Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98Autres articlesLa céramique romaine du iiie sièc...

Autres articles

La céramique romaine du iiie siècle de l’îlot C11 à Europos-Doura (Syrie)

Marie Tuffreau-Libre, Raphaël Huchin et José Boniteau
p. 319-379

Résumés

Cet article présente les premiers résultats des études céramologiques que nous avons effectuées sur le matériel issu des fouilles récentes de la ville d’Europos-Doura (Syrie). Les ensembles décrits, homogènes et bien datés, proviennent des maisons 1 et 2 de l’îlot C11, situées au sud-est de la ville ; ils correspondent à la période d’abandon de la ville, au milieu du iiie siècle de notre ère. Ils nous apportent de nombreuses précisions sur les catégories de céramiques en usage à cette époque : la céramique glaçurée, la Brittle Ware et la céramique commune à pâte claire. Pour la première fois, nous disposons de données quantitatives qui mettent en évidence l’importance de la céramique commune et relativisent l’importance, du moins dans ce quartier de la ville, de l’African Red Slip Ware et de la céramique glaçurée de tradition parthe. Les importations provenant des régions de l’Ouest sont rares. Les comparaisons avec les sites de la vallée de l’Euphrate suggèrent l’existence au iiie siècle d’un faciès régional ancré dans les traditions de la Mésopotamie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous remercions ici Pierre Leriche qui nous a confié l’étude de ce matériel provenant des fouilles (...)

1Cet article présente les premiers résultats des études céramologiques que nous avons effectuées sur le matériel issu des fouilles récentes de la ville d’Europos-Doura (Syrie, fig. 1 et 2) réalisées par la mission franco-syrienne dirigée par P. Leriche (CNRS) et E. el-Ajji (Direction générale des antiquités et musées de Syrie) 1. Trois campagnes d’études réalisées en 2003, 2004 et 2005 au musée de Deir ez-Zor nous ont permis de réunir une importante documentation (dessins, photographies, inventaires).

Figure 1.

Figure 1.

Carte des principaux sites mentionnés dans les textes

(DAO R. Huchin d’après G. Coqueugniot, sur fond MOM-Lyon)

Figure 2.

Figure 2.

Europos-Doura, plan général. Emplacement du secteur C11

(fond MFSED, P. Leriche et S. de Pontbriand, d’après H. David)

  • 2 Dyson 1968 ; Toll 1943 ; Cox 1949 (abrégés Dyson, Toll et Cox dans le texte infra).
  • 3 Alabe 1992, 2004, 2012.
  • 4 Allara 2002.

2Les nombreuses céramiques trouvées dans les fouilles anciennes de la ville bénéficièrent de plusieurs monographies, consacrées à différentes catégories de céramiques : les céramiques fines, la vaisselle glaçurée, la céramique commune et la Brittle Ware. Les ouvrages de S. Dyson, N. Toll et D. H. Cox 2 restent des références précieuses. Les études céramologiques du site, essentiellement axées sur la céramique hellénistique, reprirent en 1989 3. Enfin, l’ouvrage de A. F. Allara 4 présente une sélection de tessons issus de sondages récents, mais ce matériel est fragmentaire et n’apparaît pas toujours très homogène.

  • 5 Debevoise 1934 ; Harper 1980 ; Oates 1959.
  • 6 Martz 2007a ; Vokaer 2011.
  • 7 Geyer et Monchambert 2003.

3L’étude du matériel des fouilles récentes se heurte à quelques difficultés. Les formes entières et les ensembles quantitativement importants proviennent des fouilles de maisons abandonnées lors de la prise de la ville par les Sassanides. Ces ensembles correspondent essentiellement au dernier état, aux années précédant le terminus ante quem de 256/257 de n. è., et ne posent donc pas de problème, si ce n’est parfois celui d’une possible réoccupation tardive. Par contre, nous ne disposons pas d’ensembles clos bien datés pour les périodes plus anciennes. Les répertoires régionaux restent encore mal identifiés et mal datés ; peu de centres de production sont connus et nos références demeurent encore largement issues des publications anciennes comme celles de Séleucie sur le Tigre, Dibsi Faraj et Ain Sinu, un poste frontière romain en Irak du Nord 5. Cependant, ces dernières années, plusieurs sites importants ont bénéficié d’études récentes, axées essentiellement sur la céramique de type Brittle Ware, objet de deux thèses 6. Les prospections de la basse vallée de l’Euphrate syrien 7 ont également fourni un mobilier offrant d’intéressants points de comparaisons avec Europos-Doura, nous permettant ainsi d’esquisser quelques-unes des caractéristiques du faciès céramique régional au iiie siècle. Nous avons donc choisi de mener l’étude à partir d’ensembles complets et cohérents, datés de la fin de l’occupation du site et provenant de plusieurs maisons d’habitation. Ce sont quelques-uns d’entre eux que nous présentons ici.

Les ensembles du iiie siècle de l’îlot C11

  • 8 Leriche 2012, p. 31.

4Le mobilier décrit ici provient des maisons 1 et 2 de l’îlot C11, situé à l’extrême sud-est de la ville (fig. 2 et 3), un quartier dont le dernier grand état construit remonte à la première moitié du iiie siècle de n. è.8. Sous la couche de destruction partout présente, aussi bien dans les pièces d’habitation que dans les cours, le dernier niveau d’occupation de la maison a livré de nombreux vestiges céramiques et beaucoup d’objets divers : des paniers en osier, des outils en bronze, en fer, du bois, du cuir ou encore des vêtements, des bijoux en or, des monnaies appartenant à la fin de la période parthe et à l’époque romaine. Tout cela atteste que ces maisons étaient bien habitées au milieu du iiisiècle. Elles semblent s’être implantées sur une ancienne zone artisanale abandonnée dont subsistent des fours arasés contenant encore des ensembles de céramiques de date imprécise, mais nettement antérieures à l’habitat.

Figure 3.

Figure 3.

Plan d’ensemble des maisons 1 et 2 de l’îlot C11

(d’après S. Appert, MFSED)

La maison 1

  • 9 Arcelin et Tuffreau-Libre 1998.

5Elle se présente comme un vaste ensemble réparti en deux ailes (fig. 3). La partie nord est constituée d’une grande cour (cour 1), entourée côté est de l’entrée de deux petites pièces fonctionnelles (pièces 3 et 6) et côté nord d’un corps d’habitation de trois pièces (pièces 4, 5 et 5 bis). Le mur méridional de la cour 1 délimite l’aile sud qui comprend une seconde cour rectangulaire centrale avec une chambre au nord (pièce 9). Les céramiques retrouvées dans les pièces 2, 3, 4, 5 et 9 de la maison 1 forment un ensemble homogène attribuable au milieu du iiie siècle. C’est un mobilier représentatif et fiable, comprenant de nombreuses pièces complètes, abandonnées sur place, et des ensembles jetés en une fois, tombés d’étagères ou des niveaux du premier étage. Son abondance nous a permis d’effectuer quelques études quantitatives réalisées en NR (nombre de restes) et NMI (nombre minimal d’individus), selon le protocole Beuvray 1998 9.

Pièce 3

  • 10 Sur les « cuisines » trouvées à Europos-Doura, voir Baird 2012, p. 237.

6Cette pièce a livré un ensemble important. Sous un niveau correspondant à l’écroulement de l’étage supérieur est apparue une couche particulièrement riche en mobilier céramique (NR : 3 318, NMI : 155, tableau 1). La vaisselle de table et de cuisine est la catégorie la plus représentée (67,10 % du NMI). Les céramiques glaçurées, des cruches et des fragments de plats de type Toll XI-H, y figurent en petit nombre (fig. 4). La Brittle Ware atteint un niveau de représentation nettement supérieur à celui des autres pièces (15,48 % du NMI). Elle comprend la plupart des formes du service bien connu sur de nombreux sites de Syrie (fig. 5) : des pots à cuire (Dyson 429-433) réalisés en plusieurs tailles, des pichets (Dyson 440-441), des cruches à goulot bombé (Dyson 458). On note l’absence de casseroles. Par contre deux types de plats à cuire sont représentés (fig. 5, nos 1 et 2). Ce type, peu fréquent à Europos-Doura et assez rare sur les sites contemporains, est une forme typiquement romaine, qu’on retrouve déclinée d’un bout à l’autre de l’empire romain. La variété et l’importance quantitative de cette vaisselle culinaire suggèrent qu’il s’agit ici d’un espace dévolu à la préparation des aliments, une cuisine en quelque sorte 10. Au milieu de la pièce se situait une espèce de banquette de séparation bien visible, qui a pu être utilisée comme plan de travail pour divers usages : poser des récipients, confectionner des plats.

Tableau 1. Inventaire des céramiques trouvées dans les pièces de la maison 1 de l’îlot C11, exprimé en NR (nombre de restes) et NMI (nombre minimal d’individus)

  Pièce 3 Pièce 4 Pièce 5 Pièce 9
Catégories NR % NR NMI % NMI NR % NR NMI % NMI NR % NR NMI % NMI NR % NR NMI % NMI
céramiques fines                                
vernis noir 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Grey Ware 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Red Wash 1 0,03 1 0,64 4 0,36 2 3,03 2 0,17 1 1,92 1 0,12 1 1,35
African Red Slip Ware 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0,08 1 1,92 0 0 0 0
glaçurée 27 0,81 7 4,52 7 0,64 2 3,03 7 0,61 3 5,77 5 0,58 2 2,7
TOTAL céram. fines 28 0,84 8 5,16 11 1,00 4 6,06 10 0,86 5 9,61 6 0,70 3 4,05
céramiques communes (table, cuisine, conserve)                                 
pâte verte 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0,17 1 1,92 1 0,12 1 1,35
Brittle Ware 148 4,46 24 15,48 58 5,25 8 12,12 26 2,24 4 7,69 34 3,95 2 2,7
pâte claire 1223 36,86 74 47,75 421 38,14 34 51,51 378 32,59 20 38,47 357 41,51 47 63,52
pâte claire, enduit bitumé 82 2,48 6 3,87 68 6,16 5 7,57 18 1,55 3 5,77 26 3,02 2 2,7
TOTAL céramiques communes 1453 43,80 104 67,10 547 49,55 47 71,21 424 36,55 28 53,85 418 48,60 52 70,27
amphores et jarres                                
pâte claire 415 12,51 5 3,23 182 16,48 4 6,06 65 5,60 4 7,69 47 5,47 2 2,7
pâte claire, enduit bitumé 1284 38,7 29 18,71 242 21,92 8 12,12 507 43,71 10 19,23 383 44,54 15 20,28
dolia                                
non bitumé 119 3,59 2 1,28 54 4,89 1 1,51 83 7,16 1 1,92 4 0,46 1 1,35
enduit bitumé 4 0,12 1 0,64 68 6,16 2 3,03 68 5,86 2 3,85 2 0,23 1 1,35
TOTAL stockage 1822 54,91 37 23,86 546 49,45 15 22,73 723 62,33 17 32,69 436 50,70 19 25,68
céramiques non tournées 15 0,45 6 3,88 0 0 0 0 3 0,26 2 3,85 0 0 0 0
TOTAL pour la pièce 3318 100 % 155 100 % 1104 100 % 66 100 % 1160 100 % 52 100 % 860 100 % 74 100 %

7La catégorie la mieux représentée dans cette pièce est la céramique commune à pâte claire (79,36 % du NMI). La vaisselle de table et de cuisine (51,62 %) comprend de nombreuses coupes (Dyson 79-80, fig. 6, no 1), des pots à panse ronde (fig. 6, nos 4 et 5), de nombreux pichets à panse ovoïde, piriforme ou carénée (fig. 7), des couvercles de formes diverses (fig. 6, nos 8 à 10). Un vase porte un décor de pastilles en terre cuite collées sur le bas du col (fig. 6, no 6) et se caractérise surtout par un fond percé de petits trous, suggérant un usage spécifique difficile à déterminer précisément (égoutter des produits laitiers peut-être ?).

8La céramique de stockage (23,86 % de l’ensemble de la céramique) offre un éventail de formes variées : des bassins (fig. 8, nos 1 et 2) dont certains montrent un décor original de festons et de bandes ondées incisées, de nombreux pots à provisions carénés portant des décors de bandes peignées ou de lignes incisées plus complexes (fig. 8, nos 3 à 7), des cruches de grande taille ou amphores (fig. 9b, no 5), des jarres carénées (fig. 9b, nos 1 à 3), des jarres à deux anses (Dyson 123, fig. 8, no 10), ainsi qu’une quantité d’amphores Dyson 67 (fig. 10) et, plus rare, un exemplaire d’amphore se rapprochant de la forme Dyson 66 (fig. 9b, no 4).

9Quelques pièces ne sont pas tournées : des jattes, des dolia, des couvercles et deux curieuses écuelles (fig. 11, nos 1 et 2), l’une grossièrement décorée, dont l’usage est difficile à préciser. Enfin, on note dans ce contexte extrêmement peu de céramiques de type résiduel : un seul tesson de céramique de type Red Wash Ware sur 3 294 tessons comptabilisés. Il s’agit là d’un ensemble homogène et cohérent, particulièrement représentatif du répertoire en usage dans les dernières années de la ville.

Description des céramiques

Fig. 4 : céramiques à glaçure
  • No 1 : plat à rebord en gouttière du côté interne ; paroi concave ; pâte brunâtre ; glaçure vert clair, jaunâtre. Type Toll XI-H-1, fig. 29, no 1938-4860. Le site d’Ain Sinu a livré une série de plats de formes similaires 11.
  • No 2 : cruche à lèvre fine en bandeau ; col oblique ; anse brisée ; pâte jaunâtre ; glaçure vert clair. Probablement type Toll VI.
  • No 3 : cruche à lèvre rentrante, arrondie, suivie d’un col concave ; panse ronde, marquée de deux bandes horizontales incisées au centre ; petit pied saillant ; deux anses s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte jaunâtre ; glaçure vert clair. Cette forme existe aussi dans le répertoire des céramiques communes (Dyson 152-153).

Figure 4.

Figure 4.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : éramiques glaçurées

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 5 : céramiques de type Brittle Ware
  • Nos 1 et 2 : plats à rebord arrondi ; paroi arrondie ; fond plat ; pâte brune. Le fond est noirci des deux côtés, interne et externe ; les parois externes portent des traces noires. Dyson IIIA, fig. 19, no 1. Le rebord du plat no 2 se distingue par un sillon plus marqué à rapprocher de la forme Dyson 449. Voir aussi fig. 21, nos 2 et 3.
  • No 3 : petit pot à cuire à lèvre fine, recourbée ; ouverture large ; col court ; panse côtelée ; une anse conservée à section ovalaire, se rattachant sur la lèvre et dans le haut de la panse ; pâte gris rougeâtre. Forme Dyson 429. Voir aussi fig. 21, no 14.
  • Nos 4 et 5 : pots à cuire Dyson 433, Vokaer type A3 ; ouverture large ; lèvre éversée, fine, recourbée (no 4) ou marquée d’une fine moulure (no 5) ; ressaut intérieur pour faciliter l’encastrement du couvercle ; col court, concave ; panse côtelée ; deux anses s’attachant sur la lèvre et sur la panse. La pâte est brune ; la surface brun sombre. On note des concrétions calcaires à l’intérieur, indiquant qu’on y a fait bouillir de l’eau, et des traces de suie sur la lèvre et le col, du côté externe. Voir aussi fig. 21, nos 18 et 20.
  • Nos 6 et 7 : cruches de forme Dyson 458. Lèvre haute, côtelée, brisée pour le no 7 ; col concave ; panse large, côtelée dans la partie supérieure ; une anse s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte rouge brique ; surface gris sombre ; traces de suie sur la paroi externe de la panse. Voir aussi fig. 21, nos 23 et 24.
  • Nos 8 et 9 : pichets de formes Dyson 440-441 ; petite lèvre fine, arrondie, suivie d’un long col légèrement concave ; panse piriforme ; fond creusé, bombé au centre, une anse à section aplatie s’attachant sur la lèvre et au milieu de la panse ; ouverture arrondie avec un bec verseur ; pâte rouge à fin dégraissant blanchâtre. Voir aussi fig. 21, no 26.

Figure 5.

Figure 5.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques en Brittle Ware

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 6 : céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : coupe à rebord arrondi, prolongé par une paroi oblique ; fond creusé ; pâte beige. C’est la forme Dyson 80, la plus commune sur le site, présente dans tous les contextes. On la retrouve sur un site proche d’Europos-Doura, celui de Tell Abu Hasan 12.
  • No 2 : bol à rebord arrondi, prolongé par une paroi arrondie, marquée par deux sillons ; pâte rose ; surface jaune.
  • No 3 : bol à rebord arrondi, suivi d’une paroi oblique ; pâte beige ; enduit bitumé à l’intérieur. Forme Dyson 113. Elle est également présente dans les répertoires plus anciens 13.
  • No 4 : pot à large panse arrondie ; pied oblique, légèrement marqué ; fond creusé ; pâte beige, intérieur bitumé.
  • No 5 : pot à lèvre arrondie, anguleuse à l’extrémité, se terminant en corniche ; panse large, ovoïde ; fond creusé ; pâte beige. Forme Dyson 288.
  • No 6 : pot ou pichet ; partie supérieure brisée ; panse ovoïde ornée de deux sillons en haut et en bas ; fond concave percé de trous ; pâte rose, sableuse ; surface jaune ; décor de pastilles en terre cuite collées sur le bas du col. Ce vase percé a probablement rempli une fonction proche de celle des faisselles.
  • No 7 : cruche à lèvre anguleuse ; col concave ; deux anses s’attachant sur le col ; pâte rose, sableuse ; engobe blanc. Forme Dyson 156.
  • No 8 : couvercle en céramique commune ; base fine, arrondie, avec un retrait interne pour faciliter l’emboîtement ; paroi nettement bombée ; pâte rose ; traces de feu.
  • No 9 : couvercle ; base cannelée ; paroi oblique ; pâte beige.
  • No 10 : couvercle ; base légèrement concave ; profil bombé, ondulé ; pâte rose, sableuse ; surface jaune.

Figure 6.

Figure 6.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, coupes, bols, pots, cruches et couvercles

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 7 : céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : pichet à lèvre éversée ; col concave ; panse carénée, absence de pied ; fond légèrement creusé ; une anse s’attachant sous la lèvre et sur le haut de la panse ; pâte rose, sableuse ; surface jaune ; graffito tracé à la base du col en forme d’astérisque (figurant une étoile ?). Forme Dyson 245. Cette forme est également fabriquée dans le répertoire des céramiques glaçurées (Toll V-A-1). Des pichets similaires existent à Séleucie du Tigre 14.
  • No 2 : pichet de forme asymétrique ; lèvre arrondie, suivie d’un col concave se terminant par une série de moulures ; panse arrondie, irrégulière ; petit pied saillant ; fond creusé ; une anse s’attachant sous la lèvre et sur le haut de la panse ; pâte rose ; surface jaune. Variante de la forme Dyson 159.
  • No 3 : pichet à lèvre saillante du côté interne ; long col concave ; panse piriforme ; petit pied saillant ; fond concave ; une anse s’attachant sur la lèvre et sur la panse ; pâte beige. Il s’agit d’un type très courant répertorié par Dyson (no 217). Il peut être rapproché de formes présentes à Séleucie du Tigre 15.
  • No 4 : pichet à lèvre brisée ; col concave se terminant par une bande incisée horizontale ; panse ovoïde ; fond très légèrement creusé ; une anse s’attachant en haut de la panse ; pâte beige ; deux taches de bitume sur la paroi externe. Forme Dyson 240.
  • No 5 : cruche à deux anses en céramique commune ; partie supérieure brisée ; col concave ; panse piriforme ; pâte beige ; deux anses s’attachant sur le haut de la panse.
  • No 6 : pichet à lèvre fine en bandeau se terminant en crochet ; long col concave suivi de deux moulures ; panse ovoïde ; petit pied oblique ; fond creusé ; une anse s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte beige, intérieur enduit de bitume. Forme Dyson 208.
  • No 7 : pichet à lèvre brisée ; long col orné de deux sillons, prolongé par une panse piriforme ; petit pied oblique ; fond creusé ; une anse s’attachant sur le col et la panse ; pâte rose, sableuse ; engobe blanc ; partie interne enduite de bitume sur les deux tiers inférieurs. C’est une forme parthe dont on retrouve des exemplaires similaires fabriqués aussi en céramique glaçurée sur des sites éloignés d’Europos-Doura, comme à Suse 16, dans des tombes contemporaines (ier-iiie siècles de n. è.).

Figure 7.

Figure 7.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, pichets

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 8 : céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : bassin à rebord allongé, légèrement déprimé sur le dessus, se terminant par une fine corniche ; paroi droite ; pâte rose ; surface jaune. Le rebord est décoré d’une bande de terre cuite ondulée, festonnée, probablement réalisée au doigt ; la paroi est décorée d’un motif peigné ondé.
  • No 2 : bassin profond à rebord allongé, éversé ; paroi oblique ; fond concave ; pâte rose, sableuse ; surface jaune. Ces formes de bassins (nos 1 et 2) sont répertoriées par Dyson (IA33, fig. 15).
  • No 3 : pot à lèvre épaisse, ronde, se terminant par une petite corniche ; col oblique, tronconique ; panse carénée ; pâte rose, sableuse ; surface jaune. Le col est décoré de deux bandes incisées ondées de façon irrégulière, parallèles. Un pot de forme et de décor comparables figure dans l’inventaire des céramiques du site de Tell Halim Asra Hajin, au sud d’Europos-Doura 17.
  • No 4 : pot ou pichet à lèvre épaisse, anguleuse ; lèvre ornée d’un décor festonné au doigt ; pâte beige, sableuse ; surface beige. Il s’agit peut-être de la forme Dyson 124.
  • Nos 5 et 6 : jarres à panse carénée. Le dessin de la lèvre varie : cannelée, ou en bandeau. La panse carénée se termine par un petit pied oblique ; le fond est creusé ; la pâte est beige ou rose, sableuse. L’intérieur de la jarre no 5 est enduit de bitume et le haut de la panse porte un léger décor incisé de lignes représentant probablement des végétaux.
  • Nos 7 à 9 : jarres à décor peigné horizontalement ; la lèvre épaisse varie : en bandeau, anguleux ou arrondi ; panse large en haut, rétrécie vers la base. La pâte est beige ou rose, sableuse. Ces formes sont présentes sur des sites de la vallée de l’Euphrate, à Tell Abu Hasan et à Tell Halim Asra Hajin 18.
  • No 10 : jarre à décor peigné horizontalement ; lèvre haute, en bandeau ; panse large, se rétrécissant vers la base, ornée de deux rainures horizontales ; fond légèrement creusé ; pâte beige, sableuse. Forme Dyson IC20, fig. 16.
  • No 11 : jarre à deux anses ; lèvre anguleuse, concave du côté interne ; col oblique très court ; panse large marquée par une bande incisée horizontale ; deux anses s’attachant en haut de la panse ; pâte beige ; décor d’un bandeau horizontal peigné en haut de la panse. Forme Dyson 123, voir aussi fig. 25, no 4, et fig. 26, no 2.

Figure 8.

Figure 8.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, bassins, pots de stockage et jarres

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 9a : céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : jarre ou amphore à petite lèvre rectangulaire ; col oblique ; très large panse se rétrécissant à la base pour se terminer par un petit pied oblique, étroit, arrondi à la base ; fond creusé ; deux anses s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte rose, sableuse ; engobe blanc. Il s’agit probablement de la forme Dyson X4, fig. 20.

Figure 9a.

Figure 9a.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : jarre ou amphore en céramique commune à pâte claire

(dessin éch. 1:6, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 9b : céramiques communes à pâte claire
  • Nos 1 à 3 : jarres à panse carénée ; col oblique se terminant en corniche ; fond aplati ; une anse s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte rose, sableuse ; engobe blanc. L’exemplaire no 1 montre des légères traces de cordelette au niveau de la carène. Cette forme se décline en plusieurs tailles et montre des différences de lèvre : en corniche, saillante ou droite. Elle peut être rapprochée de la forme Dyson ID37, fig. 17.
  • No 4 : grande cruche ou amphore ; lèvre haute, se terminant en corniche ; long col oblique ; pâte rose. Il s’agit peut-être de la forme Dyson 66.
  • No 5 : amphore à lèvre brisée ; col long légèrement concave ; large panse, ornée de trois fines bandes de décor au peigne en haut et au milieu de la panse ; petit pied arrondi ; deux anses s’attachant en haut du col et en haut de la panse ; pâte rose, sableuse, surface jaune.

Figure 9b.

Figure 9b.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, jarres et amphores

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 10 : céramiques communes à pâte claire
  • Nos 1 à 10 : amphores à pâte rose ; enduit bitumé à l’intérieur. Cette forme est très fréquente à Europos-Doura où elle se compte par dizaines d’exemplaires (Dyson 67, fig. 20, X6). Tous présentent la même forme : une ouverture relativement large, une panse allongée et ovoïde se terminant en pointe arrondie, ce qui permettait de les ficher dans le sable (voir aussi fig. 27). La panse allongée est parfois formée de deux renflements séparés par un étranglement, ce qui permettait probablement d’y fixer un lien. Elles sont dans une très large majorité enduites d’un revêtement bitumé intérieur et elles pouvaient être obturées par des bouchons de djousse (fig. 23, nos 3 et 4 ; fig. 26, no 5). Les rebords présentent une dizaine de variantes : arrondis, anguleux, en crochet ou en bandeau. Ces distinctions sont peut-être d’ordre chronologique. Elles sont plus probablement la marque de plusieurs ateliers régionaux différents.

Figure 10.

Figure 10.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, amphores Dyson 67 à enduit bitumé

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 11 : céramiques communes modelées
  • No 1 : cette écuelle grossièrement modelée prend la forme d’un plat ovale de petite taille, divisé en deux compartiments. La paroi droite a un rebord grossièrement arrondi ; le fond est plat. Un compartiment central percé de deux trous sépare le récipient en deux. La pâte est rose. Le rebord porte un décor de petites incisions en encoches et la paroi externe est décorée d’un motif incisé irrégulier et grossier. Un autre exemplaire de forme similaire mais dépourvu de décor a été trouvé dans ce même contexte (no 2), avec des traces de végétaux visibles sur le fond. Voir aussi fig. 26, no 1.
  • No 3 : bord de grosse jatte ; rebord décoré d’incisions en lunules ; boudin de préhension collé contre la paroi externe ; pâte rose.
  • No 4 : couvercle à bord de profil concave ; base très légèrement concave ; pâte rose à engobe blanc ; décor végétal grossier incisé. Voir aussi fig. 24, no 4.
  • No 5 : grand couvercle ; base plate ; rebord épais, concave, orné d’un décor digité ; anneau de préhension épais, à section ovalaire ; pâte rose à engobe blanc. Ce grand couvercle devait servir à couvrir les grands dolia.
  • Nos 6 et 7 : dolia en céramique commune ; lèvre massive, arrondie ; panse ronde ; pied arrondi ; fond concave ; pâte rose à dégraissant de graviers blancs bien visible.

Figure 11.

Figure 11.

Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes modelées, écuelles, jattes, couvercles et dolia

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Pièces 4, 5 et 5 bis

10La pièce 4 a livré un dépôt homogène de céramiques associées à une baignoire en terre cuite à décor appliqué. La céramique fine de table est représentée par de la céramique à glaçure verte (3,03 % du NMI, tableau 1), dont une cruche de type Toll VI-C-3 (fig. 12, no 1). La céramique commune de table et de cuisine (71,21 %) comprend de la vaisselle de type Brittle Ware (12,12 %), des formes de casseroles (Dyson 427) et de pots à cuire (Dyson 433), ainsi que de la vaisselle à pâte claire, notamment des coupes de type Dyson 79-81 (fig. 12, nos 2, 3 et 4). Le reste du mobilier (22,73 %) est composé de récipients de stockage, majoritairement en pâte rose, souvent enduits de bitume à l’intérieur : des amphores de type Dyson 67 et des dolia. L’ensemble a été trouvé avec une monnaie de Gordien III (242-243 de n. è.).

11Les pièces 5 et 5 bis étaient encore comblées par la couche d’incendie et de destruction correspondant à la destruction du toit. L’ensemble étudié pour la pièce 5 a une composition similaire à celui des pièces 3 et 4. La vaisselle fine de table comprend quelques tessons usés de type Red Wash Ware, à caractère résiduel, des fragments de céramiques glaçurées (fig. 12, nos 5 et 6), et un bord de coupe en Red Slip Ware. La céramique commune de table et de cuisine représente plus de la moitié des individus (tableau 1, 53,85%). Dans cette catégorie, on retrouve de la vaisselle en Brittle Ware (7,69 % du NMI), avec des bords de pots à cuire, et un plat de forme Dyson 428, l’unique exemplaire identifié dans l’îlot C11 (fig. 12, no 7). Les formes à pâte claire regroupent des coupes, bols et pichets caractéristiques des dernières années d’occupation du site. La céramique de stockage constitue le reste du mobilier (32,69 % du NMI). On note deux objets qui étaient peut-être complémentaires : un bassin à fond arrondi et un cylindre de terre cuite interprétable comme un support de récipient (fig. 12, nos 12 et 13).

Description des céramiques

Fig. 12 : pièces 4 et 5, céramiques fines et communes
Pièce 4
  • No 1 : cruche en céramique glaçurée ; lèvre fine, arrondie ; col concave ; deux anses ; pâte beige, glaçure verte. Type Toll VI-C-3.
  • No 2 : casserole en Brittle Ware ; rebord saillant et arrondi suivi d’un sillon profond ; pâte rouge brique ; surface gris sombre. Type Dyson 427.
  • No 3 : pot à cuire en Brittle Ware ; lèvre éversée, fine ; col concave ; panse côtelée ; une anse s’attachant sur la lèvre et la panse ; l’autre manquante ; pâte rougeâtre. Type Dyson 433. Voir aussi fig. 21, no 17.
  • No 4 : coupe en céramique commune ; rebord épais, arrondi, prolongé par une paroi oblique ; fond creusé ; pâte rose, sableuse ; surface jaune pâle à crème. Type Dyson 79-81.
Pièce 5
  • No 5 : cruche ou pichet en céramique glaçurée ; lèvre épaisse, moulurée ; col oblique ; pâte jaune, friable, à dégraissant sableux ; glaçure bleu pâle. Il s’agit probablement du type V-B de Toll.
  • No 6 : cruche en céramique glaçurée ; lèvre finement cannelée se terminant en crochet ; col concave ; pâte orangée à fin dégraissant sableux ; glaçure de mauvaise qualité s’écaillant par endroit, de couleur crème, jaune d’or et vert vif. Un petit bourrelet de terre sur le bord correspond probablement à une anomalie de cuisson.
  • No 7 : casserole en céramique de type Brittle Ware ; rebord quasiment droit ; paroi arrondie, côtelée ; petit pied arrondi ; fond très légèrement creusé ; des tenons composés de deux bourrelets aplatis, triangulaires, positionnés de chaque côté facilitent la préhension ; pâte de couleur rouge brique à dégraissant sableux. Forme Dyson 428. Voir aussi fig. 21, no 6.
  • No 8 : jatte ou plat en céramique de type Brittle Ware ; petit rebord arrondi à l’extrémité aplati et oblique du côté interne ; paroi arrondie ; pâte de couleur rouge brique, sableuse. Voir aussi fig. 21, no 5.
  • No 9 : coupe en céramique commune ; rebord arrondi, prolongé par une paroi concave ; fond légèrement creusé ; pâte jaune, à dégraissant sableux. Deux petites traces de bitume sur la paroi externe. Cette forme répertoriée par Dyson (no 85) est connue aussi à Suse, dans une tombe datée des ier-iiie siècles de n. è. 19.
  • No 10 : bol en céramique commune ; lèvre arrondie, suivie d’une paroi arrondie, s’épaississant vers le fond brisé ; pâte rose orangé, à dégraissant sableux fin ; la surface interne est entièrement enduite de bitume. Forme Dyson 113.
  • No 11 : pichet en céramique commune ; lèvre oblique, presque droite, avec un bourrelet interne ; panse piriforme ; petit pied saillant arrondi ; fond légèrement creusé ; une anse s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte rose orangé, à dégraissant sableux ; surface jaune pâle à crème. Forme Dyson ID4, fig. 17.
  • No 12 : anneau en céramique modelée ; paroi massive, verticale, cannelée, s’amincissant vers le rebord anguleux ; pâte rose orangé grossière, à dégraissant sableux ; surface jaune à crème. Le fond, la surface intérieure et le méplat conservent la teinte rose orangé de la pâte. Il s’agit d’un support de récipient, jarre ou marmite ; il est peut-être associé au bassin no 9 qui pouvait aussi s’y encastrer. Voir aussi fig. 21, no 22.
  • No 13 : bassin en céramique commune ; rebord éversé, allongé, recourbé, s’affinant à l’extrémité ; paroi arrondie, s’épaississant vers le pied, décorée en haut de quatre moulures peu marquées ; fond probablement bombé ; pâte rose orangé, à dégraissant sableux.

Figure 12.

Figure 12.

Îlot C11, maison 1, pièce 4 : no 1, cruche en céramique glaçurée ; nos 2-3, casserole et pot à cuire en Brittle Ware ; no 4, coupe en céramique commune à pâte claire ; pièce 5 : nos 5-6, céramiques glaçurées ; nos 7-8, vaisselle en Brittle Ware ; nos 9 à 11, céramiques communes à pâte claire ; no 12, support de vase en céramique modelée ; no 13, bassin en céramique commune, pâte grossière

(dessins éch. 1:3, sauf nos 12 et 13, éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Pièce 9

  • 20 Buchet 2012, p. 200, fig. 18.
  • 21 Debevoise 1934, p. 17.
  • 22 Boucharlat et Haerinck 2011, p. 39.

12Fouillée en 2002 et en 2003, cette pièce a été comblée par un matériel constitué de nombreuses amphores provenant de l’étage supérieur (fig. 14b, no 6). La couche d’occupation a livré quelques pièces intactes : une amphore en céramique glaçurée de type Toll I-C, une amphorette libanaise (fig. 14b, nos 1, 2 et 5), ainsi que des coupes et plats en céramique commune claire, un bassin, un pichet, des formes Dyson 110, 263, 268 (fig. 13, nos 9 à 11). La céramique de table et de cuisine est majoritaire (70,27 % du NMI) ; la vaisselle en Brittle Ware est peu représentée (2,70 %). La céramique de stockage (25,68 %) comprend surtout des amphores de type Dyson 67. Certaines de ces dernières ont ici rempli une fonction funéraire après l’abandon des maisons : dans les décombres avaient été enfouies de modestes sépultures tardives, protégées par des fragments appartenant à ce type d’amphore 20 (fig. 14a, nos 1, 2 et 3). À Séleucie du Tigre 21 et à Suse 22 aussi, les bébés et les petits enfants étaient souvent enterrés dans des jarres similaires, parfois coupées en deux, une partie faisant usage de cercueil et l’autre de couvercle.

13Cet ensemble est lui aussi attribuable au milieu du iiie siècle.

Description des céramiques

Fig. 13 : céramiques communes
  • No 1 : coupe à rebord aplati au sommet, arrondi à l’extrémité ; paroi légèrement concave ; fond plat ; pâte rose orangé, sableuse ; surface jaune pâle à crème. Forme Dyson 85.
  • No 2 : coupe à rebord anguleux ; paroi oblique ; petit pied arrondi ; fond brisé ; pâte jaune, sableuse ; surface jaune pâle à crème ; plusieurs petits amas de bitume sont observables sur la partie extérieure du fond.
  • No 3 : coupe à rebord épais, anguleux ; paroi oblique ; fond brisé au centre ; pâte beige ; traces de bitume sur le fond. Forme Dyson 80.
  • No 4 : jatte à rebord arrondi, aminci à l’extrémité, suivi par une paroi oblique, bombée ; petit pied arrondi ; fond concave, nettement creusé ; pâte rose orangé. Cette forme n’est pas répertoriée dans le catalogue de Dyson, même si elle offre de vagues ressemblances avec certaines des illustrations. On la retrouve dans la vallée de l’Euphrate à Taʿas el-Ashair 23.
  • No 5 : pot à rebord arrondi ; petit col concave très court ; panse large, décorée en haut d’un sillon ; pâte rose orangé, sableuse ; surface jaune pâle à crème ; taches de bitume sur la surface intérieure du col. Forme Dyson 288, IC4, fig. 16.
  • No 6 : cruche ou pichet ; fond quasiment plat ; panse anguleuse ; pâte rose, sableuse ; surface orangé crème. Forme proche de Dyson 234.
  • No 7 : pichet à lèvre arrondie ; col concave ; panse piriforme ; petit pied arrondi ; fond concave ; une anse s’attachant sous la lèvre et en haut de la panse ; pâte rose, sableuse. Forme Dyson 236.
  • No 8 : cruche à lèvre arrondie ; col concave, marqué par une incision horizontale et se terminant par une moulure ; panse large, arrondie ; pied oblique légèrement marqué ; fond creusé ; deux anses s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte rose orangé, sableuse. Forme Dyson 156. Il s’agit d’une forme d’inspiration romaine. Une forme similaire, probablement importée, provient de la cour 2 (fig. 15, no 7). Les différences portent sur la lèvre, épaisse et saillante, et les anses, marquées d’une dépression à la base qui s’apparente à la tradition parthe.
  • Nos 9 et 10 : coupelles ou bouchons à rebord épais, arrondi ; profil concave ; profil intérieur lisse (no 9) ou mouluré (no 10) ; fond plat, terminé à la ficelle (no 9) ou légèrement concave (no 10) ; pâte rose, à dégraissant sableux ; engobe blanc. Formes Dyson 262-263. Dyson interprète cette forme comme un bouchon 24, se fondant sur des traces de substance à l’extérieur, indiquant cependant qu’un exemplaire se rapportant à cette forme montre des traces de contact avec le feu, suggérant un autre usage : coupe à encens, à charbon de bois. Une autre interprétation est possible : ces objets ont pu servir de support pour les petits récipients à fond rond, présents dans le répertoire tardif de la ville. Des comparaisons existent avec des objets trouvés à Séleucie du Tigre 25 qui présentent cependant des formes sensiblement différentes.
  • No 11 : bouchon en céramique commune ; fond légèrement creusé ; paroi oblique, brisée ; intérieur creusé, avec un bouton de préhension haut et étroit ; pâte beige, sableuse ; surface jaune à crème. Forme Dyson 268.

Figure 13.

Figure 13.

Îlot C11, maison 1, pièce 9 : céramiques communes à pâte claire, coupes, jattes, pots, pichet, cruche, coupelles et bouchon

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 14b : céramiques glaçurées et récipients de stockage
  • Nos 1 et 2 : amphore en céramique glaçurée. Elle se caractérise par une lèvre épaisse, cannelée ; le col est concave et la panse ovoïde. Elle se termine par un petit pied saillant, arrondi à la base. Le fond est creusé ; les deux anses à section ovalaire s’attachent en haut et à la base du col ; elles sont incurvées et rappellent celles des amphores ; glaçure verte. Il s’agit d’une variante tardive de la forme Toll I-C (fig. 13, K-570).
  • No 3 : pichet à lèvre cannelée en céramique glaçurée ; col légèrement concave, panse arrondie ; une anse s’attachant sur le col et le haut de la panse ; glaçure verte ; pâte jaunâtre. Type V-B de Toll.
  • No 4 : grand plat ou bassin en céramique commune ; rebord allongé, arrondi ; paroi oblique marquée de quatre moulures ; fond légèrement concave ; pâte beige. Dyson IA33, fig. 15.
  • No 5 : petite amphore à lèvre droite, au sommet concave ; long col légèrement concave ; paroi cannelée ; deux anses s’attachant sur le col et l’épaule. Il s’agit d’une production caractéristique de la région libanaise, une amphore de type Beyrouth 26 (ier siècle av. n. è.-viie siècle de n. è.). La plupart des exemples exportés datent du iie siècle. Ces petites amphores transportaient des fruits : figues ou dattes 27.

Figure 14a.

Figure 14a.

Îlot C11, maison 1, pièce 9 : no 1, amas d’amphores Dyson 67 in situ ; no 2, restes d’un enfant déposé sur et sous des fragments d’amphore ; no 3, inhumation de bébé dans des fragments d’amphore

(photos MFSED)

Figure 14b.

Figure 14b.

Îlot C11, maison 1, pièce 9 : nos 1, 2 et 3, amphore et pichet en céramique glaçurée ; no 4, bassin en céramique commune à pâte claire ; no 5, amphorette libanaise (éch. 1 : 5)

(dessins et photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

La cour 2 nord

14Certains objets ont été trouvés abandonnés dans la cour nord entre la pièce 2 et la pièce 9, et au niveau des portes 3 et 4, situées entre la cour 1 et la cour 2. Ils étaient en usage au milieu du iiisiècle.

Description des céramiques

Fig. 15 : céramiques communes, cour 2 N., portes 3 et 4
  • No 1 : marmite en Brittle Ware ; lèvre recourbée, fine ; col court et droit, mouluré ; large panse ovoïde, côtelée ; fond bombé, une anse conservée s’attachant sur la lèvre et sur la panse. La deuxième anse est brisée ; pâte rouge brique à dégraissant blanchâtre. Cour 2 N. Forme Dyson 433, type Vokaer A3. Voir aussi fig. 21, no 21, et fig. 28, no 1.
  • No 2 : pichet en Brittle Ware ; lèvre fine, arrondie, suivie d’un long col concave ; panse ronde, large. Le pied n’est pas marqué ; le fond est nettement creusé, bombé au centre ; anse à section ovalaire, aplatie, s’attachant sur la lèvre et sur la base du col ; pâte brun orangé. Cour 2 N. Forme Dyson 440. Voir aussi fig. 28, no 2.
  • No 3 : pichet en céramique commune ; ouverture large, lèvre assez fine, arrondie, recourbée, col concave ; panse large et presque cylindrique, se rétrécissant légèrement vers la base pour se terminer par un fond plat. Le pied n’est pas marqué ; anse s’attachant sur la lèvre et le col en haut, sur le haut de la panse en bas ; pâte beige rose. Cour 2 N. Forme Dyson 245.
  • No 4 : pichet en céramique commune ; lèvre épaisse, arrondie ; col légèrement concave ; panse ovoïde se terminant par une bande étroite horizontale incisée ; pied saillant, arrondi ; fond légèrement concave ; anse à section ovoïde s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte beige jaunâtre. Porte 4. Forme Dyson 236.
  • No 5 : pichet en céramique commune ; lèvre arrondie, suivie d’un col concave se terminant par une bande incisée horizontale ; panse piriforme ; fond très légèrement creusé ; une anse s’attachant sur le haut du col et le haut de la panse ; pâte rose, sableuse. Cour 2 N. Forme Dyson 240.
  • No 6 : pichet en céramique commune ; lèvre brisée ; panse piriforme, marquée d’une bande incisée horizontale en haut et d’une série de moulures à la base ; fond plat ; anse à section ovalaire brisée s’attachant sur la panse ; pâte beige jaunâtre. Porte 4. Variante de la forme Dyson 240.
  • No 7 : amphore en céramique commune ; lèvre fine, arrondie ; col concave se terminant par une moulure ; large panse ovoïde ; petit pied saillant, arrondi ; fond concave ; deux anses à section arrondie s’attachant sur la lèvre et en haut de la panse ; pâte orange à dégraissant sableux, légèrement micacé. Cour 2 N. Il s’agit d’une forme d’inspiration romaine, importée, comme l’indique la pâte qui n’est pas d’origine locale.
  • No 8 : amphore en céramique commune ; lèvre fine, éversée de forme triangulaire ; col concave ; panse large ; deux anses s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte rose. Porte 3. Forme Dyson 156.
  • No 9 : coupe ou bouchon en céramique commune ; fond épais, plat ; rebord arrondi ; intérieur creusé ; pâte rose ; engobe blanchâtre. Cour 2 N. Forme Dyson 259. Ici encore une autre interprétation est possible, celle de support de vase à fond rond.

Figure 15.

Figure 15.

Îlot C11, maison 1, cour 2 nord : no 1, pot à cuire en Brittle Ware ; nos 3 à 9, céramiques communes à pâte claire, pichets, amphores et bouchon (ou support de vase)

[dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED]

La maison 2

15La maison 2 se compose de huit pièces et d’une cour centrale avec un escalier (fig. 3). On y accède par une entrée prolongée par un couloir en L qui donne sur la cour. La pièce 10, dont seule l’entrée a été explorée, a livré quelques objets, intacts ou partiellement brisés : de la céramique glaçurée, un gobelet de type Toll IX (fig. 16, no 1), un couvercle de type Toll XII (fig. 16, no 2), des cruches et pichets en céramique commune à pâte claire et un entonnoir, le seul exemplaire complet trouvé dans les fouilles récentes (fig. 16, no 3). L’ensemble de céramiques le plus intéressant provient de la pièce 11, qui a été entièrement fouillée. Cette pièce a été comblée en partie supérieure par l’écroulement des éléments de maçonnerie tombés du mur ouest, puis par la masse de briques crues provenant de l’élévation des murs sud et nord. À ces décombres étaient mêlés de nombreux fragments d’amphores. Le sol de cette pièce était constitué d’un radier de cailloutis conservé sur le tiers sud-est de la pièce. Là où il avait disparu, il faisait place à une couche de terre compacte et homogène dans laquelle avait été creusée une fosse qui s’est révélée contenir un mobilier abondant composé de céramiques variées.

16L’ensemble est important (3 697 tessons pour 216 NMI identifiés ; tableau 2). On note quelques tessons résiduels de coupes en Red Wash Ware et en Grey Ware appartenant probablement au sol dans lequel a été creusée la fosse. La vaisselle glaçurée est rare (1,39 % du NMI), elle comprend des formes de cruches (fig. 17, nos 2 à 4). On retrouve dans cet ensemble des formes identifiées dans les séries de la maison 1 : coupes, bassins, pichets, pots de stockage, jarres Dyson 123 et amphores Dyson 67. Les bols Dyson 112 et 113 (fig. 17, nos 16 et 18) sont également caractéristiques du répertoire du milieu du iiie siècle. Par contre, on note des formes de jattes dont les profils évoquent une période plus ancienne (fig. 17, nos 11 à 14). La vaisselle en Brittle Ware est représentée par deux formes absentes des autres ensembles : la marmite a un rebord ressemblant à celui des pots classés dans la catégorie A2 d’A. Vokaer (fig. 17, no 5) ; le pichet à bec tréflé n’est pas répertorié dans la maison 1 (fig. 17, no 6). Cette association entre des formes bien connues au milieu du iiie siècle et d’autres peut-être plus anciennes dans un ensemble déposé en une fois suggère pour celui-ci une datation antérieure aux mobiliers de la maison 1. Enfoui dans une fosse creusée dans le sol de la pièce, donc contemporain de l’habitation, il pourrait se situer quelques décennies plus tôt, au début du iiie siècle.

17TABLEAU 2

Tableau 2. Inventaire des céramiques trouvées dans la fosse de la pièce 11, maison 2 de l'îlot C11, exprimé en NR et NMI

  Pièce 11
Catégories NR % NR NMI % NMI
céramiques fines        
vernis noir 0 0 0 0
Grey Ware 4 0,11 2 0,92
Red Wash 3 0,08 2 0,92
African Red Slip Ware 4 0,11 1 0,47
glaçurée 36 0,97 3 1,39
TOTAL céram. fines 47 1,27 8 3,70
céramiques communes
(table, cuisine, conserve)
       
pâte verte 16 0,43 1 0,47
Brittle Ware 48 1,30 3 1,39
pâte claire 1 542 41,71 124 57,40
pâte claire, enduit bitumé 122 3,30 11 5,09
TOTAL céram. commune 1 728 46,74 139 64,35
amphores et jarres        
pâte claire 522 14,12 18 8,33
pâte claire, enduit bitumé 1 260 34,09 43 19,90
dolia        
non bitumé 136 3,68 6 2,78
enduit bitumé 2 0,05 1 0,47
TOTAL stockage 1 920 51,94 68 31,48
céramiques non tournées 2 0,05 1 0,47
TOTAL pour la pièce 3 697 100 % 216 100 %

Description des céramiques

Fig. 16 : pièce 10, céramiques fines et communes
  • No 1 : pot ou gobelet en céramique glaçurée ; panse cylindrique, carénée à la base, se terminant par un pied oblique. Le fond est très creusé. Pâte jaunâtre, glaçure verte. Forme de type Toll IX. Elle serait particulièrement caractéristique et très fréquente à Europos 28, alors qu’elle est peu commune à Séleucie du Tigre, par exemple, où elle apparaît dans la typologie de Debevoise 29, dans le niveau II (43-116 de n. è.). À Europos-Doura, la majorité de ces pots ont été trouvés dans les tombes du ier siècle de n. è., mais la forme est attestée aussi aux iie et iiie siècles. Il semble que la fonction de ces vases soit liée à la cosmétique, ce que suggère leur présence fréquente dans les tombes féminines, où ils sont associés avec d’autres instruments de toilette.
  • No 2 : couvercle en céramique glaçurée, base étroite, surmontée d’une collerette, se terminant par un bouton de préhension à rebord saillant ; pâte jaunâtre, glaçure verte. Type Toll XII, fig. 31.
  • No 3 : entonnoir en céramique commune ; large embouchure ; rebord arrondi ; paroi cannelée en haut ; base évasée, se rétrécissant vers le bas ; pâte rose, sableuse ; surface jaune à crème. Les entonnoirs sont bien connus dans le répertoire de la céramique romaine, notamment à Pompéi 30 où ils sont utilisés pour transvaser les liquides d’un conteneur à un autre, spécialement pour les amphores. Pour le Proche-Orient, on peut citer, par exemple, pour la fin de l’Antiquité, un entonnoir produit par l’atelier X – Workshop X – trouvé dans les fouilles de Beyrouth 31.
  • No 4 : pichet en céramique commune ; lèvre arrondie, prolongée par un col concave ; panse carénée ; fond légèrement creusé ; une anse à section ovalaire s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte rose. Forme Dyson 161.
  • No 5 : cruche en céramique commune ; rebord rentrant ; goulot bombé ; col concave ; panse arrondie ; deux anses s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte rose. Ce type répertorié par Dyson (formes 149, 152, 153) apparaît également dans la série des céramiques glaçurées. Cette forme est très proche de la gourde du pèlerin (Dyson 197) et devait avoir une fonction similaire. Sa petite taille indique un usage individuel plus que collectif.

Figure 16.

Figure 16.

Îlot C11, maison 2, pièce 10 : nos 1 et 2, céramiques glaçurées ; nos 3 à 5, céramiques communes à pâte claire

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 17 : pièce 11, céramiques fines et communes
  • No 1 : fragment de coupe ; rebord arrondi rentrant ; paroi arrondie, ondulée ; pâte beige ; enduit rouge très abîmé.
  • Nos 2 et 4 : cruches en céramique glaçurée ; lèvre en bobine (no 2) ou en bandeau (no 4) ; col concave ; deux anses s’attachant sur le col et en haut de la panse ; pâte jaune ; glaçure blanc verdâtre très abîmée (no 2) ou vert clair (no 4). La forme peut être rapprochée des formes VI-B de Toll qui se terminent par un petit pied droit (fig. 23, Ph. I-96). Dans les fouilles anciennes d’Europos-Doura, ces cruches proviennent essentiellement de la ville ; deux ont été trouvées dans les tombes (époque de Trajan). À Séleucie du Tigre 32, elles sont datées de la deuxième moitié du iie siècle.
  • No 3 : col de cruche en céramique glaçurée ; lèvre moulurée ; pâte jaune, glaçure verte. Ce fragment peut appartenir à une cruche de la série I-B de Toll.
  • No 5 : pot à cuire en Brittle Ware ; lèvre en bandeau, cannelée, ressaut intérieur nettement marqué facilitant l’encastrement du couvercle ; panse côtelée ; pâte rouge brique (voir aussi fig. 21, no 12).
  • No 6 : cruche en Brittle Ware ; bec tréflé ; col concave ; panse ronde ; fond plat ; une anse brisée à section aplatie s’appliquant sur le col ; pâte orange ; surface brune. Dyson répertorie un type à bec tréflé (no 439) mais sa forme est différente de celle-ci, le col est plus long et la panse large se termine par un petit pied marqué. Voir aussi fig. 21, no 28.
  • No 7 : coupe en céramique commune ; rebord arrondi, prolongé par une paroi oblique ; petit pied arrondi ; fond plat terminé à la ficelle ; pâte beige à dégraissant sableux.
  • No 8 : coupe en céramique commune ; rebord arrondi avec un ressaut interne ; paroi ondulée ; petit pied saillant ; fond concave, terminé à la ficelle ; pâte rose. Forme proche de Dyson IA22, fig. 15.
  • No 9 : coupe en céramique commune ; rebord arrondi ; paroi oblique, moulurée à la base ; pied arrondi ; fond plat ; pâte beige à dégraissant sableux.
  • No 10 : coupe en céramique commune ; rebord cannelé ; paroi oblique, légèrement ondulée ; fond plat ; pâte beige rosâtre, surface blanchâtre. Forme proche de Dyson IA1, fig. 15.
  • No 11 : jatte en céramique commune ; rebord arrondi, suivi d’une paroi arrondie ; pâte beige rosé. Elle est à rapprocher des formes 13 ou 18 de Dyson.
  • No 12 : jatte à rebord légèrement aplati ; paroi très légèrement carénée ; pâte rose, à dégraissant sableux. On peut rapprocher cette forme du type Dyson 116. Une jatte comparable est signalée à Tell Abu Hasan 33.
  • Nos 13 et 14 : jattes en céramique commune ; rebord saillant vers l’intérieur ; paroi oblique ; pâte beige. Le rebord de la jatte no 13 est similaire à une forme provenant de Tell Halim Asra Hajin 34.
  • No 15 : jatte à rebord mouluré ; paroi ondulée ; pâte rose. Forme connue sur d’autres sites de la basse vallée de l’Euphrate, notamment à Taʿas el-Ashair 35.
  • No 16 : bol à rebord arrondi, prolongé par une paroi arrondie ; fond légèrement concave ; pâte beige ; intérieur bitumé. Formes Dyson 113, IA25, fig. 15. Voir aussi fig. 23, nos 1 et 2.
  • No 17 : coupe en céramique commune ; rebord arrondi, suivi par une paroi presque droite, marquée d’une légère dépression au centre et se terminant en carène ; panse carénée ; pâte beige.
  • No 18 : bol à rebord épais, s’affinant à l’extrémité ; paroi oblique, légèrement ondulée ; fond plat ; paroi très épaisse ; pâte beige rosé. Proche de la forme Dyson 112. Voir aussi fig. 23, no 6.
  • No 19 : bol à rebord arrondi ; paroi arrondie ; pâte rose.

Figure 17.

Figure 17.

Îlot C11, maison 2, pièce 11 : no 1, coupe à pâte claire à engobe rouge ; no 2 à 4, céramiques glaçurées ; nos 5 et 6, pot à cuire et cruche en Brittle Ware ; nos 7 à 19, coupes, bols et jattes en céramique commune à pâte claire

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 18 : pièce 11, céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : vase à lèvre arrondie, recourbée ; col concave, court ; panse arrondie, moulurée dans la partie supérieure ; pâte rose sableuse. La panse est percée d’un trou circulaire, l’intérieur et l’extérieur portent des traces de bitume. Il peut s’agir d’une variante de la forme Dyson 131-132.
  • Nos 2 et 3 : pots à panse large, marquée en haut d’une rainure horizontale ; les lèvres épaisses portent une légère cannelure sur le dessus destinée à encastrer le couvercle ; pâte rose. Formes Dyson 288, IC4, fig. 16. Cette forme de pot figure dans le répertoire de Tell Abu Hasan, au sud d’Europos 36.
  • No 4 : petit pot à lèvre repliée ; pâte beige.
  • No 5 : pot à lèvre fine, repliée en crochet ; panse ovoïde ; pâte beige ; bande de décor digité sur la lèvre. Il s’agit peut-être de la forme Dyson 124. On retrouve ce type de rebord sur des pots trouvés dans la vallée de l’Euphrate, à Tell Abu Hasan et à Tell Halim Asra Hajin 37.
  • No 6 : pot de stockage ; lèvre suivie d’une petite corniche ; col court, oblique ; pâte beige ; paroi interne bitumée. Forme connue à Tell Halim Asra Hajin et à Tell Abu Hasan 38.
  • No 7 : pot à lèvre anguleuse ; col concave ; panse ovoïde ; pâte rose à dégraissant sableux. Il peut s’agir du type Dyson 136, ou d’une forme se rapprochant de celle illustrée dans Dyson fig. 16 (IC5).
  • No 8 : pot à lèvre anguleuse, suivie d’un col court, panse probablement ovoïde ; une anse à section aplatie s’attachant sur la lèvre et le haut de la panse ; pâte beige. Il s’agit peut-être d’une forme répertoriée par Dyson (ID23, fig. 17).
  • No 9 : pichet à lèvre fine, arrondie ; col très légèrement concave se terminant par une bande incisée horizontale ; panse ovoïde, se terminant en carène ; petit pied arrondi ; fond concave ; une anse à section ovalaire s’attachant en haut du col et en haut de la panse ; pâte beige.
  • No 10 : pichet à lèvre cassée, col marqué par une bande horizontale incisée ; panse ovoïde ; petit pied arrondi ; fond concave ; une anse brisée s’attachant en haut de la panse ; pâte rose, sableuse ; surface beige. Ces deux pichets (nos 9 et 10) se rapportent à la forme Dyson 236.
  • No 11 : pichet à lèvre brisée ; panse piriforme marquée d’une bande incisée horizontale ; petit pied arrondi ; fond légèrement creusé ; une anse s’attachant sous la lèvre sur le haut de la panse ; pâte beige, sableuse ; surface beige. Forme Dyson 217.
  • No 12 : cruche à lèvre en bobine ; col concave ; pâte beige.
  • No 13 : cruche à lèvre éversée, anguleuse ; col concave ; anse s’attachant sur la lèvre ; pâte rose à engobe jaune.
  • No 14 : cruche à lèvre brisée ; col long, concave, orné de fines moulures ; deux anses brisées ; pâte beige à dégraissant sableux ; un décor incisé ondé orne la base du col. Variante de la forme Dyson 295.
  • No 15 : vase tripode ; la paroi est arrondie et se termine par trois pieds hauts, obliques ; pâte rose à dégraissant sableux. Cette forme, répertoriée dans les premières fouilles est alors classée dans les pots à encens (Dyson fig. 15, IB, nos 1, 2, 3). Elle apparaît ensuite dans le répertoire de Dyson au numéro 247, datée du milieu du iiie siècle. Dyson décrit ces vases tripodes comme des objets de forme et de qualité grossière, dont l’usage devait être de supporter des vaisselles plus larges, et les date des dernières années de la cité ; ils auraient été découverts dans des contextes de maison et de temple. En général, les formes tripodes, bien connues dans d’autres provinces de l’empire romain, sont destinées à des fonctions précises, à savoir cuire et réchauffer des préparations diverses 39.
  • No 16 : couvercle ; base en bandeau aplati ; paroi oblique, bombée ; pâte rose, engobe jaune.
  • No 17 : couvercle ; base en bandeau, avec un petit ressaut du côté interne ; paroi oblique ; pâte rose, engobe jaune.
  • No 18 : bouchon ; fond plat ; paroi oblique brisée au niveau du rebord ; cylindre au centre destiné à faciliter la préhension ; pâte beige à dégraissant sableux. Forme Dyson 264.
  • Nos 19 et 20 : lanternes ou brûle-parfums ; anneau de préhension surmontant un col fermé au sommet et de profil concave ; paroi oblique ; fond légèrement creusé ; paroi percée de nombreux petits trous circulaires ; pâte rose à engobe jaune, dégraissant sableux. Formes Dyson 193, 196, milieu du iiie siècle de n. è. Les exemplaires illustrés dans l’ouvrage de Dyson montrent une forme carénée et la présence d’un anneau de suspension. Il est noté que la pâte est similaire à celle de la Brittle Ware. Cette forme existe effectivement dans le répertoire de la Brittle Ware (un exemplaire a été trouvé dans la maison Romaine, fig. 21, no 29). Sa fonction est incertaine. Plutôt que d’une lanterne (cette fonction est peu probable en raison du faible éclairage que pouvait dispenser un objet percé de si petits trous), il s’agit plutôt d’un objet destiné à brûler des parfums ou de l’encens, interprétation déjà proposée par Dyson 40.

Figure 18.

Figure 18.

Îlot C11, maison 2, pièce 11 : nos 1 à 8, céramiques communes à pâte claire ; nos 9 à 14, pots, pichets et cruches ; no 15, forme tripode ; nos 16 et 17, couvercles ; no 18, bouchon ; nos 19 et 20, brûle-parfums

(dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 19 : pièce 11, céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : jatte à rebord allongé, aplati au sommet, légèrement concave ; paroi arrondie ; pâte rose à dégraissant sableux.
  • No 2 : bassin à rebord allongé, arrondi à l’extrémité ; paroi oblique, légèrement ondulée dans la partie supérieure ; fond brisé, probablement plat ou légèrement concave ; pâte rose, sableuse.
  • No 3 : bassin à rebord oblique, anguleux, suivi d’une corniche ; paroi oblique ; petit pied saillant, anguleux ; fond brisé, probablement concave ; pâte rose, sableuse ; surface blanchâtre. Ces deux bassins (nos 2 et 3) appartiennent au même type illustré par Dyson (fig. 15, IA, no 33). Le rebord du bassin no 3 est similaire à celui d’un bassin provenant de Tell Abu Hasan 41.
  • Nos 4 à 6 : pots à lèvre en bandeau ; panse large probablement carénée, décorée d’une ou deux séries de fines bandes peignées horizontales ; pâte rose, engobe jaune.
  • No 7 : pot à provisions à lèvre épaisse, arrondie ; col concave ; panse ronde, ornée en haut d’une série de rainures fines horizontales et parallèles réalisées au peigne ; pâte rose, engobe jaune. Forme Dyson IC, no 20, fig. 16.
  • No 8 : pot à provisions à lèvre cannelée ; panse oblique, ornée de fines lignes incisées parallèles, encadrant une ligne ondée incisée ; trois anses de petite taille, à section ovalaire, s’attachant en haut de la lèvre ; pâte rose. Ce décor apparaît dans le répertoire de Dyson sur une autre forme également pourvue de trois anses (IF, fig. 18, nos 1 et 2).
  • Nos 9 à 11 : jarres de forme Dyson 123 ; court col concave ; panse large ; deux anses s’attachent en haut de la panse ; pâte beige. La lèvre est arrondie, recourbée (no 9) ou épaisse et moulurée (no 11) ; le haut de la panse est décoré d’une fine bande peignée (no 10). Voir aussi fig. 25, no 4, et fig. 26, no 2.
  • No 12 : jarre en céramique commune ; lèvre anguleuse ; col concave très court ; panse large ; deux anses s’attachent sur la lèvre et le haut de la panse ; décor de trois fines bandes peignées encadrant deux bandes ondées incisées ; pâte rose. Une jarre complète de ce type a été trouvée dans la maison Sud (fig. 25, no 1, et fig. 26, no 7). Il peut s’agir de la forme Dyson X1, fig. 20.
  • No 13 : amphore de type Dyson 67, lèvre arrondie, se terminant en léger crochet ; pâte rose ; intérieur enduit de bitume.

Figure 19.

Figure 19.

Îlot C11, maison 2, pièce 11 : céramiques communes à pâte claire – no 1, jatte ; nos 2 et 3, bassins ; nos 4 à 12, jarres ; no 13, amphore bitumée Dyson 67

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Fig. 20 : pièce 11, céramiques communes à pâte claire
  • No 1 : amphore à lèvre arrondie, aplatie au sommet ; col oblique ; panse large ; petit pied saillant arrondi ; deux anses s’attachant sur le col et le haut de la panse ; pâte rose, surface beige. Traces de chaux sur les parois internes.
  • No 2 : jarre ; panse large, ovoïde, se rétrécissant au milieu (pour passer une corde ?) ; pied oblique, arrondi à la base ; fond creusé ; pâte rose, intérieur bitumé.
  • No 3 : fragment de couvercle modelé, rebord épais, arrondi ; pâte rose, engobe blanc ; décor végétal sur le dessus.
  • No 4 : dolium ; lèvre arrondie au sommet ; paroi arrondie ; pâte modelée beige ; décor estampé d’une svastika et d’une palmette. Dyson, fig. 20, X10. Ces décors sont répertoriés dans les fouilles anciennes (Dyson, fig. 21, nos 39 et 67).

Figure 20.

Figure 20.

Îlot C11, maison 2, pièce 11 : no 1, amphore ; no 2, jarre bitumée ; no 3, couvercle décoré ; no 4, dolium

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Les caractères généraux de la céramique de l’îlot C11

18Les inventaires effectués sur les différentes pièces des maisons 1 et 2 montrent des différences attribuables au type de contexte (céramiques en place écrasées sur le sol de la pièce, amphores provenant d’étages supérieurs, fosse creusée dans le sol de l’habitation) ou à la dévolution des espaces (une cuisine dans la pièce 3). Ces données cumulées (tableau 3) offrent un aperçu de la vaisselle utilisée dans une maison au milieu du iiie siècle : une petite quantité de vaisselle glaçurée, une batterie de cuisine en Brittle Ware, une majorité de céramiques communes à pâte claire utilisées pour la cuisine, la table et le stockage, quelques poteries grossièrement modelées.

19TABLEAU 3

Tableau 3. Inventaire des céramiques de la maison 1 de l'îlot C11, exprimé en NMI

  Pièce 3 Pièce 4 Pièce 5 Pièce 9 TOTAL maison 1
Catégories NMI % NMI NMI % NMI NMI % NMI NMI % NMI NMI % NMI
céramiques fines                    
vernis noir 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Grey Ware 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Red Wash 1 0,64 2 3,03 1 1,92 1 1,35 5 1,44
African Red Slip Ware 0 0 0 0 1 1,92 0 0 1 0,29
glaçurée 7 4,52 2 3,03 3 5,77 2 2,7 14 4,03
TOTAL céram. fines 8 5,16 4 6,06 5 9,61 3 4,05 20 5,76
céramiques communes
(table, cuisine, conserve)
                   
pâte verte 0 0 0 0 1 1,92 1 1,35 2 0,57
Brittle Ware 24 15,48 8 12,12 4 7,69 2 2,7 38 10,95
pâte claire 74 47,75 34 51,51 20 38,47 47 63,52 175 50,43
pâte claire, enduit bitumé 6 3,87 5 7,57 3 5,77 2 2,7 16 4,61
TOTAL céram. commune 104 67,10 47 71,21 28 53,85 52 70,27 231 66,56
amphores et jarres                    
pâte claire 5 3,23 4 6,06 4 7,69 2 2,7 15 4,33
pâte claire, enduit bitumé 29 18,71 8 12,12 10 19,23 15 20,28 62 17,87
dolia                    
non bitumé 2 1,28 1 1,51 1 1,92 1 1,35 5 1,44
enduit bitumé 1 0,64 2 3,03 2 3,85 1 1,35 6 1,73
TOTAL stockage 37 23,86 15 22,73 17 32,69 19 25,68 88 25,37
céramiques non tournées 6 3,88 0 0 2 3,85 0 0 8 2,31
TOTAL pour la pièce 155 100 % 66 100 % 52 100 % 74 100 % 347 100 %

Les céramiques fines

  • 42 Matson 1943, p. 94.

20Les céramiques fines sont peu représentées dans les inventaires effectués au sein de ces ensembles. À côté de quelques tessons de Red Slip Ware, la majeure partie de cette catégorie est constituée par la céramique glaçurée qui se rattache à une tradition ancienne en Mésopotamie. L’argile utilisée pour la fabriquer est exactement la même que celle de la céramique commune mais elle est plus fine 42 ; elle varie du jaune pâle au gris verdâtre, ce qui peut s’expliquer par un lavage sélectif des argiles de l’Euphrate, qui sont très sableuses, ou témoigner de l’existence de plusieurs lieux de production.

  • 43 TOLL 1943, p. 6.

21Une grande partie de cette vaisselle serait produite localement 43, dans les mêmes ateliers qui fabriquaient de la céramique commune à pâte claire. Certaines formes, des pichets et des cruches, figurent dans les deux répertoires (fig. 4, no 3 ; fig. 7, nos 1 et 7 ; fig. 16, no 5).

  • 44 Leriche 2012, p. 25.
  • 45 Allara 1992 et 2002.
  • 46 Dyson 1968, p. 2.

22De nombreux fragments de céramiques glaçurées, des ratés de cuisson, un sceau avec un motif en étoile, destiné à décorer les dolia, le tout associé à des outils, ont été retrouvés lors des fouilles de la maison Romaine (îlot C5), où furent découverts deux grands fours quadrangulaires 44. Avant d’être construit, l’espace de l’îlot C11 était occupé par une zone artisanale dont subsistent des vestiges de datation incertaine (ier-iie siècles). Les fours découverts dans la cour 1 (maison 1) ont fabriqué de la céramique glaçurée, des plats Toll XI E et XI H, et de la vaisselle de table à pâte claire. La présence d’ateliers de poterie est attestée dans ce secteur à plusieurs endroits ; un des ensembles les mieux connus est celui de l’îlot B2, dégagé par les archéologues de Yale durant les campagnes 1932-1933 45. Dyson notait déjà certains signes indiquant une industrie locale et les analyses effectuées par Matson sur des tessons en pâte commune montraient des composantes identiques à celles des argiles locales. Les restes d’un four de potier furent découverts près du mur de la citadelle et on signale aussi un timbre utilisé pour imprimer des dessins sur les poteries 46.

23Les glaçures transparentes, de qualité inégale, présentent de nombreuses teintes de vert, du vert très pâle au vert bouteille (majoritaire), en passant par différentes nuances de vert bleuâtre et de vert turquoise. On note aussi quelques tons jaunes et blanc jaunâtre. L’état des glaçures est variable, lié à l’action des sols : décoloration de la glaçure, tâches blanchâtres, reflets argentés et couleur opalescente. Dans certains cas, l’engobe s’est désagrégé et a totalement disparu. Le répertoire des formes trouvées dans l’îlot C11 est assez limité : des coupes, des plats, des cruches, des pichets et de lourds vases ornés de motifs rapportés (fig. 24, nos 1 et 2).

24La proportion de cette vaisselle de table est relativement mince par rapport à l’ensemble du mobilier : dans la maison C11, elle atteint 4,03 % pour l’ensemble de la maison 1 et 1,39 % dans la fosse de la pièce 11. Les inventaires effectués dans d’autres contextes de fouilles récentes, la maison Sud et la maison Romaine (respectivement dans les îlots M5 et C5 ; fig. 2), offrent des proportions similaires. S’il est possible que cette catégorie soit mieux représentée dans des maisons plus riches, c’est une céramique dont l’usage quotidien semble ici restreint, contrairement à ce que laissait supposer le catalogue impressionnant de formes publiées par N. Toll, majoritairement issues de la nécropole, et probablement privilégiées lors des rites funéraires.

Les céramiques communes

25La céramique commune, de table, de cuisine et de stockage, occupe la place la plus importante dans les ensembles de l’îlot C11 (94,24 % dans la maison 1 et 96,3 % dans la pièce 11 de la maison 2 ; voir tableau 3). Elle comprend deux productions nettement distinctes, à la fois par les pâtes et le répertoire des formes : la céramique dite Brittle Ware, une céramique de cuisine d’inspiration romaine, probablement importée, et une production à pâte claire, beige ou rose, fabriquée localement dans le style traditionnel de la Mésopotamie, destinée à la table, à la préparation des aliments et à leur stockage. À cela s’ajoute un petit nombre de récipients modelés.

La Brittle Ware

  • 47 Martz 2007a, 2007b , 2009, 2010a et 2010b ; Vokaer 2005, 2007, 2010a, 2010b et 2011.

26C’est à Europos-Doura que cette catégorie a été définie pour la première fois en 1968 par S. Dyson, qui a élaboré une typologie encore en usage. Cette production a bénéficié d’études récentes. A. Vokaer et A. S. Martz ont consacré de nombreux articles et des monographies 47 à l’étude de cette céramique décrite comme étant la céramique culinaire à pâte non calcaire spécifique de la Syrie du Nord romaine et byzantine. Probablement apparue au cours du iie siècle de n. è., elle se caractérise par une pâte de tonalité brique, sableuse, dure et très cuite, finement dégraissée par des inclusions de roches ou de quartz, et des parois relativement minces, souvent côtelées, pour mieux absorber la chaleur. Le répertoire se rapporte à la cuisine et au service. Ce sont des céramiques à feu, destinées à cuisiner tous les plats bouillis, ou chauffés dans les cendres ou sur feu doux, et elles viennent aussi remplacer les services en sigillée (African Red Slip Ware) et faire office de vaisselle de table. Les formes hautes, pichets et cruches, ne sont pas obligatoirement destinées à chauffer des liquides, mais peuvent contenir des boissons à usage collectif.

  • 48 Martz 2010a, p. 9-10.

27La Brittle Ware ressemble étroitement à d’autres productions trouvées dans la Méditerranée orientale et dans la zone gréco-romaine de la Mésopotamie. Elle semble correspondre à un modèle issu des traditions hellénistiques, romaines et orientales 48. Les formes se réfèrent à des modèles extérieurs répandus, avec quelques variantes, dans de nombreuses provinces de l’empire romain, comme dans le répertoire de l’Aegean Cooking Ware ou celui de l’Africaine de cuisine (African Cooking Ware). Au iiie siècle, la Brittle Ware a le monopole de la céramique culinaire, c’est un produit standardisé, fabriqué à l’identique par des ateliers probablement spécialisés, situés en milieu péri-urbain ou rural, diffusant largement leurs productions, un phénomène observé dans d’autres provinces de l’empire.

28Dans les maisons 1 et 2 de l’îlot C11, elle est présente dans tous les ensembles étudiés, avec des taux variables selon les pièces : 15,48 % dans la cuisine (pièce 3), où la majorité des formes reconnues dans la maison sont identifiées ; 12,12 % dans la pièce 4 ; 7,69 % dans la pièce 5 ; 2,70 % dans la pièce 9, pour une moyenne de 10,95 % pour la maison 1. Dans la pièce 11 de la maison 2, elle n’est que de 1,39 %. Nous avons observé des formes et des taux de représentation identiques dans les autres contextes que nous avons étudiés, la maison Romaine et la maison Sud.

  • 49 Pour les aspects fonctionnels de la vaisselle romaine, voir Bats 1988 ; pour la cuisine en Syrie d (...)
  • 50 Scatozza Horicht 1996, p. 142, fig. 6, no 4 ; Di Giovanni 1996, type 2130.
  • 51 Goudineau 1970, p. 15-16.
  • 52 Martz 2009.
  • 53 Cox 1949, p. 24, no 135 ; Hayes 1972, forme 27 /31.
  • 54  Martz 2007b, fig. 2, no 23 ; Martz 2009, fig. 6 ; Gschwind 2006, fig. 13, nos 3 à 6 ; Gschwind et (...)
  • 55 Gschwind 2006, fig. 14, no 2.
  • 56 Martz 2007a, forme 4 ; Martz 2007b, fig. 2, no 15 ; Martz 2009, fig. 11.

29Le catalogue identifié dans la maison 1 comprend d’abord plusieurs exemplaires de plats à four déjà reconnus à Europos-Doura (Dyson, fig. 19, IIA 1-2, et Dyson 449). Ils se caractérisent par un rebord arrondi, une paroi arrondie, un fond plat ; le fond, côté intérieur et extérieur, ainsi que les parois externes sont noircis (fig. 21, no 2). Cette forme qu’on relie traditionnellement à la consommation de pain et de galette 49 trouve sans doute son origine dans la culture romaine ; elle semble dériver des patinae à rebord bifide 50 et à enduit rouge pompéien 51 dont des exemplaires ont dû être importés d’Italie, puis recopiés comme A. S. Martz le suggère pour Zeugma 52. Un fragment de plat à rebord et paroi arrondis caractérisé par une pâte brune à dégraissant sableux d’origine importée a d’ailleurs été trouvé dans un contexte de la maison Sud, daté du milieu du iiie siècle, que nous avons étudié (fig. 21, no 1). La forme figure aussi à Europos dans le répertoire des Red Burnished Ware, une production locale imitant l’African Ware 53. Signalée à Zeugma, à Qreiye-Ayyash et à Apamée 54, elle n’apparaît pas dans tous les assemblages connus sur les sites contemporains d’Europos-Doura. Une variante (fig. 21, no 3), également identifiée à Zeugma 55, montre un rebord suivi d’une rainure profonde. Un plat plus profond se distingue par un rebord éversé, arrondi à l’extrémité et une paroi oblique (fig. 21, no 5). Un ressaut interne, au niveau du rebord, suggère qu’on y encastrait un couvercle. Là encore, il s’agit peut-être d’une forme dérivée du répertoire de la vaisselle à enduit rouge pompéien. Un seul exemplaire trouvé dans la pièce 5 (fig. 21, no 6) se réfère à la forme Dyson 428 ; il se caractérise par une base plate, une paroi côtelée, pourvue de tenons. Peu de sites signalent sa présence, cependant attestée dès le iie siècle à Zeugma 56.

Figure 21.

Figure 21.

Europos-Doura : no 1, plat en céramique commune importé trouvé dans la maison Sud ; nos 2 à 21, 23 à 29, céramiques en Brittle Ware – nos 2, 3, 5, 6, C11, maison 1 ; no 4, C11, maison 3 ; no 7, C11, maison 1 ; nos 8 à 11, maison Sud et maison Romaine ; no 12, C11, maison 2 ; no 13, maison Sud ; nos 14, 15, 16, 17, 18, 20, 21, C11, maison 1 ; no 19, maison Sud ; no 22, support de vase en céramique modelée, C11, maison 1 ; nos 23 à 25 : cruches, C11, maison 1 ; nos 26 et 27, pichets, C11, maison 1 ; no 28, cruche à bec tréflé, C11, maison 2 ; no 29, brûle-parfums, maison Romaine

(dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

  • 57 Vokaer 2011, p. 14 ; Martz 2007a, p. 62-63.
  • 58 Amodio 2007, type IB, fig. 8 ; Amodio 2008, fig. 6, nos 6 à 9 ; Oates 1959, pl. LVIII, nos 77-79 ; (...)
  • 59 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, no 191.

30Les casseroles, représentées dans la maison 1 par quelques tessons (fig. 21, no 7) se rattachent toutes à la forme Dyson 427 (type A1 d’A. Vokaer, forme 5 d’A. S. Martz 57) caractérisée par un rebord saillant et arrondi suivi d’un sillon profond et d’une paroi nettement carénée. Deux anses s’attachent sur le rebord. D’autres contextes fouillés récemment, la maison Sud et la maison Romaine ont livré des exemplaires plus complets (fig. 21, nos 8 à 11). Les traces de suie sur les parois attestent d’un usage culinaire. Dérivé du type grec de la lopas, destiné aux plats mijotés, ce serait notamment le récipient privilégié pour la cuisson du poisson. Cette forme est connue du iiie au ive siècle à Tell Barri, au iiie siècle à Ain Sinu, à Dibsi Faraj, Qreiye-Ayyash et à Zeugma 58. On la trouve aussi à Tell Abu Hasan, dans la basse vallée de l’Euphrate 59.

  • 60 Gillam 1976, fig. 1 et 2.
  • 61 Vokaer 2011, type A3, p. 21 ; Martz 2007, forme 2.
  • 62 Quelques brasiers portatifs ont été retrouvés à Europos-Doura, voir Baird 2012, p. 236.
  • 63 Martz 2010b, p. 4 ; Abadie-Raynal 2015, p. 216.
  • 64 Leriche et El Ajji 2004, p. 27.

31Les pots à cuire, majoritaires, appartiennent presque tous au même type : ils se caractérisent par une ouverture large, un col oblique, évasé et court, une panse ovoïde, côtelée, se terminant par un fond bombé, approprié à une cuisine sur réchaud (fig. 21, nos 14 à 21 ; fig. 28, no 1). Deux anses s’attachent sur la lèvre et sur la panse. La lèvre fine est ourlée, éversée, recourbée, avec des variétés de détail qui peuvent signifier des différences d’atelier. Un ressaut interne, plus ou moins marqué, est destiné à faciliter l’encastrement du couvercle. Curieusement, ce rebord rappelle celui qu’on observe sur les pots à cuire du répertoire d’une céramique culinaire occidentale, la Black Burnished, largement diffusée en Bretagne romaine au iiie siècle 60. La majorité des récipients ont un diamètre à l’ouverture compris entre 17,5 et 19,5 cm ; deux marmites sont de plus petite taille : 12 cm (no 17) et 10,2 cm (no 14). Tous ces pots portent de nombreuses traces d’usage qui attestent leur fonction culinaire : des traces de suie relevées sur l’extérieur de la panse et de la lèvre, ainsi qu’à l’intérieur de la lèvre ; des traces de calcaire à l’intérieur, indiquant qu’on y a fait bouillir de l’eau. Cette forme, déjà répertoriée à Europos-Doura (Dyson 433, IIID4, fig. 19), est bien connue en Syrie romaine 61. Elle rappelle à la fois la chytra grecque et le cacabus romain, une espèce de marmite qui devait servir à cuisiner des ragoûts de viande et de légumes, des bouillies. Adaptée à la cuisson sur les braises d’un foyer 62, elle a pu aussi être posée sur le tannour 63. C’est d’ailleurs à côté d’un tannour (fig. 22) qu’a été trouvée la majeure partie de la Brittle Ware de la maison Sud (pots à cuire, casseroles, pichet) 64. Certaines formes à paroi côtelée modelées en pâte commune grossière ont peut-être été utilisées comme support lors de la préparation de la nourriture (fig. 21, no 22).

Figure 22.

Figure 22.

Europos-Doura : le tannour (à gauche) situé dans la cour de la maison Sud

(photo MFSED)

  • 65 Harper1980, no 54 ; Gschwind 2006, fig. 15, no 5 et fig. 16, no 2 ; Martz 2007b, fig. 1, no 1 ; Ma (...)
  • 66 Amodio 2007, type IVF, fig. 1 ; Amodio 2008, fig. 1, nos 2 à 8.
  • 67 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 6, nos 71-72 ; pl. 15, nos 187 à 190 ; pl. 25, no 309.
  • 68 Amodio 2007, type IVE, fig. 2 ; Amodio 2008, fig. 2, nos 2 à 4 ; Vokaer 2014, fig. 4, no 3 ; Gschw (...)

32La lèvre éversée et la paroi côtelée semblent caractériser les séries du iiie siècle connues également à Dibsi Faraj, à Zeugma (milieu du iiie siècle), et à Ain Sinu 65 (deuxième tiers du iiisiècle). À Tell Bari 66, ce pot à cuire apparaîtrait au iie siècle. Il est présent aussi sur les sites de la basse vallée de l’Euphrate : Er-Ramadi, Tell Abu Hasan, Tell Halim Asra Hajin 67. Certaines formes se caractérisent par un col plus droit (fig. 21, nos 15 et 21) répertorié à Tell Barri aux iie-iiie siècles, à Apamée, à Qreiye-Ayyash et à Ain Sinu 68. Une seule marmite se distingue par sa très petite taille (10,2 cm à l’ouverture) et sa lèvre, arrondie, recourbée mais non éversée (fig. 21, no 14).

  • 69 Gschwind 2006, fig. 15, no 3 ; Oates 1959, pl. LVIII, no 82.
  • 70 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, no 192.
  • 71 Vokaer 2011, p. 20, pl. 9 ; Amodio 2007, type IV A, fig. 4 ; Amodio 2008, fig. 3, nos 1 à 3.

33Dans l’ensemble provenant de la maison 2 (pièce 11) figure une forme de marmite sans col, à paroi côtelée, dont la lèvre présente un profil différent, en bandeau, légèrement triangulaire, qui la distingue des exemplaires précédents (fig. 21, no 12). Cette forme est connue à Zeugma et à Ain Sinu au iiie siècle 69 ainsi qu’à Tell Abu Hasan 70. L’ouverture large et la panse côtelée suggèrent sans certitude un profil général proche des formes Dyson 429-433. Un rebord similaire provient de la maison Sud (fig. 21, no 13). On observe généralement ce type de lèvre sur une autre forme, le type A2 d’A. Vokaer, répertorié à Tell Barri (iie-ive siècle) 71. Le caractère unique de ce pot et sa présence dans un contexte qui semble antérieur au milieu du iiie siècle suggèrent que cette forme se rattache à un répertoire un peu plus ancien (iie siècle-début du iiie siècle).

  • 72 Vokaer 2011, type 3, p. 36 ; Martz 2007a, forme 1 ; Amodio 2007, type VA, fig. 5 ; Amodio 2008, fi (...)
  • 73 Martz 2007a, forme 2, p. 90-92 ; Martz 2007b, fig. 2, no 11 ; Gschwind 2006, fig. 12, no 2, et fig (...)
  • 74 Martz 2007a, p. 150.

34Cette batterie de cuisine comprend également des cruches de forme Dyson 458 (fig. 21, nos 23 à 25) signalées à Tell Barri, à Ain Sinu, et à Zeugma 72. Elle inclut aussi un type de pichet déjà connu à Europos-Doura (Dyson 440, 441) dont plusieurs exemplaires figurent dans la maison 1 (fig. 21, no 26, et fig. 28, no 2) : il se caractérise par une lèvre arrondie, suivie d’un col concave se terminant par une panse large, piriforme. L’ouverture est large et présente un bec verseur peu marqué. Le pied n’est pas marqué et le fond est nettement creusé, plus ou moins concave ou bombé au centre. L’anse à section ovalaire s’attache en haut de la lèvre et à la base du col. Une variante montre une lèvre saillante, arrondie (fig. 21, no 27). Actuellement, seul le site de Zeugma a livré des formes analogues 73. L’inventaire se termine avec une cruche à bec tréflé provenant de la maison 2 (fig. 21, no 28). Le col est concave et court ; la panse est ronde ; le pied n’est pas marqué et le fond est plat ; une anse à section aplatie s’applique sur le col. Dyson répertorie un type à bec tréflé (no 439) différent de celle-ci : le col est plus long et la panse large se termine par un petit pied marqué. Une dernière forme absente de l’îlot C11 a été identifiée dans les fouilles récentes de la ville, dans un contexte du milieu du iiie siècle (maison Romaine) ; il s’agit d’un brûle-parfums identique à ceux fabriqués en pâte claire (fig. 21, no 29), qui figure aussi dans le catalogue de la Brittle Ware de Zeugma 74.

35Le nombre des vases n’est pas suffisant pour présenter un tableau de quantification mais apporte cependant quelques indications supplémentaires : pour la maison 1, les pots à cuire sont les plus nombreux (15), suivis des cruches (7), des casseroles (6), des plats à cuire divers (5) et des pichets (5).

  • 75 Krogulska 1985 ; Krogulska 1996 ; Daskiewicz, Krogulska et Bobryk 2000.
  • 76 Bartl, Schneider et Böhme 1995 ; Vokaer 2010b ; Schneider et al. 2007 ; Daskiewicz, Bobryk et Schn (...)
  • 77 Vokaer 2011, p. 52-53.

36Nous ignorons la provenance exacte de la Brittle Ware trouvée à Europos-Doura ; aucun signe ne montre qu’elle a été fabriquée sur place et la localisation des ateliers reste peu connue. Un seul site de production est actuellement identifié, celui de Palmyre, où un complexe de fours datés du iie siècle de n. è. a été découvert dans le secteur ouest de la ville 75. En l’absence d’autres officines attestées, plusieurs séries d’analyses ont permis de déterminer des ateliers caractérisés par des compositions chimiques spécifiques 76. Ces ateliers supposés, partageant un service défini, fournissent de nombreux sites en Syrie, certains fonctionnant durant une longue période, d’autres se limitant à l’époque romaine, comme le groupe 3 auquel pourrait se rattacher la production en usage à Europos-Doura. La seule source possible pour cet atelier est une argile de l’Euphrate sans qu’il soit possible de proposer une source d’approvisionnement précise 77. Finalement, rien ne permet d’exclure l’hypothèse que des officines se soient implantées à proximité de la ville d’Europos, dans la vallée.

  • 78 Alabe 1992, p. 50, note 6.
  • 79 Ruffing 2007.
  • 80 Gaborit 2015, vol. I, chap. III.
  • 81 Swan 1992 et 2009.
  • 82 Allen et Fulford 1996.

37Si la vaisselle en Brittle Ware est bien présente au milieu du iiie siècle, il est difficile de dater précisément son apparition sur le site. Dyson la signale dans des contextes du iie siècle de n. è., ainsi que dans d’autres appartenant au début du ier siècle et même à la seconde moitié du ier siècle av. n. è., mais cette datation ancienne ne repose sur aucune évidence. Les études de F. Alabe soulignent son absence des contextes hellénistiques 78. Comme on l’observe aussi à Zeugma, Qreiye-Ayyash, Ain Sinu, Dibsi Farraj ou à Palmyre, son introduction dans la ville semble directement liée à l’arrivée de l’armée romaine. Europos-Doura est dotée dès 165 d’une garnison qu’il fallait pourvoir en denrées et fournitures diverses 79, dont une vaisselle adaptée aux habitudes alimentaires des soldats. Les effectifs augmentent dès le début du iiie siècle avec l’installation de la cohorte XX Palmyrenorum ; la fonction militaire de la vallée persiste et, en aval du territoire d’Europos, les Romains contrôlent la rive droite et les îles de l’Euphrate jusqu’aux portes de la Babylonie 80. On connaît le rôle important qu’a joué l’armée romaine dans l’impulsion donnée à l’artisanat local de la céramique dans les régions conquises, pour la production et la diffusion de la vaisselle, mais aussi pour l’introduction et la circulation de nouveaux modèles 81. À titre d’exemple, citons l’ampleur de la distribution des poteries d’origine indigène de type Black Burnished en Bretagne romaine, à une échelle presque industrielle 82. Dans chaque province s’est développée la fabrication d’une batterie de cuisine standardisée commanditée par l’armée ; l’essor de l’industrie de la Brittle Ware s’inscrit probablement dans ce schéma. Par contre, il est difficile de savoir dans quelle mesure cette vaisselle fut adoptée par les populations locales.

La céramique commune à pâte claire

  • 83 Alabe 1992 et 2004.

38Cette catégorie de céramique commune représente l’essentiel de la vaisselle de table et de celle destinée à la préparation des aliments, à la conserve et au stockage (83,29 % du NMI dans la maison 1, tableau 3 ; 94,91 % dans la pièce 11 de la maison 2, tableau 2). Contrairement à la Brittle Ware, elle est encore peu étudiée, et les comparaisons régionales sont donc limitées. C’est une production de bonne qualité, généralement bien cuite, fabriquée avec des argiles de la vallée de l’Euphrate. Définie dans deux articles par F. Alabe 83, sa pâte est grenue, chargée d’un assez fin dégraissant associant sable, calcaire et mica pulvérisé, généralement assez dure. Elle présente des variations de couleurs beiges ou roses liées essentiellement à la cuisson ; les pièces sont parfois enduites d’un engobe argileux blanchâtre. Un petit nombre de tessons dont l’origine et la date sont difficiles à identifier se distinguent par une pâte verdâtre.

  • 84 Connan et Ourisson 1993, p. 919.
  • 85 Connan 2012, p. 55 et p. 57, fig. II.5f.
  • 86 Dyson décrivait déjà un exemplaire à l’intérieur enduit de bitume trouvé dans le diwan d’une maiso (...)
  • 87 Tuffreau-Libre 1992.

39La paroi interne d’une part importante des céramiques est enduite de bitume. Il s’agit d’une matière première ubiquiste dans l’environnement naturel de l’homme du Proche-Orient ancien 84. En fait, les mélanges bitumineux sont un agent d’étanchéité utilisé de façon ciblée dans l’habitat pour tout ce qui peut avoir un rapport étroit avec l’eau 85. Cette technique destinée à rendre les récipients étanches, traditionnelle dans la vallée de l’Euphrate, existait encore au début du xxe siècle. Elle s’applique aussi aux ustensiles et paniers en vannerie. Parmi les jarres et les amphores trouvées dans les maisons 1 et 2, seules les formes Dyson 67 ont reçu ce traitement (fig. 23, nos 3 et 4), également appliqué à la vaisselle de table, de cuisine et de conserve dans une faible proportion (4,61 % et 5,09 % du NMI pour la maison 1 et la pièce 11 de la maison 2). On l’observe sur certains pichets (fig. 7, nos 6 et 7), sur des pots (fig. 6, no 4 ; fig. 8, no 5 ; fig. 18, no 6). Il est intéressant de remarquer que tous les bols de forme Dyson 213 des contextes étudiés sont entièrement enduits (fig. 6, no 3 ; fig. 12, no 10 ; fig. 17, no 16 ; fig. 23, nos 1 et 2) 86, ce qui suggère leur usage pour la préparation et (ou) la consommation de liquides. Dans nos contextes, le bitume a également été utilisé pour boucher les trous de pots, de fonds de cruches et de pichets usagés ou cassés, ce qui démontre ici aussi, comme en Gaule romaine où on répare les poteries avec des agrafes en plomb ou en fer 87, l’importance accordée à ces objets simples et utilitaires. Certains décors et des inscriptions sont également réalisés avec du bitume.

Figure 23.

Figure 23.

Îlot C11 : céramiques enduites de bitume à l’intérieur – nos 1 et 2, îlot C11, maison 2, pièce 11, bol de type Dyson 113 (H : 8,4 cm) ; nos 3 (H : 11,7 cm) et 4 (H : 23 cm), îlot C11, maison 1, pièce 3, amphores Dyson 67 ; céramiques communes à pâte claire – no 5, îlot C11, maison 1, coupe de forme Dyson 80 (D : 13 cm) ; no 6, îlot C11, maison 2, pièce 11, bol (H : 7,2 cm)

[photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED]

40Les céramiques inventoriées ici sont peu décorées ; les potiers réalisent généralement des motifs simples, parfois rudimentaires. Les jarres, certains cols de pots et de pichets s’ornent de lignes incisées, ondées, certaines évoquant des végétaux (fig. 24, no 4), et de bandes peignées parallèles ou ondées (fig. 26, no 7). Les dolia portent des décors estampés (fig. 24, nos 6 et 7). On note quelques exemples de petits décors de pastilles rapportées, collées en haut de la panse (fig. 24, no 3). Le répertoire des formes est relativement varié et correspond à de multiples fonctions, pour la cuisine, la table ou le cellier, qu’il ne nous est pas toujours facile de définir précisément. La plupart d’entre elles sont spécifiques de la céramique commune à pâte claire. Quelques-unes sont identiques à celles du répertoire des céramiques glaçurées (voir plus haut). Une seule forme est commune au répertoire de la Brittle Ware, le brûle-parfums (fig. 18, nos 19 et 20 ; fig. 21, no 29).

Figure 24.

Figure 24.

Europos-Doura : nos 1 et 2, céramiques glaçurées – plat (D : 24,3 cm), maison Sud ; vase (H : 19,8 cm), îlot C11, maison 1 ; no 3, pichet en céramique commune décorée (H : 30 cm), C11, maison 1 ; no 4, couvercle décoré en céramique commune, C11, maison 1 (D : 8 cm) ; no 5, sceau pour imprimer des décors (D : 5,7 cm), maison Romaine ; nos 6 et 7, décors imprimés sur dolium, maison Romaine

(photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

  • 88 Mathot 2015, pl. I. 
  • 89 Monchambert 2004, fig. 7, no 2.
  • 90 Debevoise 1934, p. 43, no 8.
  • 91 Dyson 1968, p. 21.

41La vaisselle de table comprend essentiellement des coupes, des bols, des jattes, des pichets et des cruches, présents dans tous les inventaires de l’îlot C11. Comme pour beaucoup de céramiques communes au iiie siècle, les fonds sont terminés à la ficelle. Certaines formes, comme les coupes Dyson 79-80 (fig. 23, no 5), appartiennent à une tradition millénaire de la Mésopotamie : on les trouve déjà sur le site de Mari 88 et dans le corpus de la céramique d’Ougarit, daté des xiiie et xive siècles av. n. è. 89. On les signale à Séleucie du Tigre, dans des niveaux datés de 141 av. n. è. à 116 de n. è. 90. Les variantes sont nombreuses et présentes dans tous les contextes des maisons étudiées ici (fig. 6, no 1 ; fig. 12, nos 4 et 9 ; fig. 13, nos 1 à 3 ; fig. 17, nos 7 à 10). De petite taille, en moyenne de 12 à 15 cm de diamètre à l’ouverture, elles diffèrent par la forme du bord, celle du pied et du fond. Leur quantité, déjà signalée par Dyson 91, indique une production bon marché de masse. Elles reflètent les traditions alimentaires de la vallée de l’Euphrate : des mélanges divers à base de légumes et de laitage sont déposés dans plusieurs récipients dans lesquels on trempe le pain cuit dans le tannour.

  • 92 Abadie-Raynal 2015, p. 208, fig. 5.
  • 93 Annecchino 1977 ; Tuffreau-Libre 2013, fig. 36, no 3.
  • 94 Gschwind 2002, fig. 5, nos 65 à 68 ; Gschwind 2006, fig. 5, nos 2-3 ; Geyer et Monchambert 2003, v (...)

42Pour la préparation de la nourriture, notamment la maza, pour pétrir la pâte du pain et des gâteaux 92, on utilise de grandes jattes et bassins, présents dans les inventaires des pièces 3, 9 et 11. Ce sont des bassins larges et profonds, parfois simplement décorés, caractérisés par un rebord souvent allongé, horizontal, parfois arrondi ou mouluré. Bien connus dans le répertoire des céramiques romaines, notamment à Pompéi 93, ils sont signalés sur de nombreux sites : à Zeugma au milieu du ier siècle, dans la vallée de l’Euphrate à Tell Abu Hasan, à Apamée (iiie-ive siècles) et dans la steppe syrienne 94.

  • 95 Boucharlat et Haerinck 2011, fig. 19b et 19c.
  • 96 Debevoise 1934, no 85, p. 57.

43La céramique de stockage atteint un taux situé entre le quart des assemblages (25,37 % en moyenne dans la maison 1) et le tiers (31,48 % dans la pièce 11 de la maison 2). La part importante de ces récipients s’explique aisément par les traditions alimentaires de la Mésopotamie mais aussi par la topographie de la ville qui semble avoir donné naissance à des formes spécifiques, précisément adaptées aux nécessités de cette place fortifiée. Située sur un haut plateau désolé au milieu d’une région agricole, la ville s’approvisionnait dans les campagnes de la vallée de l’Euphrate et devait stocker de nombreuses denrées, de l’eau, du lait, des légumes, pour faire face aux besoins quotidiens, dont ceux de l’armée romaine, mais aussi afin de pouvoir soutenir des attaques et des sièges durant des périodes indéterminées. L’inventaire des maisons 1 et 2 comprend de nombreuses variantes de petites jarres à fond plat, de taille variable (fig. 8, nos 5 à 8 ; fig. 19, nos 4 à 6). Les grandes jarres répertoriées se rattachent à quatre formes principales. L’une se caractérise par une panse carénée et un fond plat qui l’apparente à la forme Dyson 119. Elle est ornée d’incisions ondées encadrées par des bandes peignées (fig. 25, no 1 ; fig. 26, no 7), un décor récurrent observé sur d’autres jarres (Dyson X1). La forme Dyson 123 présente un fond bombé et un décor de bande peignée horizontale (fig. 25, no 4 ; fig. 26, no 2). Ces deux jarres portent des petites anses s’attachant sur le rebord ou en haut de la panse. Les deux derniers types, dépourvus d’anse, possèdent une panse cylindrique, plus ou moins large, et un fond bombé (fig. 25, nos 2 et 3). Le premier (no 2) est facilement identifiable dans les inventaires grâce à sa lèvre en bobine ; il se rapproche des jarres torpédo connues à l’époque parthe 95 qu’on pouvait obturer avec des bouchons de djousse (fig. 26, nos 4 et 5). Le deuxième (no 3), doté d’une panse plus large, est marqué de fines cannelures placées au-dessous du col (Dyson IC16, X5). Il est présent à Séleucie du Tigre, dans les niveaux datés du iie siècle 96.

Figure 25.

Figure 25.

Europos-Doura, maison Sud : céramiques communes à pâte claire – no 1, jarre à décor ondé et fond plat ; no 2, jarre à lèvre en bobine ; no 3, jarre de type Dyson IC16, X5 ; no 4 : jarre de type Dyson 123 ; no 5 : support de vase à piédestal

(dessins éch. 1:6, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Figure 26.

Figure 26.

Europos-Doura, C11, maison 1, pièce 3 : no 1, écuelle en céramique non tournée (H : 5 cm) ; maison Sud : céramiques à pâte claire, no 2, jarre de type Dyson 123 (H : 39,6 cm) reposant sur un support de vase ; no 3, support de vase en piédestal (H : 12,6 cm) ; no 4 : jarre à lèvre en bobine et bouchon de djousse (H : 59,4 cm) ; no 5, bouchon de djousse ; no 6, maison Romaine : dolium non tourné décoré de motifs estampés (H : 69,6 cm) ; no 7, maison Sud : jarre à décor ondé et fond plat (H : 62,4 cm)

[photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED]

  • 97 Henein 1997.

44Certaines de ces jarres à fond bombé devaient être partiellement enterrées ou reposaient sur des supports en céramique (fig. 25, no 5 ; fig. 26, no 3). Il est possible que chaque type de jarre ait rempli un usage précis. Ainsi les études sur les jarres d’Al-Qasr au xxe siècle montrent qu’à chaque forme correspond une fonction déterminée : conserver des salaisons, des dattes, de la pâte de dattes, de l’eau, transporter de l’eau à dos d’âne, transporter du lait 97.

45Pour stocker de grandes quantités de céréales, on utilise des dolia. Les tessons trouvés dans l’îlot C11 se rapportent à des formes déjà répertoriées à Europos-Doura (forme Dyson X10). La panse est sphérique ; le fond bombé (fig. 26, no 6). Ils ne sont pas destinés à être manipulés fréquemment, d’où leur longue durée d’utilisation. Rarement enduits de bitume, ils sont modelés en pâte rose, identique à celle des amphores et des jarres, ou dans une pâte verte, poreuse, aérée, à dégraissant végétal, et ils sont décorés de motifs estampés – rosaces, feuilles, motifs végétaux, svastikas – probablement dérivés de modèles hellénistiques, placés en haut de la panse (fig. 24, nos 6 et 7). Ces dolia devaient être fermés par de lourds couvercles dont nous avons trouvé des fragments présentant un anneau de préhension épais et un rebord décoré de dépressions digitées (fig. 11, no 5).

  • 98 Pieri 2007, fig. 8 ; Majcherek 1995, fig. 3, no 4 ; Sciallano et Sibella 1991.
  • 99 Debevoise 1934, p. 61, nos 95-96.
  • 100  Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 6, nos 65-66 ; pl. 10, nos 122, 129 ; pl. 14, nos 170 à 17 (...)

46Parmi les amphores régionales, la forme Dyson 67 occupe une place particulière (fig. 10 et 27). Elle est comparable par certains aspects à la jarre torpédo, avec laquelle elle est souvent assimilée dans les comparaisons typologiques. Dépourvue d’anses, elle ressemble à la Late Roman 4, plus tardive, aux amphores de Gaza et à celles connues à Ashdod en Israël 98. Une forme proche, également enduite de bitume, mais dotée d’un fond pointu différent, apparaît aussi dans les répertoires de Séleucie du Tigre des périodes I et II 99 (ier et iie siècles de n. è.). L’amphore Dyson 67 signale une occupation d’époque romaine sur de nombreux sites de la vallée de l’Euphrate (fig. 28, no 3) : à Er-Ramadi, Taʿas el-Ashair, Tell Abu Hasan, Tell Halim Asra Hajin, Es-Saiyäl 5, Abu Hasan 2, Kharäij 1, Es-Susa 1 et 2, où la nécropole a livré un exemplaire entier 100.

Figure 27.

Figure 27.

Europos-Doura, maison Sud : amphore de forme Dyson 67 portant un dessin de simpulum

(dessin éch. 1:5 et photo M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)

Figure 28.

Figure 28.

Nos 1 et 2, îlot C11, maison 1 : pot à cuire (H : 24,9 cm) et pichet (H : 12,9 cm) en Brittle Ware (photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED) ;
no 3 : carte de la basse vallée de l’Euphrate, autres sites ayant fourni de la Brittle Ware et des amphores Dyson 67. 2 : Kharäij 1 ; 3 : Tell Halim Asra Hajin ; 4 : Abu Hasan 2 ; 5 : Tell Abu Hasan ; 6 : Er Ramadi ; 7 : Es-Saiyäl 5 ; 8 : Taʿas el-Ashair ; 9 : Es-Susa 1 et 2 (d’après Geyer et Monchambert 2003, fig. 16, p. 269)

  • 101 Dyson 1968, p. 19.

47Sa présence dans les inventaires de l’îlot C11 est très signifiante : soixante-deux exemplaires dans la maison 1 (17,87 % du NMI), quarante-trois dans la fosse de la pièce 11 (19,90 %). Dyson mentionne déjà son abondance dans les inventaires des maisons de la ville. Cinquante-deux exemplaires ont été découverts dans une pièce convertie en aire de stockage en liaison avec la construction de l’amphithéâtre dans les années suivant 215/216. Dyson en signale aussi dans les temples, notamment dans celui d’Adonis où une de ces amphores aurait été trouvée enterrée au tiers dans le sol, et suggère leur rôle, dans ces contextes, comme réceptacle pour les restes des offrandes 101. Dans les fouilles récentes effectuées dans la maison Sud, la pièce 5 en a livré vingt-quatre exemplaires.

  • 102 Geyer 1988, p. 293.
  • 103 Will 1988, p. 320.
  • 104 Sur les fontaines, citernes et puits de la ville, voir Allara 1988.
  • 105 Geyer 1988, p. 293.
  • 106 Henein 1997, p. 167, fig. 100 et 101.

48Leur quantité suggère un usage massif du produit qu’elles contenaient. Si le vin est produit et importé dans la vallée de l’Euphrate, ce n’est pas dans de telles proportions et c’est donc une autre fonction qu’elles devaient remplir. Leur présence peut être liée à un des problèmes d’approvisionnement les plus importants de la ville : celui de l’eau. Ne pouvant compter de façon régulière sur les eaux de pluie, les habitants d’Europos-Doura devaient soit stocker l’eau, soit trouver d’autres sources d’approvisionnement 102. La population est estimée autour de cinq à six mille personnes 103 ; le site se trouve sur un plateau à environ 40 m au-dessus du niveau de l’Euphrate 104 et il n’y a pas de source, la plus proche étant au pied de la falaise. Ville fortifiée, garnison militaire, la ville a besoin de quantités d’eau journalières considérables, pour l’alimentation et l’hygiène de ses habitants, mais aussi pour les activités artisanales. Il semble qu’aucune grande citerne publique n’ait été identifiée, et pour les fontaines, une seule est mentionnée pour une maison dans l’îlot D5, dans la partie sud-est de la ville, disponible seulement pour un petit groupe d’individus. Les puits véritables sont tout aussi absents, un seul est mentionné dans la maison de Lysias, une famille privilégiée. Les très nombreux petits puits découverts dans la cour centrale des maisons d’Europos-Doura sont soit des citernes soit, plus probablement, des puisards. Il ne s’agit là que de réserves restreintes, à usage domestique, qui ne pouvaient permettre de passer la saison sèche sans être renouvelées. Il fallait donc se tourner vers des sources d’approvisionnement extérieures : la nappe phréatique et le fleuve. Une bonne partie de l’eau était amenée à dos d’âne, par porteur ou par des moyens mécaniques depuis l’Euphrate 105. Les amphores Dyson 67 semblent adaptées à ce transport de l’eau. Généralement enduites à l’intérieur d’un bitume qui les rendait étanches, elles sont de taille moyenne, plus maniables que les grandes jarres. Leur forme parfois étranglée au centre permettait d’y fixer une corde. Ces jarres-amphores rappellent d’ailleurs celles utilisées à la fin du xxe siècle dans le village d’Al-Qasr, pour transporter l’eau à dos d’âne 106. Elles sont également dépourvues d’anse.

  • 107 Castoldi et Feugère 1991, p. 62, type 3, fig. 18.
  • 108 Cumont 1926, chapitre II.

49L’eau pouvait être versée ensuite dans des récipients plus importants et fixes, mais elle pouvait aussi être puisée directement dedans pour divers usages, se laver, se purifier les mains, aussi bien pour les habitudes domestiques que les rites religieux. Un exemplaire exceptionnellement dépourvu de bitume, trouvé dans la maison Sud (pièce 7), se révèle particulièrement intéressant car il porte sur la panse le dessin incisé d’une louche, un simpulum, réalisé avant cuisson à la pointe, désignant probablement l’usage de ce récipient (fig. 27). Ce motif évoque un modèle de puisoir courant à l’époque tardo-républicaine, diffusé dans tout le monde romain 107. Peut-être peut-on relier cet objet à des cérémonies religieuses décrites par F. Cumont, rappelant que les Babyloniens rendaient un culte à l’Euphrate et au Tigre. Leurs eaux, surtout celles de l’Euphrate, étaient employées de préférence à toute autre pour les lustrations et la croyance à cette puissance purificatrice du « fleuve roi » se perpétuait encore à l’époque romaine 108.

Europos-Doura et la céramique romaine de la vallée de l’Euphrate

  • 109 Dyson 1968, p. 1.

50Les ensembles trouvés dans les maisons 1 et 2 de l’îlot C11 nous donnent une image de la céramique en usage au milieu du iiie siècle dans un quartier de la ville, un répertoire où se mélangent à des degrés divers les influences hellénistiques, parthes et romaines. Leur étude vient préciser plusieurs aspects des catalogues de la céramique romaine d’Europos-Doura, tels qu’ils ont été établis par les premiers auteurs. Associant des objets d’origines funéraire et urbaine à la fois, ces typologies offraient une vision inexacte du mobilier domestique. Peu de contextes stratigraphiques furent fouillés et publiés systématiquement dans les explorations anciennes du site, ce qui conduisit Dyson à proposer des fourchettes chronologiques assez larges, tout en datant avec quasi-certitude un grand nombre d’objets des dernières années de la ville. Les céramiques présentées ici sont issues de fouilles récentes d’habitat, de contextes homogènes, bien datés. Bon nombre des récipients en pâte commune de nos ensembles se rattachent au répertoire de Dyson ; d’autres sont inédits. Certains apparaissaient uniquement sur les planches nos 15 à 20 de son ouvrage (Excavation Standard Shape Chart). Les inventaires mettent en évidence l’importance de la céramique commune, que les notes de chantier des fouilles anciennes décrivaient comme largement majoritaire dans certaines zones de la ville 109 (95 %). Ils relativisent l’importance, du moins dans ce quartier de la ville, de l’African Red Slip Ware, très peu présente (moins d’1 % dans les deux maisons étudiées) et de la céramique glaçurée de tradition parthe. Les importations provenant des régions de l’Ouest sont rares ; il faut cependant noter la présence des amphores de la côte phénicienne. L’empreinte gréco-romaine semble plus faible au iiie siècle qu’au ier siècle.

  • 110 Debevoise 1943, nos 8, 160, 165, 168, 188, 290, 329.
  • 111 Oates 1959, pl. LVI, nos 5 à 8 ; pl. XVII, nos 49 à 55 ; pl. XVIII, nos 75 à 85 ; pl. LIX, nos 97 (...)
  • 112 Renel 2010, fig. 12.

51Malgré l’existence de publications récentes, les comparaisons régionales demeurent encore limitées. Si le service standardisé de la Brittle Ware du iiie siècle nous est maintenant familier, nous connaissons mal le reste de la céramique commune en usage dans la Syrie romaine à la même époque. Les rapprochements établis avec des sites comme Séleucie du Tigre, au sud-est, et Ain Sinu, au nord, restent somme toute peu nombreux. Le répertoire de Séleucie, plus ancien (141 av. n. è. à 165 de n. è.), comprend quelques formes similaires à celles de nos ensembles : coupe, pot cylindrique, cruche piriforme en céramique glaçurée ; coupes et pichets en pâte commune 110. Il inclut aussi quantité de jarres de stockage, souvent enduites de bitume, dont certaines sont proches de celles connues à Europos-Doura. Pour Ain Sinu, poste de garnison romaine détruit en 237, le seul point réel de comparaison avec Europos-Doura tient à la Brittle Ware, limitée à trois formes (pot à cuire, casserole, cruche), trouvée en quantité dans les baraquements militaires, et à la présence sur les deux sites de plats glaçurés de type Toll XI-H.1 et XI-F de couleur bleu vert ou turquoise similaires à ceux de Séleucie. Le reste de la céramique commune possède un faciès différent. Les pichets, les supports de vase ont des formes distinctes ; les jarres sont ornées de décors géométriques incisés et imprimés ; D. et J. Oates les comparent à la poterie connue à Hatra 111. Enfin, à l’ouest d’Europos, la région du Hauran, encore mal documentée pour la céramique du iiie siècle, semble posséder un service culinaire spécifique 112.

52Dans l’état de nos connaissances actuelles, c’est avec la vallée de l’Euphrate que les comparaisons s’avèrent les plus pertinentes. Certains sites de la basse vallée, la plupart au sud de la ville, ont fourni des tessons identifiables se rapportant à des formes reconnues à Europos-Doura (Er-Ramadi, Taʿas el-Ashair, Tell Abu Hasan, Es-Saiyäl 5, Tell Halim Asra Hajin, Abu Hasan 2, Es-Susa 1 et 2, Kharäij). Ces ensembles, issus de ramassages, mais néanmoins signifiants, se caractérisent par la présence de quantités infimes de Red Slip Ware, de quelques fragments de vaisselle glaçurée et de Brittle Ware. La céramique commune à pâte claire montre de nombreuses similitudes. Sur deux sites ruraux d’habitat mieux documentés que les autres, Tell Abu Hasan et Tell Halim Asra Hajin, on a trouvé des tessons de pots à cuire Dyson 433, de coupes Dyson 80, de pots à provisions à rebord festonné ou en corniche, de bassins, de jarres à décor peigné et d’amphores Dyson 67. Ces dernières constituent la forme la mieux représentée dans les ensembles cartographiés, se raréfiant au nord de la ville, où elle n’est signalée qu’à Kharäij (fig. 28, no 3). Liée, comme on l’a vu plus haut, à un usage bien précis de transport de l’eau, elle semble particulièrement spécifique de la ville et de sa région environnante, mais l’absence de données comparatives ne permet pas de définir sa diffusion.

  • 113 Gschwind 2006, p. 61 ; Gschwind et Hasan, 2006, fig. 3, no 1.

53Au nord d’Europos-Doura, le fort romain de Qreiye-Ayyash a été fouillé par M. Gschwind entre 2003 et 2007. Construit à la fin du iie siècle ou au début iiie, abandonné au milieu du iiie siècle, il a fourni des vaisselles provenant des baraques de militaires. On y retrouve certaines des caractéristiques observées dans nos ensembles : un peu de céramique glaçurée, de la céramique commune claire et un service en Brittle Ware que des analyses rattachent au groupe 3. Il comprend un plat à four semblable à ceux trouvés à Europos-Doura 113.

  • 114 Gschwind 2006, p. 59, fig. 10, nos 1 à 5.
  • 115 Gschwind 2006, fig. 5, nos 2-3.

54Plus haut dans la vallée, le site de Zeugma, situé en Turquie actuelle, a été l’objet de publications récentes, sources de comparaisons signifiantes : dans les ensembles de Zeugma contemporains des nôtres, la vaste majorité de la poterie du iiie siècle est constituée de produits locaux ou régionaux. Même dans les riches maisons comme celles de Poséidon et de l’Euphrate, l’African Red Slip Ware reste anecdotique (des fragments de quatre plats), ce qui rejoint les observations faites dans l’îlot C11. La céramique glaçurée, mieux représentée, mais apparemment plus rare qu’à Europos, montre des formes analogues à celles que nous avons répertoriées : plats, pichets, vases décorés 114. Dans le catalogue de la céramique en Brittle Ware apparaissent, dans les maisons de Zeugma comme dans celles de l’îlot C11, des plats à cuire et des pichets (fig. 21, nos 2 et 26-27) absents de la batterie de cuisine fournie par d’autres sites (voir plus haut). Certaines formes de céramiques communes à pâte claire, les bassins profonds destinés à la préparation de la nourriture, sont aussi comparables, même s’ils sont plus anciens 115.

  • 116 Martz 2009.
  • 117 Martz 2010a, p. 11-12 ; Abadie Reynal 2010 et 2015.
  • 118 Leriche 2012, p. 31.
  • 119 Allara 1986 ; Allara 1997, p. 186.

55Par certains aspects cependant, la céramique de Zeugma apparaît plus romanisée. Il semble ainsi que la Brittle Ware y soit nettement mieux représentée qu’à Europos-Doura ; elle est abondante dans les nombreux contextes de destruction du milieu du iiie siècle 116, ce qui pourrait s’expliquer par la proximité de la ville avec les sources de production et par le caractère romanisé plus net de cette ville dont l’architecture et les maisons témoignent d’une influence gréco-romaine nettement supérieure à celle observée à Europos-Doura. Peut-être cette vaisselle fut-elle plus largement adoptée par l’ensemble de la population. Les études menées par A. S. Martz et C. Abadie Reynal 117 mettent en évidence l’importance de signes de romanisation tels que la consommation de porc, l’utilisation de plats à cuire de tradition italienne ainsi que de mortiers. Cependant la comparaison reste limitée : à Zeugma, ces signes de romanisation s’affirment dans les villas les plus luxueuses, alors que celles de l’îlot C11, même si elles possèdent un décor architectural de qualité 118, s’avèrent plus modestes. Elles se rattachent à un plan de base courant dans les maisons d’Europos : les pièces s’organisent tout autour d’une cour centrale, munie d’un porche sur l’un des côtés et dotée d’une citerne ou puisard, où se déroulent la plupart des activités, y compris les activités artisanales. Ces habitations, qui se distinguent par l’absence de péristyle des traditions hellénistiques et ne présentent pas non plus l’iwan typique de l’architecture parthe, offrent un exemple d’architecture domestique local, profondément ancré dans les traditions de la Mésopotamie 119. Il est difficile de déterminer à la fois le rang social et l’appartenance ethnique des habitants de nos maisons. À travers leur vaisselle, nous avons simplement ici un aperçu de leurs modes de préparation et de consommation dans les décennies précédant l’abandon de la ville.

Haut de page

Bibliographie

Abadie-Reynal 2010
C. Abadie-Reynal, « Acculturation et habitat à Zeugma à l’époque romaine », Bollettino di archeologia online I, C. I, volume speciale G/G9/3 Reg., p. 15-24.

Abadie-Reynal 2015
C. Abadie-Reynal, « La cuisine en Syrie du Nord romaine, premier bilan des données de Zeugma », dans C. Abadie-Reynal et J. B. Yon (éd), Zeugma VI. La Syrie romaine. Permanences et transferts culturels (TMO 68), Lyon, p. 203-223.

Alabe 1992
F. Alabe, « La céramique de Doura-Europos. Introduction aux nouvelles recherches », dans Leriche 1992, p. 47-63.

Alabe 2004
F. Alabe, « Céramiques hellénistiques d’Europos à Doura : hasards ou cohérences », dans Leriche, Dandrau et Gelin 2004, p. 163-198.

Alabe 2012
F. Alabe, « Vaisselle d’Europos hellénistique : la carrière en contrebas de la rue principale et son comblement », dans Leriche, Coqueugniot et Pontbriand 2012, p. 161-184.

Allara 1986
A. Allara, « Les maisons de Doura-Europos. Questions de typologie », dans P. Leriche (éd.), Doura-Europos. Études 1986, Paris (extrait de Syria 63, 1-2), p. 39-60.

Allara 1988
A. Allara, « Les maisons de Doura-Europos. Les données du terrain », dans Leriche 1988, p. 323-342.

Allara 1992
A. Allara, « L’îlot des potiers et les fours à Doura-Europos, étude préliminaire », dans Leriche 1992, p. 101-120.

Allara 1997
A. Allara, « Entre archives et terrain, l’exemple d’un îlot d’habitation de Doura-Europos », dans C. Castel, M. al-Maqdissi et F. Villeneuve (éd.), Les maisons dans la Syrie antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam. Pratiques et représentations de l’espace domestique. Actes du colloque international, Damas, 27-30 juin 1992 (BAH 150), Beyrouth, p. 173‑186.

Allara 2002
A. Allara, Problemi di architettura domestica a Dura-Europos sull’Eufrate. L’Isolato dei Vasai (B2), Naples.

Allen et Fulford 1996
J. Allen et M. Fulford, « The distribution of south-east Dorset black burnished category I pottery in south-west Britain », Britannia 27, p. 223-281.

Amodio 2007
M. Amodio, « La classe di ceramica da cucina Brittle Ware rinvenuta a Tell Barri (Siria) », dans Sartre 2007, p. 231-248.

Amodio 2008
M. Amodio, « La “brittle ware” da Tell Barri », dans R. Pierobon Benoit (éd.), Tell Barri. Storia di un insediamento antico tra Oriente e Occidente, La Parola del Passato LXIII, fasc. I-IV, p. 322-336.

Annecchino 1977
M. Annecchino, « Suppellettile fittile da cuccina di Pompei », dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei nella prima età imperiale, Rome, p. 105-119.

Arcelin et Tuffreau-Libre 1998
P. Arcelin et M. Tuffreau-Libre (dir.), La quantification des céramiques, conditions et protocole, table ronde du Mont-Beuvray (Bibracte 2), Glux-en-Glenne.

Baird 2012
J. Baird, « L’habitat d’époque romaine à Europos-Doura : replacer les objets en contexte », dans Leriche, Coqueugniot et Pontbriand 2012 , p. 231-240.

Bartl, Schneider et Böhme 1995
K. Bartl, G. Schneider et S. Böhme, « Notes on Brittle Wares in North-Eastern Syria », Levant XXVII, p. 165-167.

Bats 1988
M. Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégorie céramiques (RAN, suppl. 18), Paris.

Bonifay et Tréglia 2007
M. Bonifay et J.-C. Tréglia (éd.), LRCW 2. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean: Archaeology and Archaeometry (BAR International Series 1662), Oxford.

Boucharlat et Haerinck 2011
R. Boucharlat et E. Haerinck, Tombes d’époque parthe (chantiers de la ville des artisans) [Mémoires de la Délégation archéologique en Iran XXXV], Leyde-Boston.

Buchet 2012
L. Buchet, « Europos-Doura. Analyse des restes humains » dans Leriche, Coqueugniot et Pontbriand 2012, p. 191-200.

Castoldi et Feugère 1991
M. Castoldi et M. Feugère, « Les simpulums », dans M. Feugère et C. Rolley, La vaisselle tardo-républicaine en bronze, Dijon, p. 61-88.

Connan et Ourisson 1993
J. Connan et G. Ourisson « De la géochimie pétrolière à l’étude des bitumes anciens : l’archéologie moléculaire », CRAI, 137e année, n. 4, p. 901-921.

Connan 2012
J. Connan, Le bitume dans l’Antiquité, Paris.

Cox 1949
D. A. Cox, Excavations at Dura-Europos, Final Report IV, I, 2. The Greek and Roman Pottery, New Haven.

Cumont 1926
F. Cumont, Fouilles de Doura-Europos (1922-1923), 2 vol., Paris.

Daszkiewicz, krogulska et Bobryk 2000
M. Daszkiewicz, M. Krogulska, E. Bobryk, « Composition and technology of Roman Brittle Ware pottery from a kiln site in Palmyra (Syria) », RCRF 36, p. 537-554.

Daszkiewicz, Bobryk et Schneider 2007
M. Daszkiewicz, E. Bobryk, G. Schneider, « Functional properties analysis of kitchenware illustrated on Brittle Ware », dans Bonifay et Tréglia 2007, p. 731-738.

Debevoise 1934
N. C. Debevoise, Parthian Pottery from Seleucia on the Tigris (University of Michigan Studies XXXII), Ann Arbor.

Di Giovanni 1996
V. Di Giovanni, « Produzione e consumo di ceramica da cucina nella Campania romana (ii a.C.-ii d.C.) », dans M. Bats (dir.), Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise, la vaisselle de cuisine et de table (Collection du centre Jean Bérard 14), Naples, p. 65-104.

Dyson 1968
S. L. Dyson, Excavations at Dura-Europos, Final Report IV, I, 3. The Commonware Pottery, the Brittle Ware, New Haven.

Gaborit 2015
J. Gaborit, La vallée engloutie. Géographie historique du Moyen-Euphrate (du ive s. av. J.-C. au viie s. apr. J.-C.). Volume 1 : synthèse (BAH 199), Beyrouth.

Geyer 1988
B. Geyer, « Le site de Doura-Europos et son environnement géographique », dans Leriche 1988, p. 285-295.

Geyer et Monchambert 2003
B. Geyer et J.-Y. Monchambert, avec la collaboration de J. Besançon et E. Coqueugniot, La basse vallée de l’Euphrate syrien du néolithique à l’avènement de l’Islam (Mission archéologique de Mari VI ; BAH 166), 2 vol., Beyrouth.

Gillam 1976
J. P. Gillam, « Coarse fumed ware in North Britain and beyond », Glasgow Archaeological Journal 4, p. 57-80.

Goudineau 1970
C. Goudineau, « Note sur la céramique à engobe interne rouge-pompéien (pompejanisch-roten Platten) », MEFR 82, p. 159-186.

Gschwind 2002
M. Gschwind, « Hellenistische Tradition contra italische Mode : ein frühkaiserzeitlicher Keramikkomplex aus den türkischen Rettungsgrabungen in Zeugma am mittleren Euphrat », DaM 13, p. 321-359.

Gschwind 2006
M. Gschwind, « Roman pottery from Zeugma : Continuity, change and the central Euphrates perspective », dans R. Ergeç (éd.), International Symposium on Zeugma: From Past to Future, 20-22 Mayıs 2004, Gaziantep, p. 55-69.

Gschwind et Hasan 2006
M. Gschwind et H. Hasan, « Die spätrömisch-frühislamische Zivilsiedlung Tall ar-Rum und die spätantike Besiedlung des Euphrattales zwischen Zenobia und Circesium », DaM 15, p. 321-382.

Harper 1980
P. Harper, « Athis-Neocaesareia-Qasrin-Dibsi Faraj », dans J.-C. Margueron (éd.), Le Moyen Euphrate. Zone de contacts et d’échanges, Strasbourg, p. 327-348.

Hayes 1972
J. W. Hayes, Late Roman Pottery, Londres.

Henein 1997
N. H. Henein, Poterie et potiers d’Al-Qasr : oasis de Dakhla (Bibliothèque d’étude 116), Le Caire.

Kenrick 2013
P. M. Kenrick, « Pottery other than transport amphorae », dans W. Aylward (éd.), Excavations at Zeugma, Conducted by Oxford University, The Packard Humanities Institute, Los Altos, vol. II, p. 1-81.

KRogulska 1985
M. Krogulska, « A ceramic workshop in the western quarter of Palmyra », Studia Palmyrenskie 8, p. 43-68.

Lemaître 2007
S. Lemaître, « À propos des échanges en Syrie à l’époque romaine : les amphores de la fouille du centre-ville de Beyrouth Bey 002, étude préliminaire », dans Sartre 2007, p. 271-295.

Leriche 1988
P. Leriche (éd.), Doura-Europos. Études II, 1988, Paris (extrait de Syria 65, 3-4, p. 259-382).

Leriche 1992
P. Leriche (éd.), Doura-Europos. Études III, 1990, Paris (extrait de Syria 69, 1-2, p. 1-151).

Leriche, Coqueugniot et Pontbriand 2012
P. Leriche, G. Coqueugniot, S. de Pontbriand (éd.), Europos-Doura Varia I (BAH 198), Beyrouth.

Leriche, Dandrau et Gelin 2005
P. Leriche, A. Dandrau et M. Gelin (éd.), Doura-Europos. Études V, 1994-1997, Paris.

Leriche, El Ajji 2004
P. Leriche, E. El Ajji, « Présentation des travaux de la mission franco-syrienne de Doura-Europos (1994-1997) », dans Leriche, Dandrau et Gelin 2004, p. 1-41.

Leriche 2012
P. Leriche, « Europos-Doura. Quinze années de travaux de la Mission franco-syrienne (1986-2001) » dans Leriche, Coqueugniot et Pontbriand 2012 , p. 11-46.

Majcherek 1995
G. Majcherek, « Gazan amphorae : Typology reconsidered », dans H. Meyza, J. Mlynarczyk (éd.), Hellenistic and Roman Pottery in the Eastern Mediterranean. Advances in Scientific Studies, Varsovie, p. 163-178.

Martz 2007a
A.-S. Martz, La céramique culinaire du sud-est anatolien, du 2e au 7e s. de n. è. : typologie, chronologie, production, 3 vol., thèse d’archéologie dirigée par C. Abadie-Reynal, université de Nancy, non publiée.

Martz 2007b
A.-S. Martz, « Les vases à cuire de Zeugma du iiie au viie siècle », dans Bonifay et Tréglia 2007, p. 739-744.

Martz 2009
A.-S. Martz, « La céramique culinaire en Syrie du Nord : la transition entre la période hellénistique et la période romaine (ier siècle av. n. è-iie siècle de n. è.) », document de travail hal-00380481.

Martz 2010a
A.-S. Martz, « La Brittle Ware, une vaisselle multiculturelle. L’exemple de Zeugma », dans M. Dalla Riva, H. Di Giuseppe (éd.), Meetings between Cultures in the Ancient Mediterranean. Proceedings of the 17th International Congress of Classical Archaeology, Rome 22-26 sept. 2008, Bollettino di Archeologia online I, volume speciale B / B7 / 7 (https://bollettinodiarcheologiaonline.beniculturali.it/edizione-speciale-congresso-di-archeologia-a-i-a-c-2008/, consulté le 01/09/2020).

Martz 2010b
A. S. Martz, « Les dispositifs de cuisson domestiques au Proche-Orient d’après les sources archéologiques (iiie s. av. J.-C-iiie s. ap. J.-C) », document de travail hal-00608958.

Mathot 2015
H. Mathot, « La céramique des fouilles de Mari : campagnes de 2005 et 2006 », dans J.-C. Margueron, O. Rouault, P. Butterlin et. al. (dir.), Akh Purattim 3, Lyon, p. 247-260.

Matson 1943
F. R. Matson, « Technological notes on the pottery », dans Toll 1943, p. 81-95.

Monchambert 2004
J. Y. Monchambert, La céramique d’Ougarit, Campagnes de fouilles 1975 et 1976 (RSO / RSU 15), Paris.

Oates 1959
D. et J. Oates, « Ain Sinu : A Roman frontier post in Northern Iraq », Iraq 21, p. 207-242.

Pieri 2007
D. Pieri, « Les centres de production d’amphores en Méditerranée orientale durant l’Antiquité tardive : quelques remarques », dans Bonifay et Tréglia 2007, p. 611-626.

Renel 2010
F. Renel, « La céramique antique de Syrie du Sud de la période hellénistique à la période byzantine », dans M. al-Maqdissi, F. Braemer, J.-M. Dentzer, La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive (Hauran V ; BAH 191), Beyrouth, vol. 1, p. 515-545.

Reynolds 2000
P. Reynolds, « The Beirut amphora type, 1st century bc-7th century ad : An outline of its formal development and some preliminary observations of regional economic trends », RCRF 36, p. 387-396.

Reynolds et Waksman 2007
P. Reynolds et Y. Waksman, « Beirut cooking wares, 2nd to 7th centuries: Local forms and north palestinian imports », Berytus, 50, p. 59-81.

Rousset 2010
M.-O. Rousset, « Deux assemblages de céramiques hellénistique et romaine de la steppe syrienne », dans P.-L. Gatier, B. Geyer et M.-O. Rousset (dir.), Entre nomades et sédentaires, prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud (TMO 55), Lyon, p. 127-145.

Ruffing 2007
K. Ruffing, « Dura Europos, A city on the Euphrates and her economic importance in the Roman era », dans Sartre 2007, p. 399-411.

Sartre 2007
M. Sartre (éd.), Productions et échanges dans la Syrie grecque et romaine (Topoi supplément 8), Lyon.

Scatozza Horicht 1996
L. A. Scatozza Horicht, « Appunti sulla cerami,ca comune di Ercolano. Vasellame da cucina e recipienti per la preparazione degli alimenti » dans M. Bats (dir), Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise, la vaisselle de cuisine et de table (Collection du centre Jean Bérard 14), Naples, p. 129-156.

Schneider et al. 2007
G. Schneider, A. Vokaer, K. Bartl, M. Daszkiewicz, « Some new results of archaeometric analysis of Brittle Wares », dans Bonifay et Tréglia 2007, p. 715-730.

Sciallano et Sibella 1991
M. Sciallano et P. Sibella, Amphores. Comment les identifier ?, Aix-en-Provence.

Swan 1992
V. Swan, « Legio VI and its men: African legionaries in Britain », Journal of Roman Pottery Studies 5, p. 1-33.

Swan 2009
V. Swan, Ethnicity, Conquest and Recruitment: Two Case Studies from the Northern Military Provinces (JRA, Suppl. 72), Portsmouth.

Toll 1943
N. Toll, Excavations at Dura-Europos, Final Report IV, I, 1. The Green Glazed Pottery, New Haven.

Tuffreau-Libre 1992
M. Tuffreau-Libre, La céramique en Gaule romaine, Paris.

Tuffreau-Libre 2009
M. Tuffreau-Libre, « Les céramiques tripodes en Gaule romaine », dans SFECAG. Actes du congrès de Colmar, Marseille, p. 797-802.

Tuffreau-Libre 2013
M.Tuffreau-Libre, « Céramiques et usages funéraires », dans W. Van Andringa, H. Duday et S. Lepetz (dir.), Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007) [CEFR 468], Rome, vol. 2, p. 1039-1090.

Vokaer 2005
A. Vokaer, « Typological and technological study of Brittle Ware in Syria », dans J. M. Gurt, J. Buxeda I Garrigós et M. Á. Cau Ontiveros (éd.), LRCW1. Late Roman Coarse Ware, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean : Archaeology and Archaeometry (BAR International Series 1340), Oxford, p. 697-710.

Vokaer 2007
A. Vokaer « La Brittle Ware byzantine et omeyyade en Syrie du Nord », dans Bonifay et Tréglia 2007, p. 701-714.

Vokaer 2010a
A. Vokaer, « Cooking in a perfect pot. Shapes, fabrics and function of cooking ware in late antique Syria », dans S. Menchelli, S. Santoro Bianchi, M. Pasquinucci (éd.), LRCW3. Late Roman Coarse Ware, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean : Archaeology and Archaeometry. Comparison between western and eastern Mediterranean (BAR International Series 2185/1), Oxford, p. 115-130.

Vokaer 2010b
A. Vokaer, La « Brittle Ware » en Syrie. Production et diffusion d’une céramique culinaire de l’époque hellénistique à l’époque omeyyade (Mémoires de la classe des lettres III, Fouilles d’Apamée de Syrie 2), Bruxelles.

Vokaer 2014
A. Vokaer, « A 3rd to 4th century ad pottery assemblage from Apamea and some further considérations on pottery production and distribution in Roman Syria », dans B. Fischer-Genz, Y. Gerber et H. Hamel (dir.), Roman Pottery in the Near East. Local Production and Regional Trade (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 3), Oxford, p. 37-51.

Will 1988
E. Will, « La population de Doura-Europos : une évaluation », dans Leriche 1988, p. 315-321.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions ici Pierre Leriche qui nous a confié l’étude de ce matériel provenant des fouilles de l’îlot C11 réalisées dans ce secteur par Justine Gaborit.

2 Dyson 1968 ; Toll 1943 ; Cox 1949 (abrégés Dyson, Toll et Cox dans le texte infra).

3 Alabe 1992, 2004, 2012.

4 Allara 2002.

5 Debevoise 1934 ; Harper 1980 ; Oates 1959.

6 Martz 2007a ; Vokaer 2011.

7 Geyer et Monchambert 2003.

8 Leriche 2012, p. 31.

9 Arcelin et Tuffreau-Libre 1998.

10 Sur les « cuisines » trouvées à Europos-Doura, voir Baird 2012, p. 237.

11 Oates 1959, pl. LVI, nos 5 et 6.

12 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 11, n138.

13 Dyson 1968, forme 16 ; Alabe 2004, fig. 5, n14.

14 Debevoise 1934, p. 75, n160.

15 Debevoise 1934, no 165.

16 Boucharlat et Haerinck 2011, pl. 18, GS-729.

17 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 24, n302.

18 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 14, no 173 ; pl. 23, n291.

19 Boucharlat et Haerinck 2011, pl. 7, nGS-594b.

20 Buchet 2012, p. 200, fig. 18.

21 Debevoise 1934, p. 17.

22 Boucharlat et Haerinck 2011, p. 39.

23 Geyer et Monchambert 2003 vol. II, pl. 8, n98.

24 Dyson 1968, p. 43.

25 Debevoise 1934, nos 27 à 29.

26 Reynolds 2000, p. 391.

27 Lemaître 2007, p. 277.

28 Toll 1943, p. 54.

29 Debevoise 1934, n329.

30 Annecchino 1977 ; Tuffreau-Libre 2013, fig. 36, n4.

31 Reynolds et Waksman 2007, p. 64, fig. 67, p. 77.

32 Debevoise, 1934, n290.

33 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 11, n147.

34 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 12, n272.

35 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 8, no 101.

36 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, nos 178-179.

37 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, n180 ; pl. 22, n276.

38 Geyer et Monchambert, 2003, vol. II, pl. 14, n165 ; pl. 22, nos 277-278.

39 Swan 2009 ; Tuffreau-Libre 2009.

40 Dyson 1968, p. 35.

41 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 12, no 156.

42 Matson 1943, p. 94.

43 TOLL 1943, p. 6.

44 Leriche 2012, p. 25.

45 Allara 1992 et 2002.

46 Dyson 1968, p. 2.

47 Martz 2007a, 2007b , 2009, 2010a et 2010b ; Vokaer 2005, 2007, 2010a, 2010b et 2011.

48 Martz 2010a, p. 9-10.

49 Pour les aspects fonctionnels de la vaisselle romaine, voir Bats 1988 ; pour la cuisine en Syrie du Nord romaine, voir Abadie-Reynal 2015.

50 Scatozza Horicht 1996, p. 142, fig. 6, no 4 ; Di Giovanni 1996, type 2130.

51 Goudineau 1970, p. 15-16.

52 Martz 2009.

53 Cox 1949, p. 24, no 135 ; Hayes 1972, forme 27 /31.

54  Martz 2007b, fig. 2, no 23 ; Martz 2009, fig. 6 ; Gschwind 2006, fig. 13, nos 3 à 6 ; Gschwind et Hasan 2006, fig. 3, no 1 ; Vokaer 2014, fig. 6, no 6.

55 Gschwind 2006, fig. 14, no 2.

56 Martz 2007a, forme 4 ; Martz 2007b, fig. 2, no 15 ; Martz 2009, fig. 11.

57 Vokaer 2011, p. 14 ; Martz 2007a, p. 62-63.

58 Amodio 2007, type IB, fig. 8 ; Amodio 2008, fig. 6, nos 6 à 9 ; Oates 1959, pl. LVIII, nos 77-79 ; Harper 1980, no 55 ; Gschwind et Hasan 2006, fig. 3, no 2 ; Martz 2007b, fig. 2, no 14 ; Gschwind 2006, fig. 14, nos 3 à 5.

59 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, no 191.

60 Gillam 1976, fig. 1 et 2.

61 Vokaer 2011, type A3, p. 21 ; Martz 2007, forme 2.

62 Quelques brasiers portatifs ont été retrouvés à Europos-Doura, voir Baird 2012, p. 236.

63 Martz 2010b, p. 4 ; Abadie-Raynal 2015, p. 216.

64 Leriche et El Ajji 2004, p. 27.

65 Harper1980, no 54 ; Gschwind 2006, fig. 15, no 5 et fig. 16, no 2 ; Martz 2007b, fig. 1, no 1 ; Martz 2010a, fig. 1 ; Kenrick 2013, fig. 13, PT429 ; Oates 1959, pl. LVIII, nos 81, 83, 84.

66 Amodio 2007, type IVF, fig. 1 ; Amodio 2008, fig. 1, nos 2 à 8.

67 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 6, nos 71-72 ; pl. 15, nos 187 à 190 ; pl. 25, no 309.

68 Amodio 2007, type IVE, fig. 2 ; Amodio 2008, fig. 2, nos 2 à 4 ; Vokaer 2014, fig. 4, no 3 ; Gschwind et Hasan 2006, fig. 3, no 4 ; Oates 1959, pl. LVIII, no 84.

69 Gschwind 2006, fig. 15, no 3 ; Oates 1959, pl. LVIII, no 82.

70 Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 15, no 192.

71 Vokaer 2011, p. 20, pl. 9 ; Amodio 2007, type IV A, fig. 4 ; Amodio 2008, fig. 3, nos 1 à 3.

72 Vokaer 2011, type 3, p. 36 ; Martz 2007a, forme 1 ; Amodio 2007, type VA, fig. 5 ; Amodio 2008, fig. 5, no 1 ; Oates 1959, pl. LVIII, no 85 ; Martz 2007a, p. 89-90 ; Martz 2007b, fig. 2, no 12 ; Gschwind 2006, fig. 16, no 5.

73 Martz 2007a, forme 2, p. 90-92 ; Martz 2007b, fig. 2, no 11 ; Gschwind 2006, fig. 12, no 2, et fig. 16, no 4.

74 Martz 2007a, p. 150.

75 Krogulska 1985 ; Krogulska 1996 ; Daskiewicz, Krogulska et Bobryk 2000.

76 Bartl, Schneider et Böhme 1995 ; Vokaer 2010b ; Schneider et al. 2007 ; Daskiewicz, Bobryk et Schneider 2007 ; Vokaer 2010b.

77 Vokaer 2011, p. 52-53.

78 Alabe 1992, p. 50, note 6.

79 Ruffing 2007.

80 Gaborit 2015, vol. I, chap. III.

81 Swan 1992 et 2009.

82 Allen et Fulford 1996.

83 Alabe 1992 et 2004.

84 Connan et Ourisson 1993, p. 919.

85 Connan 2012, p. 55 et p. 57, fig. II.5f.

86 Dyson décrivait déjà un exemplaire à l’intérieur enduit de bitume trouvé dans le diwan d’une maison qu’il date de l’abandon de la cité (Dyson 1968, p. 23).

87 Tuffreau-Libre 1992.

88 Mathot 2015, pl. I. 

89 Monchambert 2004, fig. 7, no 2.

90 Debevoise 1934, p. 43, no 8.

91 Dyson 1968, p. 21.

92 Abadie-Raynal 2015, p. 208, fig. 5.

93 Annecchino 1977 ; Tuffreau-Libre 2013, fig. 36, no 3.

94 Gschwind 2002, fig. 5, nos 65 à 68 ; Gschwind 2006, fig. 5, nos 2-3 ; Geyer et Monchambert 2003, vol. II, fig. 12, nos 155-156 ; Vokaer 2014, fig. 8, nos 3, 5, 7 ; Rousset 2010, fig. 7, nos 5 à 7.

95 Boucharlat et Haerinck 2011, fig. 19b et 19c.

96 Debevoise 1934, no 85, p. 57.

97 Henein 1997.

98 Pieri 2007, fig. 8 ; Majcherek 1995, fig. 3, no 4 ; Sciallano et Sibella 1991.

99 Debevoise 1934, p. 61, nos 95-96.

100  Geyer et Monchambert 2003, vol. II, pl. 6, nos 65-66 ; pl. 10, nos 122, 129 ; pl. 14, nos 170 à 172, pl. 23, nos 282, 284, 285 ; pl. 28, no 367 ; pl. 51, nos 676-677 ; pl. 105, no 1480 ; pl. 35, nos 436 à 438 ; pl. 48, no 647.

101 Dyson 1968, p. 19.

102 Geyer 1988, p. 293.

103 Will 1988, p. 320.

104 Sur les fontaines, citernes et puits de la ville, voir Allara 1988.

105 Geyer 1988, p. 293.

106 Henein 1997, p. 167, fig. 100 et 101.

107 Castoldi et Feugère 1991, p. 62, type 3, fig. 18.

108 Cumont 1926, chapitre II.

109 Dyson 1968, p. 1.

110 Debevoise 1943, nos 8, 160, 165, 168, 188, 290, 329.

111 Oates 1959, pl. LVI, nos 5 à 8 ; pl. XVII, nos 49 à 55 ; pl. XVIII, nos 75 à 85 ; pl. LIX, nos 97 à 105.

112 Renel 2010, fig. 12.

113 Gschwind 2006, p. 61 ; Gschwind et Hasan, 2006, fig. 3, no 1.

114 Gschwind 2006, p. 59, fig. 10, nos 1 à 5.

115 Gschwind 2006, fig. 5, nos 2-3.

116 Martz 2009.

117 Martz 2010a, p. 11-12 ; Abadie Reynal 2010 et 2015.

118 Leriche 2012, p. 31.

119 Allara 1986 ; Allara 1997, p. 186.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte des principaux sites mentionnés dans les textes
Crédits (DAO R. Huchin d’après G. Coqueugniot, sur fond MOM-Lyon)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 2.
Légende Europos-Doura, plan général. Emplacement du secteur C11
Crédits (fond MFSED, P. Leriche et S. de Pontbriand, d’après H. David)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 3.
Légende Plan d’ensemble des maisons 1 et 2 de l’îlot C11
Crédits (d’après S. Appert, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Figure 4.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : éramiques glaçurées
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 5.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques en Brittle Ware
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 6.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, coupes, bols, pots, cruches et couvercles
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 7.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, pichets
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 8.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, bassins, pots de stockage et jarres
Crédits (dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 9a.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : jarre ou amphore en céramique commune à pâte claire
Crédits (dessin éch. 1:6, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 9b.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, jarres et amphores
Crédits (dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 10.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes à pâte claire, amphores Dyson 67 à enduit bitumé
Crédits (dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 11.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 3 : céramiques communes modelées, écuelles, jattes, couvercles et dolia
Crédits (dessins éch. 1:5, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 12.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 4 : no 1, cruche en céramique glaçurée ; nos 2-3, casserole et pot à cuire en Brittle Ware ; no 4, coupe en céramique commune à pâte claire ; pièce 5 : nos 5-6, céramiques glaçurées ; nos 7-8, vaisselle en Brittle Ware ; nos 9 à 11, céramiques communes à pâte claire ; no 12, support de vase en céramique modelée ; no 13, bassin en céramique commune, pâte grossière
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 13.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 9 : céramiques communes à pâte claire, coupes, jattes, pots, pichet, cruche, coupelles et bouchon
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 14a.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 9 : no 1, amas d’amphores Dyson 67 in situ ; no 2, restes d’un enfant déposé sur et sous des fragments d’amphore ; no 3, inhumation de bébé dans des fragments d’amphore
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 14b.
Légende Îlot C11, maison 1, pièce 9 : nos 1, 2 et 3, amphore et pichet en céramique glaçurée ; no 4, bassin en céramique commune à pâte claire ; no 5, amphorette libanaise (éch. 1 : 5)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 15.
Légende Îlot C11, maison 1, cour 2 nord : no 1, pot à cuire en Brittle Ware ; nos 3 à 9, céramiques communes à pâte claire, pichets, amphores et bouchon (ou support de vase)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 16.
Légende Îlot C11, maison 2, pièce 10 : nos 1 et 2, céramiques glaçurées ; nos 3 à 5, céramiques communes à pâte claire
Crédits (dessins éch. 1:3, M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 17.
Légende Îlot C11, maison 2, pièce 11 : no 1, coupe à pâte claire à engobe rouge ; no 2 à 4, céramiques glaçurées ; nos 5 et 6, pot à cuire et cruche en Brittle Ware ; nos 7 à 19, coupes, bols et jattes en céramique commune à pâte claire
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 18.
Légende Îlot C11, maison 2, pièce 11 : nos 1 à 8, céramiques communes à pâte claire ; nos 9 à 14, pots, pichets et cruches ; no 15, forme tripode ; nos 16 et 17, couvercles ; no 18, bouchon ; nos 19 et 20, brûle-parfums
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 19.
Légende Îlot C11, maison 2, pièce 11 : céramiques communes à pâte claire – no 1, jatte ; nos 2 et 3, bassins ; nos 4 à 12, jarres ; no 13, amphore bitumée Dyson 67
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 20.
Légende Îlot C11, maison 2, pièce 11 : no 1, amphore ; no 2, jarre bitumée ; no 3, couvercle décoré ; no 4, dolium
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 21.
Légende Europos-Doura : no 1, plat en céramique commune importé trouvé dans la maison Sud ; nos 2 à 21, 23 à 29, céramiques en Brittle Ware – nos 2, 3, 5, 6, C11, maison 1 ; no 4, C11, maison 3 ; no 7, C11, maison 1 ; nos 8 à 11, maison Sud et maison Romaine ; no 12, C11, maison 2 ; no 13, maison Sud ; nos 14, 15, 16, 17, 18, 20, 21, C11, maison 1 ; no 19, maison Sud ; no 22, support de vase en céramique modelée, C11, maison 1 ; nos 23 à 25 : cruches, C11, maison 1 ; nos 26 et 27, pichets, C11, maison 1 ; no 28, cruche à bec tréflé, C11, maison 2 ; no 29, brûle-parfums, maison Romaine
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 22.
Légende Europos-Doura : le tannour (à gauche) situé dans la cour de la maison Sud
Crédits (photo MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 23.
Légende Îlot C11 : céramiques enduites de bitume à l’intérieur – nos 1 et 2, îlot C11, maison 2, pièce 11, bol de type Dyson 113 (H : 8,4 cm) ; nos 3 (H : 11,7 cm) et 4 (H : 23 cm), îlot C11, maison 1, pièce 3, amphores Dyson 67 ; céramiques communes à pâte claire – no 5, îlot C11, maison 1, coupe de forme Dyson 80 (D : 13 cm) ; no 6, îlot C11, maison 2, pièce 11, bol (H : 7,2 cm)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Figure 24.
Légende Europos-Doura : nos 1 et 2, céramiques glaçurées – plat (D : 24,3 cm), maison Sud ; vase (H : 19,8 cm), îlot C11, maison 1 ; no 3, pichet en céramique commune décorée (H : 30 cm), C11, maison 1 ; no 4, couvercle décoré en céramique commune, C11, maison 1 (D : 8 cm) ; no 5, sceau pour imprimer des décors (D : 5,7 cm), maison Romaine ; nos 6 et 7, décors imprimés sur dolium, maison Romaine
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 25.
Légende Europos-Doura, maison Sud : céramiques communes à pâte claire – no 1, jarre à décor ondé et fond plat ; no 2, jarre à lèvre en bobine ; no 3, jarre de type Dyson IC16, X5 ; no 4 : jarre de type Dyson 123 ; no 5 : support de vase à piédestal
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 26.
Légende Europos-Doura, C11, maison 1, pièce 3 : no 1, écuelle en céramique non tournée (H : 5 cm) ; maison Sud : céramiques à pâte claire, no 2, jarre de type Dyson 123 (H : 39,6 cm) reposant sur un support de vase ; no 3, support de vase en piédestal (H : 12,6 cm) ; no 4 : jarre à lèvre en bobine et bouchon de djousse (H : 59,4 cm) ; no 5, bouchon de djousse ; no 6, maison Romaine : dolium non tourné décoré de motifs estampés (H : 69,6 cm) ; no 7, maison Sud : jarre à décor ondé et fond plat (H : 62,4 cm)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 27.
Légende Europos-Doura, maison Sud : amphore de forme Dyson 67 portant un dessin de simpulum
Crédits (dessin éch. 1:5 et photo M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 28.
Légende Nos 1 et 2, îlot C11, maison 1 : pot à cuire (H : 24,9 cm) et pichet (H : 12,9 cm) en Brittle Ware (photos M. Tuffreau-Libre, J. Boniteau et R. Huchin, MFSED) ; no 3 : carte de la basse vallée de l’Euphrate, autres sites ayant fourni de la Brittle Ware et des amphores Dyson 67. 2 : Kharäij 1 ; 3 : Tell Halim Asra Hajin ; 4 : Abu Hasan 2 ; 5 : Tell Abu Hasan ; 6 : Er Ramadi ; 7 : Es-Saiyäl 5 ; 8 : Taʿas el-Ashair ; 9 : Es-Susa 1 et 2 (d’après Geyer et Monchambert 2003, fig. 16, p. 269)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13442/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Tuffreau-Libre, Raphaël Huchin et José Boniteau, « La céramique romaine du iiie siècle de l’îlot C11 à Europos-Doura (Syrie) »Syria, 98 | 2021, 319-379.

Référence électronique

Marie Tuffreau-Libre, Raphaël Huchin et José Boniteau, « La céramique romaine du iiie siècle de l’îlot C11 à Europos-Doura (Syrie) »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 22 septembre 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/13442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13442

Haut de page

Auteurs

Marie Tuffreau-Libre

Directrice de recherche honoraire au CNRS, UMR 6566

Raphaël Huchin

Direction de l’archéologie – Chartres métropole, chercheur associé AOrOc (UMR 8546)

José Boniteau

Docteur en histoire de l’université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search