Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96NécrologiesBasile Aggoula (1932-2019)

Nécrologies

Basile Aggoula (1932-2019)

Françoise Briquel Chatonnet
p. 487-490

Texte intégral

Basile Aggoula

Basile Aggoula

Cliché famille Aggoula-Mati

1Basile Mati Aggoula, infatigable éditeur des inscriptions de Hatra, est décédé le 27 avril 2019 au Liban, où il s’était réinstallé lorsqu’il avait pris sa retraite de chercheur au CNRS. Il laisse une épouse, Jacqueline, et quatre enfants, Myriam, Jade, Beltie et Syma.

2Basile Aggoula est né à Bartelli, dans la plaine de Ninive en Irak, en 1932, dans une famille syriaque catholique, donc de la tradition syro-occidentale qui était celle des villages de la région, à part Karamles. Remarqué comme un élève brillant, il fait ses études de 1951 à 1957 au séminaire Saint-Jean de Mossoul, animé par les frères dominicains, qui a formé tant des membres de l’élite chrétienne d’Irak. Il les poursuit au Liban où il obtient une licence ès lettres en 1965, à l’université Saint-Joseph, sous le patronage de l’université de Lyon, et un doctorat de 3e cycle en 1974 consacré à « Trois catégories d’édifices hatréens ».

  • 1 « Remarques sur les inscriptions hatréennes » (RIH) : RIH I, Berytus XVIII, 1969, p. 85-104 ; RIH  (...)

3En effet, très tôt, il s’intéresse à l’histoire ancienne de sa région, et notamment aux inscriptions araméennes de la ville de Hatra, au sud de Mossoul. Le site fait l’objet depuis 1951 de recherches archéologiques menées par le service des antiquités de l’Irak et de nombreuses inscriptions nouvelles ont émergé. Basile Aggoula s’investit donc dans le travail historique et épigraphique. Il retrouve dans ces inscriptions une langue araméenne orientale, proche du syriaque qu’il a étudié au séminaire à Mossoul, mais aussi de la langue soureth qui se parle encore chez les chrétiens de la région. De fait, il appuyait souvent ses interprétations sur le néo-araméen du Nord de l’Irak, dont il postulait qu’il avait gardé des traits de l’araméen ancien de la même région. Il publie en 1969 un article intitulé « Remarques sur les inscriptions hatréennes » à l’American University of Beirut, premier d’une longue série de livraisons dont presque toutes les suivantes seront publiées dans Syria 1. Il est chargé de cours à l’université Saint-Joseph de Beyrouth et à l’École supérieure des lettres de Beyrouth de 1973 à 1975.

4Basile Aggoula fréquente l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, dont il devient pensionnaire de 1971 à 1973 puis collaborateur scientifique de 1974 à 1978. Quand la guerre civile éclate, il joue un rôle essentiel dans le sauvetage de la bibliothèque de l’Institut français d’archéologie, ce dont les responsables du dit institut lui sauront toujours gré. À Beyrouth, il noue des relations avec le P. Jean Starcky, lui-même spécialiste d’épigraphie palmyrénienne et nabatéenne et membre de la première équipe de publication des manuscrits de Qumrân. Ce dernier voit en lui un chercheur prometteur et, lorsqu’André Dupont-Sommer élabore le projet de la première équipe « Études sémitiques », créée par le CNRS en 1972, il tient à y associer ce chercheur et à y insérer son travail sur les inscriptions hatréennes. C’est l’année où Basile Aggoula publie son premier article dans la revue Semitica.

5Basile Aggoula est recruté au CNRS comme « bibliographe » en 1978 et s’installe en France. Dès lors, c’est dans l’équipe « Études sémitiques » à Paris qu’il fait toute sa carrière, devenant attaché de recherches le 1er janvier 1983 puis directeur de recherche en 1989. Il revient au Liban à sa retraite, prise en 2001.

  • 2 Bibliothèque archéologique et historique 139, Paris, Geuthner, 1991. Il y a ajouté des « Corrigend (...)
  • 3 « Une décanie à Hatra », Semitica XXII, 1972, p. 53-56 ; « Hatra et Rome : une mise au point », XX (...)
  • 4  Naples, Istituto orientale di Napoli, 1985. Voir aussi « Une inscription en graphie hatréenne prov (...)

6Ses recherches ont porté avant tout sur Hatra : outre ses « RIH », travaux préparatoires à son grand œuvre que fut en 1991 son Inventaire des inscriptions hatréennes 2, la plupart de ses articles concernaient la culture et la civilisation de Hatra 3. C’est à un corpus très proche qu’il s’est intéressé aussi en publiant Inscriptions et graffites araméens d’Assour 4.

  • 5  « Dédicace palmyrénienne à la Renommée et à la Miséricorde », Semitica XXVIII, 1977, p. 119-122, p (...)
  • 6 « Studia Aramaica I », Semitica XXXII, 1982, p. 101-116 et X-XII : Sâri, Hassan Kêf, Doura-Europos (...)
  • 7 « Studia aramaica II », Syria LXII, 1985, p. 61-76.
  • 8 « Studia aramaica III », Syria XXIX, 1992, p. 391-422.
  • 9 « Les inscriptions “édesséniennes” et la naissance de l’écriture et de la langue syriaque », Nos S (...)
  • 10 M. Delcor & B. Aggoula, « Une coupe mandéenne inédite du musée du Louvre », CRAI 1986, p. 262-289.
  • 11 Théodore bar Koni dans « Studia aramaica III », cité n. 8 ; « Une description de la cathédrale jus (...)
  • 12 JA 278, 1990, p. 1-12.

7Ses travaux ont également porté sur d’autres corpus araméens : inscriptions palmyréniennes 5, inscriptions d’époque romaine 6, inscriptions araméenne et nabatéennes de Tayma 7, parchemins du Moyen-Euphrate et inscriptions de Syrie du Nord et de Mésopotamie 8, inscriptions édesséniennes 9, et même une coupe mandéenne 10. Il a également consacré des études à la littérature syriaque 11. Conjuguant sa connaissance du monde sémitique ancien et de la littérature arabe, il a publié une étude sur des « divinités phéniciennes dans un passage du Fihrist d’ibn al-Nadīm » 12.

  • 13 Le livre et le Liban jusqu’à 1900, sous la direction de S. Exc. l’ambassadeur Camille Aboussouan, (...)

8Basile Aggoula est l’auteur d’un gros chapitre sur « Le livre libanais de 1585 à 1900 » dans le catalogue de l’exposition Le livre et le Liban qui s’est tenue à l’UNESCO en 1981 13.

  • 14 Al-Mungid fi-l-Aʾlam, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1969.

9Il est également le rédacteur-en-chef et auteur principal d’un dictionnaire arabe 14 et l’auteur de plusieurs articles en langue arabe publiés dans la presse lors de ses séjours au Liban, au début et à la fin de sa carrière.

  • 15 Paris, Le Cerf, 2000.

10Enfin, dans un tout autre registre, il a publié un roman qui évoque sa patrie d’origine et le milieu de son enfance, La vigne du serpent 15.

Haut de page

Notes

1 « Remarques sur les inscriptions hatréennes » (RIH) : RIH I, Berytus XVIII, 1969, p. 85-104 ; RIH II, Mélanges de l’Université St Joseph XLVII, 1972, p. 1-80 et pl. I-III ; RIH III, Syria LII, 1975, p. 181-206 ; RIH IV, Mélanges de l’Université St Joseph XLIX, 1975-1976, p. 471-488 ; RIH V, Semitica XXVII, 1981, p. 123-143 ; RIH VI, Syria XVIII, 1981, p. 363-378 ; RIH VII, Aula Orientalis I, 1983, p. 31-38 ; RIH VIII, Syria LX, 1983, p. 101-105 ; RIH IX, Syria LX, 1983, p. 251-257 ; RIH X, Syria LXII, 1985, p. 281-285 ; RIH XI, Syria LXIV, 1987, p. 91-106 ; RIH XII, Syria LXIII, 1986, p. 353-374 ; RIH XIII, Syria LXIV, 1987, p. 223-229 ; RIH XIV, Syria LXV, 1988, p. 193-196 ; RIH XV, Syria LXVI, 1989, p. 311-312 ; RIH XVI-XIX, Syria LXVII, 1990, p. 397-421 ; RIH XX-XXIII, Syria LXXI, 1994, p. 397-408.

2 Bibliothèque archéologique et historique 139, Paris, Geuthner, 1991. Il y a ajouté des « Corrigendas et addendas », Syria LXXI, 1994, p. 409-414.

3 « Une décanie à Hatra », Semitica XXII, 1972, p. 53-56 ; « Hatra et Rome : une mise au point », XXI deutscher Orientalistentag, vom 24. bis 29. März 1980 in Berlin: Vorträge (ZDMG, suppl. V), F. Steppat (éd.), Wiesbaden, 1983, p. 212-219 ; « Temple et agora à Hatra », AION XLIII, 1983, p. 407-428 ; « Hatreana I : constructions, édifices, maçons et sculpteurs dans les inscriptions hatréennes », Syria LXV, 1988, p. 197-216 ; « L’inscription Hatra 416 et l’institution seigneuriale », Semitica XXXVIII, 1990, p. 1-7 ; « La divinité ʿsrbl à Hatra », F. Zayadine (éd.), Petra and the Caravan Cities (Proceedings of the Symposium Organised at Petra September, 1985), Amman, Department of Antiquities, 1993, p. 221-225 ; « L’institution royale à Hatra », Syria LXXI, 1994, p. 159-169 ; « Arabie et Arabes en Mésopotamie (iiie siècle avant J.C. – iiie siècle après J.C.) », H. Lozachmeur (éd.), Présence arabe dans le Croissant Fertile avant l’Hégire, Paris, 1994, p. 73-79 ; « L’institution royale à Hatra : notes lexicographiques », Semitica 43-44, 1995, p. 163-168 ; « L’Esagil de Shamash ou le grand temple de Hatra », Transeuphratène 14, 1998, p. 33-77.

4  Naples, Istituto orientale di Napoli, 1985. Voir aussi « Une inscription en graphie hatréenne provenant de Takrit », Syria LVIII, 1981, p. 359-361.

5  « Dédicace palmyrénienne à la Renommée et à la Miséricorde », Semitica XXVIII, 1977, p. 119-122, pl. XVI ; CR de Michel Gawlikowski, Recueil d’inscriptions palmyréniennes (extraits des Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Tome XVI, Paris, 1974), Syria LIV, 1977, p. 281-285 ; « Remarques sur l’inventaire des inscriptions de Palmyre, Fasc. XI et XII », Semitica XXIX, 1979, p. 109-118 ; « Les mots blw et blwyʾ dans une inscription palmyrénienne », Syria LXXI, 1994, p. 415-417 ; traduction de Khaled al-Asʿad et Adnan Bounni, Palmyre, Histoire, monuments et musée, Damas, 1987 (rééd. 1989).

6 « Studia Aramaica I », Semitica XXXII, 1982, p. 101-116 et X-XII : Sâri, Hassan Kêf, Doura-Europos et Palmyre.

7 « Studia aramaica II », Syria LXII, 1985, p. 61-76.

8 « Studia aramaica III », Syria XXIX, 1992, p. 391-422.

9 « Les inscriptions “édesséniennes” et la naissance de l’écriture et de la langue syriaque », Nos Sources, Arts et Littérature syriaque, Beyrouth, 2005, p. 543-579.

10 M. Delcor & B. Aggoula, « Une coupe mandéenne inédite du musée du Louvre », CRAI 1986, p. 262-289.

11 Théodore bar Koni dans « Studia aramaica III », cité n. 8 ; « Une description de la cathédrale justinienne d’Édesse dans un poème syriaque », Études bibliques et Proche-Orient ancien. Mélanges offerts à Paul Feghaly, Beyrouth 2000, p. 309-322.

12 JA 278, 1990, p. 1-12.

13 Le livre et le Liban jusqu’à 1900, sous la direction de S. Exc. l’ambassadeur Camille Aboussouan, Paris, UNESCO, 1981, p. 296-360.

14 Al-Mungid fi-l-Aʾlam, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1969.

15 Paris, Le Cerf, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Basile Aggoula
Crédits Cliché famille Aggoula-Mati
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/10828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Briquel Chatonnet, « Basile Aggoula (1932-2019) »Syria, 96 | 2019, 487-490.

Référence électronique

Françoise Briquel Chatonnet, « Basile Aggoula (1932-2019) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/10828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.10828

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search