Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98Dossier : L'initiation chrétienne...Le baptistère de ʿAïn el-Maʿmoudi...

Dossier : L'initiation chrétienne au Proche-Orient

Le baptistère de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (Palestine méridionale – district d’Hébron)

Bertrand Riba
p. 113-123

Résumés

Le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (« la source du baptême »), dans le secteur d’Hébron, présente un baptistère antique alimenté en eau courante, associé aux ruines d’un bâtiment médiéval. On le rapporte traditionnellement aux débuts du ministère de Jean-Baptiste, avant que celui-ci ne déplace son activité sur les rives du Jourdain. L’examen archéologique des installations en place révèle deux phases initiales qui se sont succédé dans la première moitié du vie siècle, mettant en évidence la volonté, de la part d’une communauté monastique de Judée, de pérenniser alors des pratiques anciennes où l’eau vive, étroitement liée à l’idéologie du Salut, se place au cœur des rites en vigueur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’exploration des pères dominicains R. de Vaux et A.-M. Steve a été réalisée en plusieurs temps, e (...)
  • 2 Un bâtiment périphérique situé au sommet d’une colline voisine appartenait aussi au même ensemble (...)
  • 3 Kopp et Steve 1946, p. 547-558.
  • 4 Kopp et Steve 1946, p. 569-571.
  • 5 ʿAïn el-Maʿmoudiyeh signifie en arabe « la source du baptême » : عين المعمودية.
  • 6 L’inscription suggère en effet la présence d’un abbé responsable d’un groupe de religieux (Kopp et (...)
  • 7 ʿAïn el-Maʿmoudiyeh Archaeological Project in Palestine (AMAPP).
  • 8 Ces travaux sont placés sous la responsabilité de l’auteur, en collaboration étroite avec le minis (...)

1Le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (« la source du baptême »), situé à huit kilomètres à l’ouest de la vieille ville d’Hébron, occupe le fond d’un wadi dominé par la localité moderne de Taffūḥ (fig. 1 et 2). Lorsque les pères dominicains de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, R. De Vaux et A.-M. Steve 1, se rendent sur les lieux entre 1945 et 1946, les vestiges se résument à un baptistère antique et aux ruines d’un bâtiment médiéval 2. L’objectif est alors de vérifier l’hypothèse formulée par le professeur C. Kopp, fin connaisseur des réseaux de pèlerinage, qui associe au site une tradition attachée à la jeunesse de Jean-Baptiste, lorsque celui-ci commence son ministère 3, avant de se retirer sur les rives du Jourdain. Les dimensions exceptionnelles d’une cuve baptismale alimentée en eau courante, la présence d’une source, le cadre environnemental 4 et la toponymie 5 conduisent les savants dominicains à confirmer cette identification. En outre, certains indices signalaient à cet endroit l’existence d’un établissement monastique, le plus notable étant un linteau monumental dont l’inscription grecque témoigne de la présence d’un certain « Démétrios et de sa communauté » 6. L’un des objectifs de la Mission archéologique franco-palestinienne de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh 7, fondée en 2016 par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le ministère du Tourisme et des Antiquités de Palestine 8, est de préciser les caractéristiques architecturales et liturgiques de la chapelle baptismale et, dans une plus large mesure, de considérer son rôle au sein du monastère, ainsi que sa place dans la géographie sacrée de Judée.

Figure 1.

Figure 1.

Localisation du site et réseau de communication antique

© AMAPP

Figure 2.

Figure 2.

Cadre environnemental du site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh

© AMAPP

L’ensemble baptismal

Description des installations

2Le petit édifice, implanté contre le flanc sud du wadi, se trouve actuellement dans un champ de vignes, au sein d’un secteur du site détérioré par des constructions récentes telles qu’une route et un château d’eau élevé à l’emplacement de vestiges antiques (fig. 3). La chapelle, quant à elle, a été endommagée par le détournement de son système hydraulique afin d’irriguer les plantations, par la construction d’un mur de blocs agglomérés de béton qui se substitue à la façade nord et par l’installation d’un dallage moderne. Dans son état initial, le monument présentait un plan rectangulaire doté d’une abside orientée et d’un chevet plat (fig. 4 et 5). Il ouvrait du côté nord par une porte étroite. Les murs constitués de parpaings équarris, épais de 0,90 m, portaient une voûte en berceau. Une petite fenêtre axiale en plein cintre percée dans l’abside assurait l’éclairage de l’espace interne. Des traces de polychromie observées sur l’enduit de la conque absidiale montrent que cette partie du monument était peinte. L’élément principal du monument se traduit par une vaste cuve circulaire dont le diamètre (1,80 m) occupe presque toute la largeur de la nef en empiétant légèrement sur la corde de l’abside (fig. 6). À l’exception de la margelle, la totalité de l’aménagement maçonné, profond de 1,30 m, s’enfonce sous le pavement dallé. Un escalier étroit, à quatre degrés, permet d’entrer et de sortir du bassin par le côté est. Le mur sud de l’édifice adossé à la paroi rocheuse du wadi présente un petit accès cintré qui marque l’entrée du souterrain par lequel l’eau, issue d’une résurgence karstique située 11,50 m plus loin, s’écoulait jusqu’à la cuve (fig. 5, 7, 8). Une citerne située à proximité de l’ouverture, profonde de 3 m, permettait de réguler le débit. L’eau contenue dans la piscine était ensuite évacuée par un trou placé à la base de la margelle, du côté nord de l’escalier, pour être acheminée à l’extérieur du monument par un conduit en terre cuite qui passait sous le mur nord (fig. 9). Ce système hydraulique ingénieux permettait de conserver un niveau d’eau courante stable à hauteur d’épaule.

Figure 3.

Figure 3.

Situation actuelle de la chapelle (à gauche du château d’eau)

© AMAPP

Figure 4.

Figure 4.

La chapelle vue depuis le nord-est

© AMAPP

Figure 5.

Figure 5.

Plan de la chapelle et des dispositifs annexes

© AMAPP

Figure 6.

Figure 6.

La cuve de la chapelle

© AMAPP

Figure 7.

Figure 7.

Coupe de la chapelle

© AMAPP

Figure 8.

Figure 8.

Tunnel permettant de capter et d’acheminer l’eau de source jusqu’à la cuve : a. entrée du souterrain ; b. conduite d’eau ; c. résurgence karstique à l’extrémité du tunnel

© AMAPP

Figure 9.

Figure 9.

Conduit d’évacuation de la grande cuve circulaire

© AMAPP

3Immédiatement au nord de l’édifice, les fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour une partie des installations en lien avec la distribution de l’eau après son passage dans le baptistère. À sa sortie du monument, l’eau était conduite par un tuyau vers une petite cuve circulaire monolithe (1 m de diamètre pour 1 m de profondeur). Au niveau supérieur de ce bassin, deux conduits redirigeaient l’eau (fig. 10) : l’un vers le nord-est dont la trace est aujourd’hui perdue, l’autre vers le sud-ouest mieux conservé. Ce dernier, également en terre cuite, assurait la liaison avec un nouveau bassin, de forme rectangulaire, dont l’évacuation s’effectuait cette fois par le biais d’un pertuis ménagé dans la partie basse (fig. 11a). Enfin, un troisième petit bassin, accolé au côté ouest du précédent, se caractérise par une partie orientale plus profonde dotée d’un trou d’évacuation (fig. 11b). La fonction de ce dispositif de cuves successives reste à préciser. Ces aménagements servaient-ils aux ablutions préalables au bain régénérateur, ou bien peut-être étaient-ils destinés aux pèlerins désireux de recueillir l’eau lustrale pour s’en approprier les vertus ? Notons que le bassin circulaire, plus proche du baptistère, est semblable à la grande cuve intérieure par sa forme, sa margelle et son système d’alimentation en eau courante. Si l’on tient compte de ses dimensions, on ne peut exclure la possibilité d’une installation dédiée au baptême d’enfants malgré sa situation surprenante à l’extérieur du baptistère.

Figure 10.

Figure 10.

Cuve secondaire monolithe surmontée d’une margelle

© AMAPP

Figure 11.

Figure 11.

Cuves secondaires monolithes de forme rectangulaire

© AMAPP

Chronologie du monument

  • 9 Les travaux liés à l’aménagement des plantations voisines ont engendré la destruction des niveaux (...)
  • 10 La profondeur et la longueur ne sont pas connues en raison de la détérioration du bassin occasionn (...)

4Les travaux archéologiques réalisés à l’intérieur de la chapelle 9 ont permis de découvrir un bassin plus ancien (fig. 5 et 12). Mis au jour sur trois côtés, celui-ci forme un rectangle large de 2,10 m, long de plus de 3 m et profond de plus de 1,40 m 10. Les petits côtés sont orientés selon un axe sud-ouest/nord-est. Un pavement de mosaïque monochrome interrompu du côté nord suggère l’emplacement d’un escalier à cet endroit. Les parois étaient recouvertes d’un enduit hydraulique armé de tessons d’amphore. L’état de conservation du bassin ne permet pas de statuer sur sa fonction. S’il a pu être utilisé dans un contexte agricole, une vocation liée dès l’origine au caractère sacré de la source est très probable. En effet, un canal d’évacuation, situé à la même hauteur que la conduite plus récente associée à la cuve circulaire postérieure, indique que ce premier bassin était lui aussi conçu pour conserver un niveau d’eau courante stable. La pratique de bains était donc possible. Par ailleurs, son orientation vers l’ouverture du tunnel suggère que le souterrain relié à la source a été creusé dès cette première phase.

Figure 12.

Figure 12.

Partie orientale du bassin primitif découvert sous la chapelle

© AMAPP

  • 11 L’étude de la céramique est réalisée par L. Vié (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
  • 12 L’analyse a été effectuée par le laboratoire Beta Analytics.

5La date de ce bassin n’a pas pu être déterminée avec précision ; la céramique intégrée dans l’enduit des parois indique toutefois que son installation ne peut être antérieure au début du vie siècle 11. Lors de la construction de la chapelle, la cuve circulaire est insérée dans le bassin primitif tandis que, de part et d’autre, les vides sont comblés par des pierres quadrangulaires dont certaines proviennent certainement d’un pavement plus ancien. L’ensemble est ensuite recouvert par les murs et le dallage du nouveau baptistère. Un prélèvement de charbon effectué dans la couche de construction sur laquelle repose la conque absidiale indique une période comprise entre 406 et 542 12. Ainsi, en tenant compte des repères chronologiques livrés par les fragments d’amphores intégrés au bassin primitif, les deux phases de construction se succèdent au cours de la première moitié du vie siècle. Peu de temps après la construction du premier bassin, la communauté monastique, sans doute plus prospère, entreprend au même endroit la construction d’une installation plus élaborée.

Cadre architectural et liturgie

  • 13 Sur les bains individuels, voir Ginouvès 1955, p. 135-152 ; plus généralement, sur les bains grecs (...)
  • 14 Les systèmes hydrauliques liés à l’usage de l’eau vive en contexte rituel sont rares. La plupart d (...)
  • 15 Didachè 7,1 (SC 248, p. 170-171).
  • 16 Sur les lois relatives à la pureté rituelle, voir Neusner 1976, p. 202-205, et Adler 2013, p. 240- (...)
  • 17 En effet, les installations dédiées au lavement des pieds et des mains avant l’accomplissement du (...)
  • 18 Hoss 2007, p. 62 et 74.

6Avec sa nef longitudinale et son abside, la conception du monument hérite d’un modèle classique répandu dans l’ensemble du monde méditerranéen. La chapelle pourvue d’un bassin circulaire évoque notamment l’architecture balnéaire gréco-romaine dans laquelle l’espace semi-circulaire de l’abside recevait parfois une cuve individuelle 13. Le système hydraulique se distingue toutefois par la mise en œuvre d’une cuve alimentée en eau courante. À l’exception de quelques cas en Orient 14, ce souci est loin d’être la principale préoccupation des constructeurs à une période où la plupart des fonts baptismaux sont simplement remplis à l’aide de seaux puis vidés de la même façon, ou par le biais d’un pertuis situé dans le fond de la cuve. Sur le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, associé au souvenir du Précurseur peut-être dès la période protobyzantine, la mise en place de ce dispositif d’alimentation témoigne de la volonté de pratiquer le rite dans une eau vive, à l’image du baptême du Christ dans le Jourdain, selon un usage privilégié au cours des premiers siècles du christianisme 15. En outre, l’importance de l’eau vive en contexte rituel évoque les mouvements baptistes issus du judaïsme. On relève d’ailleurs, dans le cas de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, un certain respect envers les règles de pureté édictées dans les textes juifs (Lévitique, Michna 16). D’une part, l’eau est amenée vers la cuve par un conduit creusé dans la roche depuis la source souterraine sans être souillée par la main de l’homme. D’autre part, la cuve entièrement enfoncée dans le sol, comme attendu, répond aux exigences en termes du volume d’eau requis. Enfin, l’eau vive joue un rôle central dans le cadre du rite de purification. On observe ainsi une sorte de glissement des pratiques relatives au bain rituel juif dans un contexte pleinement chrétien. À cela s’ajoutent certaines caractéristiques qui pourraient être inspirées de l’organisation des miqwaʾot. L’escalier unique de la cuve, par exemple, rappelle les degrés des bains juifs également placés sur un seul côté ; les petits bassins extérieurs, quant à eux, s’apparentent aux dispositifs destinés aux ablutions qui précèdent le rituel du bain 17. Notons aussi la conception du bassin primitif (forme, mode d’alimentation, présence probable d’un escalier) qui est très proche du miqweh 18.

7Du point de vue de la liturgie, deux pratiques ont pu se dérouler à l’intérieur de la chapelle. L’une portait manifestement sur le rite lié au bain de purification : les dimensions de la cuve adaptées à celle d’un adulte, à une époque où la majorité des baptistères était conçue pour le baptême d’enfants, et son alimentation en eau courante indiquent en effet la pratique d’ablutions rituelles. L’autre était consacrée au rite du baptême. Suite aux séquences pré-baptismales, peut-être accomplies à l’endroit des petits bassins externes, le catéchumène pénétrait par la porte étroite sous la nef voûtée, se dévêtait, était oint, puis se dirigeait vers la cuve qu’il devait contourner malgré l’exiguïté du passage laissé entre la margelle et les murs. Depuis le sommet des marches, face à l’ouest, il s’enfonçait graduellement sous le niveau du sol, dans l’eau courante, pour y effectuer la triple immersion rythmée par les formules rituelles d’usage. Le nouveau chrétien remontait ensuite les marches en direction de l’abside orientée vers le levant. L’âme purifiée, l’homme face à l’est était inondé de lumière filtrée par la fenêtre axiale. Sa vie antérieure était effacée ; sa renaissance spirituelle débutait. Il endossait alors le vêtement blanc, symbole de l’incorruptibilité originelle, avant de recevoir de la part du ministre l’onction avec les huiles saintes. Il ressortait par la même porte rejoindre les nouveaux baptisés pour cheminer ensemble, en procession, vers l’église afin de célébrer l’eucharistie.

  • 19 Dans le Nouveau Testament, le lieu par excellence sanctifié par un baptême est naturellement celui (...)
  • 20 Parmi les rares traces archéologiques susceptibles d’évoquer la présence d’un baptistère alimenté (...)
  • 21 Égérie, 13,2-15,16 (SC 296, p. 182-191).
  • 22 Statim ergo cepimus ire cum eo pedibus totum per uallem amenissimam, donec perueniremus usque ad h (...)
  • 23 Contre toute apparence, le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh n’était pas particulièrement isolé. En effe (...)
  • 24 Dans l’Antiquité, la route principale (fig. 1) passait quelques kilomètres plus au sud (Tsafrir, D (...)
  • 25 Le silence des sources indique toutefois que le site faisait probablement l’objet d’un pèlerinage (...)

8Les lieux liés à une source sanctifiée par un baptême évangélique 19 n’ont guère laissé de trace archéologique en Terre sainte 20. En revanche, si la chapelle de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh offre un témoignage matériel exceptionnel concernant le cadre architectural et liturgique qui servait aux rites de purification, celui-ci ne s’associe à aucune tradition littéraire paléochrétienne. Le témoignage le plus proche, en termes de cadre environnemental et de pratiques rituelles, est laissé par Égérie à la fin du ive siècle après son passage sur le site d’Aenon, près de Salem, en Samarie, connu pour son cours d’eau sanctifié par l’activité baptismale de saint Jean-Baptiste 21. La célèbre pèlerine évoque une vallée où se trouve un verger « extrêmement agréable » et une fontaine associée à une sorte de bassin où de nombreux moines, venant de diverses contrées, prennent un bain. Le prêtre qui l’accompagne précise également que ce lieu est le théâtre de cérémonies baptismales en temps de Pâques 22. Comme à Aenon, la source de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh constituait sans doute un pôle attractif pour les pèlerins car le site, loin d’être isolé 23, était un point de passage obligé pour quiconque empruntait cette vallée reliant le grand centre urbain d’Éleuthéropolis à la cité patriarcale d’Hébron. Les voyageurs qui suivaient cet itinéraire secondaire 24 affluaient probablement afin de bénéficier des vertus de cette source 25. L’analogie avec le texte d’Égérie s’étend également à la configuration du site puisque, dans les deux cas, le lieu du baptême est séparé de l’église. Cela s’explique probablement par des raisons d’ordre topographique, l’emplacement du baptistère étant dicté par la situation de la source quand celui de l’église privilégiait un terrain favorable à ce type de construction et propice à l’accueil des fidèles. À Aenon, les nouveaux baptisés parcouraient un trajet relativement long car ils revenaient de bon matin, en procession, à la lueur des flambeaux, de la fontaine à l’église du village voisin de Melchisédech ; à ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, le chemin était beaucoup plus court car l’église mise au jour récemment se trouvait sur les premières hauteurs du versant nord de la vallée.

  • 26 Denuo ergo et ad ipsum fontem, sicut et in singulis locis, facta est oratio et lecta est ipsa lect (...)
  • 27 Kopp et Steve 1946, p. 569-571. Le linteau a été retrouvé par les pères dominicains Steve et De Va (...)
  • 28 Jn 10,9.

9Enfin, Égérie note dans son journal l’usage, dans un lieu saint, de prier et de dire un psaume approprié 26. Dans le cas de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, le Psaume 118 (119), verset 20 : « C’est ici la porte de Yahvé, les justes entreront », semble avoir été particulièrement adapté, celui-ci ayant inspiré l’auteur de l’inscription grecque gravée sur le linteau évoqué plus haut : « Jésus-Christ ! Secours ton serviteur Démétrios et sa communauté ! Voici la porte du Seigneur. Que le Seigneur garde ton entrée et ta sortie ! » 27. Peut-être est-ce aussi une référence à l’évangile de Jean : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages » 28. La notion de passage est ici cohérente avec la présence d’une chapelle dont la double fonction (pratique de bains rituels et sacrement du baptême) permettait à chacun, laïc ou religieux, d’entrer dans un processus de régénération. Dans un sens plus large, le lieu même du monastère niché au fond d’une vallée étroite faisait office de porte : ceux qui y entraient ressortaient en hommes nouveaux grâce au bain régénérateur accompli à l’intérieur de la chapelle.

Conclusion

10La chapelle de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh représente un témoin archéologique précieux, car sa conception met en évidence la volonté, de la part d’une communauté monastique de Judée, de pérenniser au vie siècle des pratiques anciennes où l’eau vive, étroitement liée à l’idéologie du Salut, se place au cœur des rites en vigueur. Les vestiges révèlent en effet les efforts mis en œuvre pour ancrer une tradition relative au caractère sacré de la source en perpétuant des pratiques issues des premiers cercles judéo-chrétiens du début de notre ère. À l’emplacement d’un premier bassin alimenté en eau courante, prend place un second aménagé au sein d’une chapelle dont l’architecture classique servait de cadre aux cérémonies baptismales qui avaient lieu chaque année, mais aussi aux bains rituels, beaucoup plus fréquents. L’approvisionnement constant en eau et la dimension purificatrice accordée à la source de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, en référence à l’activité baptismale de Jean-Baptiste ainsi qu’à celle du Jourdain où le Christ reçut le baptême, a probablement permis au monastère d’acquérir une certaine notoriété à l’échelle régionale, sur cet itinéraire fréquenté entre Éleuthéropolis et la cité d’Abraham, Hébron. Les dispositifs hydrauliques associés à la chapelle et le nom même du site conservent aujourd’hui la mémoire de ce temps.

Haut de page

Notes

1 L’exploration des pères dominicains R. de Vaux et A.-M. Steve a été réalisée en plusieurs temps, entre 1945 et 1946 : le 31 juillet 1945 et le 13 octobre de la même année. Par la suite, des fouilles sommaires étendues sur une période de quatre jours, du 8 au 11 avril 1946, ont eu lieu (Kopp et Steve 1946, p. 559, n. 1).

2 Un bâtiment périphérique situé au sommet d’une colline voisine appartenait aussi au même ensemble archéologique. Le toponyme de ce site, Khirbet ed-Deir (« les ruines du couvent »), renvoie à un édifice religieux, mais il s’agit en réalité d’un petit fortin destiné à la surveillance des environs.

3 Kopp et Steve 1946, p. 547-558.

4 Kopp et Steve 1946, p. 569-571.

5 ʿAïn el-Maʿmoudiyeh signifie en arabe « la source du baptême » : عين المعمودية.

6 L’inscription suggère en effet la présence d’un abbé responsable d’un groupe de religieux (Kopp et Steve 1946, p. 569-571). La traduction est indiquée p. 570. Un second témoignage épigraphique, mis au jour lors de la campagne de fouille 2018 sur un pavement de mosaïque, mentionne la sépulture d’un autre abbé.

7 ʿAïn el-Maʿmoudiyeh Archaeological Project in Palestine (AMAPP).

8 Ces travaux sont placés sous la responsabilité de l’auteur, en collaboration étroite avec le ministère du Tourisme et des Antiquités, représenté par Jehad Yasin, et le département du Tourisme et des Antiquités d’Hébron, représenté successivement par Ahmed Rjoob, Najah Abu Sara et Sami Arqoub. La mission bénéficie de l’appui de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, du CNRS (UMR 8167, Orient et Méditerranée), de Sorbonne Université (Labex ResMed) et de l’Ifpo.

9 Les travaux liés à l’aménagement des plantations voisines ont engendré la destruction des niveaux archéologiques situés sous la nef de la chapelle. Par conséquent, l’unique option était de fouiller dans l’abside.

10 La profondeur et la longueur ne sont pas connues en raison de la détérioration du bassin occasionnée par la construction de la chapelle postérieure.

11 L’étude de la céramique est réalisée par L. Vié (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

12 L’analyse a été effectuée par le laboratoire Beta Analytics.

13 Sur les bains individuels, voir Ginouvès 1955, p. 135-152 ; plus généralement, sur les bains grecs, voir Ginouvès 1962. À titre d’exemple, notons le cas syrien des bains de Sergilla, dotés d’une absidiole occupée par un bassin de douche (Charpentier 2013, p. 484). Mentionnons également les bains de Ramat-Hanadiv semblables, par certains aspects, à l’architecture de la chapelle de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh : l’alimentation s’effectuait par un tunnel relié à une source et le caldarium se caractérisait par une salle voûtée pourvue d’une abside vraisemblablement agrémentée d’un bassin (Hirschfeld 2000, p. 312-327).

14 Les systèmes hydrauliques liés à l’usage de l’eau vive en contexte rituel sont rares. La plupart des baptistères sont conçus de façon à donner l’illusion d’une eau qui jaillit par elle-même dans la cuve baptismale, par le biais d’une citerne aménagée dissimulée à proximité (Emmaüs-Nicopolis, Soboda, Nisibe) ou bien par le remplissage d’un évier placé à l’arrière du baptistère qui permettait d’acheminer l’eau, par le biais d’une canalisation, vers la cuve baptismale (Houarté, Zénobia-Halabiyyé). Ces dispositifs confirment la dimension symbolique de l’eau vive qui s’écoule en apparence par elle-même. Il est remarquable que l’attention portée à l’eau vive est observée principalement dans les sanctuaires de pèlerinage et dans les centres épiscopaux (voir Riba 2018, p. 1255-1271). Ajoutons toutefois, dans la province de Palestine Ire, les fonts baptismaux de Nar Gallim, dans la région d’Ashdod, alimentés par un tuyau en terre cuite, mais le contexte archéologique de cette installation est mal connu (Gorzalczany 2002, p. 115-118).

15 Didachè 7,1 (SC 248, p. 170-171).

16 Sur les lois relatives à la pureté rituelle, voir Neusner 1976, p. 202-205, et Adler 2013, p. 240-249.

17 En effet, les installations dédiées au lavement des pieds et des mains avant l’accomplissement du bain rituel ne sont pas rares (voir notamment Ricks 1997, p. 279-280).

18 Hoss 2007, p. 62 et 74.

19 Dans le Nouveau Testament, le lieu par excellence sanctifié par un baptême est naturellement celui du baptême de Jésus par Jean-Baptiste. Mentionné dès 333 par le Pèlerin de Bordeaux, son emplacement met néanmoins un certain temps à se fixer (Maraval 2011, p. 280-281). On relève également, dans le quatrième évangile, le site d’Aenon (Jn 3,23), près de Salem, connu pour l’activité baptismale de Jean-Baptiste dans la région de Scythopolis, proche du Jourdain. Le lieu du baptême de l’eunuque de la reine d’Éthiopie par saint Philippe (Act 8,27-39) appartient également à cette catégorie de lieux saints. Il est assimilé au site de Bethsur, au nord d’Hébron (Maraval 2011, p. 274). Ces trois lieux sont indiqués sur la carte de Madaba réalisée dans la seconde moitié du vie siècle (Piccirillo et Alliata 1999). À l’emplacement du baptême de l’eunuque, il est intéressant de noter la présence d’un bâtiment associé à une grande cuve circulaire : cette représentation pourrait être un parti pris du mosaïste pour rendre visible la cuve située en réalité à l’intérieur du monument, comme celui de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (Ben Pechat 1986, p. 164-165).

20 Parmi les rares traces archéologiques susceptibles d’évoquer la présence d’un baptistère alimenté en eau de source, signalons l’installation observée par le R. P. Féderlin au début du xxe siècle à l’emplacement du monastère de ʿAïn Ḥagla, identifié comme celui de Penthucla et associé à Jean-Baptiste par Jean Moschos (Pré spirituel, no 3). Le père blanc décrit une source située « au-dessus d’une cuvette circulaire de deux mètres de diamètre, avec un mètre de profondeur », qu’il identifie comme un baptistère (Féderlin 1903, p. 180). Il convient également de mentionner le sanctuaire souterrain de ʿAïn Aroun (« la source d’Aaron »), en Samarie, qui servait de cadre à un culte païen au cours de la période romaine. De nombreux graffiti, la présence d’une source et d’un espace aménagé en abside suggèrent que ce lieu a pu être réutilisé comme baptistère par les chrétiens. Le site de Sheih Shaʾleh situé sur une colline à l’aplomb présente un linteau en remploi dont l’inscription grecque fait mention de l’évêque de Sébaste, successeur de Jean-Baptiste, et d’une église dédiée à Élie (Alt 1925, p. 393-397 ; Crowfoot, Kenyon et Sukenik 1942, p. 76-79).

21 Égérie, 13,2-15,16 (SC 296, p. 182-191).

22 Statim ergo cepimus ire cum eo pedibus totum per uallem amenissimam, donec perueniremus usque ad hortum pomarium ualde amenum, ubi ostendit nobis in medio fontem aquae optime satis et pure, qui a semel integrum fluuium dimittebat. Habebat autem ante se ipse fons quasi lacum, ubi parebat fuisse operatum sanctum Iohannem Baptistam […] Nam et multi frates sancti monachi, de diuersis locis uenientes, tendunt se ut lauentur in eo loco, « Aussitôt, nous nous sommes mis en route avec lui à pied, en suivant sans cesse une vallée très agréable, jusqu’à ce que nous arrivions à un verger extrêmement agréable. Il nous y a montré, en son milieu, une fontaine d’une eau tout à fait excellente et pure, qui en un seul flot laissait s’écouler tout un ruisseau. Devant la fontaine, il y avait une sorte de bassin ; c’est là évidemment que Jean-Baptiste avait exercé son activité […] De nombreux frères, de saints moines venant de diverses contrées, se rendent en cet endroit pour s’y laver » (Égérie, 15,2-3 – SC 296, p. 188, l. 8-14 […] 17-18, trad. p. 189).

23 Contre toute apparence, le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh n’était pas particulièrement isolé. En effet, des travaux antérieurs (Hardin, Rollston et Blakely 2012) et les prospections effectuées dans le cadre de la mission franco-palestinienne de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh ont montré des traces d’occupation tout au long de cette vallée, telles que des vestiges de constructions antiques et un matériel céramique abondant. Par ailleurs, l’itinéraire était jalonné de citernes et de plusieurs points d’eau comme ceux de ʿAïn Faʿra, de ʿAïn ad-Daliyah et de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh. On note également, dans le même secteur, le monastère de Khibert el-Firʿa situé à l’aplomb du wadi (Malka 2012, p. 194, no 285). Enfin, le fortin de Khirbet ed-Deir (supra, n. 2) qui domine le site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh, depuis le sommet d’une colline voisine, plaide en faveur d’un lieu fréquenté qui devait faire l’objet d’une surveillance.

24 Dans l’Antiquité, la route principale (fig. 1) passait quelques kilomètres plus au sud (Tsafrir, Di Segni et Green et al. 1994).

25 Le silence des sources indique toutefois que le site faisait probablement l’objet d’un pèlerinage qui ne dépassait pas le cadre régional (voir notamment Wilkinson 1977). Ce constat est corroboré par le matériel céramique mis au jour au cours des fouilles archéologiques.

26 Denuo ergo et ad ipsum fontem, sicut et in singulis locis, facta est oratio et lecta est ipsa lectio ; dictus etiam psalmus competens, et singula, quae consuetudinis nobis erant facere, ubicumque ad loca sancta ueniebamus, ita et ibi fecimus, « De nouveau, à cette fontaine comme à tous les autres lieux visités, on a fait une prière et lu cette lecture, puis on a dit un psaume approprié ; tout ce que nous avions accoutumé de faire chaque fois que nous étions arrivés à des lieux saints, nous l’avons fait là aussi » (Égérie, 15,4 – SC 296, p. 188, l. 18-22 – trad. p. 189).

27 Kopp et Steve 1946, p. 569-571. Le linteau a été retrouvé par les pères dominicains Steve et De Vaux à 40 m à l’est du chevet de la chapelle, au pied d’un seuil de porte in situ tourné vers l’est. Cet accès ne peut plus être atteint aujourd’hui, en raison d’une route moderne qui passe à cet endroit. L’orientation de la porte vers l’est ne plaide pas en faveur d’une église, d’autant que celle-ci a été découverte au cours de la campagne 2019 un peu plus au nord, en hauteur. Il s’agit donc d’un autre type de bâtiment monastique (habitation de moines, hostellerie, réfectoire, etc. ?).

28 Jn 10,9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Localisation du site et réseau de communication antique
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 2.
Légende Cadre environnemental du site de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 3.
Légende Situation actuelle de la chapelle (à gauche du château d’eau)
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Figure 4.
Légende La chapelle vue depuis le nord-est
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 5.
Légende Plan de la chapelle et des dispositifs annexes
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Figure 6.
Légende La cuve de la chapelle
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Titre Figure 7.
Légende Coupe de la chapelle
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 8.
Légende Tunnel permettant de capter et d’acheminer l’eau de source jusqu’à la cuve : a. entrée du souterrain ; b. conduite d’eau ; c. résurgence karstique à l’extrémité du tunnel
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 9.
Légende Conduit d’évacuation de la grande cuve circulaire
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 10.
Légende Cuve secondaire monolithe surmontée d’une margelle
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Figure 11.
Légende Cuves secondaires monolithes de forme rectangulaire
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 12.
Légende Partie orientale du bassin primitif découvert sous la chapelle
Crédits © AMAPP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13034/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Riba, « Le baptistère de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (Palestine méridionale – district d’Hébron) »Syria, 98 | 2021, 113-123.

Référence électronique

Bertrand Riba, « Le baptistère de ʿAïn el-Maʿmoudiyeh (Palestine méridionale – district d’Hébron) »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 24 août 2022, consulté le 04 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/syria/13034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13034

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo MEAE
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search