Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98NécrologiesPierre Amiet (Strasbourg, 29 avri...

Nécrologies

Pierre Amiet (Strasbourg, 29 avril 1922 – Paris, 21 avril 2021)

Ariane Thomas
p. 455-458

Texte intégral

Pierre Amiet au Levant, 1951

Pierre Amiet au Levant, 1951

© Archives du département des Antiquités orientales du musée du Louvre / fonds P. Amiet

1Né en 1922 à Strasbourg d’un père alsacien marqué par la Grande Guerre à peine achevée, Pierre Amiet a grandi dans un foyer aimant. C’est en famille à l’été 1936 que Pierre Amiet s’intéressa pour la première fois à l’Orient ancien auprès de sa tante, Louise Amiet, qui lui parla des Assyriens. C’est elle aussi qui lui apprit le dessin dont il se servit si bien plus tard pour dérouler les scènes figurées, en particulier sur ses chers sceaux. Son père encouragea son engouement en lui rapportant des livres de la bibliothèque municipale qui lui firent découvrir l’Antiquité orientale, avec les ouvrages de Louis Delaporte notamment.

  • 1 « L’aigle dans l’art et la religion de la Mésopotamie antique », Revue du Louvre et des musées de (...)

2Après la défaite à la suite de la « drôle de guerre », comme tant d’Alsaciens, sa famille dut se réfugier dans le sud de la France. C’est seulement après la guerre qu’il put mener ses études supérieures à Paris à l’École du Louvre, tout en envisageant déjà de faire en même temps une licence à la Sorbonne. En 1945-1946, il commença donc l’apprentissage de l’Antiquité orientale, avant d’achever quelques années plus tard ses études à l’École du Louvre par un mémoire, L’aigle dans l’art et la religion de la Mésopotamie antique, qui fit l’objet de son premier article, paru en 1950 1.

3En cette même année 1950, Pierre Amiet se rendit pour la première fois en Orient, pour étudier à l’École biblique à Jérusalem. Il fit alors sa seule expérience de fouilleur à Tell el-Farah, sa santé étant jugée trop fragile pour poursuivre au-delà de sa 3e campagne en 1954. Lors de son séjour chez les dominicains, Pierre Amiet voyagea notamment en Syrie et en Irak, visitant les sites d’Alep, de Minet el-Beida et d’Ougarit, de Nimrud alors fouillé par Max Mallowan, de Nebi Yunus et de Ninive, de Hatra, de Ctésiphon, de Tell Harmal à peine dégagé, de Babylone ou encore d’Ur et bien d’autres comme en témoignent les photographies minutieusement annotées qu’il en rapporta.

  • 2 Pierre Amiet, La glyptique mésopotamienne archaïque, 1re éd., Paris, 1961.

4De retour en France en 1954, il publia divers articles. Inscrit à la Sorbonne, il se lança également dans « un long travail » que fut sa thèse de doctorat sur la glyptique mésopotamienne archaïque, finalement publiée en 1961 2. Entre-temps, marié à son épouse Françoise avec qui il eut trois enfants, huit petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants qu’il eut la joie de connaître, Pierre Amiet entra au CNRS, d’abord comme stagiaire puis comme chargé de recherche.

  • 3 « Notes sur le répertoire iconographique de Mari à l'époque du Palais », Syria 37/3-4, 1960, p. 21 (...)

5Diplômé de l’École du Louvre, âgé de 36 ans, Pierre Amiet fut en quelque sorte poussé à accepter un poste de conservateur à Chambéry en 1958, alors que le département des Antiquités orientales du musée du Louvre était « tout à fait garni ». Il déclare s’y être « fait la main dans le métier de conservateur » et y avoir « découvert les grandeurs et servitudes correspondant à une vraie vocation ». À la tête du musée des Beaux-Arts, qui gérait aussi la maison des Charmettes de Jean-Jacques Rousseau, Pierre Amiet travailla notamment sur l’histoire de la Savoie en vue des célébrations du rattachement de la Savoie à la France. Sa curiosité et son œil, qui allaient devenir fameux, lui permirent également quelques belles trouvailles scientifiques, que ce soit l’attribution de vitraux de Chambéry ou le déchiffrement d’une phrase biffée par Georges Sand sur le livre d’or de la maison de Rousseau. Quand il le pouvait et de son propre aveu, Pierre Amiet n’en prenait pas moins un prétexte pour se rendre à Paris et faire un crochet par le Louvre, alors même qu’il continuait de travailler à sa glyptique mésopotamienne, publiant des articles notamment dans la revue Syria 3 avec laquelle il ne cessa de collaborer.

  • 4 Elam, Auvers-sur-Oise, 1966.

6Ce fut en 1961 que Pierre Amiet fut appelé à rejoindre la conservation du département des Antiquités orientales du musée du Louvre par son chef André Parrot. Selon Pierre Amiet, « tout au long des années 60, [Parrot] faisait tellement de choses que je faisais ce que je voulais dans le département ». Constatant que le Louvre vivait encore sur des souvenirs de l’avant-guerre, P. Amiet fit notamment changer les vitrines et moderniser les salles. Surtout, il étudia savamment les collections, qu’il s’agisse de corpus énormes auxquels il était capable de faire face depuis sa thèse de doctorat, ou de pièces isolées ayant attiré son œil si souvent infaillible. Travaillant autant en salles qu’en réserves, il fit alors des rapprochements majeurs, en retrouvant par exemple les mains de la statue fragmentaire debout du roi Manishtushu d’Akkad. Dans la suite de ces travaux, notamment sur la glyptique susienne et en lien avec les fouilles en cours à Suse, Pierre Amiet poursuivit également son travail fondateur sur l’Iran ancien 4.

  • 5 L’art antique du Proche-Orient, Paris, 1977.
  • 6 Glyptique susienne des origines à lʹépoque des Perses achéménides. Cachets, sceaux-cylindres et em (...)
  • 7 L’art d’Agadé au musée du Louvre, Paris, 1976 ; Les antiquités du Luristan, Paris, 1976.
  • 8 « Contribution à l'histoire de la sculpture archaïque de Suse », CahDAFI 6, 1976, p. 47-82 ; « Dis (...)
  • 9 Introduction à l’histoire de l’art de l’Antiquité orientale, Paris, 1979 ; Suse : 6 000 ans d’hist (...)
  • 10 Bas-reliefs imaginaires de l’ancien Orient d’après les cachets et les sceaux-cylindres, catalogue (...)

7En 1968 fut créé le poste de directeur du musée du Louvre, comme tout exprès pour André Parrot, en excellentes relations avec André Malraux, alors ministre de la Culture. De cette promotion de Parrot peu avant sa retraite en 1972, résulte celle de Pierre Amiet qui prit alors la tête du département des Antiquités orientales pour ne la quitter qu’à sa retraite en 1988, soit pendant vingt ans. Parallèlement, il continua d’enseigner l’Antiquité orientale à l’École du Louvre, portant cette charge vingt-huit ans au total. Dès 1971, il publiait également sa première édition d’un « Que sais-je ? » intitulé Les Civilisations antiques du Proche-Orient. Se remettant toujours en question au travers de son incessant retravail des corpus pour mieux comprendre ce qu’ils révèlent du passé, Pierre Amiet déclara avoir ensuite largement revu sa vision et sa compréhension de l’Orient ancien, en particulier lors de la rédaction de son Art antique du Proche-Orient, une magnifique somme publiée dans la fameuse collection de Lucien Mazenod en 1976 5 et encore employée par des générations d’étudiants, curieux ou plus spécialistes. Durant ces vingt années à la tête du département, Pierre Amiet publia largement, dont des corpus impressionnants – spécialement dans le domaine de la glyptique 6 où il reste par bien des aspects inégalé. Il fit également paraître des catalogues sur des sujets variés en lien avec les collections du Louvre, que ce soit l’art d’Akkad ou celui du Luristan par exemple 7. Il est aussi l’auteur d’innombrables articles 8, ainsi que de manuels et d’ouvrages de vulgarisation au meilleur sens du terme, en ce qu’ils rendent limpides des sujets souvent méconnus et complexes 9. En 1973, Pierre Amiet a également promu la glyptique au travers d’une exposition à la Monnaie de Paris : Bas-reliefs imaginaires de l’ancien Orient 10. Il supervisa d’autres expositions en lien avec les coopérations scientifiques et diplomatiques du département, comme La voie royale, 9 000 ans d’art au royaume de Jordanie en 1986. En tant que directeur du département des Antiquités orientales, il a en outre recruté une équipe appelée à lui succéder, tout en portant pour les Antiquités orientales le début des réflexions sur le projet du Grand Louvre.

8Grand lecteur, professeur aussi timide que généreux ayant encadré et conseillé des générations d’étudiants et de chercheurs, Pierre Amiet fut aussi impliqué dans l’édition des Mémoires de la Délégation en Perse plus connus sous le nom de MDP. Aussi curieux d’assyriologie que d’archéologie, il s’intéressa toujours au cadre le plus large, propre à la hauteur de vue qu’il développa au cours de sa carrière et qui fit rayonner le département en France et à l’étranger, du Moyen-Orient aux États-Unis.

  • 11 L’âge des échanges inter-iraniens. 3500-1700 avant J.-C., Paris, 1986.

9Peu avant sa retraite, il publia un nouvel ouvrage remarquable intitulé L’âge des échanges inter-iraniens. 3500-1700 avant J.-C. 11. Avec sa capacité d’embrasser des corpus énormes et variés en type et en provenances, Pierre Amiet y montre son exceptionnelle compréhension des œuvres, ses intuitions sur les dynamiques à l’œuvre entre la fin du IVe et le début du IIe millénaire avant notre ère, des confins de l’Asie centrale aux limites du monde syro-mésopotamien, étant d’autant plus remarquables qu’elles se trouvent vérifiées par les fouilles archéologiques plus récentes.

  • 12 L’Antiquité orientale (Que sais-je ? 185), Paris, 2013, 4e éd. de la version éditée en 1994 avec u (...)
  • 13 Corpus des cylindres de Ras Shamra-Ougarit II. Sceaux-cylindres en hématite et pierres diverses (R (...)

10De chez lui après sa retraite en 1988, Pierre Amiet poursuivit son travail et sa méditation savante sur la dynamique des cultures, sur leurs interactions et sur la mort des civilisations antérieures à l’Antiquité classique, au travers de ce qu’expriment les monuments parvenus jusqu’à nous. Ces réflexions furent notamment livrées au plus grand nombre dans son « Que-sais-je ? » totalement réécrit avec un texte et un titre nouveaux en 1994 – plusieurs fois revu et augmenté jusqu’en 2013 12. Il continua également de publier corpus et articles jusqu’à 80 ans 13 comme de recevoir ceux qui le sollicitaient et à qui il racontait avec plaisir tout ce qu’il gardait dans sa « vieille tête ».

11Reconnu dans le monde entier et toujours aussi lu et apprécié des étudiants comme des plus grands spécialistes, Pierre Amiet a profondément marqué l’Antiquité orientale de son empreinte érudite avec une approche fondée sur une analyse rigoureuse de l’iconographie et son intelligence fine des sources disponibles, en n’oubliant jamais de considérer celles qui manquent, s’interrogeant ainsi sur les nomades qui laissent peu de traces archéologiques, jusque dans ses dernières années. Curieux de tout, il a dédié sa vie à étudier l’Orient ancien et à faire mieux connaître et comprendre ce domaine qui l’avait happé depuis l’enfance quand il redessinait toutes les images des livres sur les Sumériens ou les Assyriens. Toujours aussi passionné que passionnant, généreux de son savoir exceptionnel, tout en étant d'une grande discrétion, presque retranché derrière les œuvres qu'il aimait et connaissait si bien, dans son Louvre qu’il aimait tant, cet homme délicat, qui vient de s’éteindre, a durablement marqué l’archéologie orientale au travers de son œuvre immense qui restera à jamais.

Haut de page

Notes

1 « L’aigle dans l’art et la religion de la Mésopotamie antique », Revue du Louvre et des musées de France 8, 1950, p. 200-202.

2 Pierre Amiet, La glyptique mésopotamienne archaïque, 1re éd., Paris, 1961.

3 « Notes sur le répertoire iconographique de Mari à l'époque du Palais », Syria 37/3-4, 1960, p. 215-232.

4 Elam, Auvers-sur-Oise, 1966.

5 L’art antique du Proche-Orient, Paris, 1977.

6 Glyptique susienne des origines à lʹépoque des Perses achéménides. Cachets, sceaux-cylindres et empreintes antiques découverts à Suse de 1943 à 1967. Vol. 1 : texte ; vol. 2 : planches (MDP 43), Paris, 1972 ; « Pour une interprétation nouvelle du répertoire iconographique de la glyptique d’Agadé », RA 71, 1977, p. 107-116 ; La glyptique mésopotamienne archaïque, 2e éd. revue et corrigée, avec un supplément, Paris, 1980.

7 L’art d’Agadé au musée du Louvre, Paris, 1976 ; Les antiquités du Luristan, Paris, 1976.

8 « Contribution à l'histoire de la sculpture archaïque de Suse », CahDAFI 6, 1976, p. 47-82 ; « Disjecta Membra Aelamica. Le décor architectural en briques émaillées à Suse », Arts asiatiques 32, 1976, p. 13-28 ; « L’iconographie archaïque de l’Iran. Quelques documents nouveaux », Syria 56, 1979, p. 333-352 ; « Temple sur terrasse ou forteresse ? », RA 81, 1987, p. 99-104.

9 Introduction à l’histoire de l’art de l’Antiquité orientale, Paris, 1979 ; Suse : 6 000 ans d’histoire, Paris, 1988.

10 Bas-reliefs imaginaires de l’ancien Orient d’après les cachets et les sceaux-cylindres, catalogue de l’exposition organisée à l’hôtel de la Monnaie, Paris, juin-octobre 1973.

11 L’âge des échanges inter-iraniens. 3500-1700 avant J.-C., Paris, 1986.

12 L’Antiquité orientale (Que sais-je ? 185), Paris, 2013, 4e éd. de la version éditée en 1994 avec une conclusion nouvelle en 2009 (1re éd. 1971 sous le titre Les civilisations antiques du Proche-Orient).

13 Corpus des cylindres de Ras Shamra-Ougarit II. Sceaux-cylindres en hématite et pierres diverses (RSOu 9), Paris, 1992 ; « Alliance des hommes, alliance des dieux dans l’iconographie orientale », dans H. Gasche et B. Hrouda (éd.), Collectanea Orientalia. Histoire, arts de l’espace et industrie de la terre. Études offertes en hommage à Agnès Spycket, Neuchâtel-Paris, 1996, p. 1-6 ; « Quelques observations à propos des sceaux-cylindres de Tell Suleimeh », RA 91, 1997, p. 97-108 ; « À la recherche d’un modèle explicatif de la “révolution urbaine” : le rôle des nomades », RA 96, 2002, p. 97-102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierre Amiet au Levant, 1951
Crédits © Archives du département des Antiquités orientales du musée du Louvre / fonds P. Amiet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/13704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Thomas, « Pierre Amiet (Strasbourg, 29 avril 1922 – Paris, 21 avril 2021) »Syria, 98 | 2021, 455-458.

Référence électronique

Ariane Thomas, « Pierre Amiet (Strasbourg, 29 avril 1922 – Paris, 21 avril 2021) »Syria [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 29 août 2022, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/13704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.13704

Haut de page

Auteur

Ariane Thomas

musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search