Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Autres articlesL’épigramme grecque du tombeau de...

Autres articles

L’épigramme grecque du tombeau de Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri (Syrie du Sud)
Poésie funéraire et prosopographie dans la province romaine d’Arabie

Julien Aliquot
p. 435-444

Résumés

Les deux célèbres épitaphes métriques gravées sur le tombeau du sénateur romain Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri, dans le sud de la Syrie actuelle, ont été reprises en 2014 dans le quinzième tome des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), consacré au plateau du Trachôn. Ces documents sont ici republiés et commentés à la lueur d’une nouvelle lecture de l’épigramme grecque, selon laquelle le défunt serait le parent ou le collègue d’un certain « Kertos, très fidèle aux empereurs et irréprochable ». Tout comme Maiorinus, qui a fini sa carrière comme préfet du prétoire en Orient, Kertos (Certus) se révèle ainsi avoir été un haut fonctionnaire de l’État romain, qui a servi sous le règne de plusieurs empereurs dans la première moitié du ive siècle après J.‑C., sans doute Constantin et Constance II. Le même homme semble également mentionné dans l’épigramme funéraire d’un juriste de Kolybrassos, en Pamphylie. D’après ce poème, il a pu occuper dans l’administration civile un poste supérieur à celui d’un gouverneur provincial, peut-être celui de comte d’Orient. L’étude de son parcours et de ses réseaux laisse entrevoir l’ascension sociale et politique d’une famille de notables originaire du nord de la province romaine d’Arabie dans l’Antiquité tardive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a bénéficié des remarques de Gianfranco Agosti, Denis Feissel, Pierre-Louis Gatier, Ma (...)

1Sur la bordure méridionale du plateau basaltique du Trachôn, l’actuel Lajā dans le sud de la Syrie moderne (fig. 1), le village de Buṣr al-Ḥarīri conserve deux épitaphes métriques, l’une grecque, l’autre latine, qui commémorent la construction d’un mausolée pour le sénateur Maiorinus, dans la seconde moitié du ive siècle après J.‑C. Ces documents sont connus depuis longtemps. Ils ont aussi fait l’objet de nombreux commentaires. William Henry Waddington les a publiés dès 1870 (nos 2474-2475). Dans le tome 15 des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), sous les numéros 241 et 242, Annie Sartre-Fauriat et Maurice Sartre en ont donné une édition définitive, à un détail près. C’est sur ce détail que je voudrais revenir, pour faire le point sur une question de prosopographie et d’histoire, étant entendu que les éloges funèbres gravés sur la pierre pour la plus grande gloire de Maiorinus illustrent les liens étroits et bien connus entre l’épigraphie des tombeaux et le milieu social des grands propriétaires qui se faisaient inhumer sur leurs domaines dans les cités du Proche-Orient romain 1.

Figure 1.

Figure 1.

Buṣr al-Ḥarīri et les cités du nord de l’Arabie romaine au ive siècle après J.‑C.

Carte Julien Aliquot / Thibaud Fournet 2018

2L’épigramme grecque (IGLS 15, 241), répartie sur trois blocs jointifs (fig. 2), se compose de dix hexamètres séparés par des traits obliques. Elle est publiée de la façon suivante :

  Τύμβος ὑπουδαίων μακάρων ὅδε · τῷ | ἔνι κεῖται
  συγκλήτου φίλον ὄμμα,| σαόφρων Μαιουρῖνος,
  οὗ δύσις ἀν|4τολίη τε μεσημβρίη τε καὶ ἄρκτοι,
4 πισ|τοτάτου βασιλεῦσιν ἀμωμήτοιό τε κέρ|του,
  εὐρύ τε καὶ μάλα καλὸν ἀεὶ κλέος | ἀείδουσιν ·
  τεῦξε δέ μιν ὤριστος ἐν |8 ἡμερίοισι Φίλιππος,
  αὐτοκασιγνή|της πινυτόφρονος ἔκγονος ἥρως, |
8 καὐτὸς ἐὼν βασιλῆος ἀμύμονος ἐσ|λὸς ὀπάων,
  καὶ κτίσε πύργον ὕπερ|12θεν ἐϋπτερύγεσσι πελείαις,
  λαοτύ|πων παλάμῃσιν ἐς οὐρανὸν εὐρὺν ἀεί|ρας.

Figure 2.

Figure 2.

Épigramme funéraire grecque pour Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri, IGLS 15, 241.

Photo Maurice Sartre

3Voici ma traduction du texte, sans l’incise du vers 4, sur laquelle on reviendra plus loin :

« Ce tombeau appartient aux bienheureux qui séjournent sous la terre. Dans celui-ci repose le sage Maiorinus, figure chérie du Sénat, dont le Couchant, le Levant, le Midi et les Ourses … chantent à jamais la vaste et magnifique gloire. Le meilleur des mortels Philippe l’a bâti, héros descendant de sa sœur avisée et lui-même noble compagnon d’un empereur sans reproche ; il a aussi fondé au-dessus une tour pour les pigeons aux ailes rapides, l’ayant élevée grâce aux mains des tailleurs de pierres jusqu’au vaste ciel. »

  • 2 Feissel 2006, p. 125-126, pl. 99, fig. 6, avec une traduction, p. 126 n. 153, reprise dans AE 2006 (...)

4L’épigramme latine, de moins bonne facture, résume le poème grec tout en précisant la fonction de Maiorinus, préfet du prétoire. Son meilleur témoin est le fac-similé de William John Bankes, réalisé en 1816, que D. Feissel a exploité en son temps et qui est reproduit en regard d’IGLS 15, 242 (fig. 32. D’après la copie du voyageur anglais, les quatre hexamètres qui composent l’inscription étaient eux aussi séparés par des traits obliques, sauf à la fin de la ligne 3, qui correspond à la fin du deuxième vers :

  Sede sub hac recubas clarus praetori|que praefectus
  Maiorinus, uirtu|te caelebratus magna per orbem. |4
  Haec illi nuc requies fati, haec sedis | aeterna,
4 Filippi extructa stu|diis gratique nepotis.

Figure 3.

Figure 3.

Épigramme funéraire latine pour Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri, IGLS 15, 242.

Fac-similé de William John Bankes 1816.

  • 3 Voir déjà en ce sens la traduction de Puech 2002, p. 342. Comme me le fait observer G. Agosti, l’e (...)

5Je modifie un peu la traduction de D. Feissel et des IGLS, en rapportant magna à uirtute et non à orbem 3, solution qui obligeait à supposer que magna était gravé pour magnum :

« Sous ce siège tu es couché, clarissime Maiorinus, préfet du prétoire, célébré pour ta grande valeur à travers le monde. Voici maintenant pour lui le repos fatal, voici le siège éternel, édifié par les soins de Philippe, neveu reconnaissant. »

  • 4 Sartre-Fauriat 2001, 1, p. 53-56 ; 2, p. 32, 69-72, cf. IGLS 13/2, 9678 ; SEG 46, 2066, 2078.
  • 5 Gatier & Vérilhac 1989 ; Aliquot 2018, p. 222-223.
  • 6 Robert 1960, p. 302-305. Sur Maiorinus fils, élève de Libanios : Petit 1957, p. 19, 21, 50, 105-10 (...)
  • 7 PLRE 1, p. 537-538, s.v. « Maiorinus 1 », en particulier p. 538, « perhaps PPO in the East in 344/ (...)
  • 8 Philippe ne figure dans la PLRE que dans le commentaire de la notice consacrée à Maiorinus père. A (...)
  • 9 Le terme homérique ὀπάων, utilisé pour marquer la subordination d’un héros à un autre, est parfait (...)
  • 10 Sur l’héroïsation des défunts, voir Jones 2010. Pour le cas du Ḥawrān : Sartre-Fauriat 2001, 2, p. (...)

6Les deux poèmes rappellent la fondation d’un tombeau surmonté d’un pigeonnier. L’édifice ne paraît pas conservé, du moins pas dans son état originel, mais son dispositif est répandu au ive siècle après J.‑C. dans le Ḥawrān 4, région où se prolonge une tradition déjà attestée en Arabie deux siècles plus tôt 5. Ensemble, les deux épigrammes forment aussi un hommage à la mesure des fonctions assumées par Maiorinus. L. Robert a identifié de manière définitive ce personnage au père d’un élève de Libanios du même nom 6. Une lettre du rhéteur d’Antioche, relative à Maiorinus fils (Ep. 560), assure que Maiorinus père a été le préfet du prétoire de Constance II (337-361) avant 357 7. Une autre laisse supposer que Maiorinus père était mort depuis quelque temps en 365, date à laquelle son fils avait déjà été recueilli par Eubule, rival de Libanios (Ep. 1510). À la suite de quoi Maiorinus fils est peut-être mort à son tour ou alors il se trouvait dans l’incapacité de superviser la construction du tombeau de son père en Arabie. On comprendrait ainsi que Philippe se soit acquitté de cette tâche à sa place. Ce parent semble inconnu par ailleurs 8. Il était le neveu ou le petit-neveu de Maiorinus père, les expressions qui le désignent étant ambiguës en grec (αὐτοκασιγνήτης … ἔκγονος) comme en latin (nepos). Quoi qu’il en soit, il convient d’insister sur un fait resté inaperçu : Philippe, « noble compagnon (ὀπάων) d’un empereur sans reproche », a dû lui aussi faire une brillante carrière dans l’administration de l’Empire 9, dans la seconde moitié du ive siècle apr. J.‑C., et son assimilation à un héros (ἥρως) suggère qu’il était lui-même décédé au moment où l’épigramme grecque a été affichée sur le tombeau de son oncle ou de son grand-oncle Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri 10.

  • 11 Déjà en ce sens Bücheler 1895, p. 296, no 622.
  • 12 D’où la notice de la PLRE 1, p. 402, s.v. « Gratus 2 » (« grandson of Maiorinus 1 »).
  • 13 Michel Psellos, Poèmes 8, 140, 142.
  • 14 Trapp 2001, p. 824, s.v. « κέρτος ».
  • 15 Robert 1960, p. 302 n. 8.
  • 16 Froehner 1875, p. 31.
  • 17 La traduction ici adoptée doit beaucoup aux suggestions de D. Feissel. Elle cherche à rendre compt (...)

7L’usage du latin est étroitement lié à la préfecture du prétoire. En étudiant l’épigramme rédigée dans cette langue, D. Feissel a rappelé qu’il fallait lire l’adjectif gratus 11, là où certains éditeurs ont cru voir le nom d’un parent de Philippe qui se serait appelé Gratus 12. Comme A. Sartre-Fauriat et M. Sartre, je partage ce point de vue, mais je pense qu’il est quand même possible de compléter le réseau des relations de Maiorinus et de Philippe d’après l’épigramme grecque. Aux lignes 5-6, l’un des apports de l’édition des IGLS est d’avoir montré, photo à l’appui, que la lecture du dernier mot du vers 4 est indubitable, ce qui invalide toutes les tentatives faites pour corriger le texte à cet endroit. Cependant, ΚΕΡ|ΤΟΥ reste présenté dans le corpus comme la transcription au génitif de l’épithète latine certus, d’où traduction proposée : « lui (Maiorinus) le plus fidèle aux empereurs, l’ami sûr irréprochable ». Un tel emprunt au latin n’est pas impossible mais, même dans la poésie byzantine 13, κέρτος conserve une acception technique propre à la littérature juridique et ne qualifie jamais une personne 14. À la fin du vers 4 de notre épigramme, il est par ailleurs préférable de considérer que τε coordonne πιστοτάτου βασιλεῦσιν et ἀμωμήτοιό plutôt que ἀμωμήτοιό et κέρτου (cf. le vers 3 pour le même usage de la particule enclitique). La mention d’une parenté prestigieuse ou d’une collégialité serait tout à fait bienvenue dans l’éloge d’un grand personnage de l’Empire, malgré les réserves de L. Robert : « Un nom n’a pas sa place ici. J’accepterais volontiers le supplément de Peek avec une légère modification, qui fait moins violence à la copie : τ’ ἐ(ν) ἔρ(γ)ο(ι)[ς] : Κ = Ν (le plus rude), Τ = Γ ; Υ = Ι » 15. L. Robert réagissait à la conjecture de W. Froehner 16 : « À la fin du vers, il y a probablement un nom propre romain. Le mort s’appelait Maiorinus Certus. » Or, si l’idée d’un nom double est bien sûr à écarter, ce n’est pas le cas de l’interprétation de Κέρτου comme un anthroponyme. À mon avis, il faut faire de Κέρτου le nom d’un parent ou d’un collègue de Maiorinus et traduire les vers 2-5 de la façon suivante : « le sage Maiorinus, figure chérie du Sénat, dont le Couchant, le Levant, le Midi et les Ourses, ainsi que de Kertos très fidèle aux empereurs et irréprochable, chantent à jamais la vaste et magnifique gloire 17. »

  • 18 P.Cair. Masp. 2, 67139, fol. 5v, 32.
  • 19 Voir SEG 48, 1775, pour l’identification du site.
  • 20 Bean & Mitford 1970, p. 74-76, no 49, photo 60 (Gilliam 1974 ; Lebek 1976 ; SEG 26, 1456 ; Hagel (...)

8Kertos apparaît ainsi comme un haut fonctionnaire de l’État romain qui a servi sous le règne de plusieurs empereurs, sans doute Constantin, puis Constance II. Le nom latin Certus, qui vient de lui être restitué, était assez courant aux trois premiers siècles de l’ère chrétienne, quoique surtout dans la partie occidentale de l’Empire. Il est devenu rarissime à l’époque protobyzantine. Les trois volumes de la Prosopography of the later Roman empire (PLRE) ne contiennent aucun porteur de ce nom pour toute la période comprise entre 260 et 641 après J.‑C. De même, les tomes parus de la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire n’en enregistrent pas non plus, tant en Italie qu’en Gaule ou en Asie. Pour ma part, je n’ai trouvé que deux individus répondant au nom de Certus dans l’Antiquité tardive. L’un d’eux est connu par un papyrus d’Aphroditô daté de 544/545 18. Il ne peut s’agir de notre homme à une date aussi tardive. En revanche, la question de l’identification du père de Maiorinus et d’un personnage homonyme mentionné dans une inscription pamphylienne du ive siècle après J.‑C. mérite d’être posée. Ce document est gravé sur un sarcophage trouvé à Ayasofya, le site de l’antique Kolybrassos 19. Il reproduit l’épigramme funéraire d’un juriste appelé Konôn 20 :

  Βηρυτὸν τὸ πάροιθεν ὅτε πτόλιν ἦλθον ἐς ἐ̣[σθλὴν]
          Ῥωμαϊκῆς μούσης εἵνεκα καὶ νομίμων,
  ἐλπωρὴν γελόωσαν ἔχων καὶ δαίμονα πικρό̣[ν],
4         οὐκέτʼ ἐπὶ πάτρην ἤλυθον ἡμετέρην ·
  ἀλλά με πρῶτον ἔδεκτο δικασπολίῃσι μέ̣λ̣οντα
          ἄστυ Παλαιστίνης ὄρχαμος ἀμφιέπων ·
  κεῖθεν δʼ Ἀντιόχοιο φίλη πόλις, ἐκ δέ μʼ ἐκείνης
8         Βειθυνῶν ἀγαθὴ δέξατο μητρόπολις ·
  ἔνθεν ἐμὸν στήθ̣ε̣σ̣σι νόον καὶ ἐπίφρονα μῆτιν
          Κέρτος ὁμηλικίης πολλὸν ἀγασσάμενος
  συνκάθεδρον Θήβης Νειλωΐδος ἡγεμονῆος
12         θῆκεν · ὁ δʼ ἁρπάκτης, πρὶν χρόνον ἐκτελέσαι
  πρὶν πάτρην ἰδέειν με τὸ δεύτερον ἠδὲ γονῆας,
          ἥρπασεν ἐξαπίνης εἰς Ἀχέροντʼ Ἀΐδης ·
  τ̣η̣λ̣[όθε ? δʼ] ἐ̣ρ̣χ̣ό̣μ̣ενός ? με πατὴρ προσπτύξατο χερσί,
16         νεκρὸν ἐπὶ ξεινῆς κείμενον εἰσορόων ·
  ἀλλὰ καὶ ὥς Νεῖλόν τε μέγαν καὶ πόντον ἀνύσσα[ς]
          ἀντὶ γάμων στοναχῶν τοῦτον ἔδειμε τάφο[ν] ·
  μήτηρ δʼ αὐτʼ ὁδύνηισι πεπαρμένη ἐν χθονὶ κῖται ·
20 κεῖμε δʼ ὦδε Κόνων ἀνὴρ Mούσηισι μεμηλώς,
          ψ̣υχὴν ἐς μακάρων ν̣ῆσσον ἔχων ἀγαθήν ·
  ἀλλά, πάτερ Τρωΐλε, μὴ τόσσον ὀδύρεο · καὶ γὰρ ἄριστοι
          παῖδες ἐπουρανίων ἤλυθον εἰς Ἀΐδην.

« Depuis que je suis allé vers la noble cité de Bérytos pour la Muse romaine et pour les lois, doué d’une joyeuse espérance et d’un démon cruel, jamais plus je n’ai regagné ma patrie. D’abord le chef qui gouvernait la capitale de la Palestine a accepté que je prenne soin des jugements. De là la cité chérie d’Antiochos m’accueillit, puis après celle-ci la métropole des Bithyniens. Ensuite Kertos, du même âge que moi, très admiratif de l’esprit que j’ai au cœur et de ma prudente sagesse, me plaça comme assesseur du gouverneur de Thèbes sur le Nil. Mais le ravisseur Hadès, avant que mon service soit accompli, avant que je revoie ma patrie et mes parents, m’a emmené subitement vers l’Achéron. Venu de loin (?), mon père me serra dans ses bras lorsqu’il me découvrit mort, gisant en terre étrangère. Toutefois, parvenu au-delà du vaste Nil et de la mer, il a construit ce tombeau en gémissant au lieu de préparer ma noce. Ma mère, transpercée par la souffrance, repose en terre. Je repose ici, moi Konôn, cher aux Muses, qui ai ma bonne âme sur l’Île des bienheureux. Trôïlos, père, ne te lamente pas autant, car même les plus nobles enfants des dieux du ciel sont partis vers l’Hadès. »

  • 21 Gilliam 1974, cf. PLRE 1, p. 1098.
  • 22 Collinet 1925, p. 211-218.

9L’épigramme se compose de douze distiques amputés d’un pentamètre après le vers 19. Elle retrace la carrière d’un jeune juriste depuis l’époque de sa formation. Konôn n’a pas revu sa patrie depuis qu’il est parti étudier le latin et le droit romain à Béryte. Il a occupé des fonctions officielles dans trois villes du Proche-Orient et d’Asie Mineure, avant qu’un certain Kertos (Certus) le place comme assesseur du gouverneur de Thébaïde. La mention de cette province permet de dater l’inscription après 295 après J.‑C. environ, comme l’a montré J. F. Gilliam 21. À cette date et jusqu’à la fin du ive siècle, le droit romain était encore enseigné en latin à Béryte 22.

  • 23 Gilliam 1974, p. 148 n. 2.
  • 24 Bean & Mitford 1970, p. 75 ; Merkelbach & Stauber 2002, p. 167.
  • 25 Cf. PLRE 2, p. 213-214, s.v. « Clematius 2 ».
  • 26 I. Ephesos 4, 1305, 1308, avec les remarques de Robert 1948, p. 44.
  • 27 Καίσαρος ἄστυ, dans l’épigramme de Gadara SEG 36, 1345, reprise par D. Feissel, Bull. ép., 1989, 9 (...)
  • 28 Syntagme poétique commun, cf. par exemple Grégoire de Nazianze, Poèmes 2, 1, 1 (Περὶ τῶν καθʼ ἑαυτ (...)
  • 29 Sur l’adsessor, voir Berger 1953, p. 351, s.v. « adsessores » ; Jones 1964, p. 500-503, 1213.
  • 30 Voir par exemple PLRE 1, p. 378-379, s.v. « Gaianus 6 », pour un avocat d’origine tyrienne, ancien (...)

10Ainsi que J. F. Gilliam le faisait déjà remarquer aux premiers éditeurs 23, et contrairement à ce que supposent encore R. Merkelbach et J. Stauber à la suite de G. E. Bean et T. B. Mitford 24, il est impossible que l’expression du vers 6, ἄστυ Παλαιστίνης ὄρχαμος ἀμφιέπων, concerne un procurateur de Judée. À mon sens, au ive siècle, il ne peut être ici question que du praeses de Palestine, avant la séparation de cette province en deux, survenue en 357 ou en 358 après J.‑C. 25. Le terme rare ὄρχαμος convient bien à un gouverneur dans l’Antiquité tardive. Il désigne encore les proconsuls d’Asie Isidôros et Nonnos dans deux épigrammes honorifiques d’Éphèse au début du ve siècle après J.‑C. 26. Pour en revenir à Konôn, c’est donc immédiatement après avoir quitté Béryte, bien avant d’arriver en Égypte, qu’il aurait été placé de manière successive au service des praesides de trois provinces, à Césarée Maritime en Palestine 27, à Antioche en Syrie Coelé et à Nicomédie en Bithynie. L’expression un peu vague δικασπολίῃσι μέ̣λ̣οντα 28, qui caractérise l’activité du juriste à ses débuts, pourrait renvoyer au travail d’un simple greffier. On comprendrait ainsi l’insistance mise sur l’obtention d’un poste d’assesseur en Thébaïde, συνκάθεδρον Θήβης Νειλωΐδος ἡγεμονῆος. Le fait d’endosser ce rôle de conseiller juridique 29, chargé d’expliquer au gouverneur les différences entre le droit romain et les coutumes locales, correspondait dans la carrière de Konôn à une promotion susceptible de lui ouvrir l’accès au gouvernement d’une province, moyennant des lettres de recommandation ou l’appui d’un patron puissant 30.

  • 31 Jones 2007, p. 1352-1353, nos 43-44.
  • 32 Libanios, Ep. 1528-1529 ; Collinet 1925, p. 89 ; PLRE 1, p. 659, s.v. « Palladius 9 ».

11Kolybrassos, la patrie du défunt, se trouve en Pamphylie (et non en Cilicie, comme on le lit parfois). Deux juristes se sont distingués dans la même cité avant lui : Valérianus fils d’Obrimos et Trôïlos fils d’Obrimos 31. Notre homme leur était peut-être apparenté, même si toute identification de son père avec Trôïlos fils d’Obrimos est exclue par le fait que ledit Trôïlos est mort jeune. D’autres juristes originaires de la même province ont connu un parcours analogue au sien. Lors de l’été 365, Libanios a fourni à un certain Palladios de Pamphylie deux lettres de recommandation au moment où il avait achevé son droit à Béryte, l’une destinée à Hilarios, consulaire de Pamphylie, l’autre à Cléarque, vicaire d’Asie 32. Le cas de ces deux hommes illustre l’existence de réseaux de relations entre les anciens étudiants de l’École de droit de Béryte, des tiers capables de les recommander et les plus hautes autorités des provinces de la partie orientale de l’Empire, qui avaient besoin de l’expertise de juristes bilingues.

  • 33 Sur le rôle que joue notamment le préfet du prétoire depuis Constantin dans le choix des gouverneu (...)
  • 34 D’une part, les titulaires connus de la préfecture du prétoire d’Orient sont assez nombreux pour l (...)

12Kertos, qui a intercédé en faveur de Konôn, n’a pas été identifié à ce jour. À titre d’hypothèse, je propose d’en faire le parent ou le collègue du préfet du prétoire Maiorinus mentionné dans l’épigramme grecque du tombeau de Buṣr al-Ḥarīri. À Kolybrassos, l’expression Κέρτος ὁμηλικίης implique que Kertos et Konôn sont de la même génération, ce qui exclut que Kertos soit un professeur plus âgé. Par ailleurs, la chronologie du parcours de Konôn, comprise au maximum entre 295 et la fin des années 360, est compatible avec l’idée, suggérée par l’épigramme de Buṣr al-Ḥarīri, que Kertos aurait assumé des fonctions importantes au service de plusieurs empereurs dans la première moitié du ive siècle après J.‑C. On peut peut-être aller plus loin encore, même si la question de la nature des relations personnelles entre les deux hommes semble devoir rester ouverte. L’inscription de Pamphylie précise que Kertos avait placé (θῆκεν) le juriste Konôn comme assesseur au service du praeses de Thébaïde. L’usage du verbe τίθημι, « placer », au lieu de συνίστημι, « recommander », et en position emphatique au début du vers, témoigne du caractère volontariste et autoritaire de cette nomination et permet d’envisager la possibilité que le patron de Konôn occupait un poste supérieur à celui d’un gouverneur provincial dans l’administration civile. Assez souvent, les lettres de Libanios et de Symmaque évoquent la manière dont les hauts fonctionnaires procédaient au recrutement de conseillers juridiques pour leurs propres services (e.g. Libanios, Ep. 348, 563) ou à la recommandation de juristes auprès de leurs homologues et de leurs subordonnés (e.g. Symmaque, Ep. 5, 74 ; 9, 32), et ce d’autant plus facilement que ni les avocats ni les assesseurs, bien que rétribués sur les fonds publics, n’étaient assimilables à des fonctionnaires 33. On verrait volontiers Kertos à ce niveau hiérarchique, en qualité de comte d’Orient, moins probablement en tant que préfet du prétoire d’Orient 34. Dans l’état actuel de nos connaissances, il ne s’agit toutefois que d’une conjecture, que de nouveaux documents viendront peut-être étayer.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AE
L’Année épigraphique
, publié dans la Revue archéologique, 1888-1961, puis sous la forme de volumes indépendants, Paris.

Bull. ép.
« Bulletin épigraphique », Revue des études grecques, depuis 1888.

I. Ephesos 4
H. Engelmann, D. Knibbe & R. Merkelbach, Die Inschriften von Ephesos, 4, Bonn, 1980.

IC
M. Guarducci, Inscriptiones Creticae, Rome, 1935-1950.

IGLS 13/2
M. Sartre, avec la collaboration d’A. Sartre-Fauriat, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, 13/2, Bostra (Supplément) et la plaine de la Nuqrah, Beyrouth, 2011.

IGLS 15
A. Sartre-Fauriat & M. Sartre, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, 15, Le plateau du Trachôn et ses bordures, Beyrouth, 2014.

P.Cair. Masp.
J. Maspero, Papyrus grecs d’époque byzantine. Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire, Le Caire, 1911-1916.

PLRE
A. H. M. Jones, J. R. Martindale & J. Morris, The prosopography of the later Roman empire, Cambridge, 1971-1992.

SEG
Supplementum epigraphicum Graecum
, Leyde, depuis 1923.

*

Aliquot (J.)
2018 « Un dieu dans la famille : recherches épigraphiques sur le culte des morts au Proche-Orient sous l’Empire romain », M.-D. Nenna, S. Huber & W. Van Andringa (éd.), Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée antique, Alexandrie, p. 219-231.

Barnes (T. D.)
1992 « Praetorian prefects, 337-361 », ZPE 94, p. 249-260.

Bean (G. E.) & Mitford (T. B.)
1970 Journeys in Rough Cilicia 1964-1968, Vienne/Graz/Böhlau in Komm.

Berger (A.)
1953 « Encyclopedic dictionary of Roman law », Transactions of the American Philosophical Society 43, p. 333-809.

Bücheler (Fr.)
1895 Carmina Latina epigraphica, 1, Leipzig.

Collinet (P.)
1925 Histoire de l’École de Droit de Beyrouth, Paris.

Feissel (D.)
2006 « Les inscriptions latines dans l’Orient protobyzantin », R. Harreither, Ph. Pergola, R. Pillinger & A. Pülz (éd.), Acta congressus internationalis XIV archaeologiae christianae, Vindobonae 19.-26. 9. 1999 / Akten des XIV. internationalen Kongresses für christliche Archäologie, Wien 19.-26. 9. 1999. Frühes Christentum zwischen Rom und Konstantinopel, Cité du Vatican/Vienne, p. 99-129.

Froehner (W.)
1875 Mélanges d’épigraphie et d’archéologie XI-XXV, Paris.

Garulli V. & Santin (E.)
2020 « Greek-Latin bilingualism and cultural identity in the Graeco-Roman East: Carmina epigraphica Graeca et Latina (CEGL) from the Middle East », M.-P. de Hoz, J. L. García Alonso & L. A. Guichard (éd.), Greek paideia and local traditions in the Graeco-Roman East, Leuven.

Gatier (P.-L.) & Vérilhac (A.-M.)
1989 « Les colombes de Déméter à Philadelphie-Amman », Syria 66, p. 337-348.

Gilliam (J. F.)
1974 « A student at Berytus in an inscription from Pamphylia », ZPE 13, p. 147-150.

Hagel (S.) & Tomaschitz (K.)
1998 Repertorium der westkilikischen Inschriften, Vienne.

Jones (A. H. M.)
1964 The later Roman empire, 284-602. A social, economic and administrative survey, Oxford.

Jones (C. P.)
2007 « Juristes romains dans l’Orient grec », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 1331-1358.

Jones (C. P.)
2010 New heroes in Antiquity, from Achilles to Antinoos, Cambridge, Mass./Londres.

Lebek (W. D.)
1976 « Das Begräbnis des Karrierejuristen (Bean-Mitford, Journeys in Rough Cilicia 1964-1968 nr. 49) », ZPE 21, p. 39-41.

Merkelbach (R.) & Stauber (J.)
2002 Steinepigramme aus dem griechischen Osten, 4, Die Südküste Kleinasiens, Syrien und Palaestina, Munich/Leipzig.

Petit (P.)
1957 Les étudiants de Libanius, Paris.

Petit (P.)
1994 Les fonctionnaires dans l’œuvre de Libanius. Analyse prosopographique, Paris.

Puech (B.)
2002 Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale, Paris.

Robert (L.)
1948 Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, 4, Épigrammes du Bas-Empire, Paris.

Robert (L.)
1960 Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, 11-12, Paris.

Sartre-Fauriat (A.)
2001 Des tombeaux et des morts. Monuments funéraires, société et culture en Syrie du Sud du ier siècle av. J.‑C. au viie siècle apr. J.‑C., Beyrouth.

Sartre-Fauriat (A.)
2004 Les voyages dans le Ḥawrān (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818), Bordeaux/Beyrouth.

Tantillo (I.)
2012 « “Dispensatore di governatori”. A proposito di una dedica a un prefetto al pretorio da Gortina (IC IV 323) », Rivista di filologia e di istruzione classica 140, p. 407-424.

Trapp (E.) éd.
2001 Lexikon zur byzantinischen Gräzität, besonders des 9.-12. Jahrhunderts. 4. Faszikel (ζωοσταγής-κώφευσις), Vienne.

Waddington (W. H.)
1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cet article a bénéficié des remarques de Gianfranco Agosti, Denis Feissel, Pierre-Louis Gatier, Maurice Sartre, Annie Sartre-Fauriat et d’un recenseur ou d’une recenseuse anonyme sollicitée par la revue Syria. Je tiens à remercier vivement tous mes collègues et à rappeler que je reste le seul responsable des erreurs qui pourraient subsister ici.

2 Feissel 2006, p. 125-126, pl. 99, fig. 6, avec une traduction, p. 126 n. 153, reprise dans AE 2006, 1610. Voir aussi Sartre-Fauriat 2004, p. 152-154, sur les archives de Bankes, et, de manière plus générale, sur le rapport entre les deux épigrammes pour Maiorinus, Garulli & Santin 2020, où mon étude est évoquée.

3 Voir déjà en ce sens la traduction de Puech 2002, p. 342. Comme me le fait observer G. Agosti, l’expression magnus orbis est rarissime dans la poésie latine, tandis que magna uirtus est fréquent. D. Feissel attire aussi mon attention sur le fait que l’auteur de l’épigramme, dont ce n’est pas le seul écart de prosodie, a traité la désinence de l’ablatif magna comme une syllabe brève.

4 Sartre-Fauriat 2001, 1, p. 53-56 ; 2, p. 32, 69-72, cf. IGLS 13/2, 9678 ; SEG 46, 2066, 2078.

5 Gatier & Vérilhac 1989 ; Aliquot 2018, p. 222-223.

6 Robert 1960, p. 302-305. Sur Maiorinus fils, élève de Libanios : Petit 1957, p. 19, 21, 50, 105-106 ; PLRE 1, p. 538, s.v. « Maiorinus 2 ».

7 PLRE 1, p. 537-538, s.v. « Maiorinus 1 », en particulier p. 538, « perhaps PPO in the East in 344/6 » ; Barnes 1992, p. 255, préfet du prétoire attaché à la personne de Constance entre 351 et 354. La notice de Petit 1994, p. 152-153, no 179, est obsolète.

8 Philippe ne figure dans la PLRE que dans le commentaire de la notice consacrée à Maiorinus père. Aucune identification ne s’impose entre cet homme et l’un des dix-huit homonymes recensés dans la PLRE 1, p. 695-697, et 2, p. 874-877.

9 Le terme homérique ὀπάων, utilisé pour marquer la subordination d’un héros à un autre, est parfaitement adapté aux relations entre l’empereur et un haut fonctionnaire.

10 Sur l’héroïsation des défunts, voir Jones 2010. Pour le cas du Ḥawrān : Sartre-Fauriat 2001, 2, p. 28-29, 220 ; Aliquot 2018.

11 Déjà en ce sens Bücheler 1895, p. 296, no 622.

12 D’où la notice de la PLRE 1, p. 402, s.v. « Gratus 2 » (« grandson of Maiorinus 1 »).

13 Michel Psellos, Poèmes 8, 140, 142.

14 Trapp 2001, p. 824, s.v. « κέρτος ».

15 Robert 1960, p. 302 n. 8.

16 Froehner 1875, p. 31.

17 La traduction ici adoptée doit beaucoup aux suggestions de D. Feissel. Elle cherche à rendre compte de l’insertion maladroite du vers 4 dans l’épigramme, sans lequel la construction de la phrase se comprendrait sans difficulté. Même si la syntaxe du texte est déroutante, il vaut mieux ne pas préjuger du lien qui unit Maiorinus et Kertos/Certus. Rien n’impose en effet l’idée d’une filiation entre les deux hommes, d’autant que le génitif Κέρτου est très éloigné du nominatif Μαιουρῖνος et que, dans le cas de Philippe au vers 7, l’épigrammatiste utilise une terminologie familiale relativement précise.

18 P.Cair. Masp. 2, 67139, fol. 5v, 32.

19 Voir SEG 48, 1775, pour l’identification du site.

20 Bean & Mitford 1970, p. 74-76, no 49, photo 60 (Gilliam 1974 ; Lebek 1976 ; SEG 26, 1456 ; Hagel & Tomaschitz 1998, Aya 28 ; Merkelbach & Stauber 2002, p. 166-167, no 18/18/01), cf. Bull. ép., 1972, 504 ; 1974, 606 ; Jones 2007, p. 1353, no 45. Au vers 4, ἐπί est gravé pour ἐπεί. Au vers 19, il y a κῖται pour κεῖται. Un pentamètre manque après ce vers. Au vers 20, κεῖμε est inscrit à la place de κεῖμαι.

21 Gilliam 1974, cf. PLRE 1, p. 1098.

22 Collinet 1925, p. 211-218.

23 Gilliam 1974, p. 148 n. 2.

24 Bean & Mitford 1970, p. 75 ; Merkelbach & Stauber 2002, p. 167.

25 Cf. PLRE 2, p. 213-214, s.v. « Clematius 2 ».

26 I. Ephesos 4, 1305, 1308, avec les remarques de Robert 1948, p. 44.

27 Καίσαρος ἄστυ, dans l’épigramme de Gadara SEG 36, 1345, reprise par D. Feissel, Bull. ép., 1989, 999.

28 Syntagme poétique commun, cf. par exemple Grégoire de Nazianze, Poèmes 2, 1, 1 (Περὶ τῶν καθʼ ἑαυτόν) : δικασπολίῃσι μέλοντας (référence que je dois à l’amitié de G. Agosti).

29 Sur l’adsessor, voir Berger 1953, p. 351, s.v. « adsessores » ; Jones 1964, p. 500-503, 1213.

30 Voir par exemple PLRE 1, p. 378-379, s.v. « Gaianus 6 », pour un avocat d’origine tyrienne, ancien étudiant de l’École de Béryte, devenu l’assesseur d’un magistrat à Antioche, puis le consulaire de Phénicie sous le règne de l’empereur Julien.

31 Jones 2007, p. 1352-1353, nos 43-44.

32 Libanios, Ep. 1528-1529 ; Collinet 1925, p. 89 ; PLRE 1, p. 659, s.v. « Palladius 9 ».

33 Sur le rôle que joue notamment le préfet du prétoire depuis Constantin dans le choix des gouverneurs et dans le contrôle de leur carrière, voir Tantillo 2012, à propos d’IC 4, 323, inscription grecque de Gortyne en l’honneur d’Antonius Marcellus, où ce préfet du prétoire (ca 340-341 après J.‑C.) serait désigné comme « dispensateur de gouverneurs » (cf. D. Feissel, Bull. ép., 2013, 512).

34 D’une part, les titulaires connus de la préfecture du prétoire d’Orient sont assez nombreux pour la première moitié du ive siècle après J.‑C. D’autre part, il serait exceptionnel que Kertos ait déjà atteint le sommet de la hiérarchie à l’âge que lui donne l’épigramme de Kolybrassos.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Buṣr al-Ḥarīri et les cités du nord de l’Arabie romaine au ive siècle après J.‑C.
Crédits Carte Julien Aliquot / Thibaud Fournet 2018
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2.
Légende Épigramme funéraire grecque pour Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri, IGLS 15, 241.
Crédits Photo Maurice Sartre
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Figure 3.
Légende Épigramme funéraire latine pour Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri, IGLS 15, 242.
Crédits Fac-similé de William John Bankes 1816.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Aliquot, « L’épigramme grecque du tombeau de Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri (Syrie du Sud)
Poésie funéraire et prosopographie dans la province romaine d’Arabie »
Syria, 96 | 2019, 435-444.

Référence électronique

Julien Aliquot, « L’épigramme grecque du tombeau de Maiorinus à Buṣr al-Ḥarīri (Syrie du Sud)
Poésie funéraire et prosopographie dans la province romaine d’Arabie »
Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10739

Haut de page

Auteur

Julien Aliquot

CNRS, UMR 5189 HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search