Navigation – Plan du site
Recensions

Abd el-Masih Hanna Baghdo, Lutz Martin, Mirko Novak & Winfried Orthmann, Augrabungen auf dem Tell Halaf in Nordost-Syrien: TeilI. Vorberichte über die erste und zweite syrisch-deutsche Grabungskampagne auf dem Tell Halaf

Pascal Butterlin
p. 417-419
Référence(s) :

Abd el-Massih Hanna Baghdo, Lutz Martin, Mirko Novak & Winfried Orthmann, Augrabungen auf dem Tell Halaf in Nordost-Syrien: TeilI. Vorberichte über die erste und zweite syrisch-deutsche Grabungskampagne auf dem Tell Halaf (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim Stiftung 3,I), Harrassowitz, Wiesbaden, 2010, 24 x 34,5 cm, 128 p., 3 cartes. ISBN : 9783447060684.

Texte intégral

  • 1 N.Cholodis & L.Martin, Oppenheim, Max von: Tell Halaf: Im Krieg zerstörte Denkmäler und ihre Rest (...)

1La reprise des fouilles sur le site de Tell Halaf depuis2006 dans le cadre d’une opération conjointe germano-syrienne a permis de donner une nouvelle dimension à un domaine d’études qui a connu une histoire complexe, depuis les fouilles pionnières de Max Von Oppenheim de1911 à1913 (avec une courte campagne en1929), jusqu’aux patients travaux de reconstitution des milliers de fragments des reliefs recueillis dans les débris du musée détruit en1943, dans le cadre du Projet Tell Halaf, objet d’une exposition récente à Berlin 1.

2Le volume publié en2009 dans le cadre des publications de la fondation Max Freiherr von Oppenheim présente les rapports préliminaires des deux premières campagnes germano-syriennes sur le site de Tell Halaf en2006-2007. Le volume, de 128p., comprend 12articles précédés d’une introduction circonstanciée sur les conditions dans lesquelles reprennent les travaux sur le site, après 77ans d’interruption. Quatrearticles sont consacrés aux fouilles proprement dites et à leurs résultats préliminaires, classés par chantiers et périodes, notés deA àD (p.13 à64). Troisarticles sont consacrés au matériel, la glyptique de l’âge du Fer, la céramique de l’âge du Fer surtout et le matériel hellénistique issu de ces fouilles. Suit un article de M.Novak sur l’histoire de Guzana. Deuxarticles sont consacrés respectivement aux travaux de topographie et de géophysique, un dernier article enfin présente les restes paléobotaniques et le tout s’achève par un article de synthèse sur les résultats des recherches et les perspectives d’avenir de la fouille. On a là un panorama très clair et circonstancié qui permet de mesurer toute l’ampleur et l’intérêt de la reprise des recherches sur ce site emblématique de l’histoire de l’archéologie orientale.

3Ces rapports préliminaires comprennent plus qu’une présentation des premiers résultats, ils permettent aussi de mettre en perspective tout un programme de recherche qui se déroule en Syrie et en Allemagne. Ce programme exigeait assurément un bilan critique et un état des lieux de la recherche et du site lui-même. On les trouve d’emblée dans l’introduction puis dans les chapitres consacrés aux premiers résultats. On sait à quel point la publication finale des résultats des fouilles de Max von Oppenheim a été difficile, surtout après la destruction du musée de Charlottenburg en1943. Il en a résulté des controverses, notamment sur la datation des célèbres reliefs découverts dans le palais ouest dit «de Kapara» de Guzana, le nom araméen du site. C’est là l’un des problèmes majeurs de compréhension du site historique avec la question de l’évolution du palais nord-est, l’autre question cruciale étant l’étude du site préhistorique sous-jacent qui a donné son nom à une fameuse culture préhistorique. Dans les deux cas, la progression de nos connaissances sur l’âge du Fer syro-mésopotamien ou la période de Halaf autorise à attendre d’une reprise des travaux sur le site des résultats déterminants tant il a joué un rôle majeur dans la HauteJéziré. M.Novak fait une rapide mise au point sur ce que nous savons de l’histoire de Guzana (p.93-97) en rappelant que la cité résulte probablement de la fondation par les Araméens, sur un tell préhistorique, d’une capitale à proximité de Tell Tahhariya dont on suppose toujours, rappelons-le, qu’il abrite les vestiges de la capitale mitannienne de Washukanni. La ville devint assyrienne par étapes de la fin du xe au ixes. av. n. ère, étape de la route royale assyrienne vers la Méditerranée qui reste mal connue une fois stabilisé l’empire néo-assyrien à partir de la seconde moitié du viiies.

4Dans ce contexte, le nouveau programme comprend 8points: les recherches sur le site préhistorique; la chronologie de l’âge du Fer; la structure urbaine; la remise en situation du ou des programmes iconographiques; le processus d’acculturation des populations locales à la culture araméenne; la transformation de la métropole araméenne en cité assyrienne; l’histoire de la ville à l’époque post-assyrienne et l’étude des moyens de subsistance à Guzana.

5Ce programme porte la marque des orientations récentes de la recherche sur les transferts culturels complexes qui se sont opérés en Haute Jéziré depuis le Bronze récent jusqu’à l’âge du Fer, entre «invasions araméennes» et expansion médio puis néo-assyriennes, et vise clairement à une archéologie du temps long, y compris pour la période post assyrienne restée longtemps mal connue dans la région. Le programme est donc largement concentré sur les vestiges historiques étudiés selon des grilles de lecture issues de l’expérience des fouilles de Bderi, notamment, et Dur Katlimmu bien sûr. Il s’agit de les appliquer à un site déjà étudié, les travaux de von Oppenheim ayant déjà largement tracé le chemin et marqué massivement la topographie du site. Le travail sur le terrain a donc été d’abord un travail de topographie et d’implantation d’un système moderne dont la présentation, rejetée en fin de volume, aurait peut-être gagné à venir plus tôt, pour éviter des va-et-vient notamment pour situer les chantiers nouveaux par rapport aux fouilles anciennes et surtout dans le système nouveau de situation, qui est rejeté p.98.

6Le rapport préliminaire suit une présentation par chantiers, en fonction des problématiques spécifiques à chacune des recherches, en accompagnant le compte rendu de la fouille d’une sélection bienvenue de découvertes marquantes. Quatre secteurs de fouilles ont été retenus, nommés deA àD (A: massif de briques crues et palais ouest; B: chantier au nord de la porte des scorpions, avec notamment des niveaux halafiens, C: palais nord-est; D: étude de la salle de culte dégagée en1912). Il n’est guère possible ici d’entrer dans le détail de la présentation de chacune de ces opérations. Relevons simplement les conclusions essentielles auxquelles parviennent les fouilleurs après deux campagnes.

7Nous commencerons par les chantiers historiquesA, C etD, avant d’évoquer la fouille préhistorique. Les chantiersA etC ont tous les deux permis de réévaluer la périodisation des monuments principaux de l’âge du Fer dégagés par von Oppenheim, le massif de briques crues, le palais ouest et le palais nord-est. Le massif de briques crues, d’abord, recouvert par des niveaux hellénistiques, est un ensemble qui soutenait une série de bâtiments dont des vestiges érodés ont été dégagés. Ces vestiges datent du viies. et le massif est le résultat probable de l’élargissement à l’époque néo-assyrienne d’une construction antérieure araméenne. De toute première importance sont les conclusions obtenues d’autre part à partir d’un sondage conduit au nord-est du Hilani. Là, il semble bien que le bâtiment, appelé Altbau et censément antérieur au palais ouest, soit en fait à rattacher étroitement à ce palais et que ses murs constituent simplement un système de fondations. C’est là un problème constant dans la compréhension de l’architecture palatine, les archéologues du début du xxes. ayant souvent distingué des phases là où se trouvaient simplement de complexes systèmes de fondation, le cas classique étant le vieux palais d’Asshur, étudié par J.-Cl.Margueron. On a là, à Tell Halaf, une nouvelle illustration de l’apport qu’une fouille soigneusement ciblée peut apporter à l’analyse critique des vestiges. En revanche, des vestiges plus anciens datant des débuts de l’âge du Fer ont été atteints sous le palais ouest et on attend beaucoup de leur étude, pour comprendre l’histoire du développement de ce secteur qui fut l’un des centres du pouvoir de la métropole araméenne.

  • 2 F.Langenegger, K.Müller & R.Naumann, Max Freiherr von Oppenheim, Tell Halaf, die Bauwerke, Berli (...)

8Les différents secteurs du palais nord-est identifiés par Oppenheim et assignés à des périodes successives ne datent pas en tout cas de la période araméenne, d’après les recherches nouvelles effectuées dans le secteur C, telle est la conclusion principale que l’on retient de l’étude proposée sur le palais nord-est. Il apparaît en effet que, là encore, les distinctions opérées par l’équipe qui a publié le palais entre un secteur nord censément d’époque «Kapara» et un secteur sud néo-assyrien ne résistent pas à une analyse fine de la stratigraphie. La publication du monument 2 distinguait trois époques: une époque ancienne, antérieure à l’époque de Kapara, divisée en deux sous-phases, puis la période Kapara. Ces différentes phases, définies donc dans des parties distinctes de l’ensemble palatial, recouvrent là encore un seul édifice qui se développait en terrasses. Cet édifice a été bâti au moment de la conquête assyrienne à la fin du ixes. av. n. ère. Il vient donc s’inscrire dans la série des grandes résidences d’État néo-assyriennes de Haute Jéziré et le matériel qui y a été recueilli permet une étude détaillée de la chronologie de la présence assyrienne puis post assyrienne dans la région, notamment à l’époque néo-babylonienne.

9La claire présentation stratigraphique combinée à l’article sur la céramique des niveaux de l’âge du Fer de U.Sieversten permettent d’avoir un premier éclairage sur la périodisation préliminaire de ces ensembles bien stratifiés: les sols les plus récents ont livré du matériel assigné aux vii et vies. av. n. ère, un matériel qui présente de claires affinités avec le matériel de la maison rouge de Dur Katlimmu. Les phases C8 à C7 de ce chantier sont particulièrement importantes et font l’objet de réflexions céramologiques poussées par U.Silversten: la phase C8 correspond à la fin du viiies., la phase C6 à la période néo-babylonienne, fin viie et vies., la phase C7 serait à caler entre deux, donnant ainsi de la substance à une période plus mal définie. Les données de Halaf permettent donc d’affiner celles de Dur Katlimmu et d’esquisser de surcroît une analyse fonctionnelle qui n’est bien sûr qu’une première approche. On peut espérer, là encore, que les travaux futurs sur de bons inventaires stratifiés permettront effectivement de progresser dans ce domaine et de verser au dossier des résidences d’État assyriennes de l’ouest un élément plus solide.

  • 3 H.Schmidt, Max Freiherr von Oppenheim, Tell Halaf I, Die Prähistorische Funde, Berlin, 1943.

10La reprise des recherches sur les niveaux préhistoriques de Tell Halaf, dans le secteurB (présentée par G.Becker) de la nouvelle nomenclature, était évidemment très attendue également, elle s’imposait d’autant plus que le matériel assigné à cette culture par H.Schmidt 3 ne provenait pas de contextes primaires mais de terrassements de l’âge du Fer. Explorer le tell éponyme de la culture de Halaf était donc une entreprise d’autant plus intéressante que nous connaissons aujourd’hui bien mieux les dynamiques propres à cette culture qui s’imposa selon des modalités très diverses dans tout le Nord de la Mésopotamie et jusque dans le Sud anatolien. Tell Halaf, situé dans la partie occidentale de cet ensemble, appartenait à tout un complexe système d’établissements entre haute vallée du Balikh et du Khabur. Les résultats obtenus au bout de deux campagnes sont tout à fait prometteurs: les vestiges, notamment de deux bâtiments superposés circulaires, ont été dégagés dans l’aire6718 et le bâtiment le plus récent pourrait avoir été un édifice circulaire à tholos, dans la tradition bien connue de ce type d’édifices halafiens. La superficie dégagée est réduite, elle ne permet pas naturellement de mesurer pour l’instant l’ampleur de cet établissement. En revanche, de très intéressantes observations stratigraphiques permettent de comprendre comment se présente le tell préhistorique sous les niveaux de réoccupation historiques. La préhistoire de Tell Halaf ne se limite pas à la période de Halaf: la fouille a livré des céramiques obéidiennes et tardo-chalcolithiques, provenant probablement de niveaux érodés fortement. Il est en tout cas essentiel d’avoir atteint des contextes primaires pour étudier un matériel qui, d’après l’étude préliminaire donnée à la suite de la description des fouilles, daterait des périodes moyennes et récentes de Halaf.

11Nous sommes donc en présence d’un ensemble très complet qui donne la mesure de l’ampleur d’un programme qui ne fait, on peut l’espérer, que commencer. Les données recueilllies permettent d’ores et déjà de recadrer les monuments dégagés par von Oppenheim dans un cadre stratigraphique et chronologique nouveau, c’est certainement le point le plus fort de l’ensemble de cette publication. Le matériel recueilli couvre la période araméenne et une longue histoire qui s’échelonne jusqu’à l’époque néobabylonienne, déjà connue sur le site par des tablettes de cette période. Les conclusions fournies permettent de mesurer l’ampleur de ce qui reste à faire: même s’il est clair que le type de savoir-faire présent à Tell Halaf (architecture et céramique) témoigne d’une culture urbaine aboutie, on ignore toujours tout des modalités de fondation de la ville et du processus sous-jacent. La structure de la ville elle-même, qu’un premier relevé géomagnétique dans sa partie basse laisse deviner, reste évidemment à analyser en détail. Ce dernier point est bien sûr crucial car la ville a connu de très importants aménagements à l’époque néo-assyrienne et il est crucial de savoir si la ville basse date de la fondation ou refondation ou de la période néo-assyrienne.

Haut de page

Notes

1 N.Cholodis & L.Martin, Oppenheim, Max von: Tell Halaf: Im Krieg zerstörte Denkmäler und ihre Restaurierung: Band 5, Berlin, 2010 ; N.Cholodis, Die geretteten Götter aus dem Palast vom Tell Halaf, Regensburg, 2011; http://www.tell-halaf-projekt.de/fr/home/home_fr.htm

2 F.Langenegger, K.Müller & R.Naumann, Max Freiherr von Oppenheim, Tell Halaf, die Bauwerke, Berlin, 1950, p.181-183.

3 H.Schmidt, Max Freiherr von Oppenheim, Tell Halaf I, Die Prähistorische Funde, Berlin, 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Butterlin, « Abd el-Masih Hanna Baghdo, Lutz Martin, Mirko Novak & Winfried Orthmann, Augrabungen auf dem Tell Halaf in Nordost-Syrien: TeilI. Vorberichte über die erste und zweite syrisch-deutsche Grabungskampagne auf dem Tell Halaf », Syria, 89 | 2012, 417-419.

Référence électronique

Pascal Butterlin, « Abd el-Masih Hanna Baghdo, Lutz Martin, Mirko Novak & Winfried Orthmann, Augrabungen auf dem Tell Halaf in Nordost-Syrien: TeilI. Vorberichte über die erste und zweite syrisch-deutsche Grabungskampagne auf dem Tell Halaf », Syria [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/1061

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals