Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98NécrologiesJean-Marie Dentzer (Strasbourg, 2...

Nécrologies

Jean-Marie Dentzer (Strasbourg, 26 septembre 1935 – Paris, 29 octobre 2020)

Les itinéraires en terre syrienne d’un grand esprit
Michel al-Maqdissi
p. 441-444

Texte intégral

Jean-Marie Dentzer, Jacqueline Dentzer-Feydy et Adnan Bounni à la bibliothèque du musée de Damas le 10 octobre 2007

Jean-Marie Dentzer, Jacqueline Dentzer-Feydy et Adnan Bounni à la bibliothèque du musée de Damas le 10 octobre 2007

cliché Eva Ishaq

1Lorsqu’un grand esprit de notre discipline s’en va, les archéologues tiennent à l’accompagner d’une pensée pour révéler à la communauté scientifique ses valeurs et retrouver la force pour pouvoir continuer le chemin à la recherche de la lumière sur nos lointains ancêtres. L’absence de Jean-Marie Dentzer ressuscite beaucoup de souvenirs de sa carrière au Levant, qui révèle ce que fut le travail d’un archéologue engagé durant presque quarante années en liaison étroite avec une génération noble d’archéologues et d’historiens de l’art au Proche-Orient.

2Né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 26 septembre 1935, Jean-Marie Dentzer a vécu une enfance assez particulière durant la période délicate de la seconde guerre mondiale. Étudiant, il suivit des cours et des séminaires à l’École normale supérieure (1956), puis à l’École pratique des hautes études, IVe section (1960). En 1961, il prit le chemin du palais Farnèse à Rome pour commencer une nouvelle phase qui fut marquée principalement par la préparation d’une thèse sur le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le monde grec du viie au ive s. av. J.-C., sous la direction de Pierre Demargne, fouilleur de Xanthos (l’ancienne capitale fédérale de la Lycie antique) ; celle-ci fut publiée en 1982 dans le fascicule 246 de la prestigieuse collection des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Cette recherche encyclopédique, de longue haleine, exigea beaucoup de patience et de soin. Jean-Marie Dentzer regroupa des centaines de sculptures autour d’une synthèse profonde ouvrant pour lui le corpus iconographique d’une vaste région peu explorée qui s’étend de la Méditerranée orientale au plateau iranien.

  • 1 Cf. AAAS XXI, 1971, p. 39-50 (= numéro spécial des Actes du XIe congrès international d’archéologi (...)
  • 2 Ibid., p. 50.

3Ses premiers contacts avec le terrain en Orient débutèrent au moment de sa présence à l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, dirigé à cette époque par Henri Seyrig. Durant trois années (1963-1965), il sillonna les sites classiques les plus prestigieux. Ainsi, il effectua des voyages d’études de Baalbek à Aï Khanoum en passant par Palmyre, Doura-Europos, Hatra, Mossoul et Persépolis. Ses rencontres à Beyrouth avec l’abbé Jean Starcky, André Dupont-Sommer, Paul Bernard, Claude Schaeffer, André Parrot et bien d’autres avaient fait croître son attachement à l’archéologie de cette région, mais sa décision finale fut prise lors de sa participation à Damas aux journées du IXe congrès international d’archéologie classique. Durant presque une semaine (11-20 octobre 1969), il fut en mesure de rencontrer les meilleurs spécialistes de l’archéologie classique, d’échanger avec les archéologues syriens, notamment avec Adnan Bounni, Nassib Saliby et Bachir Zouhdi, sur sa vision de l’art au Levant et surtout d’effectuer des visites guidées à Palmyre, à Alep, à Bosra… Sa communication, intitulée « L’iconographie iranienne du souverain couché et le motif du banquet » 1, marqua d’une manière incontestable son choix pour l’iconographie originale d’un Orient étonnamment influencé par divers courants artistiques qui confirment une originalité éclatante et une source d’inspiration commune : « À travers ces témoins d’une tradition orientale… dans sa coloration originale, malgré les influences stylistiques grecques, on peut imaginer l’ancêtre iconographique commun à toutes les formes du motif 2 ».

4Dès son retour en France, J.-M. Dentzer consacra l’essentiel de son activité à l’enseignement. Une formation spécialisée sur l’art et l’archéologie de l’Orient hellénisé commença à prendre forme à l’université de Nancy II (1968-1973), avant de prendre son ampleur définitive à partir de 1974 à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne sous la forme d’un séminaire novateur et d’un dialogue ouvert aux spécialistes et aux étudiants de France, d’Europe et du Proche-Orient. Ses enseignements témoignaient d’un attachement à une archéologie approfondie et subtile capable de dévoiler la mystérieuse rencontre entre un Occident novateur et un Orient attaché à sa tradition ancestrale. Dans ce cadre précis fourni par Jean-Marie Dentzer, il était possible de réfléchir de façon précise sur le rôle de la société locale durant la période hellénistico-romaine. Pour lui, l’archéologie de terrain resta toujours la source la plus fiable pour apporter les éléments les plus décisifs à ce dossier.

5Son installation à Paris lui permit d’accepter deux charges administratives et scientifiques. De 1976 à 1978, il présida l’UFR d’art et d’archéologie de Paris I, et de 1976 à 1994, il fut le directeur de l’ERA no 20 du Centre de recherches archéologiques.

6Nouveau tournant en 1977 : J.-M. Dentzer retourna au Levant. Avec le soutien d’Ernest Will alors directeur de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO), il fonda la Mission archéologique française en Syrie du Sud où il obtint, avec l’appui d’Adnan Bounni, le directeur légendaire du Service des fouilles à Damas, l’autorisation de rouvrir les deux chantiers de Bosra et de Siʾ restés tels que les avait laissés l’Américain Howard Crosby Butler en 1909.

7Mais c’est sa rencontre avec Jacqueline Feydy, sa future épouse, Ernest Will, dont il fut l’élève, et François Villeneuve qui motiva son attachement aux Nabatéens auxquels il décida de consacrer le reste de sa vie, en décortiquant les différentes énigmes de cette population arabe de commerçants dans une large région étendue de la Syrie du Sud jusqu’à l’Arabie.

8Le retentissement de ses travaux fut considérable, d’abord en Syrie et par la suite en France et en Europe. Il fut élu en 1968 membre de la Société nationale des antiquaires de France et en 2002 à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au fauteuil de Michel Lejeune. En même temps, il fut membre titulaire de la commission d’admission à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (IFAO) et du Deutsches Archäologisches Institut à Berlin.

9À partir de 1996, sa direction de l’Ifpo à Damas fut l’occasion de mener des études topographiques à Palmyre. En même temps, il obtint grâce au mécénat de Total la possibilité de réaliser deux actions importantes sur le plateau du Ledja, l’antique Trachonitide. Ainsi, à partir de 1998, il dirigea les travaux sur le sanctuaire tribal de Sahr al-Ledja avec ses statues de tradition romano-mésopotamienne, puis, à partir de 2000, il procéda à l’étude du village de Shâʿara avec ses bains et son monument dédié au culte de Mithra, connu dans le monde romain dès la seconde moitié du ier siècle de notre ère.

10Ce bilan, dont nous ne présentons ici que les grandes lignes, montre que sa carrière le fit s’immerger dans la tradition archéologique française au Levant, qui défendait le rôle décisif joué par les populations locales dans les différents courants de civilisation de la Méditerranée orientale durant les périodes classiques. Ces courants construisirent les bases solides d’une tradition locale qui acquit, selon René Dussaud, « des qualités propres qui lui ont valu une réelle personnalité ».

11Quand il avait commencé ses travaux au début des années soixante-dix, les Nabatéens n’étaient pas un thème courant en archéologie proche-orientale. À cette époque, les problématiques se limitaient à la grandeur spectaculaire de Pétra dans le contexte général de la Nabatène. Contre cette tendance, il organisa des recherches pluridisciplinaires avec des archéologues, des historiens, des épigraphistes, des géographes ainsi que toutes les disciplines qui s’y rattachent. Ainsi, ses recherches en Syrie et par la suite en Jordanie et en Arabie Saoudite lui ont permis de révéler la splendeur des Nabatéens, dans une zone géographique qui s’étend de la région de Damas au nord jusqu’à Madaʾin Saleh/Al-Hijr en Arabie au sud, avec deux capitales, Pétra et Bosra. Cette population, connue grâce à une architecture splendide, à une culture matérielle particulière et aux milliers d’inscriptions gravées sur la pierre, fait partie de celles que les sources classiques ont injustement nommées les « peuples périphériques » ou même « barbares ».

  • 3 AAAS, XLI, 1997(= Special Issue Documenting the Activities of the International Colloquim, History (...)
  • 4 M. al-Maqdissi, F. Braemer et J.-M. Dentzer (éd.), Hauran V/1, La Syrie du Sud du Néolithique à l’ (...)
  • 5 I-1/1985 (BAH 124/1), I-2/1986 (BAH 124/2), II/2003 (BAH 164), III/2008 (BAH 181), V-1/2010 (BAH 1 (...)

12Il ne lui restait qu’à trouver l’occasion de diffuser et de discuter l’ensemble des résultats obtenus. Cette opportunité se présenta en 1990 puis en 1997 à l’occasion de deux colloques organisés respectivement à Souweida et à Damas, sous sa co-direction. Les actes publiés dans un numéro spécial des AAAS 3 et dans la collection de la BAH 4 bouleversèrent complètement notre compréhension de ces sites-clés. En même temps, il se lança un grand défi, une entreprise menée à bien par la publication des six volumes de la collection Hauran 5. C’est alors que le monde archéologique prit pleinement conscience de l’importance exceptionnelle de son travail et de la qualité de sa démarche scientifique bien rythmée par des rapports détaillés et des études de synthèse dont il était le principal artisan.

13À une époque où certains voudraient trahir l’esprit de l’archéologie syro-levantine, sa disparition nous met face à un choix difficile. Sa carrière tout entière a été vouée à préserver la noblesse de notre métier et par là-même de notre existence ; c’est le but qu’il s’était fixé. Sa vie nous offre l’exemple d’un archéologue qui a su rendre justice à notre discipline, en privilégiant une rigueur absolue et en rectifiant les erreurs courantes. Pour lui, l’analyse objective des différents aspects d’une population de l’Antiquité du Levant était une exigence morale, un comportement nécessaire dicté par les valeurs éthiques. Pendant presque quarante années, ses travaux lui ont permis de servir cet idéal et de défendre la cause de cette archéologie jusqu’à l’abnégation. Cette démarche qui fut de tout temps la sienne n’était rien d’autre que l’application sincère des principes de cette école française d’archéologie proche-orientale qui a posé les bases morales de la recherche future avec ses pionniers : Henri Seyrig, Daniel Schlumberger et Ernest Will.

14Ajoutons que par son œuvre comme par sa vie, il a donné l’exemple d’une fidélité sans faille à notre pays. Tous ceux qui l’ont connu s’accordent à louer sa courtoisie, sa gentillesse, sa serviabilité. Il s’en est allé comme il avait vécu, fidèle à ses principes.

  • 6 Le 13 janvier 2021 à l’église Saint-Médard de Paris.

15Mais il nous a laissé un autre message, ultime. Après sa mort, il nous a pieusement légué le courage de surmonter le calvaire que nous vivons depuis plus de dix ans. Méditons le souhait qu’il nous a transmis au moment où ses amis et ses collègues se sont réunis pour célébrer une messe à sa mémoire 6. Une lumière d’espoir s’en dégageait avant la fin de la cérémonie avec l’aria « Hochgelobter Gottessohn » pour orgue de la cantate BWV 6 (BWV 649) de Bach :

Bleib, ach bleibe unser Licht,
Weil die Finsternis einbricht

Maintenant que son âme s’est ouverte à la lumière de l’éternité, offrons-lui notre reconnaissance infinie : ce sont les valeurs morales jointes aux valeurs intellectuelles qui font un grand archéologue.

Haut de page

Notes

1 Cf. AAAS XXI, 1971, p. 39-50 (= numéro spécial des Actes du XIe congrès international d’archéologie classique Orient, Grèce et Rome [Damas, 11-20 octobre 1969]).

2 Ibid., p. 50.

3 AAAS, XLI, 1997(= Special Issue Documenting the Activities of the International Colloquim, History and Archaeology of Mohafazat as-Sweida, Sweida 29-31 october 1990).

4 M. al-Maqdissi, F. Braemer et J.-M. Dentzer (éd.), Hauran V/1, La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive, recherches récentes (BAH 191), Beyrouth, 2010, et M. al-Maqdissi, F. Braemer, J.-M. Dentzer et E. Ishaq (éd.), Hauran V/2, La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive, recherches récentes, Beyrouth, 2013 (en arabe).

5 I-1/1985 (BAH 124/1), I-2/1986 (BAH 124/2), II/2003 (BAH 164), III/2008 (BAH 181), V-1/2010 (BAH 191), V-2/2013 (BAH 202) et VI/2020 (BAH 217).

6 Le 13 janvier 2021 à l’église Saint-Médard de Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Marie Dentzer, Jacqueline Dentzer-Feydy et Adnan Bounni à la bibliothèque du musée de Damas le 10 octobre 2007
Crédits cliché Eva Ishaq
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel al-Maqdissi, « Jean-Marie Dentzer (Strasbourg, 26 septembre 1935 – Paris, 29 octobre 2020) »Syria, 98 | 2021, 441-444.

Référence électronique

Michel al-Maqdissi, « Jean-Marie Dentzer (Strasbourg, 26 septembre 1935 – Paris, 29 octobre 2020) »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 29 août 2022, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/13674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13674

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search