Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96NécrologiesNoël Duval (Le Chesnay 1929 – Par...

Nécrologies

Noël Duval (Le Chesnay 1929 – Paris 2018)

Frédéric Alpi et Anne Michel
p. 479-482

Texte intégral

1Éminent spécialiste de l’Afrique chrétienne, N. Duval a manifesté dans ses nombreux travaux un intérêt global pour l’Antiquité tardive et la période protobyzantine, en conjuguant toutes les disciplines historiques et même philologiques afférentes (archéologie, épigraphie, numismatique, iconographie, religion chrétienne, hagiographie, Bible, liturgie, critique textuelle, histoire des institutions). En témoigne son imposante bibliographie qui totalise, entre ouvrages, articles, mémoires, notices, préfaces ou recensions, quelque 750 titres. C’est essentiellement le souci d’unir ces différentes approches au service d’une rigoureuse analyse qui fonde sa puissante démarche d’historien. Très tôt, il élabora la méthode de travail dont devait procéder toute son œuvre. Celle-ci se caractérisait, qu’il s’agisse de fouilles stratigraphiques ou de la révision de fouilles anciennes, par une scrupuleuse attention portée aux données archéologiques (étude minutieuse du bâti, de son décor, des aménagements liturgiques, du mobilier et de l’épigraphie), associée à une extrême prudence, voire de la méfiance, à l’égard de toute conclusion générale, toujours rigoureusement réexaminée en tenant compte de l’histoire et des données matérielles locales. On retiendra aussi qu’il appartenait à une génération où le savoir et les savoir-faire n’étaient pas encore répartis aux mains de techniciens formés à des compétences cloisonnées, mais où beaucoup de celles-ci, comme il le déclarait volontiers lui-même, s’acquéraient sur le terrain, selon les circonstances et au contact des aînés.

2Historien et archéologue de formation classique (passé par la Sorbonne, l’École pratique des hautes études et l’École française de Rome), il orienta rapidement sa carrière de chercheur sur l’Afrique, suite à son premier stage de terrain sur le site tunisien de Sbeitla, auquel il devait consacrer sa thèse d’État, soutenue en 1969 et publiée peu après (Sbeitla et les églises africaines à deux absides. I, Les églises de Sbeitla à deux sanctuaires opposés. II, Les églises africaines à deux absides [BÉFAR 218], Paris 1971-1973). De fait, il connut une longue carrière universitaire, depuis une première charge d’enseignement à l’Institut des hautes-études de Tunis (1955-1957), jusqu’à la chaire d’Archéologie classique à Lille (1969-1975), puis la première chaire d’Archéologie de l’Antiquité tardive, d’Art du Moyen Âge et de Civilisation byzantine à Paris IV (1975-1992). Sans le détourner de nombreuses directions de fouilles, en Tunisie, puis dans les Balkans (en Serbie et en Croatie), ces responsabilités pédagogiques, assumées avec une exigeante efficacité, se sont doublées d’importantes charges administratives. Il assuma ainsi celles de conservateur puis de conservateur en chef du département des Antiquités grecques et romaines au musée du Louvre (1968-1975), ce qui le sensibilisa à une gamme étendue de problématiques et l’ouvrit à des collègues venus d’horizons très variés. directeur du centre Alfred Merlin (CNRS-Paris IV) de 1973 à 1988, puis du centre Lenain-de-Tillemont (CNRS-Paris IV), auquel le premier fut intégré, jusqu’en 1992, il participa très activement aux travaux interdisciplinaires réunissant archéologues, historiens tardo-antiquisants et patristiciens, toujours à l’affût des avancées de la recherche dans ces différents domaines et toujours soucieux de les confronter les unes aux autres.

3Outre ses travaux personnels, son activité d’organisateur de colloques et d’éditeur de recueils, la fondation de l’Association pour l’Antiquité tardive (APAT), prenant la suite en 1991 de la société qui avait préparé, dès 1983, l’organisation du XIe Congrès international d’archéologie chrétienne (1986), la co-direction, jusqu’en 2008, de la revue éponyme (Antiquité tardive) lancée en 1993, à laquelle s’ajouta, à partir de 1999, celle de sa collection monographique, la Bibliothèque de l’Antiquité tardive (BAT), répondaient à cette volonté de faire circuler l’information scientifique d’un domaine à l’autre et de mettre en lumière aussi bien les invariants que les disparités des mondes paléochrétien et protobyzantin. À cet égard, il faut retenir la co-organisation du XIe congrès international d’archéologie chrétienne, suivie en 1989 de la monumentale édition de ses actes en trois volumes (CÉFR 123 / Studi di antichità cristiana 41), la publication de ceux de la table-ronde de Grenoble de 1994 sur Les églises doubles et les familles d’églises, avec J.-P. Caillet (AntTard 4, 1996, p. 19-234), du dossier réuni par J.-M. Carrié et D. Feissel sur Les gouverneurs dans l’Antiquité tardive (AntTard 6, 1998, p. 17-231) et de ceux du colloque de Londres de 1998 sur Le De Ædificiis de Procope, avec Ch. Rouéché et J.-M. Carrié (AntTard 8, 2000, p. 9-180). On peut rappeler aussi sa non moins emblématique chronique consacrée à la publication du séminaire du Collège de France (1985-1986), Hommes et richesses de l’Empire byzantin. 1, ive-vie s. (Paris, 1989), éloquemment intitulée « Une expérience mémorable d’échanges scientifiques entre antiquisants et médiévistes et le rapport Orient-Occident dans l’Antiquité tardive » (AntTard 3, 1995, p. 263-276).

4Connu surtout pour ses travaux sur l’archéologie chrétienne de l’Afrique et des Balkans, ses recherches iconographiques sur les prix de concours, les palais et les représentations d’architecture, N. Duval n’a cessé d’élargir les perspectives géographiques de sa recherche. Si sa contribution aux études paléochrétiennes du Levant paraît moins considérable, elle jalonne pourtant discrètement toute sa carrière scientifique. N. Duval vint à l’Orient par souci de comparaison et au gré des recherches où le menaient ses responsabilités administratives. Son stage de l’École de Rome, à Sbeitla, l’avait incité à étudier l’architecture religieuse de l’Antiquité tardive et les aménagements intérieurs des édifices africains mais aussi, très rapidement, ceux de la Méditerranée orientale. Par E. Frézouls, son collègue en Tunisie (1956-1957), il a pu recueillir une part de l’expérience d’H. Seyrig, lequel avait mandaté les recherches de Frézouls en Syrie, entre 1951 et 1954, au titre de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth (IFAB). Ses propres enquêtes sur les palais de l’époque tétrarchique, d’abord dans leur contexte historique, puis dans leur cadre matériel, conduisirent très tôt cet esprit curieux à s’interroger sur leur iconographie, puis sur les représentations architecturales à la fin de l’Antiquité et au Haut Moyen Âge. C’est dans le prolongement de ces enquêtes qu’il devait plus tard s’intéresser aux représentations architecturales des mosaïques des églises de Jordanie. Par le Louvre, N. Duval a connu J.-Ch. Balty, attaché de conservation aux musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles et directeur de la mission archéologique d’Apamée de Syrie. Invité par celui-ci aux colloques Apamée de Syrie, en 1972 et 1980, il y témoigne de son ouverture aux régions orientales (« Les groupes épiscopaux de Syrie et d’Afrique du Nord », Colloque Apamée de Syrie II, Bruxelles, 1973, p. 221-245, avec J. Lassus et P.-A. Février ; « Les maisons d’Apamée et l’architecture “palatiale” de l’Antiquité tardive », Colloque Apamée de Syrie III, Bruxelles, 1984, p. 447-470). Au Louvre également, il avait noué une relation d’amitié avec l’émir M. Chéhab, un ancien de la maison, depuis directeur général des Antiquités du Liban (DGAL), qui revenait chaque année travailler à Paris. Plusieurs missions au Liban en résultèrent pour N. Duval. Comme on préparait le Catalogue des mosaïques antiques et paléochrétiennes du musée du Louvre, la rédaction d’une notice sur le pavement de Qabr Hiram, déposée en 1862 par E. Renan, lui fournit l’occasion de donner une mise au point sur l’édifice et de poser la problématique des spécificités des aménagements liturgiques des églises du Liban (Cahiers archéologiques 28, 1977, p. 81-104), qui prolongeait sa réflexion sur les églises d’Afrique et de Cyrénaïque. Par la suite, N. Duval a maintenu, dans ses fonctions et dans sa recherche, un lien particulier avec l’archéologie du Levant. Ainsi s’intéressa-t-il de près aux travaux de R. Saïdah, le talentueux fouilleur de Khaldé et de Jiyé-Nébi Younès, avec lequel il entretint une correspondance scientifique, entre 1969 et 1975, dont il interpréta les découvertes et qu’il pria d’intervenir à son séminaire d’archéologie chrétienne en 1976. Après sa disparition prématurée, N. Duval salua sa mémoire en participant au recueil qui lui fut dédié, Archéologie au Levant, par un article cosigné avec J.-P. Caillet : « Khan Khaldé (ou Khaldé III) : les fouilles de Roger Saidah dans les églises, mises en œuvre d’après les documents de l’auteur » (Collection de la MOM 12, Lyon, 1983, p. 81-104). À la mort de M. Chéhab, N. Duval lui rendit aussi un hommage appuyé, où il rappelait également le rôle de l’IFAB, devenu IFAPO, dans la proximité maintenue, malgré la guerre civile, entre les collègues français et libanais (AntTard 4, 1996, p. 9-10).

5Au début de la décennie 1980, N. Duval porta son attention sur la Jordanie, à la faveur des découvertes spectaculaires du RP franciscain M. Piccirillo sur les sites du mont Nébo (1976) et d’Umm al-Rasas (1986). Il rendit compte du livre de celui-ci, Chiese della Giordania settentrionale (Bulletin monumental 140-3, 1982, p. 252-254) et l’invita à venir présenter ses travaux au congrès international d’archéologie chrétienne de 1986. Développant des thématiques qu’il avait déjà abordées pour d’autres régions, il rédigea cette même année deux articles, l’un sur les aménagements liturgiques de ces églises, l’autre sur les représentations architecturales figurant sur leurs pavements, pour le catalogue de l’exposition itinérante sur les mosaïques chrétiennes de Jordanie, présentée à Rome puis à travers toute l’Europe, entre 1986 et 1993. Rencontres aux colloques internationaux d’archéologie chrétienne, aux réunions de l’Association internationale pour l’étude de la mosaïque antique (AIEMA) et invitations régulières aux séminaires de doctorat de la Sorbonne renforcèrent ses liens avec M. Piccirillo. Ils devaient déboucher sur une étroite collaboration. En 1989, celle-ci se concrétisa par la rédaction de la préface du livre de celui-ci Chiese e mosaici di Madaba, puis la traduction par N. Duval – avec l’aide de son équipe de doctorants – du catalogue de l’exposition sur les Mosaïques byzantines de Jordanie, quand elle fut présentée au musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, en avril. L’inauguration de cette manifestation fournit l’occasion d’une fructueuse journée d’étude à la Maison de l’Orient méditerranéen, qui réunit des chercheurs venus d’horizons divers (céramique, épigraphie, mosaïques, sculpture architecturale). N. Duval y donna une version développée de ses deux études parues dans les catalogues des expositions précédentes, enrichies par les recherches qu’il avait entre-temps confiées à Anne Michel sur ces thématiques, et qu’il devait prolonger en participant au recueil dirigé par K. Painter, sous les auspices de la Society of Antiquaries of London (Churches built in Ancient Times : Recent Studies in Early Christian Archaeology, Londres, 1994, p. 149-212 : « L’architecture chrétienne et les pratiques liturgiques en Jordanie en rapport avec la Palestine »). Il poursuivit encore ses réflexions sur les représentations architecturales de plusieurs pavements d’églises de la province d’Arabie, dans deux magistrales contributions sur les vignettes topographiques de l’église Saint-Étienne d’Umm al-Rasas (M. Piccirillo et E. Alliata éd., Umm al-Rasas‑Mayfaʿah. Gli scavi di santo Stefano, I, Jérusalem, 1994, p. 165-230 : « Le rappresentazioni architettoniche ») et sur celles de la carte de Madaba, lors du colloque organisé à Amman, en 1997, à l’occasion du centenaire de la découverte de celle-ci (M. Piccirillo et E. Alliata éd., The Madaba Map Centenary 1897-1997, Jérusalem, 1999, p. 134-146 : « Essai sur la signification des vignettes topographiques »). Il ne devait jamais complètement abandonner ce champ de recherche, comme en témoigne enfin sa « Note additionnelle » à l’article de M. Griesheimer et N. Saliby sur la mosaïque du « martyrium octogonal découvert à Homs (Syrie) en 1988 et sa mosaïque », publiée en 1999 (Ant Tard 7, 1999, p. 394-400).

6N. Duval revint au Liban après la guerre, en 1997, mandaté par l’Unesco avec M. Mayer pour un rapport d’expertise sur Les mosaïques du Liban, une grande spécialité de feu M. Chéhab. Document administratif, ce mémoire lucide et pertinent est resté inédit. N. Duval a prolongé son séjour à Beyrouth pour relancer avec la cellule éditoriale de l’IFAPO la préparation de la publication des actes de la journée d’études tenue à Lyon en avril 1989, qu’accueillait la Bibliothèque archéologique et historique (BAH). Le volume a finalement vu le jour en 2003 (BAH 168). Au-delà de son titre un peu restrictif, Les églises de Jordanie et leurs mosaïques, il rassemble des contributions qui concernent aussi la Syrie, l’Algérie, l’architecture, la liturgie ou la période umayyade, dans un esprit comparatif et pluridisciplinaire où l’on reconnaît la marque de son promoteur. On a signalé plus haut l’importance de ses deux contributions personnelles, qui reçurent alors leur forme définitive : « Architecture et liturgie dans la Jordanie byzantine », p. 35-114 ; « Les représentations architecturales sur les mosaïques chrétiennes de Jordanie », p. 211-285. Dans sa préface, il saluait le rôle de l’IFAPO : c’est donc très naturellement qu’il avait également participé au mémorial dédié à E. Will, directeur de cet institut dans une période difficile, par un article cosigné avec V. Saxer, sa seule contribution à Syria (« Un nouveau reliquaire africain et l’évêché Midilensis », Syria 75, 1998, p. 245-262).

7Au plan plus personnel, on retiendra de ce séjour beyrouthin l’image d’un infatigable et passionné travailleur, déjà âgé, qui s’accommodait de bonne grâce des conditions de logement, alors spartiates, que lui offrait l’IFAPO, bien qu’il vînt de quitter le confortable hôtel réservé aux missionnaires de l’Unesco, pour poursuivre sans relâche sa tâche d’éditeur et de maquettiste, ciseaux en main, fort avant dans la nuit. Il ne s’autorisait que quelques récréations dans la journée : pour aller examiner les mosaïques relevées en panneaux de grande surface par H. Kalayan, l’architecte de M. Chéhab, et déplacées à Beyrouth en divers lieux publics mais peu connus. La même détermination l’animait, lorsqu’en avril de la même année, participant au colloque d’Amman sur la carte de Madaba, il avait emmené d’autorité, au petit matin, deux plus jeunes collègues arpenter sans interruption les environs d’Irbid (Abila, Rihab, Hayyan al-Mushrif), ne leur concédant qu’une courte pause vers quinze heures pour boire un soda, assis en bord de route sur un tabouret improvisé fait de plaques à œufs en carton empilées, après avoir escaladé force murs, s’appuyant sur sa canne afin d’obtenir un angle de vue correct pour photographier et causant à ses compagnons toutes les frayeurs d’une chute toujours possible. D’un tempérament affirmé, insatiable travailleur à l’esprit curieux, ouvert et cultivé, d’une exigence intellectuelle aussi soutenue envers les autres qu’envers lui-même, mais également très attentionné à l’endroit des plus jeunes, N. Duval a été l’un des artisans du développement des études sur l’Antiquité tardive et protobyzantine, dans une perspective comparatiste dégagée de tout préjugé, entre Méditerranée occidentale et orientale, dont on espère qu’elle trouvera ses prolongements dans les générations à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Alpi et Anne Michel, « Noël Duval (Le Chesnay 1929 – Paris 2018) »Syria, 96 | 2019, 479-482.

Référence électronique

Frédéric Alpi et Anne Michel, « Noël Duval (Le Chesnay 1929 – Paris 2018) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10810

Haut de page

Auteurs

Frédéric Alpi

Chercheur, Institut français du Proche-Orient (Ifpo) – UMIFRE 6 / USR 3135, Beyrouth

Articles du même auteur

Anne Michel

Maître de conférences, univ. Bordeaux Montaigne ; Institut Ausonius – UMR 5607 CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search