Navigation – Plan du site

Decapolitana

Pierre-Louis Gatier
p. 169-184

Résumés

Plusieurs inscriptions grecques et une monnaie, en provenance de la région nommée Décapole pendant une partie de l’Antiquité, sont examinées et discutées ici. Il est question d’une mosaïque inscrite d’époque islamique ; de la mosaïque d’une église protobyzantine d’Abila-Qweilbé ; du sanctuaire d’un dieu dont le nom n’a pas été reconnu, sur le territoire de Gérasa-Jerash ; de la frontière ouest du territoire de Gérasa, du côté de Pella ; de l’origine d’une inscription grecque et latine conservée en Australie et provenant en fait de Gadara-Umm Qeis ; enfin d’une monnaie de Gadara évoquant une bataille navale. En annexe, une inscription religieuse de Pétra est révisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gatier 1988 et 1990 ; Lichtenberger 2003, p. 4-20, réunit de manière commode la documentation sur l (...)

1Sont réunies ici plusieurs notes concernant des inscriptions et une monnaie, de l’Antiquité romaine ou tardive, en provenance de certaines des cités de la Décapole. Ce terme est compris dans son sens large, géographique, puisque la plupart des documents dont il va être question n’appartiennent pas à la période antérieure à 106 ap. J.-C., celle où la Décapole avait un statut administratif particulier à l’intérieur de la province de Syrie 1.

Une mosaïque « errante »

  • 2 Baumann 2004.

2Le catalogue d’une belle exposition, récemment tenue à Munich et consacrée à la civilisation byzantine, permet de découvrir un panneau de mosaïque comprenant une inscription grecque de dix lignes, conservé dans une collection privée (« Sammlung C. S., Inv. 2147 »). Peter Baumann en fournit une photo (fig. 1), la transcription en majuscules du texte, sa traduction en allemand et un commentaire 2. Malgré quelques restaurations évidentes, quoique légères, l’inscription est complète, en excellent état, dans un cadre rectangulaire orné d’une tresse. Elle provient manifestement d’un pavement d’église. Dimensions annoncées : 162 cm x 153 cm. Je transcris en minuscules :

’Εγένετο ἡ ψήφοσις ἐπὶ τ-

οῦ θεοσε(βεστάτου) Διοδώρου πρε(σβυτέρου) (καὶ) ἐπὶ-

τρό(που) (καὶ) ’Ιωάννου ἀρχιδ(ιακόνου) (καὶ) Ζη-

4

νοδόρου διακ(όνου) (καὶ) οἰκονόμο(υ)

(καὶ) Κυριακοῦ διοικε(τοῦ) (καὶ) ὑπὲρ

σωτηρίας παντὸς τοῦ

κτήματος (καὶ) ὑπὲρ σω-

8

τηρίας ἧς ὁ Κύριος τὸ ὄ-

νομα γινόσκι, μη(νὶ) ‘Υπερβε-

ρετέου τοῦ ιαψ´ ἔτους, ἰνδ(ικτιῶνος) ς ́

Figure 1

Figure 1

Mosaïque « errante » (d’après Baumann 2004, p. 139).

3Notes critiques : les abréviations sont de trois sortes, par le tilde, par le stigma plus ou moins développé et parfois réduit à une simple barre diagonale, ou par la réduction de la dernière lettre placée au-dessus de la ligne. Ces systèmes peuvent se combiner et le stigma en forme de S peut aussi remplacer le καί. Mes restitutions d’abréviations, qui tiennent compte de cette manière d’écrire, diffèrent quelque peu de celles de P. Baumann. Baumann restitue par ailleurs, l. 2-3 ΕΠΙΤΡ(ΕΠΤΗC), l. 5 ΔΙΟΙΚ(ΙΤΗC), traduisant « Aufseher » et « Verwalter ».

4Traduction : « Cette mosaïque a été faite sous le très pieux Diodore, prêtre et épitrope, et Jean, archidiacre, et Zénodore, diacre et économe, et Cyriaque, diœcète, et pour le salut de tout le domaine et pour le salut de celle dont le Seigneur connaît le nom, au mois d’Hyperbérétaios, l’an 711, la 6e année de l’indiction. »

  • 3 Grumel 1958, p. 174 ; Feissel 2000, p. 69.
  • 4 Grumel 1958, p. 201-202 ; Meimaris 1992, p. 32-34.

5P. Baumann date cette inscription soit de 663 ap. J.-C., en utilisant l’ère d’Antioche, soit de 648, en utilisant l’ère de Gérasa, et en faisant coïncider ces calculs avec la date indictionnelle qui figure à la dernière ligne. Il n’est pas certain que ses conclusions s’imposent. En ce qui concerne Gérasa, où le début de l’ère pompéienne est fixé à l’automne 63 av. J.-C., il est probable que le mois de Gorpiaios y appartient au tout début de l’année et correspond à peu près à septembre ou octobre. A fortiori, Hyperbérétaios, le mois qui suit Gorpiaios dans le calendrier macédonien, se situe lui aussi au début de l’année gérasénienne, et probablement à la deuxième place, alors qu’à Antioche, il est le premier mois de l’année. L’ère césarienne de la capitale syrienne débute en effet le 1er Hyperbérétaios 49 av. J.-C. 3. On sait par ailleurs que l’indiction commence au 1er septembre, à partir du milieu du ve s. 4. Il résulte de cela que, si l’on employait l’ère de Gérasa, l’année 711 commencerait à l’automne 648 ap. J.-C. pour se terminer à la fin de l’été 649, et que le mois d’Hyperbérétaios 711, vers septembre/octobre 648, ne serait pas dans la 6e, mais dans la 7e année de l’indiction. La mosaïque ne peut donc pas provenir du territoire de Gérasa, pas plus que de ceux de Philadelphie et de Pella, trois cités qui utilisaient l’ère pompéienne de 63 av. J.-C.

  • 5 Feissel 2000, p. 68. Notons une exception, au sud d’Europos-Carkémish, sur un site qui n’appartient (...)
  • 6 Feissel 1994, sur les mosaïques d’Antiochène. Voir infra sur le formulaire (ktème, diœcète) et, n.  (...)

6En revanche, l’ère césarienne d’Antioche paraît convenir parfaitement, et sa 711e année correspond bien à 662-663 ap. J.-C., avec un mois d’Hyperbérétaios placé au début de la 6e année de l’indiction. Toutefois, il serait difficile d’attribuer à l’Antiochène l’inscription étudiée ici, pour plusieurs raisons. Premièrement, on ne connaît pas en Syrie du Nord d’inscription datée de la période postérieure à 610 après J.-C. 5, alors qu’il y en a une quantité importante en Syrie du Sud (au sens large) ; deuxièmement, on ne connaît presque pas de mosaïques en Antiochène ; troisièmement, le formulaire, s’il coïncide parfaitement avec ce qu’on rencontre en Syrie du Sud 6, serait inhabituel sur le territoire d’Antioche.

  • 7 Gatier 1988 ; Meimaris 1992, p. 75-87 ; les inscriptions de Tafas, p. 78-79, sont maintenant attrib (...)
  • 8 Meimaris 1992, p. 41-45 ; voir les exemples des p. 295-304. L’inscription des environs de Gaza daté (...)

7Il faut donc revenir en Syrie du Sud, Palestine et Arabie pour retrouver l’origine de la mosaïque qu’un démembrement moderne a séparée du pavement de l’église où elle se trouvait. Il faut également trouver une ère dont l’origine permette de placer ce texte à une date qui convienne à son contenu et à son type d’écriture, laquelle a fort peu de chances d’être antérieure au vie siècle ou postérieure au milieu du viie siècle. Rappelons qu’il n’existe pas une seule ère pompéienne commune aux cités de la Décapole, mais différents systèmes chronologiques dont une ère de 63 av. J.-C. et une ère de 64 av. J.-C. Cette dernière est attestée de manière certaine à Gadara, Hippos et Scythopolis et de manière probable à Dion 7. Son point de départ est fixé à l’automne et, comme pour l’ère de 63, il a bonne chance de correspondre, à partir de la deuxième moitié du ve siècle ap. J.-C., au 1er septembre, date du début du comput indictionnel. L’inscription de 711 doit donc, en utilisant une ère pompéienne de 64 av. J.-C., être datée de l’automne 647 ap. J.-C., dans les premières années de la domination musulmane. Cela coïncide avec la 6e année de l’indiction. Le nom du mois, qui suit l’usage macédonien, n’a rien d’étonnant, puisque les noms du calendrier latin, bien que fréquents au vie s., ne remplacent jamais totalement les anciens usages 8. L’origine de la mosaïque, en conjuguant ce qu’on peut deviner du commerce illégal des antiquités et la carte des ères pompéiennes de 64, se restreint à une zone réduite, de part et d’autre du Yarmouk. Notons au passage le rare cas de succession des chiffres de la date, dans l’ordre dizaines-unités-centaines.

  • 9 Voir les listes de Gatier 1992, p. 146-148 ; Di Segni 1999 ; à compléter par Saliou 2000 et Di Segn (...)
  • 10 Gatier 1992 et 2003.

8On peut considérer que, vers 640, la domination musulmane est assurée en Syrie du Sud, Palestine et Arabie. Ce texte, qui vient s’ajouter à un nombre croissant d’inscriptions grecques d’époque islamique, offre l’intérêt d’appartenir à la première décennie d’établissement de ce pouvoir nouveau 9. C’est donc un document rare et précieux. Rappelons que, pour le moment, on ne connaît ces inscriptions grecques d’époque islamique que dans le sud du Proche-Orient, particulièrement dans les ex-provinces de Palestine et d’Arabie, et qu’elles disparaissent dans la deuxième moitié du viiie s., c’est-à-dire au début de la période abbasside. Rappelons également que ces inscriptions – comme je pense l’avoir montré – ne signalent jamais des constructions d’églises ex nihilo, mais, au maximum, des reconstructions sur des édifices antérieurs ou, le plus souvent, de simples réfections, dont les poses de nouvelles mosaïques constituent l’objet principal. Il n’y a donc, à proprement parler, pas d’églises omeyyades au Proche-Orient, même si l’on connaît des aménagements omeyyades d’églises protobyzantines 10.

  • 11 Sur ce texte, Feissel 1989, p. 815 (Bulletin épigraphique, 1990, 936).
  • 12 Michel 2001, p. 135.
  • 13 I. Jordanie, 2, 52 ; voir 53.

9Il convient de revenir sur le vocabulaire employé dans cette dédicace de mosaïque. Le mot kth``ma, « domaine », « bien-fonds », désigne, semble-t-il, un village appartenant à un propriétaire. Au Proche-Orient, on connaît la mosaïque protobyzantine de l’église Saint-Christophe de Qabr Hiram, sur le territoire de Tyr, datée de 575 ap. J.-C. Celle-ci a été posée « sous Georges, l’archidiacre et chôrévêque très aimé de Dieu, et sous Cyr, le diacre et épitrope très aimé de Dieu, pour le salut des économes et agriculteurs des deux domaines, de leurs enfants et du clergé […] » 11. À Haufa, au nord-ouest d’Irbid, une inscription non datée mentionne aussi le domaine 12. À Quweisme, sur le territoire de Philadelphie-Amman, une pierre appelle la bénédiction divine sur le domaine, très probablement à l’époque islamique, non loin d’une mosaïque datée de 717/718 ap. J.-C. 13.

  • 14 Waddington, 2110-2111.
  • 15 Les épitropes sont souvent des diacres, voir à Qabr Hiram, supra, n. 11 ; à Bostra, IGLS XIII, 9128
  • 16 Meimaris 1986, p. 256-259, nombreux exemples.
  • 17 Waddington, 2184 ; 2188 ; 2462 ; 2463 ; 2547. PAES III, A, 7972 (en 326 ap. J.-C.) et 7941 (en 397- (...)
  • 18 Michel 2001, p. 150.
  • 19 Kraemer 1958, no 54 (un prêtre et diœcète) ; no 68, no 70, no 74 (un diœcète de Nessana, vers 680 a (...)

10Dans le texte de la mosaïque « errante », l’absence de mention d’un évêque n’est peut-être pas significative ; d’autres mosaïques de la même église pouvaient nommer l’évêque. Trois fonctions administratives et financières sont concernées, celles d’épitrope, d’économe et de diœcète. La fonction d’épitrope est fréquemment occupée par des membres du clergé à l’époque protobyzantine. Si le mot continue alors à conserver parfois son usage ancien, pour désigner des fonctionnaires responsables des domaines impériaux, lointains successeurs des procurateurs financiers de l’époque impériale 14, d’autres exemples montrent qu’il s’applique aussi à des responsables des finances de l’Église 15. Plutôt que l’intendant du domaine, l’épitrope serait ici ce responsable ecclésiastique. Les économes, qui paraissent également être tous des membres du clergé, se situent en apparence à un niveau inférieur, veillant probablement aux finances d’une paroisse ou d’un sanctuaire précis 16. Quant aux diœcètes, ils sont connus en assez grand nombre dans l’épigraphie villageoise du Hauran, du Liban, de l’Hermon et de la Syrie du Sud, dès les iiie et ive siècles ap. J.-C. À cette époque, ils sont toujours nommés en groupes de deux ou plusieurs, et semblent être des trésoriers ou administrateurs financiers de villages ou de sanctuaires païens 17. Il est possible que la fonction ait évolué à la fin de l’époque protobyzantine ou au début de l’époque islamique pour désigner le responsable villageois, fonction essentiellement civile. On retrouve un diœcète unique sur l’inscription d’une mosaïque d’époque islamique dans l’église de Lot près de la mer Morte, en 691 18. Les papyrus de Nessana semblent, eux aussi, montrer que le diœcète est le responsable local, au viie s. 19.

  • 20 Piccirillo & Alliata 1994, p. 244-246 ; Michel 2001, p. 392. La date de ce texte est problématique, (...)
  • 21 . Di Segni 2003, p. 252-253.

11Au total, un seul trait du texte grec de la mosaïque « errante » peut surprendre, par rapport aux usages protobyzantins : la mention d’un diœcète unique exerçant peut-être une responsabilité territoriale. On doit se demander si la pratique administrative des conquérants musulmans n’a pas été d’abord l’institution ou le renforcement de chefs de village pour servir de relais entre le nouveau pouvoir et la population rurale. C’est ainsi que j’interpréterais le titre d’ἄρχων, « chef », mentionné sur une mosaïque d’Umm er-Rsas-Kastron Mephaa 20, ou celui de λαμπρότατος, « clarissime », d’une mosaïque de Palestine, à Khirbet Istabul, en 701 ap. J.‑C. 21. Les institutions villageoises traditionnelles et les titres anciens ont survécu et se sont prêtés à des usages nouveaux.

  • 22 Zénodore, nom porté par des princes ituréens, est fréquent dans le Hauran et le Jaulan. Waddington, (...)

12L’anthroponymie confirme, sans l’imposer, la provenance géographique de la mosaïque. Les noms Zénodore et Cyriaque sont en effet particulièrement bien représentés dans les régions des actuelles Jordanie du Nord et Syrie du Sud 22, même si on les rencontre aussi dans d’autres zones.

Une citation scripturaire à Abila

  • 23 Menninga 2004.
  • 24 Voir Michel 2001, p. 118-120, et fig. 62, p. 117.
  • 25 Gatier 1998.

13Un récent article, de vulgarisation archéologique, attire l’attention sur l’une des églises byzantines du site de Qweilbé, l’antique Abila de la Décapole (à ne pas confondre avec Abila de Lysanias dans l’Anti-Liban), fouillée dans les dernières années par une mission américaine et présentée comme une basilique à cinq nefs 23. L’abside centrale de cet intéressant édifice 24 était couverte de mosaïques de pavement aujourd’hui détruites. Cependant, quelques lambeaux d’une longue inscription grecque préservent de belles lettres ornées qui ne sont pas, à mes yeux, antérieures au début du vie s. Je serais tenté, par comparaison avec les inscriptions de Samra 25, de les placer à la fin de ce siècle ou au début du viie.

14L’auteur donne la photo de l’abside avec, sur le sol, le long du mur semi-circulaire, les quatre portions de mosaïques rescapées. Il fournit aussi de bons clichés de ces quatre séries de lettres, sans identification ni déchiffrement. Grâce à quoi, je propose de lire et restituer le Psaume 83 (84), 2-3 :

15[ + - - - ‘Ως ἀγαπη]τ̣ὰ τὰ σκ̣[ηνώματά σου, Κύριε τ]ῶν δ̣υ̣ν̣ά̣[με]ων. Ἐπιποθεῖ κα[ὶ ἐκλείπει ἡ] ψυχή μου εἰς τὰς αὐλὰς [τοῦ Κυρίου + ].

16Notes critiques : il est vraisemblable que d’autres photos permettraient de lire quelques lettres supplémentaires en bordure des cassures. Il semble qu’il y ait de la place, au début de l’inscription, pour quelques lettres de plus, qui pourraient être tirées du verset 1 du Ps. 83 (84) ou bien appartenir au formulaire chrétien habituel. Il devait sans doute aussi y avoir des croix au début et à la fin. Outre l’absence d’information sur l’étendue précise des lacunes, l’usage des ligatures complique le diagnostic ; notons oméga-nu dans le deuxième fragment et omicron-upsilon dans le troisième ; remarquons également la différence entre les deux oméga, l’un carré en ligature, l’autre rond.

  • 26 La Bible de Jérusalem, Paris, 1961, p. 736.

17La Bible de Jérusalem fournit, d’après l’hébreu, la traduction 26 suivante du Ps. 83 (84), 2‑3 : « Que tes demeures sont désirables, Yahvé Sabaoth ! Mon âme soupire et languit après les parvis de Yahvé ». On pourrait traduire la version de la Septante ici citée : « Comme elles sont aimables tes demeures, Seigneur des Puissances. Désire et défaille mon âme vers les parvis du Seigneur ».

  • 27 Jalabert 1914 ; Feissel 1984.
  • 28 IGLS IV, 1945. En Épire, voir SEG 33, 489.

18On sait la place prépondérante que tenaient les Psaumes dans la culture chrétienne de l’Antiquité tardive, ce que traduit bien leur sur-représentation dans l’épigraphie protobyzantine 27. Le Ps. 83 (84) est assez rarement cité dans les inscriptions. Je n’en connais qu’un exemple proche-oriental, à Nawa en Syrie du Nord, versets 11-12 28.

Le retour de Belphégor

  • 29 Mittmann 1970, p. 95. Voir Michel 2001, p. 424, mosaïques d’église byzantine.
  • 30 Burckhardt 1822, p. 250-251.
  • 31 On connaît les rapports, parfois amicaux et parfois conflictuels, entre Bankes, Buckingham, Burckha (...)
  • 32 Brünnow 1898, p. 86 ; Clermont-Ganneau 1903.
  • 33 Voir infra, n. 39 et 40.
  • 34 L’estampage a été envoyé à Clermont-Ganneau, cf. n. 43, infra.
  • 35 CIG, 4665 (d’après Burckhardt) ; OGIS, 620 (d’après Clermont-Ganneau).

19Le village de Souf (Suf) se trouve à 7 km environ au nord-ouest de Jerash, sur la voie antique reliant Gérasa à Pella. Au xixe siècle, il a été visité et décrit par plusieurs voyageurs et, il y a quelques années, revu par Siegfried Mittmann 29. Quelques inscriptions y ont été découvertes jadis, ainsi que des milliaires remployés dans la mosquée. C’est Burckhardt qui semble le premier avoir reconnu les restes des deux monuments antiques visibles de son temps : un bâtiment carré, avec plusieurs colonnes brisées, et « a small arched building » à la fontaine nommée « Ayn Keykebe » 30. Burckhardt vit, entre autres, une inscription grecque, gravée sur un bloc qu’il prit pour l’une des colonnes du bâtiment carré, et il en donna une copie incomplète et relativement imparfaite. D’autres voyageurs, Bankes et Buckingham, ont aussi vu et relevé l’inscription vers la même époque, sans qu’on puisse tirer grand profit de leurs travaux 31. Par chance, Brünnow retrouva l’inscription en 1897, dans la cour de la mosquée, et en fournit une édition très améliorée, à partir de laquelle Clermont-Ganneau proposa quelques corrections de lecture 32. Pour finir, Brünnow, après réexamen de son estampage, reprit la lecture du texte en acceptant partiellement les corrections de Charles Clermont-Ganneau 33. La pierre et l’estampage semblent avoir disparu 34. Des corpus redonnent ce texte, d’après Burckhardt ou Clermont-Ganneau 35.

20La dernière lecture de Brünnow, dont témoigne un fac-simile inédit issu de ses fiches conservées à l’Institut Fernand-Courby à Lyon (fig. 2), reflète celle de Clermont-Ganneau :

Ἀγαθῆι Τύχηι.

(’Έτους) αξρ´, Διὶ ἁγίωι Βεελ[β]ωσώρωι

καὶ Ἡλίωι, Ἀμέραθος Δη-

4

μητρίου, τοῦ καὶ Δάμμω-

νος, Δημητρίου (ἀ)πελεύ-

θερος, τὸν βωμὸν ἀνέ-

θηκεν κατ᾿εὐχήν.

Figure 2

Figure 2

Copie par Brünnow de l’inscription de Souf (dossiers épigraphiques de R. E. Brünnow à l’Institut Fernand Courby, Lyon).

  • 36 Lichtenberger 2003, p. 354-356, résume la situation, mais la plupart des sanctuaires qu’il mentionn (...)

21Il s’agit donc de la dédicace en ex-voto d’un autel cylindrique, d’un type fréquent à Jerash, que Burckhardt a pris pour une colonne. Le bâtiment carré était peut-être un petit temple, ce qui permettrait de proposer de le ranger dans la série, encore mal connue, des sanctuaires ruraux des cités de la Décapole 36. La route romaine construite au iie s. ap. J.-C. passe par le site de Souf, reprenant vraisemblablement le tracé d’un chemin plus ancien. Le sanctuaire de Souf était ainsi relié aux deux villes de Pella et de Gérasa. En utilisant l’ère de Gérasa, cité à laquelle appartient certainement le site de Souf, la date de 161 correspond à 98/99 ap. J.-C.

  • 37 Brünnow 1898, p. 86.
  • 38 Clermont-Ganneau 1903, p. 18-19.
  • 39 Brünnow & Domaszewski, t. 2, 1905, p. 240.
  • 40 Brünnow & Domaszewski, t. 3, 1909, p. 310.
  • 41 Seyrig 1971, p. 355, critiquait la restitution de Clermont-Ganneau et parlait d’un « baal de Bostra (...)

22Le dernier mot de la deuxième ligne avait été lu par Brünnow ΒΕΕΔΚ̣ωCωΡωΙ en 1898, et Domaszewski avait proposé, dans la même publication, ΒΕΕΛΒωCωΡωΙ 37. Clermont-Ganneau avait alors corrigé ΒΕΕΛΒωCωΡωΙ 38. Brünnow et Domaszewski s’étaient ralliés sans enthousiame à cette proposition, avec deux solutions : ΒΕΕΛΚωCωΡωΙ en 1905 39 (« das K scheint hier durchaus sicher zu sein », d’après l’estampage), puis Βεελ[β]ωσώρωι en 1909 40. La forme Βεελβωσώρωι s’est imposée et paraît indiscutée par la suite, à l’exception d’un article d’Henri Seyrig qui revient à Βεελκωσώρωι 41. D’autres débats, portant sur les anthroponymes, ne concernent pas le propos de cette note.

  • 42 Dussaud 1942-1943 ; Sourdel 1952, p. 58 ; Seyrig 1971, p. 355.

23À l’appui de ses corrections, Clermont-Ganneau reconstituait le nom d’un dieu Baal-Bosor « le Baal du pays ou de la ville de Bosor », par comparaison avec d’autres divinités sémitiques, les Baals de Tarse, de Harran, du Liban, de Sidon ou de Tyr, nommés dans des inscriptions araméennes ou phéniciennes, et avec des Zeus topiques connus par l’épigraphie grecque du Proche-Orient. Pour lui, il s’agissait là du Baal de Bostra et, à ses yeux, Bosor et Bosora étaient d’autres formes du toponyme Bostra. Clermont-Ganneau assimilait le « Zeus saint Beelbosor » à Hélios, nommé à la suite, mais Dussaud, Sourdel et Seyrig ont nettement dissocié les deux dieux à qui l’autel était dédié 42. Depuis lors, aucun autre document n’a livré le nom de Beelbosor ou d’un Zeus « de Bostra » qui confirmerait l’interprétation de l’inscription de Souf.

  • 43 La fiche de Brünnow, dans les dossiers épigraphiques conservés à l’Institut Fernand-Courby (laborat (...)

24Il apparaît nettement que l’estampage ne permettait de reconnaître ni un kappa ni un bêta à l’emplacement de la lettre problématique 43. Par ailleurs, il n’est pas impossible que l’inscription ait comporté des lignes de réglage qui auraient expliqué la première confusion de Brünnow ΒΕΕΔ pour ΒΕΕΛ. De plus, l’écriture carrée utilisée par le graveur me semble expliquer les autres méprises. On peut donc proposer, au prix de deux corrections, paléographiquement justifiées et fort légères, la leçon : ΒΕΕΛ(Φ)ω(Γ)ωΡωΙ, soit Βεελ(φ)ω(γ)ώρῳ. Les confusions, d’un phi angulaire avec un kappa, et d’un gamma avec un sigma, sont parfaitement banales.

  • 44 Gatier 2004b, p. 37. Le Péor ou Phogor est mentionné à diverses reprises, mais l’épisode le plus co (...)

25Le dieu dont le nom ainsi restitué serait Beelphôgôr n’est pas un inconnu. C’est une ancienne divinité de la montagne du Phégor ou du Phogôr, le Baal du Péor ou de Bet-Péor près du Nébo, dont il est question dans un épisode biblique célèbre 44.

  • 45 Gatier 2004b. Voir Gatier 2006, particulièrement p. 288‑289, à propos des doutes de F. Villeneuve.
  • 46 I. Jordanie, 2, 154. Sur le site, voir Piccirillo 2002.

26J’ai récemment proposé de restituer dans le papyrus P. Lond. VII, 1930 la forme Β[αιτ]φ[ογόρω]ι, pour désigner l’une des étapes de l’itinéraire de Zénon de Caunos en Transjordanie en 259 av. J.-C., et montré la permanence des traditions attachées à ce site de Beth-Phogôr, à l’ouest de Mèdaba 45. Sur le territoire de Mèdaba également, mais au sud-est, à Zizia, une inscription bilingue grecque et nabatéenne, d’époque romaine, prouve qu’un lieu de culte y était consacré au dieu, ἱερὸν τοῦ Διὸ[ς τ]οῦ ἐν Βεελφέ[γωρ] 46.

27Au terme de l’enquête, on peut faire disparaître le dieu fantôme Beelbosor des listes des Baals syriens. En revanche, Beelphôgôr – qui deviendra le Belphégor de l’imaginaire européen depuis Machiavel jusqu’à Arthur Bernède et Claude Barma – est attesté et vénéré à l’est du Jourdain au moins jusqu’au ier siècle ap. J.-C., beau témoignage de la persistance ou du renouveau d’un culte ancien, connu depuis l’âge du Fer. Les sites de Beth-Phogôr, de Zizia et de Souf – les deux premiers sur le territoire de Mèdaba, et le troisième sur celui de Gérasa – sont tous situés sur des voies romaines, ce qui pourrait expliquer la diffusion régionale du culte de Zeus-Beelphôgôr en milieu rural.

Limites occidentales du territoire de Gérasa

  • 47 Atallah 2003. Voir Thomsen 1917 ; Mittmann 1970, p. 152-159 et carte générale.

28La découverte récente d’un milliaire à Ishtafina, 5 km au nord-ouest d’Ajloun (Ajlun), fournit une étape nouvelle de la route romaine de Gérasa à Pella, la voie qui passe par Souf 47. Cela permet de préciser l’étendue du territoire de Gérasa vers l’ouest.

  • 48 Mittmann 1970, p. 158-159.

29N. Atallah (Bader) a publié le texte d’un milliaire brisé en deux morceaux jointifs trouvés au sud‑est du village moderne d’Ishtafina. L’inscription commémore la restauration de la route Gérasa-Pella, sous Marc-Aurèle et Lucius Verus, par le gouverneur d’Arabie Geminius Marcianus en 162 ap. J.-C. Il n’y a pas à hésiter sur le point de départ du décompte des milles : la mention du gouverneur d’Arabie montre que l’emplacement de ce milliaire, numéroté 12 en latin comme en grec, est en Arabie. Le décompte se fait donc à partir de Gérasa en Arabie et non de Pella en Palestine. Plusieurs milliaires situés plus au nord, en direction de Pella, ne peuvent pas être attribués à l’une ou l’autre des provinces, du fait de leur mauvais état de conservation. Le premier milliaire clairement palestinien, en poursuivant la route vers le nord-ouest, se trouve à deux (ou trois ?) stations de distance. C’est le numéro 10 depuis Pella 48. La frontière passe donc quelque part entre ce 10e milliaire depuis Pella et le 12e depuis Gérasa.

  • 49 Piccirillo 1981, p. 23-25 ; Meimaris 1992, p. 88-89 ; Michel 2001, p. 419-420.
  • 50 Seyrig 1959 ; Meimaris 1992, p. 87-88. Sur l’ère de Gérasa, voir Welles.

30On en conclura que le site de Khirbet el-Maqati‘, qui se trouve légèrement au nord‑est d’Ishtafina, est lui aussi en Arabie, sur le territoire de Gérasa. On y avait trouvé jadis une mosaïque inscrite datée de 545 d’une ère pompéienne, et on l’attribuait au territoire de Pella 49. L’ère pompéienne de Gérasa, comme celle de Pella d’ailleurs, a son point de départ en 63 av. J.-C., et ce texte date bien de 482/483 ap. J.-C. 50. Le territoire de Gérasa est, dans ce secteur, plus étendu que prévu.

Une inscription de Gadara à Sydney (Australie)

  • 51 Kearsley 2004.
  • 52 Gatier 2004a, à propos de Kearsley 2003 ; voir Bulletin épigraphique, 2003, 585 ; 2004, 390 ; 2005, (...)
  • 53 Weber 2002, p. 284-285, no 10 et pl. 94 H, cf. no 11.

31La photographie d’une inscription bilingue, grecque et latine, conservée au Musée de l’université Maqarie de Sydney (Australie), a récemment été publiée 51. J’avais attiré l’attention sur l’identité du texte de Sydney avec celui d’une inscription de Gadara-Umm Qeis, jadis conservée dans une collection privée jordanienne 52. Madame R. Kearsley, auteur de l’article, place, en regard de la photo ancienne de l’inscription de Gadara brisée en plusieurs fragments jointifs, la photo récente d’une inscription complète, en apparence, conservée en Australie. En dépit des précautions, doutes et hypothèses du commentaire qui accompagne ces deux photos, il s’avère qu’il s’agit d’une seule et même inscription, avant et après restauration. Les similitudes dans le grain et les veines de la pierre, la gravure des lettres et les plus minuscules accrocs et éclats de surface le montrent. L’origine de cette pierre « errante » ne fait pas le moindre doute 53.

La naumachie de Gadara

  • 54 Spijkerman 1978, p. 126-155, pl. 26-31 et supplementum pl. 83-84 ; voir les monnaies nos 66, 69, 70 (...)
  • 55 Saulcy 1874, p. 299, no 2 ; cf. Lichtenberger 2000-2002, p. 191-192, n. 5.
  • 56 Saulcy 1874, p. 299. Flavius Josèphe, BJ, III, 10, 462-542.
  • 57 Clermont-Ganneau 1898. Le relief dont il est question est conservé au Louvre, mais sa provenance es (...)
  • 58 CIL III, 6697 ; Weber 2002, p. 309-310, no 64.
  • 59 Sur ces rangées de sièges en basalte, Lichtenberger 2000-2002, p. 193, n. 12 ; Weber 2002, p. 140 e (...)

32Les monnaies de bronze de Gadara portent assez fréquemment, à partir du règne de Marc Aurèle et jusqu’à celui de Gordien III, la représentation – au revers – d’un navire de guerre, galère avec éperon et rames, parfois figurée dans une couronne de lauriers 54. On connaît depuis longtemps, uniquement sur les exemplaires datés de 161 ap. J.-C., les premiers de l’ensemble, la légende ΓΑΔΑΡΕωΝ | ΝΑΥΜΑ, avec — entre les deux lignes gravées — une ligne vide, comme effacée sur le coin 55 (fig. 3, à gauche). De Saulcy pensait que cette représentation évoquait des fêtes naumachiques célébrées sur le lac de Tibériade en commémoration de la victoire remportée par les soldats de Titus contre les Tarichéens, au cours d’un combat naval de la Guerre juive qui avait vu l’affrontement de deux flottilles sur ce même lac 56. Clermont-Ganneau, tout en résolvant lui aussi l’abréviation par ναυμα(χία), interprétait autrement sa signification, puisqu’il y voyait le rappel de la « bataille navale » elle-même plutôt que de la fête navale. Surtout, il insistait sur le rapport entre la Legio X Fretensis, qui aurait participé à cet exploit naval, et la cité de Gadara. Pour cela, il mettait en avant un relief inscrit orné de Neptune et d’une victoire, dédicace à Hadrien faite par des militaires de la XeFretensis 57, ainsi qu’une inscription de Byblos mentionnant un Gadarénien membre de cette troupe 58. Le mot « naumachie », qui sert parfois à désigner non seulement un spectacle, mais aussi un bâtiment de spectacle naval, a paru également évoquer une installation architecturale gadarénienne destinée à des fêtes locales inspirées de batailles navales. C’est ainsi que les regards se sont portés vers le site de Hammat Gader, en contrebas de Gadara-Umm Qeis et en bordure du Yarmouk. Des gradins ont donc été attribués à un bâtiment de ce type 59.

Figure 3

Figure 3

Monnaies de Gadara (d’après Lichtenberger 2003, pl. 17, no 48-50).

  • 60 Lichtenberger 2000-2002, et 2003, p. 99-100, avec photos, pl. 17, nos 48-50.
  • 61 L’adjectif ναυμάχος est de ceux dont la terminaison du masculin sert pour le féminin. La forme de c (...)
  • 62 C’est sous Marc-Aurèle, dès 161-162, que les monnaies de Gadara commencent à donner à la cité le ti (...)

33Le dossier a été récemment renouvelé par la découverte, faite par Achim Lichtenberger, de nouveaux exemplaires (fig. 3, au centre et à droite) des monnaies de Marc-Aurèle où la deuxième ligne de la légende n’avait pas été effacée 60. La lecture est aisée : ΓΑΔΑΡΕωΝ | ΤΗC ΚΑΤΑΙΓΥ | ΝΑΥΜΑ, d’où sa restitution, Γαδαρέων τῆς κατα` ‘Ι(ερομύκου) γύ(αλον) ναυμά(χης). Lichtenberger reconnaît donc dans la légende les mentions du Hiéromykès, la rivière Yarmouk affluent du Jourdain, d’un γύαλον, « une vallée » ou « un creux », et d’un adjectif qu’il ne commente pas mais dont le sens est « combattant naval » 61. Cette légende insolite laisse perplexe. Il s’agirait, selon cet auteur, de la célébration d’une fête civique, sous la forme d’une bataille navale reconstituée sur le Yarmouk, près du site de Hammat Gader. La naumachie serait un spectacle tenu en l’honneur de Pompée, le refondateur de la cité de Gadara, dont étaient commémorées les victoires contre les pirates 62.

  • 63 Les plans du site de Hammat Gader au bord du Yarmouk sont tous sommaires. Sur les thermes, voir Hir (...)
  • 64 Golvin & Reddé 1990 ; Berlan-Bajard 2006. Les naumachies sont des spectacles navals de reconstituti (...)
  • 65 On a voulu autrefois, sans aucune raison, retrouver des « naumachies » construites à Bostra ou Dion (...)
  • 66 Spijkerman 1978, pl. 31, no 84 ; 32, no 88, etc.

34Éliminons les considérations architecturales : les quelques gradins reconnus à Hammat Gader en 1881 et 1938 ont de bonnes chances d’appartenir au théâtre ou aux bassins des thermes de ce site plutôt qu’à une « naumachie » construite 63. De plus, on ne connaît pour les naumachies, spectacles d’imperatores, que des installations provisoires, toutes situées en Italie 64. Il n’y a nulle part en Orient de construction naumachique 65. Remarquons ensuite que plusieurs des monnaies de Gadara représentant le navire de guerre figurent aussi un dauphin, qui serait déplacé s’il s’agissait de commémorer une bataille lacustre 66. La restitution la plus naturelle de la légende monétaire, si l’on élimine l’improbable γύαλον, paraît devoir être : γύαλον, paraît devoir être : Γαδαρέων τῆς κατ᾿ Αἴγυ(πτον) ou bien Αἰγυ(πτίους) ναυμα(χίας). La traduction serait « de (la cité) de Gadara de la bataille navale égyptienne » ou « contre les Égyptiens ».

  • 67 Cf. n. 64, supra, sur le combat des Égyptiens contre les Tyriens, et sur les jeux de la Moselle, mi (...)
  • 68 Flavius Josèphe, AJ, XV, 217 ; 315 ; 354-358 ; XVII, 320. BJ, I, 20, 396.
  • 69 La participation de la Legio X Fretensis à Actium est probable, Dabrowa 1993, p. 11 et n. 10, et 20 (...)

35Comment comprendre cette référence à l’Égypte ou aux Égyptiens ? Qu’iraient-ils faire dans cette galère ? Soit il faut envisager une cérémonie festive, sur le lac de Tibériade, reconstituant un combat fictif ou réel, où participait une flotte « égyptienne », par exemple en rejouant la bataille d’Actium, comme on en rencontre des exemples ailleurs 67. Soit il est fait mention d’une bataille réelle dont le souvenir est important pour la cité. Je pense que c’est dans ce sens qu’il faut s’orienter, en poursuivant les hypothèses de Clermont-Ganneau. Certes, la bataille d’Actium n’est pas un bon souvenir pour les Gadaréniens qui, ralliés à Antoine, s’étaient trouvés dans le camp des vaincus ; en conséquence, ils avaient été punis par Octave, qui les avait soumis à Hérode et privés de leur ancienne liberté 68. Peut-il s’agir d’un autre combat maritime victorieux, contre des Égyptiens (du type Séleucides contre Lagides) ou près de l’Égypte ? Ou bien doit-on — avec Clermont-Ganneau — considérer qu’il y a une allusion aux batailles navales auxquelles avait participé la Legio X Fretensis, dont le navire et le dauphin sont quelques-uns des symboles 69 ?

  • 70 Parmi les documents cités par Clermont-Ganneau 1898, p. 301, les contremarques au type de la Legio (...)

36Au total, la légende de la monnaie de Gadara me semble pouvoir être lue : Γαδαρέων τῆς κατ’ Αἰγυ(πτίους) ναυμα(χίας), et les allusions à la Xe légion Fretensis et à la bataille d’Actium me semblent les moins douteuses. Ces hypothèses, pour fragiles qu’elles demeurent, permettent de faire l’économie d’un bâtiment de spectacles navals à Hammat Gader et vraisemblablement d’une fête nautique. Ce qui serait célébré pourrait être la participation, glorieuse et ancienne, de la légion à la défaite d’Antoine et Cléopâtre et les liens entre cette légion et la cité 70.

Abréviations

37AE : L’Année épigraphique.
BAH : Bibliothèque archéologique et historique.
Bulletin : Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques.
CIG : Corpus Inscriptionum Graecarum.
CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum.
IGLS : Inscriptions grecques et latines de la Syrie.
I. Jordanie : Inscriptions grecques et latines de la Syrie, t. 21, Inscriptions de la Jordanie.
OGIS : Dittenberger (W.), Orientis Graeci Inscriptiones Selectae, 2 vol. , Leipzig, 1903-1905.
PAES III : Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria, III, Greek and Latin Inscriptions. A, Southern Syria. B, Northern Syria, Leyde, 1904-1922.
RE : Realencyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft.
SEG : Supplementum Epigraphicum Graecum.
Waddington : Waddington (W. H.), Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris, 1870.
Welles : Welles (C. B.), « The Inscriptions », dans C. H. Kraeling, Gerasa, City of the Decapolis, New Haven, 1938, p. 353-494.

Haut de page

Bibliographie

Atallah (N.) 2003 : « A New Milestone from Ishtafina, Ajlun Area, Jordan », Levant, 35, p. 153-158.

Barbet (A.) & Cl. Vibert-Guigue 1988-1994 : Les peintures des nécropoles romaines d’Abila et du Nord de la Jordanie, 2 vol. , BAH 130, IFPO, Paris.

Baumann (P.) 2004 : « Bodenmosaik mit Stifterinschrift », dans L. Wamser éd., Die Welt von Byzanz, Europas östliches Erbe. Glanz, Krisen und Fortleben einer tausendjährigen Kultur, Munich, p. 138-139, no 176.

Bellwald (U.) et alii 2003 : The Petra Siq. Nabataean Hydrology Uncovered, Amman.

Berlan-Bajard (A.) 2006 : Les spectacles aquatiques romains, Rome, Coll. de l’EFR, 360.

Borkowski (Z.) 1989 : « Inscriptions on Altars From the Hippodrome of Gerasa », Syria, 66, p. 79-83.

Bowsher (J. M. C.) 1997 : « An Early Nineteenth Century Account of Jerash and the Decapolis », Levant, 29, p. 227‑246.

Broise (H.) 2003 : « À propos des thermes de Hammat Gader », Syria, 80, p. 217-235.

Brünnow (R. E.) 1898 : « Reisebericht », Mitteilungen und Nachrichten des deutschen Palästina-Vereins, 4, p. 81-87.

Brünnow (R. E.) & A. von Domaszewski 1904-1909 : Die Provincia Arabia, Band 1-3, Strasbourg.

Buckingham (J. S.) 1822 : Travels in Palestine, through the countries of Bashan and Gilead, east of the river Jordan, 2 vol. , Londres.

Burckhardt (J. L.) 1822 : Travels in Syria and the Holy Land, ed. by W. M. Leake, Londres.

Clermont-Ganneau (Ch.) 1898 : « Gadara et la Xe légion Fretensis », Recueil d’archéologie orientale, 2, Paris, p. 299-302.

Clermont-Ganneau (Ch.) 1903 : « Zeus-Helios et le Baal-Bosor », Recueil d’archéologie orientale, 5, Paris, p. 15-21.

Dabrowa (E.) 1993 : Legio X Fretensis. A Prosopographical Study of its Officers (I-III c. A.D.), Historia Einzelschriften 66, Stuttgart.

Dabrowa (E.) 2000 : « Legio X Fretensis », dans Y. Le Bohec & C. Wolff éd., Les légions de Rome sous le Haut-Empire, 1, Lyon-Paris, p. 317-325.

Di Segni (L.) 1999 : « Epigraphic Documentation on Building in the Provinces of Palaestina and Arabia, 4th-7th c. », dans J. H. Humphrey éd., The Roman and Byzantine Near East, 2. Some Recent Archaeological Research, JRA Supplementary Series 31, Portsmouth (RI), p. 149-178.

Di Segni (L.) 2003 : « Christian Epigraphy in the Holy Land : New Discoveries », Aram, 15, p. 247-267.

Dussaud (R.) 1927 : Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, BAH 4, IFPO, Paris.

Dussaud (R.) 1942-1943 : « Formules grecques concernant les doubles noms divins », Syria, 23, p. 295‑296.

Feissel (D.) 1984 : « La Bible dans les inscriptions grecques », dans Cl. Mondésert éd., Le monde grec ancien et la Bible, Paris, p. 223-231.

Feissel (D.) 1989 : « L’évêque, titres et fonctions d’après les inscriptions grecques jusqu’au viie siècle », Actes du XIe congrès international d’archéologie chrétienne (Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste, 21-28 septembre 1986), Rome, p. 801‑828.

Feissel (D.) 1994 : « L’épigraphie des mosaïques d’églises en Syrie et au Liban », Antiquité tardive, 2, p. 285-291.

Feissel (D.) 2000 : « Ères locales et frontières administratives dans le Proche-Orient protobyzantin », dans K. Belke et alii éd., Byzanz als Raum. Zu Methoden und Inhalten der historischen Geographie des östlichen Mittelmeerraumes, Veröffentlichungen der Kommission für die Tabula Imperii Byzantini 7, Vienne, p. 65-74.

Feissel (D.) 2005 : « Quatre graffites funéraires grecs d’époque omeyyade (fin du viie s.) », dans L. Bachelot & F. M. Fales éd., Tell Shiukh Fawqani 19941998, Padoue, 2005, p. 711‑716.

Gatier (P.-L.) 1988 : « Philadelphie et Gérasa du royaume nabatéen à la province d’Arabie », dans P.-L. Gatier et alii éd., Géographie historique au Proche-Orient, Paris, p. 159-170.

Gatier (P.-L.) 1990 : « Décapole et Cœlé-Syrie : deux inscriptions nouvelles », Syria, 67, p. 204-206.

Gatier (P.-L.) 1992 : « Les inscriptions grecques d’époque islamique (7e-8e siècles) en Syrie du Sud », dans P. Canivet & J.-P. Rey-Coquais éd., La Syrie de Byzance à l’Islam, viie-viiie siècles, Damas, p. 145-157.

Gatier (P.-L.) 1998 : « Les inscriptions grecques et latines de Samra et de Rihab », dans J.‑B. Humbert & A. Desreumaux éd., Khirbet es-Samra, I, La voie romaine, le cimetière, les documents épigraphiques, Turnhout, p. 359-431.

Gatier (P.-L.) 2003 : « Les mosaïques paléochrétiennes de Jordanie et l’histoire de l’Arabie byzantine », dans N. Duval éd., Les églises de Jordanie et leurs mosaïques, BAH 168, IFPO, Beyrouth, p. 289‑296.

Gatier (P.-L.) 2004a : « Inscriptions grecques et latines du Proche-Orient : questions de provenance », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 147, p. 139‑144.

Gatier (P.-L.) 2004b : « Une étape de Zénon de Caunos en Transjordanie (P.Lond. VII 1930) », Journal of Juristic Papyrology, 34, p. 33-42.

Gatier (P.-L.) 2006 : « Zénon de Caunos à Beth‑Phôgôr (P. Lond. VII 1930) », Topoi, 14, p. 287‑289.

Golvin (J.-Cl.) & M. Reddé 1990 : « Naumachies, jeux nautiques et amphi-théâtres », dans Cl. Domergue, Ch. Landes & J.-M. Pailler éd., Spectacula, I, Gladiateurs et amphithéâtres (Actes du colloque, Toulouse-Lattes, mai 1987), Lattes, p. 165-177.

Grumel (V.) 1958 : Traité d’études byzantines, 1, La chronologie, Paris.

Hackl (U.), H. Jenni & Ch. Schneider 2003 : Quellen zur Geschichte der Nabatäer. Textsammlung mit Übersetzung und Kommentar, Fribourg-Göttingen.

Hirschfeld (Y.) 1997 : The Roman Baths of Hammat Gader. Final Report, Jérusalem.

Howgego (Chr. J.) 1985 : Greek Imperial Countermarks. Studies in the Provincial Coinage of the Roman Empire, Londres.

Irby (Ch. L.) & J. Mangles 1823 : Travels in Egypt and Nubia, Syria and Asia Minor ; during the years 1817 and 1818, Londres.

Jalabert (L.) 1914 : « Citations bibliques dans l’épigraphie grecque », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. 3, 2, Paris, col. 1731‑1756.

Kearsley (R. A.) 2003 : « A Bilingual (Latin-Greek) Honour for Trajan from Syria », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 144, p. 242-244.

Kearsley (R. A.) 2004 : « Addendum to “A Bilingual (Latin-Greek) Honour for Trajan from Syria” (ZPE 144 [2003], 242-44) », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 148, p. 196-197.

Kraemer Jr. (C. J.) 1958 : Excavations at Nessana (Auja Hafir, Palestine), vol. 3, Non literary papyri, Princeton.

Kushnir-Stein (A.) 2000-2002 : « Some Observations on Palestinian Coins with a Bevelled Edge », Israel Numismatic Journal, 14, p. 78-83.

Lichtenberger (A.) 2000-2002 : « Reading a Hitherto Lost Line and the Location of the Naumachia at Gadara », Israel Numismatic Journal, 14, p. 191-193.

Lichtenberger (A.) 2003 : Kulte und Kultur der Dekapolis. Unter-suchungen zu numismatischen, archäolo-gischen und epigraphischen Zeugnissen, Wiesbaden.

Meimaris (Y.) 1986 : Sacred Names, Saints, Martyrs and Church Officials in the Greek Inscriptions and Papyri Pertaining to the Christian Church of Palestine, Athènes.

Meimaris (Y.) 1992 : Chronological Systems in Roman-Byzantine Palestine and Arabia. The Evidence of the Dated Greek Inscriptions, Athènes.

Menninga (C.) 2004 : « The Unique Church at Abila of the Decapolis », Near Eastern Archaeology, 67, 1, p. 40-49.

Meshorer (Y.) 1996 : « Coin of the City of Gadara Struck in Commemoration of a Local Naumachia », Bulletin of the Maritime Museum of Haifa, 1, p. 28-31 et pl. 2.

Michel (A.) 2001 : Les églises d’époque byzantine et umayyade de Jordanie (provinces d’Arabie et de Palestine), ve-viiie siècle. Typologie architecturale et aménagements liturgiques (avec catalogue des monuments), Bibliothèque de l’Antiquité Tardive 2, Turnhout.

Mittmann (S.) 1970 : Beiträge zur Siedlungs- und Territorialge-schichte des nördlichen Ostjordanlandes, Wiesbaden.

Mouterde (R.) 1925 : « Inscriptions grecques relevées par l’Institut français de Damas », Syria, 6, p. 351‑364.

Piccirillo (M.) 1981 : Chiese e mosaici della Giordania settentrionale, Jérusalem.

Piccirillo (M.) 2002 : « La chiesa del vescovo Giovanni a Zizia », Liber Annuus, 52, p. 367-384 et pl. 15-34.

Piccirillo (M.) & E. Alliata 1994 : Umm al-Rasas Mayfa‘ah, 1, Gli scavi del complesso di Santo Stefano, Jérusalem.

Reddé (M.) 1986 : Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, BEFAR, 260, Rome.

Saliou (C.) 2000 : « Gaza dans l’Antiquité tardive : nouveaux documents épigraphiques », Revue biblique, 107, p. 390-411.

Sartre (M.) 1985 : Bostra, des origines à l’Islam, BAH 117, Paris.

Sartre (M.) 1992 : « Les cités de la Décapole septentrionale : Canatha, Raphana, Dion et Adraha », Aram, 4, p. 139-156.

Saulcy (L.-F. J. Caignart de) 1874 : Numismatique de la Terre Sainte : description des monnaies autonomes et impériales de la Palestine et de l’Arabie Pétrée, Paris.

Seyrig (H.) 1959 : « Temples, cultes et souvenir historiques de la Décapole », Syria, 36, p. 60-78 ( = Antiquités syriennes, 6, Paris, 1966, p. 34-53).

Seyrig (H.) 1971 : « Le culte du Soleil en Syrie à l’époque romaine. Antiquités syriennes, 95 », Syria, 48, p. 337-373.

Sourdel (D.) 1952 : Les cultes du Hauran à l’époque romaine, BAH 53, Paris.

Spijkerman (A.) 1978 : The Coins of the Decapolis and Provincia Arabia, Jérusalem.

Thomsen (P.) 1917 : « Die römischen Meilensteine der Provinzen Syria, Arabia und Palaestina », Zeitschrift des deutschen Palästina-Vereins, 40, p. 1-103.

Weber (Th. M.) 2002 : Gadara-Umm Q∂s, I, Gadara Decapolitana. Untersuchungen zur Topographie, Geschichte, Architektur und der Bildenden Kunst einer “Polis Hellenis” im Ostjordanland, Wiesbaden.

Yener (K. E.) 2005 : The Amuq Valley Regional Projects, vol. 1, Surveys in the Plain of Antioch and Orontes Delta, Turkey, 1995-2002, Oriental Institute Publications 131, Chicago.

Haut de page

Annexe

Une inscription de Pétra

Une inscription grecque du Siq de Pétra, connue depuis longtemps 71, mais peu lisible — du fait de son enfouissement partiel sous les remblais apportés par les cours d’eau temporaires et sous le mortier des installations hydrauliques — a été dégagée dans les dernières années. Des photos nouvelles, ainsi qu’une lecture, en ont été publiées à deux reprises, il y a peu 72. J’ai eu l’occasion de discuter l’une de ces publications 73. On peut faire un bilan des différentes propositions et en suggérer de nouvelles, avec l’aide des photographies disponibles. Si ces remarques figurent ici, c’est qu’elles permettent de documenter — hors de la Décapole — une divinité proche ou identique au Beelphôgôr dont il est question supra.

L’inscription se présente sur la paroi du défilé, dans un secteur où se trouvent d’assez nombreuses niches, avec en particulier les inscriptions des panégyriarques d’Adraha 74. Elle est gravée sous une niche cintrée en forme d’édicule, encadrée de deux pilastres, abritant un objet parallélépipédique posé sur un socle, de type bétyle. D. Keller lisait :

[ - - - ]Ζ.Σ[πανηγ]υρ<ι>ά[ρχ]η[ς]

ΙΙΣ.ΕΑΡ. . . [ἀνέ]θ[ηκεν]

ὁ ἔντοπος Μωθὼ

4

Ἀουῖτος στρατιώτης

καὶ Γαιανὸς ἐκ τῆς

κώμης Μωθὼ

ἐποίησαν.

J’ai déjà apporté deux changements à ce texte : les corrections 75, l. 3, ὁ ἐν τόπω, et l. 5, Γαιανὸς ἔκυης (ce dernier mot étant la transcription grecque, dont il y a d’autres exemples, du latin eques). Un examen attentif des photos doit permettre de donner le sens de l’ensemble du texte, dont le formulaire paraît peu compréhensible si l’on s’en tient aux propositions de Keller. En effet, ce dernier force les lectures en essayant de retrouver aux deux premières lignes le texte des inscriptions voisines, celles des panégyriarques d’Adraha.

Je lirais plutôt, d’après les photos, nouvelles (fig. 4) et anciennes, en tenant compte de l’emploi de lettres lunaires :

ΖΕΥΣΟΥΡΑΝ̣[ca. 3]

ΒΕΕΛ[ - - - ]

Notes critiques : la difficulté principale concerne la fin de la l. 2, où la cinquième lettre est comprise comme un rho par Keller, mais pourrait bien être un phi ou un bêta. Je crois lire ΒΕΕΛΦ̣Ε̣[ca. 4]Θ̣Ε̣[ca. 4]Α̣[ - - - ], qui se comprendrait Βεελφ̣ε̣[γωρ] θ̣ε̣[ὸς] α̣{[γιος], ou encore θ̣ε̣[ὸς π]α̣[τρῷος]. Cependant, faute d’autopsie de l’inscription, je me contenterai de présenter ces hypothèses avec prudence.

Il paraît établi, sans que l’on puisse déterminer avec certitude son nom, que le dieu dont il est question est un Baal syrien, dont l’appellation comporte vraisemblablement un élément topique, selon un usage fréquent 76. Il est également habituel de voir ce type de divinité assimilé à Zeus 77. On peut donc comprendre :

Ζεὺς ὀυράν̣[ιος]

Βεελ[ - - - ]

ὁ ἐν τόπῳ Μωθώ.

4

Ἀουῖτος στρατιώτης

καὶ Γαιανὸς ἔκυης

κώμης Μωθώ ἐποίησαν.

Traduction : « Zeus céleste Beel... qui est dans le lieu de Môthô. Avitus le soldat et Gaianus le cavalier, du village de Môthô, ont fait (cette offrande) ».

Figure 4

Figure 4

Inscription du Siq de Pétra.

J. Aliquot

L’usage du nominatif pour le théonyme signifie que la représentation figurée — c’est-à-dire le bétyle dans la niche — est ainsi identifiée. Le bétyle représente donc la divinité. Le texte signifie que les donateurs, des soldats, ont fait sculpter la niche et son bétyle, ce qui date fermement ces représentations de l’époque romaine, au iie ou au iiie siècle, et montre que l’inscription n’a pas été ajoutée sous une niche déjà sculptée. Cela invite à la plus grande prudence quant à l’emploi du qualificatif de « nabatéen » pour tout monument religieux de Pétra, et invite à bien distinguer les sens, culturel ou chronologique, de ce mot. Le dieu Zeus céleste Beel… – dont nous avons vu le caractère bien typique des divinités syriennes 78 – « qui est dans le site de Môthô » doit avoir un lieu de culte en cet endroit, et c’est tout naturellement que les deux militaires de Môthô honorent à Pétra le dieu de leur petite patrie. La formule « du village de Môthô » me semble indiquer leur origine plutôt que leur garnison : Gaianus et peut-être aussi Avitus sont des hommes de Môthô servant dans l’armée. Ils portent des noms de type latin, mais celui d’Avitus peut dissimuler un anthroponyme indigène 79.

Pour le village de Môthô, on peut hésiter entre deux emplacements. Soit il s’agit d’Imtan, à l’est du Hauran, au sud-est de Salkhad, qui est Mothana ou Motha dans deux inscriptions (οὐιξιλλατίων Μοθανῶν ; ἐν Μοθανοῖς) 80, et qui semble être la forteresse de la province d’Arabie nommée – dans la Notitia Dignitatum – Animotha ou Motha, où sont installés les equites scutarii Illyriciani. Soit il s’agit de Mu‘ta au sud de Kérak, dans le pays de Moab, le site de la première confrontation entre les musulmans et l’empire byzantin 81. En dépit de l’argument de proximité géographique, l’importance des ruines à Imtan, qui contraste avec leur absence à Mu‘ta, et le témoignage des inscriptions militaires orientent plutôt vers le premier site, au sud-est du Hauran. Cette solution permettrait d’expliquer le voisinage, dans le Siq de Pétra, de la niche des soldats de Môthô avec les proscynèmes des panégyriarques d’Adraha : les gens de la même région auraient fait des offrandes dans le même secteur. Néanmoins, cette probabilité ne fait pas encore une certitude.

Il apparaît donc que l’inscription grecque associée à la niche au bétyle est un document important pour l’étude du fonctionnement religieux du Siq. En effet, elle permet de dater un relief cultuel de ce secteur. Je laisse à d’autres le soin de déterminer si cette datation peut être étendue à d’autres aménagements, tout en remarquant que le canal qui s’est installé devant l’inscription lui est forcément postérieur. L’inscription apporte aussi un nouveau témoignage sur les dévotions aux baals syriens topiques, qu’il s’agisse de Beelphôgôr ou d’une autre divinité du même type.

Haut de page

Notes

1 Gatier 1988 et 1990 ; Lichtenberger 2003, p. 4-20, réunit de manière commode la documentation sur la Décapole. Gérasa est la cité dont l’épigraphie est la plus abondante, voir Welles.

2 Baumann 2004.

3 Grumel 1958, p. 174 ; Feissel 2000, p. 69.

4 Grumel 1958, p. 201-202 ; Meimaris 1992, p. 32-34.

5 Feissel 2000, p. 68. Notons une exception, au sud d’Europos-Carkémish, sur un site qui n’appartient pas au territoire d’Antioche, Feissel 2005.

6 Feissel 1994, sur les mosaïques d’Antiochène. Voir infra sur le formulaire (ktème, diœcète) et, n. 22, sur l’onomastique.

7 Gatier 1988 ; Meimaris 1992, p. 75-87 ; les inscriptions de Tafas, p. 78-79, sont maintenant attribuées, à juste titre, à la cité de Dion, voir Sartre 1992, p. 151.

8 Meimaris 1992, p. 41-45 ; voir les exemples des p. 295-304. L’inscription des environs de Gaza datée de 732 ap. J.-C. mentionne le mois de Lôos, Saliou 2000, p. 405.

9 Voir les listes de Gatier 1992, p. 146-148 ; Di Segni 1999 ; à compléter par Saliou 2000 et Di Segni 2003 (Bulletin épigraphique, 2005, 389) ; voir SEG 51, 2042 et 2043, à Rihab. Si l’on met à part le texte de Kufr, dont la datation n’est pas assurée, et une inscription de Shivtah de 639 ou 640 (Meimaris 1992, p. 294-295), les inscriptions grecques de bâtiments ne réapparaissent qu’après 662 apr. J.-C.

10 Gatier 1992 et 2003.

11 Sur ce texte, Feissel 1989, p. 815 (Bulletin épigraphique, 1990, 936).

12 Michel 2001, p. 135.

13 I. Jordanie, 2, 52 ; voir 53.

14 Waddington, 2110-2111.

15 Les épitropes sont souvent des diacres, voir à Qabr Hiram, supra, n. 11 ; à Bostra, IGLS XIII, 9128.

16 Meimaris 1986, p. 256-259, nombreux exemples.

17 Waddington, 2184 ; 2188 ; 2462 ; 2463 ; 2547. PAES III, A, 7972 (en 326 ap. J.-C.) et 7941 (en 397-398 ap. J.-C.). SEG 18, 612 ; 613 ; 615. SEG 32, 1509. Comme me le signale J. Aliquot, des diœcètes sont attestés dès 60 ap. J.‑C. à Rakhlé dans l’Hermon (IGLS, 11, 19, à paraître) ; on en connaît aussi à Sfiré dans le nord du Liban au iiie s. ap. J.‑C.

18 Michel 2001, p. 150.

19 Kraemer 1958, no 54 (un prêtre et diœcète) ; no 68, no 70, no 74 (un diœcète de Nessana, vers 680 ap. J.-C., nommé Georges) ; no 71 (un diœcète d’Élousa).

20 Piccirillo & Alliata 1994, p. 244-246 ; Michel 2001, p. 392. La date de ce texte est problématique, voir Gatier 2003.

21 . Di Segni 2003, p. 252-253.

22 Zénodore, nom porté par des princes ituréens, est fréquent dans le Hauran et le Jaulan. Waddington, 1880 ; 2002 ; 2003 ; 2070 1, etc. SEG 46, 1983 ; 1995. Cyriaque est très commun en Arabie et Palestine, Meimaris 1986, p. 283. Les deux noms apparaissent en Syrie du Nord, mais rarement.

23 Menninga 2004.

24 Voir Michel 2001, p. 118-120, et fig. 62, p. 117.

25 Gatier 1998.

26 La Bible de Jérusalem, Paris, 1961, p. 736.

27 Jalabert 1914 ; Feissel 1984.

28 IGLS IV, 1945. En Épire, voir SEG 33, 489.

29 Mittmann 1970, p. 95. Voir Michel 2001, p. 424, mosaïques d’église byzantine.

30 Burckhardt 1822, p. 250-251.

31 On connaît les rapports, parfois amicaux et parfois conflictuels, entre Bankes, Buckingham, Burckhardt, Irby et Mangles, tous des Britanniques par la naissance ou par le choix. Bankes serait passé à Souf en janvier 1816 et mars 1818, et ses archives — que je n’ai pas pu consulter — conservent le relevé de l’inscription qui nous concerne, Bowsher 1997, p. 240. Irby & Mangles 1823, p. 305-311, visitent Souf et Jerash, en partie en compagnie de Bankes, et signalent à Souf, p. 308, « in the ruins of a church in the village a mile-stone, together with an altar having a Greek inscription ». Buckingham 1822, vol. 2, pl. en face de la p. 238 (avec renvoi, gravé, à une p. 405, qui correspond à une autre édition que celle dont je dispose), publie un fac-similé de l’inscription, très proche du relevé de Burckhardt.

32 Brünnow 1898, p. 86 ; Clermont-Ganneau 1903.

33 Voir infra, n. 39 et 40.

34 L’estampage a été envoyé à Clermont-Ganneau, cf. n. 43, infra.

35 CIG, 4665 (d’après Burckhardt) ; OGIS, 620 (d’après Clermont-Ganneau).

36 Lichtenberger 2003, p. 354-356, résume la situation, mais la plupart des sanctuaires qu’il mentionne se trouvent en fait à la périphérie des villes. Il faut mentionner à Souf une autre inscription, Brünnow 1898, p. 86, où il est question d’un ἀρχιερεύς ; Brünnow & Domaszewski, t. 2, 1905, p. 241. Irby & Mangles 1823, p. 307-308, donnent les ruines du bâtiment pour une église.

37 Brünnow 1898, p. 86.

38 Clermont-Ganneau 1903, p. 18-19.

39 Brünnow & Domaszewski, t. 2, 1905, p. 240.

40 Brünnow & Domaszewski, t. 3, 1909, p. 310.

41 Seyrig 1971, p. 355, critiquait la restitution de Clermont-Ganneau et parlait d’un « baal de Bostra, inconnu par ailleurs et dont la présence au voisinage de Gérasa ne s’impose pas ».

42 Dussaud 1942-1943 ; Sourdel 1952, p. 58 ; Seyrig 1971, p. 355.

43 La fiche de Brünnow, dans les dossiers épigraphiques conservés à l’Institut Fernand-Courby (laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), marque des réserves : « quamquam littera B paullo dubia sit », et Clermont-Ganneau 1903, p. 21, n. 1, reconnaît, après avoir examiné l’estampage, qu’il est « difficile d’y voir un B, mais la lecture K ne va pas non plus sans difficultés ».

44 Gatier 2004b, p. 37. Le Péor ou Phogor est mentionné à diverses reprises, mais l’épisode le plus connu est celui de la trahison des Hébreux se livrant à la débauche et au culte de Baal du Péor avec les filles de Moab, Nb 25, 1-5 ; Dt 4,3.

45 Gatier 2004b. Voir Gatier 2006, particulièrement p. 288‑289, à propos des doutes de F. Villeneuve.

46 I. Jordanie, 2, 154. Sur le site, voir Piccirillo 2002.

47 Atallah 2003. Voir Thomsen 1917 ; Mittmann 1970, p. 152-159 et carte générale.

48 Mittmann 1970, p. 158-159.

49 Piccirillo 1981, p. 23-25 ; Meimaris 1992, p. 88-89 ; Michel 2001, p. 419-420.

50 Seyrig 1959 ; Meimaris 1992, p. 87-88. Sur l’ère de Gérasa, voir Welles.

51 Kearsley 2004.

52 Gatier 2004a, à propos de Kearsley 2003 ; voir Bulletin épigraphique, 2003, 585 ; 2004, 390 ; 2005, 529. AE, 2002, 1546 ; 2004, 1584. SEG 40, 1462 ; 52, 1623 (en confondant les différents auteurs du Bulletin épigraphique).

53 Weber 2002, p. 284-285, no 10 et pl. 94 H, cf. no 11.

54 Spijkerman 1978, p. 126-155, pl. 26-31 et supplementum pl. 83-84 ; voir les monnaies nos 66, 69, 70, 75, 84-89, 93-96 et 66a. Spijkerman ne mentionne pas les monnaies « naumachiques ». Les monnaies 1 et 2 du catalogue de Spijkerman, dites « de l’an 1er de Rome », ornées d’une proue de navire, ont récemment été retirées du monnayage de Gadara et il n’en sera pas question ici, voir Kushnir-Stein 2000-2002. Cf. Meshorer 1996.

55 Saulcy 1874, p. 299, no 2 ; cf. Lichtenberger 2000-2002, p. 191-192, n. 5.

56 Saulcy 1874, p. 299. Flavius Josèphe, BJ, III, 10, 462-542.

57 Clermont-Ganneau 1898. Le relief dont il est question est conservé au Louvre, mais sa provenance est discutée ; selon l’informateur de Clermont-Ganneau, il aurait été apporté d’Umm Qeis (Gadara même et non pas Hammat Gader plus près du lac). Voir Dabrowa 2000, p. 323 (dubitatif). L’inscription latine se trouve dans le CIL III, 13589 = 1415514. Weber 2002 n’en parle pas. Les inscriptions latines sont relativement nombreuses à Gadara et l’onomastique latine est assez fortement représentée. L’information de Clermont-Ganneau sur la provenance de l’inscription me paraît parfaitement crédible.

58 CIL III, 6697 ; Weber 2002, p. 309-310, no 64.

59 Sur ces rangées de sièges en basalte, Lichtenberger 2000-2002, p. 193, n. 12 ; Weber 2002, p. 140 et 390, no 47.

60 Lichtenberger 2000-2002, et 2003, p. 99-100, avec photos, pl. 17, nos 48-50.

61 L’adjectif ναυμάχος est de ceux dont la terminaison du masculin sert pour le féminin. La forme de ce génitif ne convient donc pas. Elle est reprise de G. Dalman qui avait traduit « Der Gadarener von der Schiffkämpfe veranstaltenden Stadt am Flusse », une légende qu’il lisait Γαδαρέων τῆς κατά π(ο)τ(αμὸν) ναυμα(χῆς) ; cf. Lichtenberger 2000-2002, p. 192, qui traduit sa restitution de la légende complète : « Of the Gadarenes, which are by the valley of the Hieromykes, which have a naumachia » ; et Weber 2002, p. 2002, p. 140, adoptant la restitution de Lichtenberger mais traduisant « Naumachie der Gadarener in der Schlucht des Yarmuk ».

62 C’est sous Marc-Aurèle, dès 161-162, que les monnaies de Gadara commencent à donner à la cité le titre de Pompéienne. Spijkerman 1978, nos 35, 36, etc. On doit noter toutefois que les monnaies « naumachiques » de 161 ne portent pas cette épithète. Rappelons que Pompée avait reconstruit Gadara, Flavius Josèphe, BJ, I, 7, 156.

63 Les plans du site de Hammat Gader au bord du Yarmouk sont tous sommaires. Sur les thermes, voir Hirschfeld 1997 et Broise 2003.

64 Golvin & Reddé 1990 ; Berlan-Bajard 2006. Les naumachies sont des spectacles navals de reconstitution de combats plus ou moins imprécis opposant deux peuples, comme les Égyptiens et les Tyriens, Suétone, César, 39, 6, ou les Perses et les Athéniens, etc. L’issue du combat est incertaine et des prisonniers de guerre ou condamnés de droit commun en sont les acteurs. Un seul combat se déroula sur un lac, tous les autres dans des bassins artificiels ou des amphithéâtres. Les naumachies sont données pour inaugurer des monuments ou célébrer des victoires, en présence de l’empereur (ou auparavant d’un imperator). La première inauguration d’un édifice nommé naumachia eut lieu sous Trajan. Quelques fêtes aquatiques sont des jeux nautiques avec simulacres de combats, comme celle décrite par Ausone, La Moselle, 200-229.

65 On a voulu autrefois, sans aucune raison, retrouver des « naumachies » construites à Bostra ou Dion ; voir la bibliographie donnée par Weber 2002, p. 140, n. 1090. La pseudo-naumachie de Bostra est maintenant désignée par l’appellation de « birkeh ouest » ; voir Syria, 79, 2002, p. 78 (plan de Th. Fournet).

66 Spijkerman 1978, pl. 31, no 84 ; 32, no 88, etc.

67 Cf. n. 64, supra, sur le combat des Égyptiens contre les Tyriens, et sur les jeux de la Moselle, mis en rapport avec Actium. De même, dans un passage d’Horace, Ep. I, 18, 61-64, il est question des jeux organisés par Lollius et son frère sur une pièce d’eau de leur propriété, avec des esclaves, en reproduisant Actium. Sur le rôle et les combats de la marine romaine à l’époque impériale, voir Reddé 1986.

68 Flavius Josèphe, AJ, XV, 217 ; 315 ; 354-358 ; XVII, 320. BJ, I, 20, 396.

69 La participation de la Legio X Fretensis à Actium est probable, Dabrowa 1993, p. 11 et n. 10, et 2000, p. 318.

70 Parmi les documents cités par Clermont-Ganneau 1898, p. 301, les contremarques au type de la Legio X Fretensis de monnaies de Gadara qu’il évoque ne sont ni nombreuses ni significatives. Howgego 1985, p. 22 et 255, ne donne qu’un exemple gadarénien, contremarque sur une monnaie de l’époque de Titus. Les exemples sont beaucoup plus nombreux pour Césarée, Sébasté ou Ascalon. En revanche, on peut ajouter l’inscription du tombeau de Som, entre Gadara et Abila, que j’avais un peu vite attribuée à Abila, dans Barbet & Vibert-Guigue 1994, p. 42-43 et 8. Ce tombeau d’un vétéran de la Xe Fretensis peut très bien se trouver sur le territoire de Gadara. Notons enfin la sur-représentation des noms de citoyens romains dans l’épigraphie de Gadara.

71 I. Jordanie 4, 14, et photos, pl. 13.

72 Hackl, Jenni & Schneider 2003, p. 729 (photo de détail et fac-similé) et 370 (photo générale) ; la publication du texte et son commentaire sont de D. Keller, p. 225-235 ; ce dernier semble l’auteur d’une lecture semblable dans Bellwald et alii 2003, p. 100, avec photo (en couleur).

73 Bulletin épigraphique 2004, 397 ; AE 2003, 1830.

74 I. Jordanie 4, 9-19.

75 Voir supra, n. 73.

76 Sourdel 1952, p. 45, sur les divinités de type Baal – ou Beel –, comme Beelbaaros et Beelpharos.

77 Voir supra, n. 46.

78 Sur le caractère céleste de certains Zeus syriens, qui les rapproche de Baalshamin, Mouterde 1925, p. 354-356. On rencontre des dieux nommés « Zeus céleste » dans la zone montagneuse de la côte phénicienne, jusqu’à Baetocécé et Damas, mais également à Jerash, où l’un des autels de l’hippodrome porte une dédicace à Zeus céleste, Borkowski 1989, p. 81-82 ; de même, dans l’Amanus, entre Antioche et Rhosos, une inscription rupestre, Yener 2005, pl. 6 (Bulletin épigraphique 2005, 449).

79 Sartre 1985, p. 181.

80 Waddington 2037 ; PAES III A, 223. Ma notice du Bulletin épigraphique 2004, 397, n’est pas claire, car elle semble placer la garnison à Mu‘ta ; Keller, dans Hackl, Jenni & Schneider 2003, p. 227, sans discuter du site de Mu‘ta, place Môthô à Imtan.

81 Théophane, Chronographia, A.M. 6123 (630/631 apr. J.-C.), ἐν χωρίῳ ἐπιλεγομένῳ Μόθους. La Souda, s.v. Μωθω, connaît un site d’Arabie dont l’emplacement est discuté, tant la notice semble embrouillée, cf. RE 16, 1, col. 381, Motha (Hölscher) ; 384, Μωθω (Honigmann). Voir Dussaud 1927, p. 355 et n. 10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Mosaïque « errante » (d’après Baumann 2004, p. 139).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2
Légende Copie par Brünnow de l’inscription de Souf (dossiers épigraphiques de R. E. Brünnow à l’Institut Fernand Courby, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/139/img-2.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Figure 3
Légende Monnaies de Gadara (d’après Lichtenberger 2003, pl. 17, no 48-50).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4
Légende Inscription du Siq de Pétra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gatier, « Decapolitana », Syria, 84 | 2007, 169-184.

Référence électronique

Pierre-Louis Gatier, « Decapolitana », Syria [En ligne], 84 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.139

Haut de page

Auteur

Pierre-Louis Gatier

Université de Lyon 2-CNRS, UMR 5189 HiSoMA
Maison de l’Orient et de Méditerrané-Jean Pouilloux, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals