Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesNouvelles inscriptions rupestres ...

Autres articles

Nouvelles inscriptions rupestres de Gerasa et de son territoire 1

Jacques Seigne
p. 371-386

Résumés

Les affleurements rocheux des environs de Jérash (Jordanie) conservaient de nombreuses inscriptions grecques (funéraire, acclamation, ex-voto, etc.), restées inconnues pour la plupart. Six d’entre elles correspondent à des marques de limite territoriale et permettent de porter à dix-huit le nombre de « bornes frontière » du même type actuellement connues, gravées à l’époque romaine, le long de ce qui pourrait avoir été la frontière orientale de l’antique cité de Gerasa.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première série de textes a été publiée dans Syria en 1997 (Seigne 1997).
  • 2 Par exemple la ferme de « Zuqreit » (Seigne 2013).

1Il y a quelques années, en Jordanie, la traditionnelle hospitalité arabe n’était pas un vain mot. Au cours des étés passés à Jérash, les membres de la mission archéologique française – et des autres équipes étrangères travaillant sur le site – furent souvent invités à des thés, mensafs et autres dégustations de fruits au milieu des nouveaux jardins réimplantés sur les collines de l’Ajlun. Ces invitations, et les conversations alors nouées, permirent d’apprendre l’existence de sites archéologiques ignorés, souvent de les visiter, parfois de voir les objets en provenant. Certaines de ces découvertes ont été mentionnées ou publiées 2. De nombreuses autres, ainsi que des observations personnelles, réalisées sur le site même de Jérash, mais hors du périmètre confié pour étude à l’équipe française, étaient restées dans mes carnets (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Carte de situation des inscriptions

(d’après RJGC, SALT 1/100 000e, ref : NI-36-X6)

  • 3 Kennedy & Baker 2009, Baker & Kennedy 2011, Stott et al. 2018.
  • 4 Les inscriptions ne pouvant être, aux yeux de certains, que des indications liées à des trésors ca (...)

2Ces dernières années les destructions se sont multipliées. Beaucoup des vestiges aperçus ont disparu sous la pression urbaine. Les notes prises il y a quelques décennies sont, de fait, devenues des témoins de quelques traces de l’occupation antique du territoire de Gerasa disparues sous les coups de la pression démographique moderne 3. Beaucoup se rapportent à l’épigraphie 4, domaine qui n’est pas le mien. Les spécialistes rectifieront les erreurs de copie mais au moins connaîtront-ils l’existence de certaines inscriptions aujourd’hui disparues, dissimulées ou inaccessibles.

3Comme pour les inscriptions, et malgré les vérifications, les autres informations rapportées, plus simplement archéologiques, comportent des zones d’ombre. Les relevés, réalisés trop rapidement, sans instruments, sont souvent schématiques ou incomplets.

ΠΟΓΕ

  • 5 Seigne 1997.
  • 6 Sartre 1997.
  • 7 Comme le laissait déjà supposer la découverte des différents milliaires de la voie Gerasa-Philadel (...)

4En 1997, paraissait dans Syria, un article présentant douze inscriptions rupestres et un étrange bloc inscrit de la région de Jérash 5. Dans une note de la même revue, Maurice Sartre proposait de voir dans ces textes très courts non des bornes territoriales comme je le supposais, mais de simples marques de propriétés 6. Quoi qu’il en soit de la nature exacte de ces inscriptions, la découverte de certaines d’entre elles au sud du nahr Zarqa prouvait que le territoire de Gerasa s’étendait largement au-delà de la rivière 7 jusqu’alors considérée comme la frontière naturelle méridionale de la cité.

  • 8 En 1998, une visite de contrôle montrait déjà que les inscriptions ΠΟΓΕ 2 et 4 avaient été détruit (...)
  • 9 Comme les textes publiés précédemment, toutes ces inscriptions sont gravées sur des affleurements (...)

5En 1997, j’écrivais que d’autres textes semblables devaient exister et que leur recensement devrait être entrepris rapidement, avant que les chercheurs d’or et les remises en exploitation agricole ne les fassent définitivement disparaître8. Avant de quitter le Proche-Orient, en 1996, j’avais demandé à Ghazi Hijazi, complice de la plupart de mes prospections, de continuer cette recherche. En décembre 2001, lors d’un court séjour en Jordanie, il m’apprenait que Fahdi Mnezel al-Gazaleh connaissait les emplacements de plusieurs inscriptions ΠΟΓΕ, apparemment inconnues 9.

Inscription ΠΟΓΕ 13 (fig. 1 et 2)

  • 10 En 2001 je disposais d’un petit GPS et les sites purent être positionnés directement en coordonnée (...)

6Situation 10 : gravée sur un affleurement rocheux formant un petit promontoire avançant vers l’est sur lequel se dresse un « tumulus » entouré de quelques murs.
N. : 32 14 249
E. : 35 57 995
Alt. : 759 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 2a.

Figure 2a.

ΠΟΓΕ 13. Relevé

Dessin J. S. 2001.

Figure 2b.

Figure 2b.

ΠΟΓΕ 13. Photographie

J. S. 2001.

Inscription ΠΟΓΕ 14 (fig. 1 et 3)

7Situation : à quelques centaines de mètres à l’est d’un relais télécom, en bordure d’un ancien chemin (antique ?). Lieu-dit : Khirbet Aniebeh.
N. : 32 14 242
E. : 35 57 221
Alt. : 805 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 3a.

Figure 3a.

ΠΟΓΕ 14. Relevé

Dessin J. S. 2001

Figure 3b.

Figure 3b.

ΠΟΓΕ 14. Photographie

J. S. 2001

Inscription ΠΟΓΕ 15 (fig. 1 et 4)

8Situation : au nord de la précédente, en bordure d’un ancien chemin (antique ?). Lieu-dit : Khirbet Aniebeh.
N. : 32 14 318
E. : 35 57 144
Alt. : 818 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 4a.

Figure 4a.

ΠΟΓΕ 15. Relevé

Dessin J. S. 2001

Figure 4b.

Figure 4b.

ΠΟΓΕ 15. Photographie

J. S. 2001

Inscription ΠΟΓΕ 16 (fig. 1 et 5)

9Situation : à quatre-vingts mètres à l’ouest/nord-ouest de la précédente. Lieu-dit : Khirbet Aniebeh.
N. : 32 14 332
E. : 35 57 062
Alt. : 813 m

Quatre lettres sur deux lignes. Γ et Ε ligaturés (accident ? érosion ?).

Figure 5a.

Figure 5a.

ΠΟΓΕ 16. Relevé

Dessin J. S. 2001

Figure 5b.

Figure 5b.

ΠΟΓΕ 16. Photographie

J. S. 2001

Inscription ΠΟΓΕ 17 (fig. 1 et 6)

10Situation : à quatre-vingts mètres environ à l’ouest de la précédente. Lieu-dit : Khirbet Aniebeh.
N. : 32 14 338
E. : 35 56 986
Alt. : 812 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 6a.

Figure 6a.

ΠΟΓΕ 17. Relevé

Dessin J. S. 2001

Figure 6b.

Figure 6b.

ΠΟΓΕ 17. Photographie

J. S. 2001

Inscription ΠΟΓΕ 18 (fig. 1 et 7)

11Situation : à cent-quatre-vingts mètres au sud-ouest de la précédente. Lieu-dit : Khirbet Aniebeh.
N. : 32 14 275
E. : 35 56 802
Alt. : 833 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 7a.

Figure 7a.

ΠΟΓΕ 18. Relevé

Dessin J. S. 2001

Figure 7b.

Figure 7b.

ΠΟΓΕ 18. Photographie

J. S. 2001

12Lors de cette visite, une des inscriptions anciennement connues (ΠΟΓΕ 11) a pu être revue (fig. 1). Sa position GPS est :
N. : 32 13 675
E. : 35 57 382
Alt. : 725 m

  • 11 En 2009, dans les ZDPV, Nabil Bader a publié une inscription rupestre mutilée, à proximité de Tell (...)
  • 12 Un manque de place, dû à une surface de rocher insuffisante, aurait pu expliquer certains regroupe (...)

13Ces nouveaux textes prouvent, si besoin était, tout l’intérêt qu’il y aurait (aurait eu ?) à réaliser de véritables prospections systématiques. Il ne fait aucun doute que ces inscriptions rupestres étaient beaucoup plus nombreuses, les bergers ayant rapporté que plusieurs d’entre elles avaient disparu, détruites par les chercheurs de trésors 11. Les nouvelles découvertes confirment également l’existence de deux, sinon trois, séries de gravures, probablement distinctes temporellement, sans qu’il soit possible de le démontrer, l’une caractérisée par des lettres disposées en ligne, l’autre par des lettres réparties en deux lignes 12.

14Sans pouvoir trancher la question de la nature même de ces inscriptions de limite territoriale (bornes frontières de la cité ou bornes de terrains municipaux spécifiques), il convient de remarquer que ces nouvelles inscriptions sont implantées, comme les précédentes, sur une ligne de crête, le long de ce qui pourrait être la frontière orientale du territoire de la cité de Gerasa. Leur nombre et la régularité de leurs emplacements (espacés de 100 à 150 m seulement) prêchent également pour une limite territoriale de grande ampleur, parfaitement balisée, probablement celle de la cité. Toutefois, la concentration dans un même secteur des nouveaux textes peut également correspondre aux marques de limites parcellaires plus restreintes comme le proposait Maurice Sartre. La découverte de textes complémentaires permettra peut-être un jour de privilégier définitivement l’une des deux hypothèses.

ΠΟΔΓ ou ΠΟΔΠ 13

  • 13 Je tiens à remercier Marc Griesheimer et Maurice Sartre pour la relecture qu’ils ont bien voulu ef (...)
  • 14 L’expérience a montré que beaucoup de milliaires n’avaient pas disparu, mais avaient été simplemen (...)
  • 15 A priori, si l’on en juge d’après les nombreux blocs de grand appareil à forts bossages qui étaien (...)
  • 16 C’est à partir de ce point que le comptage des milles de la voie Gerasa-Philadelphia changeait sur (...)

15L’année précédente, en novembre 2000, lors d’une visite de contrôle du tracé de la voie romaine Gerasa-Philadelphia, j’avais prospecté la zone comprise entre Oum Rouman et Rujm el Miswan à la recherche des milliaires de la station XIII de Philadelphia 14. Sommet du gebel avec 1 043 m d’altitude, point stratégique offrant une vue à 360° sur toute la région, Rujm el Miswan abritait les vestiges d’une ancienne forteresse apparemment datable de l’époque romaine 15, aujourd’hui occupés par un poste d’observation de l’armée jordanienne. Il correspondait au point frontière où la voie venant de Gerasa entrait sur le territoire de Philadelphia 16. Lors de cette prospection, un berger me signala la présence de trois inscriptions rupestres, alignées au sommet d’une crête, à quelques centaines de mètres à l’est de la voie. Deux des inscriptions purent être localisées et copiées (voir ci-après). À l’emplacement de la troisième, les quatre lettres avaient fait place à un large trou creusé au bulldozer. Par chance, il est probable que seuls le temps et l’argent dépensés en pure perte à creuser plusieurs mètres de rocher dissuadèrent les chercheurs d’or d’aller regarder sous les deux autres inscriptions.

16Les deux textes conservés présentent les mêmes caractéristiques générales que celles des ΠΟΓΕ : quatre lettres gravées sur des affleurements rocheux, en grec et en capitales. Seules différences notées : la taille des lettres, hautes ici de 21 à 22 cm, et le contenu des textes, ici remplacé par ΠΟΔΓ ou ΠΟΔΠ, la dernière lettre lisible étant, dans les deux cas, peut-être incomplète en raison des cassures de l’affleurement rocheux. Toutefois, l’une des inscriptions se terminant, malgré les cassures, très vraisemblablement par Γ, il est probable que les deux (les trois ?) aient eu le même contenu. Malgré ces mêmes cassures, il est cependant certain que les deux textes n’étaient pas plus longs et ne comportaient pas plus de quatre lettres, les affleurements rocheux étant de faible dimension dans les deux cas.

  • 17 Il est très probable que Rujm el Miswan ait correspondu à un point de contact entre les territoire (...)
  • 18 Maurice Sartre, que je remercie encore ici pour sa relecture et ses propositions, suggère, mais à (...)

17Alignées sur une crête, comme la plupart des ΠΟΓΕ, ces trois (?) inscriptions semblaient pouvoir être attribuées, comme celles de Gerasa, à des marques de limites de propriété sinon de territoire. Toutefois, si les deux premières lettres correspondent à l’abréviation de ΠΟΛΙΣ, il faudrait admettre qu’elles indiqueraient la frontière d’une possession soit de Philadelphia soit de Bosra 17, Gerasa semblant exclu (voir ci avant ΠΟΓΕ). Mais alors, comment interpréter les deux lettres suivantes ΔΓ ou ΔΠ ? Cela semble difficile 18.

  • 19 Des inscriptions rupestres semblables, au sens incertain, ont également été signalées au nord de J (...)

18Je laisse aux spécialistes le soin de discuter ce point, me contentant de constater que le nombre d’inscriptions rupestres nous ayant échappé est sans doute très élevé 19.

Inscription ΠΟΔΓ 1 (fig. 1 et 8)

19Situation : sur la crête orientée ouest-est, située en contrebas de Rujm el Miswan, à sept cents mètres à l’est de la voie romaine Gerasa-Philadelphia, entre les stations XIV de Gerasa et XII de Philadelphia.
N. : 32 06 384
E. : 35 55 913
Alt. : 964 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 8a.

Figure 8a.

ΠΟΔΓ 1. Relevé

Dessin J. S. 2000

Figure 8b.

Figure 8b.

ΠΟΔΓ 1. Photographie

J. S. 2000

Inscription ΠΟΔΓ 2 (fig. 1 et 9)

20Situation : sur la même crête culminant à l’est à 988 m, à soixante-dix mètres à l’ouest de la précédente.
N. : 32 06 366
E. : 35 55 847
Alt. : 972 m

Quatre lettres sur une ligne.

Figure 9a.

Figure 9a.

ΠΟΔΓ 2. Relevé

Dessin J. S. 2000

Figure 9b.

Figure 9b.

ΠΟΔΓ 2. Photographie

J. S. 2000

Inscription ΠΟΔΓ 3

21Totalement détruite au moment de notre passage. Son emplacement est très vraisemblable, d’après les indications fournies par notre guide et la profonde excavation laissée par un bulldozer au sommet de la même crête, à cinq cents mètres à l’ouest de la précédente, soit à environ deux cents mètres à l’est de la voie romaine. Elle aurait été « comme les autres » aux dires du berger (fig. 1).
N. : 32 06 369
E. : 35 55 347
Alt. : 998 m

  • 20 Malgré les confidences faites, l’attrait de l’or fut souvent un obstacle majeur difficile à franch (...)

22Par ailleurs, les bergers auraient également vu des textes en « anglais » (= en grec) beaucoup plus longs en différents points de la montagne, ce qui ne surprendra pas (voir ci-après), même s’il est à craindre que ces informations ne puissent pas plus être vérifiées aujourd’hui qu’il y a quinze ans 20.

Une acclamation à MAX…

  • 21 Voir Seigne 2013.

23En juin 1996, un de nos ouvriers, Atta Ghanem, m’avait signalé l’emplacement d’une inscription rupestre au bord de la route conduisant de Jérash à Ajloun, à l’entrée du village de Sakeb. Le tracé de cette voie antique secondaire (une seule bande de roulement de ± 3 m de large et non pourvue de borne) était parfaitement reconnaissable il y a quelques années encore, en particulier entre Jérash et Kitteh 21. Au-delà de ce village, la voie antique n’était plus immédiatement visible, mais il y a très peu de doutes qu’à quelques petites variations près (rectifications de quelques courbes) elle était simplement recouverte par l’asphalte de la route moderne.

24Atta Ghanem avait remarqué une inscription « en anglais », gravée sur la falaise rocheuse bordant l’ancienne route, en discutant avec les ouvriers terrassiers chargés de la construction de gabions destinés à maintenir la nouvelle chaussée en cours de construction. En cet endroit entouré de falaises, la route très étroite franchissait un fond de wadi très encaissé avant de pénétrer dans le village, après une rude montée. La pente et le tracé en « épingle à cheveu » de la chaussée ne permettaient pas aux grands véhicules de l’emprunter. Son élargissement était impossible sans la construction de puissantes structures de soutènement permettant de rectifier tracé et pente. Lors de ma visite, les gabions recouvraient une partie des parois rocheuses contre lesquelles ils venaient s’appuyer. C’est sur l’une d’elles que l’inscription avait été aperçue. À mon arrivée, le niveau de remplissage des gabions avait dépassé celui de l’inscription et aucune photographie correcte ne put être effectuée. Seul un relevé rapide (copie sur feuille de plastique transparent ; fig. 10) put être réalisé, dans des conditions difficiles, grâce à la compréhension des ouvriers et ingénieurs qui voulurent bien retarder la poursuite de leur travail et enlever quelques blocs déjà mis en place.

Figure 10.

Figure 10.

Inscription rupestre de Sakeb. Relevé

Dessin J. S. 1996.

25Maladroitement gravé sur la surface quasi verticale de la roche en cet endroit, le texte, que Michel Gawlikowski avait bien voulu déchiffrer, correspondrait à une acclamation pour un certain Max…

ΕΥΤΥΧΙ ΜΑΞ

« Bonne chance, Maximus (ou Maximianus) »

26Il est très possible que la large falaise située en bordure immédiate de la voie secondaire conduisant de Gerasa à Ajloun, au niveau d’un passage très difficile, ait reçu d’autres inscriptions. C’est ce qui ressortait des discussions que j’avais eues avec les ouvriers et habitants qui m’affirmèrent que d’autres « dessins gravés » existaient à côté de l’inscription relevée sans, malheureusement, qu’il fut possible de le vérifier, les travaux de construction modernes étant trop avancés.

  • 22 Agusta-Boularot & Seigne 2011.

27Ce texte est à rapprocher, par sa forme, des acclamations connues sur le territoire de Jérash, essentiellement sur les milliaires de la voie Gerasa-Philadelphia, et consacrées à l’empereur Julien 22.

L’inscription de la carrière de Deir el-Liyatt

28Une autre inscription rupestre a été signalée par Adnan Mujjali en novembre 2000. Elle est gravée sur la surface verticale d’un ancien front de taille de la carrière de Deir el-Liyatt et, comme les précédentes, ne semble pas avoir été publiée.

29Située à quelques kilomètres au nord - nord-ouest de Jérash, cette très vaste carrière (fig. 11) fut essentiellement exploitée à l’horizontale. Elle a fourni un calcaire dur, de bonne qualité, de teinte rosée, veiné de blanc, largement utilisé sur le site de Gerasa à partir du iie siècle de notre ère. Complètement abandonnée, elle est aujourd’hui occupée par des plantations d’oliviers, là où les affleurements rocheux et les monticules de déchets de taille laissent la place à quelques poches de sol cultivable.

Figure 11.

Figure 11.

Carrière de Deir el-Lyiatt. Vue générale

Photographie J. S. 2000

30Un texte grec, en trois lignes, avait été grossièrement gravé sur la paroi verticale d’un ancien front de taille. Exposé à l’ouest, il présente des zones lacunaires ou peu visibles en raison de l’érosion et d’une large cassure à droite (fig. 12 et 13). Plusieurs lettres sont sans doute perdues.

Figure 12.

Figure 12.

Carrière de Deir el-Lyiatt. Détail : inscription rupestre. Photographie

J. S. 2000

Figure 13.

Figure 13.

Carrière de Deir el-Lyiatt. Relevé et dessin de l’inscription rupestre

J. S. 2000

ΕΠΙΚΟ̣Φ ……
ΑΝΕΘΗΚ̣ ……
ΚΑΤΕΥΧ̣ ……

31On peut proposer, aux deux dernières lignes, ἀνέθηκ̣[εν] κατ’ εὐχ̣[ήν], « Epi… a dédié en accomplissement d’un vœu ». Il devait, comme dans d’autres carrières du monde romain, y avoir une niche votive à proximité, mais aucune trace n’en est aujourd’hui conservée.

  • 23 Kennedy & Baker 2009, Seigne 2000.

32Les carrières autour de Jérash sont nombreuses 23, mais cette inscription semble être la première signalée sur ces aires d’extraction de matériaux.

Inscription funéraire du wadi Deir

  • 24 Seigne 2008.
  • 25 Kennedy & Barker 2009, Barker & Kennedy 2011.

33En octobre 1995, les prospections entreprises dans le cadre de l’étude du système d’adduction d’eau de Gerasa 24 permettaient de découvrir dans le wadi Deir al Garbi, petite vallée perpendiculaire à celle du wadi Jérash, à l’ouest, non loin de Birketein, un ensemble de tombes rupestres, essentiellement sous arcosolia. L’une d’elles (fig. 14) avait été transformée en citerne à une date tardive et était en partie dissimulée par des colluvions et un lot de branchages placé pour dissimuler cette possible entrée vers une salle au trésor. Le propriétaire m’obligea, peu courtoisement, à abréger l’examen et la copie de l’inscription, malgré la présence d’Adnan Mujjali, représentant du D.o.A. pour Jérash. Toutes les tentatives ultérieures de nouvelle visite se sont soldées par des échecs et aucune copie directe sur plastique ne put être réalisée. Je ne sais ce que sont devenus ce monument et l’inscription qui l’accompagnait. David Kennedy ne semble pas l’avoir revu lors de ses prospections des abords du site archéologique 25.

Figure 14.

Figure 14.

Wadi Deir. Tombe / citerne. Relevé et dessin

J. S. 1995

34À gauche de l’ouverture, large de 2,25 m, le rocher, soigneusement ravalé sur plus d’un mètre de large, accueillait une tabula ansata en léger relief. Par chance, ce côté avait été dégagé, ainsi que la moitié de l’intérieur de la tombe/citerne, probablement par les habituels chercheurs d’or. La tabula (0,58 m / 0,50 m) était ainsi complètement visible. Une inscription en grec de sept lignes y avait été gravée. Malheureusement, exposée aux pluies, elle était en grande partie effacée et je n’ai pu copier que ce qui suit (fig. 15).

Figure 15.

Figure 15.

Wadi Deir. Inscription. Relevé schématique

J. S. 1995

---------------------------ΤΟΔΕΝΚΑΤΕΧΕΙΑΣ---
---------------ΕΙΝΟΟΥΜΗΠΑΙΟΔΙΙΑΙ-----------
------------ΕΥΝΠΑΔΙΦΟΙΜΕΝΑΤΟΔΙ----------
-----------ΟΞΥΤΑΤΩΟΑΝΑΤΩ-------------------
--------------ΔΕΓΑΓΙΦΟ-ΛΓΦΙ---Ε---------------
------------------ΟΙΤ--ΣΙ-------------------------------
-----------------------Δ-----------------------------------
- - - - - ] τοδ’ ἐνκατέχει ΑΣ[- - - - - - ]
[- - - - - ]ΕΙΝΟΟΥ μὴ πα(ρ)οδί(τ)α Ι[- - - - - - ]
[- - - - - - ]ΕΥΝΠΑΔΙ φθίμενα ΤΟΔΙ[- - - - - - ]
[- - - - - - ] ὀξυτάτῳ θανάτῳ [- - - - - - ]
[- - - - - - ]ΔΕΓΑΓΙΦΟ[ - ]ΑΓΦΙ[ - -]Ε[- - - - - -]
[- - - - - - ]ΟΙΤ[-]ΣΙ[- - - - - - ]
[- - - - - - ]Δ[- - - - - - ]

35Épigramme funéraire. Ligne 2 au début : [Ἀρσ]εινόου ? Ligne 3 au début : σὺν πα[ι]δὶ ?

Haut de page

Bibliographie

Agusta-Boularot (S.) & Seigne (J.)
2011 « Il n’y a qu’un seul Dieu, c’est le seul Julien Auguste ! », A. Balensard, G. Dorival & M. Loubet (éd.), Prolongements et renouvellements de la tradition classique, Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, p. 13-30.

Aviam (M.)
2011 « The Sabbath Boundary at Timgat », Eretz Magazine, August-September, p. 52-55.

Bader (N.)
2009 « Inscriptions from the Irbid Area in Northwest Jordan », ZDPV 125, 2, p. 171-178, pl. 18-21.

Baker (F.) & Kennedy (D.)
2011 « Jarash Hinterland Survey 2010 – An overview of the results », ADAJ 55, p. 451-466.

Clermont-Ganneau (Ch.)
1896 Archaeological Researches in Palestine during the years 1873-1874, Londres, Palestine exploration fund.

Clermont-Ganneau (Ch.)
1898 « Nouvelle inscription hébraïque et grecque relative à la limite de Gezer », CRAI 42-5, p. 686-694.

Jacobson (D. M.)
2015 « The Gezer Boundary Inscriptions », PEQ 147, 2, p. 83-85.

Kennedy (D.) & Barker (F.)
2009 « Jerash Hinterland survey – 2005 and 2008 », CBRL bulletin, vol. 4, p. 19-26.

Mitchell (E.), Dodd (R. A.) & Coyle (S. C.)
2012 « More ‘Boundary of Gezer’ inscriptions: one new and another rediscovered », IEJ 64, 2, p. 191-207.

Rasson-Seigne (A.-M.) & Seigne (J.)
1995 « Notes préliminaires à l’étude de la voie romaine Gerasa/Philadelphia », ADAJ XXXIX, p. 193-210.

Reich (R.) & Greenhut (Z.)
2002 « Another ‘Boundary of Gezer’ inscription found recently », IEJ 52, 1, p. 58-63.

Sartre (M.)
1997 « Bornes du territoire ou marques de propriété ? », Syria 74, p. 139-140 (appendice à Seigne 1997).

Seigne (J.)
1997 « Les limites orientale et méridionale du territoire de Gerasa », Syria 74, p. 121-138.

Seigne (J.)
2000 « Jerash, Jordanie : sanctuaire de Zeus et matériaux de construction », J. Lorenz, D. Tardy & G. Coulon (éd.), La pierre dans la ville antique et médiévale, actes du colloque d’Argentomagus (Revue archéologique du centre de la France, suppl. 18), Tours, p. 91-101.

Seigne (J.)
2008 « Fontaines et adduction d’eau à Gerasa (Jerash, Jordanie) », Syria 85, p. 55-72.

Seigne (J.)
2013 « Des jardins, des oliviers et de la vigne aux portes de la cité. À propos de quelques installations agricoles de Gerasa de la Décapole », Topoi, suppl. 12, p. 407-420.

Stott (D.), Kristiansen (S. M.), Lichtenberger (A.) & Raja (R.)
2018 « Mapping an ancient city with a century of remotely sensed data », PNAS 115, no. 24, p. 1-9. En ligne : www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1721509115.

Haut de page

Notes

1 Une première série de textes a été publiée dans Syria en 1997 (Seigne 1997).

2 Par exemple la ferme de « Zuqreit » (Seigne 2013).

3 Kennedy & Baker 2009, Baker & Kennedy 2011, Stott et al. 2018.

4 Les inscriptions ne pouvant être, aux yeux de certains, que des indications liées à des trésors cachés (les anciens ayant pour habitude d’indiquer clairement, mais non en arabe, les emplacements de leurs trésors dissimulés), ce sont les éléments les plus activement recherchés par les habitants et donc les mieux connus et le plus souvent détruits dans la quête de la fortune.

5 Seigne 1997.

6 Sartre 1997.

7 Comme le laissait déjà supposer la découverte des différents milliaires de la voie Gerasa-Philadelphia (Rasson-Seigne & Seigne 1995). Les changements de forme et de texte des bornes, ainsi que les distances indiquées depuis Gerasa ou depuis Philadelphia, permettaient de situer la limite sud du territoire de Gerasa au niveau du sommet de Rujm el Miswan, bien au sud de la vallée de la Zarqa.

8 En 1998, une visite de contrôle montrait déjà que les inscriptions ΠΟΓΕ 2 et 4 avaient été détruites par les chercheurs de trésors.

9 Comme les textes publiés précédemment, toutes ces inscriptions sont gravées sur des affleurements rocheux, en grandes lettres de 12 à 15 cm. Tous les textes sont rédigés en grec et se résument aux quatre lettres : ΠΟΓΕ. Les nouvelles inscriptions ont été numérotées de 13 à 18, complétant ainsi le premier inventaire.

10 En 2001 je disposais d’un petit GPS et les sites purent être positionnés directement en coordonnées (avec une précision annoncée de ± 8 m). Les textes furent, comme les précédents, copiés sur film plastique transparent. Les réductions de ces relevés sont reproduites ici.

11 En 2009, dans les ZDPV, Nabil Bader a publié une inscription rupestre mutilée, à proximité de Tell Yaʾamun, aux caractéristiques semblables aux POGE de Gerasa (Bader 2009, p. 173 et fig. 18).

12 Un manque de place, dû à une surface de rocher insuffisante, aurait pu expliquer certains regroupements de lettres sur deux lignes. Ce n’était pas toujours le cas. Il y aurait donc bien eu soit deux campagnes de bornage, soit deux lapicides chargés de la gravure des inscriptions.

13 Je tiens à remercier Marc Griesheimer et Maurice Sartre pour la relecture qu’ils ont bien voulu effectuer de ces notes et pour les corrections et compléments qu’ils ont apportés aux copies et interprétations des textes présentés dans cet article.

14 L’expérience a montré que beaucoup de milliaires n’avaient pas disparu, mais avaient été simplement déplacés. Beaucoup ornent aujourd’hui jardins et propriétés de la région d’Amman, parfois fort loin de leur emplacement d’origine. Malheureusement, tous n’ont pas abouti dans des jardins où les chercheurs pourront éventuellement les revoir : en 2009 les fragments d’un milliaire non inventorié de la station IX de Philadelphia servirent simplement de fondation à un nouvel immeuble.

15 A priori, si l’on en juge d’après les nombreux blocs de grand appareil à forts bossages qui étaient visibles, depuis les barrières grillagées marquant les limites du camp militaire moderne, dans les déblais des terrassements effectués au bulldozer.

16 C’est à partir de ce point que le comptage des milles de la voie Gerasa-Philadelphia changeait sur les bornes milliaires (voir ci-avant note 7).

17 Il est très probable que Rujm el Miswan ait correspondu à un point de contact entre les territoires de Gerasa, de Philadelphia et de Bosra.

18 Maurice Sartre, que je remercie encore ici pour sa relecture et ses propositions, suggère, mais à titre strictement hypothétique, une indication de distance ΠΟΔ(ΕΣ) [milles].

19 Des inscriptions rupestres semblables, au sens incertain, ont également été signalées au nord de Jérash (Bader 2009, p. 173 et pl. XVIII). À l’ouest du Jourdain, les textes de Tell Gezer et de Usha sont bien connus (Clermont-Ganneau 1896, vol. 2, p. 86-87, 224-233 et 257-274 ; Clermont-Ganneau 1898, Reich & Greenhut 2002, Jacobson 2015). Récemment, à Timrat, en Galilée, le mot « Sabbat » a été retrouvé, gravé sur un rocher. Cette inscription, datable des iie-vie siècles, est interprétée par les archéologues israéliens comme une ancienne borne limitant un territoire à ne pas quitter pour les juifs (Aviam 2011, Mitchell, Dodd & Coyle 2012).

20 Malgré les confidences faites, l’attrait de l’or fut souvent un obstacle majeur difficile à franchir (ne cherchions-nous pas à dérober le trésor pour nous-mêmes ?) et les emplacements exacts des textes ne furent que très rarement communiqués.

21 Voir Seigne 2013.

22 Agusta-Boularot & Seigne 2011.

23 Kennedy & Baker 2009, Seigne 2000.

24 Seigne 2008.

25 Kennedy & Barker 2009, Barker & Kennedy 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de situation des inscriptions
Crédits (d’après RJGC, SALT 1/100 000e, ref : NI-36-X6)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2a.
Légende ΠΟΓΕ 13. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 2b.
Légende ΠΟΓΕ 13. Photographie
Crédits J. S. 2001.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Figure 3a.
Légende ΠΟΓΕ 14. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3b.
Légende ΠΟΓΕ 14. Photographie
Crédits J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 4a.
Légende ΠΟΓΕ 15. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 4b.
Légende ΠΟΓΕ 15. Photographie
Crédits J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure 5a.
Légende ΠΟΓΕ 16. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure 5b.
Légende ΠΟΓΕ 16. Photographie
Crédits J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure 6a.
Légende ΠΟΓΕ 17. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6b.
Légende ΠΟΓΕ 17. Photographie
Crédits J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Figure 7a.
Légende ΠΟΓΕ 18. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 7b.
Légende ΠΟΓΕ 18. Photographie
Crédits J. S. 2001
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 8a.
Légende ΠΟΔΓ 1. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 8b.
Légende ΠΟΔΓ 1. Photographie
Crédits J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Figure 9a.
Légende ΠΟΔΓ 2. Relevé
Crédits Dessin J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 9b.
Légende ΠΟΔΓ 2. Photographie
Crédits J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 951k
Titre Figure 10.
Légende Inscription rupestre de Sakeb. Relevé
Crédits Dessin J. S. 1996.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 11.
Légende Carrière de Deir el-Lyiatt. Vue générale
Crédits Photographie J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Figure 12.
Légende Carrière de Deir el-Lyiatt. Détail : inscription rupestre. Photographie
Crédits J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure 13.
Légende Carrière de Deir el-Lyiatt. Relevé et dessin de l’inscription rupestre
Crédits J. S. 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Figure 14.
Légende Wadi Deir. Tombe / citerne. Relevé et dessin
Crédits J. S. 1995
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 15.
Légende Wadi Deir. Inscription. Relevé schématique
Crédits J. S. 1995
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10499/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Seigne, « Nouvelles inscriptions rupestres de Gerasa et de son territoire  »Syria, 96 | 2019, 371-386.

Référence électronique

Jacques Seigne, « Nouvelles inscriptions rupestres de Gerasa et de son territoire  »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10499 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10499

Haut de page

Auteur

Jacques Seigne

UMR 7324, CITERES-LAT, CNRS, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search