Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96NécrologiesCatherine Duvette (1966-2019)

Nécrologies

Catherine Duvette (1966-2019)

Gérard Charpentier, Pierre-Louis Gatier et Claudine Piaton
p. 483-486

Texte intégral

Figure 1.

Figure 1.

À Damas en 2009

Cliché A. Rabot

1Catherine Duvette, architecte-archéologue, ingénieur de recherche au CNRS, nous a quittés en février 2019, victime d’un brutal accident de santé qui a stupéfait et cruellement affligé sa famille, ses amis, ses proches et tous ceux qui avaient eu la chance de travailler à ses côtés, tant ses qualités personnelles étaient indissociables de ses engagements et de son talent professionnel.

2Catherine était née à Casablanca le 22 juin 1966 et elle avait gardé un souvenir radieux de son enfance marocaine. Installée avec sa famille à Lyon, elle y poursuivit ses études au lycée Saint-Exupéry, puis, bac en poche, à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon (ENSAL) où elle obtint en 1992 son diplôme d’architecte dplg sous la direction de François Tran. En 1989, toujours étudiante, elle choisit de s’orienter vers la recherche architecturale et intégra comme chargée d’étude le Laboratoire d’analyse des formes (LAF) de l’ENSAL alors dirigé par Bernard Duprat et Michel Paulin. Les travaux du LAF portaient plus particulièrement sur des études morphologiques et typo-morphologiques, ainsi que sur la théorie des formes architecturales. Catherine y gagna un goût pour l’analyse formelle, qu’elle conserva tout au long de sa carrière et qu’elle poussait parfois jusqu’à l’abstraction, mais qui lui permit de traiter des séries abondantes et denses comme celle des maisons rurales du Massif calcaire. Au fil du temps, elle sut y ajouter progressivement la maîtrise des techniques de représentations et d’analyses spatiales numériques et des modèles 3D, pour créer à Strasbourg en 2014 le Service d’analyse des formes architecturales et spatiales (AnArchiS) de l’UMR Archimède.

  • 1 B. Duprat & M. Paulin, avec la collab. de C. Duvette & Cl. Piaton, Le système de la façade & de la (...)
  • 2 G. Vicherd, C. Duvette, É. Faure-Boucharlat, M. Paulin, V. Forest & J.-L. Gisclon, « Château-Gaill (...)

3Au sein du LAF, Catherine avait développé des compétences dans le domaine du relevé photogrammétrique qui lui permirent d’obtenir divers contrats d’études et de participer à de nombreuses études du patrimoine métropolitain, qu’il s’agisse des façades des immeubles de rapport lyonnais 1 ou de celles des boulevards Saint-Denis et Saint-Martin à Paris, du relevé du château médiéval de Virieu (Isère) ou de l’inventaire de l’habitat ouvrier en Bourgogne (notamment dans la Nièvre, aux houillères de La Machine). Elle se rapprochait durablement de l’archéologie avec l’étude sérielle des trous de poteau de l’habitat mérovingien et carolingien de Château-Gaillard dans l’Ain 2 et, dès 1990, une première mission en Égypte à Karnak nord pour l’Ifao, sous la direction de Jean Jacquet. Plus tard, en 1996-1997, elle apporterait son concours à la mission de l’Ifao et de l’Université de Milan à Tebtynis dans le Fayoum. De 1996 à 1998, elle suivit une formation d’étude approfondie en « architecture et archéologie » à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (Didier Laroche) et participa alors aux relevés dirigés par Jean-Charles Moretti dans les théâtres antiques de Délos et d’Orange. Puis, en 2000, elle présentait à l’Université Lyon 2 son mémoire de DEA, Habitat rural de Syrie du Nord : description d’un système architectural (Olivier Callot). Sa voie, archéologique, était désormais choisie ainsi que ses deux terrains d’action privilégiés : le Proche-Orient et l’Égypte.

  • 3 C. Duvette, « Le Ğebel Zawiyé (Massif calcaire de la Syrie du Nord) : l’architecture domestique, r (...)

4En effet, la mission franco-syrienne de la Syrie du Nord dirigée par Georges Tate, à laquelle, suite à une proposition de Gérard Charpentier, elle participait depuis 1994, s’efforçait de s’attacher durablement ses talents et, en 2001, Catherine intégrait le CNRS comme ingénieur d’étude au laboratoire URMED (UMR 8140 / FRE 2880) créé à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines par Georges Tate. L’étude des villages du Massif calcaire, et particulièrement de l’Apamène entre la période romaine et les premiers temps de l’époque islamique, était depuis longtemps son sujet de prédilection et elle a contribué jusqu’au dernier moment à cette recherche, en variant son échelle d’approche, depuis les bâtiments individuels jusqu’aux villages complets et aux séries de villages 3. Récemment, Catherine rédigeait une thèse sur « L’habitat rural en Syrie, de l’Antiquité tardive au début de l’islam », qui devait être soutenue à la fin de l’année 2019 à Strasbourg.

  • 4 M.-O. Rousset & C. Duvette, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine : indices archéologiqu (...)
  • 5 P.-L. Gatier et al., « Mission archéologique de Tyr. Rapport préliminaire 2008-2009 », BAAL 14, 20 (...)

5En Syrie également, en ne faisant qu’un pas, Catherine a été de 1999 à 2002 un membre de la mission des Marges arides, sous la direction de Bernard Geyer et Nazir Awad, dans la steppe à l’est et au sud-est de son cher Massif calcaire, participant ainsi aux relevés et aux études sur d’autres monuments et d’autres ensembles des mêmes périodes, dans un environnement différent où la terre l’emportait largement sur la pierre 4. Au Liban, après une courte intervention à Yanouh, Catherine avait depuis l’origine fait partie de la mission de Tyr (2008-2017) où, dans le groupe des architectes, elle s’était occupé de l’ensemble thermal et où elle s’était particulièrement chargée du dossier très complexe des quartiers d’habitation 5. Son expérience de l’analyse des formes et sa rigueur méthodologique y faisaient merveille. Les publications en cours en témoigneront.

  • 6 De même Catherine a collaboré à l’étude du fort romain d’el-Deir dans l’oasis de Kharga, en 2006-2 (...)

6En 2011, Catherine avait intégré, au sein de la Maison interuniversitaire des sciences de l’homme-Alsace (Misha) à Strasbourg, l’UMR 7044 Archimède, en y retrouvant les égyptologues avec qui elle travaillait depuis longtemps, en particulier, dans l’oasis de Bahariya, de 2000 à 2014, ceux de la mission dirigée par Frédéric Colin 6. Elle y rejoignait également un membre de la Mission de Syrie du Nord, Bernard Bavant, qui ne tardait pas à l’entraîner vers de nouveaux horizons, à Caričin Grad en Serbie, l’antique Justiniana Prima. Catherine confortait de la sorte son ancrage dans l’Antiquité tardive.

7Nous n’oublierons pas la douceur, la tranquillité et la discrétion de Catherine jointes à une détermination tranquille mais très ferme. De même, son engagement infatigable dans les travaux de terrain coexistait avec une grande disponibilité envers les membres les plus jeunes des équipes, un sens aigu du collectif et un humour gentiment ironique vis-à-vis des différentes autorités en place. Les travaux qu’elle a fournis et ceux qui étaient en cours, rapports, descriptions, relevés, plans et synthèses graphiques, continueront longtemps à irriguer la recherche scientifique des équipes auxquelles elle appartenait.

Figure 2.

Figure 2.

À Tyr

Cliché X. Husson

Haut de page

Notes

1 B. Duprat & M. Paulin, avec la collab. de C. Duvette & Cl. Piaton, Le système de la façade & de la baie : maisons à loyer urbaines du xixe siècle, Lyon, 1995.

2 G. Vicherd, C. Duvette, É. Faure-Boucharlat, M. Paulin, V. Forest & J.-L. Gisclon, « Château-Gaillard, Le Recourbe (Ain) », É. Faure-Boucharlat (dir.), Vivre à la campagne au Moyen Âge. L’habitat rural du ve au xiie siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques (DARA 21), Lyon, 2001, p. 177-224.

3 C. Duvette, « Le Ğebel Zawiyé (Massif calcaire de la Syrie du Nord) : l’architecture domestique, reflet d’une évolution démographique », Antiquité tardive 20, 2012, p. 94-100 ; G. Tate, M. Abdulkarim, G. Charpentier, C. Duvette & Cl. Piaton, Serǧilla, village d’Apamène, t. 1, Une architecture de pierre, vol. 1-2 (BAH 203), Beyrouth, 2013 ; C. Duvette & Cl. Piaton, « Évolution d’une technique de construction et croissance des villages du ǧebel Zawiyé. État de la question et perspectives », G. Charpentier & V. Puech (éd.), Villes et campagnes aux rives de la Méditerranée ancienne. Hommages à Georges Tate (Topoi suppl. 12), Lyon, 2013, p. 169-197 ; C. Duvette avec la collab. de G Charpentier & Cl. Piaton, « Maisons paysannes d’un village d’Apamène, Serǧilla (ive-vie siècles - Massif calcaire de la Syrie du Nord) », Antiquité tardive 21, 2013, p. 135-148 ; C. Duvette, « Une idée du luxe en contexte paysan : le cas des villages protobyzantins du ǧebel Zawiyé (Massif calcaire de Syrie du Nord) », Ktèma 43, 2018, p. 77-92.

4 M.-O. Rousset & C. Duvette, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine : indices archéologiques », xxie congrès international des Byzantinistes, 2001, Paris, 2001, p. 485-494 ; C. Duvette, « Habitat byzantin dans la steppe : maisons et villages de terre », P.-L. Gatier, B. Geyer & M.-O. Rousset, Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud (TMO 55), Lyon, 2010, p. 175-207 ; M.-O. Rousset & C. Duvette, « Un village médiéval dans une forteresse de l’âge du Bronze : Qal‘at al-Rahiyya », B. Geyer, V. Matoian & M. al-Maqdissi (éd.), De l’île d’Aphrodite au Paradis perdu, itinéraire d’un gentilhomme lyonnais. En hommage à Yves Calvet (Ras Shamra-Ougarit 22), Louvain, 2015, p. 245-274.

5 P.-L. Gatier et al., « Mission archéologique de Tyr. Rapport préliminaire 2008-2009 », BAAL 14, 2010 [2012], p. 135-240 ; C. Duvette, « Le Secteur 7, un quartier d’habitat au pied du complexe thermal de Tyr », L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie, Actes du séminaire international (Tyr, 2011), Beyrouth (BAAL hors série 8), 2012, p. 157-176 ; G. Charpentier & C. Duvette, « Le complexe monumental de Tyr et les grands thermes de la fin du ive s. », M.-Fr. Boussac, S. Denoix, Th. Fournet & B. Redon (éd.), 25 siècles de bain collectif en Orient. Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique, vol. 1-4 (Ifao, Études urbaines 9 ; Ifpo, PIFD 208), Le Caire-Beyrouth 2014, vol. 2, p. 385-397.

6 De même Catherine a collaboré à l’étude du fort romain d’el-Deir dans l’oasis de Kharga, en 2006-2008, à l’intérieur de la mission de l’université de Strasbourg dirigée par Françoise Dunand. Dans le cadre de cette notice où nous ne mentionnons qu’une partie de la bibliographie de Catherine, nous laissons de côté de nombreux travaux où son nom apparaît, notamment en égyptologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende À Damas en 2009
Crédits Cliché A. Rabot
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 2.
Légende À Tyr
Crédits Cliché X. Husson
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Charpentier, Pierre-Louis Gatier et Claudine Piaton, « Catherine Duvette (1966-2019) »Syria, 96 | 2019, 483-486.

Référence électronique

Gérard Charpentier, Pierre-Louis Gatier et Claudine Piaton, « Catherine Duvette (1966-2019) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10814

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search