Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98Autres articlesUn ossuaire inédit à décor de maç...

Autres articles

Un ossuaire inédit à décor de maçonnerie au musée archéologique des Pays de la Bible (Paris)

Caroline Arnould-Béhar
p. 307-318

Résumés

L’article est consacré à l’un des ossuaires juifs des collections du musée archéologique des Pays de la Bible à Paris. De petites dimensions et donc destiné à accueillir les ossements d’un enfant, il présente un décor d’imitation d’assises de pierre complété de rosettes. Ce type de décor est attesté sur une vingtaine d’ossuaires. Provenant presque exclusivement de tombes de Jérusalem, en majorité de la nécropole orientale de la ville, ils ont été produits à la période hérodienne (2e moitié du ier s. av. n. è. à 70 de n. è.). En le replaçant au sein de ce groupe d’ossuaires à décor de maçonnerie, l’étude permet de confirmer l’origine présumée de l’objet. L’interprétation retenue de cette iconographie, inconnue dans les décors funéraires du monde gréco-romain, la met en relation avec le sanctuaire de Jérusalem, dont on aurait suggéré le mur d’enceinte à travers la représentation de son appareillage de blocs à marges d’encadrement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions J. Asurmendi qui a rendu possible cette étude en nous permettant d’examiner et de (...)

1La collection du musée archéologique des Pays de la Bible, anciennement musée Bible et Terre sainte, est constituée de dons et d’acquisitions principalement réalisées par les abbés René Leconte et Jean Starcky dans les années 1950 et 1960. Quatre ossuaires en font partie, dont celui qui porte le numéro d’inventaire CB7167 et auquel nous consacrons cet article 1.

  • 2 Nous remercions J.-F. Desclaux et F. Koegler, de l’association Bible et Terre sainte, pour les inf (...)
  • 3 Pour les interprétations concernant l’apparition des ossuaires, consulter la synthèse de J. Magnes (...)

2Acquis très vraisemblablement par Jean Starcky auprès d’un marchand de Jérusalem, son origine n’est pas documentée. La fiche du musée indique Jérusalem comme provenance probable 2. La datation de l’objet est rendue impossible par l’absence d’informations provenant du contexte archéologique et l’absence d’inscription. Seuls ses caractéristiques formelles et son décor permettent de l’inscrire au sein du vaste groupe de plusieurs milliers d’ossuaires produits à Jérusalem dans la période de la fin du ier s. av. n. è. à 70 de n. è. 3.

Caractéristiques générales

  • 4 Les faces de la cuve étant légèrement trapézoïdales, sa longueur et sa largeur sont un peu plus fa (...)
  • 5 Les dimensions indiquées par L. Y. Rahmani pour un ossuaire adulte sont de 42 à 65 cm de longueur, (...)
  • 6 Figueras 1983, p. 25.

3Réalisé dans un calcaire tendre, l’ossuaire présente une longueur maximale de 38 cm, une largeur maximale de 21,5 cm et une hauteur de 28 cm 4. Ces dimensions ne s’accordent pas avec la taille requise pour y placer des ossements d’adulte et indiquent qu’il était destiné à recevoir ceux d’un enfant 5. Elles se rapprochent de celles que donne P. Figueras pour un ossuaire de nouveau-né : 37 × 21 × 25 cm 6.

4Les quatre pieds, d’environ 5 cm, sont plus hauts que la moyenne pour ce type d’objet (fig. 1 et 2).

Figure 1.

Figure 1.

Face principale (face A)

cliché C. Arnould-Béhar

Figure 2.

Figure 2.

Face arrière (face B)

cliché C. Arnould-Béhar

5L’intérieur laisse voir des traces d’outils sur les parois. Elles sont plus visibles encore sur la face inférieure de la cuve, grossièrement dressée (fig. 3).

Figure 3.

Figure 3.

Face inférieure de la cuve

cliché C. Arnould-Béhar

  • 7 La marque du couvercle suffit mais l’artisan en a parfois, comme dans le cas présent, ajouté une a (...)

6Le couvercle est plat et coulissant. À l’une de ses extrémités se trouve une marque incisée en forme d’étoile à huit rayons (fig. 4). Une marque du même type mais plus irrégulière orne l’extrémité du rebord de la cuve et il ne fait pas de doute qu’elles servaient d’indication pour le sens selon lequel placer le couvercle 7.

Figure 4.

Figure 4.

Marques incisées sur le bord du couvercle et le rebord de la cuve

cliché C. Arnould-Béhar

7La cuve présente un bon état de conservation. On note une ébréchure sur la face arrière (fig. 2). Le couvercle, lui, a été brisé à un angle et recollé (fig. 5).

Figure 5.

Figure 5.

Couvercle

cliché C. Arnould-Béhar

Le décor des longs côtés

  • 8 Le terme d’« appareillage de pierre » convient aussi. Les auteurs anglophones désignent ce type de (...)

8Les deux longs côtés présentent un décor d’imitation de maçonnerie de pierre 8 dans lequel s’insèrent deux rosettes.

Face A (fig. 1)

  • 9 Sur de nombreux ossuaires, le couvercle se glissait de la droite vers la gauche comme le montrent (...)

9La face avant ou « face A » 9 est divisée en hauteur en cinq bandes incisées, reproduisant des assises de pierre de taille de hauteur inégale, les deux premières étant moins hautes que les trois qui les surmontent, ce qui résulte de la position des rosettes comme nous le verrons plus loin.

  • 10 Voir, infra, l’interprétation du décor.
  • 11 Rahmani 1994a, no 730.

10L’artisan a eu le souci de décaler les assises les unes par rapport aux autres de sorte que les joints verticaux ne se correspondent pas, ce qui aurait nui à la lecture du motif. Les blocs qui les composent sont rectangulaires ou carrés et séparés par une ligne double. Celle-ci indiquerait, plutôt que les joints de parement, les marges latérales caractérisant « l’appareillage hérodien » 10. Sur certains ossuaires, dont l’un provient du quartier de Talpiot à Jérusalem 11, on peut voir l’intention de représenter des assises de carreaux et boutisses avec une alternance de blocs allongés et de blocs carrés, ce qui n’est pas le cas ici.

11Aux extrémités du panneau, à mi-hauteur, le décor de maçonnerie laisse la place à deux rosettes inscrites dans un cercle, réalisées au compas. Ces rosettes à six feuilles constituent le motif le plus commun du décor des ossuaires. Leur contour est incisé tandis que leurs feuilles sont en partie taillées en creux, selon la technique appelée chip-carving en anglais. La taille en biseau fait apparaître une bande centrale suggérant la nervure de la feuille.

12Le panneau est entouré de deux lignes parallèles incisées ; un trait plus fin marque la limite avec les pieds.

Face B (fig. 2)

13Quatre assises sont représentées, ce qui distingue cette face de la face A. Une seule a été tracée sous les rosettes et la surface non ornée au bas de la cuve est plus importante que sur l’autre face.

 

14Si, sur l’ensemble de l’ossuaire, l’exécution du décor est soignée, on constate dans le détail quelques imperfections. Sur la face B surtout, des lignes ont un tracé oblique plutôt que vertical ou dépassent leur limite inférieure. On observe aussi l’écartement variable des deux traits verticaux suggérant les marges ou encore la longueur variable des feuilles des rosettes dont certaines débordent du cercle qui les entoure.

  • 12 Provenant de la pente est du mont Scopus (Rahmani 1982, p. 114, Rahmani 1994a, no 455).
  • 13 Rahmani 1994a, no 184.
  • 14 Rahmani 1994a, pl. 58, fig. 44.

15Ces rosettes ont-elles été réalisées avant ou après les blocs appareillés ? Un ossuaire inachevé laisse voir deux cercles tracés sur le décor de maçonnerie 12, indiquant que les rosettes ont été réalisées dans une seconde étape. Un autre exemple montre la situation inverse, les rosettes ayant été sculptées avant le décor de maçonnerie qui est resté inachevé 13. C’est très probablement le cas ici, ce qui explique que deux assises sont représentées sous les rosettes de la face A et une seule sur la face B. Dans le second cas, les rosettes ont été gravées un peu plus bas sur la cuve, permettant à l’artisan de tracer une seule rangée en-dessous. On remarque que la ligne supérieure de ces assises déborde légèrement sur la rosette de droite, sur les deux faces, peut-être parce que l’artisan l’a tracée à partir de la gauche en remontant légèrement (fig. 6). Il est probable que le grand ossuaire provenant de Ramat Eshkol à Jérusalem et publié par Rahmani sous le no 407 présente un cas semblable. Tandis que le couvercle est orné d’un parement de pierres, la cuve, probablement inachevée, ne présente, elle, qu’un décor de rosettes, indiquant que le décor de maçonnerie devait être gravé postérieurement 14.

Figure 6.

Figure 6.

Rosette de droite de la face A

cliché musée archéologique des Pays de la Bible

  • 15 Rahmani 1994a, p. 35.
  • 16 Kancel 2009, p. 452. Le catalogue de Daniel Kancel sera prochainement publié aux éditions Brill, i (...)

16Le motif du mur appareillé ou maçonnerie de pierre, sans être rare, n’est pas très répandu dans le décor des ossuaires. Seuls seize exemplaires sont répertoriés par L. Y. Rahmani dans son catalogue des ossuaires des collections israéliennes 15, une vingtaine dans celui de D. Kancel, le plus complet à ce jour puisque répertoriant l’ensemble des ossuaires publiés 16.

  • 17 Parfois complété d’une bordure de ruban replié.

17Au sein de ce groupe d’une vingtaine d’exemplaires, nous pensons pouvoir distinguer deux séries présentant une certaine homogénéité. La première est constituée d’ossuaires de dimensions standard, qui ont en commun d’être décorés sobrement et exclusivement ou presque du motif de maçonnerie 17, d’utiliser la seule technique de l’incision pour leur décor et d’avoir un couvercle plat coulissant. Ils sont le plus souvent dépourvus de pieds ou ont des pieds très bas.

  • 18 Rahmani 1994a, no 490 ; Kloner et Whetstone 2016, no 472. Le terme de « sarcophage » est utilisé p (...)
  • 19 Sur les deux grands ossuaires à décor de maçonnerie et rosettes qu’a livrés la nécropole de Dominu (...)
  • 20 Kloner et Whetstone 2016, p. 254, en particulier n. 6.
  • 21 Kloner et Whetstone 2016, p. 254, n. 6. Cela vaut aussi pour l’ossuaire d’Ikarpia que nous évoquon (...)

18La seconde série se compose d’ossuaires de dimensions supérieures à la moyenne avec une longueur souvent très importante, jusqu’à 1,71 m pour l’ossuaire « de Phasaël » 18. Ils ont en commun une cuve dotée d’un rebord saillant et mouluré et un couvercle en bâtière (à double pente) [fig. 7]. Ils sont pourvus ou non de pieds 19. Le décor de maçonnerie se complète de motifs de rosettes, dans quelques cas sur le couvercle seulement. Le décor est à la fois sculpté, incisé et obtenu par la technique du chip-carving. Nous avons repéré une petite dizaine d’ossuaires pouvant être placés dans cette catégorie mais d’autres sont connus selon A. Kloner et S. Whetstone 20. Les auteurs confirment par ailleurs que ces ossuaires étaient destinés aux tombes du mont Scopus et du mont des Oliviers, d’où proviennent la majorité des exemplaires de notre répertoire. Ils auraient, selon eux, été produits dans un même atelier 21.

Figure 7.

Figure 7.

Ossuaire de la seconde série, provenant du mont Scopus et conservé au musée Rockfeller

cliché A. Lemaire

  • 22 Rahmani 1994a, no 478 ; Kloner et Whetstone 2016, no 472.6, fig. 10.28.

19Plusieurs ossuaires échappent à la classification proposée, combinant des éléments relevant des deux types. Quelques-uns, par exemple, sont de dimensions standard mais possèdent un couvercle en bâtière et parfois une corniche mais non moulurée, et des rosettes ornent leur cuve ou leur couvercle. Un ossuaire provenant du mont Scopus et inscrit au nom d’Ikarpia présente des dimensions et un décor qui l’apparentent aux exemplaires de la deuxième série, dont il se distingue par son couvercle coulissant et l’absence de rebord saillant 22.

20L’ossuaire auquel est consacré cet article est également en marge de la typologie reconnue. Son iconographie et la sophistication de son décor le rapprochent de la seconde série mais il s’en distingue par ses petites dimensions, son couvercle plat et l’absence de rebord saillant. Le couvercle plat coulissant, très répandu d’une manière générale, caractérise les ossuaires de la première série. Il a aussi été adopté pour l’ossuaire d’Ikarpia, comme nous venons de le voir, qui comme lui est dépourvu de rebord saillant. Les deux ossuaires ont aussi en commun d’être ornés du même type de rosettes à huit pétales et étoile centrale.

21Il est tentant de voir l’adaptation à un ossuaire d’enfant, et donc de petite taille, d’un type de décor élaboré pour des ossuaires d’adultes. De ceux-ci, il aurait pu retenir aussi les pieds hauts, une particularité que présentent certains des « grands ossuaires » de la deuxième série comme l’ossuaire no 88 de Dominus Flevit ou l’ossuaire de Phasaël. L’ossuaire d’Ikarpia étant supposé provenir du même atelier que les exemplaires de notre seconde série, il peut en avoir été de même pour l’ossuaire étudié.

Le décor des faces latérales

22Les faces latérales sont ornées d’une rosette en leur centre, réalisée par évidement au ciseau (chip-carving).

Face gauche (fig. 8)

Figure 8.

Figure 8.

Face latérale gauche

cliché C. Arnould-Béhar

  • 23 Ou de « rosace à pétales tourbillonnants » (Kancel 2009, p. 436), de « whirl rosette » (Goodenough(...)
  • 24 Michaux-Colombot 2009, p. 115.
  • 25 Kantor 1947, p. 252 n. 13.
  • 26 Par exemple, Peleg-Barkat 2017, no 1217.
  • 27 Amy, Seyrig et Will 1975, p. 207.

23La rosette est inscrite dans un bandeau circulaire orné d’un ruban replié (fig. 9). Elle se compose de vingt-quatre pétales légèrement recourbés vers la gauche et dessinant une roue en mouvement. Ce type de motif est habituellement désigné sous le nom de « rosette tournoyante » 23. Il est connu dans l’art de l’Orient ancien déjà au IIIe millénaire 24. H. Kantor lui reconnait une origine égyptienne 25. Elle est assez courante dans le décor des ossuaires et orne des tombeaux de Jérusalem de la même période, le tombeau de la Retraite des apôtres et la tombe des Raisins. Elle est aussi présente dans le décor du temple de Jérusalem 26. Au ier siècle, on la trouve également au plafond de la loge du thalamos sud du temple de Bêl à Palmyre 27.

Figure 9.

Figure 9.

Rosette de la face gauche

cliché C. Arnould-Béhar

24Sur l’ossuaire, les pétales n’étant pas évidés dans la partie proche du centre produisent l’illusion d’une petite rosette tournoyante inscrite dans la grande.

Face droite

  • 28 Seuls six exemples dans le catalogue de Rahmani 1994a (nos 15, 18, 112, 148, 271 et 881).

25Le motif est composé d’une rosette tournoyante à trente-six pétales renfermant une rosette florale (fig. 10). Des trous de compas sont visibles sur le cercle périphérique. Parmi les rosettes tournoyantes ornant les ossuaires, peu nombreuses sont celles qui présentent une autre rosette en leur centre 28.

Figure 10.

Figure 10.

Rosette de la face droite

cliché C. Arnould-Béhar

26La couronne extérieure est traitée de la même manière que sur l’autre face mais elle est moins bien exécutée. Le motif était plus difficile à réaliser du fait du plus grand nombre de pétales et surtout de l’insertion d’un élément central, et l’artisan n’est pas parvenu à positionner bien les pétales et à suggérer le mouvement tournoyant.

27La rosette intérieure est dépourvue de bouton central et le motif rappelle de très loin celui de la fleur. Les huit pétales sont constitués de formes géométriques suggérant les pétales en forme de cœur de rosettes plus naturalistes. Le sillon séparant les pétales s’élargissant au centre du motif fait apparaître un motif d’étoile. Ce type de rosette connaît de nombreux parallèles dans le décor des ossuaires.

Interprétation du décor

28On peut admettre que, dans le contexte funéraire, le décor de maçonnerie était porteur de sens pour ceux qui l’ont fait exécuter. Il est plus difficile de préciser la signification que la rosette aurait pu se voir accorder.

La maçonnerie fictive

  • 29 Hachlili 2005, p. 104 ; Rahmani 1994a, p. 35 ; Rahmani 1994b, p. 198 et 202.
  • 30 Avigad 1950-1951, p. 103 ; Kloner et Zissu 2007, p. 443. L’aspect est très proche de celui du mur (...)
  • 31 Peleg-Barkat 2015, fig. 2 et 3.
  • 32 Avigad 1971.
  • 33 Kloner et Zissu 2007, fig. 250.

29Pour R. Hachlili comme pour L. Y. Rahmani, le décor s’inspire de tombes de Jérusalem 29. On connaît deux tombes de l’époque dont les parois rocheuses imitent un appareillage de pierres encadrées de marges, l’une à Umm el ʿAmed, au nord de Jérusalem, en façade et dans le vestibule 30, l’autre à Qarwat Bani Hassan (Deir ed-Derb), au sud-ouest de la Samarie 31. Il s’agit d’une maçonnerie fictive, et ces tombes sont à distinguer de celles qui présentent un parement d’opus quadratum comme la tombe du Nazirite sur le mont Scopus 32 et celle de la famille d’Hérode, dans la nécropole occidentale de Jérusalem 33.

  • 34 Rozenberg 2019, p. 186.
  • 35 Sur la colline occidentale, dans le quartier juif de la vieille ville. Le rapprochement a été prop (...)

30On ne peut complètement exclure que les artisans aient simulé un appareillage de pierre à des seules fins décoratives. Mais, dans ce cas, l’inspiration serait à chercher dans le contexte domestique plutôt que funéraire. Les imitations de maçonneries de pierre se rencontrent dans les décors stuqués de la période, inspirés du style structural encore en vigueur en Judée à la période hérodienne 34. Un bel exemple est le décor mural de la grande salle de réception de la « Palatial Mansion », l’une des luxueuses habitations de la Jérusalem du ier siècle 35. Le goût pour le trompe-l’œil est cependant peu présent dans l’ornementation des ossuaires et ce n’est pas l’explication à privilégier.

  • 36 Richardson 2004, p. 303.
  • 37 Par exemple, sur un ossuaire trouvé à Givʿat Shapira (Gershuny et Zissu 1996, fig. 25 p. 54*) où l (...)

31L’interprétation qui peut être retenue est celle d’une référence au sanctuaire de Jérusalem. Un élément spécifique du sanctuaire était l’appareillage de son mur d’enceinte ou mur de péribole, fait d’un opus quadratum aux assises régulières et composées de blocs à fines marges d’encadrement et bossage léger. Pour P. Richardson, l’identification est évidente : « These ossuaries seized on the single most dramatic and skillful feature of the whole great construction : its sophisticated masonry, regular ashlar courses, finely crafted margins, smooth bosses, and subtly inclined walls. » 36 Les doubles traits verticaux que nous avons observés peuvent être identifiés comme les marges latérales des blocs hérodiens. Dans quelques cas, les marges inférieures et supérieures étaient également indiquées 37.

  • 38 Hachlili 1997, p. 246 ; Hachlili 2005, p. 110.
  • 39 Hachlili 1988, p. 81-82 ; Weiss 2007, p. 382.
  • 40 Selon A. Grossberg (Grossberg 1996), les portes à deux vantaux représenteraient l’une des portes d (...)

32Cette interprétation ne va pas sans difficulté si l’on admet, à la suite de L. Y. Rahmani comme R. Hachlili 38 parmi d’autres, qu’une iconographie en lien avec le sanctuaire de Jérusalem ne fait son apparition qu’après la destruction de celui-ci en 70. Certes la documentation est peu abondante avant le iie siècle, et c’est à ce moment seulement que s’élabore un véritable répertoire iconographique. Néanmoins, des motifs sont déjà présents dans l’iconographie des périodes hasmonéenne et hérodienne. La menorah, la table des pains de proposition et l’autel à encens sont attestés sur plusieurs documents relevant des domaines domestique, cultuel et funéraire 39. Les quelques représentations probables d’autels sur les ossuaires pourraient s’y ajouter, comme celles de la balustrade dont on peut suggérer qu’elle ait été le soreg du sanctuaire. Selon certains auteurs, des motifs architecturaux tels que la porte à linteau, la façade ou les colonnes auraient fait référence au temple, mais cela reste à démontrer 40.

  • 41 Grossberg 1996. Voir les exemples réunis par Hachlili 1997.

33Sur l’ossuaire reconnu par A. Grossberg comme représentant la façade du Temple, et qui appartient à une série dont l’un des exemplaires a été trouvé à Jéricho, une rangée de « pierres à marges » forme une bordure d’encadrement à l’intérieur de laquelle se développe la composition 41. Si l’identification est correcte, la bordure pourrait être destinée à faciliter la lecture de l’image, l’assise de pierres à marges constituant une sorte de raccourci pour évoquer le sanctuaire, voire un symbole de celui-ci. L’iconographie des ossuaires juifs montre d’autres exemples d’un tel recours à l’abstraction.

  • 42 No d’inventaire : FGA-ARCH-RA 0144. Elle est indiquée provenir d’Italie et remonter au ier siècle. (...)

34Dans les mondes grec, étrusque et romain, les urnes cinéraires de pierre présentant un décor d’architecture destiné à les rapprocher d’un temple sont nombreuses. Elles sont ornées d’éléments tels que frontons, colonnes ou pilastres et, dans quelques cas, de maçonnerie de pierre de taille. L’exemplaire sur lequel ce décor est le plus abouti est l’urne des collections de la fondation Gandur pour l’art de Genève où la maçonnerie apparaît sur les longs côtés 42 (fig. 11). À la différence des ossuaires de Judée, celle-ci ne constitue jamais un élément de décor exclusif ou quasi-exclusif et n’est pas une référence explicite à un bâtiment existant. Le type de décor de la série à laquelle appartient l’ossuaire étudié est donc propre à la Judée. Comme pour les tombeaux ornés d’une maçonnerie fictive, l’intention était de rapprocher du sanctuaire le réceptacle des ossements.

Figure 11.

Figure 11.

Urne cinéraire romaine en forme de temple

Photo André Longchamp, © fondation Gandur pour l'art, Genève

35Créé dans un environnement marqué par l’emprise du sanctuaire, spirituelle autant que topographique, le décor de maçonnerie appartient au répertoire de motifs conçus pour servir les préoccupations eschatologiques des Juifs de l’époque. Deux conceptions peuvent être évoquées pour expliquer ces références au sanctuaire : celle qui voit dans le mont du Temple le lieu où le Jugement dernier sera rendu, l’autre selon laquelle le temple terrestre est une image du sanctuaire céleste et du paradis. Les deux sont présentes dans la littérature juive de l’époque.

Les rosettes

  • 43 Figueras 1983, p. 53 ; Bagatti et Milik 1958, p. 57.

36Il est difficile d’affirmer que la rosette possédait à cette période une véritable signification ou en tout cas de la préciser. Si P. Figueras conçoit l’ajout de rosettes au motif de maçonnerie comme un simple moyen de rompre la monotonie du décor, B. Bagatti et J. T. Milik n’excluent pas qu’elles aient été introduites « per manifestare qualche concetto » 43.

37Le motif a joui d’une faveur particulière dans le décor des ossuaires, où le nombre d’exemples va de pair avec la variété des types. Au-delà du domaine funéraire, il est le motif le plus commun des décors de la période hérodienne. À sa valeur décorative s’ajoute une probable fonction apotropaïque dans le cas des ossuaires comme des sarcophages et des façades de tombeaux.

  • 44 Il ne s’agit que d’une suggestion. La question de la symbolique de la rosette dans le Proche-Orien (...)

38La rosette tournoyante, moins répandue que les autres types de rosettes, a peut-être, à la période de réalisation de notre ossuaire, gardé un lien avec l’astre solaire dont elle symboliserait la course. Le choix de ce motif pourrait alors traduire une intention de suggérer le cycle du temps et, partant de là, l’immortalité 44.

Datation et provenance

39Par son matériau, sa forme et son décor, l’ossuaire appartient pleinement à la série des ossuaires produits à Jérusalem à la période hérodienne.

  • 45 Voir par exemple les neuf ossuaires décorés découverts dans une tombe de Ben Shemen, dans l’ouest d (...)

40Bien que très ralentie et surtout moins bien connue, la production d’ossuaires juifs s’est poursuivie après 70. Plusieurs dizaines ont été datés entre la fin du ier siècle et le iiie siècle par le matériel qui leur était associé. Ils proviennent principalement des régions du sud et de l’ouest de la Judée pour une part et de la Galilée pour l’autre. Loin d’être homogène, cette production se distingue cependant bien de celle de la période précédente. Le répertoire décoratif est plus restreint, la qualité d’exécution moindre et l’utilisation du « chip-carving » abandonnée 45.

  • 46 Voir supra : Le décor des faces principales.

41Outre la technique utilisée pour son décor et le soin qui lui a été apporté, l’iconographie rattache l’ossuaire à la période hérodienne. Les exemples mentionnés comme éléments de comparaison pour leur décor de maçonnerie, avec ou sans rosettes, sont tous datés de la période pré-70 et viennent de Jérusalem, à quelques exceptions (nous en avons noté deux). À Jérusalem, c’est la nécropole orientale qui en a livré le plus grand nombre, principalement le mont Scopus et dans une moindre mesure le mont des Oliviers. Si nous retenons l’idée que l’ossuaire décrit a été produit dans le même atelier que la série des grands ossuaires à décor de maçonnerie et rosettes avec lesquels il présente une évidente parenté 46, alors nous pouvons faire l’hypothèse qu’il était destiné et a été découvert dans une tombe de la nécropole orientale de Jérusalem.

Haut de page

Bibliographie

Amy, Seyrig et Will 1975
R. Amy, H. Seyrig, E. Will, Le temple de Bêl à Palmyre (BAH 83), Paris.

Avigad 1947
N. Avigad, « Architectural observations on some rock-cut tombs », PEQ 79/2, p. 112-122.

Avigad 1950-1951
N. Avigad, « The rock-carved façades of the Jerusalem necropolis », IEJ 1/2, p. 96-106.

Avigad 1971
N. Avigad, « The burial-vault of a Nazirite family on mount Scopus », IEJ 21/4, p. 185-200.

Avi-Yonah 1942
M. Avi-Yonah, « Oriental elements in the art of Palestine in the Roman and Byzantine periods », QDAP X, p. 105-151.

Avi-Yonah 1950
M. Avi-Yonah, « Oriental elements in the art of Palestine in the Roman and Byzantine periods », QDAP XIV, p. 49-80.

Bagatti et Milik 1958
B. Bagatti et J. T. Milik, Gli scavi del “Dominus Flevit”. Parte I. La Necropoli del periodo romano, Jérusalem.

Figueras 1983
P. Figueras, Decorated Jewish Ossuaries, Leyde, 1983.

Gershuny et Zissu 1996
L. Gershuny et B. Zissu, « Tombs of the Second Temple period at Givʿat Shapira, Jerusalem », ʿAtiqot 30, p. 45*-59*(hébreu), p. 128-129 (résumé anglais).

Goodenough 1953
E. R. Goodenough, Jewish Symbols in the Graeco-Roman Period. Vol. 1. The Archeological Evidence from Palestine and the Diaspora, New York.

Goodenough 1954
E. R. Goodenough, Jewish Symbols in the Graeco-Roman Period. Vol. 3. Illustrations, New York.

Grossberg 1996
A. Grossberg, « Behold the temple: Is it depicted on a priestly ossuary? », BAR 22/3, p. 46-51.

Jacoby 1987
R. Jacoby, Jerusalem Ossuaries, Jérusalem.

Hachlili 1997
R. Hachlili, « A Jericho ossuary and a Jerusalem workshop », IEJ 47/3-4, p. 238-247.

Hachlili 1988
R. Hachlili, Ancient Jewish Art and Archaeology in the Land of Israel, Leyde.

Hachlili 2005
R. Hachlili, Jewish Funerary Customs, Practices and Rites in the Second Temple Period, Leyde.

Kancel 2009
D. Kancel, Les ossuaires juifs au tournant de notre ère, thèse EPHE (IVe section), Paris.

Kantor 1947
H. Kantor, « The shoulder ornament of Near Eastern lions », JNES 6/4, p. 250-274.

Kloner et Zissu 2007
A. Kloner et B. Zissu, The Necropolis of Jerusalem in the Second Temple Period, Louvain.

Kloner et Whetstone 2016
A. Kloner et S. Whetstone, « A burial complex and ossuaries of the Second Temple period on mount Scopus, Jerusalem » dans A. Killebrew et G. Faßbeck (éd.), Viewing Ancient Jewish Art and Archaeology. VeHinnei Rachel – Essays in Honor of Rachel Hachlili, Leyde, p. 193-270.

Magen 2002
Y. Magen, The Stone Vessel Industry in the Second Temple Period. Excavations at Ḥizma and the Jerusalem Temple Mount, Jérusalem.

Magness 2007
J. Magness, « Why ossuaries? », dans S. W. Crawford (éd.), “Up to the Gates of Ekron”: Essays on the Archaeology and History of the Eastern Mediterranean in Honor of Seymour Gitin, Jérusalem, p. 228-239.

Michaux-Colombot 2009
D. Michaux-Colombot, « Réflexions sur la diffusion et le sens de la rosette au Moyen-Orient ancien », dans J.-M. Durand et A. Jacquet (éd.), Centre et Périphérie. Approche nouvelle des Orientalistes. Actes du colloque organisé par l’institut du Proche-Orient ancien du Collège de France, la Société asiatique et le CNRS (UMR 7192) les 31 mai et 1er juin 2006, Paris, p. 109-125.

Peleg-Barkat 2015
O. Peleg-Barkat, « Decorated tomb façades in early Roman Jerusalem and their influence on the decoration of tombs in Judaea and Samaria » dans Y. Ben-Arieh et al. (éd.), Study of Jerusalem Through the Ages, Jérusalem, p. 73-121 (hébreu).

Peleg-Barkat 2017
O. Peleg-Barkat, The Temple Mount Excavations in Jerusalem, 1968-1978, Directed by Benjamin Mazar. Final Reports. Volume V, Herodian Architectural Decoration and King Herod’s Royal Portico (Qedem 57), Jérusalem.

Rahmani 1982
L. Y. Rahmani, « Ancient Jerusalem’s funerary customs and tombs: Part four », BA 45/2, p. 109-119.

Rahmani 1994a
L. Y. Rahmani, A Catalogue of Jewish Ossuaries in the Collections of the State of Israel, Jérusalem.

Rahmani 1994b
L. Y. Rahmani, « Ossuaries and ossilegium (bone-gathering) in the Late Second Temple period », dans H. Geva (éd.), Ancient Jerusalem Revealed, Jérusalem.

Richardson 2004
P. Richardson, Building Jewish in the Roman East, Waco.

Rozenberg 2019
S. Rozenberg, « Stuccowork in the ancient land of Israel », dans J. Dentzer-Feydy, A.-M. Guimier-Sorbets et C. Delplace (éd.), Stucs d’Orient : traditions orientales et cultures hellénisées (Syria supplément V), Beyrouth, p. 183-200.

Shmueli et al. 2013
O. Shmueli, E. Yannai, Y. Peleg et Y. Nagar, « Burial caves from the early Roman-early Byzantine periods at Ben Shemen », Atiqot 73, p. 19*-44* (hébreu), p. 135-136 (résumé anglais).

Weiss 2007
Z. Weiss, « “Set the showbread on the table before me always” (Exodus 25:30): Artistic representations of the showbread table in early Jewish and Christian art », dans D. R. Edwards et C. T. McCollough (éd.), The Archaeology of Difference: Gender, Ethnicity, Class and the “Other” in Antiquity. Studies in Honor of Eric M. Meyers (AASOR 60/61), Boston, p. 381-390.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions J. Asurmendi qui a rendu possible cette étude en nous permettant d’examiner et de photographier l’objet placé dans les réserves du musée, en attendant sa réouverture.

2 Nous remercions J.-F. Desclaux et F. Koegler, de l’association Bible et Terre sainte, pour les informations communiquées au sujet de la collection du musée. Une photo légendée de l’ossuaire se trouve dans le fascicule de présentation du musée (Trésors du musée Bible et Terre sainte [Monde de la Bible hors-série], Paris, 2013, p. 57). Comme pour tout objet acquis sur le marché des antiquités et dont la provenance n’est pas documentée, la question de l’authenticité peut être posée. En ce qui concerne les ossuaires, le soupçon peut se porter plutôt sur des objets inscrits. Étant anépigraphe, il présente un intérêt plus limité pour les collectionneurs et une valeur marchande moindre. Comme nous le verrons, ses caractéristiques le rapprochent d’exemplaires dont le contexte archéologique est connu, et il peut être présumé authentique. Il convient de rappeler que, dans le cas célèbre de l’« ossuaire de Jacques », l’objet lui-même est authentique. La fraude réside dans l’ajout d’une partie de l’inscription ainsi que d’une patine.

3 Pour les interprétations concernant l’apparition des ossuaires, consulter la synthèse de J. Magness : Magness 2007.

4 Les faces de la cuve étant légèrement trapézoïdales, sa longueur et sa largeur sont un peu plus faibles à la base.

5 Les dimensions indiquées par L. Y. Rahmani pour un ossuaire adulte sont de 42 à 65 cm de longueur, 23 à 28 cm de largeur et 30 à 39 cm de hauteur, celles d’un ossuaire d’adolescent étant légèrement inférieures (Rahmani 1994a, p. 6).

6 Figueras 1983, p. 25.

7 La marque du couvercle suffit mais l’artisan en a parfois, comme dans le cas présent, ajouté une autre sur le rebord (Rahmani 1994a, p. 19).

8 Le terme d’« appareillage de pierre » convient aussi. Les auteurs anglophones désignent ce type de décor généralement sous le nom d’« ashlar wall » ou « ashlar wall pattern ». Goodenough 1953, p. 117, évoque un « masonry pattern ».

9 Sur de nombreux ossuaires, le couvercle se glissait de la droite vers la gauche comme le montrent le sens de lecture de l’inscription ou l’emplacement du décor. Pour cette raison, nous reconnaissons cette face comme la face avant.

10 Voir, infra, l’interprétation du décor.

11 Rahmani 1994a, no 730.

12 Provenant de la pente est du mont Scopus (Rahmani 1982, p. 114, Rahmani 1994a, no 455).

13 Rahmani 1994a, no 184.

14 Rahmani 1994a, pl. 58, fig. 44.

15 Rahmani 1994a, p. 35.

16 Kancel 2009, p. 452. Le catalogue de Daniel Kancel sera prochainement publié aux éditions Brill, intégré à un ouvrage collectif.

17 Parfois complété d’une bordure de ruban replié.

18 Rahmani 1994a, no 490 ; Kloner et Whetstone 2016, no 472. Le terme de « sarcophage » est utilisé par certains auteurs (entre autres Kloner et Whetstone 2016, p. 252-253) du fait de leurs dimensions importantes même si leur utilisation était bien celle d’ossuaires.

19 Sur les deux grands ossuaires à décor de maçonnerie et rosettes qu’a livrés la nécropole de Dominus Flevit, l’un présente des pieds hauts mais l’autre est dépourvu de pieds : Bagatti et Milik 1958, respectivement no 88 et no 26 (aussi Jacoby 1987, card 3/A et B).

20 Kloner et Whetstone 2016, p. 254, en particulier n. 6.

21 Kloner et Whetstone 2016, p. 254, n. 6. Cela vaut aussi pour l’ossuaire d’Ikarpia que nous évoquons plus loin.

22 Rahmani 1994a, no 478 ; Kloner et Whetstone 2016, no 472.6, fig. 10.28.

23 Ou de « rosace à pétales tourbillonnants » (Kancel 2009, p. 436), de « whirl rosette » (Goodenough 1953, p. 117), de « whirling wheel » (Avi-Yonah 1950, p. 73 ; Figueras 1983, p. 38).

24 Michaux-Colombot 2009, p. 115.

25 Kantor 1947, p. 252 n. 13.

26 Par exemple, Peleg-Barkat 2017, no 1217.

27 Amy, Seyrig et Will 1975, p. 207.

28 Seuls six exemples dans le catalogue de Rahmani 1994a (nos 15, 18, 112, 148, 271 et 881).

29 Hachlili 2005, p. 104 ; Rahmani 1994a, p. 35 ; Rahmani 1994b, p. 198 et 202.

30 Avigad 1950-1951, p. 103 ; Kloner et Zissu 2007, p. 443. L’aspect est très proche de celui du mur de soutènement (mur ouest) du sanctuaire d’Hérode à Jérusalem.

31 Peleg-Barkat 2015, fig. 2 et 3.

32 Avigad 1971.

33 Kloner et Zissu 2007, fig. 250.

34 Rozenberg 2019, p. 186.

35 Sur la colline occidentale, dans le quartier juif de la vieille ville. Le rapprochement a été proposé par Y. Magen : Magen 2002, p. 134.

36 Richardson 2004, p. 303.

37 Par exemple, sur un ossuaire trouvé à Givʿat Shapira (Gershuny et Zissu 1996, fig. 25 p. 54*) où les lignes horizontales sont doublées, de même que sur un provenant de Dominus Flevit (Jacoby 1987, card 35/A et B).

38 Hachlili 1997, p. 246 ; Hachlili 2005, p. 110.

39 Hachlili 1988, p. 81-82 ; Weiss 2007, p. 382.

40 Selon A. Grossberg (Grossberg 1996), les portes à deux vantaux représenteraient l’une des portes du sanctuaire. L’auteur identifie sur un ossuaire la représentation de la façade du Temple vue à travers son porche. M. Avi-Yonah avait déjà suggéré de voir une adaptation de la façade du Temple sur certains ossuaires (Avi-Yonah 1942, p. 147). Sur les colonnes, voir Richardson 2004, p. 106.

41 Grossberg 1996. Voir les exemples réunis par Hachlili 1997.

42 No d’inventaire : FGA-ARCH-RA 0144. Elle est indiquée provenir d’Italie et remonter au ier siècle. 

43 Figueras 1983, p. 53 ; Bagatti et Milik 1958, p. 57.

44 Il ne s’agit que d’une suggestion. La question de la symbolique de la rosette dans le Proche-Orient gréco-romain est débattue depuis le début du xxe siècle sans qu’il y ait de consensus.

45 Voir par exemple les neuf ossuaires décorés découverts dans une tombe de Ben Shemen, dans l’ouest de la Judée, de la deuxième moitié du ier et du iie siècle : Shmueli et al. 2013, fig. 5 à 11, 16 et 17.

46 Voir supra : Le décor des faces principales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Face principale (face A)
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 2.
Légende Face arrière (face B)
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3.
Légende Face inférieure de la cuve
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 4.
Légende Marques incisées sur le bord du couvercle et le rebord de la cuve
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 5.
Légende Couvercle
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 6.
Légende Rosette de droite de la face A
Crédits cliché musée archéologique des Pays de la Bible
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 7.
Légende Ossuaire de la seconde série, provenant du mont Scopus et conservé au musée Rockfeller
Crédits cliché A. Lemaire
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Figure 8.
Légende Face latérale gauche
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 9.
Légende Rosette de la face gauche
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 10.
Légende Rosette de la face droite
Crédits cliché C. Arnould-Béhar
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 11.
Légende Urne cinéraire romaine en forme de temple
Crédits Photo André Longchamp, © fondation Gandur pour l'art, Genève
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Arnould-Béhar, « Un ossuaire inédit à décor de maçonnerie au musée archéologique des Pays de la Bible (Paris) »Syria, 98 | 2021, 307-318.

Référence électronique

Caroline Arnould-Béhar, « Un ossuaire inédit à décor de maçonnerie au musée archéologique des Pays de la Bible (Paris) »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 26 août 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/13372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13372

Haut de page

Auteur

Caroline Arnould-Béhar

Institut catholique de Paris, département d’histoire de l’art et archéologie, UR « Religion, Culture et Société » – UMR 7041 ArScAn (APOHR)

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search