Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98Dossier : L'initiation chrétienne...« Heureux ceux qui croient sans a...

Dossier : L'initiation chrétienne au Proche-Orient

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu » le baptistère de Bostra, métropole d’Arabie au vie siècle

Pierre-Marie Blanc et Pauline Piraud-Fournet
p. 101-112

Résumés

Cet article propose trois hypothèses de restitution de baptistères sur le site de la grande église du quartier oriental de la ville, qui passe désormais pour la cathédrale protobyzantine de la métropole d’Arabie. L’observation de différents indices archéologiques étaye, pour trois états successifs du monument disparu, ce qui demeure en l’état des suppositions argumentées. Peut-être le dossier s’enrichirait-il de la lecture, récemment renouvelée, d’une inscription errante signalant un baptistère à Bostra (IGLS XIII/2, no 9141).

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est l’occasion de rendre hommage à Jean-Marie Dentzer qui a dirigé les fouilles de la mission française en Syrie du Sud et mis en évidence par l’archéologie l’histoire complexe de la ville antique de Bostra. Nous adressons nos plus vifs remerciements à nos collègues et amis bosriotes qui nous ont toujours offert sur le terrain un appui et un accueil chaleureux, à Frédéric Alpi et à Lévon Nordiguian qui nous ont encouragés à publier les hypothèses développées ici, et à Anne Michel qui a mis à notre disposition la magnifique documentation qu’elle a réunie sur les baptistères de Jordanie.

Texte intégral

  • 1 IGLS XIII/2 (Sartre et Sartre-Fauriat 2011, p. 19), no 9141.
  • 2 Dernière synthèse dans la thèse de doctorat de P. Piraud-Fournet consultable sur TEL, https://tel. (...)
  • 3 Les deux églises reconnues au cours des fouilles du quartier est sont décrites dans Blanc, Dentzer (...)
  • 4 Sartre 1985, p. 121.

1Bosra, dans l’Antiquité Bostra, aujourd’hui petite ville du sud de la Syrie, était à l’époque protobyzantine la capitale de la province d’Arabie. Cet article s’intéresse au baptistère, ou aux baptistères successifs, que la ville ne manquait pas d’avoir puisque l’évêque, qui devint au vie siècle archevêque ou métropolite, y siégeait et puisqu’un baptistère au moins pourrait être mentionné par une inscription antique 1. Bostra compte les vestiges archéologiques de cinq églises assurées, auxquels s’ajoutent ceux de quatre autres édifices dont la fonction ecclésiale reste hypothétique. Deux des églises assurées, les plus vastes et toutes deux à plan centré, auraient pu faire office de cathédrale 2 (fig. 1 et 2). Le postulat majoritairement admis aujourd’hui reconnait dans la plus vaste de ces deux églises, celle découverte en 1984 à l’extrémité orientale de la ville et édifiée à la fin du ve siècle ou au tout début du vie siècle, à l’emplacement d’un ancien grand sanctuaire antique, l’église principale de la ville 3. Cette hypothèse repose aussi sur la découverte dans le chœur, au centre du synthronon, des traces d’une installation identifiée à la cathèdre, le siège de l’évêque. Les inscriptions se rapportant à des églises sont rares à Bostra, les vestiges conservés aussi, et Maurice Sartre explique cette rareté par l’importance des constructions et des restaurations de la période justinienne qui auraient entraîné la destruction des sanctuaires plus anciens, par la construction des mosquées aux époques omeyyade et abbasside et, enfin, par l’occupation et la transformation presque ininterrompue de la ville jusqu’à nos jours 4.

Figure 1.

Figure 1.

Plan du quartier est au vie siècle

© P. Piraud-Fournet 2016

Figure 2.

Figure 2.

La grande église à plan centré. Vue de l’ouest vers l’est

© MAFSS 2007

2Les fouilles menées par la mission archéologique française en Syrie du Sud (MAFSS) de 1984 à 2000 autour de la grande église à plan centré du quartier est de Bostra ont permis d’identifier trois états protobyzantins différents. Parmi les vestiges, certains pourraient être identifiés à ceux de trois baptistères successifs. Les paragraphes qui suivent décrivent pour chaque état les différents indices archéologiques qui autorisent l’ébauche d’une restitution de ces différentes installations, puis abordent des aspects plus généraux concernant le contexte dans lequel s’inscrirait leur édification.

Un baptistère dans le quartier est

État 1

  • 5 Quelques éléments de lampes moulées du milieu du ve siècle ont été découverts sur le sol, détruite (...)

3À l’intérieur de la cour du grand sanctuaire nabatéen puis romain, un vaste bâtiment a été aménagé au début du ve siècle, peut-être même dès la fin du ive siècle. Les fouilles conduites sur ce site par la MAFSS et la Direction générale des antiquités et musées de Syrie (DGAMS), à partir des années 1980, ont mis au jour, entre autres, son sol de mosaïque, composé d’une partie colorée et décorée de peltes d’au moins 13 m de long et d’une autre monochrome, blanche, au sud, d’une étendue comparable (fig. 3). Ce tapis a été endommagé de façon assez spectaculaire par la chute de blocs, très probablement à l’occasion d’un tremblement de terre, au milieu ou dans la seconde moitié du ve siècle 5. Il est apparu rapidement que les éléments de construction de ce bâtiment avaient été démontés et remployés, rendant difficile l’interprétation de sa forme et de sa fonction. Cependant, différents indices laissent penser que ce monument pourrait correspondre à une église : d’abord la présence de ce vaste tapis de mosaïque, ensuite son édification à l’emplacement de ce qui semble avoir été le plus important sanctuaire païen (nabatéen) de la ville et le fait qu’il ait été remplacé, quelques décennies plus tard, par une église monumentale ; enfin, deux fragments de table en marbre ayant pu appartenir à un autel ont été mis au jour dans les niveaux de destruction. La disposition en chevron des tesselles blanches du tapis de mosaïque, dans la partie sud, laisse voir un cheminement, lacunaire, qui contourne un obstacle central. Cet objet ou cette structure a malheureusement été récupéré (fig. 4) et n’est plus identifiable, mais sa forme et ses dimensions marquent l’emplacement possible d’une première cuve baptismale (1).

Figure 3.

Figure 3.

Le chantier de fouille au cœur de la grande église du quartier est. Vue du sud vers le nord

© P.-M. Blanc 1989

Figure 4.

Figure 4.

Détail du tapis de mosaïque monochrome. La lacune à gauche, au milieu, atteste la récupération d’un élément mobilier. Vue du sud vers le nord

© P.-M. Blanc 1989

État 2

  • 6 Cette église est décrite, en dernier lieu, dans Blanc et Piraud-Fournet 2010.
  • 7 IGLS XIII/1, no 9119, pl. XXI, et Sartre 1985, p. 107-108.

4Sur les importants déblais correspondant à la destruction violente du monument susmentionné auxquels fut ajouté un remblai (pour un total de près de 3 m de haut), a été construite l’église monumentale à plan centré dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui dans le quartier est 6 (fig. 5). Elle était vraisemblablement accessible par un large escalier, disparu, mais que l’on peut restituer, prenant appui contre la façade ouest. Une petite église annexe occupe la partie sud de la grande église. Si l’on en croit le matériel archéologique datant, cette construction s’est faite entre la deuxième moitié du ve siècle et le tout début du vie siècle, et la Mission française lui associerait volontiers le grand bloc d’architrave de plus de 4,5 m de long, remployé à l’époque médiévale dans la citadelle de Bostra, qui porte une inscription mentionnant l’évêque Antipater connu après le milieu du ve siècle (vers 456-457) 7.

Figure 5.

Figure 5.

Plan de l’église

© MAFSS 2000

5L’hypothèse de restituer un baptistère dans cet ensemble « église à plan centré – petite église annexe » est le fruit de plusieurs observations : premièrement, la possibilité que cette église, la plus grande de la ville, ait été la cathédrale, confortée par la découverte dans le chœur, au centre du synthronon, des vestiges d’une installation que l’on interprète comme ayant appartenu à la cathèdre ; deuxièmement, la présence d’un large canal d’adduction d’eau traversant la grande église principale selon son axe, susceptible d’alimenter une cuve ; troisièmement, les vestiges mis au jour en lien avec l’église annexe.

  • 8 Cette salle mesure 10 m pour 5 m de rayon, le mur nord est épais de 0,84 m, le mur circulaire-hept (...)
  • 9 Quelques-unes des pierres remployées dans la construction des murs de soutènement du second état p (...)

6Une large canalisation maçonnée et enduite, alimentée par l’immense réservoir d’eau situé à l’extrémité est de la ville, traverse l’église et se dirige vers la façade occidentale qui était ornée, à l’extérieur, de deux registres de niches-fontaines ; une dérivation, attestée par un large fragment de conduit et une petite lacune dans le mur sud qui permettrait le passage d’une canalisation d’eau, pouvait alimenter la petite église annexe au sud. Contre le côté méridional de cette église annexe s’appuie une vaste salle de forme semi-circulaire 8 à l’intérieur, heptagonale à l’extérieur (fig. 6). Le sol d’occupation de cette salle, contemporain de la construction de l’ensemble grande église et église annexe sud, a été atteint au cours des derniers jours de fouille en 2000 ; il se situe de plain-pied avec le niveau de circulation extérieur, c’est-à-dire 3 m plus bas que le sol à l’intérieur de l’église. L’examen archéologique des vestiges de cette salle semi-circulaire s’est fait de manière rapide et a été rendu difficile par les constructions (bains, latrines, étables) aménagées à l’intérieur aux époques omeyyade puis médiévales. Les vestiges protobyzantins identifiés, quoique ténus, permettent de poser des hypothèses d’interprétation. En effet, au milieu de cette salle, dans le substrat géologique argileux rouge à veines blanchâtres, un radier fait de terre brune tassée et d’éclats de basalte délimite une forme polylobée d’environ 1,60 à 1,80 m de diamètre (fig. 7). Ce négatif pourrait correspondre à l’emplacement d’une cuve monolithe ou maçonnée (2) dont les éléments auraient été récupérés (fig. 8 et 99. On note la présence d’une toute petite zone de mortier de pose d’un revêtement de marbre ou de mosaïque préservée au sud-ouest de ce négatif qui atteste d’un revêtement de sol raffiné. Ont été repérés aussi deux éléments de cerclages en fer correspondant peut-être à des frettes (fig. 10), qui auraient pu appartenir à des conduites faites en matériau périssable, du bois peut-être, attesté par des fragments de charbon, en place le long du mur nord. Leur présence renforce l’hypothèse d’une arrivée d’eau propre et sous pression puisque provenant du canal situé 3 m plus haut, qui traverse l’église perpendiculairement plus au nord (fig. 3). Un creusement, également situé le long du mur nord, profond et rectiligne se dirigeant vers l’ouest, pourrait correspondre à la récupération du dispositif d’évacuation de l’eau de cette cuve.

Figure 6.

Figure 6.

La façade extérieure de la salle semi-circulaire et heptagonale

© P.-M. Blanc 2000

Figure 7.

Figure 7.

Négatif laissé dans le radier du sol de la salle semi-circulaire. Vue du nord vers le sud. Le dallage en pierre est un aménagement d’époque omeyyade

© P.-M. Blanc 2000

Figure 8.

Figure 8.

Plans de principe présentant les deux hypothétiques baptistères (2) et (3) et l’état intermédiaire au cours duquel le sol de la salle semi-circulaire a été surélevé

© P. Piraud-Fournet 2021

Figure 9.

Figure 9.

Vues perspectives restituées et de principe des deux baptistères (2) et (3) et de l’état intermédiaire au cours duquel le sol de la salle semi-circulaire a été surélevé

© P. Piraud-Fournet 2021

Figure 10.

Figure 10.

Frettes et fragments de charbons. Vue verticale

© P.-M. Blanc 2000

  • 10 Le linteau de la porte ouest a été récupéré et celui du sud est encore inaccessible ; il est diffi (...)
  • 11 L’extérieur de cette abside n’a pas encore pu faire l’objet d’une investigation archéologique.

7Enfin, l’architecture soignée de cette salle semi-circulaire elle-même contribue à étayer l’hypothèse de lui restituer une fonction importante. La façade extérieure heptagonale est de très belle facture, remployant par exemple un élément de frise à décor de métope et triglyphe d’époque nabatéenne comme linteau de la porte orientale (fig. 1110. À l’intérieur, sa construction est moins soignée, mais elle était très vraisemblablement, comme dans les autres édifices de Bostra, enduite. Le mur courbe de la pièce semi-circulaire présente trois portes, à l’est, à l’ouest et au sud ; dans le mur opposé, septentrional, trois niches sont encore visibles, ainsi qu’une porte menant à une longue et étroite salle couverte d’une voûte faite de scories et de mortier, située sous l’église annexe. Les portes latérales est et ouest du mur courbe auraient pu permettre l’entrée et la sortie des catéchumènes, même si aucune trace malheureusement ne permet de restituer des structures à l’extérieur de cette salle 11 pour abriter les initiés avant et après le baptême. Pour ce qui est de la relation entre l’église et le baptistère, la lecture des vestiges laisse envisager deux hypothèses encore. Le baptistère aurait pu être un bâtiment indépendant d’un point de vue fonctionnel de l’église et de l’église annexe ; c’est ce que pourrait laisser supposer sa situation en contre-bas. Ou alors, au contraire, le mur nord, mal conservé et reconstruit à une époque plus récente, qui séparait l’église annexe de la salle semi-circulaire, aurait pu être couronné d’un parapet couvert d’un arc, permettant aux fidèles placés plus haut dans l’église annexe d’assister au rite baptismal (fig. 8 et 9).

Figure 11.

Figure 11.

Façade extérieure heptagonale. Porte orientale remployant un linteau nabatéen

© MAFSS 1988

État 3

  • 12 Un certain nombre de travaux qui ont modifié l’aspect intérieur de la grande église à plan centré (...)
  • 13 Ces deux murs obliques ont une largeur de 0,67 m et sont espacés de 2 m au nord et 2,60 m au sud. (...)

8Dans un second temps, vers le milieu du vie siècle 12, la cuve (2) aurait été démontée. À sa place, deux grands murs de soutènement ont été élevés 13. Dotés de niches, ils définissaient trois pièces accessibles chacune par une des trois portes du mur semi-circulaire. Associés à des corbeaux installés en sous-œuvre dans le mur semi-circulaire (fig. 12), ces deux murs supportaient les dalles de basalte qui offraient dès lors à la pièce semi-circulaire un nouveau sol 3 m plus haut, de plain-pied avec le pavement de l’église annexe. C’est sur ce nouveau sol qu’il conviendrait de restituer une troisième cuve baptismale (3) [fig. 8 et 9]. Le canal qui traversait l’église laisse voir deux états de construction ; le dernier, daté dans la seconde moitié du vie siècle, aurait pu alimenter ce nouvel hypothétique baptistère (3).

Figure 12.

Figure 12.

Dans la salle semi-circulaire, des corbeaux à sifflet ont été incrustés en sous-œuvre dans le mur. Vue depuis le nord-ouest

© P.-M. Blanc 2000

9Le site et ses matériaux de construction ont été abondamment remployés aux époques omeyyade, médiévales et moderne. Une maison a encore été aménagée dans les années 1930 à l’emplacement de cette église annexe. Sa cave occupait les deux tiers de la salle semi-circulaire et le dallage de sa cour se situait à peu près au niveau du premier sol protobyzantin. Néanmoins, les matériaux découverts lors de la fouille de ces niveaux plus récents, dans des remblais ou remployés dans les nouvelles constructions, fragments de marbre et d’enduits, innombrables tesselles colorées, fournissent des indices pour restituer l’allure du dernier possible baptistère protobyzantin (3) qui a pu s’élever à cet endroit. Les parements internes des murs de la salle semi-circulaire ont pu être revêtus, sur un mètre de haut, au-dessus du sol, de plaques de marbre posées verticalement : les attaches d’alliage cuivreux sont encore bien visibles et alignées dans son parement occidental. Des mosaïques pariétales ont pu compléter le décor de cette salle. Deux fragments de piliers de chancel, remployés dans les installations d’époque omeyyade, ont pu appartenir à une barrière séparant de l’église annexe l’abside dans laquelle se déroulait le rite baptismal, à moins qu’ils aient appartenu à une autre partie du sanctuaire.

Une inscription signalant un baptistère à Bostra

  • 14 IGLS XIII/2, no 9141 (Sartre et Sartre-Fauriat 2011, p. 19). Cette inscription a été publiée par M (...)

« Gélasios m’a construit, beau comme tu le vois, pour être le bain de l’âme et de ses maux, les murs et les fondations, et il m’a couronné d’un bon toit, au temps où Dosithéos était le saint prêtre de Bostra14. »

  • 15 Linteau complet de forme légèrement trapézoïdale, dimensions : 2,82 × 0,37 × 0,35 m.
  • 16 IGLS XIII/2, no 9141.
  • 17 Blanc, Dentzer et Sodini 2007, p. 145.
  • 18 Néanmoins, l’expression employée dans l’inscription « les murs et les fondations » n’empêche pas a (...)
  • 19 Dufaÿ 1989, p. 637-650. Pour P.-A. Février et B. Dufaÿ, les villes disposaient, aux ve-vie siècles (...)

10Cette inscription gravée sur un linteau remployé dans un pont ancien, à environ 2 km au nord-ouest de Bostra 15, mentionne la construction de ce que Maurice Sartre interprète comme un baptistère édifié au temps de l’évêque Dosithéos, c’est-à-dire à la fin du vie siècle 16. Les fouilles archéologiques menées dans la grande église à plan centré du quartier est ont mis en évidence une phase de restructuration profonde de la chapelle annexe dans laquelle ont été reconnus les vestiges décrits plus haut, datables de la seconde moitié du vie siècle ; ces travaux auraient pu être consécutifs au tremblement de terre qui affecta la ville en 551 17. Le possible baptistère évoqué par cette inscription ne correspond pas tout à fait pour les dates à l’état le plus tardif (3) de l’hypothétique baptistère de la grande église du quartier est, élevé vers le milieu du vie siècle 18. Peut-être cette inscription fait-elle tout simplement état d’un baptistère construit à une époque encore plus récente sur ce site, ou à un autre baptistère élevé ailleurs dans la ville qui pouvait en posséder plusieurs 19.

Les autres baptistères de la région

  • 20 Lassus 1947, p. 317.
  • 21 Dufaÿ 1988 et Dufaÿ 1989 ; Crowfoot 1938.
  • 22 Voir son article dans ce dossier.

11Si on compare les vestiges découverts à Bostra à ceux des autres baptistères de la province d’Arabie, on peut noter des points communs susceptibles d’étayer nos hypothèses. Cette province regroupait à la fin de l’Antiquité l’actuelle région basaltique du sud de la Syrie (le Hauran) et la moitié nord de l’actuelle Jordanie. Pour le sud de la Syrie, J. Lassus en 1947 regrettait de n’avoir encore identifié aucun baptistère et exhortait à les rechercher partout dans les salles entourant les basiliques 20. Plus récemment, en 1988 et en 1989, B. Dufaÿ ne signale toujours pas, dans ses études sur le patriarcat d’Antioche, d’autres installations que les deux baptistères reconnus à Gerasa/Jérash par Crowfoot 21. La synthèse la plus récente et la plus complète, pour cette région, est offerte dans le présent volume par Anne Michel 22. Il ressort de cette étude que le corpus, pour la province d’Arabie, se limite actuellement à huit exemples et que leur présence n’est pas cantonnée aux sièges épiscopaux. A. Michel met en avant les aspects récurrents que présentent les vestiges de ces installations, et les caractéristiques propres aux hypothétiques baptistères de Bostra semblent globalement correspondre à ces observations. Tout comme l’hypothétique baptistère (2) de Bostra, celui qui pourrait apparaître comme étant le plus documenté d’un point de vue archéologique, les baptistères identifiés dans la province d’Arabie n’étaient pas des constructions isolées, mais étaient aménagés dans un bâtiment annexe à l’église, placé de préférence sur son flanc nord ou sur son flanc sud. La cuve était souvent soit protégée par un ciborium, soit placée dans une abside ; à Bostra, l’abside aurait été monumentale. La lacune dans le radier de l’hypothétique baptistère (2) a une forme polylobée, compatible avec la forme extérieure cruciforme que prenaient les cuves inventoriées par A. Michel, qu’elles soient maçonnées ou monolithes, lorsqu’elles n’étaient pas carrées. A. Michel observe encore qu’à partir du vie siècle les trajets baptismaux auraient été simplifiés et réduits, les baptistères étant alors installés plus près du chevet des églises. C’est peut-être pour répondre à cette nouvelle exigence, qui a entraîné dans d’autres églises l’installation de la cuve baptismale à proximité du chœur, que le sol de l’hypothétique baptistère (3) et sa cuve auraient été, à l’occasion d’une réfection après le milieu du vie siècle, surélevés de 3 m, et la cuve rendue directement accessible depuis l’espace central de la grande église.

***

12Pour conclure, force est de reconnaître le caractère lacunaire de la documentation archéologique relative aux hypothétiques baptistères de Bostra. Il est dû à la réoccupation du site et au remploi de ses matériaux jusqu’à l’époque la plus récente, un phénomène quasi systématique en milieu urbain et extrêmement contraignant pour l’archéologie. Les propositions de cet article qui restitue trois hypothétiques baptistères sur le site de la grande église du quartier oriental de la ville reposent ainsi essentiellement sur l’intuition d’un archéologue et des indices archéologiques qui peuvent à juste titre être considérés comme trop ténus pour soutenir une véritable démonstration. Néanmoins, indices et interprétations méritent d’être exposés. Aussi fragiles soient-ils, ils font partie des rares jalons susceptibles de participer à la reconstitution de l’histoire de Bostra à l’époque protobyzantine. Puissent de futures recherches et de nouvelles découvertes un jour les corroborer.

Haut de page

Notes

1 IGLS XIII/2 (Sartre et Sartre-Fauriat 2011, p. 19), no 9141.

2 Dernière synthèse dans la thèse de doctorat de P. Piraud-Fournet consultable sur TEL, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02883759. Concernant les constructions religieuses et la topographie chrétienne de Bosra, p. 347-372.

3 Les deux églises reconnues au cours des fouilles du quartier est sont décrites dans Blanc, Dentzer et Sodini 2007, p. 137-146. Concernant le dernier état le plus monumental, Blanc et Piraud-Fournet 2010.

4 Sartre 1985, p. 121.

5 Quelques éléments de lampes moulées du milieu du ve siècle ont été découverts sur le sol, détruites elles aussi à l’occasion du tremblement de terre.

6 Cette église est décrite, en dernier lieu, dans Blanc et Piraud-Fournet 2010.

7 IGLS XIII/1, no 9119, pl. XXI, et Sartre 1985, p. 107-108.

8 Cette salle mesure 10 m pour 5 m de rayon, le mur nord est épais de 0,84 m, le mur circulaire-heptagonal est épais de 1,10 à 1,20 m.

9 Quelques-unes des pierres remployées dans la construction des murs de soutènement du second état présentent en surface des traces de mortier hydraulique. Peut-être appartenaient-elles au premier état de la cuve maçonnée.

10 Le linteau de la porte ouest a été récupéré et celui du sud est encore inaccessible ; il est difficile donc d’affirmer qu’ils remployaient le même type de bloc décoré.

11 L’extérieur de cette abside n’a pas encore pu faire l’objet d’une investigation archéologique.

12 Un certain nombre de travaux qui ont modifié l’aspect intérieur de la grande église à plan centré sont datables de cette époque. Il s’agit très certainement de réaménagements ou de modifications réalisés à la suite d’un séisme (réfection du canal central qui traverse l’église, dans le chœur : surélévation du seuil portant le chancel et remplacement des sols de mosaïques par un dallage de calcaire…).

13 Ces deux murs obliques ont une largeur de 0,67 m et sont espacés de 2 m au nord et 2,60 m au sud. Ils sont conservés sur deux à dix assises.

14 IGLS XIII/2, no 9141 (Sartre et Sartre-Fauriat 2011, p. 19). Cette inscription a été publiée par M. Sartre une première fois en 1982 dans IGLS XIII/1, no 9141. La récente découverte de la copie faite par W. J. Bankes en 1816-1818 lui a permis de proposer cette nouvelle traduction et interprétation.

15 Linteau complet de forme légèrement trapézoïdale, dimensions : 2,82 × 0,37 × 0,35 m.

16 IGLS XIII/2, no 9141.

17 Blanc, Dentzer et Sodini 2007, p. 145.

18 Néanmoins, l’expression employée dans l’inscription « les murs et les fondations » n’empêche pas absolument que la construction de Gélasios ait remplacé un autre baptistère plus ancien. En effet, L. Di Segni rapporte que, dans le cas des constructions publiques menées par les gouverneurs civils, cette mention n’était pas fiable : certains gouverneurs se sont attribué des constructions dont ils avaient seulement supervisé l’achèvement (Di Segni 1995, p. 318).

19 Dufaÿ 1989, p. 637-650. Pour P.-A. Février et B. Dufaÿ, les villes disposaient, aux ve-vie siècles, de plusieurs baptistères.

20 Lassus 1947, p. 317.

21 Dufaÿ 1988 et Dufaÿ 1989 ; Crowfoot 1938.

22 Voir son article dans ce dossier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan du quartier est au vie siècle
Crédits © P. Piraud-Fournet 2016
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 2.
Légende La grande église à plan centré. Vue de l’ouest vers l’est
Crédits © MAFSS 2007
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3.
Légende Le chantier de fouille au cœur de la grande église du quartier est. Vue du sud vers le nord
Crédits © P.-M. Blanc 1989
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 4.
Légende Détail du tapis de mosaïque monochrome. La lacune à gauche, au milieu, atteste la récupération d’un élément mobilier. Vue du sud vers le nord
Crédits © P.-M. Blanc 1989
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Figure 5.
Légende Plan de l’église
Crédits © MAFSS 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Figure 6.
Légende La façade extérieure de la salle semi-circulaire et heptagonale
Crédits © P.-M. Blanc 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 7.
Légende Négatif laissé dans le radier du sol de la salle semi-circulaire. Vue du nord vers le sud. Le dallage en pierre est un aménagement d’époque omeyyade
Crédits © P.-M. Blanc 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 8.
Légende Plans de principe présentant les deux hypothétiques baptistères (2) et (3) et l’état intermédiaire au cours duquel le sol de la salle semi-circulaire a été surélevé
Crédits © P. Piraud-Fournet 2021
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 9.
Légende Vues perspectives restituées et de principe des deux baptistères (2) et (3) et de l’état intermédiaire au cours duquel le sol de la salle semi-circulaire a été surélevé
Crédits © P. Piraud-Fournet 2021
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 10.
Légende Frettes et fragments de charbons. Vue verticale
Crédits © P.-M. Blanc 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 11.
Légende Façade extérieure heptagonale. Porte orientale remployant un linteau nabatéen
Crédits © MAFSS 1988
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 12.
Légende Dans la salle semi-circulaire, des corbeaux à sifflet ont été incrustés en sous-œuvre dans le mur. Vue depuis le nord-ouest
Crédits © P.-M. Blanc 2000
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13000/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Blanc et Pauline Piraud-Fournet, « « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » le baptistère de Bostra, métropole d’Arabie au vie siècle »Syria, 98 | 2021, 101-112.

Référence électronique

Pierre-Marie Blanc et Pauline Piraud-Fournet, « « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » le baptistère de Bostra, métropole d’Arabie au vie siècle »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 22 septembre 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/13000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13000

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search