Navigation – Plan du site
Variétés

Bibliographie numismatique de la Syrie - V. Périodes achéménide, hellénistique, romaine et byzantine(2008-2009)

Frédérique Duyrat
p. 369-383

Texte intégral

1Les très nombreuses monnaies publiées avec les résultats de fouilles israéliennes ne peuvent toutes être prises en compte dans cette chronique. Les articles parus dans les revues de numismatique et d’archéologie sont systématiquement mentionnés, mais les nombreuses monographies n’ont pu être toutes dépouillées. Le site http://www.hadashot-esi.org.il/​search_eng.asp sera utile au lecteur désireux d’engager une recherche plus poussée.

Méthodologie

Outils bibliographiques

2Rappelons l’existence du traditionnel Survey of Numismatic Research, publié tous les six ans à l’occasion du Congrès international de numismatique, paru à Glasgow en 2009. Il est spécialement volumineux avec près de 4 000 auteurs recensés et plus de 12 000 titres, après sélection ! Les sections concernant la Syrie portent sur les instruments d’échange avant la monnaie frappée (Kroll 2009), le Levant de l’époque perse à l’époque romaine (ateliers civiques et ethnè, Bijovsky 2009a), les imitations de monnaies grecques, notamment de chouettes athéniennes (ArnoldBiucchi 2009), les monnayages royaux séleucides (Mittag & Ehling 2009) et lagides (Lorber 2009), les émissions provinciales de l’empire romain (Kremydi 2009) et la monnaie byzantine (Grünbart 2009). Dahmen 2009 consacre une section à l’iconographie monétaire. Un court article de Metcalf 2008 rappelle l’historiographie de la numismatique antique aux États-Unis, née au xxe s. seulement.

Catalogues

3Houghton & Hendin 2008 tente de définir la notion de rareté en numismatique : elle n’apparaît que rarement dans les catalogues. La collection de bronzes grecs de Marc Bar donnée à la Bibliothèque royale de Belgique en 2002 contient 315 monnaies de Syrie (Bar 2007). Hausmann 2008 publie un addendum de la collection de Leipzig comportant quelques monnaies de Syrie. Les types isiaques sur les monnaies (Isis et les divinités associées, les symboles se référant à son mythe) ont fait l’objet d’un inventaire commenté très complet avec Bricault 2008. Les ateliers syriens concernés bénéficient d’une section propre et sont ainsi situés géographiquement et chronologiquement dans le développement de cette typologie. En principe, les ateliers sassanides n’entrent pas dans le périmètre exploré par cette bibliographie. La Sylloge de Schindel 2008 est une exception, à cause de l’origine des collections : ces monnaies sont pour la plupart issues des fouilles archéologiques israéliennes. Les catalogues de ventes fournissent une part importante des corpus monétaires mais il est rare qu’ils soient étudiés pour eux-mêmes. C’est toute la valeur de la somme proposée par Spring 2009 qui résume l’histoire des principales maisons et offre un utile conspectus des grandes ventes qui les ont animées entre 1880 et 1980.

Surfrappes

4L’importance des surfrappes pour la reconstitution de la chronologie des monnayages et des règnes dont ils témoignent est illustrée — pour les Indo-Grecs — par Bopearachchi 2008.

Faux

5Callataÿ 2009b donne un aperçu de la richesse du médaillier des faux grecs de la collection de Bruxelles. Voir aussi Elayi 2009b.

Analyses métalliques

6Les 11 tétradrachmes à la chouette découverts sur le site de Tell Michal ont été analysés par ICP-AES et ont fait l’objet d’une étude des isotopes du plomb (Q-ICP-MS) qui conduit Gitler, Ponting & Tal 2009 à la conclusion qu’il pourrait très bien s’agir de frappes athéniennes faites avec l’argent du Laurion, non d’imitations orientales. Les mêmes auteurs ont appliqué la méthode ICP-AES à un groupe de monnaies bombées à types athéniens — le droit est généralement illisible — traditionnellement considérées comme édomites d’après leurs lieux de découverte. Elles présentent les mêmes caractéristiques que les tétradrachmes athéniens qui ont peut-être fourni le métal dans lequel elles sont frappées, mais avec des adjonctions parfois importantes de cuivre. L’atelier pourrait être une cité de Philistie (Gitler, Ponting & Tal 2008). Elayi, Barrandon & Elayi 2008 ont procédé à une analyse par LA-ICP-MS d’un groupe de monnaies de Tyr du ive s. Des analyses destructives ont été faites sur 22 bronzes hasmonéens dans l’intention de trouver des solutions aux problèmes de classification que posent ces séries. Krupp 2007-2008 fonde l’organisation de ces séries sur l’hypothèse d’une dégradation progressive de la qualité de l’alliage. Des analyses de monnaies de bronze du Levant au début de l’époque romaine sont utilisées par Lönnqvist 2009 à des fins de comparaisons avec les objets dans cet alliage trouvés en fouilles (armures de Massada, etc.).

Expérimentation de la frappe monétaire

7Faucher, Tereygeol, Brousseau & Arles 2009 font la synthèse de différentes campagnes d’expérimentation de la frappe de l’argent. L’article détaille les conditions de la reconstitution d’un atelier monétaire grec et les conclusions qui en ont été tirées sur les méthodes de production et les volumes de monnaies frappées.

Histoire économique

8En principe, les poids ne sont pas inclus dans cette chronique déjà dense. Par exception, je mentionne ici l’ouvrage de Hendin 2007 qui fait une synthèse commode sur les poids au Proche-Orient, des Babyloniens — et des Égyptiens — à l’Islam. Un trésor celtibère de hacksilber offre un intéressant parallèle aux exemples d’argent pesé bien connus en Syrie jusqu’au ive s. av. J.-C. (van Alfen, Almagro-Gorbea & Pere Pau 2009).

9Callataÿ 2008 synthétise plusieurs exemples de mentions de paiement ou de montants évalués en monnaie d’argent qui ont obligatoirement été faits dans un autre métal ou sous une forme non monnayée. Cet article rappelle que la monnaie d’argent sert souvent d’unité de compte. Un cahier de la Revue belge de numismatique (155, 2009) est consacré au passage de l’atelier monétaire au marché (« From mints to markets »). Les études de cas présentées donnent une idée plus précise de la manière dont la monnaie entre — ou non — dans la circulation monétaire. Callataÿ 2009a développe deux exemples de relations entre la monnaie et l’armée : le cas d’une armée peu payée en numéraire (les Dix-Mille de Xénophon) et celui d’un monnayage abondamment frappé mais qui a peu circulé (les tétradrachmes à types thasiens du iie s. av. J.-C.). Les cas présentés par les autres auteurs de cette rencontre peuvent offrir d’intéressants parallèles pour les études syriennes (voir en particulier Kemmers 2009 pour un exemple de la fin du Bas-Empire dans les provinces occidentales).

10La nature et les usages de la monnaie dans le monde grec et l’empire romain font l’objet de regards croisés dans l’ouvrage collectif dirigé par Harris 2008. Burrer & Müller 2008 offre un ouvrage collectif sur le coût et les finances de la guerre dans l’Antiquité. Dans une perspective diachronique longue, Travaini 2009 est un intéressant ouvrage collectif sur la valeur symbolique et réelle de la monnaie, sa dévaluation, les préférences monétaires, etc. (voir aussi Gitler 2009a).

Syrie achéménide

Ateliers

Syrie

11Van Alfen 2008a publie une monnaie inédite en argent figurant B’L DGN au droit et un lion au revers frappé du nom de Mazaios. Il l’attribue à Issos dont ce serait le tout dernier monnayage avant l’arrivée des Macédoniens. Le parallèle avec les émissions de Mazaios à Tarse est clair et la présence du nom du dieu Dagon est l’occasion de revenir sur sa personnalité controversée.

Phénicie

12Elayi 2008a propose un conspectus de ses propositions de re-datation des règnes des rois phéniciens d’après les monnaies. Il s’agit d’hypothèses, la datation des règnes restant très délicate, faute de précision dans les sources littéraires. Les monnaies, parfois datées par années de règne, permettent de reconstruire des chronologies relatives. Elayi 2008b compare la situation de Byblos et Sidon à l’époque perse, la première repliée sur son territoire, la seconde ouverte sur le monde, leur situation respective se modifiant durant la période dans le sens d’une ouverture de la première et d’un affaiblissement de la seconde.

  • 1 Le shekel passe de c. 13,56 g à c. 8,77 g.

13Il faut saluer la parution d’un corpus des monnaies de Tyr à l’époque perse par Elayi & Elayi 2009a. Il rassemble 1 814 monnaies de cet atelier classées par coins et une étude très détaillée des types, des légendes, des procédés techniques de frappe. Un dernier chapitre propose une reconstitution de l’histoire de Tyr fondée sur la chronologie des monnayages telle que définie par les auteurs. Elayi, Barrandon & Elayi 2008 analysent 39 monnaies d’argent de Tyr pour déterminer si la modification de l’étalon survenue vers 357 1, selon la datation de Elayi & Elayi 2009a, est accompagnée d’un changement d’aloi. Elayi 2009b signale l’apparition sur le marché d’une monnaie, vraisemblablement fausse, rassemblant les caractéristiques de différentes dénominations tyriennes.

Levant Sud

14Une monnaie de Samarie représentant une tête barbue à droite coiffée de la kyrbasia et une protomè de cheval fait l’objet d’une étude iconographique comparative de Bodzek 2008 : ce type monétaire est emprunté à des frappes de dignitaires achéménides de Mysie et de Troade. Berrol 2008 fait connaître une variante d’un type déjà connu.

15Les travaux sur les monnaies de Judée se sont récemment multipliés. Gitler 2009b revient sur la difficile attribution d’une drachme unique conservée au British Museum (tête masculine casquée de trois-quart/divinité barbue sur une roue ailée) alternativement considérée comme faisant partie du monnayage YHD ou de Philistie. Avec C. C. Lorber, le même auteur révise la chronologie des monnaies de Judée à la légende Yehizkiyah qui sont généralement datées du ive s., avant la mort d’Alexandre le Grand, selon des critères linguistiques et historiques (Gitler & Lorber 2008). Cette étude privilégie les rapprochements iconographiques et stylistiques et le changement d’étalon qui pourrait être intervenu après la mort d’Alexandre. Elle est accompagnée d’un catalogue. Des variantes à légende grecque de ces monnaies ont été découvertes récemment (Fontanille & Lorber 2008). La chronologie des monnaies YHD au faucon est révisée par Ronen 2009 qui les classe de l’époque perse au début de l’époque hellénistique. L’usure des coins de monnaies de Judée peut être exceptionnellement bien suivie grâce à l’amélioration récente de nos connaissances sur ce matériel désormais abondant. Fontanille 2008 distingue trois types de détériorations : l’usure, les cassures et les coups répétés du coin de revers sur le coin de droit où il finit parfois par s’imprimer. Elles sont particulièrement nombreuses sur les monnaies édomites qui ont été frappées avec des coins souvent très endommagés. Goldstein & Fontanille 2009 publient quelques exemplaires rarissimes, connus à moins de trois exemplaires.

16Gitler & Tal 2009 apportent de nouveaux témoignages de l’existence d’un unique atelier ayant frappé les monnaies de cités de Philistie. Des liaisons de coins entre Gaza et Ashdod et des arguments épigraphiques renforcent cette hypothèse.

Circulation

17Elayi & Elayi 2009b exhument des archives H. Seyrig conservées au Cabinet des Médailles de Paris un trésor de 54 monnaies d’argent de Byblos, Tyr, Sidon, Athènes, Kition et de Lycie. Il contenait aussi trois fragments d’argent. Les monnaies étrangères permettent de dater l’enfouissement vers 425 et d’améliorer la chronologie que J. et A. G. Elayi proposent pour les monnaies de Byblos. Les notes d’H. Seyrig ne contenaient pas de photographies.

18Le premier trésor de Byblos découvert par M. Dunand est complètement publié par Elayi & Lemaire 2009 d’après différentes archives et enquêtes sur le terrain. Leur conclusion, devant la longue durée de thésaurisation dont il témoigne, est qu’il s’agit d’une réserve alimentée par plusieurs individus successivement.

19Anderson & Van Alfen 2008 publient un trésor de 475 monnaies constitué à 90 % de chouettes athéniennes et d’imitations ainsi que de monnaies d’ateliers d’Asie Mineure, de Sidon et de Tyr (CH 10.244). Il aurait été enfoui dans les années 330 au Proche-Orient sans que sa provenance exacte soit connue. Un énorme trésor de quelques 10 000 monnaies est signalé par Buxton 2009 dans la région d’Alep en 2007. 2 626 monnaies ont été vues dans le commerce, pour l’essentiel des tétradrachmes athéniens, à quelques rares exceptions près. Il dresse un catalogue raisonné des poinçons et cisaillements que ces monnaies ont subis et en conclut qu’elles témoignent de l’existence d’un système rationnel de contrôle.

20La circulation monétaire du Levant Sud est assez mêlée au ive s. C’est ce dont témoigne le trésor de Naplouse, dispersé sur le marché de Jérusalem en 1968. Il aurait été enfoui en 338/7 et contenait des monnaies d’Athènes, Tyr, Amisos, Sinope et environ 737 fractions d’argent de la province de Samarie généralement inédites (Spaer 2009).

  • 2 H. Gitler, « New fourth-century BC coins from Ascalon », NumChron 156 (1996), p. 1-9.

21Gitler 2008 republie avec des compléments les monnaies de fouilles d’Ashkelon 2, notamment un trésor d’oboles à types athéniens (CH 8.587 ; 9.369) et de rares monnaies inédites de cet atelier illustrées par d’excellents agrandissements.

Syrie hellénistique

Alexandre et les Diadoques

Syrie lagide

22Lorber 2007-2008 révise les attributions et la datation des monnaies de bronze ptolémaïques de Tyr, de la première occupation lagide, c. 320, jusqu’à la cinquième guerre de Syrie. Les différentes séries sont comparées aux autres émissions lagides, à Alexandrie et en Syrie-Phénicie.

23Les monnaies de plomb à types lagides trouvées en Koilè Syrie bénéficient désormais d’un catalogue rédigé par Hoover 2008. La typologie et la légende de ces monnaies les rapprochent des bronzes de Cléopâtre III et Ptolémée X. Il pourrait s’agir de monnaies de nécessité frappées pendant la guerre de 103-101.

Royaume séleucide

Histoire séleucide et lagide

24Des témoignages numismatiques de l’engagement lagide en Thrace durant la seconde guerre de Syrie sont publiés par Psoma 2008. Psoma, Karadima & Terzopoulou 2008 consacrent leurs chap. ix à xi à la présence des troupes d’Antiochos III en Thrace égéenne dont témoignent les monnaies de la région. à l’autre extrémité de la Méditerranée, Meadows 2009 revoit les invasions séleucides en Asie Mineure à la lumière des monnayages de villes de Pamphylie. Les tétradrachmes de ces cités sont datés d’ères locales dont les origines ont été très discutées. A. Meadows en propose une nouvelle chronologie, avec des origines entre 223 et 213, et met en lien la production de ces ateliers avec les opérations d’Antiochos III en Asie Mineure à partir de 203. L’article propose aussi quelques réattributions.

25Voulgaridis 2008 tente une discussion délicate sur le sens des monogrammes et des symboles sur les monnaies séleucides d’Aké-Ptolémaïs et Ascalon. Il croit pouvoir y voir la signature de personnages historiques, exercice périlleux et gratuit.

Monnaie royale

26La numismatique séleucide est désormais accessible grâce au second volume des Seleucid Coins publié par Houghton, Lorber & Hoover 2008. Outre la richesse du catalogue qui permet l’identification aisée des monnaies, l’ouvrage est complété de douze appendices qui forment autant d’utiles synthèses sur les poids, le système monétaire en bronze et la production dans cet alliage, l’utilisation des contremarques sur les monnaies séleucides et étrangères en bronze et en argent, les surfrappes, les marques portées sur les monnaies, les plombs — dont l’interprétation reste délicate —, les monnaies fourrées et les imitations, etc. Cet ensemble permet de mieux appréhender non seulement les monnaies mais aussi l’environnement économique et culturel dans lequel elles sont utilisées. Plus synthétique et facile d’accès, le « manuel » sur les monnaies civiques et royales syriennes de Hoover 2009a est désormais un indispensable compagnon de travail pour tous ceux qui ont à étudier des monnaies de Syrie d’époque achéménide ou hellénistique (Cyrrhestique, Séleucie Piérie, Koilè Syrie).

  • 3 C.C. Lorber & A.Hougthon, « Cappadocian tetradrachms in the name of Antiochus VII », NumChron166 (...)

27Miller 2008 rassemble un catalogue des monnaies de Séleucos II (51 tétradrachmes et 5 drachmes) et Séleucos III (36 tétradrachmes) à Séleucie du Tigre accompagné d’une étude de coins commentée de O. D. Hoover et d’une étude de circulation. Deux imitations de bronzes d’Antiochos III durant la cinquième guerre de Syrie attirent l’attention sur le phénomène des imitations dans cet alliage, leur lien avec l’armée et leur intérêt économique (Wright 2009). Iossif & Lorber 2009a et 2009b consacrent deux études à l’interprétation qu’il faut donner aux représentations d’Hélios et Apollon sur les monnaies séleucides, notamment sous Séleucos IV et Antiochos IV. Les deux articles proposent une lecture fine de ces choix typologiques, des épithètes royales sur les monnaies et du contexte cultuel des satrapies orientales dans lesquelles ces monnaies ont généralement été frappées. Cette grille de lecture complexe permet de mieux comprendre la réception par les populations des satrapies du message transmis par les monnaies. Le monnayage cappadocien d’Antiochos VII a été mis en évidence par un article récent de C. C. Lorber et A. Hougthon 3. Krengel & Lorber 2009 en publient un catalogue raisonné par coins et proposent une chronologie absolue. Une monnaie de plomb de Tyr frappée au nom de Démétrios II en 129/8 est probablement un monnayage de nécessité utilisé par ce roi dans une période de difficulté pour payer des mercenaires. Ces derniers auraient alors reçu la garantie de pouvoir échanger à terme ces jetons contre de l’argent (Hoover & Iossif 2009). Ronde 2009 publie trois tétradrachmes d’Antiochos IX de poids attique frappés à Akè-Ptolémaïs et entrés dans sa collection. La chronologie de l’occupation de Damas par Démétrios III et Antiochos XII est modifiée par le catalogue, l’étude de coins et un nouveau tétradrachme publiés par Hoover, Houghton & Veselý 2008. L’article contient un catalogue, une étude des coins, du métal, des types originaux, des inscriptions et des poids.

Ateliers autonomes et ethnè

28Les ateliers de Cyrrhestique, Séleucie Piérie et Koilè Syrie (ive-ier s. av. J.-C.) font l’objet d’un commode synthèse par Hoover 2009a. Hoover 2009c poursuit son enquête sur les monnaies de plomb en faisant connaître une petite dénomination à la tête d’Hermès et à la double corne d’abondance qu’il attribue à Marathos sur des critères iconographiques et stylistiques. Elle pourrait avoir été frappée à l’époque où cette cité est attaquée par sa puissante voisine, Arados, entre 145 et 129 av. J.-C. Ce serait alors une monnaie de nécessité. Sawaya 2008 publie un corpus et une étude très complète des émissions autonomes non datées de Bérytos qu’il situe entre les dernières émissions séleucides et la prise d’autonomie de la cité (102/1–82/1). L’article souligne la faiblesse de la production monétaire de cette cité et relativise l’idée communément admise que Bérytos aurait été très prospère aux iie-ier s. av. J.-C. Un riche corpus par coins de Bérytos et Héliopolis entre le ier s. av. J.-C. et le iiie s. apr. J.-C. est l’œuvre du même auteur (Sawaya 2009). Le classement par émissions/dénominations/séries rend le catalogue difficilement utilisable, même pour un spécialiste, et la reconstitution de l’histoire de ces deux villes est principalement une chronologie de la production monétaire. Deux bronzes phéniciens frappés d’une tête de Tychè et d’une divinité féminine assise sur un gouvernail s’apparentent, selon Elayi 2009a, à la typologie de certaines monnaies d’Arados du ier s. av. J.-C. et du ier s. apr. J.-C. La légende phénicienne, lue MLK’ par J. Elayi, la rapprocherait des exemplaires aradiens des ive et iiie s. portant les lettres M’ (« roi d’Arwad »). Deux autres exemplaires conservés à Paris sont connus, l’un portant clairement la légende SIDWNI(WN), qui explique que G. Le Rider les classe à Sidon. J. Elayi les date du début de l’époque hellénistique et veut y voir un signe de la persistance de la monarchie aradienne, estimant qu’on voit mal pourquoi Sidon aurait adopté des types aradiens. Remarquons que le type de la Tychè sur un gouvernail n’est attesté que tardivement à Arados, à la fin du ier s., bien après la frappe de cette petite série que j’attribuerais donc à Sidon. La liste des dates connues sur les tétradrachmes et les didrachmes de Tyr est complétée par Meir 2008 à partir de la publication de nouveaux exemplaires du trésor d’‘Isifya.

29Le site de Gamala, dans le Golan, a fourni de grandes quantités de monnaies d’époque hellénistique. Sur un total d’environ 6 300 pièces, 1 287 viennent de l’atelier de Tyr. Syon 2008a se penche sur de petits bronzes de cet atelier frappés au début de l’autonomie, après 125. L’article est accompagné d’un utile tableau résumant les éléments de distinction des séries autonomes de celles frappées par les Séleucides à Tyr. Un bronze trouvé dans les fouilles de Dora et daté de l’ère séleucide (247=66/5 av. J.-C.) est apparemment anonyme et pourrait avoir été frappé par un des dynastes locaux évoqués par les sources écrites avant la réduction de la Syrie en province en 64 (Gitler & Kushnir-Stein 2009).

Hasmonéens

30Krupp 2007-2008 propose un classement général fondé sur des analyses destructives de monnaies hasmonéennes. La portée politique des types monétaires hasmonéens est revisitée par Hendin 2007‑2008a qui rappelle l’interdiction, dans le Pentateuque, de représenter les êtres vivants. L’article étudie, règne par règne, les modifications de types et de légendes. Une étonnante double surfrappe permet à Hendin & Schachar 2008 de conclure que les monnaies à la légende YNTN ont été émises au milieu du règne d’Alexandre Jannée.

31Les monnaies arméniennes, principalement celles de Tigrane, ont fait l’objet d’ouvrages récents très utiles pour mieux comprendre la domination de ce roi sur la Syrie : un catalogue des monnaies d’Arménie (toutes périodes) de Nercessian 2008 et un recueil des travaux du même auteur (Nercessian 2009). Kovacs 2009 révise des attributions aux successeurs de Tigrane le Grand. Le monnayage des Ituréens est étudié sous l’angle de la propagande par Schwentzel 2009 qui veut voir un parallèle entre la représentation des dioscures et une supposée « fraternité d’armes » entre Ptolémée et Tigrane ou Ptolémée et Pompée. Lysanias et Zénodoros sont aussi évoqués. La bibliographie utilisée est ancienne, beaucoup de suggestions sont très hypothétiques et l’ensemble rappelle combien un corpus des monnaies ituréennes serait utile. Des bronzes au chameau sont attribués à Natounia, en Adiabène, vers 65 av. J.‑C. par Hoover 2009b qui se fonde sur deux surfrappes. Les types monétaires montrent une culture faite d’éléments grecs, araméens et arabes. Dąbrowa 2008 interprète la propagande des premiers Arsacides d’après leurs monnaies et cherche à identifier le public auquel cette iconographie s’adresse. La prudence reste de mise devant ce type d’interprétation.

Économie et circulation monétaire

Trésor et circulation

32Hendin 2009a livre une étude très détaillée de la métrologie des monnaies de bronze si fréquentes en Judée, des Hasmonéens à la guerre de Judée : l’argent n’y a été frappé que pendant les guerres contre Rome. Sans surprise, il en conclut une très grande variabilité entre les exemplaires qui souligne le caractère fiduciaire de la valeur de ces pièces. Une citation du Talmud permet d’expliquer l’existence de très petites dénominations sans types. Barag 2007-2008 reprend la question de la circulation des monnaies lagides en Phénicie et Koilé-Syrie séleucide à la lumière d’un nouveau trésor. Il souligne l’importance des apports de monnaies chypriotes, et non alexandrines, dans cette région qui conserve l’usage de l’argent lagide après la conquête d’Antiochos III. Le même article fait connaître un second trésor lagide inédit trouvé dans la même région. Un trésor de petit bronzes d’Antiochos III a été découvert près de Césarée Maritime, dans les fouilles d’Or ‘Aqiva (Bijovsky 2009c). Gitler & Kahanov 2008 republient le trésor d’Ascalon (CH 9.548, p. 259-268) dont la composition étonnamment variée reflète sans doute les escales du navire dans l’épave duquel il a été trouvé.

Fouilles

33La moitié des monnaies trouvées sur le site de Horbat Mazad, sur la route de Jérusalem à Jaffa, sont hasmonéennes, principalement d’Alexandre Jannée. La présence d’autres vestiges associée au témoignage des monnaies indique une fondation séleucide avec développement sous Alexandre Jannée probablement (Fischer & Gur 2008). Quelques monnaies trouvées en fouilles sont signalées par Bijovsky 2009c, Moorhead 2008 (Tel Jezreel), Syon 2008b (Tamra, Galilée), Tal 2008 (Ramla, près de Lod).

Syrie romaine

Iconographie monétaire provinciale

34Richardson 2009 publie un petit inventaire des représentations monétaires de la déesse Atargatis. Tameanko 2008 fait quelques hypothèses sur le temple du Mont‑Garizim à partir des monnaies. L’examen de la typologie des monnaies de Neapolis (majoritairement peuplée de Samaritains), Sepphoris et Tibérias (peuplées de Juifs) sous les Flaviens conduit Kushnir Stein 2008 à la conclusion que ces cités, qui avaient évité de représenter hommes et animaux afin de se conformer aux préceptes religieux de la population majoritaire, ont modifié cette habitude après la reprise en main par le pouvoir romain. Celui-ci aurait désormais soutenu la population païenne dès les Flaviens, alors qu’Hadrien était traditionnellement considéré comme à l’origine de ces changements.

  • 4 Voir P.-L. Gatier, « Decapolitana », Syria 84 (2007), p. 169-184.

35L’étude attentive des navires représentés sur les monnaies des cités du Levant Sud conduit Ma‘oz 2008 à distinguer deux catégories de représentations. Les cités côtières maintiennent une typologie navale héritée des époques perse et hellénistique où elles possédaient des flottes de guerre puissantes. Les cités de l’intérieur, Panias, Tibérias, Gadara et ses célèbres monnaies « naumachiques » 4, figurant des navires qui paraissent réalistes, ne comportent pas d’éléments mythologiques dominants. Z. Ma‘oz conteste pourtant fermement l’existence de naumachies à Gadara, sur la base de l’examen du site de la ville qui n’aurait pas permis la création du plan d’eau nécessaire. Une étude des mythes de la nef Argo et du fleuve Styx le conduit à la conclusion que la géographie mythique de ce fleuve lui faisait traverser les villes continentales qui frappèrent des navires et se jeter dans la mer à Sidon. Une émission monétaire de cette cité est ornée d’un navire et porte la légende ARGONAUT, la nef Argo ayant, selon certains textes, navigué sur le fleuve des Enfers.

Empereurs et rois clients

36Un site internet est depuis peu consacré à la révision du volume du Roman Imperial Coinage V, 1, partie 2 (268-272 apr. J.-C.) : http://www.ric.mom.fr. Il comporte 4 500 entrées fondées sur un dépouillement des principales collections publiques, de collections privées et de trésors, soit 104 000 monnaies. Le petit ouvrage de Royo Martínez, Moreno y Casanova 2008, facilite l’identification des abondantes frappes monétaires de bronze du Bas-Empire. Rowan 2009 explore l’iconographie jovienne sur les monnaies de Sévère Alexandre dont des exemplaires ont, entre autres, été retrouvés dans des trésors syriens. Un portrait de Gordien III sur une monnaie d’Antioche de Philippe Ier est discuté par McAlee 2008.

37Dynastie hérodienne. Une note des éditeurs d’Israel Numismatic Research propose un utile tableau de concordance des dates figurant sur les monnaies hérodiennes et des procurateurs permettant d’éviter les fréquentes erreurs de conversion (Collectif 2009). Un médaillon d’Agrippa II inédit frappé à Césarée Panias paraît, selon Hendin 2009b, avoir été le modèle d’une série de bronze frappée l’année suivante. Ce médaillon serait la première frappe de ce prince au nom des Flaviens dans cet atelier. Quelques bronzes très rares sont publiés par Goldstein & Fontanille 2009.

38Barkay 2007-2008b fait connaître une nouvelle monnaie d’Aristobule, fils d’Hérode de Chalcis devenu roi d’Arménie Mineure.

Ateliers

39La politique d’Octave en Commagène — en particulier la question des frontières régionales — est révisée par Butcher 2009 à la lumière de petites monnaies de bronze datées de Zeugma. Ronde 2008b revient très brièvement sur la datation d’une petite série de bronzes d’Orthosie, entre 23/4 et 42/3 apr. J.-C. Quatre bronzes provinciaux de Tyr aux types rares font l’objet d’une courte étude de Ronde 2008a complétée par Ronde 2008b. Ces notes rappellent combien l’absence de volume du Roman Provincial Coinage pour les monnayages du iiie s. apr. J.-C. est dommageable. Des monnaies de Tibérias figurant Hygie et Asclépios sont datées de Caracalla ou Élagabal par Kushnir-Stein 2009. Une relecture soigneuse met en doute le statut colonial de la cité qui avait été déduit d’une légende COL, en fait mal lue. Un catalogue commenté des monnaies d’époque romaine de Lod est rassemblé par Farhi 2007-2008a. Le même auteur met en évidence des coins communs aux ateliers de Gaza et Raphia au début de l’époque sévérienne (Farhi 2007-2008b).

  • 5 D. Hendin, Guide to Biblical Coins, New York, 1996, p. 175, no 658.
  • 6 L. Mildenberg, The Coinage of the Bar Kokhba War, Arrau/Francfort/Salzburg, 1984.

40Deutsch 2007-2008 revient sur une rarissime monnaie de l’an 1 de la première révolte juive : un deuxième exemplaire publié par D. Hendin est daté de l’an 4 par celui-ci 5. R. Deutsch estime qu’il s’agit en fait d’un faux moderne créé avec un coin faux surfrappant une authentique monnaie ancienne. Hendin 2007-2008b fait connaître une deuxième monnaie au type Judea Capta frappée en Asie Mineure. Chaim Kaufman 2007-2008 ajoute un second complément au catalogue des monnaies de la guerre de Bar Kokhba publié par L. Mildenberg en 1984 6. Fine 2009 s’intéresse à la signification des types monétaires de la révolte de Bar Kokhba et les interprète comme autant de références aux cérémonies lustrales de la fête de Soukkot. Eshel 2007-2008 compare les poids des monnaies de Bar Kokhba frappées d’une harpe est celles portant une lyre et reconstitue les évolutions des modules de ce monnayage. Les deniers à la cruche traditionnellement considérés comme une évocation de la fête des Tabernacles sont réinterprétés par Adler 2007-2008 qui considère que la branche accompagnant le récipient n’est pas une palme mais une branche de saule, allusion à la cérémonie « de la branche de saule » qui avait lieu dans le Temple au moment de la fête des Tabernacles.

41Barkay 2007-2008a publie 13 monnaies nabatéennes inédites d’Obodas III (30-9 av. J.-C.) à Rabbel II (c. 70-106).

Circulation

42Le gros trésor de ‘Isifya, dans la région du mont Carmel — quelque 4 500 tétradrachmes et didrachmes de Tyr enfouis vers 53/4 apr. J.-C. — n’a jamais été publié mais Meir 2008 fait connaître les exemplaires inédits actuellement conservés au Kadman Numismatic Pavilion (Tel Aviv). Ils portent des dates qui n’étaient pas encore attestées. Meir 2009 dresse un catalogue de 107 sheqels tyriens de ce trésor et annonce la publication progressive des 304 exemplaires du trésor que possède cette institution. Gitler 2009a consacre un article aux trente deniers de Judas : monnaies rhodiennes du ive s. conservées comme reliques dans les églises — parce que la couronne radiée d’Hélios ressemble à une couronne d’épines — et faux sheqels fabriqués à la fin du xve s. et au début du xvie s. Les trente vrais « deniers » étaient probablement des sheqels de Tyr, très présents dans les niveaux archéologiques de cette période.

43Deux trésors de la première révolte juive ont été découverts en fouille à Jérusalem et témoignent de l’incendie de la cité en 70 apr. J.-C. Ils sont essentiellement composés de monnaies de l’an 4 de la révolte et ont visiblement été enfouis peu avant la fin de celle-ci (Bijovsky 2009b). Une monnaie portant des contremarques des Ve et Xe légions donne à Gerson 2007-2008 l’occasion de contredire les hypothèses de C. Howgego sur les contremarques de légions en Syrie. Celles-ci dateraient de la première révolte juive.

44Eshel & Porat 2009 (en hébreu) font part de découvertes numismatiques en contexte alors que la plupart des monnaies de la révolte de Bar Kokhba arrivent sur le marché des Antiquités illégalement. Zlotnik 2008 produit une étude comparative des monnaies de Bar Kokhba et d’Aelia Capitolina découvertes dans Jérusalem et conclut que les premières sont en nombre comparativement significatif. L’occupation de la ville par les armées de Bar Kokhba ne peut donc être écartée sur le critère du manque de monnaies à leurs types, argument qui prévalait jusqu’à cet article. Soulignons cependant que le raisonnement s’appuie sur un nombre infime de découvertes dans les deux cas.

45Les monnaies de ʿAkbara, en Galilée, témoignent de l’utilisation des grottes de cette falaise comme refuge durant les différents soulèvements juifs contre Rome (Schivtiel & Zissu 2007-2008). Quelques monnaies trouvées en fouilles — essentiellement des iiie et ive s. — sont signalées par Bijovsky 2008 (Qiryat Ata), Bijovsky & Sokolov 2008 (tombe d’Elqosh, Galilée), Kindler & Gur 2009 (Khirbet es-Suyyagh, Judée), Moorhead 2008 (Tel Jezreel), Newell 2008 (Nysa-Scythopolis), Syon 2008b (Tamra, Galilée), Tal 2008 (Ramla, près de Lod), Vitto 2008a, p. 122, et 2008b (Elqosh, Galilée, un intéressant exemplaire emballé dans une bourse ou un vêtement de lin).

Économie

46Scheidel & Friesen 2009 proposent un essai de quantification de la distribution des revenus et de la taille de l’économie romaine. Bowman & Wilson 2009 livrent une réflexion sur les problèmes posés par la quantification de l’économie romaine. Lönnqvist 2009 rédige une synthèse sur le monnayage du Proche-Orient à la fin de la République et au début de l’empire romain. C’est l’occasion d’une vaste révision de la documentation épigraphique et archéologique. L’ouvrage étudie aussi la composition métallique des monnaies et la rapproche des artefacts en bronze trouvés en Israël. La précédente publication du trésor de Khirbet Qumran par le même auteur fonde une partie des analyses, or cette publication est partiellement erronée, n’étant pas appuyée sur les notes d’H. Seyrig mais sur une reconstitution partiellement fantaisiste. Bransbourg 2008 livre un tableau général de la fiscalité impériale et des finances des cités de l’empire au ive s. fondé sur les textes. Sur le plan monétaire, c’est l’époque où la production explose, inondant les provinces. Cet article offre d’utiles éléments de contextualisation de ce matériel si abondant sur tous les sites archéologiques.

Syrie byzantine

Catalogues

  • 7 W. Hahn, en collab. avec M.Metlich, Money of the Incipient Byzantine Empire (Anastasius I – Justin (...)

47Le catalogue des monnaies byzantines révisé par W. Hahn en 2000 s’interrompait avec le règne de Justinien Ier 7. Hahn & Metlich 2009 se sont à nouveau associés pour le prolonger jusqu’en 610. Les planches très lisibles seront particulièrement utiles pour l’identification des monnaies trouvées en fouilles.

48Les monnayages de transition arabo-byzantins qui avaient fait l’objet de nombreuses études ces dernières années possèdent désormais un catalogue de référence grâce à Foss 2008 qui est majoritairement consacré à la Syrie et, dans une moindre mesure, à l’Égypte. Il comporte aussi un catalogue de la collection de Dumbarton Oaks et une utile section sur les trésors et les monnaies de fouilles qui permet de mieux mesurer la circulation de ces monnaies. Pottier, Schulze & Schulze 2008 révisent le classement et la datation du monnayage pseudo-byzantin en Syrie au début de la domination arabe (638-c. 670).

49La contremarque à l’aigle, appliquée sur de nombreuses monnaies byzantines durant les années 630, est désormais attribuée à la Palestine par Schulze 2009 : son origine égyptienne était fondée sur quelques exemplaires seulement et est contredite par de nouveaux témoignages, nombreux en Palestine. Elle aurait été appliquée sur des bronzes usés pour leur redonner cours à l’occasion du siège de Césarée entre 637 et 640.

Circulation monétaire et économie

50Shahîd 2009 publie l’avant-dernier volume d’une série de neuf ouvrages consacrés à Byzance, Rome et les Arabes, du ive au viie s. Cet opus permet de situer les mutations monétaires dans le contexte économique, social et politique de la fin de l’Antiquité et de l’expansion des Ghassanides en Syrie, du Sinai à la Mésopotamie. Gândilă 2009 fonde une approche globale de la circulation monétaire dans les provinces orientales du début de l’empire byzantin sur les collections de musées et le produit de fouilles archéologiques. Une étude statistique le conduit à la conclusion que les fonds publics de monnaies de cuivre offrent un échantillon représentatif de la production d’origine. L’article aboutit à une comparaison de la circulation monétaire dans les Balkans, l’Anatolie et la Syrie-Palestine, jusqu’à la période d’inflation et de déclin du début du viie s.

51Un trésor de 79 monnaies d’Anastase et de Justinien Ier principalement frappées à Constantinople a été découvert dans les fouilles de Beyrouth (BEY004). Il a été enfoui entre 542/547 et le séisme de juillet 551. Abou Diwan 2008 compare son contenu à celui d’autres trouvailles contemporaines à Beyrouth et au Levant et en tire la conclusion que 60 % de la masse monétaire en circulation seraient composés de monnaies de petit module émises au début du règne d’Anastase, les réformes monétaires suivantes n’ayant pas entraîné d’injection importante de nouveau numéraire. Ses conclusions sont en contradiction avec celles de plusieurs de ses prédécesseurs, soulignant la nécessité qu’il y a d’augmenter le corpus monétaire issu des fouilles pour affiner notre connaissance de la circulation.

52Un lot de 77 bronzes byzantins et arabo-byzantins de Syrie du Nord, dont l’enfouissement est daté des années 660, illustre à nouveau la période de transition qui précède l’introduction des monnaies musulmanes en Syrie en 697 (Morrisson 2009).

53Un ensemble de monnaies des vie et viie s. a été découvert lors de prospections sous-marines dans la baie de Tantura, au sud de Dor (Syon & Galili 2009). Il s’agit de monnaies isolées et d’un trésor de 53 pièces agglomérées, peut-être conservées à bord d’un navire qui aurait coulé durant la première moitié du viie s. : il ne contient aucune monnaie arabo-byzantine et les exemplaires les plus récents seraient de 659-663/4. Des monnaies trouvées en fouilles sont signalées par Bijovsky 2009d (Tel ‘Afar), Bijovsky & Berman 2008 (Tibérias), Kindler & Gur 2009 (Khirbet es-Suyyagh, Judée), Moorhead 2008 (Tel Jezreel), Newell 2008 (Nysa-Scythopolis), Syon 2008b (Tamra, Galilée), Tal 2008 (Ramla, près de Lod).

54Treadwell 2009 explore le monnayage des premières années de la réforme d’Abd el-Malik qui voient l’abandon des types figurés et le passage aux pièces purement épigraphiques, l’atelier de Damas ayant tenu un rôle essentiel dans cette évolution. Des sources écrites témoignant des conditions de cette réforme — les écrits de Rashid al-Din Tabib (1247-1317) — sont signalées par Milstein 2007-2008 qui traduit les extraits utiles.

Haut de page

Bibliographie

Abou Diwan (G.) 2008, « Un trésor monétaire de Beyrouth. A propos de la circulation des monnaies d’Anastase au vie s. », NumChron 168, p. 303-320, pl. 36-42.

Adler (Y.) 2007-2008, « The Temple willow-branch ritual depicted on Bar Kokhba denarii », INJ 16, p. 131-135.

Amandry (M.) & D. Bateson (éd.) 2009, A Survey of Numismatic Research 2002-2007, Glasgow.

Anderson (L.) & P. Van Alfen 2008, « A fourth century B.C.E. hoard from the Near East », AJN 20, p. 155-198, pl. 47-58.

Arnold-Biucchi (C.) 2009, « Imitations of Greek coinages », Amandry & Bateson 2009, p. 132-134.

Bar (M.) 2007, Sylloge nummorum graecorum Belgique. La collection de bronzes grecs de Marc Bar, Bruxelles.

Barag (D.) 2007-2008, « Ptolemaic silver currency of Cyprus in Seleucid Phoenicia and Coele-Syria », INJ 16, p. 28-56.

Barkay (R.) 2007-2008a, « New Nabataean coins », INJ 16, p. 92-99.

Barkay (R.) 2007-2008b, « A new coin of Aristobulus of Armenia Minor », INJ 16, p. 103-104.

Berrol (R.) 2008, « A new variant of a ‘provisional’ Samarian coin », The Celator 22/5 (mai), p. 24-27.

Bijovsky (G.) 2008, « The coins », F. Vitto, « A late third-fourth century CE burial cave on Remez Street, Qiryat Ata », ‘Atiqot 60, p. 158.

Bijovsky (G.) 2009a, « The Levant », Amandry & Bateson 2009, p. 90-103.

Bijovsky (G.) 2009b, « A burning testimony: two bronze hoards from the time of the first Jewish revolt », INR 4, p. 73-81.

Bijovsky (G.) 2009c, « The coins from Or ‘Aqiva (North) », ‘Atiqot 61, p. 75-79.

Bijovsky (G.) 2009d, « The coins from Tel ‘Afar », ‘Atiqot 61, p. 119-122.

Bijovsky (G.) & A. Berman 2008, « The coins », Tiberias: Excavations in the House of the Bronzes, Final Report, 1 (Qedem 48), Jérusalem, p. 63-102.

Bijovsky (G.) & H. Sokolov 2008, « The coins from Elqosh », ‘Atiqot 59, p. 129-130.

Bodzek (J.) 2008, « A note on a Samarian coin-type », INR 3, p. 3-12, pl. 1-2.

Bopearachchi (O.) 2008, « L’apport des surfrappes à la reconstruction de l’histoire des Indo-Grecs », RN 164, p. 245‑268.

Bowman (A. K.) & A. Wilson (éd.) 2009, Quantifying the Roman Economy: Methods and Problems, Oxford.

Bransbourg (G.) 2008, « Fiscalité impériale et finances municipales au ive siècle », Antiquité tardive 16, p. 255-296.

Bricault (L.) dir. 2008, Sylloge Nummorum Religionis Isiacae et Sarapiacae (SNRIS), Paris.

Burrer (F.) & H. Müller (éd.) 2008, Kriegskosten und Kriegsfinanzierung in der Antike, Darmstadt.

Butcher (K.) 2009, « The Euphrates frontier and the civic era of Zeugma », O. Tekin (éd.) en collab. avec A. Erol, Ancient History, Numismatics and Epigraphy in the Mediterranean World. Studies in Memory of Clemens E. Bosch and Sabahat Atlan and in Honour of Nezahat Baydur, Istanbul, p. 81-84.

Buxton (R. F.) 2009, « The Northern Syria 2007 hoard of Athenian owls from the Near East: behavioral aspects », AJN 21, p. 1-27, pl. 1-3.

Callataÿ (F. de) 2008, « La monnaie de compte à l’époque hellénistique : le nécessaire réexamen des textes (en particulier le terme argurion) à la lumière de la documentation numismatique », Annali 54, p. 19-34

Callataÿ (F. de) 2009a, « Armies poorly paied in coins (the Anabasis of the Ten Thousands) and coins for soldiers poorly transformed by the markets (the Hellenistic Thasian-type tetradrachms) in ancient Greece », RBN 155, p. 39-50.

Callataÿ (F. de) 2009b, « Le cabinet des médailles de Bruxelles et les fausses monnaies grecques », RSN 88, p. 289-297.

Chaim Kaufman (J.) 2007-2008, « Additions to the corpus of Leo Mildenberg’s coinage of the Bar Kokhba war », INJ 16, p. 136-139.

Collectif 2009, « Editor’s note », INR 4, p. 5-7.

Dąbrowa (E.) 2008, « The political propaganda of the first Arsacids and its targets (from Arsaces I to Mithradates II », Parthica 10, p. 25-31.

Dahmen (K.) 2009, « Art and iconography », Amandry & Bateson 2009, p. 200-207.

Deutsch (R.) 2007-2008, « The unique prutah from the first year of the Jewish war against Rome: a reassesment », INJ 16, p. 105-108.

Elayi (J.) 2008a, « On dating the reigns of Phoenician kings in the Persian Period », C. Sagona (éd.), Beyond the Homeland: Markers in Phoenician Chronology, Louvain, p. 97-112.

Elayi (J.) 2008b, « Byblos et Sidon : deux modèles de cités phéniciennes à l’époque perse », Transeuphratène 35, p. 97-122.

Elayi (J.) 2009a, « Un nouveau chalque à légende phénicienne aradien ou sidonien (?) », BCEN 46/1, p. 101‑105.

Elayi (J.) 2009b, « Remarques sur une imitation des premières monnaies de Tyr », BSFN 64/10, p. 240-242.

Elayi (A.-G.), J.-N. Barrandon & J. Elayi 2008, « The change of standard of Tyrian silver coinage in about 357 B.C. as determined by fast neutron activation analysis », NumChron 168, p. 15-20.

Elayi (J.) & A. G. Elayi 2009a, The Coinage of the Phoenician City of Tyre in the Persian Period (5th-4th Century BCE), StudPhoen 20, Louvain.

Elayi (J.) & A. G. Elayi 2009b, « Nouveau trésor de Byblos d’après les archives de Henri Seyrig (TLXXXIII) », Transeuphratène 38, p. 65-76.

Elayi (J.) & A. Lemaire 2009, « Le trésor de Byblos TIX », Transeuphratène 38, p. 77-98, pl. IX-XI.

Eshel (H.) 2007-2008, « On harps and lyres: a note on the bronze coinage of the Bar Kokhba administration », INJ 16, p. 118-130.

Eshel (H.) & R. Porat 2009, Refuges Caves of the Bar Kokhba Revolt, 2, Jérusalem. Non vidi.

Farhi (Y.) 2007-2008a, « The coinage of Diospolis (Lod) in the Roman period », INJ 16, p. 140-165.

Farhi (Y.) 2007-2008b, « Die-sharing between Gaza and Raphia in the early Severan period (preliminary report) », INJ 16, p. 166-171.

Faucher (T.), F. Téreygeol, L. Brousseau & A. Arles 2009, « A la recherche des ateliers monétaires grecs : l’apport de l’expérimentation », RN, p. 43-80.

Fine (G. M.) 2009, « Coins of Bar Kokhba: the temple water-drawing ceremony and the holiday of Sukkot », INR 4, p. 83-93.

Fischer (M.) & Z. Gur 2008, « The coin finds from Horbat Mazad », INR 3, p. 95-116.

Fontanille (J.-P.) 2008, « Extreme deterioration and damage on Yehud coin dies », INR 3, p. 29-44.

Fontanille (J.-P.) & C. C. Lorber 2008, « Silver Yehud coins with Greek or pseudo-Greek inscriptions », INR 3, p. 45-49.

Foss (C.) 2008, Arab-Byzantine Coins. An Introduction, with a Catalogue of the Dumbarton Oaks Collection, Washington.

Gândilă (A.) 2009, « Early Byzantine coin circulation in the Eastern provinces: a comparative statistical approach », AJN 21, p. 151-226.

Gerson (S. N.) 2007-2008, « A coin countermarked by two Roman legions », INJ 16, p. 100-102.

Gitler (H.) 2008, « Coins of the fifth and fourth centuries BC », Stager, Schloen & Master 2008, p. 373-384 [= d’après NumChron 156 (1996), p. 1-9]

Gitler (H.) 2009a, « The thirty pieces of silver: a modern numismatic perspective », L. Travaini (éd.), Valori e disvalori simbolici delle monete : i trenta denari di Giuda, Rome, p. 63-78.

Gitler (H.) 2009b, « A Persian period drachm of Judah », Transeuphratène 37, p. 169-170.

Gitler (H.) & Y. Kahanov 2008, « A late Hellenistic coin hoard », Stager, Schloen & Master 2008, p. 385-396.

Gitler (H.) & A. Kushnir-Stein 2009, « A late Hellenistic anonymous ( ?) coin of South Phoenicia », RSN 88, p. 169-172.

Gitler (H.) & C. C. Lorber 2008, « A new chronology for the Yehizkiyah coins of Judah », RSN 87, p. 61-82.

Gitler (H.), M. Ponting & O. Tal 2008, « Metallurgical analysis of southern Palestinian coins of the Persian period », INR 3, p. 13-27.

Gitler (H.), M. Ponting & O. Tal 2009, « Athenian tetradrachms from Tel Mikhal (Israel): a metallurgical perspective », AJN 21, p. 29-49.

Gitler (H.) & O. Tal 2009, « More evidence on the collective mint of Philistia », INR 4, p. 21-37.

Goldstein (I.) & J.-P. Fontanille 2009, « Ten great rarities of Judaean coinage », The Celator 23/8, p. 6-19.

Grünbart (M.) 2009, « Byzanz », Amandry & Bateson 2009, p. 230-250.

Hahn (W.) & M. Metlich 2009, Money of the Incipient Byzantine Empire Continued, Vienne.

Harris (W. V.) éd. 2008, The Monetary Systems of the Greeks and Romans, Oxford.

Hausmann (E.) 2008, Sylloge Nummorum Graecorum Deutschland. Sammlung der Universitätbibliothek Leipzig. 2. Band. Römische Provinzialprägungen, Addenda und Corrigenda zum 1. Band, Munich.

Hendin (D.) 2007, Ancient Scale Weights and Pre-Coinage Currency of the Near East, New York.

Hendin (D.) 2007-2008a, « Numismatic expressions of Hasmonean sovereignty », INJ 16, p. 76-91.

Hendin (D.) 2007-2008b, « A rare Judaea Capta type of Asia Minor », INJ 16, p. 109-111.

Hendin (D.) 2009a, « The metrology of Judaean small bronze coins », AJN 21, p. 105-121.

Hendin (D.) 2009b, « A medallion of Agrippa II », INR 4, p. 57-61.

Hendin (D.) & I. Schachar 2008, « The identity of YNTN on Hasmonean overstruck coins and the chronology of the Alexander Jannaeus types », INR 3, p. 87-94.

Hoover (O. D.) 2008, « Ptolemaic lead coinage in Coele Syria (103-101 B.C.E.) », INR 3, p. 81-85.

Hoover (O. D.) 2009a, Handbook of Syrian Coins: Royal and Civic Issues, Fourth to First Centuries B.C., Lancaster.

Hoover (O. D.) 2009b, « The camels of Natounia », RSN 88, p. 161-168, pl. 12.

Hoover (O. D.) 2009c, « A new Hellenistic lead issue from the Sourthern Levant », INR 4, p. 51-57.

Hoover (O. D.), A. Houghton & P. Veselý 2008, « The silver mint of Damascus under Demetrius III and Antiochus XII (97/6 B.C.-83/2 B.C.) », AJN 20, p. 305-336, pl. 71-80.

Hoover (O. D.) & P. P. Iossif 2009, « A lead tetradrachm of Tyre from the second reign of Demetrius III », NumChron 169, p. 45-50.

Houghton (A.) & D. Hendin 2008, « Defining rarity », The Celator 22/6, p. 28-31, 37.

Houghton (A.), C. C. Lorber & O. D. Hoover 2008, Seleucid Coins. A Comprehensive Catalogue. Part II. Seleucus IV through Antiochus XIII. Vol. I. Introduction, maps, and catalogue Vol. II. Appendices, Indices, and Plates, Lancaster/Londres.

Iossif (P. P.) & C. C. Lorber 2009a, « Celestial imagery on the Eastern coinage of Antiochus IV », Mesopotamia 44, p. 129-146.

Iossif (P. P.) & C. C. Lorber 2009b, « The cult of Helios in the Seleucid East », Topoi 16, p. 19-42.

Kemmers (F.) 2009, « From bronze to silver: coin circulation in the early third century A.D. », RBN 155, p. 143-158.

Kindler (A.) & Z. Gur 2009, « Roman and Byzantine coins », I. Taxel (éd.), Khirbet es-Suyyagh. A Byzantine monastery in the Judaean Shephelah. Salvage Excavation Reports 6, Tel Aviv, p. 172-179.

Kovacs (F. L.) 2008, « Tigranes IV, V, and VI: new attributions », AJN 20, p. 337-350.

Kremydi (S.) 2009, « Roman provincial coinage », Amandry & Bateson 2009, p. 182-195.

Krengel (E.) & C. C. Lorber 2009, « Early Cappadocian tetradrachms in the name of Antiochus VII », NumChron 169, p. 51-104.

Kroll (J. H.) 2009, « Monetary instruments in Antiquity before coinage », Amandry & Bateson 2009, p. 5-8.

Krupp (M.) 2007-2008, « A metallurgical examination of Hasmonean coins », INJ 16, p. 57-76.

Kushnir-Stein (A.) 2008, « Reflection of religious sensitivities on Palestinian city coinage », INR 3, p. 125-136.

2009 « Coins of Tiberias with Asclepius and Hygieia and the question of the city’s colonial status », INR 4, p. 94-108.

Lönnqvist (K.) 2009, New Perspectives on the Roman Coinage on the Eastern Limes in the Late Republican and Imperial Period, Helsinki.

Lorber (C. C.) 2007-2008, « Ptolemaic bronze coinage of Tyre », INJ 16, p. 11-27.

Lorber (C. C.) 2009, « The Ptolemies », Amandry & Bateson 2009, p. 117-124.

McAlee (R.) 2008, « A portrait of Gordian III on a coin of Philip I », The Celator 22/7, p. 28-29.

Ma‘oz (Z. U.) 2008, « Ships on Roman provincial coins in the Southern Levant: voyages on the river Styx », INR 3, p. 147-162.

Meadows (A. R.) 2009, « The eras of Pamphylia and the Seleucid invasions of Asia Minor », AJN 21, p. 51-88.

Meir (C.) 2008, « Tyrian sheqels and half sheqels with unpublished dates from the ‘Isfiya hoard in the Kadman Numismatic Pavilion », INR 3, p. 117-123.

Meir (C.) 2009, « Tyrian sheqels from the ‘Isfiya hoard, part one », INR 4, p. 63-70.

Metcalf (W. E.) 2008, « La numismatique antique dans un pays moderne », BSFN 63/10, p. 214-218.

Miller (R. P.) 2008, « The silver coinage of Seleucia on the Tigris: Seleucus II and Seleucus III, 246-222 B.C. », RSN 87, p. 83-98.

Milstein (R.) 2007-2008, « A new source for the monetary reform of ’Abd al-Malik », INJ 16, p. 172-175.

Mittag (P. F.) & K. Ehling 2009, « Seleukiden », Amandry & Bateson 2009, p. 104-110.

Moorhead (S.) 2008, « The coins from the excavations at Tel Jezreel (Israel) », NumChron 68, p. 453-474.

Morrisson (C.) 2009, « Un lot de monnaies byzantines et arabo-byzantines du Cabinet des Médailles provenant de Syrie », BSFN 64/5, p. 90-95.

Nercessian (Y. T.) 2008, Catalogue of Armenian Coins, Los Angeles.

Nercessian (Y. T.) 2009, Armenian Numismatic Studies 2, Los Angeles.

Newell (E. T.) 2008, « Coins from the excavations at Beisan (Nysa-Scythopolis, Tel Beth Shean): 1929-1935 », AJN 20, p. 1-52, pl. 1-11.

Pottier (H.), I. Schulze & W. Schulze 2008, « Pseudo-Byzantine coinage in Syria under Arab rule (638-c. 670): classification and dating », RBN 154, p. 98-155.

Psoma (S.) 2008, « Numismatic evidence on the Ptolemaic involvement in Thrace during the Second Syrian War », AJN 20, p. 257-263.

Psoma (S.), C. Karadima & D. Terzopoulou 2008, The Coins from Maroneia and the Classical City at Molyvoti: a Contribution to the History of Aegean Thrace (Meletemata 62) Athènes.

Richardson (G. T.) 2009, « Numismatic images of Atargatis: keys to a parody », The Celator 23/10, p. 6-14.

Ronde (A.) 2008a, « Quatre rares “bronzes romains” de Tyr », BSFN 63/4, p. 50-52.

Ronde (A.) 2008b, « Addendum et erratum », BSFN 63/7, p. 151‑152.

Ronde (A.) 2009, « Sur une première frappe de tétradrachmes au nom d’Antiochos IX à Ptolémaïs-Akko », BSFN 64/1, p. 2-4.

Ronen (Y.) 2009, « On the chronology of the Yehud falcon coins », INR 4, p. 39-45.

Rowan (C.) 2009, « Becoming Jupiter: Severus Alexander, the temple of Jupiter Ultor, and Jovian iconography on Roman imperial coinage », AJN 21, p. 123-150.

Royo Martínez (M.), J. J. Moreno y Casanova 2008, Las monedas de bronce del Bajo Imperio (346-408), Madrid.

Sawaya (Z.) 2008, « Les monnaies civiques non datées de Bérytos », NumChron 168, p. 61-110, pl. 13-20.

Sawaya (Z.) 2009, Histoire de Bérytos et d’Héliopolis d’après leurs monnaies, Ier s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C., Beyrouth.

Scheidel (W.) & S. J. Friesen 2009, « The size of the economy and the distribution of income in the Roman empire », JRS 99, p. 61-91.

Schindel (N.) éd., 2008 Sylloge Nummorum Sasanidarum Israel: the Sasanian and Sasanian-Type Coins in the Collections of the Hebrew University, Jerusalem, the Israel Antiquity Authority, Jerusalem, the Israel Museum, Jerusalem, and the Kadman Numismatic Pavilion at the Eretz Israel Museum, Tel Aviv; a Hoard of Late Sasanian Copper Coins from the Eretz Israel Museum, Vienne.

Schivtiel (Y.) & B. Zissu 2007-2008, « Coins from the ‘Akbara and Nahal ‘Amud cliffs », INJ 16, p. 112-117.

Schulze (W.) 2009, « The Byzantine ‘eagle’ countermark – Re-attributed from Egypt to Palestine », INR 4, p. 113-120.

Schwentzel (C.-G.) 2009, « La propagande des princes de Chalcis d’après les monnaies », ZDPV 125, p. 64-75.

Shahîd (I.) 2009, Byzantium and the Arabs in the Sixth Century. Vol. 2 Part. 2: Economic, Social and Cultural History, Washington.

Spaer (A.) 2009, « A note on the Nablus hoard », RSN 88, p. 157-160.

Spring (J.) 2009, Ancient Coin Auction Catalogues 1880-1980, Londres.

Stager (L. E.), J. D. Schloen & D. M. Master (éd.), 2008 The Leon Levy Expedition to Ashkelon. Ashkelon 1. Introduction and Overview (1985-2006), Winona Lake.

Syon (D.) 2008a, « The bronze coinage of Tyre: the first years of autonomy », AJN 20, p. 295-304.

Syon (D.) 2008b, « Coins from Tamra », ‘Atiqot 58, p. 57-58.

Syon (D.) & E. Galili 2009, « Byzantine period bronze coins from the sea at Dor », ‘Atiqot 61, p. 81-94.

Tal (O.) 2008, « The pre-Islamic coins », O. Tal & I. Taxel (éd.), Ramla (South). An Early Islamic Industrial Site and Remains of Previous Periods. Salvage Excavation Reports 5, Tel Aviv, p. 214-218.

Tameanko (M.) 2008, « The temple on mount Garizim », The Celator 22/12 (décembre), p. 6-20.

Travaini (L.) 2009, Valori e disvalori simbolici delle monete : i trenta denari di Giuda, Rome.

Treadwell (L.) 2009, « ’Abd el-Malik’s coinage reforms: the role of the Damascus mint », RN, p. 357-382.

Van Alfen (P. G.) 2008a, « The later fourth century B.C.E. coinage of Issos », AJN 20, p. 199-208, pl. 59.

Van Alfen (P. G.) 2008b, « Curator’s message: digital coin hoards », ANS Magazine 8/2.

Van Alfen (P. G.), M. Almagro-Gorbea & P. P. Ripollès 2008, « A new Celtiberian Hacksilber hoard, c. 200 BCE », AJN 20, p. 265-293.

Vitto (F.) 2008a, « A burial cave from the fourth century CE at Elqosh, Upper Galilee », ‘Atiqot 59, p. 117-127.

Vitto (F.) 2008b, « A coin wrapped in cloth from Elqosh », ‘Atiqot 60, p. 1193-194.

Voulgaridis (G.) 2008, « Some thoughts on mints, monograms and monetary magistrates, two case studies: the mints of ‘Akko-Ptolemais and of Ascalon under the Seleucids », INR 3, p. 65-79.

Wright (N. L.) 2009, « Two new imitative issues from the fifth Syrian war (202-198 B.C.E.) », INR 4, p. 47-50.

Zlotnik (Y.) 2008, « Coin finds and the question of the conquest of Jerusalem by Bar Kokhba », INR 3, p. 137-146.

Haut de page

Notes

1 Le shekel passe de c. 13,56 g à c. 8,77 g.

2 H. Gitler, « New fourth-century BC coins from Ascalon », NumChron 156 (1996), p. 1-9.

3 C.C. Lorber & A.Hougthon, « Cappadocian tetradrachms in the name of Antiochus VII », NumChron166 (2006), p. 49-98.

4 Voir P.-L. Gatier, « Decapolitana », Syria 84 (2007), p. 169-184.

5 D. Hendin, Guide to Biblical Coins, New York, 1996, p. 175, no 658.

6 L. Mildenberg, The Coinage of the Bar Kokhba War, Arrau/Francfort/Salzburg, 1984.

7 W. Hahn, en collab. avec M.Metlich, Money of the Incipient Byzantine Empire (Anastasius I – Justinian I, 491-565), Vienne, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duyrat, « Bibliographie numismatique de la Syrie - V. Périodes achéménide, hellénistique, romaine et byzantine(2008-2009) », Syria, 89 | 2012, 369-383.

Référence électronique

Frédérique Duyrat, « Bibliographie numismatique de la Syrie - V. Périodes achéménide, hellénistique, romaine et byzantine(2008-2009) », Syria [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/1628 ; DOI : 10.4000/syria.1628

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals