Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesRemarques sur les fortifications ...

Autres articles

Remarques sur les fortifications aux frontières et sur l’organisation provinciale de l’Arabie et de la Syrie-Palestine à l’époque des Tétrarques

Michel Christol
p. 419-434

Résumés

Une inscription de Teyma (AE 2000, 1540) récemment remise en honneur, conduit à s’interroger sur le contenu du diuinum praeceptum des empereurs en 296. Il se relierait à la protection des provinces contre les menaces provenant du désert. C’est l’occasion de réfléchir à la défense des deux provinces de Syrie-Palestine et d’Arabie, avant et après la guerre perse des années 296-298. Plus généralement, il est possible d’examiner l’évolution des structures administratives et militaires de l’Orient romain en évoquant plusieurs autres documents de publication récente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir d’une manière générale Porena 2018, Eck 2018.

1L’époque de Dioclétien fut un moment important pour l’organisation militaire et l’organisation provinciale dans l’Orient romain autant que dans le reste de l’Empire romain, tant dans la reconstruction des configurations territoriales que dans la stratification des pouvoirs 1. À différents moments de cette longue période, notamment lors de la phase tétrarchique, qui est postérieure à 293, ces transformations s’accélérèrent. On peut en prendre la mesure par l’examen ou le réexamen de plusieurs inscriptions, échelonnées dans le temps : elles sont précieuses pour esquisser le rythme et les perspectives de cette évolution, dans une zone assez étendue correspondant aux provinces d’Arabie et de Syrie-Palestine (carte), en montrant en particulier l’importance de l’extrême fin du iiie s. et du début du ive s. Il apparaît aussi que les années qui suivent la retraite de ce prince, et qui se caractérisent par la mise en place d’un nouveau collège impérial, prolongent le mouvement engagé précédemment et que les documents qui en proviennent entrent pleinement dans l’appréciation des nouvelles formes que prend le gouvernement de l’empire.

Carte de l’Orient au début du ive siècle

Carte de l’Orient au début du ive siècle

(D.A.O. Marie-Jeanne Ouriachi)

L’inscription de Teyma et le divinum praeceptum des Tétrarques : l’œuvre du gouverneur Aurélius Antiochus en Arabie

  • 2 Sartre 2000, p. 989-990, no 12 (d’où AE 2000, 1540). Une partie des inscriptions se trouve dans IG (...)
  • 3  Sartre 2007, p. 263 (d’où AE 2007, 1619, sans transcription du texte).
  • 4 Sartre-Fauriat 2016, p. 86-87 n. 22.

2Une inscription de Teyma/Teima (Arabie) n’a peut-être pas encore livré tous ses secrets. Initialement publié par Maurice Sartre 2, le texte devrait entrer dans le volume XVI des Inscriptions grecques et latines de Syrie (IGLS XVI, 708) sur l’épigraphie du Hauran et de la Syrie du Sud, avec les volumes XIII à XV, déjà parus. Il fut ensuite utilisé dans une étude du même auteur sur l’armée tardive 3. Il vient d’être repris par Annie Sartre-Fauriat, qui propose au début de la ligne 1 une restitution qui enrichit la connaissance de son contenu 4. Le texte aurait été ainsi composé, car la lacune dans la partie gauche semble moins importante que ce qui a été envisagé ([--- ex divi]no p[r]aecepto) :

[Ex divi]no p[r]aecepto dd(ominorum) nn(ostrorum) Dioclet[iani et]
[Maximi]ani Augg(ustorum) et Constanti et Maximian[i nobb(ilissimorum)]
[Caess(arum) in]stituta est castra noua coh(ortis) prima[e ---]
[----]NVS dd(ominis) nn(ostris) Diocletiano Aug(usto) [VI et]
[Consta]ntio nob(ilissimo) Caes(are) II cons(ulibus) instan[tibus]
[Aur(elio) Anti]ocho u(iro) p(erfectissimo) pr(aeside) et Aur(elio) Rufino PPEROR.I[---]
[------------------------------------------------]TP[-------------------------------------]

3Il subsiste quelques interrogations qui ne remettent pas en cause l’interprétation générale. Le texte, qui correspond à la dédicace d’un ouvrage militaire, entre dans une série bien fournie de l’épigraphie officielle. La restitution que vient de proposer Annie Sartre-Fauriat (p[r]aecepto) améliore ce que donnait la copie imprimée : P[-]AECEPIO.

  • 5 Caelestia iudicia : IAM II, 307 (Antonin le Pieux).
  • 6 Caelestes litterae : CIL V, 532 (ILS 6680) [Tergeste sous Antonin le Pieux].
  • 7 Indulgentia caelestis : CIL VI, 3761 = 31320 ; CIL XI, 5631 (ILS 432) ; IRT 395 ; IRT 424. Sacra i (...)
  • 8 Chastagnol 1988a (= 2008, p. 133-187). Dans les panégyriques de l’époque tétrarchique et du début (...)
  • 9 Ex sacro praecepto (d’Elagabal) : CIL VIII, 4845 = 17521 = ILALg. I, 467 = AE 1987, 1054 ; ex sacr (...)
  • 10 CIL VIII, 9041 (ILS 627) : [iub]ente diuina ma[ie]state Diocletiani et [Maxi]miani Augg. etc.
  • 11 CIL VIII, 8836 (ILS 645) : … horrea in Tubusuctitana [ciuitate fieri] praeceperunt. On trouve auss (...)
  • 12 CIL VII, 448 = RIB I, 1051 ; l’inscription a suscité une riche bibliographie (voir AE 1947, 123 et (...)
  • 13 AE 1941, 114 = IAM 2, 57 : ---]iuxta diuinam prouisionem ciuitas Salensis[--- ; prouisio et praece (...)
  • 14 Bouchenaki & Février 1977-1979 (d’où AE 1985, 972, cf. AE 1993, 1782 et 2006, 54) : diuino iudicio (...)
  • 15 CIL XI, 2648 : ob multa et inlustria in se benefic(ia) diuin(ae) indulgent(iae) eius ; autres exem (...)
  • 16 CIL V, 532 (ILS 6680). Dans CIL V, 8262 (cf. AE 1984, 434 ; fin de l’époque constantinienne), la d (...)

4Des mots tels que praeceptum, appartenant à la langue officielle, ont souvent été accompagnés d’adjectifs mettant en valeur l’autorité compétente. Quand il s’agit de l’empereur, on relève sa nature exceptionnelle : ses iudicia sont caelestia 5, ses litterae sont caelestes 6, l’indulgentia est de même caelestis ou sacra 7, etc. Le langage du pouvoir vient ici s’immiscer dans les formes plus sèches de la langue des inscriptions officielles. De plus l’époque s’y prêtait 8. Dans la mesure où il s’agit d’un praeceptum des empereurs, le terme de sacer pourrait convenir 9. Mais les lettres subsistantes ont orienté à juste titre vers le qualificatif diuinus 10. Le camp aurait été construit [ex diui]no p[r]aecepto, c’est-à-dire sur ordre des autorités impériales 11 relayées par les autorités provinciales. Il existe des parallèles depuis l’époque d’Hadrien 12. On peut étendre l’observation à d’autres termes qui sont synonymes de praeceptum, tel prouisio, qui insiste davantage sur le contenu 13. Dans le contexte de l’activité judiciaire, le diuinum iudicium apparaît, à l’époque sévérienne, à proximité de Tipasa en Maurétanie césarienne 14. Enfin, les vertus qui d’une manière métaphorique servent à décrire ou expliquer les actes impériaux sont, de même, des vertus divines, telle la diuina indulgentia de Caracalla 15, venant s’ajouter à la iustitia diuini principis du décret municipal de Tergeste 16.

  • 17 Instituere (voir n. suiv.) : ILS 396 ; exstruxere : ILS 395, ILS 617. On évoquera la construction (...)
  • 18 Sartre-Fauriat 2016, p. 86-87. La distinction entre restaurer ou réparer d’une part, construire a (...)
  • 19 CIL III, 6627 (ILS 2483), cf. AE 2001, 2048.
  • 20 CIL VIII, 10937 = 20566.
  • 21 Rebuffat 1987, p. 96, sur AE 1929, 7a+b = IRT 919+918 ; Rebuffat 1995, p. 95, sur une autre inscri (...)

5À la ligne 3, la restitution du qualificatif [re]stituta n’est peut-être pas certaine, car il s’agit de castra nova, c’est-à-dire d’un établissement militaire créé de toutes pièces. Le terme instituta ou le terme constituta devraient être envisagés 17. Sur l’emplacement choisi pour l’établissement du camp rien n’existait auparavant 18. Pour le mot castra, la confusion entre le singulier et le pluriel peut surprendre, mais on relèvera l’accusatif castram dans une inscription du Mons Claudianus 19, dans une autre de Maurétanie césarienne 20, ainsi que dans des inscriptions du camp de Bu-Njem, en sorte qu’on a envisagé que dans la langue des militaires le mot ait pu aussi être considéré comme féminin 21. Le nom de l’unité nous échappe : les lettres NVS (ed. pr. ; [---]mus dans Sartre-Fauriat 2016) ne fournissent, apparemment, aucune solution.

  • 22 Pour l’instantia, CIL III, 5565 (ILS, 664) : per instantiam Val. Sambarrae p.p. eqq. Dalm. Aquesia (...)
  • 23 Pflaum 1957, p. 144, no 38 (= 1981, p. 239) ; Sartre 1982, p. 98-99, no 54 ; PLRE, sv. Antiochus 1 (...)

6À la ligne 4, c’est par une séquence à l’ablatif absolu qu’a été exprimée l’activité des responsables qui exécutèrent la décision impériale 22. Même si plusieurs personnes sont associées dans l’entreprise, on peut hésiter entre le singulier et le pluriel : instan[te], ou instan[ibus Aur(elio) Anti]ocho u(iro) p(erfectissimo), pr(aeside) et Aur(elio) Rufino. Le premier cité est le gouverneur provincial, désormais mieux situé dans le temps, car on le plaçait entre Gallien et l’époque tétrarchique, sans pouvoir préciser 23.

  • 24 Sartre 1982, p. 71-73 ; Parker 1986, p. 642-647.
  • 25 Sur les travaux de J. Sipilä (notamment Sipilä 2004), tenir compte du point de vue de Ward 2012, p (...)

7Cette nouvelle inscription entre dans une réflexion sur l’organisation de la défense provinciale. Elle apporte un repère précis qui signale un aménagement du dispositif militaire. Or on sait aussi qu’il y eut à cette époque des remaniements qui affectèrent la configuration de la province d’Arabie : on l’amputa de toute sa partie méridionale, qui s’était étendue jusqu’au nord du Hijjâz inclus. La zone du Negev, celle du Sinaï et la Transjordanie méridionale vinrent alors agrandir largement vers le sud et vers le sud-est la Syrie-Palestine, ouvrant à cette province un espace vers les zones désertiques plus à l’est 24. C’est un point que n’ont pas modifié les travaux récents de Sipilä et de Ward 25. Presque par nécessité, dans le pays qui avait été transféré et placé sous une nouvelle autorité, il fallut réorganiser le dispositif militaire. Aussi les auteurs ont déjà relevé une séquence de remaniements militaires, avec des transferts d’unités, puisque la légion Xa Fretensis serait venue s’établir à Aila sur la Mer Rouge et la VIa Ferrata à Udruh, et puisque des camps furent construits pour des unités auxiliaires. Mais dans le détail chronologique demeurent des incertitudes, sources de discussions. Il ressort toutefois que les deux provinces voisines – l’Arabie, amputée d’une partie de son territoire, et la Syrie-Palestine, accrue d’autant – avaient eu à ce moment-là, pourrait-on dire, une histoire commune, en tout cas une histoire coordonnée. Le document bien daté que l’on a examiné ci-dessus aiderait-il à mieux comprendre les modifications du système défensif dans ces provinces voisines ? Au nouveau texte – le divinum praeceptum étant peut-être le témoin de dispositions un peu plus amples que l’édification d’une seule forteresse –, s’ajoutent d’autres inscriptions, récemment publiées, qui enrichissent aussi le dossier, permettant d’envisager les modalités de la réalisation de cette œuvre qui entre dans la politique militaire de l’État romain.

  • 26 Sartre 1982, p. 71-72 ; Sartre 2007, p. 264 et 271, qui renvoie à Seston 1946, p. 164 ; Sartre-Fau (...)
  • 27 Seston 1946, p. 160-168.
  • 28 Pan. Lat., III (Galletier), 5 ; Barnes 1982, p. 51.

8On précisera d’emblée qu’à propos de la nouvelle inscription Maurice Sartre mettait en valeur que la question de la sécurité en Arabie reposait sur les rapports de force entre la puissance romaine et les peuples du désert, autrement dit les Saraceni 26. Dans le déroulé chronologique, ces voisins de l’empire entrèrent très tôt dans les préoccupations des empereurs. Il avait été nécessaire dès le début du règne de Dioclétien d’assurer contre eux la protection de l’Arabie, comme l’a montré William Seston 27, opposant dans le temps les informations relatives à la défense des provinces syriennes (« aucun des nombreux forts du limes que construisit Dioclétien ne semble antérieur à la guerre persique de 297 ») et celles qui se rapportaient à la province d’Arabie. Celles-ci, qui orientaient vers des localisations plus méridionales, étaient antérieures de quelques années. Ce savant tenait aussi compte des panégyriques latins et de ce que l’on sait des déplacements de Dioclétien 28. En somme, avec la nouvelle inscription provenant d’Arabie, datée de 296, se confirmerait l’existence d’une première période d’activité militaire, avec toutes ses conséquences éventuelles sur la compréhension de l’organisation provinciale et du dispositif défensif qui l’accompagne, antérieurement à l’affrontement avec la Perse.

  • 29 Zuckerman 1994b, p. 65-66.

9C’est aussi dans ce contexte qu’il faut interpréter l’extension du territoire de la Syrie-Palestine au détriment de l’Arabie, puisque l’on se trouve dans la partie la plus éloignée des zones où allait s’exprimer durant les années suivantes la rivalité romano-perse. À cette considération tenant à l’espace, on ajoutera une considération d’ordre chronologique. Les relations entre Rome et la Perse étaient apaisées durant la première décennie du règne de Dioclétien, et ce fut un événement brutal et surprenant que l’attaque de Narsès en 297 29, provoquée par la réouverture de la question d’Arménie.

L’œuvre du gouverneur Priscus en Syrie-Palestine

  • 30 Sur ce gouverneur, qui n’a été connu que récemment, voir déjà Burrell 1993, p. 290-291 et 293-294. (...)

10Deux inscriptions récemment publiées décrivent l’action d’un gouverneur dénommé Priscus, qui a été identifié à Aufidius Priscus, gouverneur de Syrie-Palestine, à une date a priori incertaine entre 293 et 303 30. Elles sont à rapprocher d’une troisième inscription qui signale aussi l’intervention d’un autre gouverneur de la Syrie-Palestine dans le même secteur, à Udruh. Si ce document est bien daté, les deux autres ne le sont que d’une manière large, qu’il faudra tenter de réduire.

  • 31 La première inscription provient du camp de Iotveta ou Iotvata (Kennedy 2000, p. 221-222). Elle a (...)
  • 32 La seconde inscription provient du camp d’ʿAyn Gharandal (Darby 2015 avec photo p. 473, cf. Kenned (...)
  • 33 AE, 1954, 143b = AE, 1956, 190.
  • 34 Sipilä 2004, p. 324 ; voir aussi Eck ad CIIP II, 1268 (en 2011).
  • 35 Davenport 2010, p. 351 ; Loriot 2010, p. 433 ; Darby 2015, p. 479-480.
  • 36 L’argument a contrario, sur lequel insiste Darby 2015, p. 478-480, n’est pas négligeable.
  • 37 Sipilä 2004, p. 326 et 328, qui majore peut-être, comme Bowersock 1983, p. 182-183, l’importance d (...)
  • 38 Bowersock 1983, p. 143-144.
  • 39 Darby 2015, p. 483.
  • 40 Voir n. 17.
  • 41 Chastagnol 1983, p. 15 (= 2008, p. 321) ; Chastagnol 1988b (= 2008, p. 333-346).

11Ces deux inscriptions du gouverneur Priscus, entrées en 1986 31 et 2015 32 dans la documentation, sont antérieures à l’inscription d’Udruh, qui les complète, et nous essaierons d’ajouter des arguments en ce sens. Dédicaces d’ouvrages militaires comme l’inscription de Teyma, elles présentent des ressemblances, étant adressées à la Paix perpétuelle (Perpetuae Paci). Par ce thème, qui était souvent apparu sur les monnaies du iiie siècle, on pourrait les rapprocher d’autres inscriptions de constructions militaires. Ainsi, le camp d’hiver de l’ala Sebastena, en Maurétanie césarienne 33, fut construit à l’époque sévérienne pro pace in provincia. C’est peut-être en ce sens, correspondant à la mise en valeur d’une entreprise militaire sur un nouvau territoire, qu’il conviendrait d’éclairer l’adresse à la Paix perpétuelle provenant de Priscus. On a aussi estimé que les indications relatives aux fêtes impériales ont été ajoutées postérieurement à la dédicace des ouvrages, puisqu’elles sont d’une main différente : on a pensé aux vicennales des tétrarques dès que la première inscription fut publiée, et cette remarque a été mieux argumentée lors de la seconde publication, car on pouvait associer les vicennales des Augustes et les décennales des Césars 34. Ces inscriptions sont a priori d’une datation assez large, puisqu’il est difficile de préciser les dates de ce gouverneur entre 293 et 305 35. Toutefois on doit tenir compte que les renseignements fournis par Eusèbe interdiraient de le placer entre 303 et 305 : non seulement deux gouverneurs sont connus durant ces années, mais encore le silence de cet auteur chrétien sur Aufidius Priscus ferait penser qu’il n’avait point participé à la persécution 36. Récemment, en tenant compte de ces contraintes, Sipilä a argumenté pour une datation postérieure à l’achèvement de la guerre contre la Perse, correspondant aux années 299-301, immédiatement avant Aelius Flavianus 37. Mais au vu du contexte géopolitique dans lequel se place la partie de la Syrie Palestine où se situe, sous une forme originale 38, l’action d’Aufidius Priscus, la force du rapprochement avec la fin de la guerre perse n’est pas aussi déterminante que l’envisageait cet auteur, qui a pourtant reçu l’assentiment de Darby 39. On pourrait rechercher une datation un peu antérieure. Le style est moins emphatique et moins redondant que celui qui caractérise, en plusieurs lieux de l’empire, les inscriptions qui, au début du ive siècle, fêtèrent le rétablissement de la puissance romaine 40. La structure du texte est différente : au lieu de comporter un éloge des empereurs qui conduit à les mentionner en tête au datif, ici ces derniers, au nominatif, apparaissent comme acteurs de l’édification de l’ouvrage militaire. On fera valoir également que si les indications relatives aux jubilés impériaux se rapporteraient aux Augustes et aux Césars (en 302 pour les décennales des Césars et en 303 pour les vicennales des Augustes), les enquêtes d’A. Chastagnol 41 ont montré que les invocations des jubilés anticipaient aussi le moment même de leur célébration : dès les quinquennales des Césars, en mars 297, les monnaies annoncèrent leurs décennales ainsi que les vicennales des Augustes : VOT X CAESS, VOT XX AVGG. On hésitera donc à établir un terminus ante quem très proche des années 302 ou 303, celles du déroulement de ces grandes fêtes impériales. Mais ce sont surtout les observations stylistiques qui conduisent à considérer que ces textes relèveraient d’une autre conception que l’inscription d’Udruh, examinée plus bas.

  • 42 Parker 1986, p. 643, solution qui correspond à celle de Barnes 1982, p. 314 (« soon after 293 »).
  • 43 Roll & Avner 2008, no 1-4 et 9-11 (d’où AE 2008, 1551-1559) ; les milliaires avaient été déjà sign (...)

12La comparaison avec celle-ci montre qu’il faut distinguer deux gouverneurs ou deux chaînes d’autorité qui sans aucun doute sont bien différenciées. Ce constat incite aussi à envisager deux moments d’action qui pourraient être suffisamment distincts dans le temps, la question étant celle de la position d’Aufidius Priscus et d’Aelius Flavianus dans les fastes provinciaux. En arguant que les remaniements des provinces d’Arabie et de Syrie-Palestine ont eu des incidences, au même moment, sur leurs réseaux défensifs respectifs, on peut bâtir une argumentation qui a des implications chronologiques évidentes. C’est pour cette raison que la date donnée par l’inscription publiée par Maurice Sartre et reprise par Annie Sartre-Fauriat devient intéressante et suggestive : fournie en Arabie, elle a aussi son utilité pour tenter de préciser la datation du gouvernement d’Aufidius Priscus et celle de son œuvre dans les parties de la province passées en Syrie-Palestine. On disposerait aussi d’un repère pour dater le remaniement territorial destiné à mieux assurer, selon toute vraisemblance, la garde du désert le long des frontières d’Arabie au nord et de Syrie-Palestine au sud : la fin de la première décennie du règne de Dioclétien, ou les années immédiatement consécutives à l’association des Césars, ce qui était la solution déjà envisagée par Parker (« 295 ») 42. Ne fallait-il pas, en conséquence des retouches administratives, remodeler le dispositif défensif ? Aufidius Priscus s’y serait consacré. Il fallait aussi dès lors remanier le système des communications dans le cadre de la nouvelle province 43 : c’était chose faite, au moins pour l’essentiel, en 305. Mais ce n’est qu’un terminus ante quem, qu’il est nécessaire, à notre avis, de scruter attentivement par le raisonnement si l’on tente de dégager des documents toute leur portée. En tenant compte de la nouvelle inscription des castra nova à Teyma en Arabie, il devient vraisemblable d’envisager que les constructions des deux forts, à Iotveta et à ʿAyn Gharandal, en Syrie-Palestine, seraient aussi antérieures à la guerre perse, et que le gouvernement d’Aufidius Priscus se placerait plutôt au début qu’à la fin de la période 293-303, c’est-à-dire, selon toute vraisemblance, peu après l’extension de la Syrie-Palestine.

L’inscription du camp d’Udruh et les transformations de la hiérarchie des autorités

  • 44 Kennedy & Falahat 2008 (d’où AE 2008, 1569) ; Loriot 2010 (d’où AE 2010, 1737) : Restitutoribus [o (...)
  • 45 Kennedy 2000, p. 178-180 ; bibliographie déjà dans Killick 1986, Lewin 1990, p. 152 n. 49, puis da (...)
  • 46 Kennedy & Falahat 2008, p. 161-163, avec une comparaison du camp d’Udruh et du camp de Lejjun, où (...)
  • 47 Kennedy & Falahat 2008, p. 164-165, montrent que l’usage qui a été fait de cette source, depuis lo (...)
  • 48 Il faut relever combien tout nouveau document invite à prendre position sur l’ensemble du sujet, c (...)

13L’inscription d’Udruh 44, camp de grande taille voisin de Petra 45, serait bien plus tardive (autour de 303). Elle fait connaître la reconstruction d’un camp pour la légion VIa Ferrata, qui appartenait de longue date à l’armée de la province de Syrie-Palestine. Elle faisait à cette occasion un bond en avant en direction du désert. Il convient de s’arrêter sur l’expression ex fundamentis restituta, car l’unité n’avait jamais campé en ce lieu. Kennedy et Falahat envisagent qu’on aurait remanié profondément un établissement plus ancien, mais avec une conception d’ensemble révélant la prégnance des formes nouvelles que prenaient les fortifications de l’époque 46. La reconstruction accompagnait donc l’installation de l’unité dans ce secteur, et elle témoignerait d’une nouvelle étape de l’organisation du système défensif. La date, qui est donnée par ce que l’on sait, grâce à Eusèbe, de la participation du gouverneur Aelius Flavianus à la persécution de Dioclétien 47, rapproche aussi ces travaux militaires, effectués dans la Syrie-Palestine étendue depuis plusieurs années vers le sud-est, de ce qu’apprend Malalas sur l’organisation défensive que réalisa Dioclétien sur la frontière d’Orient, après la guerre perse 48 : l’introduction du texte, avec l’éloge des empereurs, s’accorde avec l’esprit du temps, quand les succès militaires de l’empire ont donné le sentiment d’une récupération de la pleine puissance. Le contexte des interventions aurait vraisemblablement été élargi.

  • 49 Déjà Parker 1986 (n. 42)
  • 50 Solution esquissée par Darby 2015, p. 482-484.
  • 51 Darby 2015, p. 483.

14Ainsi, à partir de l’analyse de la nouvelle inscription publiée par Maurice Sartre, on parvient à mieux comprendre ce qui se produisit dans l’espace qu’avaient désormais à contrôler le gouverneur d’Arabie et le gouverneur de Syrie-Palestine. Une fois que le remaniement territorial, qui n’est pas une division de province, fut réalisé à une date correspondant d’une manière large à celle de l’association des Césars 49, le gouverneur de Syrie-Palestine Aufidius Priscus entama la réorganisation du système défensif, à la suite du transfert d’unités, essentiellement des auxiliaires à ce moment-là 50, vers de nouveaux campements. L’année 296 serait un repère, indirectement fixé, de son passage dans une province agrandie dont il aurait été vraisemblablement le premier praeses, puisqu’il lui fallait mettre en défense un territoire modifié. Les constructions dont il eut la charge viseraient à protéger la région contre les menaces des Saraceni, au début des années 290, bien avant la guerre perse. Ensuite, la reconstruction du camp d’Udruh coïnciderait avec une entreprise bien plus large, postérieure au conflit : elle serait perceptible aussi sur les frontières des provinces plus septentrionales et elle aurait été scandée, dans ces régions comme en d’autres parties de l’empire, par une propagande plus riche dans sa forme. Puisqu’il s’agit à Udruh de la légion VIa Ferrata, peut-on, à partir de la chronologie de la création et de l’installation avancée de cette unité légionnaire, fonder l’installation de la légion Xa Fretensis dans son nouveau campement d’Aila, et celle de la légion IVa Martia dans le camp de Lejjun ? Ce serait envisager, après l’installation d’unités auxiliaires, celle des unités légionnaires. On aurait, de part et d’autre de la guerre perse, deux phases d’approfondissement des systèmes défensifs dans les provinces orientales, la progression de ces travaux étant moins précipitée que ne vient de l’envisager Darby qui, suivant Sipilä, les placerait tous après la guerre perse 51. S’il convient d’envisager deux étapes d’organisation, il est préférable de ne pas trop les rapprocher dans le temps. De plus, le déroulement de la guerre perse, qui s’immisça chronologiquement dans l’intervalle entre 293 et 305, aurait pu susciter une maturation de la réflexion stratégique, comme le fait apparaître l’inscription d’Udruh.

Hiérarchies provinciales et hiérarchies militaires

  • 52 A. H. M. Jones s’engageait dans des perspectives encore plus englobantes, en ajoutant la réforme m (...)
  • 53 Seston 1946, p. 297.
  • 54 L’usage courant, peut-être abusif, dénomme ces personnages « vicaires », car tel est l’aboutisseme (...)
  • 55 Il met en évidence le proconsul T. Claudius Aurelius Aristobulus et son légat Macrinius Sossianus, (...)
  • 56 Les fortifications d’Adraha : Pflaum 1952, p. 311-312 (= 1981, p. 213-214).

15Mais l’ensemble des inscriptions que l’on vient d’examiner suscite une réflexion sur les structures de l’administration provinciale, car peu à peu on est entré dans l’horizon de la Liste de Vérone. Si on lui accorde une portée générale, l’inscription africaine d’Aqua Viva, déjà citée, ferait penser que l’organisation des pouvoirs dans les provinces, avec une hiérarchie administrative très originale mais parfaitement dessinée, avait pris un tour nouveau lorsqu’elle apparut dans cette inscription évoquant une construction militaire. Sans qu’il y ait en la matière des prises de position très argumentées, les travaux qui ont suivi sa publication, notamment ceux de William Seston et ceux de Denis Van Berchem, lui ont attribué une portée qui dépassait le cadre africain : ces savants abordaient des questions qui s’entrecroisaient, celle de l’organisation militaire et celle de la répartition des pouvoirs dans les provinces, des sujets de portée générale 52. Ainsi la hiérarchie liée au cheminement du praeceptum impérial, selon l’inscription d’Aqua Viva, aurait révélé les mesures ayant transformé sous Dioclétien l’organisation provinciale. William Seston écrivait : « Dans leurs instructions (praeceptum) auxquelles le praepositus limitis se réfère, le vicaire d’Afrique et le gouverneur de la province avaient sans doute fixé l’emplacement et le plan du fort. Ces fonctionnaires ne pouvaient prendre l’initiative d’imiter les fortifications de la Syrie. On est donc assuré que c’est de la chancellerie de l’empereur dont les vicaires relèvent directement, qu’on reçut en Afrique des directives détaillées 53 ». Mais, si l’on revient à la dédicace du camp provenant de Teyma, dans la province d’Arabie en 296, c’est-à-dire à une date qui venait parachever quelques années d’activité militaire consacrées au rétablissement de la sécurité, l’absence d’une autorité supra-provinciale telle qu’un « vicaire » des préfets du prétoire – en réalité à cette date il faut appeler ces responsables agentes vices praeff(ectorum) praet(orio) 54 – pourrait être remarquée. N’indique-t-elle pas d’une manière nécessaire qu’à cette date, c’est-à-dire antérieurement à l’engagement de la guerre contre la Perse, cet échelon administratif n’existerait pas encore dans cette partie de l’empire ? Toutefois la présence du mot instante ou instantibus vient souligner le zèle de tous les responsables mentionnés afin de réaliser le projet défini par le praeceptum impérial : ce souci de précision, que l’on trouve aussi dans le dossier des travaux publics engagés durant ces mêmes années dans la province d’Afrique 55, et dans d’autres exemples comparables 56, rend donc plus significative l’absence de tout autre personne ou l’absence de référence à un échelon administratif intermédiaire entre le pouvoir impérial et les pouvoirs provinciaux, ce qui faisait l’originalité de l’inscription d’Aqua Viva.

  • 57 Mais il s’agit ici non d’une subdivision mais d’une extension au détriment de la voisine Arabie. S (...)
  • 58 On peut penser qu’il faut maintenir au gouverneur Aelius Flavianus le rang de v(ir) c(larissimus) (...)

16L’inscription d’Udruh, qui appartient à la province de Syrie-Palestine, telle qu’elle fut configurée autour de 293 57, mais qui est postérieure à cette date d’une décennie, serait peut-être plus directement significative. On peut envisager qu’elle se place dans la continuité de la défense contre les menaces des Saraceni, et donc, plus particulièrement, dans le prolongement des modifications des terrritoires provinciaux que l’on vient d’évoquer. Mais elle renseigne aussi sur une nouvelle situation existant dans le dispositif militaire de la Syrie-Palestine à la fin du règne de Dioclétien, puisqu’on la situerait en 303 ou très près de cette date, et que le camp concerne une unité légionnaire, alors que ceux que l’on a attribués au gouverneur Aufidius Priscus, à une date antérieure, étaient des campements d’auxiliaires. Mais ce document, parfois tout aussi difficile à établir ou à comprendre que celui qui provient de l’Arabie voisine, montre l’apparition d’une structure dirigeante provinciale plus complexe – ce qui a surpris aussi, car celle-ci semble s’écarter des cadres institutionnels qui étaient supposés exister. Ces interrogations concernent d’abord la mention d’un gouverneur clarissime 58, venant apparemment démentir une évolution qui paraissait acquise, à savoir la généralisation des gouverneurs de rang perfectissime.

  • 59 Loriot 2010, p. 430-434 (liste de témoignages ; mais voir n. 62), dont les remarques prolongent ce (...)
  • 60 Sartre 1973, p. 230-233, no 3, avec photo 4 (d’où AE 1973, 549) ; IGLS, XIII/1, 9062 avec pl. XII. (...)
  • 61 Zuckerman 1994a, p. 83-85 (d’où AE 1994, 1794) ; IGLS, XIII/2, p. 12 ad 9062.
  • 62 Davenport 2010, p. 354 n. 47, mentionne toutefois l’inscription, mais rapidement ; se réfèrent aus (...)
  • 63 Christol 2019.

17Il convient aussi d’insérer dans cette réflexion la mention d’un autre duc dans la province voisine d’Arabie, elle aussi d’un intérêt certain 59. L’inscription, connue depuis longtemps 60, a été reprise d’une manière efficace par Constantin Zuckerman 61, sans que pour autant les conséquences de sa lecture aient été bien mesurées 62. On avait initialement supposé que l’hommage de ce duc perfectissime, Aurelius Valerianus, avait été adressé à Gallus, frère de Julien (milieu du ive s.). Zuckerman a proposé de substituer à la dénomination de Gallus celle de Galère (Galerius Valerius Maximianus), ce qui replaçait l’information dans le contexte des transformations de systèmes défensifs postérieurs à la grande expédition de ce prince contre Narsès. En réalité il s’agirait de Maximin Daia (Galerius Valerius Maximinus), ce qui donne le texte suivant, sur cinq lignes 63 : [[D(omino) n(ostro) Gal(erio) Val(erio) Maximino]] / fortissimo ac victoriosis/simo Caesari Aurelius / Valerianus v(ir) p(erfectissimus) dux d(evotus) n(umini) m(aiestati(q)ue / eius.

  • 64 Christol 2019.

18L’inscription de ce duc « en Arabie » est dont postérieure à celle d’Udruh, dans la province voisine, mais l’intervalle est plutôt minime, car on pourrait la dater des années 305-308, dans une période à peine postérieure au contexte convenant à l’inscription d’Udruh 64. Il ne faut pas écarter ce document revu qui a le mérite de rendre moins exceptionnelle la présence d’un duc : une fois de plus les épigraphies des deux provinces viennent se répondre. L’inscription de Bostra, même un peu plus tardive (de peu d’années) vient suggérer que les deux provinces voisines auraient, encore une fois, été prises dans un même contexte militaire puisqu’apparaissaient à peu d’intervalle des dignitaires militaires de haut rang, dotés du même titre et assumant un rôle essentiel dans la vie provinciale. Mais peut-être que ce contexte s’était élargi.

  • 65 Zuckerman 2002, p. 620-624 et 636-637.
  • 66 Seston 1946, p. 242 ; Chastagnol 1989, sur AE 1987, 456 (= 1994, p. 171-176). Cette collégialité t (...)
  • 67 Porena 2003, p. 102-103.

19Dans le cas de l’inscription d’Udruh, au sein de laquelle la mention d’un dux n’est plus extraordinaire, demeure en revanche très surprenante, en comparaison avec l’inscription d’Aqua Viva et avec les commentaires qui en ont été proposés, l’absence de la mention d’un « vicaire ». C’est une différence à souligner car les deux textes, l’un africain, l’autre oriental, sont de même date (303) ; ils se rapportent aussi à des constructions militaires. Aussi se demandera-t-on si l’on n’a pas eu tendance à trop généraliser l’apport du document africain, et si à la lumière de tous les documents venus au jour, notamment en Orient, sur lequel s’étendait particulièrement l’action tutélaire de Dioclétien, il ne conviendrait pas d’envisager que les réformes qui firent de l’empire romain une entité subdivisée en diocèses – ce qui apparaît clairement en 314 avec la Liste de Vérone 65 –, plutôt que d’avoir été réalisées en une seule fois ou en peu de temps sous le règne de ce prince, ne se seraient pas déroulées d’une manière progressive, tant pour la définition des ensembles territoriaux concernés, qui recevaient (peu à peu ?) une configuration durable, que pour l’installation (discontinue ?) de responsables définis comme « remplaçants » ou « substituts des préfets du prétoire ». Sous Dioclétien, la préfecture du prétoire conservait ses caractéristiques précédentes : elle était une responsabilité « ministérielle » et non « régionale » – ces mots servant à André Chastagnol à caractériser deux situations institutionnelles très différentes et dissociées dans le temps –, et elle revêtait toujours la forme collégiale, mais telle qu’elle avait été établie par Auguste 66, rarement altérée lorsqu’un seul préfet, tel Séjan ou Plautien, avait attiré à lui tous les pouvoirs de la fonction. En la matière, l’exégèse des documents, par André Chastagnol et par Pierfrancesco Porena 67, le montre : le redoublement des lettres pour indiquer les titres de dignité (uu. cc. ou bien uu. eemm.) est significatif et indiscutable. Le collège est toujours formé de deux préfets.

  • 68 Sur les provinces africaines, déjà examinées par Seston 1946, p. 325-332, Di Vita-Evrard 1985, p.  (...)
  • 69 Christol 2013 pour les provinces correspondant aux diocèses gaulois et breton.
  • 70 Mise au point par Zuckerman 2002, p. 622-624.
  • 71 Seston 1946, p. 327-331, sur la question des découpages provinciaux en rapport avec la datation su (...)

20Aussi, relativement à la question des réformes provinciales de Dioclétien et de ses collègues, si l’on insère l’inscription de l’année 296 mise au jour en Arabie dans un ensemble plus large, celle-ci prend davantage d’intérêt. Elle montrerait, comme on le constate ailleurs, que la hiérarchie des pouvoirs, telle qu’elle est présentée, ne s’écarte pas de ce que l’on avait connu de longue date par d’autres inscriptions d’origines très diverses : le responsable provincial, et au-dessous de lui le commandant de l’unité, comme dans les documents du Haut-Empire. Les dédicaces de camps, provenant d’Arabie (celle relative à Aur. Antiochus) et de Syrie-Palestine (celles qui impliquent Aufidius Priscus), iraient dans ce sens. C’est une observation qui pousserait à envisager, à la lumière des enseignements qu’il est possible de dégager de l’analyse de la Liste de Vérone, ainsi qu’à la lumière des situations que mettent mieux au jour des dossiers assez larges (dans les provinces africaines) ou des dossiers déjà suggestifs (ce qui se rapporte au sort de la province proconsulaire d’Asie), des constatations qui paraissent importantes : les réorganisations provinciales furent plutôt tardives à l’intérieur de la longue période que couvre le règne de Dioclétien 68. Elles se prolongèrent durant les périodes qui suivirent, avant 312 comme après cette date 69, en concordance avec la chronologie du règne de Constantin. La question de la réforme provinciale, prise dans son ensemble, ne se serait pas posée entre 280 et 300, mais plutôt entre 300 et 320, l’œuvre attribuée à Dioclétien, qui l’engagea, devant plutôt être partagée avec ses successeurs. L’abaissement continu de la datation de la composition de la Liste de Vérone, auquel la critique est parvenue pour aboutir à 314 70, et les bilans épigraphiques provinciaux de plus en plus précis n’ont pas conduit à assumer plus fermement ce déplacement des perspectives 71, fondé sur un net glissement chronologique.

  • 72 Lact., De Mort. Persec., 7 : prouinciae quoque in frusta concisae.
  • 73 Christol 2013, p. 256-257, à propos de la création des provinces de Viennensis et de Sequania.
  • 74 Malalas, Chronogr., XII, 409 (p. 308 Bonn) ; Van Berchem 1952, p. 17-19, discuté par Seston 1955, (...)
  • 75 CIL VI, 1125 (ILS, 619) ; CIL XIV, 4455 ; Chastagnol 1972 (= 1987, p. 323-334) récusant l’interpré (...)
  • 76 Barnes 1982, p. 47-67, dans le chapitre intitulé « Imperial Residences and Journeys » ; voir aussi (...)
  • 77 Vict., 39, 42 ; Eutrope, 9, 22 ; Seston 1946, p. 107, p. 242 ; PLRE Asclepiodotus 3 ; Christol 200 (...)
  • 78 P. Oxy. 1469 ; PLRE Rusticianus 1 ; Porena 2003, p. 147-148 et 165-166.
  • 79 Zuckerman 1994b, p. 68-70 (sur la seconde intervention, liée à l’usurpation de Domitianus et d’Ach (...)
  • 80 On retiendra l’observation de Seston 1946, p. 242 : « Il n’y avait donc dans l’empire des Tétrarqu (...)
  • 81 PLRE Hermogenianus 2 ; Chastagnol 1989 ; Corcoran 1996, p. 185-190 ; Porena 2003, p. 135-140.
  • 82 PLRE Agricolanus 2 ; Porena 2003, p. 164-165.
  • 83 On admet un voyage (Barnes 1982, p. 60) ; on a été tenté par l’hypothèse d’un autre voyage africai (...)
  • 84 Sur les divers cas recensés Zuckerman 2002, p. 624-628 et Porena 2003, p. 164-168.

21Lorsque Lactance évoque les découpages des provinces 72 il apporte un point de vue qu’il ne faudrait pas étendre à l’ensemble du règne de Dioclétien, pris dans toute sa durée, mais plutôt à sa période terminale 73, postérieure à la récupération de la Bretagne et à la victoire sur la Perse qui, selon Malalas, entraîna des remaniements importants dans l’organisation des provinces orientales 74 : l’inscription d’Udruh est sur ce point un témoignage précieux, car se dégagent du texte des différences sensibles avec l’inscription de Teyma en Arabie, antérieure de près de dix ans. On pourrait donc préférer s’attacher aux caractéristiques d’une mise en place progressive de la défense des provinces. La guerre perse, qui était venue s’intercaler entre les deux phases que l’on devrait distinguer, aurait conduit, comme toute épreuve difficile à surmonter, à réfléchir à des mesures plus générales, se systématisant peu à peu. Celles-ci provenaient de l’émergence de secteurs territoriaux cohérents qui apparaîtront un peu plus tard comme diocèses, et elles concernaient la définition des responsabilités dans les parties de l’empire marquées par ces mesures, tant dans les aspects proprement administratifs que dans les implications militaires. En somme, et sur un point important mais particulier du sujet abordé, on pourrait exprimer la remarque suivante : la mise en place de l’échelon intermédiaire que l’on suppose correspondre aux « vicaires » de l’époque suivante (les successeurs des agentes vice praeff. praet.) ne serait-elle pas plutôt un phénomène évolutif ou progressif, devant être analysé comme une succession de réponses, mais répétées, à des situations institutionnelles qui s’inscrivaient dans telle ou telle partie de l’empire  ? Les réalités institutionnelles perceptibles à Rome jusqu’à la fin du iiie s. et au début du ive s., qui font connaître quelques responsables équestres dotés du titre de « substitut des préfets du préroire » 75, seraient un guide pour la réflexion. L’apparition de ces « remplaçants » ou « substituts » est liée aux contingences qui modifiaient le rôle de la garde impériale, quand elle suivait les princes se déplaçant loin de Rome et résidant hors de la capitale. Les « substituts » exerçaient donc la plénitude des pouvoirs de ceux qu’ils remplaçaient, mais dans un cadre forcément restreint puisque les titulaires de la fonction ne se trouvaient plus à Rome avec l’essentiel des troupes et qu’ils exerçaient, là où ils se trouvaient, leurs responsabilités « ministérielles » aux côtés de l’empereur. À partir de ces observations, qu’illustrent bien des inscriptions provenant de Rome ou de ses environs, on comprend comment on pallia le vide qui se produisait dans la capitale dans de telles circonstances, et pourquoi, à partir du milieu du iiie siècle puis à l’époque tétrarchique, les témoignages sur ces responsables deviennent plus nombreux, s’ordonnant comme dans une série, sans que l’on ait toutefois à envisager une réforme de la préfecture. Mais il convient d’ajouter à la capitale, de plus en plus délaissée par les princes 76, ce qui concerne l’empire et la diversité de ses régions, avec les problèmes politiques et institutionnels résultant des déplacements des souverains. On n’est plus assuré que le comitatus impérial ait toujours inclus un des préfets du prétoire. Comme ils l’avaient fait précédemment, ces derniers ont aussi exercé des responsabilités autonomes, comme le montre le rôle détenu par Asclépiodotus en 296 lors de la reconquête de la Bretagne 77 : il agit en coordination avec Constance, mais il s’est détaché de Maximien Hercule, le collègue de Dioclétien dans l’Augustat, qui se trouvait sur le Rhin avant de partir pour un long périple jusqu’en Afrique. Ne faut-il pas relever aussi, qu’en ce qui concerne le « vicaire » Aemilius Rusticianus qui apparaît en Égypte 78 dans l’année 298, sa fonction coïnciderait avec la présence de Dioclétien dans la province 79 : comment était-il rattaché à ce prince ? Et, s’il l’était, où se trouvait le préfet du prétoire qui, en temps normal, non seulement assurait la garde de ce prince, mais aussi, conformément à un schéma existant de longue date, l’aidait à prendre les grandes décisions sur la vie de l’empire et des provinces 80 ? Ce dernier était alors, vraisemblablement, Aurelius Hermogenianus, dont le rôle fut essentiel dans cette partie du règne 81. On peut même formuler une autre question, moins évidente mais tout aussi importante : le vice-préfet Aurelius Agricolanus82 qui, en juillet 298, est le juge du centurion Marcellus, exerce ses responsabilités dans des années (297-299) au cours desquelles Maximien parcourt la péninsule Ibérique puis les provinces d’Afrique du Nord. Où se trouvait alors le préfet du prétoire Asclépiodotus, qui avait joué un rôle important, mais dans un commandement autonome, lors de la reconquête de la Bretagne (en 296) ? Et pour Valerius Alexander, attesté en 303 par la documentation africaine : où se trouvait alors Maximien Hercule, au lendemain de la fête des vicennales 83 et de son engagement à renoncer au pouvoir ? C’est aussi en tenant compte de ces contraintes d’explication qu’il conviendrait d’envisager les signes d’évolution qui apparaissent et qui concernent plusieurs régions de l’empire, sans peut-être les toucher toutes. C’est dans cette perspective que l’on pourrait comprendre pourquoi aux « substituts des préfets du prétoire » attestés à Rome vinrent s’ajouter, peut-être occasionnellement, mais avec des responsabilités et une activité s’exprimant dans les provinces, d’autres vice-préfets, désormais attestés loin de Rome 84. L’innovation institutionnelle demeure, mais il devient tentant de l’envisager dans la prise en compte des transformations de l’exercice du métier d’empereur, marqué par une extrême mobilité : les membres du collège impérial étaient plus souvent en expédition que par le passé. Il en résultait, en rapport avec l’espace impérial, des transformations de la vie politique, qui réduisaient le rôle de la ville capitale au profit des périphéries provinciales où n’émergèrent pas toujours, sauf dans les dernières années, des capitales secondaires ou bien des résidences fermement fixées.

Haut de page

Bibliographie

Aliquot (J.)
2016 « Un duc d’Orient en Arabie », Syria 93, p. 157-170.

Arnheim (M. T. W.)
1970 « Vicars in the Later Roman Empire », Historia 19, p. 593-606.

Barnes (T. D.)
1982 The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge – Londres.

Birley (A.)
2000 Hadrian, the Restless Emperor, Londres – New York.

Bouchenaki (M.) & Février (P.-A.)
1977-1979 « Un ‘castellum’ de la région de Tipasa de Juba à Septime Sévère », Bulletin d’archéologie algérienne 7 [1985], p. 193-215.

Bowersock (G.)
1983 Roman Arabia, Cambridge (Mass.)-Londres.

Burdeau (F.)
1964 « L’empereur d’après les Panégyriques latins », F. Burdeau, N. Charbonnel & M. Humbert, Aspects de l’empire romain, Paris, p. 1-60.

Burrell (B.)
1993 « Two Inscribed Columns from Caesarea Maritima », ZPE 99, p. 287-295.

Carrié (J.-M.)
1999 « L’empire-monde et les bases restaurées de la puissance », J.‑M. Carrié & A. Rousselle, L’empire romain en mutation des Sévères à Constantin, Paris, p. 563-650.

Chastagnol (A.)
1968 «  Les préfets du prétoire de Constantin », REA 70, p. 321-352.

Chastagnol (A.)
1972 « Deux chevaliers de l’époque de la Tétrarchie », Ancient Society 3, p. 223-231.

Chastagnol (A.)
1983 « Les jubilés impériaux de 260 à 337 », E. Frézouls (éd.), Crise et redressement dans les provinces européennes de l’Empire, milieu du iiie-milieu du ive siècle apr. J.-C., Strasbourg, p. 11-25.

Chastagnol (A.)
1987 L’Italie et l’Afrique au Bas-Empire (Scripta varia), Lille.

Chastagnol (A.)
1988a « Le formulaire de l’épigraphie latine officielle dans l’Antiquité tardive », A. Donati (a cura di), La terza età dell’epigrafia, Faenza, p. 11-65.

Chastagnol (A.)
1988b « Les inscriptions des monuments inaugurés lors des fêtes impériales », MEFRA 100, p. 13-26.

Chastagnol (A.)
1989 « Un nouveau préfet du prétoire de Dioclétien : Aurelius Hermogenianus », ZPE 78, p. 165-168.

Chastagnol (A.)
1994 Aspects de l’Antiquité tardive, I. Tantillo (éd.), Roma.

Chastagnol (A.)
2008 Le pouvoir impérial à Rome. Figures et commémorations. Scripta varia IV, St. Benoist & S. Demougin (éd.), Genève.

Christol (M.)
2000 « La piété des Tétrarques : une retractatio », dans Romanité et cité chrétienne. Permanences et mutations, intégration et exclusuion du ier au vie siècle. Mélanges en l’honneur d’Yvette Duval, Paris, p. 219-231.

Christol (M.)
2013 « De l’“empire” de Constance Chlore à l’empire de Constantin : l’apport de la Liste de Vérone », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, p. 250-258.

Christol (M.)
2015 « Les origines d’une nouvelle province d’Asie mineure au milieu du iiie siècle : la province de Phrygie-Carie », A. Bourgeois, C. Brenot, M. Christol & S. Demougin (éd.), Ob singularem modestiam. Hommages à Xavier Loriot, Bordeaux, p. 15-33.

Christol (M.)
2019 « Le duc Aurelius Valerianus en Arabie », ZPE 210, p. 287-290.

Christol (M.) & Drew-Bear (Th.)
1999 « Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valerius Diogenes », Antiquité Tardive 7, p. 39-71.

Christol (M.) & Drew-Bear (Th.)
2000 « Une inscription d’Ancyre relative au sacer comitatus », Y. Le Bohec & C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous l’Haut-Empire, Actes du Congrès de Lyon (17-19 septembre 1998), Lyon, p. 529-539.

Corcoran (S.)
1996 The Empire of the Tetrarchs. Imperial Pronouncements and Governement, AD 284-324, Oxford.

Cortés Barcena (C.)
2013 Epigrafía en los confines de las ciudades romanas. Los Termini Publici en Hispania, Mauretania y Numidia, Rome.

Darby (R.)
2015 « Aufidius Priscus, the cohors Secunda Galatarum, and Diocletian’s re-organisation of Arabia and Palaestina : the new tetrarchic inscription from ʿAyn Gharandal », JRA 28, p. 471-484.

Davenport (C.)
2010 « The building inscription from the fort at Udruh and Aelius Flavianus, tetrarchic praeses of Palaestina », JRA 23, p. 349-357.

Di Vita-Evrard (G.)
1985 « L. Volusius Bassus Cerealis, légat du proconsul d’Afrique T. Claudius Aurelius Aristobulus, et la création de la province de Tripolitaine », A. Mastino (éd.), L’Africa romana. Atti del II convegno di studio, Sassari, 14-16 dicembre 1984, Sassari, p. 149-177.

Di Vita-Evrard (G.)
1994 « Le comte Alexandre ? », Y. Le Bohec (éd.), L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay (Collection Latomus 226), Bruxelles, p. 275-284.

Eck (W.)
1992 « Alam Costia constituerunt : Zum Verständnis einer Militärinschrift aus dem südlichen Negev », Klio 74, p. 395-400.

Eck (W.)
2006 « Worte und Bilder. Das Herrschaftskonzept Diocletians im Spiegel öffentlicher Monumente », D. Boschung & W. Eck (éd.), Die Tetrarchie. Ein Regierungssystem und seine mediale Präsentation, Wiesbaden, p. 323-347.

Eck (W.)
2018 « Die Neuorganisation der Provinzen und Italien unter Diocletian », Eck & Puliatti 2018, p. 111-151.

Eck (W.) & Puliatti (S.) éd.
2018 Diocleziano : la frontiera giuridica dell’impero, Pavia.

Freeman (Ph.) & Kennedy (D.) éd.
1986 The Defence of the Roman and Byzantine East. Proceedings of a colloquium held at the University of Sheffield in April 1986 (BAR, IS 297), 2 vol., Oxford.

Goodchild (R. G.) & Ward-Perkins (J. B.)
1949 « The “limes Tripolitanus” in the Light of recent Discoveries », JRS 39, p. 81-95.

Hendy (M.)
1972 « Mint and Fiscal Administration under Diocletian and his Colleagues and his Successors, A.D. 306-324 », JRS 62, p. 75-82.

Jones (A. H. M.)
1964 The Later Roman Empire (284-602), Oxford.

Kennedy (D.)
2000 The Roman Army in Jordan, Londres.

Kennedy (D.) & Falahat (H.)
2008 « Castra legionis VI Ferratae : a building inscription for the legionary fortress at Udruh near Petra », JRA 21, p. 151-169.

Killick (A. C.)
1986 « Udruh and the Southern Frontier », Freeman & Kennedy 1986, II, p. 431-446.

Kolendo (J.)
1966 « Une inscription inconnue de Sexaginta Prista et la fortification du Bas-Danube sous la Tétrarchie », Eirene 5, p. 139-155.

Lawlor (H. J.)
1912 Eusebiana. Essays in the Ecclesiastical History of Eusebius, Bishop of Caesarea, Oxford.

Lepelley (C.)
1979 Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, I. La permanence d’une civilisation municipale, Paris.

Lepelley (C.)
1981 Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, II. Notices d’histoire municipale, Paris.

Leschi (L.)
1941 « Centenarium quod Aqua Viva appellatur… », CRAI, p. 163-176.

Leschi (L.)
1943 « Le “centenarium” d’Aqua Viva près de M’doukal (commune mixte de Barika) », RAfr, p. 5-22.

Leschi (L.)
1957 Études d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaines, Paris.

Lewin (A.)
1990 « Dall’Eufrate al Mar Rosso : Diocleziano, l’esercito e i confini tardoantichi », Athenaeum 78, p. 141-165.

L’huillier (M.-C.)
1992 L’empire des mots. Orateurs gaulois et empereurs romains, 3e et 4e siècles (Centre de recherches d’histoire ancienne 114), Besançon.

Loriot (X.)
2010 « L’inscription d’Udruh et l’organisation administrative et militaire de la province de Palestine au début du ive siècle », M. Silvestrini (éd.), Le tribù romane. Atti della XVIe Rencontre sur l’épigraphie (Bari 8-10 octobre 2009), Bari, p. 427-436.

Parker (S. Th.)
1986 « Retrospective of the Arabian Frontier after a Decade of Research », Freeman & Kennedy 1986, II, p. 633-660.

Pflaum (H.-G.)
1952 « La fortification de la ville d’Adraha d’Arabie (259-60 à 274-5) d’après les inscriptions récemment découvertes », Syria 29, p. 307-330.

Pflaum (H.-G.)
1957 « Les gouverneurs de la province romaine d’Arabie de 193 à 305 », Syria 34, p. 128-144.

Pflaum (H.-G.)
1981 La Gaule et l’empire romain. Scripta varia, II, Paris.

Porena (P.)
2003 Le origini della prefettura del pretorio tardoantica, Roma.

Porena (P.)
2018 « L’amministrazione palatina di Diocleziano e dei tetrarchi. Comitatus, consilium, consistorium », eck & puliatti 2018, p. 63-110.

Rebuffat (R.)
1985 « Le ‘limes’ de Tripolitaine », D. J. Buck & D. J. Mattingly (éd.), Town and Country in Roman Tripolitania. Papers in honour of Olwen Hackett (BAR, IS 274), Oxford, p. 127-141.

Rebuffat (R.)
1987 « Le poème de Q. Avidius Quintianus à la déesse Salus », Karthago 16, p. 93-105.

Rebuffat (R.)
1995 « Le centurion M. Porcius Iasucthan à Bu Njem (Notes et documents XI) », Libya Antiqua, n. s. 1, p. 79-123.

Roll (j.) & avner (U.)
2008 « Tetrarchic Milestones Found in the Southern Aravah », ZPE 165, p. 267-286.

Sartre (M.)
1973 « Inscriptions inédites de l’Arabie romaine », Syria 50, p. 223-233.

Sartre (M.)
1982 Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine (Collection Latomus 178), Bruxelles.

Sartre (M.)
2000 « Gouverneurs d’Arabie anciens et nouveaux. Textes inédits », Epigraphai. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini II, Tivoli, p. 972-990.

Sartre (M.)
2007 « L’armée romaine et la défense de la Syrie du Sud. Questions de méthode et nouveau document », A. S. Lewin & P. Pellegrini (éd.), The Late Roman Army in the Near East from Diocletian to the Arab Conquest. Proceedings of a Colloquium held at Potenza, Acerenza e Matera, Italy (May 2005) [BAR, IS 1717], Oxford, p. 263-283.

Sartre-Fauriat (A.)
2016 « La défense du Hauran à l’époque romaine tardive : fortins et camps face au désert », I. M. Tiplic (éd.), Les espaces frontaliers en Europe de l’Antiquité au xve siècle (Studia Universitatis Cibiniensis Series Historica, XIII Supplementum), Sibiu, p. 81-95.

Seston (W.)
1946 Dioclétien et la Tétrarchie, I. Guerres et réformes (284-300) [BEFAR 162], Paris.

Seston (W.)
1955 « Du comitatus de Dioclétien aux comitatenses de Constantin », Historia 4, p. 284-296.

Seston (W.)
1980 Scripta varia. Mélanges d’histoire romaine, de droit, d’épigraphie et d’histoire du christianisme (CEFR 43), Rome.

Sipilä (J.)
2004 « Roman Arabia and the Provincial Reorganisations of the Fourth Century », Mediterraneo Antico 7, p. 317-348.

Thomasson (B. E.)
1984 Laterculi praesidum, Göteborg.

Tracy (S.)
1999 « Two inscriptions from Petra », ADAJ 43, p. 305-309.

Van Berchem (D.)
1952 L’armée de Dioclétien et la réforme constantinienne, Paris.

Ward (W. D.)
2012 « ‘In the Province Recently Called Palaestina Salutaris’ : Provincial Changes in Palestine and Arabia in the Late Third and Fourth Century C.E. », ZPE 181, p. 289-302.

Weiss (P.)
2015 « Eine honesta missio in Sonderformat. Neuartige Bronzeurkunden für Veteranen der Legionen in Germania Superior unter Gordian III », Chiron 45, p. 23-75.

Zuckerman (C.)
1994a « Aur. Valerianus (293/305) et Fl. Severinus (333) commandants en Arabie et la forteresse d’Azraq », Antiquité Tardive 2, p. 83-88.

Zuckerman (C.)
1994b « Les campagnes des Tétrarques, 296-298. Notes de chronologie », Antiquité Tardive 2, p. 65-70.

Zuckerman (C.)
2002 « Sur la Liste de Vérone et la province de Grande Arménie, la division de l’empire et la date de création des diocèses », Mélanges Gilbert Dagron (Travaux et Mémoires 14), Paris, p. 617-637.

Haut de page

Notes

1 Voir d’une manière générale Porena 2018, Eck 2018.

2 Sartre 2000, p. 989-990, no 12 (d’où AE 2000, 1540). Une partie des inscriptions se trouve dans IGLS XIII/2 (Beyrouth, 2016) avec la collaboration d’Annie Sartre-Fauriat.

3  Sartre 2007, p. 263 (d’où AE 2007, 1619, sans transcription du texte).

4 Sartre-Fauriat 2016, p. 86-87 n. 22.

5 Caelestia iudicia : IAM II, 307 (Antonin le Pieux).

6 Caelestes litterae : CIL V, 532 (ILS 6680) [Tergeste sous Antonin le Pieux].

7 Indulgentia caelestis : CIL VI, 3761 = 31320 ; CIL XI, 5631 (ILS 432) ; IRT 395 ; IRT 424. Sacra indulgentia : Weiss 2015, p. 27 et 37 (A et B) [Gordien III].

8 Chastagnol 1988a (= 2008, p. 133-187). Dans les panégyriques de l’époque tétrarchique et du début de l’époque constantinienne (I à VIII Galletier ; 10, 11, 9, 7, 6, 5 Baehrens), la moisson est importante (Burdeau 1964, p. 14-15 et 18 ; L’huillier 1992, p. 360-373) : les caelestia beneficia (II[10], 14, 5), les diuinae expeditiones (IV (8), 8, 1), les diuinae aures [de Maximien] (IV [8], 1, 5), la vox diuina indulgentiae tuae [de Constance] (IX [5], 1, 3), etc.

9 Ex sacro praecepto (d’Elagabal) : CIL VIII, 4845 = 17521 = ILALg. I, 467 = AE 1987, 1054 ; ex sacro praecepto (pour la promotion d’un fonctionnaire) : CIL VIII, 11174 et 11175 ; pour la sacra indulgentia, voir n. 7 ; ce qui touche au prince est sacer, tel l’accompagnement militaire, le sacer comitatus : Christol & Drew-Bear 2000, p. 534-535 sur CIL III, 6764 (d’où AE 2000, 1447) et p. 535-536.

10 CIL VIII, 9041 (ILS 627) : [iub]ente diuina ma[ie]state Diocletiani et [Maxi]miani Augg. etc.

11 CIL VIII, 8836 (ILS 645) : … horrea in Tubusuctitana [ciuitate fieri] praeceperunt. On trouve aussi ces mots pour désigner l’ordre venant d’une autorité provinciale. C’est le cas dans l’inscription de Mdoukal, datée de 303 de n. è. : Leschi 1941 ; Leschi 1943 (= 1957, p. 47-57) [d’où AE 1943-1944, 81] : Impp(eratoribus) dd(ominis) nn(ostris) Diocletiano et Maximiano aeternis Augg(ustis) et Constantio et Maximiano fortissimis Caesaribus principib(us) iuuentutis centenarium quod Aqua Viua appellatur, ex praecepto Val(eri) Alexandri u(iri) p(erfectissimi), agent(is) uic(es) praeff(ectorum) praet(orio) et Val(eri) Flori u(iri) p(erfectissimi), p(raesidis) p(rouinciae) N(umidiae) a solo fabricatum, curante Val(erio) Ingenuo, praep(osito) limit(is), dedicatum dd(ominis) nn(ostris) Diocletiano VIII et Maximiano VII Augg(ustis) conss(ulibus). Sur ce texte, voir Seston 1946, p. 120-121 et 328-329 ; Van Berchem 1952, p. 46-48 ; Seston 1955, p. 289 (= 1980, p. 488) ; Di Vita-Evrard 1985, p. 169 avec n. 66 ; Eck 2018, p. 136 et 148. Sur Valerius Alexander, au dossier duquel il faut ajouter IRT 464 : PLRE Alexander 20 ; Di Vita-Evrard 1994 ; Porena 2003, p. 167-168.

12 CIL VII, 448 = RIB I, 1051 ; l’inscription a suscité une riche bibliographie (voir AE 1947, 123 et AE 2012, 883 et n. 13) ; Birley 2000, p. 123-135, avec des propositions pour reprendre certaines restitutions (p. 132-133).

13 AE 1941, 114 = IAM 2, 57 : ---]iuxta diuinam prouisionem ciuitas Salensis[--- ; prouisio et praeceptum sont parfois même en redondance : IRT 315 = AE 2010, 1782, à Lepcis Magna.

14 Bouchenaki & Février 1977-1979 (d’où AE 1985, 972, cf. AE 1993, 1782 et 2006, 54) : diuino iudicio restituerunt.Voir aussi Cortés Barcena 2013, p. 207-212, no 81.

15 CIL XI, 2648 : ob multa et inlustria in se benefic(ia) diuin(ae) indulgent(iae) eius ; autres exemples de diuina indulgentia : IRT, 393 et IRT, 423.

16 CIL V, 532 (ILS 6680). Dans CIL V, 8262 (cf. AE 1984, 434 ; fin de l’époque constantinienne), la diuina dispositio prend un contenu différent.

17 Instituere (voir n. suiv.) : ILS 396 ; exstruxere : ILS 395, ILS 617. On évoquera la construction des camps du Bas-Danube (praesidia), dont le dossier ne se limite pas à CIL III, 6151, cf. p. 1349 = ILS 641) : Imperatores Caess. Gaius Aur. Diocletianus, etc. … post debellat(as) hostium gent(es) confirmata [o]rbi s[u]o tranquillitate profuturum in aeternum rei publicae praesidium constituerunt : Kolendo 1966. Ce verbe est courant lorsqu’il s’agit de signaler l’établissement d’un camp. Il apparaît aussi durant le règne de Philippe l’Arabe et de son fils (244-249), selon Goodchild & Ward-Perkins 1949, p. 88 (d’où AE 1950, 128) = IRT 880 : … regionem limi[tis Ten]theitani partitam et [eius] uiam incursib(us) barba[ro]rum constituto nouo centenario prae[cl]useru[nt] ; Van Berchem, 1952, p. 40-41 et 46-48 ; Rebuffat 1985.

18 Sartre-Fauriat 2016, p. 86-87. La distinction entre restaurer ou réparer d’une part, construire a solo d’autre part, est bien établie, par exemple, dans ILS 396 (sous Commode) : turres nouas instituit et ueteres refecit.

19 CIL III, 6627 (ILS 2483), cf. AE 2001, 2048.

20 CIL VIII, 10937 = 20566.

21 Rebuffat 1987, p. 96, sur AE 1929, 7a+b = IRT 919+918 ; Rebuffat 1995, p. 95, sur une autre inscription du même camp (d’où AE 1995, 1641).

22 Pour l’instantia, CIL III, 5565 (ILS, 664) : per instantiam Val. Sambarrae p.p. eqq. Dalm. Aquesianis… ; Van Berchem 1952, p. 108 ; Seston 1955, p. 293 (= 1980, p. 492). Ce mot souligne la présence active du personnage pour faire aboutir le projet dont il a la charge.

23 Pflaum 1957, p. 144, no 38 (= 1981, p. 239) ; Sartre 1982, p. 98-99, no 54 ; PLRE, sv. Antiochus 12 ; Barnes 1982, p. 152 ; Thomasson 1984, col. 335, no 41. À la date de 2009, la version électronique des Laterculi praesidum enregistre les progrès de la datation. On ajoutera l’observation de P.-L. Gatier ad AE 2008, 1562 (Gerasa).

24 Sartre 1982, p. 71-73 ; Parker 1986, p. 642-647.

25 Sur les travaux de J. Sipilä (notamment Sipilä 2004), tenir compte du point de vue de Ward 2012, p. 290-292.

26 Sartre 1982, p. 71-72 ; Sartre 2007, p. 264 et 271, qui renvoie à Seston 1946, p. 164 ; Sartre-Fauriat 2016, p. 90-91.

27 Seston 1946, p. 160-168.

28 Pan. Lat., III (Galletier), 5 ; Barnes 1982, p. 51.

29 Zuckerman 1994b, p. 65-66.

30 Sur ce gouverneur, qui n’a été connu que récemment, voir déjà Burrell 1993, p. 290-291 et 293-294. Première inscription (à Césarée, la capitale) : AE 1993, 1624. Seconde inscription (aussi à Césarée) : I. Caesarea 14, 17 = CIIP, II, 1268, 1272 avec les commentaires de W. Eck, qui a aussi analysé les deux textes dans le contexte de l’idéologie tétrarchique (Eck 2006, notamment p. 334-335). On ajoutera les inscriptions des camps du Wadi Araba (n. 31 et 32). Ward 2012 et le corpus des inscriptions de Césarée sont parus antérieurement à la publication de l’inscription du camp d’Arindela (n. 32).

31 La première inscription provient du camp de Iotveta ou Iotvata (Kennedy 2000, p. 221-222). Elle a été gravée dans une tabula ansata. Dans les queues d’aronde ont été gravés, d’une main différente, d’un côté : MVL XX, et de l’autre : MVL XL. On a donc envisagé un ajout de gravure à l’occasion d’une fête impériale, supposée tétrarchique. L’inscription a été signalée dès 1986 (d’où AE 1986, 699 et AE 1987, 961) : Perpetuae Paci Diocletianus Augus(tus) et [[Maximianus Augus(tus)]] Constantius et Maximianus nobilissimi Caesares alam COSTIA (sic) constituerunt per providentia(m) Prisci pr(a)esidis [[provinciae Syriae Palaestinae]]. Elle a fait l’objet de corrections et de commentaires qui avaient des incidences sur l’appartenance provinciale (d’où AE 1990, 1015), alors que l’on considérait toujours que l’inscription était liée aux vicennales des Tétrarques, en 303. Eck 1992 a supposé que le mot qui faisait problème correspondrait à la dénomination du lieu de la construction (d’où AE 1992, 1714, répété dans AE 2002, 1563), ce qui a été confirmé par une série de milliaires provenant de cette région qui, pour certains, appartiennent à la période 293-305 (n. 43) : ils marquent les distances ab Osia. L’appartenance à la Syrie-Palestine a été admise avant même que le dossier du gouverneur Priscus ne s’étoffe. L’intérêt de ce document du point de vue de l’organisation militaire a été perçu immédiatement : Lewin 1990, p. 157-159.

32 La seconde inscription provient du camp d’ʿAyn Gharandal (Darby 2015 avec photo p. 473, cf. Kennedy 2000, p. 209-211), lieu qui se dénommait Arindela/Arieldela. Le texte est aussi gravé dans une tabula ansata. Dans les queues d’aronde ont été gravés, toujours d’une main différente, comme dans l’inscription d’Iotveta, des indications relatives à des jubilés impériaux : M/VL/X, et M/VL/XX. Le texte est très proche de celui gravé à Iotveta : Perpetuae Paci Diocletianus et [[Maximianus]] Augg(usti) Constantius et Maximinaus Caess(ares) cohortem secundam Galatarum constituerunt per providentia(m) Prisci praesidis p[[---]]. Il faut restituer en fin de texte la mention de la Syrie-Palestine. Le commentaire considère comme acquis que la paix est celle qui résulte des victoires en Égypte et contre la Perse, en renvoyant à l’inscription d’Udruh, datée de 303, dont la formulation est toutefois très différente. L’unité est connue par la Notitia Dignitatum.

33 AE, 1954, 143b = AE, 1956, 190.

34 Sipilä 2004, p. 324 ; voir aussi Eck ad CIIP II, 1268 (en 2011).

35 Davenport 2010, p. 351 ; Loriot 2010, p. 433 ; Darby 2015, p. 479-480.

36 L’argument a contrario, sur lequel insiste Darby 2015, p. 478-480, n’est pas négligeable.

37 Sipilä 2004, p. 326 et 328, qui majore peut-être, comme Bowersock 1983, p. 182-183, l’importance de cet épisode comme seul facteur d’évolution des structures des provinces orientales. Les fastes montrent que, de toute façon, ce personnage est antérieur à Aelius Flavianus.

38 Bowersock 1983, p. 143-144.

39 Darby 2015, p. 483.

40 Voir n. 17.

41 Chastagnol 1983, p. 15 (= 2008, p. 321) ; Chastagnol 1988b (= 2008, p. 333-346).

42 Parker 1986, p. 643, solution qui correspond à celle de Barnes 1982, p. 314 (« soon after 293 »).

43 Roll & Avner 2008, no 1-4 et 9-11 (d’où AE 2008, 1551-1559) ; les milliaires avaient été déjà signalés par Kennedy 2000, p. 206 et 221.

44 Kennedy & Falahat 2008 (d’où AE 2008, 1569) ; Loriot 2010 (d’où AE 2010, 1737) : Restitutoribus [o]rbis terrarum, fundatoribus ubique pacem, domatoribus universarum gentium barbarorum Impp(eratoribus) Caess(aribus) C(aio) Aur(elio) Val(erio) Diocletiano [[et M(arco) Aur(elio) Val(erio) Maximiano]] pp(iis) ff(elicibus) invict(is) Augg(ustis) et Fl(avio) Val(erio) Constantio et Gal(erio) Val(erio) Maximiano fortiss(imis) ac nobiliss(imis) Caess(aribus) Kastra leg(ionis) VI Ferr(atae) f(idelis) c(onstantis) ex fundamentis restituta insistentibus Aur(elio) Heraclida v(iro) p(erfectissimo) duci (sic) et Aelio Flaviano v(iro) c(larissimo) praeside prouinciae curante Aur(elio) Muciano praef[ecto] eiusdem legeonis (sic).

45 Kennedy 2000, p. 178-180 ; bibliographie déjà dans Killick 1986, Lewin 1990, p. 152 n. 49, puis dans Sipilä 2004, p. 329-330, n. 57.

46 Kennedy & Falahat 2008, p. 161-163, avec une comparaison du camp d’Udruh et du camp de Lejjun, où s’établit, en Arabie, la légion IVa Martia.

47 Kennedy & Falahat 2008, p. 164-165, montrent que l’usage qui a été fait de cette source, depuis longtemps (Lawlor 1912), est difficile à contredire : voir aussi Barnes 1982, p. 152 ; Loriot 2010, p. 430 ; Davenport 2010, p. 351-353. La démarche de Darby 2015, p. 479-481, est encombrée par des hypothèses inutiles.

48 Il faut relever combien tout nouveau document invite à prendre position sur l’ensemble du sujet, comme le font Davenport 2010, Darby 2015 et Aliquot 2016.

49 Déjà Parker 1986 (n. 42)

50 Solution esquissée par Darby 2015, p. 482-484.

51 Darby 2015, p. 483.

52 A. H. M. Jones s’engageait dans des perspectives encore plus englobantes, en ajoutant la réforme monétaire et les questions fiscales : Jones 1964, p. 4 et n. 17 ; Arnheim 1970 ; Hendy 1972, p. 78 ; contra Chastagnol 1972.

53 Seston 1946, p. 297.

54 L’usage courant, peut-être abusif, dénomme ces personnages « vicaires », car tel est l’aboutissement. Mais dans les années qui correspondent à la documentation examinée (Di Vita-Evrard 1985, p. 173, avec n. 99-100), cette appellation peut paraître anachronique au regard de la documentation.

55 Il met en évidence le proconsul T. Claudius Aurelius Aristobulus et son légat Macrinius Sossianus, entre 290 et 294. Le libellé des textes se prolonge jusqu’au curator rei publicae : Lepelley 1979, p. 85-86. Par exemple : CIL VIII, 608 = 11772 (ILS 637), cf. Lepelley 1981, p. 296-297 ; CIL VIII, 624 = 11782, cf. Lepelley 1981, p. 292 ; CIL VIII, 9041 (ILS 627) où le curator est remplacé par un dispunctor : Lepelley 1981, p. 535, mais l’instantia n’est pas une « demande ».

56 Les fortifications d’Adraha : Pflaum 1952, p. 311-312 (= 1981, p. 213-214).

57 Mais il s’agit ici non d’une subdivision mais d’une extension au détriment de la voisine Arabie. Sartre 1982, p. 64-75 (avec carte 4) ; Loriot 2010, p. 429, s’appuyant aussi sur les travaux de D. Kennedy ; Sipilä 2004.

58 On peut penser qu’il faut maintenir au gouverneur Aelius Flavianus le rang de v(ir) c(larissimus) bien que cette solution, respectant le texte transmis par la copie (VC), ait pu susciter hésitation ou scepticisme (Loriot 2010, p. 430, après Tracy 1999). Mais il faut tenir compte que l’inscription de Petra, qui se rapporte au même personnage (AE 1999, 1702), signale aussi qu’il avait le rang clarissime. En dépit de toutes ses hésitations, Davenport 2010, p. 349-352, établit fermement le statut du personnage et son positionnement administratif en Syrie-Palestine.

59 Loriot 2010, p. 430-434 (liste de témoignages ; mais voir n. 62), dont les remarques prolongent celles de Zuckerman 2002, p. 636, et Carrié 1999, p. 634-635.

60 Sartre 1973, p. 230-233, no 3, avec photo 4 (d’où AE 1973, 549) ; IGLS, XIII/1, 9062 avec pl. XII. Cf. Sartre 1982, p. 103.

61 Zuckerman 1994a, p. 83-85 (d’où AE 1994, 1794) ; IGLS, XIII/2, p. 12 ad 9062.

62 Davenport 2010, p. 354 n. 47, mentionne toutefois l’inscription, mais rapidement ; se réfèrent aussi à elle Aliquot 2016, p. 168-168, et Eck 2018, p. 138-139. Loriot 2010, n’est pas attentif à ce document même s’il semble essentiel dans la perspective du sujet abordé.

63 Christol 2019.

64 Christol 2019.

65 Zuckerman 2002, p. 620-624 et 636-637.

66 Seston 1946, p. 242 ; Chastagnol 1989, sur AE 1987, 456 (= 1994, p. 171-176). Cette collégialité traditionnelle dura encore quelques années : Chastagnol 1968, p. 321-329 (= 1987, p. 179-187). Barnes 1982, p. 124 et 126, ne prend pas la mesure de la situation institutionnelle lorsqu’il fait, incidemment, d’Asclepiodotus le préfet de Constance Chlore.

67 Porena 2003, p. 102-103.

68 Sur les provinces africaines, déjà examinées par Seston 1946, p. 325-332, Di Vita-Evrard 1985, p. 162-177 avec des propositions éclairantes ; sur l’Asie, Zuckerman 2002, p. 617-620 ; sur la Phrygie-Carie, Christol 2015, p. 17-18.

69 Christol 2013 pour les provinces correspondant aux diocèses gaulois et breton.

70 Mise au point par Zuckerman 2002, p. 622-624.

71 Seston 1946, p. 327-331, sur la question des découpages provinciaux en rapport avec la datation supposée de la Liste de Vérone (297 pour Mommsen, puis 304-305 pour Stein).

72 Lact., De Mort. Persec., 7 : prouinciae quoque in frusta concisae.

73 Christol 2013, p. 256-257, à propos de la création des provinces de Viennensis et de Sequania.

74 Malalas, Chronogr., XII, 409 (p. 308 Bonn) ; Van Berchem 1952, p. 17-19, discuté par Seston 1955, p. 285-291 (= 1980, p. 484-490) ; Loriot 2010, p. 433-434 (où est aussi évoquée l’inscription d’Aqua Viva), avec des observations sur les dénominations et les responsabilités des chefs militaires portant le titre de dux ; de même Davenport 2010.

75 CIL VI, 1125 (ILS, 619) ; CIL XIV, 4455 ; Chastagnol 1972 (= 1987, p. 323-334) récusant l’interprétation faisant d’eux des « vicaires » de la Ville ; Porena 2003, p. 152-163.

76 Barnes 1982, p. 47-67, dans le chapitre intitulé « Imperial Residences and Journeys » ; voir aussi Porena 2018.

77 Vict., 39, 42 ; Eutrope, 9, 22 ; Seston 1946, p. 107, p. 242 ; PLRE Asclepiodotus 3 ; Christol 2000, p. 222-224 ; Porena 2003, p. 132, p. 151 n. 78.

78 P. Oxy. 1469 ; PLRE Rusticianus 1 ; Porena 2003, p. 147-148 et 165-166.

79 Zuckerman 1994b, p. 68-70 (sur la seconde intervention, liée à l’usurpation de Domitianus et d’Achilleus).

80 On retiendra l’observation de Seston 1946, p. 242 : « Il n’y avait donc dans l’empire des Tétrarques que deux préfets du prétoire qui accompagnaient comme chefs d’état-major, ceux des Tétrarques qui dirigeaient les opérations militaires les plus importantes ou qui suivaient, comme chefs de la chancellerie, dans leurs déplacements, les deux Augustes, seuls empereurs qui eussent à prendre des décisions en matière de législation et d’administration ». Une fois posé le principe de l’organisation de la préfecture, le développement souligne les difficultés d’une telle collégialité réduite pour assurer les tâches de gestion en des lieux multiples.

81 PLRE Hermogenianus 2 ; Chastagnol 1989 ; Corcoran 1996, p. 185-190 ; Porena 2003, p. 135-140.

82 PLRE Agricolanus 2 ; Porena 2003, p. 164-165.

83 On admet un voyage (Barnes 1982, p. 60) ; on a été tenté par l’hypothèse d’un autre voyage africain (Di Vita-Evrard 1985, p. 166-167).

84 Sur les divers cas recensés Zuckerman 2002, p. 624-628 et Porena 2003, p. 164-168.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de l’Orient au début du ive siècle
Crédits (D.A.O. Marie-Jeanne Ouriachi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « Remarques sur les fortifications aux frontières et sur l’organisation provinciale de l’Arabie et de la Syrie-Palestine à l’époque des Tétrarques »Syria, 96 | 2019, 419-434.

Référence électronique

Michel Christol, « Remarques sur les fortifications aux frontières et sur l’organisation provinciale de l’Arabie et de la Syrie-Palestine à l’époque des Tétrarques »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10660

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8210 – Anhima

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search