Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99ArticlesLe bâtiment communautaire de l’ég...

Articles

Le bâtiment communautaire de l’église dite « de Procopios » à Gérasa

Pierre-Louis Gatier, Jacques Seigne, Ibrahim Zʿubi et (collab) Morgane Reix
p. 203-238

Résumés

Résumé – Une fouille de sauvetage conduite en 1994 au sud de l’église protobyzantine dite « de Procopios » ou « de Procope » (« Procopius Church ») à Jerash (Jordanie), l’ancienne Gérasa de la Décapole, a mis au jour des salles pavées de mosaïques comportant deux inscriptions grecques dans des médaillons. Ces vestiges et ces textes permettent de reconnaître un établissement communautaire urbain d’un type original : une confrérie religieuse. On constate des similitudes avec les installations et les inscriptions récemment découvertes dans une autre partie de la ville, près de l’église dite « de la Synagogue » (« Synagogue Church »).

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions chaleureusement nos collègues, Denis Feissel, Julien Aliquot, Maurice Sartre et Jean-Baptiste Yon, qui nous ont fait bénéficier de leurs informations ou de leurs relectures.

Texte intégral

1En 1994, l’un de nous (I. Z.), alors représentant pour Jerash du directeur du Département des antiquités de Jordanie (DOA), était averti de la découverte d’un pavement de mosaïque, en bordure de la rue al-Hashimi, sur la rive orientale du Wadi Jerash. Il réussit à faire interrompre puis interdire le creusement des fondations d’un immeuble qu’un propriétaire souhaitait faire élever le long de la façade méridionale de l’église dite « de Procopios » ou « de Procope », « Procopius Church », dégagée en 1928. La fouille qui s’en suivit entraîna des découvertes importantes. Nous présentons l’édifice et ses inscriptions avant d’analyser leur apport à la connaissance de la vie religieuse et sociale de la cité de Gérasa à l’époque protobyzantine. C’est l’occasion de proposer, en annexe, une liste des églises de Gérasa connues à ce jour.

Les bâtiments

L’église de Procopios et les fouilles de 1928

  • 1 Crowfoot 1931, p. 42 ; Crowfoot 1938, p. 260-262, pl. LXXIX-LXXXIV, plan XLIII ; Biebel 1938, p. 4 (...)

2Cette église, l’une des vingt-quatre actuellement connues à Gérasa (voir infra, « Annexe : inventaire des églises du site de Jerash »), doit son nom au personnage – nommé dans l’inscription de dédicace (I.Gerasa, 304, voir infra) – qui en supervisa les travaux de construction. Édifiée à l’intérieur des remparts, à quelques mètres de la Porte est, pratiquement au sommet d’une colline dominant le site (fig. 1), elle fut rapidement mise au jour du 16 mai au 6 juin 1928 par J. B. Robertson et les membres de la British School of Archaeology de Jérusalem, dans les premiers temps des grandes campagnes de fouilles menées à Jerash entre 1928 et 1933. Elle n’a fait l’objet que de courts rapports ou notes 1.

Figure 1.

Figure 1.

Les églises de Gérasa et l’église de Procopios (no 4), plan de situation 2021

fond de plan T. Lepaon/Mission archéologique française de Jerash, 2011

  • 2 Bankes Archive : légende de la planche III A 18a. Voir également les documents A 46-16 recto, III  (...)
  • 3 Crowfoot 1938, p. 262 : « the disappearance of the stones from the walls – of the monument – is th (...)
  • 4 Ce qui a souvent fait croire, à tort, que d’importants monuments antiques avaient été édifiés sur (...)

3Son existence était connue bien avant la fouille. Dès 1816-1818, l’aristocrate anglais William John Bankes, un des premiers Européens à visiter le site, effectuait, sur la rive orientale du Wadi Jerash, le relevé sommaire d’un « edifice that seems to have been used for Christian worship », correspondant à l’église de Procopios. L’emplacement de cet édifice figure également sur les divers plans de la ville préparés par un autre Anglais, l’architecte Charles Barry, qui fit des relevés à Jerash en 1819. La documentation établie par Bankes et Barry se trouve réunie dans les dossiers des Bankes Archive et nous ne chercherons pas ici à distinguer l’apport de chacun des deux voyageurs 2. Ces plans précis et ces croquis succincts sont aujourd’hui très précieux, car ils sont les seuls à confirmer l’existence d’éléments disparus au cours du xixe et du xxsiècle (fig. 2). L’installation de réfugiés circassiens sur le site de Gérasa après 1875 entraîna en effet la destruction de nombreux monuments de la ville antique, en particulier sur la rive gauche, orientale, du wadi, zone d’implantation du nouveau village de Jerash 3. La plupart des blocs architecturaux utilisés pour la construction de l’église – déjà des spolia provenant essentiellement des monuments d’époque romaine de la rive occidentale 4 – servirent à l’édification des maisons des nouveaux habitants.

Figure 2.

Figure 2.

Église de Procopios, plan de situation d’après Bankes/Barry

Dorset History Centre, Bankes Archive : III A1b et A 46-16 recto en encart

  • 5 Crowfoot 1938.

4Les fouilles menées en 1928 ne concernèrent que le seul édifice basilical et sa petite annexe nord 5 (fig. 3 et 4). Le dégagement du monument fut considéré comme complet, ce qui n’était pas tout à fait exact (voir infra). Longue de 28,60 m pour une largeur de 18,25 m, l’église de Procopios présentait un plan basilical classique, à trois nefs séparées par deux rangées de six colonnes corinthiennes portées par de hauts dés moulurés, tous des remplois d’un ou plusieurs monuments antiques indéterminés de la rive ouest (fig. 4 et 5). Les fouilleurs estimèrent que des arcs permettaient de franchir les entrecolonnements, bien qu’aucun voussoir n’ait été découvert au moment des fouilles. À l’est, trois absides de taille différente, alignées et prises dans un chevet plat, terminaient le monument. L’abside centrale, la plus importante (6,90 m d’ouverture pour 4,80 m de profondeur), conservée sur près de 5 m de hauteur au début du xxe siècle, abritait un synthronon à trois degrés doté, dans l’axe de l’édifice, d’un siège privilégié. Juste à la verticale de ce dernier, une croix avait été gravée directement sur un des parements de calcaire tendre. Un enduit peint simulant un marbre rouge recouvrait les gradins. Au-dessus des sièges, les nombreux trous de scellement visibles sur toute la paroi révélaient qu’un placage de marbre, ou de pierre dure, avait recouvert, dans une deuxième phase, les parements de l’abside, pourtant de très bonne qualité, en dissimulant la croix gravée. Une autre croix ornait le centre de l’abside nord partiellement creusée dans le rocher (3 m d’ouverture et 2 m de profondeur), au-dessus d’une petite niche ménagée dans la paroi. Il est donc probable qu’une troisième croix ornait l’absidiole sud, légèrement plus large que celle du nord mais très mal conservée. À l’image de l’abside principale, il semble que les deux absidioles reçurent également un placage de pierre ultérieur, qui, ici aussi, aurait recouvert les motifs gravés.

Figure 3.

Figure 3.

Église de Procopios et ses annexes, plan de situation

Mission archéologique française de Jerash

Figure 4a.

Figure 4a.

Plan de l’église de Procope après les fouilles de 1928

Dessin A. Michel 1991, d’après Fisher dans Kraeling 1938, plan 43

  • 6 Crowfoot a consulté certains des plans de Bankes/Barry, dans les années 1930. Voir Boyer 2015, p.  (...)

5Établi sur un terrain en pente prononcée du nord-est vers le sud-ouest, le bâtiment était très ruiné dans toute sa partie occidentale. Malgré les destructions consécutives à l’érosion et aux pillages modernes, les fouilleurs estimèrent que trois portes ornaient la façade principale. Ils se fondaient sur les exemples mieux conservés des églises de la rive ouest où, le plus souvent, chaque nef était accessible par une porte indépendante. De même, les fouilleurs supposaient qu’une terrasse à atrium précédait ces trois entrées, hypothèse qui fut confirmée par les différents relevés des Bankes Archive, retrouvés depuis 1928 (fig. 2). Les archives Bankes/Barry révèlent, en outre, qu’à l’ouest un large escalier permettait d’accéder à cette terrasse, profonde d’une douzaine de mètres et établie en remblai dans la pente 6. Les dessins du début du xixe siècle prouvent également qu’un portique de quatre colonnes, correspondant à la nef centrale de la basilique, était construit devant l’entrée principale, sans pour autant qu’il ait constitué un véritable atrium. Percée au milieu du mur nord, une porte au seuil monolithe (récupéré de l’entrée d’un hypogée ?) permettait d’accéder dans le bas-côté septentrional, directement depuis le nord, où se trouvaient peut-être d’autres annexes, mais, la zone n’ayant pas été fouillée, le doute demeure sur la nature exacte de ce secteur. Le quasi complet arasement du mur sud bordant le bas-côté méridional ne permit pas de confirmer l’existence d’une porte symétrique. Attendue en raison du décor du pavement mosaïqué, elle ne fut pourtant pas restituée par les fouilleurs.

6En 1928, les chercheurs anglo-américains mirent également au jour une chapelle annexe (7,40 m sur 4,70 m) orientée ouest-est, accolée au mur septentrional de l’église. Alignée sur la façade de la basilique, elle était terminée par un chevet plat abritant une petite abside. Deux marches et une clôture la subdivisaient en deux et délimitaient un petit sanctuaire. Curieusement, un étroit passage (largeur 0,60 m) percé sur la face sud de l’abside permettait de rejoindre l’extérieur (?), à côté de la porte septentrionale de la basilique. Un autre passage (avec une porte) mettait directement en communication cette chapelle avec le bas-côté nord. La porte restituée sur la façade ouest par les fouilleurs anglo-américains est purement hypothétique.

7Dans l’église, deux marches limitaient le sanctuaire surélevé s’étendant à l’abside, aux deux dernières travées de la nef centrale et aux extrémités orientales des deux collatéraux. Une barrière, formée de poteaux et de plaques de chancel, fixée au sommet de l’emmarchement, en matérialisait la limite. En revanche, aucune trace d’ambon ni d’autel ne fut retrouvée, mais il est possible que l’un ait été entièrement détruit lors de la crise iconophobe et jamais reconstruit, et que l’autre ait été pillé au xixe siècle (voir infra). Seule la partie du sanctuaire correspondant à l’abside principale était revêtue de pierre. Tous les autres sols de la basilique, ainsi que ceux de la chapelle, avaient reçu des pavements de mosaïques à décor essentiellement géométrique, relativement bien conservés à l’exception du grand tapis de la nef centrale. Ce dernier était réduit à des fragments de son motif de bordure, des rinceaux d’acanthes, et à l’inscription de dédicace placée dans un cartouche à queues d’arondes découvert au pied de la barrière limitant le chœur. Ce texte, I.Gerasa, 304, permit de savoir que l’église avait été achevée en 526 apr. J.-C. sous la supervision de Procopios, grâce à un financement fourni par l’évêque Paul et le diacre Saôlas (voir infra).

  • 7 Crowfoot 1938, p. 262, à propos d’une plaque de chancel : « The two sheep grouped heraldically on (...)
  • 8 Crowfoot 1938, p. 261-262.

8Selon les fouilleurs anglo-américains, les dégradations notées sur les mosaïques ainsi que sur le chancel 7 relevaient de mutilations iconophobes. Ils pensaient également que l’absence de toute trace d’ambon et d’autel signifiait que ces derniers « may have been destroyed at the same time and replaced by some lighter constructions 8 ». L’absence de toute trace d’ambon dans l’église de Procopios ne signifie donc pas obligatoirement que cet élément liturgique ait été absent, même s’il n’est physiquement attesté que dans certaines églises de Gérasa. En revanche, il est plus étonnant que l’autel, élément indispensable au culte et généralement – toujours ? – en pierre, n’ait laissé aucune trace. Il est donc plus probable que les blocs de ce dernier, au moins, aient été réutilisés au xixe siècle (?) pour la construction d’une maison du nouveau village. Enfin, les conditions de la fouille n’ont peut-être pas permis d’enregistrer les indices de ces deux éléments, dans une zone mal conservée de l’église.

9Quoi qu’il en soit, les différentes réparations opérées avec soin sur les pavements de mosaïques révélaient que l’édifice n’avait pas été abandonné, mais remis en état après la crise. La date de destruction/abandon du monument reste inconnue. Après la campagne de fouille et l’envoi aux États-Unis de la mosaïque portant l’inscription, l’ensemble du site fut laissé à l’abandon. Rapidement, il devint une décharge publique et une zone de jeu pour les enfants du quartier. En 1994, la croissance urbaine incontrôlée de Jerash faillit entraîner sa disparition définitive.

Les fouilles de sauvetage de 1994

  • 9 Dans le cadre des accords passés entre le DOA et la Mission archéologique française de Jerash, les (...)

10La loi jordanienne de protection des antiquités oblige tout projet de construction prévu dans une zone sensible à être validé par le service compétent du DOA. Malheureusement, les demandes de permis de construire sont parfois oubliées et certains travaux de terrassement sont réalisés la nuit pour échapper à tout contrôle. En 1994, la parcelle jouxtant, immédiatement au sud, l’église de Procopios fit ainsi l’objet de creusements de tranchées de fondation d’un immeuble. Dès le début des travaux, l’engin de terrassement rencontra un pavement de mosaïques. La découverte imprévue, faite à quelques mètres du poste de police, ne passa pas inaperçue et le responsable du DOA, prévenu, se rendit sur les lieux. La pelle mécanique avait atteint, au centre du pavement, un médaillon circulaire portant une inscription en grec (voir, infra, « premier médaillon inscrit »). Cette découverte épigraphique entraîna d’abord l’interruption des travaux, malgré les protestations du propriétaire du terrain, puis la fouille de sauvetage dès le lendemain sur toute la zone comprise entre le mur sud de l’église et les rues voisines (fig. 3 et 4b). Les travaux furent réalisés par une équipe d’ouvriers du DOA de Jerash placés sous la direction de l’un d’entre nous (I. Z.) 9.

Figure 4b.

Figure 4b.

Le bâtiment communautaire (A, B et C) et l’église de Procopios, plan général des pavements mosaïqués

Mission archéologique française de Jerash

11Les recherches permirent de dégager un ensemble de trois salles (A, B et C) aux sols couverts de mosaïques, associées à l’église de Procopios (fig. 4b et 5). Deux d’entre elles (A et C) étaient directement accolées au mur sud de la basilique. Autant que l’espace le permettait, la fouille fut étendue vers l’est et vers le sud jusqu’en limite de la voirie moderne. Aucun autre vestige, mur ou pavement, ne fut rencontré. Toutefois, certaines particularités des salles mises au jour, comme l’emplacement et les dimensions des ouvertures successives, laissent supposer que le complexe comprenait sans doute d’autres installations, peut-être au-delà d’un espace vide (cour). À l’occasion de ces travaux, la basilique et sa chapelle, fouillées en 1928, furent à nouveau dégagées, ce qui permit, outre la redécouverte de nombreux éléments architecturaux des portiques intérieurs, de trouver des fragments inconnus du pavement de mosaïque de l’aile sud. La restitution du décor du sol du bas-côté méridional de la basilique, modifiée et complétée, est maintenant assurée. L’église et ses annexes finalement mises au jour ne constituaient probablement qu’une partie d’un ensemble plus vaste. Les destructions anciennes et la voirie moderne empêchèrent d’en reconnaître les limites. À l’issue des travaux archéologiques, les mosaïques et les autres vestiges laissés in situ ont été recouverts de sable et de terre, puis de détritus divers lorsque les habitants du quartier reprirent possession des lieux.

Figure 5.

Figure 5.

Le bâtiment communautaire, vu de l’ouest

photographie J. Seigne, 1994

Les nouvelles salles et mosaïques

12Des murs à double parement de carreaux de calcaire tendre vaguement équarris, larges de 0,80 à 0,90 m, limitaient les trois nouvelles salles mises au jour (fig. 4). Sauf exception, ils n’avaient conservé qu’une assise de leurs anciennes élévations. Le mur ouest de la salle C, situé le plus dans la pente, n’apparaissait plus qu’en fondation. Les trois salles furent ajoutées successivement à la basilique, aucun lien physique n’existant entre leurs murs d’une part et entre ceux des salles A et C et l’église d’autre part. En raison de ces absences de liaisonnement, il est possible d’affirmer que la salle A fut d’abord adossée à la façade sud de la basilique. La salle B fut ajoutée, dans l’angle sud-ouest de la A, avant que la salle C ne vint compléter l’ensemble. Aucun élément ne permet de préciser la chronologie absolue des travaux, mais il est vraisemblable qu’ils se succédèrent assez rapidement.

La salle A

13Le mur oriental de cette salle était aligné sur le nu extérieur du chevet plat de la basilique. Trois portes, l’une percée au centre du mur ouest et les deux autres dans le mur sud, permettaient d’accéder à cette salle longue de 12,75 m et large de 6,40 m (dimensions intérieures). Toutefois, dans le mur sud, la porte axiale ne correspondait qu’au rétrécissement d’une très large ouverture antérieure (largeur 5,35 m) occupant la quasi moitié orientale du mur. En outre, lors des fouilles, la porte réduite apparut condamnée par une maçonnerie grossière. La grande baie comme la porte réduite donnaient apparemment sur un espace extérieur. Dans le même mur sud, à l’angle sud-ouest de la pièce, une deuxième porte, en grande partie détruite par les travaux modernes et, de ce fait, très mal conservée, permettait d’accéder à la salle A depuis la salle B. Elle avait vraisemblablement été aménagée a posteriori, peut-être en remplacement de la porte centrale qui pourrait avoir été condamnée après l’adjonction de la salle B. Malheureusement, aucun élément précis ne permet de confirmer cette hypothèse. Un tapis de mosaïque (fig. 6) à décor géométrique rouge sur fond blanc, orné d’un médaillon circulaire central, couvrait la totalité de la pièce. Il était en très grande partie conservé. Seuls les travaux modernes en avaient détruit une portion importante, dont une partie de l’inscription (voir infra, « premier médaillon inscrit »). Il est possible que ce pavement n’ait été posé qu’après la fermeture de la grande baie méridionale primitive.

Figure 6.

Figure 6.

Salle A, vue de l’ouest

photographie I. Zʿubi, 1994

14Une large bande blanche, limitée par un filet simple, blanc, placé entre deux filets simples rouges, encadrait un tapis orné de lignes de petits pompons opposés qui délimitaient des carrés à 45°, aux angles marqués par des fleurettes à quatre pétales en sautoir. Cette trame servait de cadre à des lignes de carrés à degrés à croix centrées alternant, non sans quelques irrégularités, avec des lignes de carrés simples ornés de chevrons angulaires et abritant des petits carrés centrés à quatre tesselles. Au centre de la pièce, un grand médaillon, limité par un cercle extérieur orné de dents de scie et par un cercle intérieur réduit à un filet simple, portait une inscription grecque en tesselles noires sur fond blanc (fig. 7). Ce type d’inscription était généralement destiné à être lu par les personnes pénétrant dans un édifice. Le sens de lecture ouest-est du texte laisse donc supposer que l’ouverture ouest, partiellement conservée, constituait l’accès privilégié de la salle. Au moment de la pose de la mosaïque, il est donc vraisemblable que la salle A, accessible depuis l’ouest, ouvrait également vers le sud. L’ajout de la salle B, elle-même ouvrant vers le sud (voir infra), aurait entraîné le bouchage de l’ouverture méridionale réduite, antérieure, de la salle A et son remplacement par la porte de communication avec la salle B.

Figure 7.

Figure 7.

Salle A : médaillon central vu de l’ouest

photographie J. Seigne, 1994

La salle B

15Elle fut ajoutée, après un temps inconnu, contre l’angle sud-ouest de la salle A. De forme approximativement parallélépipédique non rectangle, elle mesurait 7,15 m par 4,05 m (fig. 8). Trois portes y donnaient accès : une au nord, mal conservée, qui assurait une communication directe avec la salle A (voir supra), une à l’ouest et une au sud. Une mosaïque à décor géométrique rouge sur fond blanc, très bien conservée, recouvrait complétement le sol intérieur. Une large bande blanche, limitée par deux filets simples rouges enserrant deux rangs de tesselles blanches, bordait un tapis à fond blanc au champ marqué par une trame de simples filets rouges de tesselles sur pointe. Ces filets définissaient un quadrillage à 45° aux cases chargées d’une fleurette centrale cruciforme, à quatre pétales rouges et cœur noir. Un grand médaillon, bordé d’un double cercle de filets rouges entourant une bande de méandres de svastikas à retours simples de même couleur, occupait le centre de la pièce (fig. 9). Il portait une inscription grecque, en rouge sur fond blanc (voir, infra, « second médaillon inscrit »), directement lisible pour ceux qui entraient par la porte sud.

Figure 8.

Figure 8.

Salle B, vue du sud

photographie I. Zʿubi, 1994

Figure 9.

Figure 9.

Salle B : médaillon central vu du sud

photographie J. Seigne, 1994

La salle C

16Orientée sud-nord, longue de 7,20 m et large de 3,80 m, cette salle fut ajoutée en dernier, devant l’entrée ouest de la salle A, mais après la construction de la salle B. Son mur ouest était très mal conservé. La porte axiale, face à la porte d’entrée de la salle A, est restituée. Accolée par son petit côté à l’aile sud de l’église, il est probable qu’elle ait été accessible directement depuis le bas-côté sud de la basilique par une porte symétrique à celle existant dans le bas-côté nord. L’ensemble des salles A, B et C aurait ainsi été a posteriori connecté directement au lieu de culte.

17Un tapis de mosaïque en rouge sur fond blanc recouvrait tout le sol intérieur (fig. 10). Une large bande blanche entourait un cadre périphérique formé d’un double filet simple rouge enserrant trois rangs de tesselles blanches. L’ensemble limitait le panneau central au champ blanc semé de fleurettes cruciformes à quatre pétales rouges en sautoir. Ces dernières ornaient les centres d’une trame de carrés disposés à 45°, bordés de lignes de deux rangs de tesselles rouges encadrant un rang de tesselles blanches sur pointes. Dans les angles, les intersections des lignes délimitant les carrés formaient des svastikas blancs encadrés de rouge. Le pavement, qui ne comportait aucun médaillon, apparaît essentiellement comme un simple aménagement d’un espace de circulation.

Figure 10.

Figure 10.

Salle C, vue du sud

photographie I. Zʿubi, 1994

Autres mosaïques 

18Les fouilles de 1994 furent l’occasion de nettoyer à nouveau les vestiges dégagés soixante-dix ans plus tôt et transformés en décharge publique depuis les fouilles anglo-américaines. Ces nettoyages entraînèrent la découverte inattendue dans l’angle sud-ouest de l’église de plusieurs fragments du pavement du bas-côté sud qui avaient échappé aux premiers fouilleurs (fig. 11, 12 et 13). Ces fragments prouvent que trois et non deux tapis contemporains recouvraient le sol de l’aile méridionale. De fait la composition était symétrique : autour d’un tapis central orné d’un grand médaillon circulaire entouré de rinceaux de vigne issus de quatre canthares placés dans les angles (celui de l’angle sud-ouest, inconnu, fut retrouvé en bon état en 1994, fig. 13), s’étendaient deux tapis similaires formés de motifs géométriques de carrés et losanges entourant deux grands médaillons circulaires. Le tapis ouest, trouvé réduit à quelques fragments en 1994, reprenait la même composition que celle du tapis dégagé à l’est en 1928. Seuls les décors des deux grands médaillons circulaires les différenciaient. Celui mis au jour lors des dernières fouilles correspondait à un bouclier de carrés en opposition de couleurs, à effet de tournoiement, pris dans un octogone (fig. 11 et 12).

Figure 11.

Figure 11.

Église de Procopios, bas-côté sud et nouvelle mosaïque

photographie I. Zʿubi, 1994

Figure 12.

Figure 12.

Angle sud-ouest de l’église de Procopios, nouvelle mosaïque

photographie I. Zʿubi, 1994

Figure 13.

Figure 13.

Canthare angulaire, fragment du pavement du bas-côté sud mis au jour en 1994

photographie I. Zʿubi, 1994

Le complexe de l’église de Procopios et l’urbanisme de Gérasa

  • 10 La datation du rempart a donné lieu à de multiples propositions. Pour les fouilleurs anglo-américa (...)
  • 11 Seigne 1997, note 13. Entre 1982 et 1996, la surveillance des travaux de construction dans la vill (...)

19L’implantation de l’église et de ses annexes est remarquable, l’ensemble occupant exactement l’emplacement prévu pour l’extrémité orientale du decumanus sud (fig. 3). Au début du ive siècle, lors de la construction du rempart 10, une porte fut ménagée à l’emplacement destiné au passage de la grande rue est/ouest de la ville antique, au sommet de la colline orientale. Située dans un angle de la fortification, encadrée par deux tours, cette porte fut parfaitement réalisée. Il ne fait pas de doute qu’il était prévu, au ive siècle, que le decumanus principal de la ville y aboutisse et y franchisse la limite des remparts. L’urbanisation de ce secteur, une ancienne nécropole 11, était donc planifiée. La construction de l’église dite « de Procopios » sur le tracé prévu pour implanter le decumanus sud révèle qu’au début du vie siècle, au plus tard, ce projet viaire était abandonné. L’appareil du bouchage de la porte, très proche de celui du mur et marqué par des croix gravées, pourrait même indiquer que l’abandon de l’extension viaire fut très rapide. Cela confirmerait que la grande rue est/ouest ne traversa jamais l’ensemble de la ville. Devenu inutile, l’emplacement destiné à la rue, fut très rapidement utilisé pour y installer les bâtiments de l’église de Procopios.

Les textes

L’inscription I.Gerasa, 304, de 526 apr. J.-C.

  • 12 Jones 1928, p. 168, no 35.
  • 13 Nous utilisons ici les abréviations épigraphiques de la liste GrEpiAbbr, https://www.aiegl.org/gre (...)
  • 14 Ce panneau de mosaïque avait été déposé au musée de l’université de Yale à New Haven, où il se tro (...)

20Un jeune savant, Arnold Hugh Martin Jones (1904-1970), qui deviendra un célèbre historien de l’Antiquité tardive, a donné en 1928 l’editio princeps de l’inscription grecque de dédicace de l’église que l’on dénomme depuis lors « église de Procopios », d’après l’un des personnages qui apparaissent dans le texte 12. L’édifice de plan basilical y est désigné comme un martyrion. L’inscription a été incorporée sans changement notable, sous le no 304, dans le corpus de Charles Bradford Welles publié en 1938 13, avec une photo 14. Dans un cadre en forme de cartouche à queues d’aronde, l’inscription figurait dans la mosaïque de la nef centrale, au pied des marches du chancel.

  † Ἐπὶ Παύλου τοῦ θεο̣[φιλε]στάτο[υ κ]αὶ ὁσιοτά̣[του]
  ἐπισκόπου ἐπληρώθ[η] τ̣ὸ̣ ἅ̣γιον [μα]ρτύριον ἀ̣[π]ὸ
  εὐλογιῶν αὐτοῦ κα[ὶ] Σαωλα εὐλ[αβεσ]τ(άτου) διακόνου
4 καὶ παραμον(αρίου) ἐπιστο͂τ̣ο̣̣ς Προκοπίο[υ τ]οῦ καθοσ(ιωμένου)
  τῷ θπφʹ ἔτει Ὑπερβε̣ρεταίου, χρόν̣(ων) [εʹ ἰ]νδ[ι]κ̣(τιῶνος). †
  • 15 McCown 1933, p. 86.
  • 16 Les différentes photos, anciennes et récentes, que nous avons examinées, en particulier sur les si (...)

21Notes critiques : Dans l’édition de C. B. Welles, une coquille malencontreuse se rencontre ligne 2 : ἐπισκότου. Ailleurs, ce savant suit les lectures d’A. H. M. Jones, tout en plaçant un point d’interrogation derrière le chiffre restitué de l’indiction dans la première lacune de la ligne 5 (repris par Meimaris 1992, p. 108, no 74), à la suite des observations de Chester Charlton McCown 15. Ce dernier, en même temps qu’il s’efforçait de fixer le début de l’année gérasénienne, pensait observer sur certaines photos des restes d’un stigma (chiffre 6) à cet emplacement 16. Pour tout le texte I.Gerasa, 304, le commentaire de Welles se limite à questionner la place du mois d’Hyperbérétaios dans le calendrier gérasénien. Toutefois, à la fin de la ligne 5, Welles note le fragment de kappa que Jones n’avait pas vu.

« Sous Paul, l’évêque très ami de Dieu et très révéré, le saint martyrion a été achevé, grâce à ses bienfaisances et celles du très pieux diacre et paramonaire Saôlas, alors que le superviseur était le dévoué Procopios, l’année 589, (au mois d’)Hyperbérétaios, aux temps de la 5e indiction. »

  • 17 Meimaris 1992, p. 91.
  • 18 Voir aussi Meimaris 1992, p. 108, no 74, qui suit Welles.

22Date : le mois d’Hyperbérétaios correspond au deuxième mois de l’année, qui commence en Gorpiaios dans le calendrier macédonien gérasénien. Au cours du vie siècle, les calendriers civiques ont tendance à s’aligner sur le calendrier julien romain, avec des équivalences entre les débuts des mois, ce qui ferait d’Hyperbérétaios l’analogue d’octobre 17. L’année civique tend également, à la même époque, à commencer en même temps que l’indiction, qui débute au 1er septembre, ce qui fait correspondre alors Gorpiaios à septembre. On serait donc en octobre 526 apr. J.-C., étant donné l’usage à Gérasa d’une ère pompéienne de l’automne 63 av. J.-C. Par ailleurs, comme l’avait proposé Jones, il faut restituer le chiffre 5 dans la lacune de la dernière ligne, la cinquième indiction allant du 1er septembre 526 apr. J.-C. au 31 août 527. Suite aux remarques de McCown 18, Welles hésitait à accepter cette restitution de Jones.

  • 19 I.Chr.Macédoine, 27 et 63 ; voir BE 2002, 624 (D. Feissel).

23On doit aussi à Jones d’avoir compris que ἐπιστο͂τος était mis pour ἐφεστῶτος et que καθωσιωμένος équivalait au latin devotissimus. En effet, ce terme qui se traduit « très loyal, dévoué, fidèle » exprime la loyauté des soldats ou des administrateurs envers l’empereur 19. Procopios serait un responsable civil ou militaire chargé de superviser – on ne comprend pas à quel titre – les travaux d’un martyrion financé par l’évêque Paul et par un diacre.

Un premier médaillon inscrit, daté de 566 apr. J.-C. (fig. 7)

24Au centre du tapis de mosaïque de la salle A, grande salle rectangulaire accolée au mur sud de la basilique. Médaillon circulaire ; cadre à décor de merlons ; lettres noires sur fond blanc.

25Inédit ; d’après photo. Dimensions : diamètre intérieur, 132 ; lettres, 6-7 cm.

  Ἐπὶ τοῦ ὁσι-
  ωτ(άτου) καὶ ἁγιωτ(άτου)
  ἀγαθοῦ ποιμένος
4 Μαριανοῦ ἡμῶν ἐπισκ(όπου)
  ἐψηφώθη τὸ κοινό-
  βιον κελλίν τῶν ἀδελ-
  φõν ἐξ ἰδίων ἐ̣κ̣ σ̣π̣[ου]-
8 δῆς καὶ ἐπι[μελείας]
  Ὑπερεχίου θ̣[εοφιλ(εστάτου) α′ (?)]
  ἀρχηγοῦ ἔτ̣[ους ηκχ′]
  μηνὸς Λῴ̣̣[ου, χρ(όνων)]
12 ιδ′ ἰνδ[ικ(τιῶνος)].

26Notes critiques : lettres lunaires, alpha à barre médiane diagonale ; tilde sur les chiffres ; abréviations par le trait diagonal coupant le pied de la lettre à la ligne 4, par le signe en forme de S, plus ou moins ondulé, ailleurs ; le même signe à la dernière ligne sert simplement de séparateur entre les chiffres et le mot.

« Sous le très révéré et très saint bon pasteur Marianos, notre évêque, la salle communautaire des frères a été pavée de mosaïques, à leurs frais, par le soin et la sollicitude d’Hyperéchios, le très ami de Dieu président pour la 1re fois (?), l’année 628, au mois de Lôos, aux temps de la 14e indiction. »

  • 20 SEG 37, 1544 ; Meimaris 1992, p. 111-112, no 85.
  • 21 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 184 ; Lichtenberger et Raja 2018a, p. 93 ; AE 2016, 1793 ( (...)
  • 22 Gatier 1987.
  • 23 SEG 37, 1541 ; Meimaris 1992, p. 111, no 83.
  • 24 I.Gerasa, 335 ; Meimaris 1992, p. 113, no 88.

27Date : l’épiscopat de Marianos, sur lequel nous reviendrons infra, est connu par plusieurs inscriptions et par un texte littéraire. Avant les nouvelles découvertes, l’inscription la plus ancienne le concernant, dans l’église dite « de l’évêque Marianos », datait de « l’année 632, au mois de Xanthikos, aux temps de la troisième indiction », c’est-à-dire au printemps 570 apr. J.-C. 20. L’inscription la plus récente, du « mois de mars, aux temps de la neuvième indiction, l’année 638 », en 576 apr. J.-C., provient du bâtiment au nord de l’église de la Synagogue, le Hallenbau 21. Un autre document, une lettre du pape romain Grégoire le Grand, montre que l’évêque Marianos, auquel le pape adresse ce courrier, occupait encore son siège en 601 apr. J.-C. 22. Pourtant, l’éventail est beaucoup plus largement ouvert, puisque le terminus post quem de l’épiscopat de Marianos est donné par une inscription de l’été 559 apr. J.-C., faisant état d’un certain évêque Isaïe 23, et le terminus ante quem par un texte de septembre 611 apr. J.-C., mentionnant un autre évêque, nommé Génésios 24. Ainsi, la quatorzième indiction pourrait correspondre ici à l’année 565/566 apr. J.-C., l’année 580/581 ou l’année 595/596. Cependant, en admettant que ce premier médaillon, dans la salle A, est antérieur au second, dans la salle B, comme l’étude architecturale l’a démontré, supra, c’est la première date qui seule conviendrait. Puisque le mois de Lôos, à la fin de l’été, correspond à août du calendrier julien romain, on se trouverait en août 566 apr. J.-C., c’est-à-dire en 628 de l’ère de Gérasa. Cela permet de restituer ce nombre, ηκχ′, dans la lacune de la ligne 8. De la sorte, l’inscription de ce premier médaillon fournit désormais la plus ancienne date, sinon assurée du moins probable, pour l’épiscopat de Marianos.

Un second médaillon inscrit, daté de 570/571 apr. J.-C. (fig. 9)

28Dans le tapis de mosaïque de la salle quadrilatérale B, au sud de la grande salle rectangulaire A. Médaillon circulaire ; cadre à décor de méandres ; lettres rouges sur fond blanc.

29Inédit ; d’après photo. Dimensions : diamètre intérieur, 76 ; lettres, 6-7 cm.

  † Ἐπὶ τῆς
  β′ ἀρχηγ(εσίας) Ὑπε-
  ρεχίου λινοπρ(άτου) ἐκ-
4 τίσθη ἐκ θεμελίων
  κ(αὶ) ἐστεγάσθη τὸ κελὶν
  κ(αὶ) τὸ μαγιρ(εῖον) γ′ ἰνδ(ικτιῶνος), κ(αὶ) ἐπὶ
  τῆς γ′ ἀρχ(ηγεσίας) Εὐνομίου
8 ἐψηφώθ(η) ἀσβέστ(ιον) χρ(όνων)
  δ′ ἰνδ(ικτιῶνος) ἔτ(ους) γλχ′. †

« Sous la deuxième présidence d’Hyperéchios, le marchand de lin, la salle et la cuisine ont été édifiées depuis les fondations et couvertes de toitures, lors de la troisième indiction ; et aussi, sous la troisième présidence d’Eunomios, le sol de maçonnerie (?) a été pavé de mosaïques, aux temps de la quatrième indiction, l’année 633. »

30Date : on voit que deux types de travaux différents se sont succédé sous deux responsables différents. Les travaux signalés à la fin de l’inscription se placent en l’année 633 selon l’ère civique de Gérasa, qui équivaut à 570/571 apr. J.-C. Cela correspond parfaitement à une quatrième indiction allant du 1er septembre 570 au 31 août 571. Les autres travaux mentionnés précédemment, au cours de la troisième indiction (du 1er septembre 569 au 31 août 570 apr. J.-C.), concernent l’an 632 de l’ère de Gérasa, et l’on doit penser qu’il n’a pas semblé nécessaire de préciser l’année civique puisque la date indictionnelle suffisait.

Le bâtiment communautaire sud-est

Les constructions et aménagements

  • 25 Meimaris 1986, p. 227-230, a fait la liste des mentions des moines et moniales désignés comme « fr (...)
  • 26 Griesheimer 2003 (BE 2006, 452 ; SEG 53, 1793-1795 et 1800-1802).
  • 27 Voir les exemples du dictionnaire LSJ.

31On est tenté d’interpréter la mention des « frères » en rapport avec la vie monastique et de considérer l’ensemble constitué autour de l’église de Procopios comme un monastère 25. Le premier médaillon désigne comme « cœnobion kellion des frères », κοινόβιον κελλὶν τῶν ἀδελφõν, la salle A où la mosaïque a été posée. Le second médaillon, dans la salle B, nomme simplement kellion, κελίν, une autre salle qui a été édifiée et couverte par un toit, conjointement avec une cuisine. Le substantif κελλίον, diminutif de κέλλα, lui-même calqué sur le latin cella, a un sens assez large, et il peut désigner d’abord une « salle », mais aussi, de manière plus spécialisée, une « cellule monastique » ou un « ermitage ». Ainsi, il s’emploie au pluriel pour nommer l’ensemble monastique égyptien dit des Kellia, fait d’ermitages dispersés, dans le désert au sud-est d’Alexandrie. En Syrie centrale, des linteaux inscrits chrétiens, retrouvés dans les deux sites de Deir el-Ferdis et d’Elbi, portent des inscriptions où la formule κελλίον/κελίν διαφέροντα est suivie d’un nom d’homme au génitif 26. Marc Griesheimer, leur dernier éditeur, considère que ces blocs se plaçaient sur les portes d’entrée des cellules individuelles, dans des couvents collectifs dont on ne connaît pas le plan. Quant au terme de κοινόβιον, cenobium/cœnobion/koinobion, qui exprime étymologiquement la vie commune ou communautaire, il s’applique comme substantif neutre à un monastère où les moines sont réunis dans des bâtiments collectifs, mais il existe également un adjectif κοινόβιος, avec le sens de « qui vit en communauté » 27.

  • 28 Les laures du désert de Judée représentent un type particulier de fusion des deux modes de vie. En (...)
  • 29 Patrich 2019 fournit deux cartes de répartition des monastères dans un espace qui, malgré le titre (...)

32Toutefois, l’inhabituelle formulation oxymorique associant cœnobion à kellion, couvent de vie commune à cellule d’ermite, surprend et semble inconnue ailleurs. On pourrait envisager la présence d’un monastère à l’intérieur des remparts et imaginer – exceptionnellement en ville – une sorte de « couvent-ermitage », un système mixte comme on en trouve d’autres dans certains établissements ruraux qui réunissent des ermitages où la vie de solitude et d’ascèse n’empêche pas les contraintes communautaires 28. La présence de monastères urbains à Gérasa constituerait une rareté au Proche-Orient, qu’il s’agisse de l’Arabie, des trois provinces de Palestine ou des provinces syriennes et phéniciennes. Mis à part le cas de Jérusalem où l’afflux des pèlerins facilite leur multiplication, les quelques exemples connus mériteraient des études détaillées sur leur datation et leur architecture. À Scythopolis, capitale de la Palestine Seconde, le monastère dit « de Kyria Maria », situé en périphérie de l’agglomération, à l’intérieur des murs, contre le rempart nord, constitue un rare cas d’implantation monastique dans une ville qui n’occupe pas une place importante dans l’économie des pèlerinages 29. L’installation dans certaines villes d’un mouvement religieux fondé sur le rejet de la vie urbaine constitue une étrangeté.

33Cependant, on doit plutôt revenir au sens de « salle » du mot κελλίον, d’autant que l’inscription du second médaillon fait bien la distinction entre la cuisine et le kellion et qu’ainsi il est établi que ce dernier mot ne peut pas désigner le groupe entier des bâtiments. De la sorte, on comprendrait κελλίον τῶν ἀδελφῶν par « salle des frères ». En donnant à κοινόβιον une fonction d’adjectif épithète, de préférence à celle de substantif en apposition, on pourrait traduire l’ensemble de la séquence du premier médaillon aux lignes 5-7, ἐψηφώθη τὸ κοινόβιον κελλίον τῶν ἀδελφῶν, « la salle communautaire des frères a été pavée de mosaïques ».

  • 30 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016 ; Lichtenberger et Raja 2018a et 2018b.
  • 31 Par exemple, Cyrille de Scythopolis, Vita Sabae, 44 (135, 2). Les plans de monastères palestiniens (...)

34Plutôt que de penser que le second médaillon, de la salle B, mentionne la salle communautaire A, qui aurait été dénommée simplement kellion, κελίν, sans que soit ajoutée la précision koinobion, nous considérerons que deux pièces différentes sont désignées chacune par le terme de kellion. L’établissement au sud de la basilique comprenait donc deux ou plusieurs kellia. En revanche, la cuisine, mageireion, constitue une pièce bien distincte. Le kellion mentionné dans l’inscription du second médaillon, une salle ou cellule proche de la cuisine, pourrait avoir servi de réfectoire et la cuisine se serait située à proximité immédiate, dans la partie disparue ou détruite des bâtiments, au sud ou à l’ouest si l’on tient compte des ouvertures. Par ailleurs, le mot κελλίον se rencontre à Gérasa sur une autre mosaïque inscrite, dans un autre bâtiment dont nous reparlerons infra 30. Inutile de rappeler que la cuisine constitue une pièce essentielle de tous les couvents et qu’il en est très souvent question dans les récits hagiographiques 31. Pourtant, bien que séduisante, l’hypothèse monastique n’est pas satisfaisante, comme nous le verrons infra.

  • 32 P.Ness. 54, 9, τῆς ξυλο[κο]πίας καὶ τῶν ἀσβεστίων. Selon l’éditeur, il s’agirait d’une opération d (...)
  • 33 Voir Adam 1995, p. 253.

35Dans le second médaillon, à la ligne 8, il est question d’un espace qui a été pavé de mosaïques. Le mot abrégé appartient à la famille de l’adjectif ἄσβεστος, « inextinguible », d’où le substantif féminin ἄσβεστος, « la chaux vive ». Dans l’un des papyrus de Nessana, le quasi hapax ἀσβέστιον a été compris comme « pierre calcaire », d’après le grec moderne, hypothèse peu convaincante 32. Quelle que soit la valeur de cette interprétation, on devrait conserver au mot une signification plus directement liée à la chaux. Puisque, dans l’inscription, il s’agit de poser une mosaïque de sol, on pourrait penser à un sol de maçonnerie composé de différentes couches qui incorporent de la chaux et qui composent le substrat du tapis de tesselles 33. Nous pourrions ainsi restituer le substantif neutre ἀσβέστ(ιον), en lui reconnaissant le sens de « sol maçonné ».

36En récapitulant la liste des travaux évoqués dans les trois inscriptions, dont celles des deux médaillons, nous obtenons la chronologie suivante :

  • octobre 526 apr. J.-C., achèvement du martyrion ;
  • août 566 apr. J.-C., fin de la pose de la mosaïque d’une salle communautaire du bâtiment, la salle A ;
  • 569/570 apr. J.-C., fin de la construction et de la couverture de deux autres pièces du bâtiment, la salle B, et une cuisine ;
  • 570/571 apr. J.-C., pose de la mosaïque de la salle B.

Le bâtiment communautaire au nord de l’église de la Synagogue

  • 34 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016 ; Lichtenberger et Raja 2018a et 2018b.
  • 35 Crowfoot 1938, p. 234-241; Michel 2001, p. 251-255.
  • 36 Les fouilles de ce bâtiment ont été poursuivies en 2016 : Kalaitzoglou et al. 2022, p. 163-169.

37Un bâtiment découvert en 2015 par l’équipe germano-danoise qui fouille la zone nord-ouest du site de Jerash, à l’ouest du sanctuaire d’Artémis, a été publié en 2016, avec le concours de Rudolf Haensch 34. Il offre plusieurs points de comparaison avec les vestiges reconnus au sud de l’église de Procopios, tant du point de vue de l’architecture que de celui de l’épigraphie. Au nord de l’église dite « de la Synagogue » – puisque cet édifice chrétien recouvrait les restes d’une synagogue 35 – les fouilles ont mis au jour des murs et des installations qui constituent un corps de bâtiment rectangulaire défini par ses découvreurs comme Hallenbau ou « Mosaic Hall », et qui pourrait être désigné comme le « bâtiment communautaire nord-ouest » 36. La communication entre l’atrium à l’est de l’église, sur sa terrasse, et le bâtiment nouvellement révélé, au nord et en contrebas, se faisait par un escalier.

38Ce bâtiment, à un niveau d’altitude inférieur à l’église édifiée sur une éminence du terrain terrassée, n’a pu être fouillé que partiellement. De plus, les installations protobyzantines sont coupées et recouvertes par des murs et des sols postérieurs, jusqu’au milieu du viiie siècle. Néanmoins, on distingue le plan d’une longue salle rectangulaire pavée de mosaïques, parallèle au long côté de l’église et assez similaire à la salle nord A du bâtiment communautaire de l’église de Procopios. La surface qui a pu être fouillée s’est avérée suffisante pour révéler deux cadres inscrits, dans deux tapis contigus de mosaïques aux décors géométriques très ressemblants, posés au même niveau d’altitude.

  • 37 Nous donnons les deux textes en incorporant les modifications proposées dans BE 2017, 612 ; AE 201 (...)

39Le premier texte, le plus oriental des deux, dans un médaillon, se lirait et se traduirait ainsi 37 :

Θ(εο)ῦ χά|ριτι ἐπὶ Μαριανοῦ τ(οῦ) | ἀγ(ιωτάτου) ἡμῶν ἐπισκ(όπου) (καὶ) ἀρχ(η)γ(εσίας) αʹ | Στεφάνου Κοσμᾶ θεοφ(ιλεστάτου) διακ(όνου) | νουμέρου Ἐλέκτων (καὶ) Ζαχαρίου | ἀργυρ(ο)υποδ(έκτου) ἐψηφώθη | τὰ ὧδε μη(νὸς) Μαρτί(ου) χρό(νων) | θʹ ἰνδ(ικτιῶνος) τοῦ ηλχʹ | ἔτους.

« Par la grâce de Dieu, sous Marianos, notre très saint évêque, et sous la première présidence du diacre très ami de dieu Stéphanos fils de Cosmas, de l’unité des Electi, et sous le trésorier Zacharias, ces lieux ont été pavés de mosaïque, au mois de mars, aux temps de la neuvième indiction, l’année 638. »

40Le second texte, légèrement plus à l’ouest, dans un cartouche à queues d’aronde, se lirait et se traduirait ainsi :

Ἐπὶ τῆς σὺν Θ(ε)ῷ τρίτης ἀρχηγ(εσίας) Στεφάνου Κοσμᾶ | θεοφιλ(εστάτου) διακό(νου) (καὶ) Ἀλεξάνδρου ἀργυροποδ(έκτου) | Ἐλέκτων Ἰουστινιανῶν ἐψηφώθη κ(αὶ) τοῦτ(ο) | τὸ δυσμιαῖον μέρος τοῦδε τοῦ κελλίου | ἐν μη(νὶ) Ἰουλίοͅ χρό(νων) δεκάτης ἰνδ(ικτιῶνος) τοῦ δνχʹ εἴτους.

« Sous la troisième – avec l’aide de Dieu – présidence du diacre très ami de Dieu Stéphanos fils de Cosmas et sous le trésorier Alexandros, de l’unité des Electi Iustiniani, cette portion occidentale de cette salle a aussi été pavée de mosaïques, au mois de juillet, aux temps de la dixième indiction, l’année 654. »

  • 38 I.Gerasa, 323.

41Les deux textes, le premier de mars 576 apr. J.-C., le second de juillet 591, ne datent pas la construction du bâtiment où ils se trouvent, mais uniquement la pose de mosaïques. Ils sont postérieurs aux inscriptions des médaillons du bâtiment communautaire sud-est qui, comme nous l’avons vu supra, sont datées de 566 et 570/571. Également postérieurs à la mosaïque de la nef centrale de l’église de la Synagogue datée de 530/531 38, ils montrent que le Hallenbau a peut-être été construit, ou du moins aménagé, un peu plus de quarante ans après l’église. Le cas du bâtiment communautaire sud-est apparaît approximativement semblable, avec un intervalle d’une quarantaine d’années entre l’achèvement de l’église et le pavement de la salle adjacente A. Tout se passe comme si les deux églises, dont l’une était désignée comme un martyrion, avaient été construites dans les années 520-530, puis transformées en bâtiment communautaire par l’édification ou l’aménagement de constructions annexes dans les années 560-570.

  • 39 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 182-183.

42Les différentes mosaïques de pavement du Hallenbau, comme celles du bâtiment communautaire sud-est, se composent d’un quadrillage oblique délimitant des carrés sur la pointe avec en leur centre une rosette cruciforme à quatre pétales ou un plus petit carré sur la pointe. Ces pavements géométriques sur fond crème appartiennent à une série bien représentée à Jerash 39, avec des variantes, comme on le constate dans le cas du décor des deux mosaïques du Hallenbau dont les dates sont distantes entre elles d’une quinzaine d’années. Les autres mosaïques de ce type décorent :

  • une salle dans la partie nord de l’ancien macellum, pavée en 577/578 apr. J.-C. d’une mosaïque ornée d’un médaillon inscrit récemment publié dont il sera question infra 40 ;
  • une pièce du local de la faction des Bleus, pavée en janvier 578 41 ;
  • une salle dans les bains de Placcus, pavée en janvier 584 42 ;
  • la pièce A42, ou salle de réunion des chantres, dans la maison VI à l’ouest de Saint-Théodore, non datée 43 ;
  • les pièces 25 et 26, non datées, de l’atrium de Saint-Théodore 44 ;
  • la pièce B64 du bâtiment dit « Clergy House », au nord de l’atrium de Saint-Théodore, non datée 45.

43Dans les églises de Gérasa, plusieurs des sols ont également reçu des mosaïques de ce type :

  • les nefs latérales de l’église Sainte-Sagesse à Zaghrit en périphérie de Gérasa, rénovée et décorée sous l’évêque Paul en 542/543 46 ;
  • les nefs latérales de l’église dite « de l’évêque Isaïe », inaugurée en 559 apr. J.-C. 47 ;
  • quatre des espaces de l’église dite « de l’évêque Marianos », datée d’avril 570 apr. J.-C., auxquels on peut ajouter la salle 50 du bâtiment voisin dit « deacon’s house » 48 ;
  • l’aile sud non datée de l’église « de l’évêque Génésios », bâtiment dont une mosaïque est datée de 611 apr. J.-C. 49 ;
  • une salle adjacente au sud de l’église « des Propylées » 50 ;
  • les deux églises, A et B, du sanctuaire de Zeus (églises 17 et 18, voir annexe infra) ;
  • plusieurs salles annexes du complexe religieux dit des « mosaïques détruites » (église 20, voir annexe infra).
  • 51 Entre autres, Michel 2001, p. 274-276, à Khirbet al-Munyah près de Jerash. Les parallèles paraisse (...)

44Bien entendu, il serait possible d’augmenter le nombre d’occurrences, tant le modèle de base de ce décor géométrique peut s’adapter en se diversifiant et en s’enrichissant. Par ailleurs, ce n’est pas seulement à Gérasa, mais aussi dans ses environs et dans les territoires voisins, que se rencontrent des exemples de mosaïques semblables 51.

45On en tire deux enseignements. D’une part, du point de vue fonctionnel, ce type de pavement, simple et peu coloré, n’est probablement pas très coûteux et il se prête bien aux sols de salles de réunion, aux pièces utilitaires des bâtiments collectifs et aux espaces les moins prestigieux des églises, comme les collatéraux. D’autre part, du point de vue chronologique, la deuxième moitié du vie siècle, jusqu’au tout début du viie siècle, semble la période où ces mosaïques, vraisemblablement produites par un ou plusieurs ateliers locaux, connaissent la plus grande diffusion. Cependant, il serait utile de reprendre en détail cette question afin de préciser la typologie et la répartition géographique de ce décor afin d’en préciser la chronologie. Ce modèle du tapis géométrique assez uniforme permet de mettre en valeur un médaillon central inscrit, procédé qui semble avoir connu un succès particulier à Gérasa.

Le cadre institutionnel

46Parmi les points communs entre les inscriptions des deux groupes de bâtiments, on trouve le terme de kellion, qui définit l’espace aménagé et qui pourrait avoir été emprunté au vocabulaire monastique. Cependant, dans l’établissement sud-est, il désignerait plutôt une salle communautaire, par exemple un réfectoire, comme nous l’avons montré, supra, et ce sens paraît également approprié pour le Hallenbau, dont l’architecture s’apparente à celle de la salle A.

  • 52 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 189, n. 52. Voir les exemples, abstraits ou symboliques da (...)
  • 53 I.Jud. Orientis I, Ach18, p. 132-135 : Μνῆμα Περιστερίας ἀρχηγίσις (ménorah), avec ἀρχηγίσις pour (...)

47On relève également dans les deux séries d’inscriptions les mots ἀρχηγεσία et ἀρχηγός, archègésia et archègos. Ce dernier, substantif ou adjectif, est bien connu avec le sens de « fondateur » ou « chef », y compris dans les textes chrétiens 52. Ici, on le traduira par « président ». Son usage institutionnel dans un contexte monastique ou ecclésiastique, ou bien dans le vocabulaire des associations et confréries, n’était pas attesté à ce jour, à l’exception d’une inscription funéraire juive à Thèbes de Phtiotide, de date mal déterminée, qui fournit un parallèle intéressant 53. La défunte nommée Peristéria y est dite archègissa, ἀρχήγισσα, ce qui a été compris soit comme « épouse d’un archègos », soit comme une fonction particulière. Les exemples géraséniens plaident pour la première solution et ils permettent de situer la fonction d’archègos dans le contexte des confréries religieuses que constituaient les communautés juives de la diaspora. Quant au nom abstrait ἀρχηγεσία, archègésia, désignant la fonction occupée par l’archègos, il ne semble pas connu par la littérature, l’épigraphie ou la papyrologie, mais le sens de cet hapax, qui se comprend assez naturellement, pourrait être rendu par « présidence » (à ne pas confondre avec τὰ ἀρχηγέσια, concours d’Apollon archégète).

  • 54 Meimaris 1986, p. 239-250 ; sur la fonction de supérieur et les termes qui lui sont attachés : Pat (...)
  • 55 Patrich 1995, p. 32-35.

48La présidence qu’on rencontre dans les textes des deux bâtiments communautaires de Gérasa paraît assez différente des formes d’autorité monastique qu’on connaît dans l’Antiquité tardive. Elle est limitée dans le temps et renouvelable, ce qui explique qu’on peut l’exercer pour la première fois, la deuxième ou la troisième. Le second médaillon de l’établissement sud-est montre la succession de deux présidents, l’un pour la deuxième fois, l’autre pour la troisième : dans ce cas, on serait tenté de reconstituer un second président de la communauté précédant un troisième, en imaginant qu’il s’agit de numéroter les mandats plutôt que les individus. Cependant, il en va probablement assez différemment puisque, dans les textes du bâtiment communautaire nord-ouest, la première et la troisième présidence d’un même personnage – Stéphanos, fils de Cosmas – sont séparées par quinze années. Il est fort probable que la présidence soit une fonction annuelle, dont un responsable peut se charger à plusieurs reprises sans continuité. Quelle que soit la durée d’exercice de cette archègésia, sa limitation dans le temps et la possibilité de son renouvellement semblent totalement étrangères au monde monastique. En effet, les supérieurs des couvents, désignés le plus souvent par les termes d’« higoumène », d’« archimandrite » ou même de « père », exercent leur fonction à vie, sauf accident 54, ce que formalise la législation impériale de l’époque de Justinien 55.

  • 56 Voir supra, n. 41 ; SEG 37, 1548 : ὁ τόπ(ος) οὗτος τῶν ἐπιτίμ(ων) Καλλαίν(ων) ἐπὶ τῆς α′ ἐξαρχ(ίας (...)
  • 57 Voir supra, n. 40 ; SEG 66, 2210 : Ἐπὶ τ(ῆς) α′ ἐξαρχίας Ἰωάννου Παύλου κ(αὶ) α′ λογευσίας Λεοντίο (...)
  • 58 Dans un monastère, l’administration financière est généralement confiée à un économe, οἰκονόμος : (...)

49À Gérasa, l’archègésia comme mode de direction d’une communauté paraît assez proche d’une autre fonction qui se rencontre dans un autre contexte : l’exarchie, qu’illustrent deux autres inscriptions, également incluses dans des médaillons de mosaïque. L’une d’elles avait été découverte dans une des pièces appartenant aux constructions situées à l’ouest de la rue principale nord/sud dite cardo, en face du macellum. Elle identifie le local des supporters de la faction des Bleus dont le pavement a été posé en janvier 578 apr. J.-C., « sous la première exarchie de Constantin et alors que Stéphanos était comptable » 56. Non loin de là, mais à l’est du cardo, l’autre inscription, d’apparence et de datation similaires, appartenait à une mosaïque qui couvrait une pièce située au nord de l’ancien macellum. Le texte, récemment déchiffré, ne précise pas quel était le groupe ou l’institution qui disposait du lieu. Datée de 577/578 apr. J.-C., la mosaïque avait été « achevée sous la première exarchie de Jean, fils de Paul, et sous le premier mandat de comptable de Léontios, fils de Palladios » 57. On pourrait voir dans cette salle un local des supporters d’une autre faction, celle des Verts. Quoi qu’il en soit, on note que le directeur du club, ou de la confrérie que constitue une faction, se nomme « exarque » plutôt qu’archègos, mais qu’il est également renouvelable ; le responsable financier est un logeutès, au lieu d’un argyropodektès/argyrohypodektès, et il est lui aussi renouvelable 58. Dans les deux séries, celle des églises et celle des locaux près du macellum, le vocabulaire différent s’applique à des associations qui ne sont pas analogues, même si leur fonctionnement institutionnel s’apparente.

  • 59 MAMA III, 208, 400, 451a, etc.
  • 60 I.Gerasa, 190 : l’association des tisseurs de lin, ἡ τοῦ αἰῶνος ἱερὰ τέχνη λινύφων ; Gatier 1985, (...)
  • 61 Bessard, Bonnéric et Callot 2012 ; voir aussi les fragments de tiges de lin retrouvés dans des con (...)

50En effet, le caractère religieux des communautés présentes près des églises de Procopios et de la Synagogue, au sud-est et au nord-ouest, est indéniable. Il se manifeste par leur installation dans les annexes d’une église et par leurs références à l’évêque de la cité. En revanche, la présence de clercs à leur tête ne s’observe que dans un seul cas, dans le bâtiment nord-ouest, où l’archègos Stéphanos, fils de Cosmas, est un diacre. Dans le bâtiment sud-est, l’archègos de 569/570, le marchand de lin Hyperéchios, est un laïc, comme probablement son successeur de 570/571, Eunomios. Le métier de λινοπρ(άτης), que nous propose Denis Feissel, un hapax dont la formation est assez claire, correspond à celui de λινοπώλης, « marchand de lin », bien attesté dans la nécropole de Korykos 59. À Gérasa où l’on ne connaît que très peu de métiers par les inscriptions, ceux du textile sont les plus visibles, dès d’époque impériale romaine : tisseurs de lin (deux exemples) et foulons 60. Dans l’Antiquité tardive, les vestiges des ateliers de teinturiers « byzantino-omeyyades » installés à l’intérieur des anciens bâtiments de l’hippodrome témoignent également de ces activités textiles 61. Manifestement, le lin a tenu une place importante dans la vie économique de Gérasa et, pendant l’Antiquité, les professions liées à cette production occupaient un rang non négligeable dans la vie sociale locale.

51Les parallèles que permettent d’établir le texte du médaillon des Bleus et celui de l’hypothétique médaillon des Verts montrent qu’il est préférable de rapporter les deux fonctions, directoriale et financière, attestées dans les inscriptions du bâtiment nord-ouest, à la communauté qui y est installée plutôt qu’au régiment d’origine de ses membres. De la sorte, Stéphanos, fils de Cosmas, est à la fois membre de l’unité militaire des Electi et diacre dans la communauté religieuse. De même, Alexandros est probablement membre des Electi et Zacharias l’est certainement, mais ils exercent la fonction de trésorier dans la communauté religieuse plutôt que dans leur troupe.

  • 62 En Égypte, ce type d’association est nommé philoponia, ou philoponeion, et ses membres spoudaioi o (...)
  • 63 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 191, ont, à raison, repoussé l’identification des construc (...)

52À Gérasa, l’institution religieuse qui est installée dans un secteur périphérique sur la bordure sud-est de la ville, dans les locaux du complexe de l’église de Procopios, a des points communs avec un monastère : sous le contrôle de l’évêque de la cité, elle possède des salles communes où elle réunit des « frères » à l’occasion de repas collectifs. Toutefois elle n’est pas gouvernée par un supérieur élu à vie, mais par un responsable renouvelable, à la manière de certaines institutions profanes, comme les factions. De ce fait, on la rapprochera des confréries ou associations pieuses, très peu connues au Proche-Orient dans l’Antiquité tardive, mais bien attestées ailleurs, en particulier en Asie Mineure et surtout en Égypte 62. De même, le Hallenbau au nord de l’église de la Synagogue, au nord-ouest de la ville, appartient probablement aux locaux d’une autre confrérie pieuse, qui recrute particulièrement ses membres parmi les militaires du numerus des Electi ou Electi Iustiniani, sans que cela en fasse un bâtiment militaire 63.

  • 64 Wipszycka 1996.

53Ewa Wipszycka 64 a caractérisé les confréries de l’Égypte chrétienne comme des associations de laïcs. À Gérasa, les responsables sont également des laïcs, à l’exception d’un diacre président. En Égypte, les associations, dont les membres se disent « frères » ou « sœurs », naissent autour d’une église et participent à la liturgie, aux prières et aux différentes processions et cérémonies, ce qui permettrait de comprendre l’installation des confréries de Gérasa dans les annexes de deux églises. L’implication de ces associations égyptiennes dans les œuvres de charité est constante et l’on pense, à Gérasa, à une autre institution d’assistance, la diaconie dont il sera question infra et qui est installée près de l’église dite « des Propylées ». E. Wipszycka montre aussi que les confréries pieuses d’Égypte constituaient, particulièrement à Alexandrie, des groupes au service de l’évêque, notamment dans les querelles des partis et dans les affrontements de rue. À Gérasa, les informations disponibles ne sont pas suffisantes pour éclairer ces derniers points, mais elles attirent l’attention sur l’évêque Marianos.

L’évêque Marianos

  • 65 Gatier 1987.
  • 66 Hazim et Piccirillo 2003 ; SEG 53, 1893. Voir Piccirillo 2005.
  • 67 Seigne 2014 ; BE, 2015, 719 ; AE 2014, 1408 ; SEG 64, 1840.

54Le nom de Marianos, l’évêque dont nous avons résumé les dates d’activité supra, figure sur un des médaillons de chacun des deux secteurs, puisqu’il s’agit, dans le cas des deux bâtiments accolés à des églises basilicales, des propriétés de l’Église de Gérasa. Il apparaît ainsi que l’évêque avait autorité sur les communautés en question, au-dessus de leurs présidents, de la même façon qu’il exerçait aussi son autorité sur les monastères établis sur le territoire de sa cité, à la manière de tous les autres évêques. Une liste des travaux de construction et d’aménagement accomplis sous l’évêque Marianos avait été établie en 1987 d’après les informations disponibles 65. Depuis lors, deux découvertes ont permis d’étoffer ce bilan. Le diakonikon d’une chapelle ou église partiellement dégagée à l’ouest de l’hippodrome a été pavé de mosaïques sous Marianos, au mois d’Apellaios, lors d’une sixième indiction 66, ce qui correspond probablement à 572 apr. J.-C., si l’on veut rester dans le cadre chronologique fourni par les autres inscriptions. Plus récemment, des blocs et des fragments d’une même architrave, I.Gerasa, 112, 113, 185, 289, 290 et 338, ont été réunis graphiquement pour composer un seul texte, dont la date n’a pas été conservée 67. L’inscription, bien que lacunaire, montre que la rénovation des bains dus à l’évêque Placcus au milieu du ve siècle a été faite sous l’évêque Marianos.

  • 68 Gatier 1987, p. 135.
  • 69 Gatier 1987. On notera la différence entre les textes où le constructeur/fondateur est l’évêque et (...)
  • 70 Gatier 1987, p. 135.

55Ce nouveau bilan, lorsque l’on y ajoute les médaillons des deux différents ensembles communautaires dont il est question ici, fait de l’évêque Marianos celui sous lequel les constructions ou restaurations attestées à Gérasa sont les plus nombreuses, à plus forte raison si l’on accepte l’hypothèse de lui attribuer l’édification de l’église Saints-Pierre-et-Paul 68. Une lettre du pape Grégoire le Grand adressée à Marianos en février 601, qui a été transmise par la tradition manuscrite, constitue à ce jour le dernier témoignage sur cet évêque, mais les inscriptions datées se limitent pour leur part à la période qui va de 566 à 576 apr. J.-C. 69. De la sorte, Marianos, tout en jouissant d’une grande longévité, disparaît des sources pendant un quart de siècle entre 576 et 601. Qui plus est, aucune parmi les inscriptions datées de cette période ne le mentionne nommément, comme on le constate sur l’inscription de la mosaïque du bain épiscopal qui loue en 584 apr. J.-C. un anonyme philoktistes, « ami de la construction », en qui l’on peut reconnaître Marianos 70. Ce vide dans une longue carrière pourrait avoir des raisons particulières, qu’il reste à comprendre, ou être le fruit du pur hasard des découvertes.

  • 71 I.Gerasa, 331. Sur la diaconie, Michel 2001, p. 267, n. 924 ; Brizzi, Sepio et Baldoni 2010.
  • 72 Chaque évêque est un pasteur, voir Meimaris 1986, p. 224-225, mais ici une allusion au Christ Bon (...)
  • 73 I.Gerasa, 289 et 290.
  • 74 À Gérasa, un autre évêque, Paul, est dit deux fois « le sage pasteur », I.Gerasa, 306 et 314.

56Maintenant que l’inscription de la salle A peut, avec une certaine sécurité, être datée de 566 et qu’elle constitue le plus ancien document faisant état de Marianos, la question se pose de l’attribution à cet évêque de la création de la diaconie de Gérasa. En effet, cette institution charitable, différente des deux confréries évoquées ici, est connue par une inscription où le dédicant reste anonyme ; datée de 565 – l’année d’avant le médaillon de la salle A –, elle se trouvait sur une mosaïque d’une des pièces donnant sur l’atrium de l’église dite « des Propylées » 71. Là encore, le lieu de réunion se trouve dans l’annexe d’une église. L’affichage de l’anonymat et le soutien apporté aux institutions charitables ou confraternelles dont témoigne cette inscription conviendraient assez bien à Marianos, du moins à ce que l’on entrevoit de ses réalisations, voire de sa personnalité. Son envoi direct d’un émissaire auprès du pape à Rome, Grégoire le Grand, le singularise dans l’épiscopat oriental. Autre trait inhabituel, le premier médaillon, dans la salle A, le déclare « bon pasteur » 72, ἀγαθὸς ποιμήν, ce qui fait écho à l’architrave du bain épiscopal, datée ἐπὶ τῶν ἀγαθῶν χρόνων Μαριανοῦ τοῦ ἁγιωτ(άτου) [ἐπισ]κόπου, « aux bons temps du très saint évêque Marianos »73, mais reste une expression singulière des qualités dont les évêques aiment se parer 74.

Conclusion

57Nous avons montré les caractéristiques du bâtiment découvert au sud de l’église de Procopios et l’originalité du type d’établissement qu’il abritait : une confrérie religieuse. Ce bâtiment communautaire sud-est partage des traits communs avec le bâtiment communautaire nord-ouest reconnu à proximité de l’église de la Synagogue. Dans ces deux églises dont nous ignorons le vocable, les salles annexes réunissaient des confréries religieuses accueillantes aux laïcs et même, dans le cas de l’une d’elles, aux militaires. La deuxième moitié du vie siècle semble avoir été à Gérasa une période propice au développement des confréries et autres associations et particulièrement la longue période où Marianos, personnalité intrigante, occupait le trône épiscopal. La poursuite des fouilles autour de l’église de la Synagogue ou leur reprise près de l’église de Procopios serait d’une grande importance pour la connaissance des confréries de l’Antiquité tardive, si peu documentées au Proche-Orient, et celle de leurs bâtiments, si rarement étudiés dans l’ensemble du monde antique.

  • 75 Par exemple, Walmsley 2005.
  • 76 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016.
  • 77 Certaines inscriptions d’époque byzantine ont un caractère militaire, comme I.Gerasa, 311, offrand (...)
  • 78 Brizzi, Sepio et Baldoni 2010, p. 353 : « archaeological investigations in the Artemis cella indic (...)

58L’abondance des églises est frappante à Gérasa (voir « Annexe », infra), dans la ville et ses abords immédiats, d’autant plus que notre inventaire ne prend pas en compte les nombreux édifices des environs. Cette profusion affaiblit ou relativise les théories qui proposent un déclin des villes d’Arabie à la fin de l’époque protobyzantine accompagnant l’expansion des villages dans la steppe 75. On doit donc s’interroger sur le cadre topographique, chronologique et institutionnel de la construction chrétienne à Gérasa, et sur la relation entre la situation économique et l’essor ou bien le ralentissement de l’édification et de l’embellissement des églises. En relation directe avec ces questions, la présence en ville d’une troupe de soldats dans le dernier quart du vie siècle, constitue l’une des découvertes importantes dues à l’équipe germano-danoise 76. L’avenir permettra probablement de comprendre les causes et les modalités de cette présence militaire, que l’on perçoit pour le moment surtout par le biais d’une confrérie pieuse 77, ainsi que de fixer l’emplacement d’un camp ou d’une caserne. En effet, à Gérasa, l’usage et la transformation dans l’Antiquité tardive de plusieurs grands bâtiments publics de la période romaine, aux premiers rangs desquels se trouve le sanctuaire d’Artémis 78, restent très méconnus et nécessiteraient des recherches sur le terrain et dans les archives.

Annexe : inventaire des églises du site de Jerash (fig. 1)

  • 79  Crowfoot 1930, p. 32 : « The ruins of six churches were known to exist there (Jerash). In the last (...)
  • 80 Zayadine 1986 ; Lepaon 2011.

59À la fin des grandes campagnes de fouille menées à Jerash entre 1928 et 1933 par les missions anglo-américaines venues étudier, en priorité, les édifices chrétiens, quatorze églises étaient connues dont dix étaient considérées comme complètement fouillées 79. Aujourd’hui vingt-quatre sont attestées. Dans notre inventaire, elles sont classées de 01 à 24, selon leur date de fouille ou de découverte, à partir de 1928, quand les équipes anglo-américaines ont entrepris les premiers dégagements. Le second numéro d’inventaire donné à chaque église correspond à celui de la numérotation générale des édifices de Jerash, publiée en 1982 dans le cadre du Jerash Archaeological Project (abrégé désormais JAP) et reprise dans le nouveau plan de Gérasa/Jerash 80. Cet inventaire JAP concerne l’ensemble des monuments de la ville antique, mais certaines églises n’étaient pas connues alors. Les numéros de l’inventaire général JAP ne sont donc indiqués ici, quand ils existent, que comme complément d’information.

  • 81 Michel 2001. Voir Seigne 2019, p. 60-61, pour une brève liste des églises.
  • 82 Par exemple à Zaghrit, Hazim 2003.

60Notre bibliographie se veut sélective. Une bonne partie des informations provient de l’ouvrage d’Anne Michel auquel le lecteur se référera, en particulier pour le détail de la bibliographie antérieure à 2001 81. Notre inventaire se limite à la ville intra-muros et à ses alentours immédiats, sans comprendre les édifices plus éloignés dans la chôra de Gérasa 82.

01 Basilique est, « cathédrale »

61No inventaire JAP : 21.

62Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud du temple d’Artémis.

63Description : basilique à trois nefs, avec chapelle annexe ; appartient avec l’église Saint-Théodore au groupe épiscopal défini par la mission anglo-américaine.

64Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem et l’université de Yale sous la direction de J. W. Crowfoot ; en 1993-1997, nouvelles campagnes par une équipe de l’université de Bâle et de l’École polytechnique de Zurich, sous la direction de B. Brenk.

  • 83 Brenk, Jäggi et Meier 1995 ; Brenk et al. 1997 ; Jäggi et al. 1998.
  • 84 Seigne 2014.

65Datation : Crowfoot s’appuyant sur un passage du Panarion d’Épiphane plaçait sa construction vers 375 apr. J.-C. Datation repoussée au début du ve s., sur des bases archéologiques (stratigraphie), par les fouilleurs suisses 83, puis entre 454 et 460 (fondation par l’évêque Placcus) grâce à l’étude architecturale 84.

66Abandon : inconnu, mais postérieur au viie s.

67Bibliographie : Crowfoot 1938, p. 210-214, plan XXXI ; Biebel 1938, p. 473-478 ; Brenk, Jäggi et Meier 1995 ; Brenk et al.1997 ; Jäggi et al. 1998 ; Michel 2001, p. 229-233 ; Seigne 2014, p. 623-626.

02 Église Saint-Théodore

68No inventaire JAP : 23.

69Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud du temple d’Artémis ; à l’ouest de la cathédrale.

70Description : basilique à trois nefs associée, au nord, à une chapelle, des structures à caractère domestique et les bains de Placcus et, au sud, à un complexe baptismal lié à une chapelle. Appartient au groupe épiscopal avec la cathédrale.

71Fouilles : en 1928 et 1931 par la British School of Archaeology de Jérusalem et l’université de Yale, sous la direction de C. S. Fisher ; travaux de restauration par le DOA, en 1977-1979, puis en 2013.

72Datation : fondée en 494 apr. J.-C. et achevée en 496 d’après I.Gerasa, 300, linteau de la porte principale.

73Abandon : postérieur au viie s., peut-être dû au séisme de 749.

74Bibliographie : Crowfoot 1929a ; Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1938, p. 221-224, plan XXXIII ; Biebel 1938, p. 473-478 ; Michel 2001, p. 233-238.

03 Église des Prophètes, Apôtres et Martyrs

75No inventaire JAP : 60.

76Localisation : rive orientale du wadi ; intra-muros ; dans la partie nord de la ville, en fond de vallée, en bordure immédiate de la rivière. En 1928, une partie des ruines de l’église était recouverte par la route d’Irbid, le reste servant de fondation à une habitation moderne.

77Description : édifice de plan centré cruciforme inscrit dans un rectangle ; abside saillante à l’est.

78Fouilles : sondages en 1929-1930 par la British School of Archaeology de Jérusalem sous la direction de J. W. Crowfoot ; en novembre 2008, des travaux de construction d’un centre commercial permettaient la réalisation de quelques relevés complémentaires et le sauvetage de trois des supports, de deux bases et cinq tambours de colonnes et surtout du linteau inscrit, avant la destruction complète des vestiges (DOA et Mission archéologique française).

79Datation : 464/465 apr. J.-C., d’après l’inscription du linteau de la porte d’entrée, I.Gerasa, 298 (bloc perdu depuis 1863, un fragment retrouvé en 2008, fig. 14).

Figure 14.

Figure 14.

Vestige du linteau de la porte d’entrée de l’église des Prophètes, Apôtres et Martyrs, I.Gerasa, 298

relevé et dessin, J. Seigne, 2008

80Abandon : inconnu.

81Bibliographie : Crowfoot 1938, p. 256-260, plan XLI ; Biebel 1938, p. 377 ; Michel 2001, p. 240-241.

04 Église de Procopios

82No inventaire JAP : 52.

83Localisation : rive orientale du wadi ; intra-muros ; à proximité de l’angle sud-est du rempart, dans l’alignement du decumanus sud.

84Description : basilique à trois nefs, avec chapelle annexe au nord.

85Fouilles : en 1928 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de M. Robertson ; en 1994 par le DOA, sous la direction d’I. Zʿubi (fouille de sauvetage, voir supra).

86Datation : achèvement en 526 apr. J.-C., I.Gerasa, 304.

87Abandon : probablement tardif en raison des réparations des dégradations iconophobes.

88Bibliographie : voir supra.

05 Église Saint-Georges

89No inventaire JAP : 28.

90Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud-est du temple d’Artémis, à mi-distance entre Saint-Théodore et l’enceinte de la ville.

91Description : basilique à trois nefs appartenant à un groupe de trois églises associées, avec l’église Saint-Jean-Baptiste et l’église Saints-Côme-et-Damien.

92Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de A. H. M. Jones ; en 1979, travaux de restauration par le DOA.

93Datation : 529/530 apr. J.-C., date de la pose de la couverture et des mosaïques, I.Gerasa, 309.

94Abandon : probablement tardif, traces de mutilations iconophobes et de réparations.

95Bibliographie : Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1938, p. 245-246, plan LXIII ; Biebel 1938, p. 324-332 ; Piccirillo 1993, p. 288-289 ; Michel 2001, p. 247-249.

06 Église Saint-Jean-Baptiste

96No inventaire JAP : 29.

97Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud-est du temple d’Artémis, à mi-distance entre Saint-Théodore et l’enceinte de la ville.

98Description : église de plan centré, associée à deux basiliques, Saints-Côme-et-Damien et Saint-Georges, et à un baptistère.

99Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de A. H. M. Jones ; travaux de restauration par le DOA en 1979.

100Datation : en 531 apr. J.-C., pose de la toiture et du pavement, I.Gerasa, 306.

101Abandon : inconnu, mais postérieur à la période iconophobe.

102Bibliographie : Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1938, p. 242-244, plan XXVII, XLVI ; Biebel 1938, p. 324-332 ; Piccirillo 1993, p. 288-289 ; Michel 2001, p. 247-260.

07 Église Saints-Côme-et-Damien

103No inventaire JAP : 30.

104Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud-est du temple d’Artémis, à mi-distance entre l’église Saint-Théodore et l’enceinte de la ville, au nord de l’église Saint-Georges.

105Description : basilique à trois nefs appartenant au groupe des églises Saint-Jean-Baptiste, Saint-Georges et Saints-Côme-et-Damien.

106Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de A. H. M. Jones ; en 1979, travaux de restauration par le DOA.

107Datation : en 533 apr. J.-C., pose de mosaïques, I.Gerasa, 314.

108Abandon : inconnu, mais abandon progressif de l’ensemble des trois églises, commençant apparemment par l’église Saints-Côme-et-Damien (pas de destructions iconophobes).

109Bibliographie : Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1938, p. 246-247, plan XLVIII ; Biebel 1938, p. 324-332 ; Piccirillo 1993, p. 288-289 ; Michel 2001, p. 249-251.

08 Église de la Synagogue

110No inventaire JAP : 37.

111Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; sur une hauteur située entre le temple d’Artémis et l’enceinte de la ville.

112Description : église à trois nefs, implantée sur les vestiges d’une synagogue dont elle a repris le plan basilical tout en l’inversant et insérant une abside saillante à l’est.

113Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de R. W. Hamilton.

114Datation : 530/531 apr. J.-C., I.Gerasa, 323, voir supra.

115Abandon : inconnu, mais mutilations iconophobes soigneusement réparées.

116Bibliographie : Crowfoot et Hamilton 1929 ; Crowfoot 1930 ; Crowfoot 1938, p. 234-241, plans XLIIIc, XLIVb, LXIII, LXIV ; Biebel 1938, p. 318-324 ; Michel 2001, p. 252-255.

09 Église Saints-Pierre-et-Paul

117No inventaire JAP : 16.

118Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; quartier sud-est de la ville, à proximité de l’enceinte, près d’une nécropole.

119Description : basilique à trois nefs, avec chapelle annexe.

120Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de R. W. Hamilton.

121Datation : vers 540 apr. J.-C. (Crowfoot), ou vers 601 apr. J.-C. (Gatier), d’après les datations des épiscopats de Marianos et d’Anastase, voir supra.

122Abandon : squattée au viiie s. ?

123Bibliographie : Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1938, p. 251-254, plans XXXIX, XLIX, etc. ; Gatier 1987 ; Michel 2001, p. 254-259.

10 Église funéraire

124No inventaire JAP : 17.

125Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; à 15 m environ au sud-ouest de l’église Saints-Pierre-et-Paul, à proximité de l’enceinte.

126Description : édifice à nef unique de plan grossièrement trapézoïdal, partiellement enterré, se terminant par une abside saillante, associé à une cavité souterraine creusée dans le rocher passant pour être un hypogée à l’origine de l’appellation donnée à l’édifice.

127Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de R. W. Hamilton.

128Datation : pas de datation précise, supposée fin vie s. (Crowfoot), d’après les pavements de mosaïque.

129Abandon : inconnu, mais tardif, après réparation sommaire des mosaïques et réutilisation de plaques de chancel comme pavement de sol.

130Bibliographie : Crowfoot 1930 ; Crowfoot 1938, p. 254-255, plan XL ; Biebel 1938, p. 336 ; Michel 2001 p. 258-261.

11 Église des Propylées

131No inventaire JAP : 38.

132Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au cœur de la ville, en face des propylées du temple d’Artémis, sur l’ancienne voie à portiques qui menait du pont septentrional au cardo.

133Description : basilique à trois nefs, construite à partir d’une ancienne rue à portiques à laquelle a été rajoutée un mur, ainsi qu’une abside. Précédée d’un atrium correspondant à une ancienne place trapézoïdale de la ville d’époque romaine.

134Fouilles : en 1926, par G. Horsfield, directeur du Department of Antiquities for Transjordan ; en 1928 par la British School of Archaeology de Jérusalem, sous la direction de J. W. Crowfoot, avec des sondages additionnels en 1934 ; fouilles complémentaire par l’équipe italienne entre 1994 et 2009.

135Datation : l’inscription de la diaconie, dans une des pièces donnant sur l’atrium, date de 565 apr. J.-C., mais cela ne constitue qu’un terminus ante quem.

136Abandon : par étapes, avec déjà des effondrements attribués à des séismes au viie s. (Brizzi, Sepio, Baldoni).

137Bibliographie : Crowfoot 1929b ; Crowfoot 1935 ; Crowfoot 1938, p. 227-234, plan XLII-XLIV, LXII ; Biebel 1938, p. 316-318 ; Michel 2001, p. 264-267 ; Brizzi, Sepio et Baldoni 2010.

12 Église de Génésios

138No inventaire JAP : 31.

139Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; au sud-ouest du temple d’Artémis, à une centaine de mètres de l’enceinte.

140Description : basilique à trois nefs ; chevet à une seule abside, saillante à l’est ; chapelle annexe au sud-ouest.

141Fouilles : en 1929 par la British School of Archaeology de Jérusalem ; fouilles récentes par le DOA, sous la responsabilité d’Abd-el-Majid Mujjali.

142Datation : inconnue ; la pose d’une mosaïque est datée de 610/611 apr. J.-C., I.Gerasa, 335.

143Abandon : inconnu, mais tardif.

144Bibliographie : Crowfoot 1930 ; Crowfoot 1938, p. 249-251, plan XXXVIII ; Biebel 1938, p. 333, Michel 2001, p. 269-272. Les fouilles récentes n’ont pas été publiées.

13 Chapelle/église d’Élie, Marie et Soreg

145No inventaire JAP : 58.

146Localisation : rive orientale du wadi ; intra-muros ; à 200 m au nord de l’église de Procopios.

147Description : bâtiment à nef unique avec chevet plat, précédé par un vestibule. Totalement détruite par la construction d’une maison en 1940.

148Fouilles : en 1940 par G. Lankester Harding, directeur du Department of Antiquities for Transjordan, après une découverte fortuite (construction).

149Datation : inconnue ; première moitié du viie s. selon Piccirillo (sans justifier cette datation).

150Abandon : inconnu.

151Bibliographie : Saller et Bagatti 1949 ; Piccirillo 1981, p. 45-46 ; Michel 2001, p. 272-274.

14 Chapelle/église sur la terrasse du temple d’Artémis

152No inventaire JAP : 35.

153Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; terrasse du sanctuaire d’Artémis.

154Description : bâtiment rectangulaire à nef unique se terminant par une abside prise dans un chevet plat à l’est.

155Fouilles : 1979-1981 par l’université de Turin.

156Datation : datation inconnue, monument peut-être inachevé.

157Abandon : inconnu, mais occupation jusqu’au viie s. attestée par la céramique.

158Bibliographie : Piazza 1983-1984.

15 Église de Marianos

159No inventaire JAP : 3.

160Localisation : rive occidentale du wadi ; extra-muros ; au sud de la ville en face de l’hippodrome, à 50 m au nord de l’arc d’Hadrien.

161Description : bâtiment à nef unique, terminée par une abside noyée dans un chevet plat, avec vestibule d’entrée et chapelle annexe.

162Fouilles : en 1982, dans le cadre du JAP, par le DOA et l’université de Varsovie, sous la direction d’A. Musa et de M. Gawlikowski.

163Datation : 570 apr. J.-C., d’après une inscription mentionnant la construction et l’achèvement de l’édifice, SEG 37, 1544.

164Abandon : au viiie s., peut-être à la suite du séisme de 749.

165Bibliographie : Gawlikowski et Musa 1986, p. 137-162 ; Michel 2001, p. 267-269.

16 Église octogonale

166No inventaire JAP : 61.

167Localisation : rive occidentale du wadi ; extra-muros ; sur le côté est de la route dite de Birketein, dans la nécropole nord. Découverte fortuite lors de travaux de terrassement là où l’on supposait jadis la présence d’un temple de Némésis, en raison de la présence d’une inscription, I.Gerasa, 40, en remploi comme d’autres blocs.

168Description : église de plan centré, octogone inscrit dans un carré et associé à un atrium sur son côté ouest.

169Fouilles : en 1982-1983, par le DOA, sous la responsabilité d’Abd-el-Majid Mujjali.

170Datation : inconnue.

171Abandon : inconnu.

172Bibliographie : inédite, mentionnée dans Zayadine 1986, p. 17.

17 Église A du sanctuaire de Zeus sur la terrasse inférieure

173No inventaire JAP : 62.

174Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; sur la terrasse inférieure du sanctuaire de Zeus, dans le couloir voûté est, au nord du propylée monumental.

175Description : église à une nef, réutilisant une partie du couloir voûté du sanctuaire de Zeus Olympien, fractionné par la construction de murs transversaux ; chevet plat ; sanctuaire matérialisé par une simple marche sans encastrement de chancel et une légère surélévation du pavement de mosaïque, totalement conservé, mais dépourvu de scellement de mobilier liturgique ; édifice agrandi par extension de la nef vers le nord et ajout de mosaïques.

176Fouilles : découverte et fouille partielle par H. Kalayan (1980-1981) ; nettoyage et étude par la Mission archéologique française en 1983-1984.

177Datation : datation inconnue ; les deux inscriptions sur mosaïque, marquant les deux phases de construction de l’édifice, avaient été détruites volontairement durant l’Antiquité ; mais les différents pavements indiqueraient une première phase d’aménagement dans la seconde moitié du ve s. et un agrandissement au vie s. ; une inscription (très fragmentaire), peinte sur l’enduit de la voûte dans un grand médaillon circulaire, n’a pu être reconstituée que partiellement.

178Abandon : abandon assuré à la suite de l’effondrement partiel des voûtes lors du séisme de 656 apr. J.-C., mais il est toutefois possible que les installations aient été abandonnées antérieurement, après un saccage (destruction volontaire des inscriptions mosaïquées) consécutif à une crise (religieuse et interne ?) ; l’emplacement de l’église fut réoccupé par des installations agro-pastorales avant l’effondrement total des voûtes restantes en janvier 749.

179Bibliographie : inédite.

18 Église B du sanctuaire de Zeus : « église du Cryptoportique »

180No inventaire JAP : 63.

181Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; dans la partie sud du cryptoportique de la terrasse inférieure du sanctuaire de Zeus fractionnée par la construction d’un mur transversal.

182Description : martyrium (?) en crypte, dépendant probablement des installations chrétiennes de la terrasse inférieure du sanctuaire impérial situé au-dessus (voir supra, no 17, église A) ; nef unique se terminant par une abside précédée d’une marche mal conservée, réutilisant l’extrémité du cryptoportique d’époque romaine ; probable synthronon en bois adossé à l’abside ; une marche de quelques centimètres divisait le sol de la nef en deux dans le sens de la longueur et seule la moitié est était pavée de mosaïque ; côté opposé, à l’ouest, devant une niche de la structure antique réutilisée comme abri à reliques (?), le sol légèrement surélevé (mosaïqué ?) était détruit.

183Fouilles : découverte fortuite lors du dégagement du cryptoportique par H. Kalayan, en 1980 (?) ; nettoyage, relevés et étude par la Mission archéologique française, en 1983-1984.

184Datation : datation inconnue, mais non antérieure au milieu du ve s.

185Abandon : inconnu (les niveaux archéologiques situés au-dessus du pavement avaient été enlevés sans contrôle).

186Bibliographie : inédite ; simples mentions.

19 Église d’Isaïe

187No inventaire JAP : 43.

188Localisation : rive occidentale du wadi ; intra-muros ; à l’ouest du théâtre nord.

189Description : basilique à trois nefs et chevet plat ; demi-dôme de maçonnerie couvrant chacune des absides, toutes les trois précédées par un chancel ; emplacement de l’autel et d’un ambon ajouté conservé.

190Fouilles : en 1983, par l’American Center of Oriental Research et le DOA, dans le cadre du JAP.

191Datation : 559 apr. J.-C., d’après une inscription mentionnant la construction et la décoration de l’édifice, SEG 37, 1541.

192Abandon : séisme de 749 ; après réparation sommaire des pavements de mosaïques (iconoclasme) ; courte réoccupation mamelouke.

193Bibliographie : Clark 1986, p. 303-342 ; Michel 2001, p. 261-265.

20 Église « des mosaïques détruites »

194No inventaire JAP : aucun.

195Localisation : rive orientale du wadi ; intra-muros ; au sud-est des Grands Thermes de l’Est.

196Description : découverte fortuite en 1986 ; église détruite par la construction non autorisée d’un immeuble moderne ; le creusement des fondations pendant la nuit avait entraîné la destruction quasi-totale de l’édifice ; seule l’abside et les « sacristies », ainsi qu’une partie du portique de l’atrium, étaient encore in situ ; à l’est de la basilique et associées à cette dernière, nombreuses annexes pavées de mosaïques, majoritairement avec deux pavements superposés.

197Fouilles : 1986, fouille de sauvetage par le DOA, sous la responsabilité d’Aïda Naghawi, et relevé des vestiges encore in situ par les membres de la Mission archéologique française.

198Datation : inconnue, mais qui pourra être précisée par l’étude des dix-sept pavements de mosaïque, en partie conservés.

199Abandon : inconnu.

200Bibliographie : relevés B. Boutheroue-Desmarais et J. Seigne, 1986 ; signalée dans Seigne 2002, p. 632 (Boyer 2016, p. 290, n. 7).

21 Église sud-est

201No inventaire JAP : 64.

202Localisation : rive orientale du wadi ; extra-muros ; au sud et à proximité de l’angle sud-est de l’enceinte de la ville, selon les Bankes Archive.

203Description : les schémas des Bankes Archive correspondent à une basilique, vraisemblablement à trois nefs (bien qu’aucune colonne intérieure ne soit figurée), terminée par une abside centrale. Détruite par les constructions modernes, son existence a été confirmée par la découverte d’une dalle d’autel (?) inscrite.

204Fouilles : détruite sans avoir été fouillée lors de la construction, sans autorisation, d’un immeuble moderne (1980 ?).

205Datation : inconnue.

206Abandon : inconnu.

207Bibliographie : inédite ; figure sur des plans des Bankes Archive.

22 Église « du DOA »

208No inventaire JAP : 66.

209Localisation : rive occidentale du wadi ; extra-muros ; au sud de la ville, à mi-distance entre l’hippodrome et l’enceinte, en bordure des nouveaux locaux du DOA.

210Description : vestiges en mauvais état, enfouis à nouveau.

211Fouilles : mosaïques et fragments de chancel mis au jour fortuitement en 1996 lors des aménagements réalisés autour des locaux du DOA.

212Datation : une mosaïque du diakonikon date de 572.

213Abandon : inconnu.

214Bibliographie : Hazim et Piccirillo 2003, p. 439-440.

23 Église « du watergate »

215No inventaire JAP : 65.

216Localisation : rive orientale du wadi ; extra-muros ; emplacement restitué, au sud des remparts, correspondant aujourd’hui à un cimetière musulman, dit parfois « cimetière circassien ».

217Description : « unnamed uniapsidal church, approx. dimensions 25 × 20 m (including portico) », selon Boyer 2016, p. 297 (qui confond probablement avec l’église 21, notée 26 dans certains documents Bankes).

  • 85 On pourrait éventuellement penser que cet édifice jamais revu et ne figurant pas dans les Bankes A (...)

218Fouilles : détruite sans avoir été fouillée ; existence probable, mais non assurée 85.

219Datation : inconnue.

220Abandon : inconnu.

221Bibliographie : figure sur les plans de C. Warren (1867) et de H. Kiepert repris dans Baedeker 1876 ; évoquée par Crowfoot 1938, p. 260 ; voir Boyer 2016, p. 290-297 : reproduction du plan de Kiepert et discussion sur les documents des Bankes Archive.

24 Église dite « Bankes church »

222No inventaire JAP : aucun.

  • 86 Zʿubi et al. 1994.

223Localisation : rive orientale du wadi ; intra-muros ; emplacement restitué, entre les Grands Thermes de l’Est et les remparts, zone aujourd’hui occupée par des immeubles modernes, au nord du « Palais byzantin » fouillé en 1993 86.

  • 87 Boyer 2016.
  • 88 Boyer 2015.
  • 89 Michel 2019 compte trois églises à trois nefs à Gérasa, celle de Procopios, les Saints-Pierre-et-Pa (...)

224Description : connue par les schémas et relevés des Bankes Archive ; basilique à trois nefs et abside unique, ou à trois absides 87, ou plus précisément « triapsidal basilica building with five aisles, and with dimensions of 33 × 24 m including the atrium 88 » 89.

225Fouilles : détruite sans avoir été fouillée.

226Datation : inconnue.

227Abandon : inconnu.

228Bibliographie : figure sur les plans des Bankes Archive ; « unnamed triapsidal church » pour Boyer 2015, p. 46 ; Boyer 2016, p. 290-296.

*

Haut de page

Bibliographie

On se reportera pour les abréviations des publications d’épigraphie à la liste GrEpiAbbr : https://www.aiegl.org/grepiabbr.html.

Adam 1995
J.-P. Adam, La construction romaine. Matériaux et techniques, 3e éd., Paris.

Baedeker 1876
K. Baedeker, Palestine and Syria. Handbook for Travellers, Leipzig.

Barns 2016
R. H. Barns, « How deep those foundations; How tall those walls; How strong that roof: Building practises in an early Islamic mosque at Jarash », Studies in the History and Archaeology of Jordan XII, Amman, p. 783-796.

Bessard, Bonnéric et Callot 2012
F. Bessard, J. Bonnéric et O. Callot, « Latest field study of Jarash’s antique hippodrome: the Byzantino-Umayyads dyeing workshops (workshops E1-E7 and W2-W18) », ADAJ 56, p. 341-350.

Biebel 1938
F. M. Biebel, « Mosaics », dans Kraeling 1938, p. 297-352.

Boyer 2015
D. Boyer, « The relative contributions of William John Bankes and Charles Barry to the early plans of Gerasa/Jerash (Jordan). Evidence from the Bankes and Barry Archives », dans N. Cooke et V. Daubney (éd.), Every Traveller Needs a Compass: Travel and Collecting in Egypt and the Near East, Philadelphie, p. 33-52.

Boyer 2016
D. Boyer, « The ruins of Gerasa in 1816-1819: An analysis of the plan and drawing archives of William John Bankes and Charles Barry », Studies in the History and Archaeology of Jordan XII, Amman, p. 279-300.

Brenk, Jäggi et Meier 1995
B. Brenk, C. Jäggi et H. R. Meier, « The buildings under the “cathedral” of Gerasa. Second interim report on the Jarash Cathedral Project », ADAJ 39, p. 211-220.

Brenk et al. 1997
B. Brenk, C. Jäggi, H. R. Meier et I. Kehrberg, « New data for the chronology of the early Christian cathedral of Gerasa: The third interim report on the Jarash Cathedral Project », ADAJ 41, p. 311-320.

Brizzi, Sepio et Baldoni 2010
M. Brizzi, D. Sepio et D. Baldoni, « Italian excavations at Jarash 2002-2009: The area of the east propylaeum of the sanctuary of Artemis and the ‘Propylaea Church’ complex », ADAJ 54, p. 345-369.

Clark 1986
V. A. Clark, « The church of bishop Isaiah at Jerash », dans Zayadine éd. 1986, p. 303-318 et 323-341.

Crowfoot 1929a
J. W. Crowfoot, « The Church of S. Theodore at Jerash », PEFQS, p. 17-36, pl. 5-8.

Crowfoot 1929b
J. W. Crowfoot, « Jerash 1929. Progress report, 16th March to 4th April », PEFQS, p. 179-182.

Crowfoot 1930
J. W. Crowfoot, « The churches of Gerasa, 1928, 1929 », PEFQS, p. 32-42.

Crowfoot 1931
J. W. Crowfoot, Churches at Jerash. A Preliminary Report of the Joint Yale-British School Expeditions to Jerash, 1928-1930, Londres.

Crowfoot 1935
J. W. Crowfoot, « The Propylaea Church at Jerash », BASOR 57, p. 9-12.

Crowfoot 1938
J. W. Crowfoot, « The Christian churches », dans Kraeling 1938, p. 171-262.

Crowfoot et Hamilton 1929
J. W. Crowfoot, et R. W. Hamilton, « The discovery of a synagogue at Jerash », PEFQS, p. 211-219.

Feissel 2020
D. Feissel, « Invocations chrétiennes à Éphèse », Tyche 35, p. 35-45.

Fournet 2008
J.-L. Fournet, « P. Stras. V 318 complété : la grande philoponia d’Héracléopolis et les protocoles en cursive inclinée », dans F. A. J. Hoogendijk et B. P. Muhs (éd.), Sixty-Five Papyrological Texts Presented to Klaas A. Worp on the Occasion of his 65th Birthday, Leyde-Boston, p. 243-253.

Gatier 1985
P.-L. Gatier, « Nouvelles inscriptions de Gérasa », Syria 62, p. 297-312.

Gatier 1987
P.-L. Gatier, « Inscriptions du ier siècle à Gérasa », Syria 79, p. 271-283.

Gatier 2021
P.-L. Gatier, « Chalcis/Qinnasrin dans les textes tardo-antiques et médiévaux. Chalcis tardo-antique », dans M.-O. Rousset (dir.), Chalcis/Qinnasrin (Syrie). De l’âge du Bronze à l’époque mamelouke. Qinnasrin II, Lyon, p. 33-47.

Gawlikowski et Musa 1986
M. Gawlikowski et A. Musa, « The church of bishop Marianos », dans Zayadine éd. 1986, p. 137-162.

Griesheimer 2003
M. Griesheimer, « Kellia de Deir el-Ferdîs et d’Elbi. Contribution à l’étude de la vie monastique en Syrie centrale », Syria 80, p. 177-198.

Haensch, Lichtenberger et Raja 2016
R. Haensch, A. Lichtenberger et R. Raja, « Christen, Juden und Soldaten im Gerasa des 6. Jahrhunderts », Chiron 46, p. 177-204.

Hazim 2003
A. Hazim, « The church of Haghia Sophia in the territory of the city of Gerasa », SBF 53, p. 437-439.

Hazim et Piccirillo 2003
A. Hazim et M. Piccirillo, « Papa Gregorio e Mariano vescovo di Arabia », SBF 53, p. 439-440.

Jäggi et al. 1998
C. Jäggi, H. R. Meier, B. Brenk et I. Kehrberg, « Temple, kiln and church. Fourth interim report on the Jarash Cathedral Project (Autumn 1997) », ADAJ 42, p. 425-432.

Jones 1928
A. H. M. Jones, « Inscriptions from Jerash », JRS 18, p. 144-178.

Kalaitzoglou et al. 2022
G. Kalaitzoglou, A. Lichtenberger, H. Möller et R. Raja, « Preliminary report of the sixth season of the Danish-German Jarash Northwest Quarter Project 2016 », ADAJ 60, p. 131-226.

Kraeling 1938
C. H. Kraeling (éd.), Gerasa, City of the Decapolis, New Haven.

Lepaon 2011
T. Lepaon, « Un nouveau plan pour Jarash/Gérasa (Jordanie) », ADAJ 55, p. 409-420.

Lichtenberger et Raja 2018a
A. Lichtenberger et R. Raja, « From synagogue to church. The appropriation of the synagogue of Gerasa/Jerash under Justinian », JbAC 61, p. 85-98.

Lichtenberger et Raja 2018b
A. Lichtenberger et R. Raja, « A view of Gerasa/Jerash from its urban periphery: The Northwest Quarter and its significance for the understanding of the urban development of Gerasa from the Roman to the early Islamic period », dans A. Lichtenberger et R. Raja (éd.), The Archaeology and History of Jerash, 110 Years of Excavations, Turnhout, p. 143-166.

McCown 1933
C. C. McCown, « The calendar and era of Gerasa », TAPA 64, p. 77-88.

Meimaris 1986
Y. E. Meimaris, Sacred Names, Saints, Martyrs and Church Officials in the Greek Inscriptions and Papyri Pertaining to the Christian Church of Palestine (ΜΕΛΕΤΗΜΑΤΑ 2), Athènes.

Meimaris 1992
Y. E. Meimaris, collab. K. Kritikakou et P. Bougia, Chronological Systems in Roman-Byzantine Palestine and Arabia. The Evidence of the Dated Greek Inscriptions (ΜΕΛΕΤΗΜΑΤΑ 17), Athènes.

Michel 2001
A. Michel, Les églises d’époque byzantine et umayyade de Jordanie (provinces d’Arabie et de Palestine) ve-viiie siècle. Typologie architecturale et aménagements liturgiques (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 2), Turnhout.

Michel 2019
A. Michel, « Églises à trois absides des provinces de Palestine et d’Arabie », Syria 96, p. 117-189.

Patrich 1995
J. Patrich, Sabas, Leader of Palestinian Monasticism. A Comparative Study in Eastern Monasticism, Fourth to Seventh Centuries, Washington.

Patrich 2019
J. Patrich, « Recent archaeological research on monasteries in Palæstina Byzantina : An update on distribution », dans O. Delouis et M. Mossakowska-Gaubert (éd.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle), vol. II, Questions transversales, Le Caire, p. 77-106.

Piazza 1983-1984
M. G. Piazza, « Gerasa I. Report of the Italian archaeological expedition to Jerash, campaigns 1977-1981. Sounding in the intermediate terrasse of the sanctuary of Artemis at Gerasa, 1979-1981 », Mesopotamia 18-19, p. 113-119.

Piccirillo 1981
M. Piccirillo, Chiese e mosaici della Giordania settentrionale (SBF Collectio Minor 30), Jérusalem.

Piccirillo 1993
M. Piccirillo, The Mosaics of Jordan, Amman.

Piccirillo 2005
M. Piccirillo, « Aggiornamento delle liste episcopali delle diocesi in territorio transgiordanico », SBF 55, p. 377-394.

Saller et Bagatti 1949
S. J. Saller et B. Bagatti, The Town of Nebo (Khirbet el-Mekhayyat), with a Brief Survey of Other Ancient Christian Monuments in Transjordan, Jérusalem.

Seigne 1992
J. Seigne, « Jérash romaine et byzantine : développement urbain d’une ville provinciale orientale », Studies in the History and Archaeology of Jordan IV, Amman, p. 331-341.

Seigne 1997
J. Seigne, « Habitat hellénistique et romain de Gerasa », dans C. Castel, M. al-Maqdissi et F. Villeneuve (éd.), Les maisons dans la Syrie antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam (BAH 150), Beyrouth, p. 73-82.

Seigne 2002
J. Seigne, « Comments on some recent articles published on Gerasa/Jerash », ADAJ 46, p. 631-637.

Seigne 2013
J. Seigne, « Des jardins, de la vigne et des oliviers aux portes de la cité. À propos de quelques installations agricoles de Gerasa de la Décapole », dans G. Charpentier et V. Puech (éd.), Villes et campagnes aux rives de la Méditerranée ancienne. Hommages à Georges Tate (Topoi Suppl. 12), Lyon, p. 407- 420.

Seigne 2014
J. Seigne, « Des portiques du naos de Zeus Olympien aux entrées des thermes de l’évêque Placcus. Emprunts et recyclages d’éléments architecturaux à Gérasa », Topoi 19, p. 595-627.

Seigne 2019
J. Seigne, « Gerasa : un aperçu du développement urbain, de l’époque hellénistique à l’époque omeyyade », dans M. Eisenberg et A. Ovadiah (éd.), Cornucopia. Studies in Honour of Arthur Segal, Rome, p. 47-80.

Seigne et al. 1986
J. Seigne et al., « Recherches sur le sanctuaire de Zeus à Jérash (octobre 1982, décembre 1983) », dans Zayadine éd. 1986, p. 29-105.

Thirard 2012
C. Thirard, Survivance des sites monastiques paléochrétiens dans le Proche-Orient, Le Caire.

Walmsley 2005
A. G. Walmsley, « The village ascendant in Byzantine and Early Islamic Jordan: Socio-economic forces and cultural responses », dans J. Lefort, C. Morrisson et J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’Empire byzantin, ive-xve siècle (Réalités byzantines 11), Paris, p. 511–522.

Watts 1984
D. Watts, « A Circassian quarter in Jerash, Jordan », Urbanism Past and Present 9/17, p. 21-30.

Wipszycka 1996
E. Wipszycka, « Les confréries dans la vie religieuse de l’Égypte chrétienne », dans E. Wipszycka, Études sur le christianisme dans l’Égypte de l’Antiquité tardive, Rome, p. 257-278.

Wojtczak 2021
M. Wojtczak, « How to become a monastic superior ? Legal and mundane sine qua nons », JJP 51, p. 119-167.

Zayadine éd. 1986
F. Zayadine (éd.), Jerash Archaeological Project 1981-1983, I, Amman.

Zayadine 1986
F. Zayadine, « The Jerash project for excavation and restoration », dans Zayadine éd. 1986, p. 7-28.

Zimmermann 2002
C. Zimmermann, Handwerkervereine im griechischen Osten des imperium Romanum, Mayence.

Zʿubi et al. 1994
I. Zʿubi, P.-L. Gatier, M. Piccirillo et J. Seigne, « Note sur une mosaïque à scène bachique dans un palais d’époque byzantine à Jérash », Liber Annuus 44, p. 539-546.

Haut de page

Notes

1 Crowfoot 1931, p. 42 ; Crowfoot 1938, p. 260-262, pl. LXXIX-LXXXIV, plan XLIII ; Biebel 1938, p. 478-479 ; Piccirillo 1993, p. 292-293; Michel 2001, p. 241-245, plan, photo ; Michel 2019.

2 Bankes Archive : légende de la planche III A 18a. Voir également les documents A 46-16 recto, III A1a, III A1c, III A18c. Il est aisé de constater que ces documents des Bankes Archive (https://app.dorsetcouncil.gov.uk/bankes-archive), déposés au Dorset Record Office, aujourd’hui Dorset History Centre (https://www.dorsetcouncil.gov.uk/libraries-history-culture/dorset-history-centre), au Royaume-Uni, sont de deux mains très différentes. Les plans du site de la main de l’architecte Barry sont remarquablement précis. Sur ces documents exceptionnels et l’apport de chacun des deux voyageurs, qui n’ont pas circulé ensemble, mais préparé un ouvrage commun qui ne vit pas le jour, voir Boyer 2015 et Boyer 2016.

3 Crowfoot 1938, p. 262 : « the disappearance of the stones from the walls – of the monument – is the result of the position of the church in close proximity of the modern village ».

4 Ce qui a souvent fait croire, à tort, que d’importants monuments antiques avaient été édifiés sur la rive est du Wadi Jerash. Sur ce sujet voir, par exemple, Watts 1984. Pour une mise au point à propos de la faible importance de l’espace bâti sur la rive orientale du wadi, hormis les « Grands Thermes de l’Est », Seigne 1997, Seigne 2013.

5 Crowfoot 1938.

6 Crowfoot a consulté certains des plans de Bankes/Barry, dans les années 1930. Voir Boyer 2015, p. 46.

7 Crowfoot 1938, p. 262, à propos d’une plaque de chancel : « The two sheep grouped heraldically on either side of a circular device [...] were ciseled out ». Sur les mosaïques, seules les représentations figurées ont été concernées, ce qui exclut toute destruction accidentelle, provoquée par exemple par la chute de blocs lors d’un séisme.

8 Crowfoot 1938, p. 261-262.

9 Dans le cadre des accords passés entre le DOA et la Mission archéologique française de Jerash, les membres de l’équipe travaillant sur le sanctuaire de Zeus réalisaient les relevés architecturaux des structures dégagées lors des fouilles de sauvetage menées par le DOA. Grâce à l’accord et au soutien d’Ibrahim Zʿubi, une étudiante de l’université François-Rabelais de Tours, Morgane Reix, fut autorisée à utiliser cette découverte dans le cadre d’un mastère en archéologie soutenu à Tours en juin 2011.

10 La datation du rempart a donné lieu à de multiples propositions. Pour les fouilleurs anglo-américains de la période mandataire, il datait du ier s. apr. J.-C. La découverte, en 1982-1983, d’installations artisanales détruites à la fin du iiie s. apr. J.-C. sous les fondations de la muraille permettait, sur des bases archéologiques certaines, de repousser son édification au tournant des iiie/ive s. apr. J.-C. : Seigne et al. 1986, Seigne 1992. Plus récemment, la date de construction était attribuée au iie s. apr. J.-C. sur des bases mal fondées. Pour une présentation critique des données matérielles actuellement disponibles, voir Seigne 2002 et Seigne 2019.

11 Seigne 1997, note 13. Entre 1982 et 1996, la surveillance des travaux de construction dans la ville moderne a permis de retrouver, intra-muros, plusieurs des hypogées creusés dans les affleurements rocheux de la rive est du Wadi Jerash. Certaines de ces anciennes tombes, antérieures au ive siècle, avaient pu être observées par les représentants du DOA. Ces observations n’ont jamais été publiées.

12 Jones 1928, p. 168, no 35.

13 Nous utilisons ici les abréviations épigraphiques de la liste GrEpiAbbr, https://www.aiegl.org/grepiabbr.html, où le corpus de Welles dans Kraeling 1938, p. 355-494, est abrégé I.Gerasa.

14 Ce panneau de mosaïque avait été déposé au musée de l’université de Yale à New Haven, où il se trouve encore et où Welles, qui – rappelons-le – n’est jamais allé à Jerash, avait dû l’examiner.

15 McCown 1933, p. 86.

16 Les différentes photos, anciennes et récentes, que nous avons examinées, en particulier sur les sites de l’université de Yale, ne montrent pas de reste de lettre en cet endroit. La mosaïque a été restaurée.

17 Meimaris 1992, p. 91.

18 Voir aussi Meimaris 1992, p. 108, no 74, qui suit Welles.

19 I.Chr.Macédoine, 27 et 63 ; voir BE 2002, 624 (D. Feissel).

20 SEG 37, 1544 ; Meimaris 1992, p. 111-112, no 85.

21 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 184 ; Lichtenberger et Raja 2018a, p. 93 ; AE 2016, 1793 (coquille : « indiction 8 ») ; SEG 66, 2208. Voir infra.

22 Gatier 1987.

23 SEG 37, 1541 ; Meimaris 1992, p. 111, no 83.

24 I.Gerasa, 335 ; Meimaris 1992, p. 113, no 88.

25 Meimaris 1986, p. 227-230, a fait la liste des mentions des moines et moniales désignés comme « frères » et « sœurs ».

26 Griesheimer 2003 (BE 2006, 452 ; SEG 53, 1793-1795 et 1800-1802).

27 Voir les exemples du dictionnaire LSJ.

28 Les laures du désert de Judée représentent un type particulier de fusion des deux modes de vie. En Syrie, Deir el-Ferdis et Elbi pourraient peut-être témoigner d’une autre forme de ce système mixte, assez proche de celle que saint Jérôme a connu dans le désert de Chalcis ; voir Gatier 2021.

29 Patrich 2019 fournit deux cartes de répartition des monastères dans un espace qui, malgré le titre de l’article, correspond plus aux frontières modernes qu’à la Palestine byzantine. Quoi qu’il en soit, on y constate la rareté des monastères urbains.

30 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016 ; Lichtenberger et Raja 2018a et 2018b.

31 Par exemple, Cyrille de Scythopolis, Vita Sabae, 44 (135, 2). Les plans de monastères palestiniens commodément réunis dans Thirard 2012, p. 100, 102, 113, montrent le voisinage du réfectoire et de la cuisine.

32 P.Ness. 54, 9, τῆς ξυλο[κο]πίας καὶ τῶν ἀσβεστίων. Selon l’éditeur, il s’agirait d’une opération de fabrication de chaux vive dans un four alimenté par une coupe de bois. Le grec médiéval connaît les neutres ἀσβέστιον et ἄσβεστον et le féminin ἀσβέστη, avec le sens de « chaux vive » ; voir le Lexikon zur Byzantinischen Gräzität. Il existe aussi chez le lexicographe Hésychius (éd. Latte-Cunningham, vol. II/2, p. 643), comme nous le signale Julien Aliquot, le mot ἀσβέστωσις, donné comme équivalent de κονίασις, « stucage » ou « badigeonnage ».

33 Voir Adam 1995, p. 253.

34 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016 ; Lichtenberger et Raja 2018a et 2018b.

35 Crowfoot 1938, p. 234-241; Michel 2001, p. 251-255.

36 Les fouilles de ce bâtiment ont été poursuivies en 2016 : Kalaitzoglou et al. 2022, p. 163-169.

37 Nous donnons les deux textes en incorporant les modifications proposées dans BE 2017, 612 ; AE 2016, 1793 (coquille dans la traduction : « indiction 8 ») et 1794 ; SEG 66, 2208.

38 I.Gerasa, 323.

39 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 182-183.

40 Barns 2016, p. 793-794. La mosaïque et son texte sont signalés par Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 183, et n. 25, « in spätantiken Läden entlang des sog. cardo », en ne déchiffrant que la date. Dans SEG 66, 2210 [paru en 2021], Michael Zellmann-Rohrer donne une lecture complète du texte, qu’il situe « in floor over which the pool for an early Islamic mosque was built ». En réalité, il s’agit d’un réservoir pour l’eau d’un four à chaux d’époque omeyyade. Les photos publiées montrent qu’on se trouve en dehors de la mosquée, et que la mosaïque couvre une des salles du macellum d’époque impériale romaine transformé à l’époque protobyzantine en local d’association ; la pièce a été remployée ensuite pour construire le réservoir omeyyade. Voir infra, n. 57.

41 Zayadine 1986, p. 17-18 et 27 ; voir BE 1989, 993 (SEG 37, 1548). Voir infra, n. 56.

42 I.Gerasa, 297, et photo, pl. 61.

43 I.Gerasa, 303, et photo, pl. 62.

44 Voir Kraeling 1938, pl. 60a.

45 Voir Kraeling 1938, pl. 60c.

46 Hazim 2003.

47 Clark 1986, p. 312 et 329 ; voir Michel 2001, p. 260.

48 Gawlikowski et Musa 1986, p. 138-139 et 157-159.

49 Voir Kraeling 1938, pl. 64c ; I.Gerasa, 335.

50 Brizzi, Sepio et Baldoni 2010, p. 352-353.

51 Entre autres, Michel 2001, p. 274-276, à Khirbet al-Munyah près de Jerash. Les parallèles paraissent particulièrement nombreux en Jordanie du Nord, par exemple à Samra, ibid., p. 194-16 (église 29), p. 202-206 (églises 78 et 79), et à Hayyan al-Mushrif, p. 207-212 (églises 1, 2 et 5).

52 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 189, n. 52. Voir les exemples, abstraits ou symboliques dans le Lexicon de Lampe.

53 I.Jud. Orientis I, Ach18, p. 132-135 : Μνῆμα Περιστερίας ἀρχηγίσις (ménorah), avec ἀρχηγίσις pour ἀρχηγίσσης.

54 Meimaris 1986, p. 239-250 ; sur la fonction de supérieur et les termes qui lui sont attachés : Patrich 1995, p. 170-174 ; Wojtczak 2021.

55 Patrich 1995, p. 32-35.

56 Voir supra, n. 41 ; SEG 37, 1548 : ὁ τόπ(ος) οὗτος τῶν ἐπιτίμ(ων) Καλλαίν(ων) ἐπὶ τῆς α′ ἐξαρχ(ίας) Κωνσταντίνου κ(αὶ) Στεφάνου λογευτῆ.

57 Voir supra, n. 40 ; SEG 66, 2210 : Ἐπὶ τ(ῆς) α′ ἐξαρχίας Ἰωάννου Παύλου κ(αὶ) α′ λογευσίας Λεοντίου Παλλαδίου.

58 Dans un monastère, l’administration financière est généralement confiée à un économe, οἰκονόμος : Patrich 1995, p. 19 et 174-177.

59 MAMA III, 208, 400, 451a, etc.

60 I.Gerasa, 190 : l’association des tisseurs de lin, ἡ τοῦ αἰῶνος ἱερὰ τέχνη λινύφων ; Gatier 1985, p. 308-310, les foulons. Au théâtre nord, le seul métier à bénéficier de places réservées, λινουργῶν ὁ τόπος, est celui des artisans du lin, peut-être à la fin du iiie s. apr. J.-C. ou au iv: BE 2006, 485 ; SEG 54, 1691. Sur ces professions, bien représentées dans l’Orient grec, à l’époque impériale, Zimmermann 2002, p. 146-154 et 203-206.

61 Bessard, Bonnéric et Callot 2012 ; voir aussi les fragments de tiges de lin retrouvés dans des contextes d’habitat domestique d’époque omeyyade, Lichtenberger et Raja 2018b, p. 160-162.

62 En Égypte, ce type d’association est nommé philoponia, ou philoponeion, et ses membres spoudaioi ou philoponoi. Sur ce sujet, l’article classique d’E. Wipszycka, paru en 1970, a été actualisé dans un recueil d’études plus récent : Wipszycka 1996 ; voir Fournet 2008, p. 243-244, avec une bibliographie complémentaire. Feissel 2020, p. 38-39, réunit quelques références sur les συνοδίαι d’Asie Mineure, « confréries attachées au sanctuaire d’un saint », et sur la confrérie des Michaélites, fidèles de saint Michel à Sagalassos. Dans le Proche-Orient, on ne connaît des confréries pieuses que par la documentation littéraire, à Antioche et Béryte ; voir Wipszycka 1996, p. 273, sur La Vie de Sévère par Zacharie le Scholastique (éd. Kugener, p. 12, 23-24, 32-33). M. Sartre, que nous remercions, attire notre attention sur une inscription du Hauran, à ʿOrmān, IGLS 16/5, 1056 (à paraître, voir Meimaris 1992, p. 284, no 461), contenant une série d’acclamations, en particulier pour « les Sergiadoi et les Claudianoi », peut-être membres des confréries de saint Serge et de saint Claude ; on sait que les acclamations sont souvent inscrites sur le parcours des processions ou les lieux des cérémonies.

63 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 191, ont, à raison, repoussé l’identification des constructions au nord-ouest de la ville à un couvent, alors que nous avons, dans le BE 2017, 612 (P.-L. G.), soutenu, trop vite, cette opinion ; voir aussi Lichtenberger et Raja 2018a, p. 94, n. 40. Cependant, ces auteurs insistent excessivement sur le lien entre la troupe des Electi Iustiniani et le complexe de la « Synagogue Church », au point de parler de « military church » et de « présence de l’armée byzantine dans l’église », ibid., p. 94-95 ; ils considèrent aussi que la fonction de diacre et celle du trésorier sont militaires et s’exercent dans le régiment. Par ailleurs, ces auteurs restituent à tort la mention des Electi Iustiniani dans une inscription de l’église dite « de l’évêque Isaïe », voir BE, 2017, 612, et SEG 66, 2211.

64 Wipszycka 1996.

65 Gatier 1987.

66 Hazim et Piccirillo 2003 ; SEG 53, 1893. Voir Piccirillo 2005.

67 Seigne 2014 ; BE, 2015, 719 ; AE 2014, 1408 ; SEG 64, 1840.

68 Gatier 1987, p. 135.

69 Gatier 1987. On notera la différence entre les textes où le constructeur/fondateur est l’évêque et ceux où les travaux ont été conduits « sous » l’évêque.

70 Gatier 1987, p. 135.

71 I.Gerasa, 331. Sur la diaconie, Michel 2001, p. 267, n. 924 ; Brizzi, Sepio et Baldoni 2010.

72 Chaque évêque est un pasteur, voir Meimaris 1986, p. 224-225, mais ici une allusion au Christ Bon Pasteur de Jn. 10, 11-14, est probable, quoique assez indirecte. Dans le texte johannique, l’expression, où Jésus se définit ὁ ποιμήν ὁ καλός, est différente de celle de Gérasa. De plus, un évêque ne saurait s’assimiler au Christ.

73 I.Gerasa, 289 et 290.

74 À Gérasa, un autre évêque, Paul, est dit deux fois « le sage pasteur », I.Gerasa, 306 et 314.

75 Par exemple, Walmsley 2005.

76 Haensch, Lichtenberger et Raja 2016.

77 Certaines inscriptions d’époque byzantine ont un caractère militaire, comme I.Gerasa, 311, offrande non datée faite dans l’église Saints-Côme-et-Damien par le tribun Dagistheos ; citée par Haensch, Lichtenberger et Raja 2016, p. 186, n. 38. On pourrait ajouter I.Gerasa, 344 (avec les remarques sur les anthroponymes, Gatier 2002, p. 276-277, d’où BE 2005, 547, et SEG 52, 1720), inscription non datée qui nomme des personnages dont l’onomastique, de type thrace, paraît s’expliquer par un recrutement militaire. En revanche, une autre inscription, sur une mosaïque de l’église dite « de l’évêque Isaïe », a été invoquée à tort par les auteurs alors qu’elle n’a rien de militaire, voir supra, n. 63.

78 Brizzi, Sepio et Baldoni 2010, p. 353 : « archaeological investigations in the Artemis cella indicate that, at the beginning of fifth century ad the temple was partially spoiled and reused for a different function ». Welles publiait en 1938 un graffite peint sur une colonne du temple d’Artémis, I.Gerasa, 337, avec la localisation « Church on the Site of the Temple of Artemis (?) ». Le graffite n’ayant pas été déchiffré, le seul argument invoqué reste la datation byzantine de l’écriture ; voir Kraeling 1938, p. 138 (C. S. Fisher).

79  Crowfoot 1930, p. 32 : « The ruins of six churches were known to exist there (Jerash). In the last two seasons the joint expedition has discovered the ruins of eight others, and ten churches in all have been excavated down to the floor » ; Kraeling 1938.

80 Zayadine 1986 ; Lepaon 2011.

81 Michel 2001. Voir Seigne 2019, p. 60-61, pour une brève liste des églises.

82 Par exemple à Zaghrit, Hazim 2003.

83 Brenk, Jäggi et Meier 1995 ; Brenk et al. 1997 ; Jäggi et al. 1998.

84 Seigne 2014.

85 On pourrait éventuellement penser que cet édifice jamais revu et ne figurant pas dans les Bankes Archive correspondait à l’église 21. Toutefois, les emplacements indiqués par les différents voyageurs permettent de penser qu’il y avait bien deux édifices différents : en haut de la colline pour l’église 21, où la découverte d’un bloc inscrit et la précision, par ailleurs bien attestée, des relevés de 1818 montrent qu’une église existait bien hors les murs à l’angle sud-est des remparts ; et près du wadi pour l’église 23, où différents plans la mentionnent à l’emplacement de l’ancien cimetière circassien et où la découverte de mosaïques lors d’inhumations est rapportée. Peu visible et mal conservée, l’église 23 aurait échappé à l’examen des ruines par Barry. Ses vestiges n’auraient été rendus évidents qu’après les fouilles menées par les nouveaux habitants de Jerash pour ensevelir leurs défunts au bas de la colline, près du watergate.

86 Zʿubi et al. 1994.

87 Boyer 2016.

88 Boyer 2015.

89 Michel 2019 compte trois églises à trois nefs à Gérasa, celle de Procopios, les Saints-Pierre-et-Paul et l’église d’Isaïe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Les églises de Gérasa et l’église de Procopios (no 4), plan de situation 2021
Crédits fond de plan T. Lepaon/Mission archéologique française de Jerash, 2011
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 2.
Légende Église de Procopios, plan de situation d’après Bankes/Barry
Crédits Dorset History Centre, Bankes Archive : III A1b et A 46-16 recto en encart
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3.
Légende Église de Procopios et ses annexes, plan de situation
Crédits Mission archéologique française de Jerash
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 4a.
Légende Plan de l’église de Procope après les fouilles de 1928
Crédits Dessin A. Michel 1991, d’après Fisher dans Kraeling 1938, plan 43
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 4b.
Légende Le bâtiment communautaire (A, B et C) et l’église de Procopios, plan général des pavements mosaïqués
Crédits Mission archéologique française de Jerash
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 5.
Légende Le bâtiment communautaire, vu de l’ouest
Crédits photographie J. Seigne, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 6.
Légende Salle A, vue de l’ouest
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 7.
Légende Salle A : médaillon central vu de l’ouest
Crédits photographie J. Seigne, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 8.
Légende Salle B, vue du sud
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 9.
Légende Salle B : médaillon central vu du sud
Crédits photographie J. Seigne, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Figure 10.
Légende Salle C, vue du sud
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 11.
Légende Église de Procopios, bas-côté sud et nouvelle mosaïque
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 12.
Légende Angle sud-ouest de l’église de Procopios, nouvelle mosaïque
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 13.
Légende Canthare angulaire, fragment du pavement du bas-côté sud mis au jour en 1994
Crédits photographie I. Zʿubi, 1994
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Figure 14.
Légende Vestige du linteau de la porte d’entrée de l’église des Prophètes, Apôtres et Martyrs, I.Gerasa, 298
Crédits relevé et dessin, J. Seigne, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/14541/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gatier, Jacques Seigne, Ibrahim Zʿubi et (collab) Morgane Reix, « Le bâtiment communautaire de l’église dite « de Procopios » à Gérasa »Syria, 99 | 2022, 203-238.

Référence électronique

Pierre-Louis Gatier, Jacques Seigne, Ibrahim Zʿubi et (collab) Morgane Reix, « Le bâtiment communautaire de l’église dite « de Procopios » à Gérasa »Syria [En ligne], 99 | 2022, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 30 novembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/syria/14541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.14541

Haut de page

Auteurs

Pierre-Louis Gatier

HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux, CNRS/université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Jacques Seigne

laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324, CNRS/université de Tours

Articles du même auteur

Ibrahim Zʿubi

ancien représentant du DOA à Jerash

(collab) Morgane Reix

ancienne étudiante, laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324, CNRS/université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search