel en eau important, alors que l’aval dispose d’importantes superficies cultivables mais de moins d’eau pour les mettre en valeur, la crue s’épuisant par infiltration au fur et à mesure de son écoulement. Il y a donc peu de chances pour que de grosses concentrations humaines s’établissent tant à l’amont qu’à l’aval. »

Figure 3.

Figure 3.

Champs antiques totalement décaissés pour installer un champ au même niveau d’un puits moderne

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

La crue

L’alluvionnement des champs 8

  • 8 Gentelle 1996.

6« La crue est un phénomène naturel répétitif, à phases caractéristiques. Elle est attendue chaque année en avril et, selon les années, peut survenir plusieurs fois dans le mois. Une seconde période de crues attendues correspond aux pluies de mousson d’août-septembre. Des crues imprévisibles peuvent par ailleurs se produire en toute saison, particulièrement en hiver (décembre-janvier), dues à des orages en montagne. » (fig. 4).

Figure 4.

Figure 4.

Passage de la crue au pied du périmètre P13. À la base du champ à gauche, ouvrage en pierre d’un réflecteur de crue

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

7« L’arrivée est soudaine d’un flot chargé en alluvions fines et en graviers, très encombré de végétation arrachée aux rives et au fond du lit du wādī. A la moindre diminution de pente, même très locale, la crue dépose instantanément les débris les plus lourds, quitte à les rouler ensuite sur une certaine distance. Plus le fond de lit est irrégulier, encombré de gros galets ou de blocs, plus il freine le flot. Dans le wādī Ḍuraʾ la pente est généralement forte. Une fois passée la pointe de crue, c’est de l’habileté des irrigateurs à dériver, vers les champs, l’eau encombrée de limons que dépend leur récolte.

8Dans les champs, le mode d’acquisition et de répartition de l’eau implique un écoulement non turbulent, une pente faible et régulière quasi horizontale. On peut estimer entre 1 et 5 mm le dépôt final de chaque crue, parfois jusqu’au centimètre […]

9L’exhaussement inexorable du lit du wādī et des périmètres dû à l’alluvionnement à la nécessité de procéder au bout de quelques années à l’allongement vers l’amont des têtes de canaux de prise d’eau, contraignant les irrigateurs à prendre des risques et à passer sur la rive concave, où leurs ouvrages reçoivent de plein fouet le flot de la crue et sont donc très vulnérables. La création de mini-barrages, submersibles ou non, est destinée à pallier ces inconvénients. D’énormes travaux de terrassement ont pu être entrepris comme par exemple le plus spectaculaire est le percement d’un couloir à travers une langue de colline à al-Hinwā au niveau du périmètre P3. »

Le percement de la colline d’al-Hinwā

10Il faut tout d’abord considérer l’installation de champs sur le cours supérieur du wādī Ḍuraʾ, à près de 1 200 m d’altitude (fig. 5).

Figure 5.

Figure 5.

Cours du wādī supérieur au niveau d’al-Hinwā

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

11Une petite communauté utilise alors le cours rapide du torrent pour aménager les premières prises d’eau sur la rive droite de la vallée (réseau ancien). Deux séries de champs se succèdent alors dans ce grand méandre concave (champs a et b) ; ils forment des lanières très étroites (probablement rétrécies par l’érosion postérieure). De l’autre côté, sur la rive gauche, un autre canal (ou une autre prise d’eau) contourne l’éperon rocheux et irrigue lui aussi une vaste superficie, de forme concave, installée le long de ce wādī, sur une longueur de près de 500 m (champ c) [fig. 6].

Figure 6.

Figure 6.

Al-Hinwā. Champs et réseaux d’irrigation au niveau du périmètre P3

(dessin P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)

Plus en aval, sur la rive droite encore, une autre prise d’eau contourne un éperon de forme très allongée, et met en eau une autre superficie agricole (champ d), tandis que sur la rive droite gauche la configuration du méandre interdit toute installation.

  • 9 Voir Breton 2013, p. 40-42.

12Il s’agit là des premiers essais d’irrigation par une petite communauté rurale implantée non loin mais dont les vestiges d’habitation n’ont pas été retrouvés. D’après les analyses OSL (cf. infra) menées à cet endroit, les premiers champs seraient à dater de l’âge du Bronze, soit 3400 ± 400 BP (YE 406) 9.

13Cette utilisation des superficies cultivées en cet endroit s’est poursuivie pendant des siècles puisque les datations des sédiments datés à mi-hauteur se présentent ainsi : à 6 m au-dessus du niveau du wādī, 2700 ± 300 BP (YE 409), et à 8 m, 2200 ± 300 BP (YE 410). Les niveaux d’irrigation se superposent sur une douzaine de mètres d’épaisseur, remettant en question continuellement par leur élévation les niveaux des canaux d’adduction et les têtes des prises d’eau repoussées de plus en plus vers l’amont. Dans ce secteur de très forte pente et donc d’érosion très rapide, il est particulièrement contraignant de tirer des canaux en amont sur plusieurs centaines de mètres. Dans le cas du secteur aval du champ c, l’éperon rocheux a été percé d’une profonde entaille, de 5 m de large à la base, afin d’irriguer les champs situés de l’autre côté ; sa datation pourrait – sous réserves – remonter aux premiers siècles de notre ère (fig. 7).

Figure 7.

Figure 7.

Percement tardif d’un canal magistral d’irrigation à travers une langue de colline à al-Hinwā au niveau du périmètre P3

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Les périmètres irrigués 10

  • 10 Gentelle 1996.

14« De l’amont vers l’aval, les vestiges de périmètres irrigués sont cartographiés et numérotés de P1 à P18 (fig. 1). Chaque périmètre constitue une unité, définie par une surface irriguée de champs. Cette surface se présente à nous sous forme de lambeaux plus ou moins bien conservés. On observe depuis l’abandon des champs irrigués une destruction naturelle due aux écoulements de l’eau de pluie (orages) et à la base une érosion latérale par les débordements du wādī (fig. 8). Aujourd’hui la crue peut divaguer à sa guise, du temps de la constitution des périmètres elle était pratiquement « canalisée » à partir du périmètre P12. Tous les périmètres antiques, sans exception, sont caractérisés par une grande épaisseur de limons de couleur brun jaune, qui forment généralement une falaise haute de 2 à 17 m. » (fig. 9 et 10)

Figure 8.

Figure 8.

Destruction naturelle du champ par écoulements vertical de l’eau de pluie et sapement latéral par le wādī

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Figure 9.

Figure 9.

Élévation d’une quinzaine de mètres des champs aux périmètres P13-P14 d’Hajar al-Dhaybiyya

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Figure 10.

Figure 10.

Vestiges de champs antiques érodés par les crues dans le cours supérieur

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Les vestiges d’ouvrages hydrauliques

15Les ouvrages hydrauliques sont eux aussi mal conservés mais cependant reconnaissables. Ils étaient bien plus nombreux que les vestiges qui en subsistent. Tout amas de blocs de pierre en désordre qui encombre le lit actuel doit provenir d’une structure bâtie et fait soupçonner l’existence en amont d’un ouvrage détruit. L’étude des ouvrages hydrauliques a porté sur le dégagement partiel ou complet de bâtis en pierres sèches construits dans le lit du wādī et recouverts par un sédiment sableux et/ou pierreux. Il s’agissait d’obtenir par dégagement sommaire le plan des structures et d’appréhender leur mise en œuvre par l’intermédiaire de sondages judicieusement placés. Les excavations devaient permettre de mesurer l’alluvionnement et éventuellement de prélever des échantillons de datation. Cependant le problème de leur datation et de leur relation chronologique reste entier du fait de l’absence d’élément caractéristique (céramique, charbon de bois, …).

  • 11 La carte de Wissmann 1957 mentionne les toponymes suivants, d’amont en aval : am-Sẖarah, H. am-Qar (...)

16D’amont en aval du wādī Ḍuraʾ, c’est plus de cinquante vestiges hydrauliques qui ont été recensés et répertoriés. Les ouvrages sont de forme et d’agencement différents selon leur emplacement et leur fonction au sein du système d’irrigation, organisation que l’on retrouvera de manière identique tout au long de la vallée (fig. 11). La sélection des structures étudiées s’est basée sur des critères d’ordre typologique, de conservation ou de méconnaissance architecturale. Ainsi ce sont quatorze ouvrages hydrauliques qui ont été appréhendés au cours de notre mission 11.

Figure 11.

Figure 11.

Exemple d’organisation d’ouvrages hydrauliques sur un cours rectiligne au niveau des périmètres P11 et P12 de Marbun : a. barrage perpendiculaire ; b. tête de canal ; c. canal magistral ; d et e1-e2. murs déflecteur de crue ; flèches, vannes d’entrée de champs

(dessin P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)

Al-Ḥuwaydar 1 déversoir de crue et 2 barrages perpendiculaires avant la prise
Marbon 3 murs déflecteurs de crue et 1 barrage perpendiculaire dans le wādī
Hajar al-Dhaybiyya 1 mur déflecteur de crue
Al-Mukayl 2 murs déflecteurs de crue et 1 tête de mur circulaire dans le wādī
Razima 3 partiteurs successifs à plusieurs branches à l’entrée du périmètre

17« D’autres ouvrages mal conservés ou disparus n’ont fait l’objet d’aucune observation particulière mais ils sont liés au système général de l’irrigation des champs de l’ensemble de la vallée. Les ouvrages sont interdépendants, y compris dans leur entretien : seuil de prise d’eau, tête de canal et canal magistral de distribution d’eau, mur de protection du canal, vanne d’entrée de champs, canal de conduite dans le périmètre, régulateur de niveau dans le canal de conduite, évacuateur de surplus d’eau dans les champs

  • 12 Gentelle 1996.

18[…] Le canal magistral de distribution d’eau longe le bas de pente de la colline. La tête de canal n’est pas située n’importe où, mais à la sortie de la partie concave d’un méandre ou d’un coude du wādī. Le canal a une pente correspondant à celles des alluvions déposées dans la zone irriguée : pente trop forte, les risques de destruction par l’eau mal domestiquée se multiplient, pente trop faible et la quantité d’eau est insuffisante. L’entretien des deux ouvrages fonctionnellement liés est primordial pour éviter un ensablement ou tout autre dysfonctionnement ; un curage et une régulation de la pente sont des corvées nécessaires. » 12

  • 13 La carte de Wissmann 1957, mentionne le wādī Ramān, mais non al-Ḥuwaydar.

19L’étude des ouvrages commence au début du cours moyen à partir d’al-Ḥuwaydar, secteur situé à l’intersection entre la vallée du wādī Ḍuraʾ et la petite vallée du wādī Rumān 13 qui débouche sur sa droite. À partir de cet endroit, les eaux des deux wādīs gonflent fortement la puissance et le débit des crues. Pour des raisons de sécurité, des fouilles d’ouvrages dans le cours supérieur n’ont pu être réalisées.

Al-Ḥuwaydar

  • 14 Breton & Bāfaqīh 1993.

20Deux barrages successifs et un déversoir de crue ont été reconnus dans ce secteur (fig. 12). Ils se répartissent au pied d’une petite colline au centre du wādī qui forme une boucle à cet endroit ; les structures sont en amont du coude (périmètre P6). Sur cette colline a été installé un habitat qui devait gérer l’ensemble du site. Il est accompagné, juste en aval, par un autre lieu d’habitation adossé contre la colline de la rive droite ; au pied de ce dernier se trouve une nécropole 14.

Figure 12.

Figure 12.

Al-Ḥuwaydar, Plan des ouvrages bâtis au milieu du wādī au niveau du barrage inférieur

(relevé P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)

Le barrage supérieur

21Il se situe en amont du barrage décrit ci-dessous. Son extrémité orientale s’appuie contre la colline d’al-Ḥuwaydar tandis que son extrémité opposée s’infléchit vers le nord où elle se perd sous une végétation épineuse très dense. Observé sur une longueur d’une dizaine de mètres, l’ouvrage a été nettoyé uniquement en surface sur une distance de trois mètres pour observer sa mise en œuvre.

22Le barrage présente une arase horizontale qui permet d’affirmer que la surface observée correspond au sommet de la structure. Elle se compose de deux parements de blocs de granit rose disposés en boutisse (30-40 × 80 × 10-30 cm) avec un blocage interne de cailloux et de moellons de tailles diverses ; son épaisseur varie entre 1,86 et 1,97 m.

Le barrage inférieur

23Construit perpendiculairement au lit du wādī, il s’appuie d’un côté contre la colline tandis que son extrémité opposée a été détruite par les crues successives ; il a été reconnu sur une longueur de 12 m. Un sondage (2,20 × 1,40 m) a été pratiqué contre le parement aval tandis que la partie amont a été dégagée en surface sur une longueur de 3 m (fig. 13).

Figure 13.

Figure 13.

Plan et coupe du barrage inférieur d’al-Ḥuwaydar

(relevé et DAO J.-Cl. Roux)

24Côté aval, il présente un parement pratiquement vertical de blocs (40 × 60 × 87-100 cm) posés en boutisse sur 2 à 3 assises formant une élévation d’un mètre. À sa base, sur une largeur de 2 m, un pavage de pierre s’incline légèrement vers l’aval. Ce plan est formé de blocs (30 × 40-50 cm) posés de chant assurant un meilleur ancrage au sol.

25Du côté amont, le barrage se compose d’un blocage informe de blocs, de moellons et de cailloux de tailles diverses, déposés sans aménagement précis, formant un pan incliné vers l’amont. L’ensemble est noyé dans le limon jaune déposé par les crues.

Le déversoir de crue

26Construit en bordure d’un canal de conduite, il sert à évacuer un trop plein d’eau lors du passage d’une partie de la crue dans ce chenal. Partiellement détruit, le déversoir est installé parallèlement au lit du wādī et comprend deux seuils pavés de largeur inégale. Le seuil amont mesure 2,41 m de large tandis que le seuil aval est plus petit (largeur 1,65 m). Seul le premier seuil a conservé une partie de son pavage et ses bordures latérales. L’ouvrage est bâti sur des limons et des graviers déposés par les crues et domine de 0,60 m le lit actuel du wādī (fig. 14).

Figure 14.

Figure 14.

Al-Ḥuwaydar. Vue des deux seuils du déversoir de crue

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

27Le seuil oriental a complètement perdu son pavage et une partie de la bordure latérale aval ; les pierres se retrouvent plus bas dans le lit du wādī. Le seuil occidental présente un pavage incliné vers l’aval, conservé sur une surface de 3,54 m² (1,45 × 2,41 m) ; ses deux extrémités sont détruites. Il se compose de blocs blancs et gris, agencés sans recherche d’harmonie, disposés de chant, avec un minimum d’espace entre les éléments (18-32 × 30-80 cm, hauteur 30-50 cm). Quelques cailloux servent de blocage entre les pierres (fig. 15).

Figure 15.

Figure 15.

Agencement aléatoire des blocs gris et blancs du seuil du déversoir d’al-Ḥuwaydar

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

28Chaque seuil est flanqué de part et d’autre d’une bordure verticale constituée de grandes dalles blanches alignées et disposées de chant parallèlement au pavage (45-50 × 90 × 16 cm). Outre la séparation centrale entre les seuils, les parements servaient à délimiter la structure et retenaient la terre de la digue dans laquelle le déversoir a été aménagé. Elles surplombent le pavage d’une quarantaine de centimètres.

29La particularité de cet ouvrage hydraulique est qu’il a été construit en utilisant des pierres de couleur blanche et grise, matériaux absents dans l’environnement immédiat. Il s’agit là d’une démarche volontaire et esthétique d’un propriétaire aisé et peut-être investi de certains pouvoirs, qui a voulu marquer son importance dans la construction de l’ouvrage.

Marbun

30Le lieu-dit Marbun se situe en aval d’al-Ḥuwaydar, dans un secteur où le wādī a son cours rectiligne. Dans cette section, des champs antiques ont été exploités de part et d’autre de la vallée (périmètre P11 et P12) [fig. 11]. Un barrage et trois murs déflecteurs de crue ont été étudiés sur ce tronçon. À la hauteur du barrage, sur le flanc de la colline de la rive gauche, sont présents les vestiges d’une habitation antique construite en pierre sèche qui domine le wādī d’une quinzaine de mètres. Il s’agit vraisemblablement là d’une maison associée au périmètre des champs, utilisée pour la surveillance des ouvrages hydrauliques.

Le barrage dans le wādī

31Le barrage a été bâti du côté de la rive droite à l’entrée du périmètre de Marbun, et édifié perpendiculairement au lit du wādī ; il a été reconnu sur une longueur de 15,20 m (fig. 11, ouvrage a). Partiellement enfoui, sa partie visible orientale ne s’appuie pas contre la colline mais sur d’anciens champs antiques toujours en exploitation. L’extrémité opposée se prolonge sous le lit actuel du wādī, recouverte par les dépôts des crues successives. Seuls sont apparents les gros blocs du niveau supérieur ; le reste de la structure est enfoui dans les alluvions granuleuses et pierreuses. Les matériaux utilisés dans cet ouvrage sont principalement des granits de couleur rose et quelques gris.

32Les travaux effectués sur la structure ont consisté en un nettoyage de la surface de la partie visible pour en connaître l’épaisseur et en un sondage (0,90 × 2,30 m, profondeur 1,19 m) implanté contre le parement aval afin d’évaluer à quel niveau se trouvait le sol lors de la construction.

33Le parement aval présente six assises de gros blocs (28-32 × 60-80 cm). Les pierres sont posées en panneresse les unes sur les autres et peut-être pour certaines en boutisse, mais cette disposition n’a pu être confirmée. À partir de la base, la quatrième assise est en retrait de 20 cm et les deux dernières assises, plutôt en gros moellons, encore en retrait de 40 cm (fig. 16). L’arase supérieure, visible en surface, montre du côté aval une rangée de gros blocs disposés en boutisse (60-70 × 130-135 × 40 cm). Les éléments sont érodés et présentent une usure très prononcée de leur flanc par l’eau. L’arrière du barrage est aussi bâti avec des blocs agencés de la même manière mais les éléments sont de taille plus réduite (50 × 100 cm). Un blocage interne se compose de blocs, de moellons et de cailloux de tailles diverses. L’épaisseur de l’ouvrage à ce niveau est d’environ deux mètres.

Figure 16.

Figure 16.

Marbun. Vue du talus aval et du sommet du barrage

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le mur déflecteur d1

34Il est distant d’environ 50 m en aval du barrage et se situe à quelques mètres des champs antiques de la rive droite (fig. 11, ouvrage d1). Le mur est construit parallèlement au lit du wādī et a été reconnu sur une longueur de 42 m. La structure est quasiment enfouie sous les dépôts caillouteux, seule apparaît l’arase supérieure de l’ouvrage. Son extrémité amont, très dégradée en surface, est complètement recouverte par la sédimentation tandis que son extrémité aval est détruite. Deux sondages ont été implantés de part et d’autre du déflecteur. Les pierres utilisées sont en granit rose et gris en proportion équivalente.

35Du côté champs (sondage 1,60 × 3 m, profondeur 0,86 m), le talus est peu élevé. Pratiquement vertical, il présente deux rangées de pierres disposées en panneresse. L’assise inférieure est formée de blocs de tailles diverses (moyenne 20 × 20 cm, h. 30 cm) qui reposent sur les graviers du wādī. La seconde assise est en retrait de 15 à 20 cm et les pierres, de même calibre, dépassent de la rangée précédente de 25 cm ; elle retient la partie sommitale de la structure.

36Du côté wādī (sondage 1,20 × 1,82 m, profondeur 1,55 m), la structure présente une mise en œuvre plus élaborée et beaucoup plus haute (1,50 m). À la base, les deux premières rangées se composent de gros blocs plantés verticalement (10 × 30 cm, h. 50 cm) ; la seconde rangée déborde de 10 à 20 cm de la première. L’assise de base est calée par des pierres de différentes tailles. Se succèdent ensuite quatre rangées de blocs (30-40 × 40 cm) formant un plan incliné d’environ 45°; la dernière assise retient l’arase de l’ouvrage. Les éléments sont placés verticalement et en panneresse (fig. 17). Le sommet du mur est plat et formé de trois rangées parallèles de blocs posés verticalement dans le sens longitudinal de l’ouvrage (12-25 × 35-60 cm).

Figure 17.

Figure 17.

Marbun. Détail de la mise en œuvre du mur déflecteur d1

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Les murs déflecteurs e1 et e2 au milieu du wādī

37Ils sont situés en aval des structures décrites ci-dessus mais toujours dans le secteur de Marbun, du côté de la rive gauche et parallèlement au wādī et aux champs antiques (périmètre P11). Les deux murs, de facture et de mise en œuvre différentes, ne sont pas contemporains bien qu’ils aient fonctionné conjointement à un moment donné. Ils sont bâtis avec les mêmes types de matériaux, principalement du granit rose et parfois gris. L’ouvrage e1 est en amont du mur e2 ; leur mauvais état de conservation ne permet pas d’établir s’ils avaient une relation physique ou non. Enfin leur axe longitudinal diffère légèrement (fig. 11, ouvrage e1 et e2).

Le mur déflecteur e1

38Il a été reconnu sur une longueur de 72,70 m. La tête du mur est en grande partie détruite et il ne reste que quelques pierres du talus côté champs et un amoncellement de blocs marquant l’emplacement rectiligne de la structure. Le reste de l’ouvrage a subi un fort épierrement et présente au niveau du sol actuel deux lignes parallèles écartées de 2 m, correspondant au sommet des talus enfouis ; la partie sommitale a disparu. Seul un tronçon est parfaitement conservé sur une longueur de 4,40 m dans la partie centrale de l’ouvrage. À cet endroit, deux sondages ont été ouverts perpendiculairement de part et d’autre du mur (fig. 18).

Figure 18.

Figure 18.

Marbun. Section du mur déflecteur e1

(relevé et DAO J.-Cl. Roux)

39Le sondage côté wādī mesure 2,30 × 3,30 m (profondeur 0,65 m). Le talus se compose de cinq rangées de blocs posés verticalement en panneresse (20-30 × 30-40 cm, h. 40 cm). Les quatre premières rangées forment un plan incliné d’environ 30°. L’assise de base repose sur les dépôts caillouteux de petit calibre du wādī. La rangée supérieure, verticale, dépasse de 30 cm l’assise sous-jacente et retient l’arase arrondie sommitale (fig. 19).

Figure 19.

Figure 19.

Vue côté wādī du mur déflecteur e1

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

40Le sondage côté champs mesure 2,50 × 3,30 m (profondeur 1,25 m). Le talus comporte une mise en œuvre différente et une élévation plus importante ; il présente de bas en haut :

  • 1 rangée de gros blocs verticaux (h. 35 cm minimum) disposés en panneresse et maintenus à l’avant par des pierres plus petites.
  • 4 rangées à profil oblique à environ 45°, composées chacune de blocs (25-30 × 30-40 cm) disposés verticalement et principalement en panneresse.
  • 1 rangée de blocs verticaux, dépassant de 15 à 20 cm de la rangée inférieure et retenant le sommet de l’ouvrage.
  • Le sommet de mur est très légèrement bombé et construit avec des moellons et quelques pierres de tailles diverses plantés verticalement, dont les plus gros calibres sont placés parallèlement à l’axe du mur. Le blocage interne se compose de gros blocs et moellons pêle-mêle noyés dans des graviers et du limon (fig. 20).

Figure 20.

Figure 20.

Détail du blocage interne du mur déflecteur e1

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le mur déflecteur e2

41Il a été reconnu sur une longueur de 43 m. Vers son extrémité aval, partie la mieux conservée, deux sondages perpendiculaires ont été installés afin d’étudier l’architecture : sondage côté wādī (1,10 × 1,80 m, profondeur 0,60 m) ; sondage côté champs (1,20 × 2,50 m, profondeur 0,65 m).

42À cet endroit, le mur présente une architecture peu élevée, très sommaire, reposant sur les dépôts pierreux du wādī. Il s’agit d’un alignement de dalles plantées verticalement en panneresse (20-25 × 50 cm, h. 60 cm), maintenues du côté champs par deux assises de blocs (30-35 × 45-50 cm) dont les éléments sont posés horizontalement sans agencement particulier (fig. 21).

Figure 21.

Figure 21.

Mise en œuvre des talus du mur déflecteur e2

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

43Cet état représente-t-il globalement le type d’architecture de l’ouvrage ou est-il simplement un état du mur dans sa partie aval ? Sa destruction ou son épierrement très prononcé ne permet pas d’en dire d’avantage. Ce qui est certain, c’est que cette structure a été ancrée peu profondément dans le lit du wādī et surtout que sa mise en œuvre est totalement originale par rapport à tous les murs déflecteurs rencontrés dans la vallée.

Hajar al-Dhaybiyya

  • 15 Voir une photo du tell de Hajar al-Dhaybiyya et des champs environnants dans Gentelle 2003, p. 126

44En face du tell antique d’Hajar al-Dhaybiyya 15, sur la rive droite du wādī, est construit un mur déflecteur parallèlement aux champs antiques qui sont sédimentés sur plus d’une dizaine de mètres (périmètre P13). Il protégeait, dans l’antiquité et encore de nos jours, les champs dont il est distant de 10-11 m en aval et de 9-10 m en amont ; entre le mur et les champs, un petit barrage moderne a été bâti pour casser la vitesse des crues toujours en vigueur. L’ouvrage se compose de deux tronçons dont les axes sont décalés de 1,20 m. Du côté wādī, l’angle de connexion que forment les murs est protégé, juste en amont et à la base, par un amas de blocs et de moellons récemment déposés (fig. 22). La structure comprend deux états : un état antique à demi enterré et dépassant de 3 à 5 assises, surmonté par un état moderne correspondant à la réfection de l’ouvrage dans les années 1960-1965. La longueur totale de l’ouvrage est de 147,70 m.

Figure 22.

Figure 22.

Hajar al-Dhaybiyya. Connexion des deux tronçons du mur déflecteur avec à la base blocage de pierre d’époque moderne

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le tronçon amont

45Le tronçon amont, d’une longueur totale de 84,20 m, a été reconstruit sur 66,70 m seulement. La partie amont antique non restaurée (17,50 m) est très endommagée et l’on peut voir à cet endroit dans quel état de dégradation se trouvait l’ouvrage avant la réfection. Une végétation sommitale retient les éléments supérieurs de l’ouvrage formant d’étroits caissons rectangulaires. La mise en œuvre des talus est identique aux deux états, cependant la partie moderne est plus grossière (fig. 23). L’arase sommitale est arrondie sur le tronçon amont tandis que celle du tronçon aval est plane.

Figure 23.

Figure 23.

Détail de la mise en œuvre côté wādī du tronçon amont du mur déflecteur d’Hajar al-Dhaybiyya : six assises antiques surmontées par trois assises modernes

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

46La tête de mur moderne, d’une longueur de 7,20 m, est en excellent état de conservation et offre la particularité d’une mise en œuvre différente au corps du mur. Elle présente un pan oblique composé de blocs de tailles diverses et disposés en épis. D’une largeur de 3 m, elle comporte dans son axe central supérieur une juxtaposition de blocs disposés en enfilade (90-110 × 30-45 cm, épaisseur 25 cm). Ils sont maintenus de part et d’autre par des blocs de tailles diverses posés de chant et donnant à l’ouvrage une section trapézoïdale. Son extrémité est formée de trois blocs (40-50 × 50-70 cm) en enfilade, maintenus par des moellons et des blocs de dimensions plus petites. Cet agencement, d’une longueur de 1,73 m, forme un plan triangulaire, incliné à 45° (fig. 24).

Figure 24.

Figure 24.

Tête d’époque moderne du tronçon amont du mur déflecteur maintenue par la végétation d’Hajar al-Dhaybiyya

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le tronçon aval

47Le tronçon aval, construit le premier, mesure 63,50 m de long. Sa partie inférieure est actuellement enterrée sous les dépôts pierreux du wādī d’une épaisseur de 0,70 m en moyenne. La partie inférieure ancienne comprend 6 à 7 assises de blocs de granit rose et parfois gris (20-25 × 30-40 cm, h. 30-70 cm). Les blocs sont posés verticalement en panneresse, émergeant de la rangée inférieure de 15 à 20 cm. Les interstices entre les pierres sont colmatés par des cailloux qui bloquent ainsi les éléments entre eux. Un sondage du côté du wādī (1,30 × 1,60 m, profondeur 0,80 m) a permis d’observer que la base repose sur des dépôts granuleux. La première assise est calée en avant par de gros galets (20-30 cm).

48La partie supérieure d’époque moderne est de facture plus grossière, même si la mise en œuvre est identique. Les éléments sont légèrement plus volumineux et bien moins agencés, chaque rangée dépasse de la précédente de 30 à 40 cm (fig. 25). Si l’emploi de matériau granitique est majoritaire, on note cependant la présence de schiste, matériau absent dans les ouvrages hydrauliques.

Figure 25.

Figure 25.

Hajar al-Dhaybiyya. Vue du tronçon aval du mur déflecteur bordant les massifs limoneux des champs

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

49La queue du mur, complètement refaite, possède une structure carrée formée de grandes dalles de schiste posées verticalement. Les plaques ont été disposées les unes contre les autres au fur et à mesure de l’élévation de la construction ; cette mise en œuvre est identique à celle des talus du mur. L’intérieur du bâti est rempli de blocs de tailles diverses. Actuellement une végétation intentionnelle fixe par ses racines l’extrémité du mur.

Le barrage entre le mur et les champs

50Construit vraisemblablement en même temps que la réfection de l’ouvrage, un petit barrage a été bâti au niveau de la queue du tronçon amont. En partie détruit, il est conservé contre le mur sur une longueur de 4,30 m et est graduellement dégradé jusqu’au milieu du « chenal » ; il a complètement disparu du côté des champs. D’une largeur de 2,10 m, il présente un profil légèrement arrondi. En amont, il est formé d’un lit de blocs et de moellons posés de chant et calés par des cailloux. En aval, il se compose de gros éléments (40-60 × 70-80 × 20-28 cm) disposés en panneresse sur deux assises. L’ensemble repose sur les dépôts granuleux et limoneux provenant des crues et de l’érosion des champs.

La reconstruction du mur déflecteur

51La réfection de l’ouvrage a été commandité dans les années 1960-1965 par le dernier sultan yéménite « Talatin », grand propriétaire foncier dans la partie inférieure du wādī Ḍuraʾ. Le chantier a duré environ deux mois et a mobilisé selon les jours entre 10 et 30 habitants de la vallée sous la responsabilité de deux architectes. Les pierres ont été acheminées par deux camions ainsi qu’à dos de chameaux. Les matériaux ont été prélevés in situ.

52Après un nettoyage et une égalisation de la partie encore en élévation de l’ouvrage antique, la reconstruction a consisté à disposer, à l’intérieur et contre la dernière rangée existante de chaque talus, une première rangée de pierres. L’espace central a été ensuite comblé de limon et de sable jusqu’à environ la moitié des pierres. Deux à quatre nouvelles rangées de blocs ont ainsi été posées jusqu’à obtenir un espace rétréci entre les deux parements de moins d’un mètre. La partie supérieure de l’ouvrage a ensuite été fermée par un pavage de blocs disposés de chant et enfoncés par martelage dans un limon vraisemblablement humide. Cette mise en œuvre est identique à celle employée dans l’antiquité à la différence que les assises sont plus hautes, ce qui confère à l’ouvrage une résistance moins importante.

Mukayl

  • 16 MAFYS = Mission Archéologique Française au Yémen du Sud.

53Le secteur de Mukayl se situe 3 km environ en aval de l’habitat antique d’Hajar Al-Dhaybiyya, et de nombreux ouvrages hydrauliques sont visibles dans ce secteur. Les structures sur lesquelles nous avons porté notre attention correspondent à deux murs déflecteurs sur la rive gauche du wādī et à une structure « circulaire » légèrement en amont des murs, sur la rive droite. Les murs sont construits parallèlement à la vallée à une courte distance de la colline Barqah qui borde le wādī à cet endroit, en amont du coude d’am-Marjala. Sur la rive opposée s’élève le mausolée conique de Mukayl et le grand périmètre des champs antiques P14. À quelques dizaines de mètres en amont des murs déflecteurs, une inscription a été gravée sur le flanc de la colline de Barqah (MAFYS-Ḍuraʾ 8 16 = RES 3856).

54Les murs déflecteurs sont distants l’un de l’autre d’une trentaine de mètres. Le mur 1 est construit en amont du mur 2. Cependant, comme la tête de ce dernier est détruite, il n’est pas possible de connaître quelles pouvaient être les relations exactes entre les deux ouvrages. La structure circulaire présente une forme inédite d’ouvrage hydraulique dans le wādī Ḍuraʾ.

Le môle circulaire

55Il se situe en amont des murs déflecteurs, à droite dans le lit du wādī (fig. 26). Sa tête forme un môle arrondi qui, du côté ouest, s’étire longitudinalement vers le nord sur une longueur repérée de 10 m ; du côté est, le talus est détruit (fig. 27). Un sondage effectué dans sa partie courbe la mieux conservée (3,60 × 3 m, profondeur 1 m) permet d’observer la mise en œuvre du parement aval enfoui sous plus d’un mètre d’épaisseur de colluvions graveleux ; l’arrière de l’ouvrage n’a pas été reconnu. En avant du talus, la structure présente une plage de blocs (30-40 × 50-70 cm) bien agencés en une trame serrée dont les éléments sont calés par des cailloux maintenant fortement l’ensemble. Le talus, incliné à 45°, se compose de 8 rangées de moellons (20 × 40 cm) plantés verticalement dont les têtes, émergeant l’une de l’autre de 20 cm environ, présentent le plus souvent une face oblique ; les pierres sont disposées parallèlement à l’ouvrage. Les trois dernières rangées comportent des pierres plus volumineuses (30 × 50 cm), couronnées par une rangée sommitale de blocs fortement encrés (40 × 50 cm).

Figure 26.

Figure 26.

Mukayl. Môle circulaire enfoui dans les dépôts sablo-pierreux du wādī

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Figure 27.

Figure 27.

Plan et section du talus du môle circulaire de Mukayl

(relevé et DAO J.-Cl. Roux)

Le mur déflecteur 1

56Le mur est orienté à environ 45° par rapport au lit actuel du wādī. Il présente, dans sa partie aval, une forme courbe qui permet à la queue arrondie de l’ouvrage de se retrouver parallèle au lit du wādī (fig. 28). Seule sa partie aval a été reconnue sur une longueur de 32,60 m. L’ouvrage est enfoui jusqu’à son sommet dans les dépôts granuleux, sableux et pierreux des crues. Sa partie amont ainsi que la tête du mur n’ont pu être reconnues. Trois sondages ont été ouverts contre les talus et des petits sondages de reconnaissance ont permis d’observer que la structure se poursuivait dans le lit du wādī sur au moins une vingtaine de mètres, où elle est recouverte par 30 à 50 cm de graviers et de limon. Deux sondages côté wādī et un sondage côté colline ont été ouverts perpendiculairement au mur afin d’étudier sa mise en œuvre et d’observer à quel niveau et sur quel substrat l’ouvrage a été construit. Les matériaux constitutifs au mur sont des granits roses et gris.

Figure 28.

Figure 28.

Mukayl. Queue arrondie à l’extrémité aval du mur déflecteur 1 largement recouvert par les dépôts du wādī

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le sondage côté colline (1,60 × 2,80 m, profondeur 1,40 m)

57De ce côté, le mur présente un talus oblique, entre 35 et 40°. Il se compose de neuf rangées de pierres disposées verticalement en panneresse (18-22 × 25-40 cm), chaque rang dépasse du précédent de quelques dizaines de centimètres. La première assise est maintenue à l’avant par des blocs enfoncés légèrement en oblique dans le sol. La rangée supérieure sert de bordure de retenue à la partie sommitale de l’ouvrage (fig. 29).

Figure 29.

Figure 29.

Section et mise en œuvre des talus du mur déflecteur 1 de Mukayl

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le sondage aval côté wādī (1,30 × 2,30 m, profondeur 1,66 m)

58Le talus, d’un profil oblique d’environ 45°, se compose de huit rangées de blocs de mise en œuvre identique ; chaque assise domine l’autre de 15 à 20 cm. Les interstices sont obstrués par des galets. La première rangée repose sur un niveau de graviers du wādī ; aucune pierre de calage n’est observée au fond du sondage. La rangée sommitale dépasse de 15 à 20 cm et retient le sommet du mur plus haut de 20 à 25 cm (fig. 29).

Le sondage amont côté wādī

59Le sondage a été implanté à 12 m en amont du sondage décrit ci-dessus. Le talus du mur comporte un profil moins pentu mais comprend une quinzaine de rangées. Les dix premières se composent de blocs (15-20 × 25-35 cm) plantés verticalement en panneresse. Leur face supérieure est généralement en oblique dans le sens de la pente. Les quatre suivantes ont des blocs de plus fort calibre (20-40 × 30-45 cm). Enfin la rangée sommitale est formée de dalles plantées dans le sens du mur (95-115 × 25-35 cm). Cette différence de mise en œuvre, surtout pour la partie supérieure de l’ouvrage, peut nous faire suggérer qu’il y a vraisemblablement eu des réfections de l’ouvrage au cours de son utilisation.

Le sommet du mur

60La partie sommitale conservée du mur a une largeur moyenne de 3,80 m avec dans la partie courbe un rétrécissement important (largeur 1,40 m). La queue de la structure se termine par un arrondi parfait d’un diamètre de 3,80 m. Le sommet forme un très léger bombement sauf au niveau de la queue où il est plat. Dans le corps du mur, l’arase est constituée de moellons (25-30 cm) plantés verticalement et disposés sans ordre précis, mais offrant une face plane sur le dessus. Au niveau de l’arrondi, des blocs allongés (40-80 × 15-25 cm) sont employés en plus des moellons. Les éléments sont agencés parallèlement à la bordure de la structure.

Le mur déflecteur 2

61Le mur a été observé sur une distance de 134,50 m. Son extrémité aval est recouverte par les terres surélevées des champs modernes tandis que son extrémité amont a été détruite par les crues successives. Le mur est pratiquement enfoui sous les dépôts graveleux et pierreux déposés par le wādī ; son sommet affleure la surface actuelle du sol (fig. 30). Dans son tiers aval, une partie de l’ouvrage est recouverte par environ 1,50 m de limon. L’arase du mur est horizontale et est constituée de moellons (15-17 × 15-28 cm) disposés verticalement sans ordre précis mais présentant une face plane sur le dessus. Les pierres utilisées dans ce mur sont principalement des granits roses et gris et quelques rares schistes et quartzites. Deux sondages ont été pratiqués perpendiculairement à la structure (fig. 31).

Figure 30.

Figure 30.

Vestiges enfouies du mur déflecteur 2 de Mukayl

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Figure 31.

Figure 31.

Section du mur déflecteur 2 de Mukayl

(relevé et DAO J.-Cl. Roux)

Le sondage côté colline

62Le talus présente un profil très prononcé de l’ordre de 70° environ. Il se compose de quatre rangées de blocs de grandes dimensions posés verticalement dans le sens du mur (30-60 × 40-50 × 15-20 cm). Chaque assise domine la précédente de 15 à 25 cm.

Le sondage côté wādī

63Cette face offre un profil régulier de 40 à 45°. Onze rangées composent le talus. Les neuf premières rangées sont formées de blocs (15-25 × 25-30 cm) dont l’assise de base est calée par des petites pierres. La suivante comporte des blocs allongés aboutés et plantés en panneresse (18-30 × 50-60 cm). La dernière rangée contient des blocs plus petits (20-25 × 30-45 cm) qui dominent la précédente de 30 à 35 cm ; elle retient le sommet de la structure.

Razima

64Le lieu-dit Razima provient du nom de la colline située sur la rive droite du wādī, à l’endroit où ce dernier forme une boucle vers la gauche pour contourner un petit éperon rocheux. En aval de l’éperon, se développe une série de champs antiques dont les cultures actuelles occupent encore toute la superficie (périmètres 17 et 18). C’est à l’entrée de ce périmètre, abritée derrière l’avancée rocheuse, qu’a été installée une succession de partiteurs à plusieurs branches qui distribuaient l’eau des crues dans plusieurs canaux (fig. 32).

Figure 32.

Figure 32.

Razima. Au premier plan, ruines successives des trois partiteurs en amont des champs actuels des périmètres P17-P18

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

65Quatre partiteurs successifs ont été dénombrés. Ils occupent une butte en terre correspondant aux dépôts limoneux déposés par les crues (orientation nord-ouest/sud-est). Les ouvrages en pierre sont relativement bien conservés, en partie ensevelis sous un sable fin blanc. En surface, le sol est jonché de nombreuses pierres provenant principalement de la destruction des murs des canaux reliant les partiteurs. Autour de cette butte, la sédimentation alluviale a été en majeure partie érodée et ne présente plus que quelques lambeaux épars sous la forme de butte de terre de 1 à 3 m de haut. Seuls les trois premiers ouvrages ont été fouillés, mettant au jour leur dernier état de fonctionnement ; la dernière structure, mal conservée, n’a pas été touchée.

Le partiteur 1

66Au nord-ouest de la butte, on remarque la présence d’un partiteur grâce à un amoncellement de pierres à demi enfouies sous le sable ; aucune forme ni alignement particulier n’apparait. Un désensablement partiel des pierres n’a pas permis d’appréhender une quelconque architecture en place. Des concentrations de blocs font soupçonner la présence de structures quadrangulaires et un mur de limite de canal. Au sud-est et légèrement plus bas apparaît une dalle (50 × 60 × 13 cm) plantée verticalement dans le sens de l’écoulement ; elle est enfouie dans des dépôts limoneux compacts et homogènes de couleur jaune. Un sondage en aval de cette pierre (60 × 1,60 m, profondeur 0,80 m) n’a livré aucune information complémentaire. La mauvaise conservation des vestiges ne permettait pas de pousser plus loin nos investigations sur cet ouvrage.

Le partiteur 2

67Le partiteur 2 (fig. 33) est distant du premier ouvrage d’environ 16 m. La largeur de la structure est de 11 m et sa longueur conservée maximale de 17 m. Il comprend deux petits canaux au nord délimités par des murs en pierres sèches et un canal plus large au sud dont il ne subsiste que le seuil (fig. 34). Chaque canal est aménagé d’un seuil en pierre qui permet de réduire la vitesse d’écoulement des eaux et de fermer celui-ci éventuellement (fig. 33). Les matériaux utilisés dans la structure sont principalement des granits roses. L’ouvrage, constitué de multiples éléments (murs, seuils), présente en phase finale plusieurs états pour chacun d’eux, dont la description et les relations diachroniques ne sont pas toujours évidentes à discerner. Afin de comprendre comment était construit le partiteur, nous décrirons chaque élément en partant du côté sud de l’ouvrage (il en sera de même pour le partiteur 3).

Figure 33.

Figure 33.

Razima. Plans des partiteurs 2 et 3 à branches multiples

(relevé et DAO J.-Cl. Roux)

Figure 34.

Figure 34.

Vue aval des trois canaux du partiteur 2 de Razima

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le canal sud

68Le partiteur est limité au sud par une sorte de bâti quadrangulaire conservé sur deux assises de blocs de tailles diverses reposant sur le limon. Sa construction est contemporaine du dernier état du seuil. Le canal sud est muni d’un seuil, d’une largeur de 4,50 m pour une profondeur de 1,20 m. De part et d’autre du seuil, deux gros blocs parallélépipédiques en granit noir ont été installés au sommet de l’ouvrage lors d’une ultime utilisation (fig. 34). Un sondage (1,20 × 1,30 m, profondeur 1,10 m) a été ouvert contre le parement amont du seuil afin d’observer à quelle profondeur et sur quel substrat il a été fondé. Quatre états ont ainsi été reconnus, le plus ancien reposant sur un niveau de limon jaune. De bas en haut on note quatre seuils superposés séparés par une couche de terre :

  • un premier seuil de petits blocs (32-35 cm) alignés sur un niveau,
  • une couche de dépôt limoneux homogène et compacte de 20 cm d’épaisseur,
  • un second seuil construit à l’aplomb du premier composé d’une assise de gros blocs (35 × 60 cm) et de moellons de tailles diverses (15 × 30 cm),
  • une couche de limon de 15 cm d’épaisseur de texture identique à la précédente,
  • un troisième seuil légèrement décalé en oblique par rapport aux seuils précédents et comportant un ou deux états, mais l’exiguïté du sondage ne permet pas d’en dire davantage. Il comprend un premier niveau de pierre (20 × 30 cm) surmonté par un second niveau constitué d’une dalle (90 × 18 cm) prolongée vers la partie centrale par des moellons superposés ; il est recouvert par un limon jaune sur une épaisseur de 25 cm,
  • un quatrième état, dégagé en surface, offre une arase horizontale formée de deux parements de blocs (38-51 × 20-30 × 10 cm) disposés en boutisse et de grandes dalles (80-110 × 35-45 × 15-18 cm) placées en panneresse. Un blocage interne est constitué de moellons et de cailloux. Du côté aval, le parement comporte des éléments beaucoup plus volumineux (fig. 35).

Figure 35.

Figure 35.

Dernier état du seuil du canal sud du partiteur 2. Vue de l’aval

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

69Un épais mur sépare le canal sud des canaux nord sur une longueur conservée de 10 m environ. En amont du seuil, il s’étire sur une longueur de 2,10 m ; son extrémité est détruite. En aval, il se prolonge sur une distance de 8 m. Sa structure présente plusieurs mises en œuvre en corrélation aux réfections et aux exhaussements des seuils sud. La largeur du mur varie de 1 m à 1,80 m selon les états. Du côté amont, le mur est formé de blocs (40-70 cm) disposés pour les plus gros en boutisse et pour les autres en panneresse. Il est surmonté par de grosses pierres de granit noir (60 × 80 × 40 cm) placées en panneresse ou verticalement. Côté aval, le mur comporte un parement courbe observé sur 3,60 m de long, correspondant à une structure ancienne intégrée dans le système plus récent. Il est constitué de 4 à 5 assises de blocs (35-45 × 25-30 × 10-15 cm) bien agencés en parement et disposés en boutisse et en panneresse. Il repose sur un niveau de limon compact et homogène. Le mur courbe est surmonté par un mur long de 5 m, dont les pierres bouleversées ne présentent plus qu’un alignement informe (fig. 33). Son extrémité aval est prolongée d’environ 3 m par un autre mur, mal conservé, reposant sur les derniers dépôts limoneux en place. Nous n’avons pu déterminer si ce dernier état était ou non contemporain des gros blocs de granit noir.

Les canaux nord

70À l’origine, il y avait un seul canal large de 3,40 m. Durant le dernier état d’utilisation, il a été subdivisé en deux petits canaux de taille différente (fig. 33 et 34). Du côté sud, un premier canal large de 1,60 m a vu son chenal rétréci par la construction, contre le mur de séparation sud, d’un mur en pierre épais de 0,50 à 0,90 m dont les éléments sont posés en boutisse. Le chenal d’écoulement n’a plus alors une largeur de 0,60 m près du seuil, s’évasant doucement jusqu’à 0,80 m à son extrémité aval. Du côté nord, le canal mesure un mètre de large et s’évase vers l’aval pour atteindre 2,20 m ; il ne présente aucun aménagement particulier. Ce dernier présente un seuil dont l’état final est formé de gros blocs installés légèrement en pente vers l’amont afin de réduire la force de l’eau contre la construction (épaisseur 0,50 à 1,20 m) [fig. 36]. Son parement aval est constitué de dalles (40-70 × 25-40 × 5-12 cm) posées en boutisse.

Figure 36.

Figure 36.

Seuil des deux canaux nord du partiteur 2. Vue de l’amont

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

71Le mur mitoyen de ces deux canaux est conservé sur une longueur de 6,16 m. Plus large près des seuils (0,90 m), il se réduit graduellement vers l’aval du partiteur (0,50 m). Conservé sur deux assises qui reposent sur les derniers limons, il se compose de blocs de toutes tailles et de quelques moellons disposés en panneresse, en parpaing ou parfois plantés verticalement.

72Enfin, complètement au nord, le partiteur est délimité par un mur formé de deux tronçons. En amont du seuil, il présente une mise en œuvre à double parement d’une épaisseur de 0,80 m ; il est conservé sur une longueur de 5,10 m. Il se compose de blocs (30 × 50 × 22 cm) et de moellons (30-40 × 20-30 × 6-15 cm) disposés en panneresse pour les plus importants et en boutisse pour les autres. L’intérieur du mur est rempli de cailloux. En aval, côté canal, il comporte un parement de moellons et de blocs de tailles diverses posés en boutisse. Quant au parement extérieur, il a disparu, détruit en même temps que l’érosion de la butte. La largeur conservée du mur est de 0,50 m près du seuil et de 0,90 m vers l’aval, où il s’élargit irrégulièrement.

Le partiteur 3

73Le partiteur 3 est séparé en aval du partiteur 2 de 24,90 m, distance prise de seuil à seuil. La structure mesure 25 m de large et est conservée sur une longueur de 14,20 m. Dégagé uniquement en surface, le partiteur comprend trois canaux parallèles de largeur inégale avec, pour le canal nord, une subdivision du chenal en deux petits canaux au cours de la phase finale (fig. 33 et 37). Comme pour l’ouvrage précédent, la description des éléments constituant le partiteur s’effectuera du sud vers le nord par rapport au sens d’écoulement de l’eau. Les pierres utilisées dans cet ouvrage sont principalement des granits de couleur rose.

Figure 37.

Figure 37.

Vue en amont du partiteur 3

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Le canal sud

74Au sud du canal, l’ouvrage est flanqué, en amont du seuil, d’une structure qui présente dans sa phase ultime deux états architecturaux (fig. 33). Le plus ancien correspond à un mur parallèle au canal, large de 0,90 à 1,10 m, formé de blocs et de moellons (30-40 × 15-30 × 10-20 cm) disposés en boutisse sur chaque parement. Sa partie interne est comblée de cailloux et de moellons de tailles diverses. Perpendiculairement à lui, deux murs de même facture se développent vers le sud sur une longueur de 1,20 m. Cet ensemble forme une sorte de quadrilatère dont l’intérieur est vide ; la quatrième face extérieure a disparu. L’état le plus récent est marqué par l’installation de gros blocs de granit noir (85-125 × 50-70 × 20-30 cm) à l’extrémité aval du mur mitoyen au canal ainsi que sur son parement nord et un autre bloc en amont devant la structure. Cette dernière phase architecturale est exactement du même type que celle observée dans le partiteur 2.

75Le canal sud, large de 7,40 m, comporte un seuil en pierre d’une épaisseur de 1,08 à 1,45 m (fig. 38). En parement aval, il est constitué de petits blocs et de moellons disposés en boutisse (35-45 × 20-30 × 8-12 cm). Du côté amont, le seuil est en mauvais état de conservation ; cependant, il semblerait qu’il soit d’une mise en œuvre identique. À son extrémité nord, on observe deux grandes dalles posées en parpaing (80-100 × 100 × 15 cm).

Figure 38.

Figure 38.

Seuil du canal sud du partiteur 3. Vue de l’amont

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

76Une architecture complexe quadrangulaire sépare le canal sud du canal central. Elle est constituée de deux bâtis en pierre accolés formant une sorte de plate-forme de 5,30 m sur 2,70 m. L’élément ouest rectangulaire (2,10 × 1,40 m) présente sur chaque face des blocs posés en panneresse (30 × 50 × 25 cm) ; l’intérieur de la structure est comblé de moellons (20 × 35 × 12 cm). L’élément est, rectangulaire (1,20 × 2,60 m), comporte des pierres plus volumineuses (60-70 × 30-45 × 15-20 cm), placées en boutisse ou en panneresse ; le blocage interne contient des cailloux et des moellons de tailles diverses. En amont du bâti et vraisemblablement en phase finale, deux gros blocs en granit noir ont été placés devant chaque extrémité ; ils reposent sur les derniers dépôts limoneux en place. Au sud, un mur parallèle, de mauvaise facture, borde le canal sur plus de trois mètres.

Le canal central

77Le canal central, plus étroit que le précédent (largeur 5,90 m), est lui aussi barré par un seuil malheureusement mal conservé (profondeur 0,75 m). On observe cependant un agencement sur deux parements de moellons posés en boutisse (20-40 × 12-25 × 2-10 cm) [fig. 33 et 37].

Les canaux nord

78Les canaux nord et le canal central sont séparés par un mur, étroit en amont des seuils (0,50 m), plus large en aval (1,40 m) [fig. 39]. Très mal conservé en amont, il est en meilleur état en aval où on peut observer une mise en œuvre de moellons et de petits blocs de tailles diverses disposés en boutisse ou en panneresse. Au niveau des seuils, le mur est formé uniquement par une grosse pierre taillée parallélépipédique disposée dans le sens du mur (126 × 33 cm).

Figure 39.

Figure 39.

Canal nord du partiteur 3, subdivisé en deux branches lors du dernier état

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

79Au cours de la phase finale, le chenal aval a été divisé en deux petits canaux par la construction de deux murs disposés en V à partir du seuil. Les deux murs de dérivation sont de facture grossière. Larges de 50 à 65 cm, ils sont constitués de moellons, de cailloux et de quelques blocs de dimensions diverses disposés en boutisse ou en panneresse ; l’ensemble repose sur les derniers dépôts de limon.

80Le canal sud mesure 1,10 à 1,35 m de large ; il n’a pas conservé de seuil. Le canal nord, large de 1,75 m, comporte un seuil formé de dalles (60-90 × 65 × 8-10 cm) posées en panneresse et calées par des moellons ; sa profondeur est de 0,60 m. La bordure nord du canal a disparu, complètement érodée par les crues du wādī. En amont, les seuils sont limités par une structure quadrangulaire de 1,30 m sur 3 m. Elle est constituée de blocs (40-65 × 25-35 × 12-20 cm) et de moellons (15-20 cm) posés en boutisse ou en panneresse.

Des ouvrages hydrauliques homogènes tout au long du wādī

81Les fouilles archéologiques menées sur des ouvrages hydrauliques d’irrigation par crue dans la vallée du wādī Ḍuraʾ apportent toute une série de données relatives à l’architecture et à la mise en œuvre des structures selon leur type et leur utilisation au sein d’un système complexe, dont l’efficacité est démontrée par l’existence de champs antiques imposants, parfois hauts de 17 m, qui jalonnent toute la vallée.

82Le captage des eaux de crue pour alimenter les champs tout au long de la vallée a nécessité la construction de plusieurs types d’ouvrages en pierre pour canaliser l’eau d’irrigation. Trois types d’ouvrage hydraulique ont ainsi été appréhendés dans la partie centrale de la vallée entre al-Ḥuwaydar et Razima. Il s’agit, pour ce qui concerne le lit du wādī, de deux barrages et de six murs déflecteurs, et pour la canalisation de l’eau dans les champs, d’un déversoir de crue et d’un ensemble de trois partiteurs à plusieurs branches à l’entrée d’un périmètre.

  • 17 Charbonnier 2012.
  • 18 Charbonnier 2012, p. 3, fig. 8.

83En amont de la vallée, juste avant la jonction du wādī Rumān avec le wādī Ḍuraʾ, au lieu-dit al-Ḥuwaydar, deux barrages successifs sont édifiés avant la prise d’eau latérale. Ils ont été construits en travers de la vallée, accrochés d’un bord à l’autre aux flans abrupts des montagnes. Ils sont complétés en aval dans le secteur de Marbun par un troisième barrage, là où le wādī prend un cours rectiligne. Ces ouvrages, construits tout en amont de la vallée, avaient la fonction principale de ralentir le flux des eaux et surtout, pour celui situé à l’entrée du cours de Marbun, de protéger en aval les ouvrages bâtis dans le wādī (fig. 11). Ils pouvaient momentanément aussi servir de retenue d’eau, comme c’est surtout le cas des barrages-poids inventoriés dans les régions montagneuses de la moitié occidentale du Yémen 17. Dans ce recensement, il aurait été intéressant de localiser la position de chacun par rapport aux autres ouvrages hydrauliques répartis dans chaque vallée. Dans le wādī Ḍuraʾ, la mise en œuvre du parement aval des barrages s’organise d’assises en gradins comme par exemple le barrage du wādī Hisāya 18. Ce mode de construction se retrouve aussi dans les murs déflecteurs.

84L’homogénéité dans le choix des matériaux de construction des ouvrages hydrauliques est de règle sur l’ensemble de la vallée du Ḍuraʾ. Les structures d’irrigation sont construites en pierres sèches, principalement en granit de couleur rose ou grise, pierre dure et compacte, provenant des collines limitrophes de la vallée. En règle générale, la proportion du granit rose utilisé dans la construction est très supérieure au granit gris. Par contre, le schiste est d’avantage employé dans la réfection moderne du mur déflecteur d’Hajar al-Dhaybiyya. Enfin, de gros blocs non équarris de granit recouverts de leur oxydation noire de manganèse ont été utilisés lors du dernier état de fonctionnement des partiteurs de crue à Razima. Le granit, pierre résistante, est ici le matériau adéquat pour résister à la puissance et à l’érosion des eaux des crues comparées au schiste, roche lamellaire se délitant facilement ; les deux matériaux se retrouvent dans la vallée avec, pour le granit, une présence beaucoup plus importante dans la moitié aval du wādī. C’est donc en toute connaissance de la dureté des matériaux que l’homme a érigé les ouvrages hydrauliques antiques.

85Quant à l’originalité des matériaux utilisés pour le déversoir de crue d’al-Ḥuwaydar, rappelons que l’ouvrage se compose de pierre grise et blanche, matériaux absents dans l’environnement immédiat. L’emploi de ces pierres particulières correspond à une volonté d’un propriétaire qui a vraisemblablement désiré marquer une certaine « notoriété » grâce à l’esthétique d’une construction qui n’en demeure pas moins un simple élément du système.

86L’étude des mises en œuvre des ouvrages hydrauliques fait apparaître une bonne maîtrise des techniques de construction et de résistance de l’architecture à la poussée des eaux. Ainsi, pour les barrages construits perpendiculairement au lit du wādī, dont le rôle est de casser la vitesse de la crue, le parement aval de retenue de l’ouvrage est toujours constitué de blocs plus volumineux que dans le parement amont où les pierres sont de calibre plus petit. De plus, cette volonté de stabilité est marquée dans le barrage inférieur d’al-Ḥuwaydar par la mise en place au pied du parement aval d’un pavage de recevoir de chute d’eau qui évite l’érosion à la base du talus.

87De même, l’homogénéité des mises en œuvre des murs déflecteurs de crue montre une maîtrise d’ouvrage élaborée, résistant parfaitement à la poussée parfois fort violente des crues. Les murs de forme trapézoïdale sont constitués de deux talus inclinés entre 30° et 45°, au sommet très légèrement bombé. Les talus sont composés de blocs posés de chant en panneresse, dont la dimension des éléments est relativement standard, entre 20-30 × 25-45 cm. Même quand il s’agit de blocs allongés (90-115 cm), les épaisseurs n’excèdent jamais 40 cm. Il semblerait que nous ayons là un calibre d’extraction régulier des roches granitiques compris entre 30 et 40 cm d’épaisseur.

88Pour l’ensemble des ouvrages étudiés, les pierres utilisées sont brutes d’extraction avec parfois de légères retouches de taille qui adaptent plus ou moins leur forme initiale à la place qu’elles occupent. Un seul bloc taillé a été rencontré dans le mur mitoyen des canaux de nord et central du partiteur 3 de Razima.

  • 19 Gentelle 1996.

89« Les ouvrages hydrauliques du wādī Ḍuraʾ font partie du fonctionnement d’un ensemble parce qu’ils en organisent les parties. Ils sont, comme le reste, indispensable au fonctionnement du tout, mais ils ne deviennent, par manque d’entretien ou tout autre raison, meurtriers que dans une des parties. Mur déflecteurs, barrages, partiteurs, rigoles, vannes, ouvrages les plus simples, ne sont aucunement disposés au hasard. Ils marquent le niveau technique de ceux qui les ont construits, ils représentent symboliquement l’organisation sociale qui les a mis en place. Ils délimitent les unités de consommation de l’eau, mais aussi des unités de production, des propriétés. Ce sont des champs, avec leurs qualités intrinsèques pour la production (qualité du sol, nivellement, mis en culture), leurs bornes, leur appropriation et donc leur valeur. Ils font partie du modèle, parce qu’ils le font fonctionner « dans la réalité », c’est-à-dire dans les variantes du détail. Mais, par leur nombre, ils l’alourdissent singulièrement. » 19

90Dans ces vallées de piedmont, qui s’ouvrent sur le désert arabique et sont sujettes à d’importantes crues allogènes, la maîtrise des eaux à partir d’un système complexe – ingénieux et intelligent – a permis de développer un mode d’irrigation spécifique qui consistait à détourner une portion de crue et à la diriger vers des périmètres d’irrigation où se décantaient les alluvions, édifiant des terrasses limoneuses anthropiques (fig. 40).

Figure 40.

Figure 40.

Mode de culture dans la vallée du Ḍuraʾ. À l’arrière-plan, champs antiques avec passage d’une petite crue

(cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)

Chronologie des irrigations

91L’étude des réseaux d’irrigation bénéficiait de nombreux indices qui permettaient déjà de fixer quelques points de son histoire. Une hauteur de sédiments très importante, au moins une douzaine de mètres dans le bassin d’Hajar al-Dhaybbiya (périmètre P11 à P13) et plus encore vers al-Hinwā, laissait supposer une longue période d’utilisation des champs. Par ailleurs, une inscription sabéenne du viie siècle av. J.-C. (?) provenant du tell d’al-Dhaybiyya, mentionnant une dédicace à la divinité sabéenne Almaqah (MAFYS-Ḍuraʾ no 9, musée de ʿAtaq no 93), attestait l’installation de Sabéens dans la vallée. De même, un texte himyarite mentionnait des travaux hydrauliques situés en amont d’al-Dhaybiyya vers le ve s. apr. J.-C. (MAFYS-Ḍuraʾ 3 = RES 4069). On pouvait donc déjà supposer une longue période de mise en valeur de la vallée, mais il restait à trouver des éléments décisifs pour les plus hautes périodes, le IIe millénaire.

92C’est finalement dans le secteur situé en amont d’al-Hinwā que portèrent nos travaux, sans doute en raison de la hauteur des alluvions, plus d’une quinzaine de mètres (fig. 8), et de l’état de préservation des vestiges. Là, les sédiments accumulés montrent, entre 6 et 8 m de hauteur à partir du sol, une couche sombre, composée de terre brunâtre, de petits débris végétaux, de graviers de calibres différents. Comme cette couche ne peut correspondre à une irrigation limoneuse calibrée, elle indique certainement une période d’abandon. Or cette même couche d’abandon se retrouve plus en aval, vers Hajar al-Dhaybiyya, autour de 2 m au-dessus du sol.

  • 20 Balescu et al. 1998, p 34-36 ; Coque-Delhuille & Gentelle 1995a, p. 127.
  • 21 Breton 2013, p. 40-41.

93Brigitte Coque-Delhuille a alors proposé d’utiliser la méthode dite OSL pour tenter de résoudre ces problèmes de datation, testée dans les champs antiques d’al-Harāja, sur le cours supérieur de la vallée de Bayḥān 20. Les quatre colonnes d’échantillons prélevées en différents points du wādī ont été publiées dans un article sur le système d’irrigation du wādī Ḍuraʾ 21.

Quatre grandes périodes d’irrigation

Les débuts de l’irrigation à l’âge du Bronze

  • 22 Brunner 1997a, p. 54 suggère que l’irrigation dans le wādī Marḥa remonterait au IVe millénaire : « (...)
  • 23 Gerlach 2012, p. 195.

94Les résultats de la colonne 2 d’al-Hinwā montrent que l’irrigation aurait commencé dans ce secteur dès 6000 ± 624 BP, soit au début du IIIe millénaire ; c’est assez vraisemblable mais un seul prélèvement ne permet guère de conclusions définitives. Quelques autres wādīs d’Arabie du Sud ont, semble-t-il, été irrigués dès cette période, le wādī Jawf, et peut-être le wādī Marḥa 22. Dans le wādī ʿAdhana (à Māʾrib), le « Bau B » est daté de la seconde moitié du troisième IIIe millénaire et le « Bau A » du début du IIe millénaire 23.

  • 24 À Shabwa, la phase 12 du sondage stratigraphique datée de 3040 ± 40 BP, calibrée -1410 à 1200 BC, (...)

95Les trois autres colonnes (1, 3 et 4) fournissent des datations assez proches : 3012 ± 282 BP (colonne 4), 3400 ± 400 BP (colonne 1) et 3357 ± 297 BP (colonne 3) soit approximativement vers les xviie-xive siècles av. J.-C. Ces dates, si hautes soient-elles, ne sont pas en contradiction avec les débuts de l’irrigation dans la plupart des vallées dans la région 24. Dans le secteur d’al-Hinwā, plus difficile d’accès et plus malaisé à mettre en eau, sinon avec des moyens importants, ce serait au milieu du IIe millénaire qu’il faudrait fixer la mise en valeur de cette zone amont. Cette première phase d’irrigation d’al-Hinwā couvre, sans interruption, la période qui s’étend du milieu du IIe millénaire jusqu’au xe-viie siècle av. J.-C., soit environ de sept à neuf siècles de mise en culture continue. Dans les autres secteurs de la vallée, les périodes de mise en valeur sont plus difficiles à évaluer.

L’abandon de certaines terres

  • 25 Hajar al-Dhaybiyya se situe à moins de 30 km à vol d’oiseau de Hajar Yahirr, la capitale d’Awsān ( (...)
  • 26 RES 3945/5 : « (…) and sacked their fertile plains and sacked Ns¹m, the irrigated plain of Rs²ʾy, (...)

96Il n’est possible de dater la couche dite « d’abandon » que dans la colonne 1 : entre 2700 ± 300 BP et 2200 ± 300 BP, soit approximativement entre 1000/700 et 500/100 av. J.-C., soit deux à cinq siècles. À quoi pourrait-elle correspondre ? Si l’on fixe au xe siècle av. J.-C. l’abandon de ce réseau, aucun événement historique connu ne peut l’expliquer, hormis des raisons locales : peut-être la surélévation des dépôts limoneux impliquant l’impossibilité d’irriguer certains terrains. Mais si l’on fixe, à l’inverse, aux viiie-viie siècles av. J.-C., l’abandon de ce réseau, on pourrait supposer que les Sabéens ravagèrent la vallée en entier, tout comme les oasis voisines 25 du royaume d’Awsān, dans le wādī Marḥa, lors de la seconde campagne du souverain (mukarrib) Karibʾil Watar fils de Dhamarʾalī (RES 3945, l. 4-5) 26.

97Un abandon de près de cinq voire même de trois siècles, selon les datations OSL de la colonne 1 d’al-Hinwā, paraît toutefois trop long ; il faudrait davantage de données pour l’affirmer. Certes on pourrait supposer que les Sabéens, après avoir détruit (partiellement ?) les champs, ne les remettent plus en culture, mais comment subvenir alors aux besoins de leur installation permanente ?

  • 27 Inscription sur deux blocs déposés par J.-F. Breton au musée d’Ataq en 1990 et enregistrés depuis (...)

98Si l’on en croit le texte MAFYS-Ḍuraʾ 9 = ATM 93, un prêtre de Wab, divinité locale, mentionne ʿAthtar, Almaqah, et Dhāt-Himyam 27 ; ce serait bien la preuve d’une occupation sabéenne dans le wādī. Il serait probable que les Sabéens remettent en état certains (ou tous) les périmètres irrigués et les exploitent sans doute pendant quelques siècles. On pourrait alors supposer que le tracé du canal principal ainsi que la conception de la plupart des périmètres irrigués leur reviennent, mais on ne peut attribuer sûrement à cette période le percement de la prise d’eau au pied du Jabal al-Mughayra, en face de Qarn al-Amlaḥ (fig. 7).

  • 28 Le texte de l’inscription sera repris dans une seconde partie, à venir.

99Les Qatabanites, maîtres de la région au ier siècle av. J.-C. (mais peut-être auparavant), continuent d’exploiter ce système tout comme ils le font dans le wādī Bayḥān et ses affluents. Les textes en place sur les rochers de la vallée fournissent quelques indications. Un premier texte, daté de 75-50 av. J.-C. selon Ch. Robin, MAFYS-Ḍuraʾ 1, découvert à al-Ḥuwaydar, mentionne des travaux de construction sur le site de Drʾ (probablement Hajar al-Dhaybiyya) et l’aménagement d’un puits. Une seconde inscription, MAFYS-Ḍuraʾ 2, provenant du même lieu et datée de la même époque, mentionne la ville de ʿbr qui occupait sans doute l’emplacement de Hajar Ḥuwaydar. Enfin, le texte MAFYS-Ḍuraʾ 8, daté du ier siècle, gravé sur les flancs d’un rocher à Ṣafāt am-Marjala rapporte que Ghālibum (Y) lhb fils de Dawsum nivelle et aménage en terrasses des vallées et ses terrains, creuse des puits, les équipe en conduits, et exécute divers travaux de maçonnerie 28. Cette inscription ajoute que Ghālibum (Y)lhb construit dans la vallée dhu-Rbḍt d’autres terrasses qui ne comptent pas moins de huit mille parcelles. Dans les deux cas, ces inscriptions ne permettent pas de localiser exactement les travaux effectués, sans doute non loin de celles-ci, mais ce n’est là qu’une hypothèse. On peut supposer toutefois l’identification de la vallée dhu-Rbḍt avec celle du wādī Hunayka, affluent du wādī Ḍuraʾ sur sa rive gauche, qui se jette non loin du tell de Hajar am-Dhaybiyya.

Les siècles de prospérité

  • 29 Breton, McMahon & Warburton 1998, p. 90-111.
  • 30 Breton & Bāfaqīh 1993.
  • 31 Antonini De Maigret & Robin 2015.

100Les trois premiers siècles de notre ère constituent probablement la phase la plus brillante de la culture du wādī Ḍuraʾ. C’est en effet à cette époque que la ville principale d’al-Dhaybiyya connaît sa plus grande extension, notamment avec l’édification des hautes maisons de sa couronne circulaire et de son glacis empierré 29. Aucune inscription en provenance même de cette ville ne fait toutefois référence à une domination du Ḥaḍhramawt. À l’inverse, sa nécropole a fourni un matériel d’une rare qualité comportant souvent des dédicaces. On compte notamment de la vaisselle précieuse, des armes, des louches, des casseroles de bronze et de la verrerie importée 30. Des fouilles clandestines ont en outre livré de belles pièces d’argenterie 31. Selon Christian Robin, il est vraisemblable que les dédicaces au nom de Gummâm du lignage dhu-Ḥabbum datent du règne de Yadaʿʾab Ghaylān, roi du Ḥaḍhramawt, fils de Yadaʿʾīl Bayān, roi du Ḥaḍhramawt, vers 270-285.

  • 32 Breton, Mc Mahon & Warburton 1998, p. 108-109 (échantillon 14C : HDH 1).
  • 33 Bāfaqīh 1993, p. 81. Texte complet dans partie II, à venir.

101Les derniers niveaux d’occupation de Hajar al-Dhaybiyya sont datés – notamment par des monnaies himyarites – des iiie-ive siècles apr. J.-C. 32. Une série de textes au lieu-dit al-Qaḍāḍ (MAFYS-Ḍuraʾ no 4-7) 33, ayant pour auteurs des adhwāʾ de Ḥabbum et attribuée probablement aux iiie-ive siècles, rapporte enfin des aménagements dans la vallée de Ḍuraʾ, peut-être dans les environs d’al-Dhaybiyya : l’édification de digues, de canaux et de vannes dans la vallée de Ḍuraʾ, des digues dans un autre lieu, et enfin une digue, une vanne et un canal dénommé S¹rʿ dans leur domaine Nmrt.

102Il n’est pas étonnant que le lignage des Ḥabbum, seigneurs de la vallée de Ḍuraʾ et des vallées environnantes (notamment le wādī ʿAbadān), ne peut asseoir sa puissance que sur une mise en valeur intensive de la vallée. Quant aux deux palais mentionnés sur les pièces d’orfèvrerie, Shaʾbān et Yaghīl, les brèves fouilles des années 1992-1993 n’ont pu démontrer leur situation dans la ville d’al-Dhaybiyya.

L’abandon définitif vers le vie siècle

  • 34 Voir les commentaires de Bāfaqīh 1993, p. 81-82.

103Au ve siècle, une inscription rupestre du wādī Ḍuraʾ (MAFYS-Ḍuraʾ no 3 ou RES 4069), au lieu-dit Qarn al-Amlaḥ, consigne la réfection d’ouvrages hydrauliques 34. Elle rapporte notamment que des nobles des tribus Ḍayfatān et des kabīrs de la tribu Saybān remettent en état tout un périmètre irrigué au moyen d’ouvrages de maçonnerie et de digues (en pierre de taille ?) sans précision de lieu. Simultanément, ils creusent dans le rocher un canal dénommé Tbʿt sur une longueur de deux cents (?) coudées et réparent les vannes et les digues annexes. Ce texte, daté d’août 488 ou bien d’août 483, doit être mis en relation avec la réfection de champs irrigués (périmètres P5 et P6) et avec le percement, au sud-est, d’une large prise d’eau taillée dans le rocher.

  • 35 Breton 1998, p. 158-159.

104Plus en amont, à Hinwā, les dernières dates par thermoluminescence – 1500 ± 200 BP (périmètre P3) – démontrent que l’irrigation s’y est poursuivie jusqu’aux ive-vie siècles apr. J.-C. Il est donc vraisemblable que le réseau a dû fonctionner, au moins dans le secteur d’al-Dhaybiyya, au moins jusqu’à la fin du ve siècle apr. J.-C. La date du vie siècle est à mettre en relation avec l’abandon des grands systèmes irrigués, autour de cette période, en raison de la désagrégation sociale qui y régnait à l’époque. Dans le cours supérieur du wādī Bayḥān, un échantillon suggère que le fonctionnement du périmètre irrigué d’al-Harāja s’est poursuivi jusqu’aux iiie-ive siècles, bien que ce seul échantillon n’a guère de valeur générale 35.

Conclusion : des chronologies similaires dans les wādīs Ḍuraʾ et Marḥa ?

  • 36 Breton et al. 1998, p. 158-159, et Balescu et al. 1998, p. 34-37, se sont attachés à l’étude des g (...)

105Pierre Gentelle, Brigitte Coque-Delhuille et Jean-Charles Arramond ont étudié dans un certain nombre de vallées, leur contexte géomorphologique et leurs réseaux d’irrigation, en particulier dans le wādī Bayḥān, à al-Haraja et Khirbat dhū-Nasr ; nous renvoyons donc à leurs publications 36. Mais les données accumulées ne permettent guère de fixer encore de façon précise les débuts des irrigations dans le wādī Bayḥān, autour de la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. Quant à la fin des irrigations autour du site de Tamnaʾ, elle semble fixée autour de la fin du iie siècle apr. J.-C., alors que la ville est détruite entre 160 et 205.

  • 37 Le bassin hydrographique du wādī Marḥa compte 1 410 km2, celui du wādī Kẖarwāh 1 360 km2. Leurs pr (...)
  • 38 Hypothèse de Brunner 1997a, p. 53 et Brunner 1997b.
  • 39 Breton 1994, p. 194, fig. 21.
  • 40 Voir note 12.
  • 41 Voir le matériel en provenance de ces sites déposé au musée d’Ataq. Catalogue en ligne sur www.das (...)

106Dans l’état de nos connaissances, le wādī Marḥa , à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Ḍuraʾ, montre, malgré une différence de superficie 37, une séquence plus longue similaire à celle du wādī Ḍuraʾ. Dans les petits affluents méridionaux, le long du wādī Kẖarwāh, se trouvent de petits périmètres irrigués qui ont dû servir d’expérimentation par de petites communautés agricoles, sans doute vers le IIIe millénaire 38. Dès le début du Ier millénaire la majeure partie du cours moyen était irriguée. La fortification de la ville de Hajar Yahirr, datée des viiie-viie siècle av. J.-C., s’est implantée au sommet de plusieurs couches de terres irriguées, hautes de plus de 5 m, visibles dans une coupe le long du wādī 39. Ville importante, capitale du royaume d’Awsān, elle fut détruite par les Sabéens 40. Là encore, comme à Ḍuraʾ, il est difficile de faire la chronologie des destructions des réseaux d’irrigation et de leur remise en état postérieure. À leur tour, les Qatabanites, maîtres de la région, ne pouvaient manquer d’entretenir les champs irrigués. Les établissements de Hajar an-Nāb, Hajar Lajiyya, Hajar Talīb, etc, implantés sur des horizons d’anciens champs irrigués, pourraient appartenir à cette longue période. Ces villages ont livré un matériel céramique (vases à bords ondés), des statuettes d’albâtre, des stèles funéraires, assez proches de leurs équivalents qatabanites des deux premiers siècles apr. J.-C. 41 et les tombes ont fourni des bronzes (louches, brûle parfums, fragments de vases, etc.) assez similaires aux objets en provenance du wādī Ḍuraʾ ; tout cela semble impliquer que les irrigations associées à ces sites étaient en usage aux premiers siècles apr. J.-C.

  • 42 Dans une bibliographie déjà très abondante, mentionnons seulement Schaloske 1995 ; Vogt 2003, p. 7 (...)
  • 43 Breton et al. 1998, p. 158-159.
  • 44 Bowen 1958 ; Charbonnier 2015.
  • 45 Gentelle 1991, p. 5-54, publie quelques ouvrages hydrauliques fouillés par Jean-Claude Roux.
  • 46 Darles 2000, p. 87-97.
  • 47 Mouton & Schiettecatte 2014, p. 171-184.
  • 48 Bibliographie abondante, notamment Grolier et al. 1996.
  • 49 Études partielles par Brunner 1997a.
  • 50 Pente de 3 % (entre 1 050 et 1 000 m à Ḍuraʾ) contre 0,5-0,3 % à Shabwa.

107En conclusion, il conviendrait de souligner l’originalité des irrigations dans le wādī Ḍuraʾ. Les irrigations dans les piémonts des monts du Yémen comme dans le Ḥaḍhramawt commencent à être bien connues. Les réseaux des wādīs ʿAdhana (Māʾrib 42), Bayḥān (al-Haraja 43, Tamnaʾ 44),ʿAtf /ʿIrma(Shabwa 45), Surbān (Surbān 46), Ḥaḍhramawt (Makaynūn 47) et Juba 48 ont fait l’objet d’études diverses mais, à l’inverse, ceux du Jawf, des wādī Harīb, wādī Marḥa 49, wādī ʿAbadān, etc. demanderaient à être mieux connus. La caractéristique de ces irrigations en plaine consiste en de faibles pentes, l’organisation de canaux principaux puis secondaires, un grand espacement entre les structures hydrauliques. À l’inverse, on pourrait qualifier l’irrigation en milieu montagneux, à Ḍuraʾ, mais aussi à al-Haraja, par une forte pente 50, un débit rapide dans une vallée encaissée, une organisation de la vallée centrale comme unique canal d’irrigation, la présence de petits barrages pour casser la vitesse de la crue, le maillage serré des ouvrages hydrauliques (un tous les cent mètres), et une combinaison d’ouvrages différents (barrages, murs de protection, déflecteurs…).

  • 51 « Les gens du wādī Ḍuraʾ assurent forcément de façon collective le contrôle de la crue et le parta (...)

108Enfin, l’organisation sociale de Ḍuraʾ a déjà fait l’objet d’un développement 51 qui suggérait – en l’absence de fouilles – un ensemble solidaire des « gens de Ḍuraʾ » assurant une gestion collective des eaux. Toutefois on peut supposer de petites communautés locales, au second millénaire, mettant en valeur le cours supérieur du wādī vers al-Hinwā, puis progressivement une centralisation sans doute à Hajar al- Dhaybiyya des décisions agricoles à compter du début de notre ère.

Haut de page

Bibliographie

Antonini De Maigret (S.) & Robin (Ch.)
2015 « Two silver vases of Greco-Roman style from the ‘treasure of wādī Ḍuraʾ’ (Yemen) », M. Arbach & J. Schiettecatte (éd.), Pre-Islamic South Arabia and its Neighbours: New Developments of Research. Proceedings of the 17th Rencontres Sabéennes held in Paris, 6-8 June 2013 (BAR International Series 2740, British Foundation for the Study of Arabia Monographs 16), Oxford, Archaeopress, p. 3-12.

Bāfaqīh (M. A.)
1993 « Ḍuraʾ et al-Mashriq dans les inscriptions », Breton & Bāfaqīh 1993, p. 77-83.

Balescu (S.), Breton (J.-F.), Coque-Delhuille (Br.) & Lamothe (M.) 1998 « La datation par luminescence des limons de crue : une nouvelle approche des périmètres d’irrigation antiques du Sud-Yémen », Comptes-rendus de l’Académie des Sciences de la terre et des planètes 327, p. 31-37.

Bowen (R. L.)
1958 « Irrigation in Ancient Qataban (Beihan) », R. L. Bowen & F. P. Albright (éd.), Archaeological Discoveries in South Arabia (Publications of the American Foundation for the Study of Man, 2), Baltimore, Johns Hopkins Press, p. 43-131.

Breton (J.-F.)
1994 « Hajar Yahirr, capitale de ‘Awsân ? », Raydân 6, p. 41-47, pl. 17-24.

Breton (J.-F.)
1998 « Les établissements antiques », Breton et al. 1998, p. 127-194.

Breton (J.-F.)
2013 « Chronique des irrigations dans le wādī Ḍuraʾ », F. Briquel-Chatonnet, C. Fauveaud & I. Gajda (éd.), Entre Carthage et l’Arabie heureuse. Mélanges offerts à François Bron (Orient et Méditerranée 12), Paris, De Boccard, p. 37-48.

Breton (J.-F.), Arramond (J.-Cl.), Coque-Delhuille (Br.) & Gentelle (P.)
1998 Une vallée aride du Yémen antique : le wâdî Bayhân, ERC, Paris.

Breton (J.-F.) & az-Zubaydi (Kh.)
1992 Carte archéologique du Gouvernorat de Shabwa (districts de Bayhân et Nisâb), Mission archéologique française en R. D. P. du Yémen.

Breton (J.-F.) & Bāfaqīh (M. A.) éd.
1993 Trésors du wādī Ḍuraʾ (République du Yémen). Fouille franco-yéménite de la nécropole de Hajar am-Dhaybiyya (BAH 141), Paris.

Breton (J.-F.), Darles (Ch.) & Roux (J.-Cl.)
2007-2010 « Une nouvelle stratigraphie à Shabwa, capitale du royaume antique du Hadhramawt (Yémen), (xiiie siècle av. n. è. – ive siècle de n. è.) », Arabia 4, p. 11-66, fig. 11-65.

Breton (J.-F.), McMahon (A.) & Warburton (D.)
1998 « Two seasons at Hajar am-Dhaybiyya, Yemen », Arabian archaeology and epigraphy 9, p. 90-111.

Breton (J.-F.) & Roux (J.-Cl.)
2002 « Le wâdî Dura’ : un modèle d’irrigation antique ? », Chroniques Yéménites 10, p. 12-21.

Brunner (U.)
1997a « Les débuts de l’irrigation », Yémen au pays de la reine de Saba’, catalogue de l’exposition, Institut du Monde arabe, 25 octobre 1997 au 28 février 1998, IMA, Paris, p. 53-54.

Brunner (U.)
1997b « The history of irrigation in the Wādī Markhah », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 27, p. 75-86.

Charbonnier (J.)
2012 « Les barrages‑poids des régions montagneuses d’Arabie du sud au cours de la période préislamique », Chronique Yéménites 17, p. 2-20.

Charbonnier (J.)
2015 « The control of water in the kingdom of Qatabān (Yemen): from local to central management of the irrigation systems during antiquity », Water history 7, p. 473-487.

Coque-Delhuille (Br.)
1998 « Le milieu naturel de la région de Bayhân », Breton et al. 1998, p. 5-34.

Coque-Delhuille (Br.) & Gentelle (P.)
1992 « Sédimentations et érosions dans la vallée du wâdî Bayhân (Yémen) », 27th International Geographical Congress, Washington, Technical Program, Abstracts, p. 119-120.

Coque-Delhuille (Br.) & Gentelle (P.)
1995a « Ancient irrigation (sayl) and South-Arabian anthrosols in the wādī Ḍuraʾ Valley (Yemen) », The Sultanate of Oman International Conference on Water resources Managment in Arid Countries, volume I: Jabrin Session, Muscat, p. 122-128.

Coque-Delhuille (Br.) & Gentelle (P.)
1995b « Le Yémen aride : l’environnement du Quaternaire à l’actuel », Sécheresse 6-1, p. 67-75.

Coque-Delhuille (Br.) & Gentelle (P.)
1997 « Crue et sédimentation contrôlée au Yémen Antique », Géomorphologie 3, p. 99-110.

Darles (Ch.)
2000 « Les structures d’irrigation du Wādī Surbān au Yémen », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 30, p. 87-97.

Darles (Ch.), Robin (Ch.) & Schiettecatte (J.)
2013 « Contribution à une meilleure compréhension de l’histoire de la digue de Maʾrib au Yémen », F. Baratte, Ch. Robin & E. Rocca (éd.) Regards croisés d’Orient et d’Occident. Les barrages dans l’Antiquité tardive. Actes du colloque, 7-8 janvier 2011, Paris, Fondation Simone et Cino del Duca organisé dans le cadre du programme ANR EauMaghreb (Orient et Méditerranée 14), Paris, De Boccard, p. 9-70.

Gentelle (P.)
1991 « Les irrigations antiques à Shabwa », Fouilles de Shabwa II, Syria 68, p. 5-52.

Gentelle (P.)
1996 « Remarques sur l’irrigation et les ouvrages hydrauliques », rapport inédit.

Gentelle (P.)
2003 Traces d’eau. Un géographe chez les archéologues, Paris, Belin.

Gerlach (I.)
2012 « Vorislamische Bewässerungssyteme in der Oase von Mārib », F. Klimscha, R. Eichmann, Ch. Schuler & H. Fahlbusch (éd.), Wasserwirtschafliche Innovationen im archäologischen Kontext. Von den prähistorischen Anfängen bis zu den Metropolen der Antike, Rahden, Leidorf, p. 187-198.

Grolier (M.), Brinkmann (R.), Blakeley (J. A.) et al.
1996 Environmental Research in Support of Archaeological Investigations in the Yemen Arab Republic, 1982-1987 (The Wādī al-Jubah Archaeological Project 5.), Washington, American Foundation for the Study of Man.

High Water Council
1992 The technical Secretariat of the High Water Council, Surface Water Resources (High Water Council, Final Report, Volume III), The Government of the Republic of Yemen, UNDP/DESD/PROJECT YEM/88/001.

Mouton (M.) & Schiettecatte (J.)
2014 In the desert margins. The settlement process in ancient South and East Arabia (Arabia Antica 9), Roma, L’Erma di Bretschneider.

Müller (W. W.)
1985 « Altsüdarabische und frühnordarabische Inschriften », D. Conrad, W. C. Delsman & U. Kaplony-Heckel et al., Rechts- und Wirtschaftsurkungen. Historisch-chronologische Texte III (Texte aus der Umwelt des Alten Testaments I, 6), Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, p. 651-671. 

Schaloske (M.)
1995 Antike Technologie – Die sabäische Wasserwirtschaft von Mārib. 3: Untersuchungen der sabäischen Bewässerungsanlagen in Mārib (Archäologische Berichte aus dem Yemen 7), Mayence, Philip von Zabern.

Vogt (B)
2003 « The Great Maʾrib Dam – New research by the German Archaeological Institute in 2002 », I. Gerlach (éd.) 25 Years Excavations and Research in Yemen, 1978-2003, Berlin, DAI, p. 78-85.

Wissmann (H. von)
1957 Aden Protectorate, Sheet 1, carte géographique, London, Royal Geographical Society.

Haut de page

Notes

1 Voir la carte de Wissmann 1957 et celle de Breton & az-Zubaydi 1992. La toponymie de certains noms suit celle de la carte de Wissmann 1957, ex. : am-Sharfa, Kaur al-Audhillah, Kẖarwâh etc.

2 Coque-Delhuille 1998, p. 5-8.

3 L’impluvium du wādī Ḍuraʾ est estimé à 850 km2 dans high water council 1992, p. 197.

4 Le toponyme d’« am-Mukail » figure ainsi sur la carte de Wissmann 1957.

5 high water council 1992, p. 189, 204-205, 218, etc. Le tableau 9-1, à la page 204, fournit, pour les années 1980-1982, une pluviométrie moyenne de 270 mm, et pour les années 1960-1984 une moyenne de 194 mm. À titre de comparaison, Nuqūb, dans le wādī Bayhān, non loin de Tamnaʾ, a reçu 42 mm de pluie en moyenne entre 1982 et 1985, années particulièrement sèches il est vrai. Voir aussi Coque-Delhuille 1998, p. 40 et 48-49.

6 Coque-Delhuille & Gentelle 1995a, p. 124-125. Voir une photographie d’une crue en 1996 dans Gentelle 2003, p. 116.

7 Gentelle 1996, rapport inédit.

8 Gentelle 1996.

9 Voir Breton 2013, p. 40-42.

10 Gentelle 1996.

11 La carte de Wissmann 1957 mentionne les toponymes suivants, d’amont en aval : am-Sẖarah, H. am-Qarasẖi , am-Salam, am-Dẖaibiyah, am-Mukail, Hiswân, am-idhâq, al-Nuqûb, al-Saʾd (sic).

12 Gentelle 1996.

13 La carte de Wissmann 1957, mentionne le wādī Ramān, mais non al-Ḥuwaydar.

14 Breton & Bāfaqīh 1993.

15 Voir une photo du tell de Hajar al-Dhaybiyya et des champs environnants dans Gentelle 2003, p. 126.

16 MAFYS = Mission Archéologique Française au Yémen du Sud.

17 Charbonnier 2012.

18 Charbonnier 2012, p. 3, fig. 8.

19 Gentelle 1996.

20 Balescu et al. 1998, p 34-36 ; Coque-Delhuille & Gentelle 1995a, p. 127.

21 Breton 2013, p. 40-41.

22 Brunner 1997a, p. 54 suggère que l’irrigation dans le wādī Marḥa remonterait au IVe millénaire : « Ainsi à Māʾrib, l’irrigation aurait commencé au IIIe millénaire. Plus au sud, dans le wādī Marḥa, elle est peut-être antérieure d’un millénaire », mais ses méthodes de calcul paraissent réductrices. À partir d’une seule datation au 14C (1200 av. J.-C.), Brunner calcule 14 m de dépôts sédimentaires accumulés à la vitesse d’un mètre par siècle, soit 2600 av. J.-C. à la base. C’est un raisonnement qui consiste à considérer que l’alluvionnement serait partout égal dans le temps et dans l’espace. Par exemple, dans la vallée de Bayhān, sur le site d’al-Harajah, l’alluvionnement contrôlé se situerait entre 1,30 m et 2,10 m par siècle (Voir Coque-Delhuille & Gentelle 1992, p. 120).

23 Gerlach 2012, p. 195.

24 À Shabwa, la phase 12 du sondage stratigraphique datée de 3040 ± 40 BP, calibrée -1410 à 1200 BC, correspond à un habitat dense en brique crue et donc déjà probablement à de l’irrigation contrôlée (Breton, Darles & Roux 2007-2010, p. 13 et suivantes).

25 Hajar al-Dhaybiyya se situe à moins de 30 km à vol d’oiseau de Hajar Yahirr, la capitale d’Awsān (Voir Breton 1994, p. 41-47).

26 RES 3945/5 : « (…) and sacked their fertile plains and sacked Ns¹m, the irrigated plain of Rs²ʾy, and Grdn and broke (Awsān) in the Dtnt and burned its cities and broke Tfḍ destroyed it and burned it and sacked its irrigated plains and completely broke (the resistance of Awsān) until he reached the sea and burned all the cities, that were on the sea, and he broke it (Awsān) in Ws¹r until he had completely put to rout Awsān and Mrtʿm » (traduction Müller 1985, l. 4-5, p. 651-668).

27 Inscription sur deux blocs déposés par J.-F. Breton au musée d’Ataq en 1990 et enregistrés depuis dans le catalogue du musée ATM 93.

28 Le texte de l’inscription sera repris dans une seconde partie, à venir.

29 Breton, McMahon & Warburton 1998, p. 90-111.

30 Breton & Bāfaqīh 1993.

31 Antonini De Maigret & Robin 2015.

32 Breton, Mc Mahon & Warburton 1998, p. 108-109 (échantillon 14C : HDH 1).

33 Bāfaqīh 1993, p. 81. Texte complet dans partie II, à venir.

34 Voir les commentaires de Bāfaqīh 1993, p. 81-82.

35 Breton 1998, p. 158-159.

36 Breton et al. 1998, p. 158-159, et Balescu et al. 1998, p. 34-37, se sont attachés à l’étude des grandes coupes sur le site d’al-Haraja, à 9 km au Sud de Tamnaʾ. La datation au 14C du niveau 9 de la coupe 1 (KDN-9 : 2203 ± 123 BP, soit 352-212 av. J.-C.) attribue aux ive-iiie siècles av. J.-C. un premier niveau de destruction sur lequel plusieurs maisons antiques sont alors édifiées. Les maisons dans ce secteur semblent bien avoir été abandonnées définitivement aux iie-iiie s. apr. J.-C. (KDN-21 : 1825 ± 40 BP, soit 175-216 apr. J.-C.). L’abandon de l’irrigation ne s’applique en outre qu’au site d’al-Haraja, et non à l’ensemble du wādī Bayhān ; Charbonnier 2015, p. 479, évoque à tort le ive s. av. J.-C. sur la base de deux articles préliminaires de Coque-Delhuille & Gentelle 1995b, p. 73 et Coque-Delhuille & Gentelle 1997, p. 107. Il semble en outre évident que tous les périmètres irrigués dans la vallée n’ont été ni mis en culture ni abandonnés à la même période. Pour cela, nous envisageons de publier les résultats des missions de P. Gentelle dans les wādīs Bayhān et Surbān en 1989 et 1990 avec les résultats des analyses palynologiques.

37 Le bassin hydrographique du wādī Marḥa compte 1 410 km2, celui du wādī Kẖarwāh 1 360 km2. Leurs précipitations moyennes sont estimées à 150 mm (wādī Marḥa) et à 220 mm (wādī Kẖarwāh). Voir high water council 1992, p. 205-218.

38 Hypothèse de Brunner 1997a, p. 53 et Brunner 1997b.

39 Breton 1994, p. 194, fig. 21.

40 Voir note 12.

41 Voir le matériel en provenance de ces sites déposé au musée d’Ataq. Catalogue en ligne sur www.dasi.humnet.unipi.it/index.

42 Dans une bibliographie déjà très abondante, mentionnons seulement Schaloske 1995 ; Vogt 2003, p. 78-85 ; Gerlach 2012 ; Darles, Robin & Schiettecatte 2014, p. 9-70.

43 Breton et al. 1998, p. 158-159.

44 Bowen 1958 ; Charbonnier 2015.

45 Gentelle 1991, p. 5-54, publie quelques ouvrages hydrauliques fouillés par Jean-Claude Roux.

46 Darles 2000, p. 87-97.

47 Mouton & Schiettecatte 2014, p. 171-184.

48 Bibliographie abondante, notamment Grolier et al. 1996.

49 Études partielles par Brunner 1997a.

50 Pente de 3 % (entre 1 050 et 1 000 m à Ḍuraʾ) contre 0,5-0,3 % à Shabwa.

51 « Les gens du wādī Ḍuraʾ assurent forcément de façon collective le contrôle de la crue et le partage des eaux, l’un des buts étant d’assurer la protection des champs contre la violence des flots, l’autre étant de répartir la crue de façon équitable entre les champs de l’aval et ceux de l’amont, sous l’autorité des « maîtres des eaux » (Breton & Roux 2002, p. 19, d’après les notes de Gentelle 1996). Voir aussi Gentelle 2003, p. 128.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte du Yémen avec localisation du wādī Ḍuraʾ au sud de Nisāb
Crédits (DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 2.
Légende Carte de la vallée du wādī Ḍuraʾ dans l’Ḥaḍhramawt
Crédits (relevé P. Gentelle P., DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Figure 3.
Légende Champs antiques totalement décaissés pour installer un champ au même niveau d’un puits moderne
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4.
Légende Passage de la crue au pied du périmètre P13. À la base du champ à gauche, ouvrage en pierre d’un réflecteur de crue
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 5.
Légende Cours du wādī supérieur au niveau d’al-Hinwā
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 6.
Légende Al-Hinwā. Champs et réseaux d’irrigation au niveau du périmètre P3
Crédits (dessin P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Figure 7.
Légende Percement tardif d’un canal magistral d’irrigation à travers une langue de colline à al-Hinwā au niveau du périmètre P3
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 8.
Légende Destruction naturelle du champ par écoulements vertical de l’eau de pluie et sapement latéral par le wādī
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 9.
Légende Élévation d’une quinzaine de mètres des champs aux périmètres P13-P14 d’Hajar al-Dhaybiyya
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Figure 10.
Légende Vestiges de champs antiques érodés par les crues dans le cours supérieur
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 11.
Légende Exemple d’organisation d’ouvrages hydrauliques sur un cours rectiligne au niveau des périmètres P11 et P12 de Marbun : a. barrage perpendiculaire ; b. tête de canal ; c. canal magistral ; d et e1-e2. murs déflecteur de crue ; flèches, vannes d’entrée de champs
Crédits (dessin P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Figure 12.
Légende Al-Ḥuwaydar, Plan des ouvrages bâtis au milieu du wādī au niveau du barrage inférieur
Crédits (relevé P. Gentelle, DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 13.
Légende Plan et coupe du barrage inférieur d’al-Ḥuwaydar
Crédits (relevé et DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 14.
Légende Al-Ḥuwaydar. Vue des deux seuils du déversoir de crue
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 15.
Légende Agencement aléatoire des blocs gris et blancs du seuil du déversoir d’al-Ḥuwaydar
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 16.
Légende Marbun. Vue du talus aval et du sommet du barrage
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 17.
Légende Marbun. Détail de la mise en œuvre du mur déflecteur d1
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 18.
Légende Marbun. Section du mur déflecteur e1
Crédits (relevé et DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 19.
Légende Vue côté wādī du mur déflecteur e1
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 20.
Légende Détail du blocage interne du mur déflecteur e1
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Figure 21.
Légende Mise en œuvre des talus du mur déflecteur e2
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Figure 22.
Légende Hajar al-Dhaybiyya. Connexion des deux tronçons du mur déflecteur avec à la base blocage de pierre d’époque moderne
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 23.
Légende Détail de la mise en œuvre côté wādī du tronçon amont du mur déflecteur d’Hajar al-Dhaybiyya : six assises antiques surmontées par trois assises modernes
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 24.
Légende Tête d’époque moderne du tronçon amont du mur déflecteur maintenue par la végétation d’Hajar al-Dhaybiyya
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figure 25.
Légende Hajar al-Dhaybiyya. Vue du tronçon aval du mur déflecteur bordant les massifs limoneux des champs
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Figure 26.
Légende Mukayl. Môle circulaire enfoui dans les dépôts sablo-pierreux du wādī
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 27.
Légende Plan et section du talus du môle circulaire de Mukayl
Crédits (relevé et DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 28.
Légende Mukayl. Queue arrondie à l’extrémité aval du mur déflecteur 1 largement recouvert par les dépôts du wādī
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 29.
Légende Section et mise en œuvre des talus du mur déflecteur 1 de Mukayl
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 30.
Légende Vestiges enfouies du mur déflecteur 2 de Mukayl
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 31.
Légende Section du mur déflecteur 2 de Mukayl
Crédits (relevé et DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 32.
Légende Razima. Au premier plan, ruines successives des trois partiteurs en amont des champs actuels des périmètres P17-P18
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 33.
Légende Razima. Plans des partiteurs 2 et 3 à branches multiples
Crédits (relevé et DAO J.-Cl. Roux)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 34.
Légende Vue aval des trois canaux du partiteur 2 de Razima
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 35.
Légende Dernier état du seuil du canal sud du partiteur 2. Vue de l’aval
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 36.
Légende Seuil des deux canaux nord du partiteur 2. Vue de l’amont
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 37.
Légende Vue en amont du partiteur 3
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 38.
Légende Seuil du canal sud du partiteur 3. Vue de l’amont
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 39.
Légende Canal nord du partiteur 3, subdivisé en deux branches lors du dernier état
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 40.
Légende Mode de culture dans la vallée du Ḍuraʾ. À l’arrière-plan, champs antiques avec passage d’une petite crue
Crédits (cliché mission archéologique française de Ḍuraʾ)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10388/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Breton, Jean-Claude Roux et Pierre Gentelle †, « Ouvrages et systèmes d’irrigation du wādī Ḍuraʾ (Yémen) du second millénaire av. J.-C. au milieu du premier millénaire après »Syria, 96 | 2019, 335-370.

Référence électronique

Jean-François Breton, Jean-Claude Roux et Pierre Gentelle †, « Ouvrages et systèmes d’irrigation du wādī Ḍuraʾ (Yémen) du second millénaire av. J.-C. au milieu du premier millénaire après »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10388

Haut de page

Auteurs

Jean-François Breton

UMR 7041 – ArScAn, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Nanterre

Articles du même auteur

Jean-Claude Roux

UMR5140 – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Montpellier

Pierre Gentelle †

UPR 315 (décédé en octobre 2010)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search