Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98Autres articlesLes forts romains de Palmyrène : ...

Autres articles

Les forts romains de Palmyrène : étude de sept plans inédits

Gérard Thébault
p. 381-418

Résumés

Cet article présente les plans originaux de sept enceintes de camps romains de Palmyrène dressés par l’auteur, deux de brique crue et cinq en pierre présentant toutes des tours d’angle en éventail. L’analyse des tours révèle un même principe géométrique et montre que leur plan s’aligne sur les parements intérieurs des courtines, ce qui indique que ces lignes jouent un rôle clé dans la composition du plan des forts. On constate que les surfaces intra muros des forts sont en relation simple. On en déduit qu’il faut étudier séparément l’espace intérieur du fort et le tracé de son enceinte avant de rechercher ce qui les unit. Un carré de 150 pieds de 29,6 cm de côté, observé à Khan-Hallabat, révèle les dimensions des enceintes exprimées en unités romaines et constitue une référence utile à l’analyse des enceintes comme celle de Dmeyr.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À l’époque pensionnaire de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO).
  • 2 L’interprétation des vestiges de Soukhné étant très incertaine, le plan n’est pas présenté ici.
  • 3 Bauzou 1993.
  • 4 Dmeyr : Lander 1984, fig. 236 ; Lenoir 1999, fig. 1 d’après Brünnow et Domaszewski 1905-1909, pl.  (...)
  • 5 Soukhné : Poidebard 1934, pl. LXVIII ; Nordiguian et Salles 2000, pl. 25 ; Soukneh dans Lenoir 201 (...)
  • 6 La toponymie retenue est celle utilisée par T. Bauzou, complétée si besoin par celle d’A. Poidebar (...)
  • 7 Lenoir 2011, fig. 32, 34 et 36.
  • 8 Sa traduction du texte du pseudo-Hygin relatif aux fortifications des camps datant de 1979 est d’a (...)

1En 1990 et 1991, j’ai été chargé par Thomas Bauzou 1 de dresser le plan de huit 2 des places fortes de Syrie palmyrénienne. Ces forts jalonnent la strata Diocletiana 3 sur 200 km environ, entre Dmeyr 4 au sud-ouest et Soukhné 5 au nord-est (fig. 1 6). Plusieurs brouillons de ces plans ont été remis à Maurice Lenoir qui s’en est inspiré et en a publiés trois 7 avant de nous quitter bien trop tôt. J’ai eu l’occasion d’évoquer avec lui les conclusions que j’ai tirées de l’étude de ces plans, car elles s’éloignaient de la manière dont il décrivait les places fortes romaines et de la typologie qu’il avait ébauchée. Le fait, par exemple, que dans de nombreux cas les aménagements intérieurs des camps n’étaient pas visibles interdisait de retenir la présence ou l’absence des principia au début d’un classement typologique. Cet article ne remplace pas les débats que j’aurais aimé avoir avec Maurice Lenoir. Ce dernier a, en effet, assemblé dans ses ouvrages un grand nombre de plans et d’éléments bibliographiques, archéologiques, épigraphiques et historiques qui alimentent encore ma réflexion 8.

Figure 1.

Figure 1.

Les places fortes jalonnant la strata Diocletiana entre Dmeyr et Soukhné 

(G. Thébault)

  • 9 Lejjun : Lander 1984, fig. 235 ; Kennedy 2000, p. 147-151.
  • 10 Udruh : Lander 1984, fig. 234 ; Kennedy 2000, p. 168-170.
  • 11 Capadiva : Lander 1984, fig. 227.
  • 12 Dinogétia : Lander 1984, fig. 232.

2T. Bauzou avait noté, dès notre première mission, certaines caractéristiques communes aux enceintes à tours d’angle en éventail, comparant celles de Palmyrène à celles de Lejjun 9 et d’Udruh 10 en Jordanie, de Capadiva 11 et Dinogétia 12 en Roumanie.

  • 13 Voir infra « Bkhara » ; Chouquer et Favory 2001, p. 89-90 ; Guillaumin 2005, p. 78-79, à propos d’ (...)

3Depuis cette époque, de nouvelles publications relatives aux places fortes ont paru, la micro-informatique et le dessin assisté par ordinateur ont permis d’en comparer plus facilement les plans. La collection de plans a été décuplée rapidement grâce à l’accès aux images prises par satellite. L’apport de Google Earth Pro en particulier a été déterminant grâce à ses outils d’accès facile et d’utilisation très simple. On peut ainsi localiser les enceintes, en retrouver la bonne taille et la bonne orientation. Il est devenu possible de corriger les orientations et les échelles souvent malmenées par certaines publications, en particulier quand plusieurs plans sont rassemblés sur une même page. On constate alors que l’orientation des places fortes n’est pas aléatoire, mais systématiquement calée sur le méridien du lieu, directement sur lui ou par rapport à lui à l’aide de triangles simples, comme le faisaient les agrimensores romains pour orienter leurs grilles parcellaires 13.

4Pour décrire les places fortes et traiter cette grande quantité d’informations nouvelles, il apparait nécessaire de compléter nos modes opératoires en s’appuyant sur les outils informatisés.

  • 14 Le Corpus agrimensorum romanorum est l’un des noms de la collection d’ouvrages de littérature roma (...)
  • 15 En particulier les descriptions de Polybe, de Josèphe, de Végèce et du pseudo-Hygin (voir notammen (...)
  • 16 Voir en particulier Decramer 2008a et b.
  • 17 Des fortifications du camp (De munitionibus castrorum), traduit et commenté par Maurice Lenoir (Le (...)
  • 18 Reddé 2014 présente un grand nombre d’informations et d’images composant ainsi une synthèse actual (...)

5Pendant cette même période, de nombreuses traductions commentées de textes anciens consacrés à l’art des arpenteurs romains 14 et aux camps 15 ont été publiées. Ces traductions sont accompagnées d’études approfondies des vestiges des divisions parcellaires créées par les Romains, divisions auxquelles sont souvent associées des voies de communication 16. Parmi ces arpenteurs, dans un texte consacré aux fortifications des camps 17, le pseudo-Hygin décrit comment organiser l’emplacement des tentes dans le camp et comment tracer l’enceinte autour de ce lotissement central. Grâce à nos nouveaux outils et aux découvertes archéologiques récentes, nous pouvons affiner nos reconstitutions en dépassant les limites souvent fixées par la traduction des textes anciens 18. La lecture de l’ouvrage du pseudo-Hygin, souvent pris en référence dans les publications, suggère deux axes de recherche.

6Le premier axe naît du fait que le lotissement intérieur et l’enceinte sont deux composantes du camp qui doivent s’accorder, mais qui répondent chacune à des contraintes spécifiques et de nature différente. Les proportions du camp ne sont pas déterminées par l’enceinte mais par l’organisation du campement qu’elle doit protéger. Or, les tentes ont rarement laissé de traces et les vestiges des bâtiments qui les ont remplacées, de terre et de bois comme de pierre, ne sont pas toujours apparents et n’ont pas tous été fouillés. C’est donc l’enceinte qui doit constituer le point de départ d’un classement typologique accompagnant l’étude. La forme et la nature des enceintes ayant changé au cours des siècles, elles sont caractéristiques d’une époque déterminée.

7Le second axe est celui de la recherche des règles et des objectifs qui ont guidé la conception du plan de la place forte, puis celle des obstacles qui ont fait que la réalisation s’est éloignée du projet, conduisant parfois à des plans très « torturés » comme le sont les grands camps de siège de Masada. La recherche n’est donc pas uniquement statique et statistique, elle est dynamique et met en scène les différents intervenants au processus qui conduit de la conception à la réalisation du camp, en rattachant les observations faites sur les vestiges à chaque étape du processus.

La forme et la nature de l’enceinte

  • 19 À l’exception par exemple des camps du siège de Masada en Israël où la trace des emplacements est (...)
  • 20 Le texte du pseudo-Hygin date du début du iie siècle de n. è. (Lenoir 2011, p. 15).

8Le pseudo-Hygin traite de camps de tentes qui n’ont généralement pas laissé de trace de leurs emplacements 19. Ses descriptions ne correspondent pas aux murs arasés que l’on retrouve au milieu des enceintes. Les places fortes de la strata ont été élevées après la rédaction de son traité 20, au tournant des iiie et ive siècles, pendant ou après que des réformes transformaient l’armée romaine, modifiant ses effectifs et son organisation, entraînant une évolution de la nature et du plan de ses camps.

  • 21 Pseudo-Hygin 54 (Lenoir 1979, p. 21).
  • 22 Taylor 1999 ; Reddé 2015.

9La présence de tours d’angle saillantes sur les forts de Palmyrène, rectangulaires, carrées ou en éventail, constitue un repère chronologique déterminant. Elles dérogent, en effet, aux consignes du pseudo-Hygin qui précise « qu’il faut que les angles du camp soient arrondis parce qu’ils forment des saillants et affaiblissent l’ouvrage qui protège les défenseurs. Ils devront être arrondis à partir de l’angle des cohortes 21. » Les enceintes des camps de tentes et de ceux qui leur succèdent, quand celles-ci laissent la place à des bâtiments et que des murs viennent couronner ou remplacer les levées de terre formant les retranchements, ont en commun des angles arrondis, « en carte à jouer ». Quand des tours apparaissent, elles sont placées contre le rempart à l’intérieur du camp avant d’être saillantes. Or, toutes les tours des forts de Palmyrène sont saillantes, tours d’angle et tours intermédiaires en U. Une autre différence avec les plans décrits par le pseudo-Hygin réside dans le nombre de portes. Les enceintes des places fortes de Palmyrène ne présentent qu’une seule porte, voire deux, alors que les enceintes en carte à jouer en ont quatre quand leur taille atteint une certaine ampleur. Les fortins de taille modeste comme les mile-castles du mur d’Hadrien ou les fortins routiers du Désert oriental égyptien n’en présentent qu’une, exceptionnellement deux quand elles ouvrent un passage dans le mur frontière par exemple 22.

10En simplifiant, on peut répartir les plans des enceintes en trois grandes familles regroupées autour de trois formes principales :

  • type 1 ‒ les enceintes de terre à angles arrondis en carte-à-jouer, dépourvues de muraille de pierre ;
  • type 2 ‒ les enceintes en carte-à-jouer, avec muraille en pierre ou en brique et tours adossées à l’intérieur de l’enceinte, datées du iie siècle ;
  • type 3 ‒ les enceintes en pierre ou en brique à tours d’angle saillantes, datées de la fin du iiie, puis du ive siècle.
  • 23 Lander 1984, fig. 265, p. 247.

11Ceci est l’amorce d’une typologie qui ne peut être développée dans le cadre du présent article mais dans laquelle un certain nombre d’enceintes particulières comme celle des fortins routiers du Désert oriental égyptien devront trouver leur place. On peut également signaler que parfois des tours saillantes sont accolées à l’extérieur des angles arrondis des enceintes du type 2, les large fans ou splayed fans 23 comme à Drobeta (fig. 2). Il peut s’agir d’une transition et de l’apparition du type 3, mais l’hypothèse doit être vérifiée au cas par cas.

Figure 2.

Figure 2.

Les phases de construction du « castrum de Drobeta », iie siècle et fin du iiie

(Carrié 1974, fig. 4, d’après R. Florescu)

  • 24 Architecture 1972, vol. 2, I [19], précise « bâtiment de plan carré, formé de quatre corps entoura (...)
  • 25 Évolution détaillée infra, « Aménagements intérieurs ». Voir infra, « Khan-Hallabat », pour les re (...)
  • 26 Parker 1995 ; Arce 2010.

12Parmi les places fortes de type 3, on observe des enceintes libres de construction, comme dans les forts de Palmyrène, et des plans plus élaborés formés de bâtiments périphériques élevés autour d’une cour centrale et dont les murs extérieurs constituent l’enceinte 24. Les premières enceintes pourraient être les plus anciennes, car proches des enceintes de type 2, les suivantes correspondraient à l’aboutissement de l’évolution du plan. La figure 3 illustre cette évolution avec les phases successives du plan de Khan-Hallabat 25, puis le plan de Qasr Bshir en Jordanie 26 dont la conception prévoit d’emblée des bâtiments périphériques.

Figure 3.

Figure 3.

Évolution du plan des places fortes de type 3 à la suite des réformes du iiie siècle

(dessin G. Thébault  pour Qasr Bshir : d’après Lenoir 2011, fig. 68, et Arce 2010, fig. 6)

La composition du plan, programmation et arpentage

13Les textes anciens n’évoquent qu’occasionnellement les missions confiées aux ingénieurs et aux arpenteurs. Après la question de la forme du camp que pose la lecture de l’ouvrage du pseudo-Hygin, on a évoqué un second axe de recherche qui a trait aux acteurs du processus de conception et de construction du camp. Son but est de préciser les étapes qui s’enchaînent depuis la conception du projet de camp jusqu’à sa réalisation en analysant l’organisation des plans.

14En partant des rôles répartis aujourd’hui entre les différents acteurs d’un projet d’aménagement ou de construction, on peut dire que :

  1. L’autorité militaire ou l’état-major est le donneur d’ordres, le maître d’ouvrage de la création d’un camp.
  2. Le pseudo-Hygin est, comme nous, un observateur éclairé 27, mais il accomplit la tâche du programmiste chargé de recenser les effectifs et les fonctions que le camp doit accueillir pour rédiger un schéma fonctionnel du camp destiné au maître d’œuvre.
  3. Le maître d’œuvre 28 est chargé de concevoir le plan du camp, de veiller à son implantation et à sa réalisation grâce au concours des arpenteurs, en prenant en charge d’éventuelles modifications du projet afin de l’adapter au site en cours de chantier.
  4. Pour les premières opérations de terrain, M. Lenoir précise que « les metatores sont ceux qui précèdent l’armée et choisissent l’emplacement du camp […] les mensores sont ceux qui, dans le camp, délimitent par des mesures en pieds les emplacements où les soldats plantent leurs tentes 29… » Mais le texte du pseudo-Hygin s’arrête une fois le rôle du programmiste achevé, avant l’intervention du metator. Seul l’usage d’une groma est évoqué pour implanter la via principalis face au praetorium, perpendiculairement à via praetoria, unique mention d’un geste d’arpentage 30.

15D’autres textes, relatifs cette fois aux missions des agrimensores chargés de diviser les territoires en vue de les distribuer aux colons ou d’appliquer le droit des sols, décrivent certains aspects de leurs travaux d’arpentage et la mise en œuvre de leurs instruments.

  • 31 J. Peyras tente, en étudiant les textes rassemblés dans le Corpus agrimensorum Romanorum, de préci (...)
  • 32 Le géomètre-expert dresse aujourd’hui le plan topographique d’une parcelle et la divise pour créer (...)

16Les traductions commentées de ces différents textes ne permettent pas de préciser avec certitude les missions assignées aux différents intervenants en fonction du nom qui leur est donné, pour deux raisons principales. La première est signalée par les auteurs modernes, qui constatent que le contenu des missions évolue dans le temps au fil de l’évolution du vocabulaire, ce qui permet d’ailleurs de dater les textes en question. La seconde raison m’est personnelle dans la mesure où je crois avoir compris, en étudiant ces traductions, que les auteurs anciens étaient comme nous des observateurs plutôt que des acteurs des opérations qu’ils décrivaient. De ce fait, une certaine confusion pouvait apparaître dans l’attribution des tâches 31, comme c’est le cas aujourd’hui pour les mêmes métiers quand on ne distingue pas entre géographes, géodésiens, topographes, topomètres, géomètres, chefs de brigade, opérateurs, etc. Pour cette étude, je retiens la distinction mentionnée par M. Lenoir, qui veut que le metator choisisse l’emplacement du camp, ce qui suppose qu’il délimite un périmètre à l’intérieur duquel le mensor trace les emplacements des tentes, mais aussi que tous deux connaissent comment le plan du camp s’organise sans pour autant en être l’auteur 32.

  • 33 Voir infra, « Le choix des unités de mesure ».
  • 34 Courbon 2011.
  • 35 Lenoir 1979, 25 p. 11.
  • 36 Lenoir 1979, 26 p. 11.

17Évoquer le travail des maîtres d’œuvre chargés de composer le plan du camp et celui des arpenteurs chargés d’implanter ce camp ne peut se faire sans rechercher les unités de longueur et de surface qu’ils ont utilisées. Le pied romain de 29,6 cm apparaît comme l’unité de base du plan des forts de Palmyrène, unité que l’on retrouve dans d’autres constructions romaines de Syrie et de Jordanie septentrionale 33. Partant de cette valeur et constatant que les surfaces des forts de Palmyrène semblent présenter des rapports simples entre elles, on doit comprendre comment les Romains passaient de manière simple de la mesure des longueurs à celle des surfaces. À propos de ces calculs, Paul Courbon nous interpelle dans sa Petite histoire des calculs 34 : « Vous êtes-vous demandé comment les Romains faisaient pour diviser XMVIICLXXI par CCLI ? » L’auteur fait alors un vaste tour d’horizon géographique et historique où il précise qu’avec l’abaque des Romains « l’addition et la soustraction étaient simples à exécuter, la retenue s’effectuant en remplaçant dix jetons d’une colonne par un jeton de la colonne suivante. La multiplication, plus compliquée, était souvent effectuée avec la méthode de duplication des Égyptiens… » De son côté, pour composer son plan à partir des effectifs élémentaires auxquels il attribue une surface, le pseudo-Hygin rassemble une multitude de petits rectangles ‒ parfois de formats différents pour une même fonction ‒ auxquels il ajoute des largeurs de rue hiérarchisées. Il faut ensuite additionner tous ces rectangles et ces segments de voirie en les agençant pour obtenir la surface utile du camp, proposer une forme générale au lotissement et à son enceinte, et vérifier que les différentes voies trouvent leur place en relation logique et fonctionnelle avec les portes. On peut alors imaginer le bureau d’étude de l’armée romaine au travail, parfois avec ses abaques, parfois jonglant avec des tables de références dressées à partir des leçons tirées des expériences passées. À propos de ces opérations, le pseudo-Hygin précise que « le soldat provincial reçoit un pied plus un cinquième, le cavalier en reçoit, lui, deux pieds et demi plus un cinquième de cette mesure 35 » et que l’opération qui consiste à multiplier par deux et demi s’effectue en « posant la moitié du chiffre et en la multipliant par cinq 36 », leçon de calcul mental qui n’est plus enseignée aujourd’hui.

  • 37 Lenoir 2011, p. 32. M. Lenoir énumère les bâtiments : « le praetorium, l’hôpital, l’hôpital pour a (...)
  • 38 J’ai constaté ce phénomène lors de la création dans un même élan de douze collèges d’un même dépar (...)

18Il est vraisemblable que les Romains disposaient d’autres outils, d’autres astuces pour composer leurs plans et, avant cela, ce qu’on appellerait aujourd’hui le « programme » du camp. Les modules mis en évidence en comparant les forts de Palmyrène doivent nous aider à retrouver de tels outils. On a souvent oublié par exemple que toutes les « écuries » trouvées dans les camps n’étaient pas destinés à la cavalerie mais parfois aux animaux de bât ou de trait propres à la troupe hébergée et que certaines infirmeries pouvaient être vétérinaires 37. On imagine alors une très grande variété de rectangles élémentaires qu’il faut rassembler et assembler pour former le plan du lotissement. Cette réalité conduit à la grande variété de plans dont on observe les vestiges, malgré des règles qui devaient s’imposer de la même manière à tous les maîtres d’œuvre auteurs de ces plans 38.

  • 39 Manqura : Poidebard 1934, pl. XXI.
  • 40 Khan-Hallabat : Poidebard 1934, pl. XLI.
  • 41 Voir infra, « Le choix des unités de mesure ».
  • 42 Bkhara : Lenoir 2011, p. 81-82.

19Les enceintes relevées montrent que la surface du fort de Manqura 39 correspondait à quatre fois la surface intra muros du fort de Khan-Hallabat 40 et que celle de Bkhara correspondait à six fois cette surface. Il s’agissait là d’une observation prometteuse mais qui souffrait d’être trop approximative. Le périmètre intra muros de Khan-Hallabat est un carré presque parfait de 44,50 m, soit pratiquement 150 pieds romains de 29,6 cm, de côté et d’une surface voisine d’1,5 actus carré 41. En multipliant ce carré par quatre on obtient une surface un peu plus grande que celle de Manqura, et en la multipliant par six la surface est plus petite que celle de Bkhara 42. Poursuivre la recherche des éléments de programmation des camps impose donc de distinguer ce qui est une description fidèle des vestiges de ce qui procède d’une analyse destinée à mettre en lumière les caractéristiques fonctionnelles des ouvrages.

20Cet article ne constitue donc pas une conclusion, mais le point de départ d’une étude beaucoup plus vaste. Il comporte deux parties.

  • 43 Voir infra, « Le module et ses subdivisions ».

21La première partie est d’abord une description fidèle et précise des vestiges. La géométrie des tours y est décrite dans le détail et dans le système d’unités des Romains afin d’imager simplement la composition de leur plan. L’ordre de précision du plan des vestiges est déterminé par leur état de dégradation. Il correspond davantage à la valeur du pied romain qu’au centimètre affiché habituellement de manière rassurante mais trompeuse. Annoncer les mesures en pieds n’est donc pas perdre en précision. Les dimensions intérieures de l’enceinte sont présentées sous forme d’un tableau récapitulatif (tableau 1 infra), d’abord dans le système métrique décimal, puis converties dans le système des Romains en pieds, coudées et pas. Les carrés dessinés par les enceintes ayant pour côté des valeurs rondes de 100, 120 et 150 pieds offrent des liens simples entre mesures de longueur et mesures de surface 43. Ces figures de référence sont présentées avec l’enceinte de chaque site.

22La deuxième partie est consacrée à la présentation des atouts du module carré [150 pR], qui se révèle être un outil de mesure simple facilitant les descriptions. Cette partie s’achève par la présentation de trois exemples où le module apporte des repères utiles à l’analyse des plans.

  • 44 Chouquer et Favory 2001, p. 86, 407, et Guillaumin 2005, p. 159-160, à propos de Frontin.

23Dans la première partie, nous employons le système métrique décimal que nous maîtrisons bien pour décrire les plans d’ensemble des places fortes. Le pied romain de 29,6 cm est utilisé pour décrire les tours et l’actus carré pour mesurer les surfaces, car il s’agit de raisonner comme l’ont fait les Romains 44. La deuxième partie a également recours aux unités romaines, mais le degré de précision n’est plus le même. Il ne s’agit plus de décrire des ouvrages architecturaux dans le détail, mais d’évaluer et de comparer la contenance des enceintes et la surface des lotissements intérieurs, autrement dit leur capacité à accueillir une troupe et les équipements fonctionnels qui l’accompagnent. C’est dans le cadre de cette approche que l’usage du pas comme unité de mesure est évoqué.

24Par ailleurs, deux autres sites attachés à la strata Diocletiana sont évoqués dans cet article qui se voulait initialement consacré aux forts relevés par nos soins. Le premier est celui de Qusair as-Saila - Tetrapyrgium situé plus au nord, entre Résafa et Sura à l’approche de l’Euphrate. Décrit en fin de première partie, il présente des tours en forme d’éventail qui rappellent celles de Palmyrène, ce qui justifie quelques lignes. Le second, situé à l’autre extrémité de la strata, est celui de Dmeyr dont l’enceinte présente des traits qui rappellent les enceintes romaines, comme ses tours intermédiaires en fer à cheval, alors que d’autres l’en éloignent, comme ses courtines courbes. Nous avons pensé que le recours au module carré [150 pR] permettait d’apporter un élément nouveau dans les échanges, qui concerne la datation de cette enceinte, montrant à l’occasion un des atouts du module.

Les places fortes de Palmyrène

  • 45 Lenoir 2011, p. 81, à propos d’Abiyad, et plus généralement Lander 1984, fig. 265, p. 247.
  • 46 Qattar : Poidebard 1934, pl. XXXIX.
  • 47 Abiyad : Poidebard 1931, pl. LV ; Poidebard 1934, pl. XXXIX.
  • 48 Basiri : Poidebard 1934, pl. XXXI.
  • 49 Abou Shamat : Poidebard 1934, pl. XVI.
  • 50 Aneybeh : Poidebard 1934, pl. XXVIII.
  • 51 Trab : Poidebard 1934, pl. XIX.

25On a vu que les murailles des sept places fortes, qui se trouvent entre Dmeyr et Palmyre, présentent des méthodes et des matériaux de construction différents, maçonneries de pierre pour cinq d’entre elles et de brique crue pour les deux autres. Les cinq premières présentent de hautes murailles en moellons équarris et des tours d’angle en forme de pétale ou d’éventail, small fan 45. Il s’agit, en allant vers l’orient, de Manqura-Valle Alba, Qattar-Carnela 46, Khan-Hallabat-Beriaraca, Abiyad 47 et Bkhara-Avatha. Ce sont probablement les seules places fortes situées le long de la strata Diocletiana qui soient dotées de telles tours d’angle. Sur ce parcours on trouve d’autres enceintes non relevées lors de notre mission ; certaines comportent des tours d’angle circulaires, comme Dmeyr et Basiri 48, d’autres des tours carrées, comme Abou Shamat 49, Aneybeh 50 et Trab 51.

  • 52 Le site est présenté dans Poidebard 1934, pl. IV et V.
  • 53 Lors des deux missions, j’appelais communément ces places fortes « forts fondus » tant la dégradat (...)

26Les deux fortifications de brique crue relevées sont celle de Kharidjé au sud-est de Palmyre et, en suivant la strata vers l’Euphrate, celle d’Helela 52. Les vestiges de ces enceintes sont plus difficiles à interpréter car les briques se sont délitées, formant des masses aux formes arrondies 53 qui ne permettent pas de restituer le tracé du pied des murs de manière précise, en particulier dans les angles. À l’inverse, les briques crues et les joints sont souvent visibles au sommet des courtines et ont été relevés avec précision.

Cinq enceintes en pierre

  • 54 Bauzou 1993 ; Lenoir 2011, p. 81-93 ; Genequand 2004 et 2012.

27Les éléments épigraphiques relatifs à l’histoire de ces forts ont été rassemblés et étudiés par T. Bauzou, M. Lenoir et D. Genequand 54. Ils sont évoqués infra, site par site. D’une manière générale, ces auteurs lient la présence et l’histoire des forts à celles de la strata Diocletiana, et les unités qui les ont occupés sont mentionnées dans la Notitia dignitatum. Une stèle retrouvée à Bkhara devant la porte du fort permet d’établir que le fort a été occupé dès l’époque de Dioclétien (voir infra).

28Les grands forts de Manqura à l’ouest et de Bkhara à l’est encadrent les trois autres, plus petits et de forme carrée, que sont par ordre de taille décroissante : Khan-Hallabat, Abiyad et Qattar (fig. 4). Ils se succèdent le long de la strata, Qattar à l’ouest, Khan-Hallabat à 28 km vers l’est et Abiyad 8 km plus loin (fig. 1). Khan-Hallabat est situé au fond de la vallée, dans le lit du wadi, alors que les deux autres petits forts se trouvent plus haut dans la pente et vers le nord, ce qui leur confère un meilleur point de vue et, probablement, des fonctions différentes.

Figure 4.

Figure 4.

Les cinq enceintes aux tours d’angle en éventail

(G. Thébault)

  • 55 Sukkariyé : Poidebard 1934, pl. XLIII ; Genequand 2012, p. 33- 34, fig. 16.

29L’enceinte de Bkhara est rectangulaire alors que les quatre autres sont carrées ; l’enceinte de Manqura présente deux portes placées sur des côtés opposés de l’enceinte alors que les quatre autres enceintes ne possèdent qu’une porte. Grâce aux images prises de satellite, l’orientation des enceintes a été déterminée avec précision en appliquant les règles appliquées par les agrimensores pour orienter leurs canevas d’arpentage et diviser les territoires ruraux. L’analyse de ces orientations n’est pas développée dans le présent article, à l’exception de celle de Bkhara qui semble déterminer la position du site byzantin voisin de Sukkariyé 55.

30Le tableau 1 rassemble les longueurs intra muros des courtines de ces forts, les moyennes calculées et la conversion dans le système de mesure romain du pied de 29,6 cm.

Tableau 1. Dimensions des cinq enceintes en pierre

  en mètres
intra muros
en pieds (29,6 cm) en pieds arrondis pR en coudées cR en pas de 5 pR
KHAN-HALLABAT
tO-tN 44,71 m 151,0 pR 151 pR 100,7 cR 30 pas
tS-tE 44,54 m 150,5 pR 150 pR 100,3 cR 30 pas
tS-tO 44,60 m 150,7 pR 151 pR 100,5 cR 30 pas
tN-tE 44,73 m 151,1 pR 151 pR 100,7 cR 30 pas
moyenne largeur 44,65 m 150,9 pR 151 pR 100,6 cR 30 pas
moyenne longueur 44,63 m 150,8 pR 151 pR 100,5 cR 30 pas
moyenne carré 44,64 m 150,8 pR 151 pR 100,5 cR 30 pas
superficie 1 993 m2        
ABIYAD
tO-tN 37,36 m 126,2 pR 126 pR 84,2 cR 25 pas
tS-tE 37,46 m 126,6 pR 127 pR 126,6 cR 25 pas
tS-tO 38,05 m 128,5 pR 129 pR 128,5 cR 26 pas
tN-tE 37,11 m 125,4 pR 125 pR 125,4 cR 25 pas
moyenne largeur 37,70 m 127,4 pR 127 pR 127,4 cR 25 pas
moyenne longueur 37,29 m 126,0 pR 126 pR 126,0 cR 25 pas
moyenne carré 37,49 m 126,7 pR 127 pR 126,7 cR 25 pas
superficie 1 406 m2        
QATTAR
tO-tN 32,13 m 108,5 pR 110 pR 72,4 cR 22 pas
tS-tE 32,04 m 108,2 pR 109 pR 72,2 cR 22 pas
tS-tO 31,13 m 105,2 pR 106 pR 70,1 cR 21 pas
tN-tE 33,12 m 111,9 pR 113 pR 74,6 cR 22 pas
moyenne largeur 31,63 m 106,9 pR 108 pR 71,2 cR 21 pas
moyenne longueur 32,58 m 110,1 pR 111 pR 73,4 cR 22 pas
moyenne carré 32,11 m 108,5 pR 109 pR 72,3 cR 22 pas
superficie 1 031 m2        
MANQURA
tNO-tNE 85,10 m 287,5 pR 288 pR 191,7 cR 57 pas
tSO-tSE 86,05 m 290,7 pR 292 pR 193,8 cR 58 pas
tNO-tSO 85,97 m 290,4 pR 291 pR 193,6 cR 58 pas
tNE-tSE 86,33 m 291,6 pR 293 pR 194,4 cR 58 pas
moyenne largeur 85,53 m 289,0 pR 290 pR 192,6 cR 58 pas
moyenne longueur 86,19 m 291,2 pR 292 pR 194,1 cR 58 pas
moyenne carré 85,86 m 290,1 pR 291 pR 193,4 cR 58 pas
superficie 7 372 m2        
BKHARA
tE-tS 92,63 m 312,9 pR 314 pR 208,6 cR 63 pas
tS-tO 147,15 m 497,1 pR 498 pR 331,4 cR 99 pas
tO-tN 91,22 m 308,2 pR 309 pR 205,5 cR 62 pas
tN-tE 147,44 m 498,1 pR 499 pR 332,1 cR 100 pas
moyenne largeur 91,92 m 310,6 pR 312 pR 207,0 cR 62 pas
moyenne longueur 147,30 m 497,6 pR 499 pR 331,8 cR 100 pas
superficie 13 540 m2        

Khan-Hallabat

  • 56 Bauzou 1993 p. 45.
  • 57 Lenoir 2011, p. 84-85.

31Khan-Hallabat est le fort dont les vestiges sont les plus complets. L’enceinte a été remaniée et restaurée à plusieurs époques. Il s’agit du fort de Beriaraca ayant accueilli, selon la Notitia dignitatum (Or. 32, 34), l’Ala noua Diocletiana, unité qui a dû être constituée sous Dioclétien, en même temps que l’aménagement de la piste 56, soit à la fin du iiie siècle 57.

  • 58 Les photos prises à l’occasion de la visite de Gertrude Bell montrent que l’état de ces éléments é (...)

32Les photographies de la figure 5 représentent la courtine méridionale : à gauche, un cliché pris lors de la visite de Gertrude Bell en avril 1914 montre un état pratiquement identique à celui que nous avons observé, au centre et à droite. On distingue en (a) le parement initial de la courtine, en (b) le parement restauré dans le passé 58, en (c) le parement extérieur de la courtine, et en (d) la face arrière du parement ajouté sur la courtine par l’extérieur pour l’épaissir et créer un chemin de ronde.

Figure 5.

Figure 5.

Khan-Hallabat : les parements de la courtine méridionale

(cliché gauche : G. Bell ; clichés central et droit : G. Thébault)

33Les assises inférieures de la tour sud-est (fig. 6a) ont été rejointoyées depuis la visite de G. Bell et l’accès à la tour par la poterne a été préservé lors de l’épaississement de la courtine. Sur la figure 6b, prise de l’intérieur du fort, on voit la tour sud-est au fond à droite, le parement intérieur de la courtine rénové, puis à gauche le même parement dans son état initial et, en bas, les vestiges de l’escalier d’accès au chemin de ronde rapporté contre la courtine et en partie effondré.

Figure 6.

Figure 6.

Khan-Hallabat : la tour sud-est SE (a) et la courtine orientale (b)

[clichés G. Thébault]

  • 59 Les transformations de l’enceinte, les élévations des tours et leurs aménagements intérieurs mérit (...)

34Les clichés montrent que les transformations et rénovations de l’enceinte sont relativement faciles à distinguer. Le plan (fig. 7) correspond au premier état de l’enceinte 59.

Figure 7.

Figure 7.

Khan-Hallabat : analyse géométrique d’une tour d’angle et de l’aire intra muros

(G. Thébault)

  • 60 Comme à Manqura et Bkhara.
  • 61 Les ouvertures sont trop petites pour qu’il s’agisse de meurtrières.
  • 62 Le lever (ou levé) d’un plan est l’action d’établir un plan d’après les mesures prises par l’arpen (...)

35Le plan des tours d’angle de Khan-Hallabat, Abiyad, Manqura et Bkhrara est conçu selon le même principe, à l’exception de la tour sud-ouest de Khan-Hallabat dont l’emprise est plus grande afin d’accueillir un puits. Des variantes sont toutefois visibles sur les plans de l’intérieur des tours et sur les archères lorsqu’elles sont accessibles, ainsi que sur le lien entre tour et courtines lorsque ces dernières sont plus larges 60. Le fait que la dégradation des places fortes ne soit pas uniforme et régulière conduit à des niveaux d’observation différents sur un même site et rend la comparaison délicate d’un site à l’autre. Parfois les archères sont accessibles dans les étages, comme ici à Khan-Hallabat, parfois seules de petites baies, simples entrées de lumière ou de ventilations 61 sont accessibles en rez-de-chaussée. Dans ce cas, le pied des façades extérieures étant dégagé, il a été possible d’en effectuer le lever à un niveau relativement bas, donc fidèle au plan des Romains, en échappant à l’effet des quelques retraits observés sur les façades ou à leur fruit. Le lever 62 intérieur des rez-de-chaussée au niveau du sol des tours d’angle n’a par contre jamais été possible du fait de l’effondrement des étages.

Le plan des tours d’angle

  • 63 Dans les cas souvent cités de large fan à Lejjun, Udruh et Capadiva, les tours sont plus grandes e (...)

36La caractéristique principale des tours en éventail réside dans le fait que les segments rectilignes des façades des tours, que l’arc de l’éventail vient couper, s’alignent sur les façades intérieures des courtines 63. Dans les cas de Khan-Hallabat (fig. 7) et d’Abiyad (fig. 8) , le plan se dessine comme suit :

  • en rez-de-chaussée, sur la bissectrice de l’angle des courtines et à 18 pieds de leur angle intérieur (A), on place le centre (B) du demi-cercle de l’éventail qui a également 18 pieds de rayon ; le demi-cercle est interrompu par le prolongement des parements intérieurs des courtines (C et E) ;
  • au premier étage, le plan intérieur est dessiné en traçant un cercle de 11 pieds de rayon également centré en B sur lequel on place les points G et H à 14 pieds du point F, intersection du cercle avec la diagonale de l’angle des courtines. La largeur du panneau dans lequel s’ouvrent les archères est donc égale ici à 14 pieds.

La surface intra muros et la contenance

  • 64 Sauf au droit des escaliers intérieurs édifiés de part et d’autre de la porte.

37La moyenne des mesures du périmètre carré intra muros est égale à 44,64 m, valeur très proche de 44,40 m pour 100 coudées ou 150 pieds romains de 29,6 cm ou encore 30 pas ; la longueur moyenne de 44,64 m convertie directement en pas confirme ce nombre rond de 30 pas. Ces dimensions n’ont pas changé 64 lors de la transformation des courtines.

  • 65 Voir infra.

38Les courtines découpent ici une aire intra muros particulière qui correspond à un module que l’on retrouve dans la composition du plan de nombreux camps et forts romains. On le nomme de manière simple « module [150 pR] » 65. Son côté est aussi égal à 30 pas romains (des pas de 5 pieds, donc d’environ 1,50 m, ce qui correspond au double-pas courant de l’arpenteur-géomètre moderne). Il est probable que les arpenteurs l’ont utilisé dans certains cas pour opérer sans instrument.

39La surface du module [150 pR] est voisine d’un actus carré et demi (1,5 actus2) ce qui en fait un instrument de mesure de surface très simple d’emploi pour nous aujourd’hui. Peut-être l’a-t-il été également pour les mensores et les metatores chargés de composer puis d’implanter les places fortes romaines.

40L’application de ce module permet ici de constater de manière directe que l’enceinte de Khan-Hallabat protège une aire carrée de 150 pieds ou 30 pas de côté et d’une « contenance » voisine d’1,5 actus2. Le terme de contenance désigne dorénavant une superficie approximative évaluée à partir du module très voisine de la surface intra muros des vestiges mesurée de manière précise.

Abiyad

41Le fort d’Abiyad (fig. 8) est légèrement plus petit que celui de Khan-Hallabat. Ici, l’enceinte protège une aire intra muros de 37,30 m par 37,70 m, légèrement plus grande qu’un carré de 35,52 m de côté, soit 120 pieds romains ou 1 actus, dont la surface ou contenance est égale à 1 actus2. On retrouve ce deuxième module [120pR] sur les plans des places fortes de petite taille.

Figure 8.

Figure 8.

Abiyad : géométrie

(G. Thébault)

42Le plan de la tour E, la mieux conservée, est très proche de celui des tours de Khan-Hallabat. Seule la disposition intérieure de la pièce est légèrement différente, avec des panneaux d’archère de 16 pieds au lieu de 14, ce qui réduit l’épaisseur des murs de 7 à 5 pieds aux points où elle est la plus faible.

Qattar

  • 66 Dans les triangles rectangles isocèles ABC et ABE, 172 = 289, la somme du carré des côtés est donc (...)

43Le plan des tours du fort de Qattar (fig. 9) est différent de celui des tours précédentes : le prolongement du parement intérieur des courtines ne coupe pas le cercle de l’éventail mais le tangente. Le centre du cercle de l’éventail se trouve à 24 pieds de l’angle intérieur des courtines sur la bissectrice de l’angle, ce qui le place à 17 pieds du prolongement de ces dernières 66. Bien que la longueur de la façade courbe soit égale aux trois quarts du cercle, je pense qu’il s’agit toujours d’une forme de small fan du fait du respect du prolongement des courtines.

Figure 9.

Figure 9.

Qattar : géométrie ; le plan de la tour est orienté comme celui des tours des autres forts

(G. Thébault)

44Ce parement intérieur dessine une aire légèrement plus grande qu’un carré de 29,60 m de côté, soit 100 pR (en tiretés sur la fig. 9). La surface de ce carré est de 10 000 pieds carrés. Il constitue le module nommé [100 pR], troisième repère utile à l’étude du plan des petites places fortes romaines après celui de 120 pR et celui de 150 pR.

Manqura

45Le fort de Manqura est plus grand que les trois précédents et, avec l’allongement des courtines, apparaissent des tours en U, médianes ou protégeant les portes, les deux portes constituant une autre originalité dans notre série de places fortes.

46La dégradation naturelle et le pillage des blocs de parement a rendu le lever de l’enceinte particulièrement délicat car, comme on le voit sur la tour nord (fig. 10), les retraits et le fruit des parements de façade imposent de restituer une coupe horizontale pour obtenir un plan homogène. Grâce à cette attention, on a relevé la présence d’escaliers contre les courtines septentrionale et méridionale, près des tours d’angle nord-est et sud-est et de part et d’autre de la tour médiane sud.

Figure 10.

Figure 10.

Manqura : la dégradation des parements de la tour nord

(cliché G. Thébault)

47Le fort (fig. 11) est orienté directement sur les points cardinaux. La tour nord-est est la mieux conservée. Les murs éboulés n’ont pas permis de déterminer le niveau d’occupation extérieur sur la totalité du périmètre. Un retrait de façade est noté sur le plan au nord de la tour. Sous cette réserve, le périmètre extérieur de la tour est en tous points semblables à celui des tours de Khan-Hallabat et d’Abiyad. La pièce intérieure n’a pu être entièrement relevée, un arc de cercle semble présent au nord, à moins qu’il ne s’agisse de l’effet d’une dégradation du mur. Devant cette incertitude, on a restitué une forme de losange grossier comme dans les autres places fortes.

Figure 11.

Figure 11.

Manqura : géométrie

(G. Thébault)

48Le recours au module [150 pR] permet en un clin d’œil de constater que la surface intra muros de ce fort est légèrement inférieure à 4 modules, soit 4 fois 1,5 actus2 ou 6 actus2, car le carré de quatre modules déborde sur l’emprise des murs. Il s’agit d’un cas très rare où le périmètre défini par les modules dépasse le périmètre intra muros.

Les tours en U

49Des tours en U protègent les portes sur les côtés est et ouest et se trouvent au milieu des deux autres côtés. L’épaisseur des courtines varie d’environ 9 pR à 10 pR selon l’altitude du relevé du fait des retraits de façade.

50L’établissement du plan des tours (fig. 12) est hésitant pour les mêmes raisons. L’emploi du conditionnel s’impose donc pour la description. Le plan de la partie rectangulaire des tours serait fondé sur deux triangles rectangles 3/4/5 prenant naissance le long du parement extérieur des courtines et dont l’angle extérieur commun serait le centre du demi-cercle de la façade. La géométrie se montre simple, mais le pied romain s’accorde mal avec les figures géométriques, la largeur de la tour étant de 26 pR à la base et le rayon du demi-cercle de 13 pR. On retrouve des figures géométriques comparables à Bkhara, où elles s’accordent mieux à l’unité romaine.

Figure 12.

Figure 12.

Manqura : plan des tours en U

(G. Thébault)

Bkhara

  • 67 Genequand 2004, fig. 2, p. 228, et Genequand 2012, fig. 46, p. 75.

51Le fort de Bkhara a été remanié et agrandi à l’époque omeyyade. Pour notre part, nous nous sommes attaché à dresser le plan de l’enceinte du fort antique et de son extension, négligeant, faute de temps, les vestiges des constructions intérieures. Notre représentation de ces vestiges s’inspire des travaux de D. Genequand 67 (fig. 13). Du fait de leur rareté et de leur dispersion, les vestiges intérieurs présentent une image imparfaite difficile à interpréter et qui ne peut être prise en compte dans l’analyse géométrique du plan du fort.

Figure 13.

Figure 13.

Bkhara : état des lieux avec l’extension omeyyade

(G. Thébault)

Le plan des tours d’angle

  • 68 Le plan de la tour-type de Khan-Hallabat est hachuré sur la fig. 14.
  • 69 Présence que suggère la découverte des escaliers.

52Les tours d’angle ont été transformées en élévation après le départ des Romains. Toutefois, le plan de la tour est (E) apparaît comme le plus complet et le plus fidèle au plan d’origine, et les traces des tours S et O relevées au sol confirment la restitution du plan de la tour E. Le principe du prolongement des courtines observé à Khan-Hallabat 68 est respecté ici, mais les courtines sont plus épaisses (10 pieds au lieu de 8) du fait de la présence d’un chemin de ronde 69 (fig. 14).

Figure 14.

Figure 14.

Bkhara : la géométrie révélée par le module [150 pR]

(G. Thébault)

53À Bkhara, le rayon de l’arc de l’éventail est de 18 pieds, comme à Khan-Hallabat si on confère à la tour le même saillant en s’alignant sur le parement extérieur des courtines. Du fait des retraits de façade, ce rayon diminue à mesure que l’on s’élève. Quant aux façades rectilignes des tours, elles se placent bien dans le prolongement des parements intérieurs des courtines basses, mais deux pieds vers l’intérieur du fort du fait de leur plus grande largeur.

La surface intra muros et la contenance

54L’application du module [150 pR] montre que la superficie intérieure est supérieure à six modules alors que la largeur intra muros du fort est voisine de deux modules ‒ soit 200 coudées ou 300 pieds. Le choix de présenter les modules en trois lignes de deux modules vient de l’intuition qui voudrait que ces modules, ou leur surface, jouent un rôle dans la définition de la surface nécessaire au fonctionnement du fort et déterminent certaines de ses dimensions, comme ici la largeur. Dans ce cas, par exemple, la surface nécessaire serait d’au moins six fois celle de Khan-Hallabat qui est d’1,5 actus2 mais, du fait de la grande taille du fort et de l’unicité de sa porte, on aurait jugé bon d’augmenter la surface pour faciliter les déplacements internes. La largeur de l’aire étant de trois fois 100 pieds, on pense aux grilles des arpenteurs romains dont la maille carrée est de 100 ou 50 pieds. En plaçant une telle grille sur le plan, on constate que la longueur est précisément égale à 500 pieds et la largeur à 300.

55Ainsi, en combinant la grille de 50 pieds et le module [150 pR], on parvient à évaluer les dimensions de l’aire d’un camp ou d’un fort romain, sa surface, sa largeur et sa longueur. On peut alors émettre l’hypothèse selon laquelle les metatores et les mensores de l’armée romaine se seraient servis de ces outils pour composer leurs plans et, ensuite, pour implanter leurs projets sur le terrain.

Les tours en U

56On compte sept tours en U, cinq intermédiaires et deux flanquant la porte du fort. Les tours intermédiaires découpent des courtines longues de 150 pR sur la longueur du rectangle et 140 pR sur sa largeur. Les deux autres, plus grandes, découpent des courtines longues de 115 pR.

57La composition du plan des tours (fig. 15) est simple. Elle fait appel à des rectangles 3/4/5 qui viennent s’appuyer sur la ligne des parements extérieurs des courtines. Dans le cas des tours intermédiaires, c’est la longueur du rectangle de 24 pR qui s’appuie sur la courtine, et c’est le côté de 15 pR pour les tours flanquantes.

Figure 15.

Figure 15.

Bkhara : les tours en U

(G. Thébault)

58Des escaliers larges de 2,6 pR (ou 1 coudée + 1 pied) ont été repérés. Ils s’élèvent vers le chemin de ronde de part et d’autre de la porte et des tours nord-ouest NO, est-sud ES et ouest-sud OS. Des escaliers de même largeur s’élèvent vers un palier donnant accès aux tours de la porte, puis à nouveau vers le chemin de ronde.

L’orientation

  • 70 Le Gall 1975, p. 292-295.

59J. Le Gall a rédigé une synthèse relative à l’orientation des camps et des villes romaines 70. Il montre que l’orientation des camps n’est pas liée à la direction du lever du soleil le jour de sa création, mais à des considérations matérielles qui, suivant les quatre auteurs évoqués en introduction, sont tour à tour la recherche d’un emplacement rectangulaire, le point culminant pour placer la porta decumana, la direction du front pour implanter la porta praetoria qui détermine avec la précédente le grand axe du camp, les facilités d’accès à l’eau et au fourrage, etc. L’étude des vestiges des camps confirme cette démarche pragmatique, le long du mur d’Hadrien par exemple, dont le tracé s’impose à l’orientation des camps, petits comme les mile-castles ou plus grands.

  • 71 Selon les méthodes d’Hygin le Gromatique et de Vitruve décrites dans Chouquer et Favory 2001, p. 8 (...)
  • 72 Le terme de « trigonographie » ne se trouve pas dans le dictionnaire. Je l’utilise pour imager la (...)

60Pour effectuer le lever du fort de Bkhara, j’ai placé une station d’appareil sur le point haut de la courtine nord-est de l’enceinte à l’entrée de la tour intermédiaire ES (fig. 14). De ce point, en visant dans la direction de la courtine vers le nord-ouest, j’ai découvert dans ma lunette la grande tour du monastère byzantin voisin de Soukkariyé. Cet alignement est confirmé par l’image satellite (fig. 16) et donne l’occasion d’évoquer la manière dont les Romains définissaient une direction sans l’aide d’un instrument de mesure angulaire. Les agrimensores établissaient d’abord un canevas d’arpentage orthogonal orienté sur le méridien local. La direction du méridien était donnée par l’ombre d’un gnomon au soleil de midi, la sixième heure des Romains 71. La direction recherchée est ensuite définie par le ratio ou la tangente trigonographique 72 de l’angle qu’elle forme avec le nord, en comptant son déplacement vers l’est puis vers le nord. La courtine est ici dirigée selon le ratio ou la tangente [-4/+3], soit 4 unités vers l’ouest et 3 vers le nord.

Figure 16.

Figure 16.

L’orientation de l’enceinte de Bkhara

(G. Thébault sur Google Earth Pro ‒ image 2021 CNES/Airbus)

Remarques

61Chacun sait que les arpenteurs mésopotamiens et égyptiens devaient rétablir des limites parcellaires après les crues des fleuves. Ils n’étaient pas seuls à rétablir des limites, puisque les agrimensores apprenaient à établir leurs parcellaires ou à les rétablir quand ces derniers avaient été négligés pendant plusieurs décennies. C’est en fait le lot de tout arpenteur, d’aujourd’hui comme d’hier, d’être capable de rétablir inlassablement ses implantations quand ses repères ont disparu, pour mille et une raisons, de devoir le faire à tout moment et sans avoir à reprendre l’opération depuis le point de départ. C’est pourquoi il déporte par exemple ses repères de part et d’autre ou dans le prolongement du tracé d’un mur à construire, car il sait que les terrassiers seront les premiers à faire disparaître ses piquets quand ils creuseront la tranchée de fondation s’il les a placés à l’emplacement du mur. L’orientation d’une enceinte n’a donc pas obligatoirement de rapport avec la stratégie militaire, mais elle peut simplement être le fait d’un metator ayant retenu un repère local, choix que l’on peut comprendre en visitant le site et en observant le paysage.

Trois enceintes en brique crue (fig. 17)

Figure 17.

Figure 17.

Deux forts romains de brique crue, Helela et Kharidjé

(G. Thébault)

Helela

  • 73 Poidebard 1934, photo aérienne : pl. IV-I, plan schématique : pl. V.

62A. Poidebard a publié un plan schématique du fort tiré d’une photo aérienne 73 (fig. 18). Notre plan relevé au sol est donc plus précis que son croquis repris par la suite dans d’autres publications. La forme de l’enceinte est trapézoïdale, plus proche d’un carré selon nous (fig. 17). Le croquis de Poidebard présente des tours d’angle en éventail, ce qui est possible comme le montre la superposition de la tour de Khan-Hallabat sur notre plan (voir fig. 17, Helela).

Figure 18.

Figure 18.

Helela : plan d’après photo aérienne (Poidebard 1934, pl. V)

63L’état des vestiges (fig. 19) et l’obligation d’en dresser le plan en haut des courtines interdit d’annoncer des mesures en centimètres ou même en décimètres. Mais la contenance fixée comme objectif assigné aux mensores devait être de 10 000 pR2, soit un carré de 100 pR de côté, comme l’indique le module correspondant [100 pR] appliqué sur notre plan.

Figure 19.

Figure 19.

Exemple d’arasement d’une courtine de brique crue

(cliché G. Thébault)

Kharidjé (fig. 20)

Figure 20.

Figure 20.

Kharidjé : le plan sur les images satellitaires

(Google Earth Pro Images 2020 CNES/Airbus et 2016 CNES/Astrium ; relevé du plan G. Thébault)

64Le lever du fort de Kharidjé permet de dessiner les courtines du fort avec précision, sans élément relatif à des tours. L’enceinte protège une aire très légèrement plus grande que quatre modules [150 pR], soit une surface de quatre fois 1,5 actus = 6 actus2, quatre fois celle de Khan-Hallabat et légèrement plus que celle de Manqura. Le fort est également orienté directement sur les points cardinaux, comme c’est le cas à Manqura.

Qusair as-Saila : un autre fort aux tours en éventail

  • 74 Konrad 2001, p. 153-154 et fig. 7 et 8.
  • 75 Au nord si on se fie à l’emplacement des citernes mentionnées dans le texte.
  • 76 On retrouve l’échelle graphique dans Konrad et al. 2001 et Konrad 2006.

65Avant de conclure cette première partie consacrée aux enceintes de Palmyrène relevées par nos soins, il est nécessaire d’évoquer le cas du fort de Qusair as-Saila - Tetrapyrgium, éloigné de Palmyrène mais jalonnant la strata Diocletiana à l’approche de l’Euphrate et doté de tours en éventail qui le rapprochent logiquement de nos cinq forts et justifient une comparaison, même sommaire. Mikaela Konrad 74 le décrit comme un « fort d’environ 38 × 38 m de large, légèrement trapézoïdal, avec des tours d’angle en forme d’éventail ». Elle présente un premier plan à petite échelle qui le place en haut d’une enceinte fortifiée plus vaste 75 et un second plan à meilleure échelle mais sans repère graphique 76. L’enceinte (fig. 21) ne présente qu’une porte tournée vers l’ouest. Les précautions prises avec les sources graphiques et la confrontation entre plusieurs versions du plan permettent de préciser que ces mesures de 38 m correspondent à l’emprise totale courtines inclues. L’aire intra muros mesure 110 pR par 112 pR, soit environ 32,50 m par 33,15 m, ce qui correspond au plan de Qattar (voir le tableau 1). L’enceinte a été construite en brique crue sur un socle en pierre, ce qui la distingue des cinq enceintes de Palmyrène à tours en éventail élevées en moellons équarris.

Figure 21.

Figure 21.

Qusair as-Saila : plans du fort et des tours

(G. Thébault)

66Les tours d’angle en éventail (fig. 21) présentent des points communs et quelques différences avec celles de Palmyrène. Les tours s’appuient sur l’angle formé par le prolongement des parements intérieurs des courtines et on y accède par un couloir dont l’axe est la bissectrice de l’angle de l’enceinte. Les tours sont ici légèrement plus grandes qu’en Palmyrène ‒ le rayon extérieur de la partie courbe est d’environ 21 pR alors qu’il est de 18 dans les cinq autres cas ‒ et les parois du mur de la partie courbe sont concentriques alors que les parois intérieures de Palmyrène dessinent des pièces quadrangulaires, ce qui constitue la différence la plus marquante.

  • 77 Voir infra « Aménagements intérieurs ».
  • 78 Konrad 2001, p. 153.

67Des constructions s’appuient sur les courtines, autour d’une place centrale dégagée. À Abiyad et à Khan-Hallabat, nous avançons l’hypothèse d’un espace central occupé avant que des constructions ne viennent s’appuyer contre les courtines 77. Nous avons considéré dans l’introduction que le plan de Qasr Bshir, avec ses bâtiments périphériques formant l’enceinte, constituait le point final de l’évolution du plan qui a fait suite aux réformes de la fin du iiie siècle. Selon M. Konrad, « le matériel trouvé à Qusair commence sous Constantin Ier vers 320 de n. è., c’est-à-dire environ vingt ans après la construction des premières fortifications 78 ». On peut alors considérer que le plan de Tetrapyrgium s’inscrit dans cette évolution car elle n’a probablement pas progressé à la même vitesse d’une province à l’autre, d’une légion à l’autre, et l’on sait qu’il est difficile de préciser davantage la date des différents plans ou projets. Si ces dates étaient confirmées, le plan de Tetrapyrgium serait celui d’une enceinte initialement libre de constructions, complétée ensuite par des constructions adventives car, selon les plans publiés par M. Konrad et contrairement à Qasr Bshir, les murs des bâtiments présents ne sont pas chaînés avec les courtines.

Aménagements intérieurs

68Seuls les aménagements intérieurs des forts d’Abiyad et de Khan-Hallabat (fig. 22) sont visibles et accessibles. Les deux sont voisins et placés au sortir de la vallée qu’emprunte la strata.

Figure 22.

Figure 22.

Aménagements intérieurs : Abiyad et Khan-Hallabat

(G. Thébault)

69On ne connaît pas de recherche qui aurait fourni des repères chronologiques pour la construction des bâtiments intérieurs. On ne peut donc avancer ici que des hypothèses tirées de l’analyse des plans et des souvenirs de la visite des lieux, hypothèses que l’on souhaite logiques. Les transformations des murs d’enceinte de Khan-Hallabat (fig. 23) fournissent un premier fil conducteur :

  1. Dans un premier état, l’épaisseur des courtines est de 8 pR (3,10 m), le bâtiment interprété comme ayant accueilli les principia peut-être accolé très tôt à la courtine sud-ouest, et deux bâtiments sont peut-être présents dans l’espace intérieur.
  2. On épaissit ensuite les courtines par l’extérieur pour créer un chemin de ronde auquel on accède par deux escaliers construits symétriquement par rapport à la porte. Il est probable que quelques constructions viennent déjà s’appuyer contre les courtines.
  3. Les espaces vides sont comblés le long de l’enceinte.

Figure 23.

Figure 23.

Khan-Hallabat : évolution probable du plan

(G. Thébault)

  • 79 I. Arce rappelle que le fort de Qasr Bshir (Castra Praetorii Moebene) a été construit à la même «  (...)
  • 80 Si la restauration des parements n’a pas effacé la trace de tels chaînages. Les murs du bâtiment d (...)

70Cette hypothèse correspond, à mon sens, à l’évolution du plan des places fortes qui accompagne les réformes de l’armée de la fin du iiie siècle, évolution qui peut être rapide et dont l’aboutissement pourrait être le plan de Qasr Bshir en Jordanie 79. Ce fort ne présente plus de courtines libres sur lesquelles seraient venues s’adosser des cantonnements, mais des bâtiments périphériques dont les murs extérieurs forment les courtines. Les vestiges de ces murs portent les restes des chaînages avec les murs qui leur sont perpendiculaires, ce qui n’est pas le cas à Khan-Hallabat 80.

71La présentation de l’enceinte du fort d’Abiyad (supra) a été l’occasion de constater que celle-ci découpait un carré légèrement plus grand que celui d’1 actus2 de 120 pR de côté. En décomposant le plan, on note la répétition d’une maille de 5 pR, soit un pas, subdivision simple du canevas orthogonal de 50 pR qui accompagne le module de 150 pR. Le pas donne naissance à la plupart des mesures, celle de 12,5 pR pouvant correspondre à la moitié de 25 pR qu’on retrouve en périphérie. La longueur de la courtine serait alors de 125 pR.

72À Khan-Hallabat ce canevas de 50 pR est très marqué : c’est la longueur de la façade du bâtiment des principia, cette mesure la séparant également des courtines nord-est et sud-ouest. Beaucoup de valeurs s’achèvent par zéro et cinq, ce qui renvoie de nouveau au pas.

Conclusion

73Il y a peu de liens apparents entre les plans des forts de Palmyrène et ceux des camps de Neuss, Inchtuthil ou Lambèse souvent pris en exemples dans les publications. Faut-il pour autant cesser de rechercher ce qui pourrait les rapprocher à travers la manière dont les Romains les ont conçus au fil des siècles ? Les plans des forts de Palmyrène encouragent au contraire à poursuivre l’étude en montrant qu’ils ont entre eux des rapports simples, rapports qu’il convient encore de préciser. Ils ont révélé que le carré de 150 pieds de côté procure un lien direct entre mesure de longueur et mesure de surface et que ce carré s’accorde parfaitement avec un canevas d’arpentage de maille carrée de 50 pieds de côté sur lequel les plans ont pu être dessinés avant qu’il ne serve aux travaux d’implantation des metatores et des mensores.

Nouvelle approche du plan des places fortes

74Il n’est matériellement pas possible dans cet article d’établir si le module [150 pR] a été un outil des Romains, en recherchant s’il existe des rapports simples entre sa surface et sa forme et celles des composantes d’un camp, principia, strigae, horrea, etc. Mais il est possible de montrer que ce module constitue un outil nouveau et prometteur pour nous lors de l’étude des vestiges des camps. A. Poidebard a été l’un des promoteurs de la recherche basée sur des photos aériennes. Il a eu l’audace d’en tirer des plans, malgré l’effet de la parallaxe lorsqu’il ne foulait pas le sol pour prendre des mesures. Le module [150 pR] nous permet de poursuivre sur ses traces et de tirer le meilleur profit des images par satellite. Alors que les plans publiés sont souvent infidèles, levés dans de mauvaises conditions ou voyant leurs proportions dégradées par des reproductions successives, alors que les échelles annoncées sont souvent trop petites, parfois approximatives ou erronées, les plans schématiques tirés des photos ont longtemps été la source d’études livrant des mesures que nul ne contestait. Aujourd’hui, les satellites nous apportent des images fidèles, détaillées bien qu’imprécises, dont l’échelle et l’orientation sont maîtrisées. Comme pour l’interprétation de clichés aériens, il est impossible d’en préciser les détails architecturaux et, encore moins, de les dater autrement que par comparaison avec d’autres sites. Ces réserves étant connues, le module [150 pR] permet de déterminer la contenance ou la capacité d’accueil des enceintes et leurs dimensions, si on accepte une marge d’indécision dont l’ordre de grandeur correspond à la qualité de conservation des vestiges et à la finesse relative des images prises par satellite.

Le choix des unités de mesure

Les unités de longueur

75Connaître les unités de mesure utilisées par les concepteurs du plan dont on étudie les vestiges permet de mieux comprendre leur démarche. Le périmètre intra muros du Khan-Hallabat a conduit rapidement au choix du pied romain de 29,6 cm comme unité de référence. Cette valeur a été confirmée par les mesures directes prises entre des points clés bien conservés des murailles des autres camps, à savoir sur les courtines, entre leurs liaisons chaînées avec les tours en U ou en éventail. Cette valeur a ensuite été retenue sans écarts significatifs pour l’étude détaillée des principes de conception géométrique des tours en éventail.

  • 81 Chouquer et Favory 2001, p. 72.

76La série de plans laisse apparaître une légère variation d’un site à l’autre ou d’un ouvrage architectural à l’autre. Ceci n’a rien d’étrange puisque mille et une raisons concourent à ce que les dimensions d’une construction s’éloignent de celles du projet, présentant finalement une unité différente de celle que ses concepteurs pensaient lui imposer 81. Il convient donc de s’assurer que l’ordre de grandeur de l’unité retenue correspond à un ensemble de réalisations homogènes dans le temps et dans l’espace.

  • 82 Chouquer et Favory 2001, p. 71-72, p. 116.
  • 83 À Vaison-la-Romaine (France), par exemple, il est long de 29,42 cm (Jomard 1858), celui trouvé à P (...)

77G. Chouquer et F. Favory ont rassemblé une documentation très fournie sur l’arpentage romain, les modes opératoires des agrimensores et les unités de longueur en usage dans le monde romain 82. La valeur du pied de 29,6 cm est celle qui correspond au plus grand nombre d’études métrologiques consacrées aux vestiges romains. Plusieurs pieds portatifs, pliables en deux ou trois parties, confirmant cette valeur 83 ont été retrouvés en fouille, ce qui explique en partie comment les Romains sont parvenus à une belle régularité malgré l’étendue de leurs territoires.

  • 84 Thébault à paraître.

78J’ai retrouvé cette valeur lors de l’étude de l’enceinte de Khirbet-Samra le long de la via Nova Trajana en Jordanie. Datée du tournant des iiie et ive siècles de n. è., l’enceinte constitue la limite orientale des vestiges de l’antique Hatita mentionnée sur la Table de Peutinger et dans la Notitia dignitatum 84. La moyenne des mesures prises sur l’enceinte, en particulier sur la courtine de près de 160 m séparant deux tours placées dans une pente, est égale à 29,53 cm.

  • 85 Gawlikowski 1985, p. 283-284.

79M. Gawlikowski a étudié dans le détail les principia du camp de Dioclétien à Palmyre 85. Il en tire la valeur de 29,75 cm, mais retrouve celle de 29,6 cm dans d’autres bâtiments du camp. Il analyse à l’occasion la manière dont les dimensions des vestiges diffèrent des mesures projetées. Ses remarques s’appliquent aux plans des tours en éventail présentés infra.

  • 86 Thébault 2019.
  • 87 Hallier 1986, p. 261.

80Les dimensions des principia et de l’arène du camp de Dura, implanté par les Romains après 165 de n. è. dans les quartiers septentrionaux de la ville fortifiée d’Europos-Doura sur l’Euphrate, s’accordent avec un pied de 29,6 cm 86. Pourtant, l’étude des vestiges des édifices élevés par les Macédoniens lors de la création de leur lotissement m’a conduit à une valeur de 29,2 cm pour une coudée de 43,8 cm. On déduit cette valeur des dimensions des courtines et des tours du rempart occidental et de celles de la muraille occidentale de la citadelle, longue de 292 m pour 1 000 pieds. Or cette coudée de 43,8 cm est en rapport de 6/5e avec la coudée royale égyptienne de 52,5 cm qui définit le module des blocs de construction standardisés des fortifications de la ville. C’est ainsi que, chaque fois qu’on trouve 6 coudées de 43,8 cm, on en trouve 5 de 52,5 cm. J’ai avancé l’hypothèse que cette relation traduisait l’utilisation conjointe des deux unités, le pied de 29,2 cm étant celui des ingénieurs et des arpenteurs alors que la coudée de 52,5 cm était l’unité des carriers et des maçons, puisqu’on la retrouve sur des blocs de construction en Égypte et autour de la Méditerranée, à Samos, Marseille ou Apollonia de Cyrène par exemple 87. Comme aujourd’hui, les architectes devaient tenir compte des dimensions des composants standardisés que les maçons mettaient en œuvre. Pour l’architecte ou l’ingénieur, la façade de la tour mesurait 36 pieds de 29,2 cm alors que le maçon prévoyait 10 blocs de 2 coudées de 52,5 cm chacun.

  • 88 Carlottti 1995, p. 129-139.

81François Carlotti 88 décrit de son côté avec conviction les difficultés rencontrées pour définir la longueur de la coudée royale égyptienne et conclut à une grande diversité de valeurs. Ces difficultés apparaissent dès que l’on recherche l’unité parmi les vestiges des ouvrages architecturaux, faute d’avoir retrouvé la trace matérielle de l’étalon du lieu.

  • 89 Selon F. Hultsch, la valeur de 30,8 cm a été établie par Stuart en étudiant le Parthénon (Hultsch (...)
  • 90 Abel 1926, p. 284-288.

82Quand bien même aurait-on retrouvé l’étalon, rien ne garantit qu’il s’agisse de la réponse à nos questions. Lors de l’étude de l’enceinte de la ville antique d’Apamée sur l’Euphrate, j’ai constaté que le pied de 30,88 cm et la coudée de 46,25 cm, valeur connue dans le monde grec 89, convenaient parfaitement à la longueur des courtines. Or un étalon de cette mesure a été retrouvé gravé sur une dalle de l’aqueduc de Jérusalem, accompagné d’un texte daté de Justinien qui définit la marge de recul que doivent respecter les plantations de part et d’autre de l’aqueduc 90(fig. 24). L’auteur de l’article qui décrivait cet étalon présumait, bien avant moi, qu’il s’agissait d’une unité hellénistique reprise par les Byzantins.

Figure 24.

Figure 24.

Le pied « attico-byzantin » de l’aqueduc de Jérusalem

(Abel 1926)

  • 91 Guedj 2000, « Méridienne verte », p. 71.

83D. Guedj mentionne cette valeur parmi toutes celles qui conduisent aux longueurs différentes du stade grec de 600 pieds 91. L’intérêt principal de son livre est de décrire dans le détail les étapes et les difficultés qui durent être franchies pour décider de mettre en place le système métrique décimal et y parvenir : on comprend alors pourquoi certaines unités traversent les siècles et les frontières.

84Ces quelques cas montrent, s’il fallait encore le faire, que la recherche d’une unité de longueur, lorsqu’elle se dissimule dans des vestiges antiques, n’est pas chose facile et que les pièges ne sont pas rares. De plus, le dernier exemple montre à quel point une unité ne constitue pas un élément de datation définitif. Tenant compte de cela, le recours au pied romain de 29,6 cm s’impose pour notre étude du fait qu’il n’a jamais été étranger à la composition des plans des vestiges étudiés même si, parfois, une autre valeur pouvait correspondre.

Du projet aux vestiges

  • 92 Le pied de 29,2 cm déduit des fortifications macédoniennes d’Europos-Doura pourrait donc avoir pou (...)

85Avant d’avoir recours aux instruments dotés de rayons laser ou infrarouge, et maintenant de scanners portés par des drones, les topographes utilisaient des outils de mesure directe des distances, rubans étalonnés, chaînes d’arpenteur, fils invars, perches romaines de dix pieds, etc. Les mesures réalisées avec ces outils souffraient souvent d’une mise en œuvre maladroite, tantôt par défaut d’alignement, tantôt par défaut d’horizontalité, les défauts s’ajoutant parfois, mais conduisant toujours à un mauvais résultat. L’élève arpenteur apprend très tôt qu’on implante toujours « trop court » et qu’on mesure toujours « trop long ». Autrement dit, les deux défauts conduisent à ce que l’extrémité de l’instrument se trouve en retrait de la distance escomptée : le point implanté est alors trop près du point de départ de la mesure, et il faut ajouter un complément pour obtenir la longueur séparant deux points déterminés. Ce phénomène est rarement pris en compte lorsqu’on recherche la valeur des unités antiques en partant des mesures prises sur les vestiges ; le résultat sera pourtant plus petit que l’étalon des bâtisseurs 92.

  • 93 Pour le topographe, passé maître dans l’art de compenser les écarts qu’il constate, l’erreur est a (...)

86On connaît par ailleurs les péripéties qui éloignent davantage encore le plan des vestiges de celui du projet : étalon mal reproduit, erreur d’implantation, erreur d’exécution, dégradations et réparations, etc. 93.

Les unités de surface

  • 94 Chouquer et Favory 2001, p. 75-79.

87G. Chouquer et F. Favory abordent la question des unités de surface utilisées par les agrimensores romains 94. L’actus quadratus est l’unité de surface romaine formée d’un carré d’un actus de côté, soit 120 ×120 pieds, ou 14 400 pieds2 ou encore 1 262 m2. Deux actus2 forment le jugère (iugerum) de 28 800 pieds2, soit 25 ares 18, qui comporte des sous-multiples jusqu’au demi-scripulum de 50 pieds2 (dimidium scripulum).

  • 95 J’insiste sur ce point car je lis parfois malheureusement que la surface de 100 pieds2 est celle d (...)

88Le scripulum est une surface de 100 pieds2, c’est-à dire celle d’un carré de 10 pR de côté, surface que réserve le pseudo-Hygin pour une tente dans l’alignement d’un hemistrigium 95. Le dimidium scripulum de 50 pieds2 n’est pas un carré de 5 pieds sur 5, mais de 7 pieds sur 7.

  • 96 Cette réalité est restée cachée du fait qu’A. von Gerkan avait établi que les îlots mesuraient 100 (...)

89L’étude du lotissement d’Europos-Doura montre que la surface et la forme des îlots sont celles d’un jugère, soit un rectangle d’1 actus de largeur et de 2 actus de longueur, soit encore les 2 actus quadrati des agrimensores 96. Ces unités sont donc anciennes. On ne retrouve pourtant pas la maille carrée de 120 pR de manière systématique dans le plan des places fortes, alors que celle de 50, 100 et 150 pieds s’adapte à la plupart des plans.

Les unités des arpenteurs

  • 97 Lenoir 2002, introduction p. X.

90Le pseudo-Hygin règle les emplacements de ses tentes en employant des mesures annoncées en pieds. Mais il n’est pas issu d’un corps d’ingénieurs ou d’arpenteurs de l’armée romaine. Comme signalé en introduction, il écrit que « eu égard à mon inexpérience, j’ai suivi brièvement tous les bons auteurs en la matière ». Puis il poursuit en précisant que « les instructions à suivre lorsque l’on commence toute mesure, aucun auteur ne les a, à ce jour, indiquées par écrit » et que « je serai le premier à avoir proposé […] cette nouvelle façon de mesurer 97. » Nous sommes donc comme lui, en toute modestie, instruits par la lecture des écrits de nos prédécesseurs et en passe de proposer une « nouvelle façon de mesurer » les vestiges des camps romains, donc en droit de proposer l’unité de mesure qui, à notre avis, correspond le mieux à la méthode nouvelle. Le pas semble être cette unité car il correspond davantage que le pied au travail des arpenteurs, et il s’accorde à toutes les mesures effectuées sur les camps de Palmyrène. Le fait que sa taille soit bien plus grande que la marge d’imprécision qu’entraîne la dégradation des vestiges assure le bien-fondé de son choix. Le module de 150 pieds deviendrait le module de 30 pas, ses subdivisions seraient de 10, 15 et 20 pas, autant d’ordres de grandeur qui nous ramènent à celui de notre double-pas d’1,50 m environ.

91Pourtant, il semble préférable de conserver provisoirement pour cet article l’unité choisie par le pseudo-Hygin, afin de simplifier la comparaison de ses travaux avec nos observations.

Le module et ses subdivisions

92Le choix des unités de mesure étant fait, il convient d’évaluer le degré de précision utile à l’étude. On considère qu’il ne s’agit plus d’étudier des détails, comme on le fait pour un ouvrage architectural conçu pour être stable, mais de raisonner en termes de capacité d’accueil à mettre en œuvre pour protéger une troupe donnée à laquelle on associe certains équipements fonctionnels. Il s’agit en effet de raisonner comme l’ont fait les autorités militaires, c’est-à-dire par masses et à grande maille. Dans ces conditions, les écarts qui apparaissent de temps à autre à la marge ne relèveraient pas d’une décision mais de conditions d’exécution des travaux, d’une adaptation à des particularités du relief par exemple. Si les textes anciens décrivent d’une part pourquoi et où mettre en œuvre une groma, et d’autre part comment réaliser des mesures horizontales par cultellation avec pertica et fils à plomb, est-on certain que tous les arpenteurs ont respecté ces consignes à la lettre, au long des siècles, sans jamais être tentés d’implanter leur projet au pas et sans l’aide d’un instrument d’arpentage ?

Caractéristiques du module carré de 150 pieds et ses subdivisions

93La surface exacte du module carré entier est de 1 971 m2 ou 22 500 pR2, très proche de celle d’1,5 actus2 qui est de 21 600 pR2. La longueur du côté d’un carré dont la surface mesure exactement 1,5 actus2 est de 147 pR, soit une différence de 3 pR par côté. Cet écart est difficilement discernable sur les plans publiés car il est de l’ordre de grandeur de la précision graphique des reproductions. Il correspond également à la marge d’incertitude que l’on admet pour déterminer la mesure de vestiges comme dans le cas des levées de terre et des murs de brique crue. L’écart entre les deux surfaces est de 4 %. La figure 25 montre le carré d’1 actus2 en gris, celui d’1,5 actus2 en tiretés et le module carré de 150 pR en trait plein.

Figure 25.

Figure 25.

Évaluation du module de 150 pR, carré de 150 pieds, 100 coudées ou 30 pas de côté

(G. Thébault)

94L’écart est donc acceptable entre 1,5 actus2 et la surface du module [150 pR] lorsqu’il s’agit d’évaluer rapidement et de manière fiable la contenance des enceintes alors que les mesures en mètres ou en mètres carrés ne révèlent rien des intentions des militaires romains.

  • 98 Soit 75 pR de façade et 0,75 actus2 pour le module 1/2 et 100 pR de façade et 1 actus2 pour le mod (...)

95Le recours au module de 150 pR montre, dans le cas de Bkhara, qu’il ne couvre pas la totalité de l’aire intra muros. La multiplication des comparaisons (tableau 2) conduit à utiliser trois sous-multiples du module pour évaluer les dimensions des places fortes (fig. 25 à droite et en bas). En maintenant une longueur de 150 pR aux rectangles sous-multiples, on fait en sorte que la fraction de sa largeur corresponde à la fraction de sa surface. C’est ainsi que la largeur du module 1/3 est égale au tiers de celle du module complet de 150 pR, soit 50 pR, alors que sa surface est également du tiers de celle du module complet soit 1/3 de 1,5 actus2 ou 0,5 actus2. Le rapport est identique pour les modules 1/2 et 2/3 98.

Tabeau 2. Surfaces et modules

  mètres pieds coudées pied2 actus2 m2
Observations m 0,296 0,444 pR2 act2 m2
Carré de 100 × 100 pR 29,60 m 100,00 pR 66,67 cR 10 000 pR2 0,69 876 m2
Carré de 1 actus2 35,52 m 120,00 pR 80,00 cR 14 400 pR2 1,00 1 262 m2
Carré de 1,5 actus2 43,50 m 146,97 pR 97,98 cR 21 600 pR2 1,50 1 893 m2
Carré de 150 pR ou 100 cR de côté 44,40 m 150,00 pR 100,00 cR 22 500 pR2 1,56 1 971 m2
Carré de 2 actus2 = 1 jugère 50,23 m 169,71 pR 113,14 cR 28 800 pR2 2,00 2 523 m2
Carré de 3 actus2 61,52 m 207,84 pR 138,56 cR 43 197 pR2 3,00 3 785 m2
Carré de 4 actus2 71,04 m 240,00 pR 160,00 cR 57 600 pR2 4,00 5 047 m2

Cinq exemples

  • 99 Ces deux exemples sont tirés de mon étude générale des places fortes romaines en cours de rédactio (...)

96Les deux premiers exemples montrent comment le module peut être utilisé pour des plans en carte-à-jouer et sur images de satellite 99. Les trois enceintes suivantes sont du type 3 ; deux montrent comment utiliser le module [150 pR] comme un simple outil de mesure, la troisième montre la manière dont il peut s’inscrire dans une problématique locale, puis quelles perspectives il offre à une étude plus générale.

Bu Njem et Bainbridge (fig. 26)

Figure 26.

Figure 26.

Bu Njem et Bainbridge

(G. Thébault sur images Google Earth Pro 2017 CNES/Airbus et 2017 Infoterra Ltd & Bluesky-2017 Google)

  • 100 Lenoir 2011, p. 153 ; les inscriptions des portes sont datées de 201.

97L’enceinte de pierre de Bu Njem-Gholaia en Libye date de Septime Sévère 100. Il s’agit d’un rectangle en carte-à-jouer directement orienté sur les points cardinaux. La trame est composée de 2 modules sur 3, soit une façade de 300 pR et une profondeur de 450, soit le rapport idéal de 2/3. La contenance est de 6 × 1,5 actus2 = 9 actus2.

98Le camp de Bainbridge-Virosidum établi sous Trajan est situé au cœur de l’Angleterre, à 100 km du mur d’Hadrien. Du fait de la nature et de la forme de son enceinte, il est difficile de déterminer ses dimensions. Le module donne rapidement et sans hésitation les dimensions qui permettent de le placer dans un classement des formes ou des contenances, de faire des comparaisons avec les autres camps. Qu’on se place parallèlement à deux côtés ou parallèlement aux deux autres, la façade est égale à 2 modules et la profondeur à 2,5. La contenance est égale à 2 × 2,5 × 1,5 actus2 = 7,5 actus2. Le site internet Historic England 101 annonce qu’il a un périmètre de 91 m (307 pR) par 111 (375 pR) « entre les sommets des remparts et couvre une superficie d’environ 1 hectare » sans préciser l’origine de ses informations parmi la longue liste bibliographique jointe. Les dimensions données par le module ne sont pas les côtes périmétriques en haut de talus, mais la longueur d’un côté et celle de la hauteur correspondante, mesures permettant le calcul de la surface du parallélogramme. Converties dans le système métrique décimal, les mesures données par le module sont 89 m (300 pR) de largeur sur 111 m (375 pR) de profondeur et une surface légèrement inférieure à 1 ha.

Diyatheh 102 et Khirbet-Samra 103 (fig. 27)

  • 102 Villeneuve et Sadler 2001, p. 159-187.
  • 103 Humbert et Desreumaux 1998, p. 47-49 ; Humbert et Thébault 2011, p. 291-294.

Figure 27.

Figure 27.

Les enceintes de Diyatheh et de Khirbet-Samra

(G. Thébault)

99Il s’agit de deux enceintes datées du tournant des iiie et ive siècles dont le plan précis nous est connu et qui mettent en valeur l’intérêt du recours au module [150 pR].

  • 104 En Arabie romaine mais en Syrie du Sud aujourd’hui.
  • 105 F. Villeneuve date le fort « probablement de 300 environ », dans Villeneuve et Sadler 2001, p. 159
  • 106 Lenoir 2011, p. 99 pour les trois couples de valeurs.

100Le plan de Diyatheh 104 a été dressé par la mission dirigée par François Villeneuve, à qui je dois l’exemplaire étudié et que je remercie ici 105. Les publications annoncent des dimensions précises mais différentes selon les auteurs : 69,5 m par 49,5 m pour M. Lenoir, 76 m par 50 m intérieur pour H. C. Butler, 71 m par 51,7 m pour F. Villeneuve 106. Le recours au module permet de constater que l’enceinte protège une aire intra muros pratiquement rectangulaire composée d’un module et demi, soit un rectangle de 150 pR par 225, dans le rapport idéal 2/3, alors qu’il est de 1,40, en incluant l’emprise de l’enceinte pour M. Lenoir. La contenance de l’enceinte est donc de 1½ + ¾ = 2¼ actus2.

101La dispersion des mesures publiées montre la difficulté d’annoncer des valeurs précises ; il est donc préférable d’annoncer une contenance proche de la réalité que de tenter de calculer la surface à partir de mesures dont on détermine mal les extrémités.

  • 107 Mission dirigées par J.-B. Humbert (EBAF) et A. Desreumaux (CNRS).

102J’ai dressé le plan du fort de Khirbet-Samra au fil des campagnes de fouilles qui ont débuté en 1981 107. Son étude est en cours en vue d’être publiée. Le fort a été construit dans un espace déjà urbanisé en ayant recours à de nombreux blocs de remploi. Le sondage ouvert dans la porte principale du fort place sa construction à la fin du iiie siècle, voire au tournant des iiie et ive siècles, comme pour Diyatheh. Le recours au module [150 pR] a permis de comprendre le plan de l’enceinte du fort au tracé irrégulier, dont on ne savait comment commencer la description. En faisant pivoter le module, comme on le faisait dans la plus haute antiquité pour doubler la surface d’un carré, on constate que la contenance protégée par l’enceinte est égale au double de celle du module, soit 3 actus2. La longueur des courtines ‒ que l’on ne savait où mesurer ‒ est voisine de 200 pR alors que la diagonale du module mesure exactement 212 pR.

Dmeyr

  • 108 Lenoir 1999.

103L’appartenance du camp de Dmeyr à la famille des enceintes romaines est contestée, en particulier par M. Lenoir 108. Il n’est pas possible d’aborder ici la question de manière exhaustive, mais de présenter un indice nouveau tiré de l’exploitation du module [150 pR], qui établit un lien avec les enceintes romaines. Cela n’exclut en rien la possibilité que l’enceinte romaine ait été transformée ultérieurement, comme on l’a vu pour l’enceinte de Bkhara.

Figure 28.

Figure 28.

Trois plans de l’enceinte de Dmeyr

(Lenoir 1999, fig. 2 d’après Musil 1928, fig. 19 ; fig. 1 d’après Brünnow et Domaszewski 1905-1909, III, pl. LIII ; fig. 4 « interprétation de G. Montel et F. Orry, échelle approximative »)

  • 109 C’est-à-dire tours d’angle comprises.
  • 110 Lenoir 1999, p. 228-230.

104M. Lenoir présente trois plans de l’enceinte de Dmeyr (fig. 28). Le plan de Musil donne des mesures hors œuvre totales 109 de 218 m d’est en ouest et de 203 m du nord au sud. Domaszewski exploitant les notes de Brünnow donne pour sa part 195 m par 175, alors que ces deux auteurs réunis annoncent 189 m par 173 110. Le texte de Musil présente lui des courtines de 179 m par 165,20. Cet éventail de valeurs illustre et justifie, une nouvelle fois à mon sens, l’intérêt de développer une nouvelle approche des dimensions des vestiges.

105Le plan de l’enceinte a été vérifié grâce aux images satellitaires. On a constaté que l’enceinte était orientée directement sur les points cardinaux et que son plan n’était ni carré ni orthogonal, le rempart septentrional « glissant » légèrement vers l’ouest. La vérification confirme également que l’enceinte protège, comme sur les plans, deux groupes de huit modules chacun, rangés en deux « colonnes » de quatre « lignes ». Un espace libre reliant les portes nord et sud sépare les deux groupes.

  • 111 Rochas d’Aiglun 1872.

106Les vestiges de l’enceinte présentent deux particularités qui conduisent à douter de son état d’enceinte romaine : les tours d’angle sont circulaires, comme celles de nombreuses enceintes élevées par les Omeyyades à l’image de celles de l’extension de Bkhara, et des courtines cintrées ont été placées de part et d’autre des portes. Cette forme de courtine concave est conseillée par Philon de Byzance pour les enceintes hellénistiques 111, mais s’éloigne des principes mis en œuvre par les Romains.

107À l’inverse, la forme des tours en U, intermédiaires et flanquant les portes, est un caractère romain, que n’ont pas les tours équivalentes des enceintes omeyyades qui sont circulaires comme sur l’extension de Bkhara. De plus, les tours intermédiaires de Dmeyr respectent le rythme suggéré par les modules [150 pR], comme on l’a remarqué pour les tours en U de Manqura et de Bkhara.

108Comme évoqué dans l’introduction, T. Bauzou avait signalé lors de notre première mission que les tours en éventail de Palmyrène rappelaient celles de Lejjun et d’Udruh en Jordanie. Le fait que ces deux enceintes sont datées de l’époque de Dioclétien et des réformes de l’armée romaine invite à les comparer à celle de Dmeyr. Dans les trois cas, la taille des tours en U est pratiquement identique et les tours sont distribuées de la même manière le long des courtines (fig. 29).

Figure 29.

Figure 29.

Comparaison de Dmeyr avec Lejjun et Udruh

(G. Thébault)

109La longueur des courtines découpées par les tours est également très proche de celle déjà constatée à Bkhara. Replacer l’enceinte de Dmeyr au sein de la série ou gamme de plans de jauge croissante constitue un premier pas vers l’établissement d’une typologie et montre que Dmeyr trouve sa place dans la série logique proposée (fig. 30).

Figure 30.

Figure 30.

Le début d’une gamme de plans, vers une typologie

(G. Thébault)

  • 112 Celle de la porte tournée vers le front selon les consignes données aux mensores et metatores.
  • 113 Comme le montrent les exemples qui suivent, cette règle n’est pas absolue : les modules ⅓, ½ et ⅔ (...)
  • 114 L’analyse de l’orientation des enceintes est développée dans mon étude générale des places fortes (...)

110La figure 30 rassemble toutes les enceintes romaines en pierre déjà évoquées et qui ont une contenance égale ou supérieure à celle de Khan-Hallabat (3 actus2). L’application du module [150 pR] met en évidence le fait que l’allongement des façades frontales 112 respecte des paliers de 150 pieds marqués par la présence de tours intermédiaires de manière assez régulière 113. Le rapport 2/3 n’est légèrement dépassé que dans le cas de Bkhara, pour des raisons que l’étude du lotissement pourrait probablement expliquer, si elle pouvait être réalisée. Ce fait n’est pas fréquent pour une enceinte romaine. Le plan de Manqura est orienté directement sur le méridien. À Dmeyr et à Udruh, les bases du trapèze sont parallèles ou orthogonales au méridien, mais le plan a subi une déformation 114. À Udruh, la forme irrégulière est probablement due à une adaptation à la topographie du site. À Dmeyr, le défaut d’orthogonalité peut être dû à une maladresse commise lors de l’implantation ou lors de la transformation du camp en palais.

111Le but de cette présentation n’était pas d’ouvrir une discussion sur la nature du site de Dmeyr mais de montrer, grâce au module [150 pR], que la forme et la contenance de l’enceinte s’inscrivent dans une gamme de plans que l’on pense romaine et dont on cherche à préciser les règles.

Conclusions et perspectives

112Il était difficile de présenter les plans des forts relevés en Palmyrène sans évoquer les relations qui lient leurs surfaces et sans présenter la vaste étude qu’elles ont engendrée grâce au module [150 pR]. Les réactions de plusieurs amis archéologues m’ont convaincu qu’il fallait avancer sans attendre d’avoir trouvé réponse à toutes les questions que posent les premières applications du module.

113Deux étapes ont été proposées pour conduire notre recherche. D’abord celle qui consiste, de manière habituelle, à relever et à décrire les vestiges architecturaux avec précision et fidélité, en appliquant le système métrique décimal qui nous est familier. Ensuite, en prenant le recul des membres d’un état-major et en employant les systèmes d’unité et les raisonnements propres aux Romains, on tente de comprendre comment ces derniers ont conçu les places fortes dont on étudie les vestiges.

114La manière dont le pseudo-Hygin compose son plan renforce notre intuition, qui invite à séparer d’abord l’étude de l’enceinte de celle du lotissement intérieur afin de tirer le meilleur parti des caractéristiques qui leur sont propres avant de chercher les liens qui les réunissent. On a noté que les camps de tentes n’avaient pas laissé de trace des emplacements des tentes formant le lotissement intérieur des camps de type 1. On a noté également que les constructions retrouvées dans les forts de type 3 occupaient d’abord l’aire intra muros avant d’être liées à l’enceinte pour dessiner une place centrale. Seuls les plans de type 2 permettent de distinguer la contenance de l’enceinte et la surface du lotissement intérieur proprement dit. Il devient alors possible de poursuivre l’étude à la recherche des règles pouvant lier l’emprise des modules et le cumul des surfaces construites, tout en les rattachant à une période déterminée.

115En s’inscrivant dans le mouvement dynamique qui va de la conception à la réalisation d’un projet, en endossant tour à tour les habits des différents acteurs du processus, on parvient à mettre en lumière certains faits souvent masqués par la simple description des vestiges.

116Cette nouvelle approche des camps et des forts romains ne fait que commencer, encouragée par les premiers exemples qui révèlent déjà certains atouts du module [150 pR]. Mais une chose est de constater que ce module entretient des liens étroits avec les plans des places fortes, une autre est de comprendre pourquoi et de savoir s’il était présent dans la « trousse à dessin » des maîtres d’œuvre romains.

Haut de page

Bibliographie

Abel 1926
F. Abel, « Inscription grecque de l’aqueduc de Jérusalem avec la figure du pied byzantin », Revue biblique 35, p. 284-288.

Arce 2010
I. Arce, « Qasr Hallabat, Qasr Bshir, and Deir el-Khaf: Building techniques, architectural typology and change of use of three quadriburgia from the limes arabicus, interpretation and sigificance », Anejos de archivo español de arqueología  LVII, Madrid, p. 455-481.

Architecture 1972
Ministère des Affaires culturelles, Architecture : méthode et vocabulaire (Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France : principes d’analyse scientifique), Paris.

Bauzou 1993
T. Bauzou, « Épigraphie et toponymie : le cas de la Palmyrène du Sud-Ouest », Syria 70/1-2, p. 27-50.

Brünnow et Domaszewski 1905-1909
R. E. Brünnow et A. von Domaszewski, Die Provincia Arabia, Strasbourg.

Carlotti 1995
J.-F. Carlotti, « Quelques réflexions sur les unités de mesure utilisées en architecture à l’époque pharaonique », Cahiers de Karnak 10, p. 125-139.

Carrié 1974
J.-M. Carrié, « Les castra dionysiados et l’évolution de l’architecture militaire romaine tardive », MEFRA 86/2, p. 819-850.

Chouquer et Favory 1992
G. Chouquer et F. Favory, Les arpenteurs romains. Théorie et pratique (Archéologie aujourd’hui), Paris.

Chouquer et Favory 2001
G. Chouquer et F. Favory, collab. A. Roth Congès, L’arpentage romain. Histoire des textes, droit, techniques, Paris.

Conso, Gonzales et Guillaumin 2006
D. Conso, A. Gonzales et J.-Y. Guillaumin, Les vocabulaires techniques des arpenteurs romains. Institut des sciences et techniques de l’Antiquité, actes du colloque international (Besançon, 19-21 septembre 2002), Besançon.

Courbon 2011
P. Courbon, « Petite histoire des calculs », XYZ 128, p. 55-64.

Decramer 2008a
L. R. Decramer, « La grande centuriation tunisienne et la voie d’Asprenas. Pour une chronologie des cadastres, routes et limites antiques », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, p. 287-309.

Decramer 2008b
L. R. Decramer, « Voies et cadastres romains : une harmonie géométrique universelle. La voie d’Aquitaine et les centuriations de la Narbonnaise occidentale », site internet ArchéoGéographie (en ligne : https://www.archeo-rome.com/voies/voies05.html, consulté 12/12/2021).

Gawlikowski 1985
M. Gawlikowski, « Les principia de Dioclétien à Palmyre, projet et réalisation » dans Le dessin d’architecture dans les sociétés antiques. Actes du colloque de Strasbourg, 26-28 janvier 1984 (Travaux du centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques 8), Strasbourg, p. 283-290.

Genequand 2004
D. Genequand, « Al-Bakhraʾ (Avatha), from the Tetrarchic fort to the Umayyad castle », Levant 36, p. 225-242.

Genequand 2012
Les établissements des élites omeyyades en Palmyrène et au Proche-Orient (BAH 200), Beyrouth.

Gerkan 1939
A. von Gerkan, « The fortifications », dans M. Rostovtzeff (éd.), Dura-Europos Preliminary Report of the Seventh and Eighth Seasons of Work, 1933-1934 and 1934-1935, New Haven, p. 4-59.

Guedj 2000
D. Guedj, Le « mètre » du monde, Paris.

Guillaumin 2005
J.-Y. Guillaumin, Les arpenteurs romains, t. I, Hygin le Gromatique - Frontin (CUF), Paris.

Guillaumin 2007
J.-Y. Guillaumin, Sur quelques notices des arpenteurs romains, Besançon.

Guillaumin 2010
J.-Y. Guillaumin, Les arpenteurs romains, t. II, Hygin - Siculus Flaccus (CUF), Paris.

Hallier 1986
G. Hallier, « Pierre de taille et mesure normalisée : Apollonia de Cyrénaïque et Massilia », dans P. Leriche et H. Tréziny (éd.), La fortification dans l’histoire du monde grec, Paris, p. 251-271.

Hoepfner et Schwandner 1986
W. Hoepfner et E.-L. Schwandner, Haus und Stadt im klassischen Griechenland (Wohnen in der klassischen Polis  I), Munich.

Humbert et Desreumaux 1998
J.-B. Humbert et A. Desreumaux, Khirbet es-Samra Jordanie 1. La voie romaine, le cimetière, les documents épigraphiques (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 1), Turnhout.

Humbert et Thébault 2011
J.-B. Humbert et G. Thébault, « Développement du bourg et emprise de l’enceinte », dans A. Desreumaux, J.-B. Humbert, G. Thébault, T. Bauzou, « Des Romains, des Araméens et des Arabes dans le Balqaʾ jordanien. Le cas d’Hadeitha-Khirbet es-Samra », dans A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.-P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. euplement et dynamiques spatiales (BAT 19), Turnhout, p. 291-294.

Hultsch 1882
F. Hultsch, Griechische und römische Metrologie, Berlin.

Jomard 1858
E.-F. Jomard, « Le pied romain de Vaison du musée des antiques de Lyon », CRAI, 2ᵉ année, p. 264-265.

Kennedy 2000
D. Kennedy, The Roman Army in Jordan, Londres.

Konrad 2001
M. Konrad, « Römische Grenzpolitik und die Besiedlung in der Provinz Syria Euphratensis », dans B. Geyer (dir.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile (Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen 36), Lyon, p. 145-158.

Konrad 2006
M. Konrad, « “Sunt enim castella barbaris opposita”: der römische Limes and der Ostgrenze des Imperium Romanum ‒ jüngste Feldforschung in Syrien erfüllt ein internationales Desiderat der Alterumswissenschaften », Akademie aktuell. 18, p. 46-52.

Konrad et al. 2001
M. Konrad et al., Der spätrömische Limes in Syrien: archäologische Untersuchungen an den Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa (Resafa 5), Mayence.

Lander 1984
J. Lander, Roman Stones Fortifications (BAR IS  206), Oxford.

Le Bohec 1989
Y. Le Bohec, L’armée romaine sous le Haut-Empire, Paris.

Le Gall 1975
J. Le Gall, « Les Romains et l’orientation solaire », MEFRA 87/1, p.  287-320.

Lenoir 1979
M. Lenoir, Pseudo-Hygin, des fortifications du camp (CUF 243), Paris, réimpr. 2012.

Lenoir 1998
M. Lenoir, « Bosra (Syrie) : Le camp de la IIIe Cyrénaïque », MEFRA 110/1, p. 523-528.

Lenoir 1999
M. Lenoir, « Dumayr, faux camp romain, vraie résidence palatiale », Syria 76, p. 227-236.

Lenoir 2011
M. Lenoir, Le camp romain, Proche-Orient et Afrique du Nord (BEFAR 345), Rome.

Musil 1928
A. Musil, Palmyrena: A Topographical Itinerary, New York.

Nordiguian et Salles 2000
L. Nordiguian et J.-F. Salles, Aux origines de l’archéologie aérienne, A. Poidebard, Beyrouth.

Parker 1995
S. T. Parker, « The typology of Roman and Byzantine forts and fortresses in Jordan », SHAJ 5, p. 251-260.

Peyras 2006
J. Peyras, « Le vocabulaire militaire des arpenteurs latins du Haut-Empire », dans Conso, Gonzales et Guillaumin 2006, p. 137-148.

Poidebard 1931
A. Poidebard, « Recherches sur le limes romain (campagne d’automne 1930) », Syria 12/3, p. 274-280.

Poidebard1934
A. Poidebard, La trace de Rome dans le désert de Syrie, Paris.

Reddé 2014
M. Reddé, Les frontières de l’empire romain, Lacapelle-Marival.

Reddé 2015
M. Reddé, « Fortins routiers du désert oriental d’Égypte », dans P. Henrich, C. Miks, J. Obmann et M. Wieland (éd.), Non solum... sed etiam. Festschrift für Thomas Fischer zum 65. Geburtstag, Rahden, p. 335-344.

Richmond 1962
I. A. Richmond, « The Roman siege-work of Masada, Israel », Journal of Roman Studies 52, p. 142-155.

Rochas d’Aiglun 1872
A. Rochas d’Aiglun (trad.), Poliorcétique des Grecs. Traité de fortification, d’attaque et de défense des places, par Philon de Byzance, Paris.

Taylor 1999
D. J. A. Taylor, The Forts on Hadrian’ s Wall: A Comparative Analysis of the Form and Construction of Some Buildings, thèse de doctorat, Durham University (en ligne : http://etheses.dur.ac.uk/4555/, consulté le 10/12/2021).

Thébault 2019
G. Thébault, La création du plan de la ville d’Europos-Dura (Syrie). Analyse du processus de création d’un plan urbain en Syrie hellénistique et romaine, thèse de doctorat, université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Thébault à paraître
G. Thébault, Khirbet es-Samra 2. Sur les pas des arpenteurs romains, La via nova entre Bostra et Philadelphia, Louvain.

Villeneuve et Sadler 2001
F. Villeneuve et S. Sadler, « Occupation du sol et vestiges architecturaux sur les marges arides de Syrie du Sud : l’exemple de Diyateh », dans B. Geyer (dir.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile (Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen 36), Lyon, p. 159-187.

Haut de page

Notes

1 À l’époque pensionnaire de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO).

2 L’interprétation des vestiges de Soukhné étant très incertaine, le plan n’est pas présenté ici.

3 Bauzou 1993.

4 Dmeyr : Lander 1984, fig. 236 ; Lenoir 1999, fig. 1 d’après Brünnow et Domaszewski 1905-1909, pl. LIII, et fig. 2 d’après Musil 1928, fig. 29. M. Lenoir conteste le fait qu’il s’agisse d’un camp romain, mais l’étude de l’enceinte montre des caractéristiques partagées avec les enceintes romaines, voir infra « Dmeyr ».

5 Soukhné : Poidebard 1934, pl. LXVIII ; Nordiguian et Salles 2000, pl. 25 ; Soukneh dans Lenoir 2011, p. 68 et fig. 22.

6 La toponymie retenue est celle utilisée par T. Bauzou, complétée si besoin par celle d’A. Poidebard. Les noms des sites sont ensuite simplifiés, sauf pour Khan al-Hallabat afin d’éviter la confusion avec Qasr Hallabat en Jordanie comme c’est le cas dans Reddé 2014, p. 163, où l’enceinte du désert jordanien aux tours d’angle carrées est présentée comme celle de Khan-Hallabat de Palmyrène aux tours d’angle en éventail.

7 Lenoir 2011, fig. 32, 34 et 36.

8 Sa traduction du texte du pseudo-Hygin relatif aux fortifications des camps datant de 1979 est d’ailleurs souvent reprise par les auteurs qui ont suivi (Lenoir 1979).

9 Lejjun : Lander 1984, fig. 235 ; Kennedy 2000, p. 147-151.

10 Udruh : Lander 1984, fig. 234 ; Kennedy 2000, p. 168-170.

11 Capadiva : Lander 1984, fig. 227.

12 Dinogétia : Lander 1984, fig. 232.

13 Voir infra « Bkhara » ; Chouquer et Favory 2001, p. 89-90 ; Guillaumin 2005, p. 78-79, à propos d’Hygin l’Arpenteur.

14 Le Corpus agrimensorum romanorum est l’un des noms de la collection d’ouvrages de littérature romaine sur la mesure du champ et la division des territoires, ouvrages qui évoquent l’activité des agrimensores, les géomètres-experts-fonciers du monde romain ; cf. Chouquer et Favory 1992, Guillaumin 2005, 2007, 2010 (traduction d’Hygin en particulier).

15 En particulier les descriptions de Polybe, de Josèphe, de Végèce et du pseudo-Hygin (voir notamment Lenoir 1979). Ce dernier est le plus souvent cité dans cet article car il entre dans le détail de l’organisation des camps de tentes, évoquant brièvement le rôle des metatores et des mensores, les géomètres chargés de l’implantation des camps.

16 Voir en particulier Decramer 2008a et b.

17 Des fortifications du camp (De munitionibus castrorum), traduit et commenté par Maurice Lenoir (Lenoir 1979).

18 Reddé 2014 présente un grand nombre d’informations et d’images composant ainsi une synthèse actualisée relative aux camps et forts romains.

19 À l’exception par exemple des camps du siège de Masada en Israël où la trace des emplacements est encore marquée par des cordons de pierres visibles par satellite (voir aussi Richmond 1962).

20 Le texte du pseudo-Hygin date du début du iie siècle de n. è. (Lenoir 2011, p. 15).

21 Pseudo-Hygin 54 (Lenoir 1979, p. 21).

22 Taylor 1999 ; Reddé 2015.

23 Lander 1984, fig. 265, p. 247.

24 Architecture 1972, vol. 2, I [19], précise « bâtiment de plan carré, formé de quatre corps entourant une cour carrée et cantonné de pavillons » (soit des tours d’angle saillantes pour les enceintes de type 3).

25 Évolution détaillée infra, « Aménagements intérieurs ». Voir infra, « Khan-Hallabat », pour les repères chronologiques.

26 Parker 1995 ; Arce 2010.

27 Le pseudo-Hygin précise en effet (Lenoir 1979, p. 18-19) : « Autant que j’ai pu, Seigneur frère, eu égard à mon inexpérience, j’ai suivi brièvement tous les bons auteurs en la matière »

28 Est-ce déjà le metator ?

29 Lenoir 1979, p. 116 (Vegèce, Mil. 2, 8).

30 En faisant référence à Lenoir 1979, p. 53, J. Peyras évoque la groma comme « (un) lieu géométrique ou (un) bâtiment ? » (Peyras 2006, p. 139). Les ouvrages de G. Chouquer et F. Favory présentent l’avantage de détailler les opérations de terrain et de décrire les instruments, en joignant à leurs observations les conclusions des travaux de plusieurs autres chercheurs (Chouquer et Favory 2001 en particulier comme synthèse de leurs travaux). La groma désigne trois choses différentes selon les cas : l’instrument des arpenteurs, le point de rencontre de la via praetoria et de la via principalis en façade du praetorium ou des principia où se réunissaient les soldats et le bâtiment qui est parfois élevé à cet endroit, comme à Lambèse et à Doura-Europos.

31 J. Peyras tente, en étudiant les textes rassemblés dans le Corpus agrimensorum Romanorum, de préciser le rôle des arpenteurs. Il signale (Peyras 2006, p. 138), en citant Le Bohec 1989, p. 49-50, que « l’euocatus Augusti était un rengagé issu des cohortes prétoriennes versé dans une légion […] il avait pour mission celle de chorographiarius lequel était un topographe… ». Comme « les mensores n’ont rien de spécifiquement militaire » et que le « metator répartit les troupes » (p. 169), on peut admettre, en toute hypothèse, que notre maître d’œuvre est un euocatus Augusti quand il est chargé des tâches du metator.

32 Le géomètre-expert dresse aujourd’hui le plan topographique d’une parcelle et la divise pour créer un lotissement, avec ses parcelles privatives, ses parties communes, sa voirie et ses réseaux divers. C’est souvent lui qui implante ensuite le projet sur le terrain. Il agit alors comme le faisaient le mensor et le metator pour implanter leur camp. S’il est géomètre-expert-foncier DPLG, c’est lui qui détermine les limites foncières, mais il doit être inscrit à l’Ordre des géomètres-experts-fonciers pour réaliser le bornage des parcelles et modifier les plans cadastraux qui sont des documents fiscaux. Il a alors la compétence de l’agrimensor et remplit ses missions.

33 Voir infra, « Le choix des unités de mesure ».

34 Courbon 2011.

35 Lenoir 1979, 25 p. 11.

36 Lenoir 1979, 26 p. 11.

37 Lenoir 2011, p. 32. M. Lenoir énumère les bâtiments : « le praetorium, l’hôpital, l’hôpital pour animaux ou ueterinarium, etc. ».

38 J’ai constaté ce phénomène lors de la création dans un même élan de douze collèges d’un même département, sur la base d’un même programme, les douze équipes ayant imaginé douze collèges très différents.

39 Manqura : Poidebard 1934, pl. XXI.

40 Khan-Hallabat : Poidebard 1934, pl. XLI.

41 Voir infra, « Le choix des unités de mesure ».

42 Bkhara : Lenoir 2011, p. 81-82.

43 Voir infra, « Le module et ses subdivisions ».

44 Chouquer et Favory 2001, p. 86, 407, et Guillaumin 2005, p. 159-160, à propos de Frontin.

45 Lenoir 2011, p. 81, à propos d’Abiyad, et plus généralement Lander 1984, fig. 265, p. 247.

46 Qattar : Poidebard 1934, pl. XXXIX.

47 Abiyad : Poidebard 1931, pl. LV ; Poidebard 1934, pl. XXXIX.

48 Basiri : Poidebard 1934, pl. XXXI.

49 Abou Shamat : Poidebard 1934, pl. XVI.

50 Aneybeh : Poidebard 1934, pl. XXVIII.

51 Trab : Poidebard 1934, pl. XIX.

52 Le site est présenté dans Poidebard 1934, pl. IV et V.

53 Lors des deux missions, j’appelais communément ces places fortes « forts fondus » tant la dégradation des briques évoquait cet aspect.

54 Bauzou 1993 ; Lenoir 2011, p. 81-93 ; Genequand 2004 et 2012.

55 Sukkariyé : Poidebard 1934, pl. XLIII ; Genequand 2012, p. 33- 34, fig. 16.

56 Bauzou 1993 p. 45.

57 Lenoir 2011, p. 84-85.

58 Les photos prises à l’occasion de la visite de Gertrude Bell montrent que l’état de ces éléments était identique au début du xxe siècle.

59 Les transformations de l’enceinte, les élévations des tours et leurs aménagements intérieurs mériteraient d’être traités dans le détail, mais il ne s’agit ici que de la géométrie de l’enceinte.

60 Comme à Manqura et Bkhara.

61 Les ouvertures sont trop petites pour qu’il s’agisse de meurtrières.

62 Le lever (ou levé) d’un plan est l’action d’établir un plan d’après les mesures prises par l’arpentage.

63 Dans les cas souvent cités de large fan à Lejjun, Udruh et Capadiva, les tours sont plus grandes et les segments rectilignes s’éloignent de l’angle des courtines.

64 Sauf au droit des escaliers intérieurs édifiés de part et d’autre de la porte.

65 Voir infra.

66 Dans les triangles rectangles isocèles ABC et ABE, 172 = 289, la somme du carré des côtés est donc 289 × 2 = 578, dont la racine carrée est égale à 24,04.

67 Genequand 2004, fig. 2, p. 228, et Genequand 2012, fig. 46, p. 75.

68 Le plan de la tour-type de Khan-Hallabat est hachuré sur la fig. 14.

69 Présence que suggère la découverte des escaliers.

70 Le Gall 1975, p. 292-295.

71 Selon les méthodes d’Hygin le Gromatique et de Vitruve décrites dans Chouquer et Favory 2001, p. 89-90.

72 Le terme de « trigonographie » ne se trouve pas dans le dictionnaire. Je l’utilise pour imager la manière dont les Romains procèdent avec des triangles rectangles, sans mesurer d’angles (comme lors de nos triangulations), sans mesurer de longueur (comme lors de nos trilatérations) et sans exécuter de calculs trigonométriques.

73 Poidebard 1934, photo aérienne : pl. IV-I, plan schématique : pl. V.

74 Konrad 2001, p. 153-154 et fig. 7 et 8.

75 Au nord si on se fie à l’emplacement des citernes mentionnées dans le texte.

76 On retrouve l’échelle graphique dans Konrad et al. 2001 et Konrad 2006.

77 Voir infra « Aménagements intérieurs ».

78 Konrad 2001, p. 153.

79 I. Arce rappelle que le fort de Qasr Bshir (Castra Praetorii Moebene) a été construit à la même « époque » que l’enceinte libre de construction et aux grandes tours d’angle en éventail de Lejjun (Betthorus) qui a abrité la legio IV Martia (Arce 2010, p. 470-474). Qasr Bshir est daté 293-305 de n. è. par une inscription (Kennedy 2000, p. 140-143). Les fouilles indiquent une première phase des bâtiments du lotissement de Lejjun datée de 300 de n. è. et un remaniement en 363 (Kennedy 2000, p. 146-150).

80 Si la restauration des parements n’a pas effacé la trace de tels chaînages. Les murs du bâtiment des principia conservés sur une bonne hauteur ne sont pas liés à la courtine sud-ouest.

81 Chouquer et Favory 2001, p. 72.

82 Chouquer et Favory 2001, p. 71-72, p. 116.

83 À Vaison-la-Romaine (France), par exemple, il est long de 29,42 cm (Jomard 1858), celui trouvé à Pompéi, présenté en vitrine au musée de Naples, mesure 29,65 cm.

84 Thébault à paraître.

85 Gawlikowski 1985, p. 283-284.

86 Thébault 2019.

87 Hallier 1986, p. 261.

88 Carlottti 1995, p. 129-139.

89 Selon F. Hultsch, la valeur de 30,8 cm a été établie par Stuart en étudiant le Parthénon (Hultsch 1882, p. 66).

90 Abel 1926, p. 284-288.

91 Guedj 2000, « Méridienne verte », p. 71.

92 Le pied de 29,2 cm déduit des fortifications macédoniennes d’Europos-Doura pourrait donc avoir pour origine la valeur de 29,4 cm, celle du pied dit « attico-solonien » que Hoepfner et Schwandner retiennent de manière théorique pour le lotissement macédonien (Hoepfner et Schwandner 1986, p. 212-216).

93 Pour le topographe, passé maître dans l’art de compenser les écarts qu’il constate, l’erreur est acceptable, alors que la faute ne l’est pas. Les traités des arpenteurs « gromaticiens » ne prétendent pas le contraire.

94 Chouquer et Favory 2001, p. 75-79.

95 J’insiste sur ce point car je lis parfois malheureusement que la surface de 100 pieds2 est celle d’un carré de 100 pieds de côté, dont la surface réelle est de 100 × 100 = 10 000 pieds2.

96 Cette réalité est restée cachée du fait qu’A. von Gerkan avait établi que les îlots mesuraient 100 pieds par 200, selon le pied de 35 cm déduit de la coudée égyptienne (et de Samos) qu’il avait établi à partir des dimensions des blocs de gypse mesurées sur le rempart occidental de la ville (Gerkan 1939, p. 4).

97 Lenoir 2002, introduction p. X.

98 Soit 75 pR de façade et 0,75 actus2 pour le module 1/2 et 100 pR de façade et 1 actus2 pour le module 2/3.

99 Ces deux exemples sont tirés de mon étude générale des places fortes romaines en cours de rédaction.

100 Lenoir 2011, p. 153 ; les inscriptions des portes sont datées de 201.

101 https://historicengland.org.uk/listing/the-list/list-entry/1017920 (consulté le 15/11/2021).

102 Villeneuve et Sadler 2001, p. 159-187.

103 Humbert et Desreumaux 1998, p. 47-49 ; Humbert et Thébault 2011, p. 291-294.

104 En Arabie romaine mais en Syrie du Sud aujourd’hui.

105 F. Villeneuve date le fort « probablement de 300 environ », dans Villeneuve et Sadler 2001, p. 159.

106 Lenoir 2011, p. 99 pour les trois couples de valeurs.

107 Mission dirigées par J.-B. Humbert (EBAF) et A. Desreumaux (CNRS).

108 Lenoir 1999.

109 C’est-à-dire tours d’angle comprises.

110 Lenoir 1999, p. 228-230.

111 Rochas d’Aiglun 1872.

112 Celle de la porte tournée vers le front selon les consignes données aux mensores et metatores.

113 Comme le montrent les exemples qui suivent, cette règle n’est pas absolue : les modules ⅓, ½ et ⅔ augmentent la largeur des façades formées d’un nombre pair de modules.

114 L’analyse de l’orientation des enceintes est développée dans mon étude générale des places fortes romaines en préparation, déjà évoquée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Les places fortes jalonnant la strata Diocletiana entre Dmeyr et Soukhné 
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 2.
Légende Les phases de construction du « castrum de Drobeta », iie siècle et fin du iiie
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Figure 3.
Légende Évolution du plan des places fortes de type 3 à la suite des réformes du iiie siècle
Crédits (dessin G. Thébault  pour Qasr Bshir : d’après Lenoir 2011, fig. 68, et Arce 2010, fig. 6)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 4.
Légende Les cinq enceintes aux tours d’angle en éventail
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 5.
Légende Khan-Hallabat : les parements de la courtine méridionale
Crédits (cliché gauche : G. Bell ; clichés central et droit : G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 6.
Légende Khan-Hallabat : la tour sud-est SE (a) et la courtine orientale (b)
Crédits [clichés G. Thébault]
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 7.
Légende Khan-Hallabat : analyse géométrique d’une tour d’angle et de l’aire intra muros
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 8.
Légende Abiyad : géométrie
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 9.
Légende Qattar : géométrie ; le plan de la tour est orienté comme celui des tours des autres forts
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 10.
Légende Manqura : la dégradation des parements de la tour nord
Crédits (cliché G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 11.
Légende Manqura : géométrie
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 12.
Légende Manqura : plan des tours en U
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 13.
Légende Bkhara : état des lieux avec l’extension omeyyade
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 14.
Légende Bkhara : la géométrie révélée par le module [150 pR]
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 15.
Légende Bkhara : les tours en U
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 16.
Légende L’orientation de l’enceinte de Bkhara
Crédits (G. Thébault sur Google Earth Pro ‒ image 2021 CNES/Airbus)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 17.
Légende Deux forts romains de brique crue, Helela et Kharidjé
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 19.
Légende Exemple d’arasement d’une courtine de brique crue
Crédits (cliché G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 20.
Légende Kharidjé : le plan sur les images satellitaires
Crédits (Google Earth Pro Images 2020 CNES/Airbus et 2016 CNES/Astrium ; relevé du plan G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 21.
Légende Qusair as-Saila : plans du fort et des tours
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 22.
Légende Aménagements intérieurs : Abiyad et Khan-Hallabat
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 23.
Légende Khan-Hallabat : évolution probable du plan
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 24.
Légende Le pied « attico-byzantin » de l’aqueduc de Jérusalem
Crédits (Abel 1926)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 25.
Légende Évaluation du module de 150 pR, carré de 150 pieds, 100 coudées ou 30 pas de côté
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 26.
Légende Bu Njem et Bainbridge
Crédits (G. Thébault sur images Google Earth Pro 2017 CNES/Airbus et 2017 Infoterra Ltd & Bluesky-2017 Google)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 27.
Légende Les enceintes de Diyatheh et de Khirbet-Samra
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 28.
Légende Trois plans de l’enceinte de Dmeyr
Crédits (Lenoir 1999, fig. 2 d’après Musil 1928, fig. 19 ; fig. 1 d’après Brünnow et Domaszewski 1905-1909, III, pl. LIII ; fig. 4 « interprétation de G. Montel et F. Orry, échelle approximative »)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 29.
Légende Comparaison de Dmeyr avec Lejjun et Udruh
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 30.
Légende Le début d’une gamme de plans, vers une typologie
Crédits (G. Thébault)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13565/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Thébault, « Les forts romains de Palmyrène : étude de sept plans inédits »Syria, 98 | 2021, 381-418.

Référence électronique

Gérard Thébault, « Les forts romains de Palmyrène : étude de sept plans inédits »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 26 août 2022, consulté le 01 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/syria/13565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13565

Haut de page

Auteur

Gérard Thébault

Géomètre-expert DPLG, ingénieur du génie urbain ; docteur EPHE-PSL, UMR 8546 ENS-CNRS-AOROC, Paris ; chercheur associé, UMR 7041 ArScAn - APOHR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo MEAE
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search