Navigation – Plan du site
Articles

Le nomadisme pastoral au Proche-Orient à la fin du Néolithique précéramique  : état de la recherche

Hala Alarashi
p. 83-105

Résumés

La domestication animale apparaît au Proche-Orient vers la fin du IXe et le début du VIIIe millénaire. Selon les données archéologiques, la naissance d’un nouveau mode de vie, le nomadisme pastoral, pourrait alors remonter à la fin du PPNB (fin du VIIe millénaire), dans les régions arides ou semi-arides de Syrie et de Jordanie, peu favorables en principe à des installations sédentaires. Ce mode de vie est caractérisé par une économie de subsistance reposant principalement sur l’élevage des caprinés (moutons, chèvres) et par une forte mobilité de toute la communauté. Le présent travail dresse un inventaire des sites archéologiques dits « campements de pasteurs nomades » et examine leur nature selon des critères archéologiques, ethnographiques et environnementaux. Il rassemble également les modèles et les hypothèses proposés par les archéologues concernant les origines du nomadisme pastoral. À la lumière des résultats disponibles, cet article tente d’évaluer l’état actuel de la recherche et d’identifier les principaux problèmes et contraintes posés par le sujet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Peters et alii 1999.

1Que savons-nous des anciens nomades pasteurs du Proche-Orient  ? Aujourd’hui, les documents historiques sont nombreux pour mener une recherche sur les origines des sociétés bédouines, mais pour les périodes préhistoriques, avant l’invention de l’écriture, nous ne disposons que des données archéologiques. Le nomadisme pastoral devrait trouver ses origines dans une période comprise entre la fin du IXe millénaire (PPNB moyen), lorsque apparaissent les premiers animaux domestiques (chèvre et mouton) dans le Levant Nord (Syrie, Turquie) 1, et la seconde moitié du IIIe millénaire (Bronze ancien), qui correspond aux premiers textes écrits traitant des peuples nomades des steppes de la Syrie et de la Mésopotamie. Nous pouvons essayer de mieux délimiter la période d’émergence de ce mode de vie. En effet, les recherches archéologiques (fouilles et prospections) menées dans les steppes et les régions arides du Proche-Orient ont fourni des données concernant la présence des animaux domestiques à la fin du Néolithique précéramique et au début du Néolithique céramique dans ces milieux particuliers, présence guère attestée dans les périodes précédentes. Ces données suggèrent l’existence de groupes humains vivant de l’économie pastorale et connaissant un certain degré de mobilité. Les origines du nomadisme pastoral au Proche-Orient sont donc à rechercher entre la seconde moitié du VIIe et la fin du VIe millénaire.

  • 2 Sanlaville 1996.
  • 3 Sanlaville 1996; Helmer et alii 1998.

2Le pastoralisme, tel qu’il est connu aujourd’hui, est fondamentalement lié à la présence combinée de l’eau et des pâturages. Si le nomadisme pastoral est rattaché aux milieux arides, c’est que les conditions environnementales qui caractérisent ces milieux nécessitent une forte mobilité des troupeaux et des hommes qui les accompagnent. Dans une grande partie du Proche-Orient couverte d’étendues steppiques ou désertiques, l’essentiel des précipitations annuelles survient en hiver. En dessous d’une certaine limite des pluies annuelles (250 mm), l’agriculture, devenant difficile et risquée, est alors supplantée par le système pastoral. Rappelons que le régime climatique actuel s’est mis en place progressivement au début de l’Holocène, à partir du Xe millénaire 2. Le recul de la steppe arborée, qui couvrait une vaste étendue au nord du Proche-Orient à la fin du Pléistocène, apparaît clairement à la fin du VIIIe millénaire, au PPNB récent et final 3.

3À partir des données archéologiques disponibles, nous donnerons ici un inventaire des sites considérés comme des occupations de pasteurs nomades durant la période en question. Nous présenterons ensuite divers modèles d’interprétation formulés à la lumière des données archéologiques, environnementales et ethnographiques. Trois régions ayant livré des sites néolithiques de la période en question ont été retenues  : la Palmyrène en Syrie, les steppes de la Jordanie et l’ensemble des déserts du Néguev et du Sinaï (fig.1).

Figure 1

Figure 1

Carte des principaux sites mentionnés.

Définitions générales du nomadisme pastoral

  • 4 Chang & Koster 1986.
  • 5 Khazanov 1984.
  • 6 Masanov 1990.
  • 7 Digard 1981, 1990; Cribb 1991.

4En général, le pastoralisme est défini comme un mode de production et un mode de subsistance basés sur l’exploitation des animaux grégaires domestiques, tels que les caprinés (mouton et chèvre) au Proche-Orient 4. Le nomadisme pastoral en est une adaptation économique parmi d’autres. Dans son ouvrage Nomads and the outside World, Khazanov le définit comme une forme distincte d’économie de production alimentaire dans laquelle la majorité de la population est impliquée dans une migration pastorale périodique 5. Dans une approche plus environnementaliste, Masanov 6 décrit les caractéristiques écologiques et climatiques du nomadisme pastoral et retient les paramètres suivants  : de faibles précipitations, un fort ensoleillement, une sécheresse périodique ainsi qu’une biomasse végétale de densité et qualité faibles, une forte sensibilité du sol à l’érosion et une grande sensibilité de l’écosystème aux influences extérieures. Pour lui, l’économie des nomades est dominée par l’élevage en raison de ces conditions naturelles particulières, mais le nomadisme exige simultanément la pratique d’autres formes d’économie complémentaires, non pastorales, comme l’agriculture. Le nomadisme pastoral correspond donc à des réalités écologiques et économiques spécifiques, sans oublier des facteurs d’ordre sociopolitique 7.

  • 8 Cribb 1991.
  • 9 Abdi 2003.
  • 10 Digard 1990; Abdi 2003.

5Pour comprendre les nuances de ce mode de vie, il faut imaginer une échelle théorique dont l’une des extrémités serait le nomadisme «  pur », caractérisé par l’absence totale d’agriculture et d’architecture dans les habitats, et l’autre la vie sédentaire villageoise (fig.2) 8. Entre ces deux points, les formes de pastoralisme varient selon les milieux naturels, la taille du cheptel, le degré de mobilité, l’organisation sociale. Ainsi, on peut distinguer l’élevage villageois, où l’exploitation des animaux domestiques n’est pas la première des priorités économiques et où les villageois sont d’abord et principalement des agriculteurs. Dans le pastoralisme mobile, l’élevage est l’activité économique prédominante pour les villageois. Pour le pastoralisme semi-nomade, l’agriculture est une activité secondaire ou complémentaire alors qu’elle est quasi absente dans le pastoralisme nomade «  pur » 9. Ces types sont connectés et parfois interdépendants. Ils forment des états transitionnels qui dépendent des conditions locales, historiques et environnementales. Enfin, on doit distinguer la transhumance du nomadisme. Pour Digard comme pour Abdi 10, alors que le nomadisme exige le déplacement de la majorité du groupe humain, la transhumance concerne généralement des troupeaux appartenant à des sédentaires et confiés à un nombre réduit de personnes.

Figure 2

Figure 2

Relation théorique entre les modes de subsistance et le degré de mobilité (d’après Cribb 1991).

Contraintes posées par la visibilité archéologique du nomadisme pastoral

6La détermination archéologique d’un mode de vie basé sur l’élevage mobile est une tâche difficile. Les caractéristiques du nomadisme pastoral se traduisent par des indices matériels souvent discrets et éphémères. En effet, les dépôts produits par les nomades sont généralement pauvres et limités en taille. Les couches archéologiques sont peu profondes, ce qui limite leurs chances de survie. De plus, à cause des conditions climatiques dans lesquelles est pratiquée en général cette forme d’activité, les traces et les artefacts archéologiques laissés dans les campements sont généralement mal préservés.

  • 11 Chang & Koster 1986.
  • 12 Hole 1978.

7Face au problème de reconnaissance des sites à occupation temporaire, les archéologues ont recherché des indicateurs pertinents. La majorité des informations concernant la visibilité de ce type de sites provient, d’une part, des recherches archéologiques multidisciplinaires et, d’autre part, des observations ethnographiques. Certains chercheurs 11 ont avancé des propositions concernant la visibilité des implantations «  nomades » lors des prospections archéologiques en prenant en compte tous les sites dans lesquels des activités pastorales peuvent avoir lieu. D’autres 12 ont proposé quelques critères concrets, par exemple la localisation des zones de pâturages saisonnières et des routes de migration où les campements devraient logiquement être installés.

Les données archéologiques

8Rappelons que seuls les sites du Néolithique précéramique ou céramique localisés dans les régions et les steppes arides ou semi-arides du Proche-Orient ont été pris en compte.

La Palmyrène

9Dans la Palmyrène, la cuvette d’El-Kowm est une source importante d’informations. Plusieurs prospections et fouilles ont été menées dans cette zone.

El-Kowm 2-Caracol

  • 13 Stordeur 1989, 2000; Stordeur et alii 1991.
  • 14 Cauvin & Stordeur 1985.
  • 15 Stordeur 2000.
  • 16 Stordeur et alii 1991, 2000.
  • 17 Abbès 2003.

10Le site d’El-Kowm 1 est le plus grand tell de la cuvette d’El-Kowm, repérable de loin dans cette steppe semi-aride (fig.1). Situé dans le prolongement du tell principal, El-Kowm 2-Caracol est une petite élévation qui a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles par l’équipe de la mission El-Kowm-Mureybet sous la direction de D. Stordeur 13. On distingue trois grandes phases d’occupation  : fin du Néolithique précéramique (PPNB final), Néolithique céramique (PNA) et Chalcolithique final d’époque Uruk 14. Les datations obtenues pour les occupations PPNB correspondent à la première moitié du VIIe millénaire 15. L’architecture est présente dans les six niveaux du PPNB final 16. Le matériel lithique (silex) est très abondant, mais ne comprend pas les burins à troncatures concaves considérés comme marqueurs des sites nomades 17. Les échanges sont suggérés par la présence d’obsidienne, de haches polies, d’éléments de parure et de vaisselle en pierre.

  • 18 de Moulins 2000.
  • 19 Anderson 2000.
  • 20 Helmer 2000.
  • 21 Gourichon 2004.

11Des céréales domestiques comme l’engrain, l’amidonnier et le blé dur ont été identifiées dans les assemblages botaniques 18. La pratique d’une agriculture, avec très probable irrigation, est attestée par la présence de résidus de battage et par des éléments de faucilles 19. La faune est caractérisée principalement par les caprinés domestiques, la gazelle, des équidés sauvages, du petit gibier et plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs et locaux. D’après D. Helmer 20, la taille des moutons dans l’assemblage osseux d’El-Kowm 2 est plus petite que celle de Qdeir 1 (cf. infra) malgré leur probable contemporanéité. L’élevage était orienté vers l’exploitation de la viande et des produits laitiers. Les études de la saisonnalité ont pu montrer que les chèvres et les moutons étaient abattus à dates régulières, deux fois par an 21.

Qdeir 1

  • 22 Aurenche & Cauvin 1982 ; Stordeur 1993?; Abbès 2003. Une grande partie des informations est issue d (...)
  • 23 Stordeur & Wattez 1998.
  • 24 Devauges 2001.
  • 25 Abbès, communication personnelle.
  • 26 Stordeur & Wattez 1998.

12Le site de Qdeir 1 se trouve sous une dune bordée par une source artésienne au nord de la cuvette d’El-Kowm (fig.1). Il a fait l’objet de plusieurs sondages et fouilles archéologiques 22. L’occupation principale du site appartient au PPNB final et est datée du milieu du VIIe millénaire. L’étude micromorphologique des sédiments 23 a montré une succession de multiples niveaux d’occupation temporaire séparés par des couches d’origine naturelle dans les aires extérieures ou des couches d’abandon dans les zones d’habitat. Les niveaux sans architecture construite ont livré des traces d’installation sous abris légers, fabriqués en matériaux périssables. Les dernières fouilles menées sous la direction de Fr. Abbès ont atteint une superficie de 500 m² environ. À la lumière des nouveaux résultats et de l’étude spatiale de F.-C. Devauges 24, trois types de zones d’occupation ont été identifiés à Qdeir 1  :
1. Le «  campement », avec de nombreuses traces de structures légères construites en matériaux périssables. Il comprend des tentes (trous de poteaux comme témoins) avec quelques foyers et des aires d’activités extérieures pour la taille du silex et la boucherie. Les emplacements des tentes ont été trouvés non loin des vestiges architecturaux qui pourraient leur être contemporains.
2. Les «  ateliers » de taille du silex présentent deux aspects, l’un stratigraphique, l’autre spatial  : les produits et les déchets de débitage ont été accumulés sans perturbation et de grandes concentrations de silex délimitent de nombreux postes de taille 25.
3. Le «  secteur maison » où ont été trouvés les vestiges architecturaux. Les structures en dur sont construites avec des murs de briques crues, recouverts d’un enduit de plâtre. Les constructions les mieux conservées sont de plan rectangulaire avec des petites cellules, ce qui peut rappeler El-Kowm 2. Les cellules ont vraisemblablement servi au stockage. Dans une maison, au moins 18 épisodes d’occupation ont été distingués par l’étude micromorphologique 26. De plus, des aires de parcage pour les animaux domestiques (présence de fumier brûlé) et des zones de rejet de déchets ont été reconnues.

  • 27 Aurenche & Cauvin 1982 ; Stordeur 1993.
  • 28 Abbès, communication personnelle.
  • 29 Aurenche & Maréchal 1985.
  • 30 Gourichon 2004.

13L’industrie lithique à Qdeir est basée sur un débitage laminaire orienté principalement vers la fabrication des pointes de flèches. Ces dernières ne sont pas très nombreuses malgré la grande concentration de déchets de taille. Les pointes sont relativement grandes et majoritairement de type Byblos. Les burins sont les outils les plus abondants dans le site. Les types prédominants sont, d’une part, les burins transverses et, d’autre part, les burins d’angle sur troncature concave, connus aussi sous le nom de « burins du désert ». Les éléments de faucilles (lames lustrées) représentent un faible pourcentage de l’outillage. En attendant les résultats de l’étude tracéologique, nous ne savons pas si ces outils ont été utilisés pour couper des céréales ou des plantes sauvages. Cet assemblage est assez proche de celui que l’on trouve dans d’autres sites du PPNB final dans la région 27. L’obsidienne à Qdeir 1 n’est pas rare. Son débitage est réalisé par pression. On y trouve quelques éléments de parure. Une seule meule a été trouvée dans les remblais néolithiques 28. Le plâtre était employé à la fois dans l’architecture et pour la fabrication de récipients 29. L’étude des restes fauniques réalisée par D. Helmer et L. Gourichon indique l’élevage des caprinés (mouton et chèvre) et du bœuf 30. Parmi les animaux sauvages, on trouve la gazelle, des équidés, le renard et le lièvre. Les restes de caprinés et de gazelles sont les plus abondants. Cela a été interprété comme une pratique d’élevage accompagnée par une chasse d’appoint. Les études de la saisonnalité ont montré que les activités de subsistance avaient lieu périodiquement, surtout en automne et au printemps. Les restes botaniques sont très mal conservés à cause de la forte salinité du sol. Toutefois, les activités agricoles ne peuvent pas être exclues (présence d’éléments de faucilles).

Umm el-Tlel 2

  • 31 Ce site contient un gisement important du Paléolithique moyen et inférieur (Umm el-Tlel1).
  • 32 Molist & Cauvin 1990.

14Situé au nord de la cuvette d’El-Kowm, dans le village actuel d’Umm el-Tlel (fig.1), ce site fait partie d’un «  tertre de source » de taille assez importante 31. Quatre périodes sont représentées  : Paléolithique supérieur, Épipaléolithique, Néolithique et Romano-byzantin. Sur la pente ouest, les couches néolithiques correspondent à des aires de taille sans architecture, sauf au sommet où des éléments architecturaux présentaient des caractéristiques similaires à ceux d’El-Kowm 2. À l’est, l’occupation est représentée par des ateliers de taille séparés par des sédiments stériles. Au nord, des traces abondantes de cendres et de charbons et du matériel archéologique divers suggèrent une aire de rejet de « poubelles ». Ainsi,pour M. Molist et M.-Cl. Cauvin, il y aurait deux modes d’occupation à Umm el-Tlel, clairement superposés dans la partie ouest. Le premier est caractérisé par des aires de débitage étalées sur une grande surface. Le deuxième, moins grand en superficie, évoque une installation bâtie en dur sur la partie haute de la dune 32.

  • 33 Ibid.
  • 34 Helmer & Saña 1993.

15L’outillage se caractérise par la quasi-absence des éléments de faucille, la rareté des pointes de flèches de type Byblos, la diversité et l’abondance des burins réalisés sur des supports laminaires, et la présence de grattoirs circulaires. Parmi les burins, le type sur troncature concave est faiblement représenté. Les pourcentages du débitage, de l’outillage et des nucléus par rapport à l’ensemble du matériel lithique à Umm el-Tlel 2 sont semblables à ceux de Qdeir 33. La «  vaisselle blanche » et l’industrie osseuse arrivent en second plan. L’étude de la faune indique l’élevage des caprinés (mouton et chèvre) et la chasse de la gazelle 34.

El-Khabra

  • 35 Cauvin 1991a.

16El-Khabra est un site de la cuvette d’El-Kowm (fig.1) considéré comme un «  poste de chasse » 35. Il se trouve au fond d’une sebkha qui recueille les eaux du Jebel Mqaïbara, à 5 km au nord-nord-est d’El-Kowm. En hiver, cette sebkha se transforme en lac  ; en été, à cause de la sécheresse, le fond et les bords se couvrent de sel et de gypse.

  • 36 Ibid.

17Le matériel lithique a été majoritairement trouvé au fond de la dépression. Presque la moitié des pièces retouchées sont des pointes de flèches. Les autres outils comprennent un élément denticulé de faucille type Qdeir et des burins, grattoirs et racloirs. Le débitage et l’outillage rappellent, selon J. Cauvin, l’industrie lithique de Qdeir 1. Il rattache donc ce site au faciès de Qdeir daté du milieu du VIIe millénaire. Seule l’absence des burins sur troncature concave établit une distinction avec les autres sites du même faciès (Qdeir 1, Nadaouiyeh 7). Cependant, le faible nombre d’outils pourrait être responsable de cette absence 36.

Nadaouiyeh 4

  • 37 Cauvin 1981.
  • 38 Aurenche & Cauvin 1982; Cauvin 1982, 1991a.

18Nadaouiyeh 4 se trouve au sud-ouest de l’ensemble de sites découverts dans le bassin de Nadaouiyeh, sur une colline naturelle qui limite le bassin (fig.1). Cette position élevée fait de lui un lieu de contrôle des terres basses qui l’entourent, sachant qu’une distance de 2 km le sépare de Qdeir 1 situé au nord-ouest 37. Aucune datation précise n’a été obtenue, mais la comparaison du matériel archéologique avec celui trouvé dans les sites voisins, notamment Qdeir 1, montre que l’outillage et le débitage trouvés à Nadaouiyeh 4 appartiennent au faciès de Qdeir 1 38.

Nadaouiyeh 7

  • 39 Cauvin 1982.

19La station de Nadaouyieh 7 se trouve à 3 km à l’est de Qdeir (fig.1). Ce site, comme le précédent, est attribué au PPNB final d’après l’examen de son industrie lithique. Les burins sont les outils les plus nombreux. Quatre pointes de flèches ont été trouvées. Les deux éléments de faucille recueillis sont du même type de ceux de Qdeir. La densité du débitage indique, comme à Qdeir, une activité assez forte de la taille du silex sur place. Mis à part des éléments de silex, deux fragments de plâtre ont été ramassés. Il est possible qu’ils proviennent de restes de «  vaisselle blanche » 39. Aucun reste d’architecture n’a été découvert.

  • 40 Akazawa 1979.
  • 41 Ibid.
  • 42 Hours et alii 1994.

20Nous aborderons à présent l’environnement de la ville historique de Palmyre, où des bassins sont très riches en implantations néolithiques, sous forme de sites de plein air. Ces sites étant très peu documentés, on reste donc très limité en matière d’interprétation. Ils ont été signalés par T. Akazawa et son équipe comme des sites d’occupation éphémère datant de la période PPNB. Ils ont été trouvés principalement dans trois zones. Il s’agit du bassin de Douara (sites  : 33, 34, 35, 38, 59, 77 et 78) à l’est de la ville de Palmyre, du Jebel el-Abiad (sites  : 53, 67, 69 et 75) au nord-est, et du bassin même de Palmyre (sites  : 51, 52 et 79) 40. Deux sites parmi eux, d’après T. Akazawa 41, ont un faciès de «  poste de taille ». L’un est le site 35 dans le bassin de Douara et l’autre est le site 79 dans le bassin de Palmyre (fig.1). Les informations archéologiques obtenues pour ces localités n’ont pu malheureusement contribuer à donner une datation culturelle précise. Pour cette raison, ils ont été attribués de façon imprécise à la période chrono-culturelle 3/4 42.

  • 43 Coqueugniot, communication personnelle.
  • 44 Abbès 2003.
  • 45 Ibid.

21Enfin le Jebel el-Khas et le Jebel Bal‘as constituent une région intéressante pour notre recherche grâce à leur situation géographique dans les marges arides entre les steppes de l’est et la façade méditerranéenne à l’ouest. Des missions de prospection sont menées en parallèle dans cette région depuis quelques années  : l’une au nord, dans la montagne d’el-Khas, l’autre dans le Jebel Bal‘as. Le Jebel el-Khas se trouve à l’ouest de la Palmyrène entre la ville d’Alep au nord-est et la ville de Salamiyeh au sud-ouest (fig.1). Cette région montagneuse a été prospectée sous la direction de B. Geyer. Des sites de toutes les périodes ont été repérés, la plupart datant de l’âge du Bronze et de la période byzantine. Des sites de la période PPNB sont également présents, comme le confirme une étude préliminaire de l’industrie lithique recueillie lors de ces prospections 43. La prospection dans le Jebel Bal’as (fig.1) a commencé officiellement en 2003 sous la direction de Fr. Abbès. L’objectif de cette mission est de localiser les gisements de silex dans cette région et de déterminer la qualité de celui-ci comme matière première. La prospection a livré la localisation de 71 gisements de silex dont plusieurs qualités ont pu être distinguées 44. Les outils et les éléments de débitage du silex qui ont été collectés correspondent à plusieurs cultures préhistoriques allant du Paléolithique inférieur jusqu’au Néolithique. Aucune trace de sites de l’horizon PPNA n’a été observée, mais plusieurs pointes de flèches ont été trouvées de manière isolée. Cela fait suggérer à Fr. Abbès que la chasse était probablement une activité menée par les Néolithiques en même temps que l’approvisionnement en matière première. Un seul site en grotte a été localisé par la prospection. À l’entrée de cette grotte, des déchets de débitage de la période PPNB ont été trouvés. Une séquence stratigraphique a été également mise en évidence dans ce site qui a fait l’objet d’une première campagne de fouille en 2005 45. En attendant les résultats des datations et des études archéozoologiques concernant les activités pastorales, la question reste ouverte sur la nature de l’occupation dans cette grotte.

Synthèse

22Pour le Levant Nord, nous avons retenu la région de la Palmyrène (au sens large) comme source principale d’information sur les origines du nomadisme pastoral. D’après la liste des sites qui vient d’être dressée, les premières occupations néolithiques dans cette région remontent au début du VIIe millénaire, c’est-à-dire à la fin du PPNB, après une phase apparente d’abandon. Jusqu’à maintenant, le site de Qdeir 1 a donné la série la mieux documentée sur l’existence de groupes de pasteurs nomades. Le site d’Umm el-Tlel 2 est du même faciès et semble appartenir aussi à des groupes mobiles. Situé dans le même milieu et à la même période, El-Kowm 2 montre une adaptation basée également sur l’élevage mais, à la différence des sites précédents, il s’agit de pasteurs sédentaires et l’agriculture y était importante. Les sites de Nadaouiyeh 4 et 7, dépourvus de datations précises, ont une industrie lithique très semblable, au niveau de la qualité et des pourcentages des outils, à celle de Qdeir 1. Malheureusement, les données sont insuffisantes pour déterminer la nature des occupations de ces sites. Ces derniers sont peut-être à rattacher aux groupes de pasteurs nomades présents dans la région à cette période. D’autres sites néolithiques comme El-Khabra, ceux du bassin de Palmyre et des régions montagneuses du Jebel el-Khas et du Jebel Bal’as sont également problématiques. El-Khabra, par exemple, a été interprété comme un poste de chasse. Les sites 35 et 79 du bassin de Palmyre ont peut-être été utilisés comme postes de taille du silex.

Le Désert Noir

  • 46 Betts 1985, 1993.

23Sous la direction d’A. Betts, plusieurs prospections et campagnes de fouilles ont été réalisées dans le Désert Noir. Un nombre très élevé de sites peut être rattaché au PPNB récent, au PPNB final ou au Néolithique céramique. L’archéologue a pu y distinguer plusieurs catégories générales de sites néolithiques comme les «  sites à burins », les «  sites jellyfish» et les «  kites» 46. À l’exception des «  sites jellyfish », les autres types ont été trouvés également en dehors du Désert Noir.

Dhuweila

  • 47 Betts 1988a.
  • 48 Betts 1985.

24Le site de Dhuweila se trouve en bordure de l’aire de drainage du bassin d’Azraq, à la limite sud-ouest du Désert Noir jordanien 47 (fig.1). Deux phases d’occupation ont été distinguées. La première correspond au PPNB récent (Late PPNB) d’après la datation radiocarbone (8190 ± 60 BP). La deuxième phase correspondrait au Late Neolithic (Néolithique récent). Elle n’a pas été datée, mais se situe probablement vers la fin du VIIe millénaire. Le matériel trouvé à Dhuweila rassemble principalement de l’industrie lithique. Les outils en silex sont dispersés sur les sols et dans les couches d’occupation du PPNB récent et du Late Neolithic. Les assemblages fauniques, étudiés par A. Garrard, de la première phase (PPNB récent) comprennent une forte présence de restes de gazelles, quelques restes d’équidés et de petits animaux. Dans la seconde phase, la faune est similaire, mais contient en plus quelques restes de mouton domestique. Les restes botaniques sont absents dans le site. Les niveaux supérieurs de Dhuweila présentent des similitudes avec les sites syro-palestiniens datant du Néolithique avec céramique. La différence est que la céramique est presque toujours absente dans les sites du Désert Noir. Cette caractéristique est comparable avec la cuvette d’El-Kowm en Syrie. À Dhuweila, seuls quelques morceaux de récipients en céramique grossière rougeâtre ont été recueillis. Le mobilier lourd, fabriqué en pierre ou en basalte, comprend des meules, des pilons et des percuteurs. Comme la parure en os, en pierre et en coquillages, il a été trouvé dans les deux phases d’occupation 48.

Ibn el-Ghazzi

  • 49 Ibid.
  • 50 Betts 1988a.
  • 51 Betts 1985.
  • 52 Betts 1987.
  • 53 Betts 1985, 1987, 1988b.

25Le site d’Ibn el-Ghazzi se trouve au sud du Désert Noir (fig.1), non loin de la frontière avec l’Arabie saoudite. Comme Dhuweila, Ibn el-Ghazzi a subi des perturbations plus récentes et de possibles réutilisations par des bédouins à l’époque romaine 49. Le site est implanté sur un plateau élevé qui domine une dépression peu profonde 50. Trois sondages et une tranchée ont été ouverts. Aucune datation précise n’a été obtenue pour ce site et aucune relation claire n’a pu être établie entre les structures et le matériel trouvé 51. Seule la comparaison typologique de l’industrie lithique et de divers objets a pu donner quelques éléments indirects sur la période d’occupation du site 52. Les sondages ont fourni du matériel lithique comprenant un débitage et un outillage typiques de la culture PPNB de la région et similaire à celui de la phase ancienne de Dhuweila. Comme dans ce dernier site, presque toutes les pointes de flèches sont de type Beidha ou Byblos 53. Il est donc probable que l’occupation d’Ibn el-Ghazzi soit néolithique, bien que cela reste à préciser.

  • 54 Betts 1985.

26Les résultats de l’étude archéobotanique ne sont pas concluants. Les restes fauniques indiquent que la gazelle occupait une place importante dans l’économie de subsistance des habitants du site. Quelques restes de caprinés, de statut indéterminé, et de lièvre ont été trouvés 54.

Jebel Naja

  • 55 Betts 1987.
  • 56 Betts 1985, 1987, 1988b.
  • 57 Betts 1985, 1988b.
  • 58 Betts 1987.

27Le site de Jebel Naja (fig.1) est considéré par A. Betts comme un «  site à burins ». Il est le seul parmi 82 sites à burins dans le Désert Noir à avoir été fouillé 55. Il se situe au sud du Désert Noir, sur un versant abrupt orienté à l’est et protégé ainsi des vents dominants par le bord du plateau basaltique qui domine le wadi Qattafi. Le site est constitué de matériel lithique fortement dispersé à l’intérieur et autour d’un groupe d’enclos et de terrasses dégagées 56. Quatre sondages ont été ouverts. L’épaisseur des couches archéologiques est très faible, y compris au bas du versant. Chaque niveau était rempli par des burins sur troncature et de gros éléments de silex mal travaillés. Un seul sondage a fourni des informations sur les dépôts néolithiques. Trois foyers ont été trouvés dans des niveaux sablonneux et cendreux contenant des esquilles osseuses, du silex et de la parure 57. L’un des foyers a fourni une datation radiocarbone grâce à un fragment du charbon  : 7340 ± 100 BP 58.

  • 59 Betts 1985.

28Les restes fauniques étudiés à Jebel Naja contiennent quatre spécimens de caprinés, dont un de capra et deux de ovis. D’après la morphologie, il est impossible de dire s’il s’agit d’animaux domestiques. Si c’était le cas, le site serait donc PPNB ou de date plus tardive. Deux restes de lièvre et trois de gazelle ont aussi été trouvés 59.

Qasr Burqu’

  • 60 Betts 1987, 1993.
  • 61 Betts et alii 1990.

29Qasr Burqu’ est une petite oasis située au centre de la Badiyat el-Sham (fig.1), sur le versant oriental du plateau basaltique à l’est du Désert Noir en Jordanie. Cette zone ne semble pas avoir été très attrayante pour les hommes préhistoriques. L’occupation néolithique ne commence pas avant le Late Neolithic dans cette région. Les sites à burins sont les plus nombreux pour cette période. Des sites de poste de taille pour la production d’éclats de Jafr ont été découverts au sommet des collines, près des points où émerge le calcaire, et un ou deux d’éclats corticaux typiques ont été trouvés dans des enclos le long du wadi. De nombreux enclos circulaires dont la datation est incertaine ont aussi été repérés au sommet des collines. Presque tous ces sites sont liés au pastoralisme. Des travaux ont suggéré que les sites à burins pouvaient être associés au pastoralisme préhistorique de groupes nomades 60, et il a aussi été proposé que les éclats de Jafr aient été utilisés pour tondre les moutons 61. Cette région est aujourd’hui exploitée de manière extensive par les éleveurs nomades de caprinés. Il n’existe pas de points d’eau permanents, mais l’eau de pluie est recueillie dans des bassins durant la saison humide. L’eau et les pâturages attirent les troupeaux dans les wadis durant l’hiver, le printemps et probablement le début de l’été.

  • 62 Betts et alii 1990; Betts 1993, 1998.

30Des sondages ont été réalisés dans quelques sites néolithiques découverts lors des prospections 62. Nous présentons ici les sites de Burqu’ 03000, 11000, 02000 et 27.

  • 63 Ibid.

31Burqu’ 03000. Le site se trouve à un demi-kilomètre du lac moderne de Qasr Burqu’. De l’architecture y est présente et elle correspond à plusieurs phases d’agrandissement du plan sub-circulaire original. Les dépôts d’occupation sont peu profonds. Ils contiennent des objets de mouture en basalte et très peu de charbon. Les restes de plantes semblent quasi absents tandis que les restes osseux semblent être bien préservés. Au moins la moitié de la faune se compose d’os de caprinés domestiques. La gazelle et le lièvre y sont moins fréquents, et le loup, le chacal, un équidé, le hérisson et la gerboise sont présents. L’industrie est basée sur la production d’éclats. Comme outillage, les burins sur troncature concave sont les plus fréquents. L’assemblage contient des pointes de flèches appartenant au Late Neolithic tel qu’il est connu dans les régions plus à l’ouest. Les perçoirs sont peu nombreux et fabriqués généralement sur des chutes de burins 63.

  • 64 Ibid.

32Burqu’11000. Situé au bord de la plage du lac actuel de Qasr Burqu’, ce site est similaire au précédent au niveau de l’architecture. La faune n’a pas encore été étudiée. L’industrie lithique ressemble aussi à celle de 03000, mais il existe quelques différences entre les outillages des deux sites. Divers artefacts ont été trouvés dans les dépôts, par exemple des perles et des anneaux en pierre, des outils de mouture en basalte et une palette en calcaire cassée 64. Il semble que Burqu’ 11000 appartienne à la fin du VIIe millénaire B.C.

  • 65 Ibid.

33Burqu’02000. Ce site se trouve près du Qasr Burqu’ sur une élévation à l’ouest du lac. Il se compose d’un cairn massif de datation incertaine, sous lequel un campement du Late Neolithic a été découvert. Une fosse-foyer et un morceau de mur en basalte constituent les seuls vestiges d’architecture  ; un petit ensemble d’os et de silex taillé a été découvert à proximité. Un grand nombre de pointes de flèches transverses se trouve parmi les éléments lithiques 65.

  • 66 Betts et alii 1990.

34Burqu’27. Cinq phases de construction 66 ont été identifiées à Burqu’ 27. Deux datations ont été obtenues pour les deux plus anciennes phases. Provenant d’une fosse creusée dans la roche vierge, la première correspond à 7930 ± 80 BP et la deuxième à 7350 ± 80 BP.

  • 67 Betts 1993.

35L’industrie lithique correspond au Late Neolithic. Des pointes de Byblos se trouvent dans les niveaux les plus anciens, alors que des pointes de Nizzanim, d’Herzliya et le type transverse apparaissent dans les niveaux supérieurs. Les burins sur troncature concave se rencontrent dans toute la séquence. Ce site contient des objets exotiques importés comme les parures en coquillage et en pierre 67. La faune est majoritairement composée de chèvres et de moutons dans les niveaux les plus anciens. La gazelle et les équidés ont une présence moins marquée, ce qui indique une chasse d’appoint secondaire par rapport aux activités de l’élevage.

Synthèse

  • 68 Betts 1985, 1993.
  • 69 Betts, communication personnelle.

36Dans le Désert Noir, de nombreux sites datant du Néolithique ont été trouvés lors des prospections. Une typologie des sites a pu être établie par A. Betts 68, mais peu de sites ont été fouillés. Les sites à kites pourraient remonter au PPNB récent d’après les pointes de flèches trouvées à proximité, mais les fouilles de Dhuweila, par exemple, n’ont pas permis de confirmer cette correspondance chronologique. La connexion entre les occupations du site et le kite voisin n’a été démontrée que dans la phase récente, c’est-à-dire au Late Neolithic. Cette phase contient quelques restes de faune domestique, ce qui suppose la présence de l’élevage dans la région à cette période, comme le montrent aussi les fouilles de Jebel Naja et de quelques sites à Qasr Burqu’. Pour ces derniers, il pourrait s’agir des premières traces du nomadisme pastoral à l’est de la Jordanie pour la période du Late Neolithic69. Le site d’Ibn el-Ghazzi semble apparenté à la phase ancienne de Dhuweila, mais les données archéologiques restent difficiles à interpréter.

Le bassin d’Azraq

  • 70 Garrard 1998; Garrard et alii 1988a, 1994.

37Deux zones ont été prospectées et ensuite fouillées. Il s’agit de la dépression centrale d’Azraq (Qa‘ el-Azraq) et de Wadi Jilat (fig.1). La concentration de sources pérennes et de zones humides au centre du bassin d’Azraq témoigne aujourd’hui de l’existence d’un grand lac durant le Pléistocène. À ce jour, le site néolithique d’Azraq 31 est le mieux préservé et le mieux connu par les fouilles 70.

Azraq 31

38Le site de Azraq 31 est localisé à l’ouest du bassin d’Azraq (fig.1). Trois sondages ont été réalisés sur le site. Seule la tranchée 1 ouverte au centre avait livré du matériel archéologique in situ non perturbé. Une séquence relativement complète datée du PPNB et du Néolithique récent a été mise en évidence.

  • 71 Garrard et alii 1988a, 1988b.
  • 72 Garrard et alii 1987.
  • 73 Baird et alii 1992.
  • 74 Garrard et alii 1988a.
  • 75 Baird et alii 1992.

39Une série de foyers superposés, reposant à la base sur un pavé de pierres angulaires en calcaire, a été trouvée. Une seule datation radiocarbone a été obtenue à partir d’un charbon provenant de l’un de ces foyers  : 8350 ± 120 BP 71. L’assemblage lithique d’Azraq 31 semble correspondre, du point de vue typologique, au PPNB récent et/ou au Late Neolithic72. Les pointes incluent des types PPNB, comme celles de Byblos et de Beidha, et des formes du Late Neolithic, comme les petites pointes retouchées par pression sur éclats et les pointes en forme de feuille du type de Herzeliya 73. Les pointes de flèches sont plus fréquentes dans le PPNB que dans le Late Neolithic. Les burins sont communs, surtout dans les niveaux supérieurs, et incluent des burins sur troncature concave 74. Des similitudes ont été soulignées entre l’assemblage lithique des niveaux supérieurs d’Azraq 31 et celui du Late Neolithic de Jilat 13, mais aussi du PPNB particulier de Jilat 26 75.

  • 76 Garrard et alii 1988a.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid.

40L’étude des restes archéobotaniques a révélé des indices de culture de l’orge 76. Il est possible que l’irrigation ait été pratiquée près des marais voisins ou dans la plaine humide, à moins que l’orge ait été apportée d’ailleurs. Des graines de blé nu, de vesces, de gesse et d’autres plantes ont été identifiées. Un grand nombre de restes de cypéracées indique la proximité des marécages. Concernant la faune, les restes osseux déterminés appartiennent majoritairement à la gazelle et, secondairement, aux caprinés, au lièvre, à un équidé, à l’aurochs, au renard, au loup et au chat 77. Les restes de caprinés constituent seulement 12  % de l’assemblage. La morphologie n’a pas permis de déterminer clairement si c’étaient des animaux domestiques ou sauvages. Cependant, puisqu’il n’a pas été trouvé d’autres restes de caprinés, à l’exception de deux fragments isolés, à Wadi Jilat, à Uwaynid (à l’ouest de la dépression d’Azraq) et sur les autres sites néolithiques d’Azraq, les archéozoologues de la région pensent qu’il est très probable que ces animaux étaient domestiques 78. L’avifaune est diversifiée et est représentée surtout par des espèces aquatiques comme le foulque, le busard des roseaux, le râle des marais, la sarcelle d’hiver et le garrot à œil d’or.

Jilat

  • 79 Baird et alii 1992.

41Wadi Jilat se trouve au sud-ouest de la région d’Azraq. Parmi les sites qui ont été fouillés ou sondés dans ce secteur, seuls Jilat 13, Jilat 23, Jilat 24 et Jilat 25 nous intéressent au regard du cadre chronologique choisi dans ce travail. Les occupations de Jilat 7 et Jilat 32, qui correspondent au PPNB ancien et/ou moyen, n’ont livré aucun reste de capriné 79.

  • 80 Garrard et alii 1994.

42Jilat13. Le site de Jilat 13 est implanté sur un promontoire au sud de la gorge du wadi el-Jilat. Trois phases principales du Late Neolithic ont été distinguées. Deux datations radiocarbones provenant du remplissage ancien ont donné les résultats suivants  : 7920 ± 100 BP et 7870 ± 100 BP 80. L’industrie lithique est riche en outillage dont l’élément dominant est le burin sur troncature concave. Plusieurs types de pointes de flèches ont été également trouvés. Le mobilier lourd n’indique pas de fabrication sur le site même. Cependant, les éléments de mouture et de broyage sont rares sur le site.

  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid.

43L’assemblage faunique de ce site est dominé par les restes de caprinés domestiques et les gazelles 81. La proportion entre les chèvres et les moutons est à peu près équivalente. Les équidés et les bovins sont peu représentés, comme les carnivores (renard, loup, chacal, chats), la tortue et les oiseaux. L’étude des graines carbonisées recueillies a permis d’identifier quelques espèces domestiques 82.

  • 83 Betts 1982.
  • 84 Garrard et alii. 1987.
  • 85 Garrard et alii 1988a.

44Jilat23. Le site appartient à la catégorie des sites à burins connue dans le Désert Noir et ailleurs dans les zones arides 83. Il se situe dans la partie nord de la gorge du wadi el-Jilat. Trois petits sondages 84 ont révélé des dépôts d’occupation très pauvres en culture matérielle. Aucune datation radiocarbone n’a pu être obtenue pour Jilat 23. Cependant, A. Garrard l’attribue à la même période que celle de Jebel Naja dans le Désert Noir, c’est-à-dire à la seconde moitié du VIIe millénaire, en se basant sur des similitudes typologiques et techniques. L’assemblage lithique est caractérisé par une forte proportion de burins sur troncature concave. Les éléments de faucilles et les pointes de flèches sont rares, ces dernières sont de petite taille et de type Late Neolithic85.

  • 86 Garrard et alii 1987.

45Jilat24. Ce site, comme le précédent, est un «  site à burins ». Il est localisé au nord de la gorge du wadi el-Jilat et se présente comme un ensemble d’artefacts lithiques éparpillés sur environ 390 m². Le seul élément architectural découvert est un cercle de pierre de quatre mètres de diamètre. Un sondage de deux mètres sur trois, ouvert sur cette terrasse, a livré très peu de matière archéologique 86. Le matériel ressemble, de manière générale, à celui de Jilat 23.

46Jilat25. Ce site se situe au nord de la gorge de wadi el-Jilat. Dans cette zone, une seule structure ovale a été trouvée. Elle contenait 60 cm de dépôts archéologiques parmi lesquels trois phases ont pu être distinguées  : phase du début du Late Neolithic, phase moyenne et phase récente. L’outillage est composé essentiellement de pointes nizzanimiennes.

  • 87 Garrard et alii 1994.

47Parmi les restes d’animaux, les caprinés constituent 59  % du total, dont 16  % identifiés comme du mouton et à peine 1  % de chèvre. Les gazelles représentent seulement 5  %. On a trouvé aussi du renard, du hérisson et de la tortue. Les restes botaniques sont essentiellement des fragments de charbons de bois. La présence de graines de céréales carbonisées n’a pas été précisée 87.

Synthèse

48Dans le bassin d’Azraq, le site d’Azraq 31 semble le plus ancien contenant des restes de caprinés vraisemblablement domestiques. Sa première occupation remonte à la seconde moitié du VIIIe millénaire, c’est-à-dire au PPNB récent. Les traces d’architecture dans les niveaux PPNB et les niveaux du Late Neolithic indiquent la présence de structures circulaires en pierres et de plusieurs foyers. L’élevage était peut-être pratiqué sur ce site, mais c’est la chasse qui semble avoir été la base de la subsistance.

  • 88 Betts 1993.

49À Wadi Jilat, il n’y a apparemment pas de sites datant du PPNB récent. Les sites du Late Neolithic ont des plans architecturaux similaires, généralement circulaires et construits à base de dalles calcaires verticales. D’après la présence des restes de faune domestique et l’ensemble de la culture matérielle, Jilat 13 et Jilat 25 sont des campements de pasteurs. Des activités domestiques et artisanales sont indiquées notamment par des éléments de parure abondants. Cependant, il faut noter que Jilat 25 n’a pas livré d’outillage, contrairement à Jilat 13, mais seulement des pointes de flèches. Enfin, Jilat 23 et Jilat 24 sont des petits sites à burins qui montrent certaines analogies avec Jebel Naja qui, lui, est considéré par A. Betts 88 comme un campement temporaire de pasteurs.

Le Néguev et le Sinaï

  • 89 Bar-Yosef 1982.
  • 90 Goring-Morris & Goldberg 1990.
  • 91 Bar-Yosef 1981.
  • 92 Goring-Morris & Gopher 1983; Gopher et alii 1994.
  • 93 Gopher et alii 1995.

50Le Néguev et le Sinaï sont traités ensemble et brièvement ici parce qu’ils présentent une continuité géographique naturelle. Ils partagent aussi un contexte archéologique similaire dont l’élément caractéristique est l’absence apparente d’économie pastorale dans les sites datant du PPNB récent et du PPNB final, voire dans ceux datant du Néolithique céramique. Certains sites du PPNB récent repérés lors de prospections au sud du Sinaï 89 en 1977 et au sud du Néguev 90 entre 1979 et 1980 ont fait l’objet de fouilles archéologiques avec pour but de rechercher les anciennes traces de sociétés pastorales nomades. Les sites fouillés sont Wadi Jibba I, Wadi Tbeik et Ujrat el-Mehed 91, dans le Sinaï, et Nahal Issaron 92 et Aïn Qadis I, dans le Néguev 93.

51Dans la majorité des sites néolithiques trouvés dans le Sinaï et le Néguev, l’architecture est caractérisée par des structures circulaires dont les murs sont construits avec des dalles verticales en calcaire, en granit ou en grès selon les localités. Dans les sites du PPNB et du Late Neolithic de ces régions, l’industrie lithique est caractérisée par une production laminaire sur nucléus bipolaire. Elle est en général dominée par les pointes de flèches.

  • 94 Bar-Yosef 1981, 1982; Goring-Morris & Gopher 1983; Goring-Morris 1993.
  • 95 Bar-Yosef 1984; Rosen 1988.
  • 96 Ibid.
  • 97 Bar-Yosef 1984.
  • 98 Rosen 2002.

52Les résultats des études fauniques réalisées pour les sites fouillés ont déterminé que les espèces animales étaient sauvages 94. En fait, il faut attendre le IIIe millénaire environ (Bronze ancien) pour pouvoir véritablement parler d’un assemblage faunique à caractère domestique, même si d’autres traces indirectes de l’économie pastorale se manifestent déjà, à travers l’architecture ou certains artefacts, durant le PPNB récent et final 95. L’absence d’animaux domestiques dans les sites du Néguev et du Sinaï durant le PPNB et le Néolithique céramique est confirmée par la présence très forte des pointes de flèches de divers types trouvées dans ces mêmes sites 96. À la lumière de ces données, il a été suggéré que l’économie de subsistance a dû se baser sur d’autres ressources disponibles sans le recours à l’introduction de plantes et animaux domestiques ou à des expériences de domestication des ressources locales durant le Néolithique précéramique 97. Il semble donc que cette région n’ait pas connu le nomadisme pastoral au cours de la période néolithique précéramique et céramique. Cependant, plusieurs auteurs parlent d’une introduction des animaux domestiques entre le Ve et le IIIe millénaire bc. Pour cela, ils se basent sur la présence des couches organiques interprétées comme des fumiers dans certains sites. Ces couches sont un indice direct de la présence de l’élevage durant la période néolithique céramique et chalcolithique 98.

  • 99 Rosen 2002.

53Pour conclure, S. Rosen 99 pense qu’il y a eu au Néguev et au Sinaï une phase de présence de chasseurs-cueilleurs durant le PPNB, suivie par une phase de présence de groupes à la fois chasseurs et éleveurs durant la période de Late Neolithic.

Modèles proposés pour l’apparition du nomadisme pastoral au Proche-Orient

L’émergence du nomadisme pastoral au Levant Nord (Syrie)

  • 100 Cauvin 1991b.
  • 101 Cauvin 1990a, 1997.

54Les régions fertiles du Levant, à partir de PPNB moyen, sont habitées par des membres de sociétés et de cultures sédentaires qui maîtrisent et contrôlent déjà l’agriculture et l’élevage. Ce n’est que dans la seconde moitié du VIIe et au début du VIe millénaire que les agriculteurs-éleveurs néolithiques se dispersent vers l’ouest et à l’est de leur zone d’origine et affrontent le désert syrien 100. Les premiers éleveurs qui ont occupé la cuvette d’El-Kowm semblent être arrivés au PPNB final. Des installations plus anciennes n’ont pas été détectées avec certitude. Pour J. Cauvin 101, les occupants de cette période sont des migrants venus du littoral ou du Moyen Euphrate.

  • 102 Stordeur 1993; Abbès, communication personnelle.
  • 103 Helmer 2000; Gourichon 2004.

55Les traces les plus anciennes et les mieux documentées sur les premiers pasteurs nomades ont été trouvées à Qdeir 1. Sur ce site, beaucoup de témoins d’activités quotidiennes ont pu être mis en évidence grâce à l’étude de la répartition spatiale du matériel archéologique 102. Les traces les plus visibles de ces activités sont celles de la taille de silex dont les déchets de débitage sont éparpillés sur une surface d’environ un hectare. Les fouilles ont révélé quelques vestiges architecturaux, mais ils sont faiblement représentés et sont encore difficiles à interpréter. Cependant, les traces de poteaux trouvées dans des espaces vides correspondent vraisemblablement à des structures légères. D’autres espaces, parfois délimités par des concentrations de silex, permettent d’imaginer des postes de tailleurs installés dans divers endroits du site. Parmi les artefacts, quelques rares objets en os travaillé et quelques éléments de parure ont été recueillis, mais ces objets ne signifient pas forcément une fabrication sur place. En revanche, la forte présence du plâtre sous diverses formes atteste un traitement local de cette matière. Une pendeloque, quelques lamelles et éclats taillés sur le site et quelques nucléus en obsidienne témoignent de relations d’échanges avec l’Anatolie orientale et le sud de la Cappadoce. Quelques scènes de la vie quotidienne ont été observées comme l’association d’outils en silex, notamment des grattoirs, avec des concentrations d’os d’animaux (boucherie  ?). Les foyers sont fréquents. Les études archéozoologiques indiquent la présence majoritaire et très élevée de restes de caprinés domestiques dans l’assemblage faunique. On peut donc penser que ces caprinés ont joué un rôle très important dans la base de subsistance de ces consommateurs. Cependant, les animaux sauvages n’étaient pas exclus (gazelles, équidés) et eux aussi formaient une source d’alimentation complémentaire. Les profils de mortalité des animaux domestiques montrent clairement que ceux-ci étaient destinés à l’exploitation des produits comme la viande, le lait et peut-être le poil 103. Les restes végétaux sont extrêmement pauvres, mais quelques éléments de faucilles à bords lustrés ont pu, même si cela reste à confirmer par la tracéologie, être employés dans le cadre de certaines activités agricoles.

  • 104 Cauvin 1990a.
  • 105 Stordeur 1993.

56À la lumière de ces données, Qdeir 1 a donc été considéré comme un campement de base de pasteurs nomades qui parcouraient la région dès la seconde moitié du VIIe millénaire bc. Pour J. Cauvin 104 comme pour D. Stordeur 105, les facteurs les plus déterminants pour appuyer cette interprétation sont la rareté de l’architecture, la dominance de l’élevage comme stratégie de subsistance et la présence d’objets fabriqués en matériaux d’origine lointaine.

  • 106 Cauvin 1990a, 1990b; Helmer 2000.
  • 107 Cauvin 1990a, 1990b.
  • 108 Molist & Cauvin 1990; Cauvin 1990a, 1990b.
  • 109 Ibid.
  • 110 Cauvin 1982.

57La fin du PPNB montre plusieurs faciès culturels locaux selon les régions. Le site de Qdeir 1 représente un faciès culturel connu seulement dans la région d’El-Kowm. Ce faciès est défini du point de vue de l’industrie lithique par un débitage destiné à une production laminaire, un outillage composé essentiellement de burins dont la majorité est sur troncature concave, et un armement assez performant de pointes de flèches de type Byblos et, moins fréquemment, de type Amuq. L’absence de l’architecture est aussi une caractéristique importante du faciès de Qdeir. Les caprinés domestiques, contrairement aux caprinés d’El-Kowm 2, sont de taille plus grande malgré la contemporanéité et la proximité géographique de ces deux sites 106. Ce faciès a été reconnu dans d’autres sites de la région qui se trouvent les uns à proximité des autres. D’après J. Cauvin 107, certains de ces sites pourraient être des campements de pasteurs nomades ou au moins des postes de taille de silex. Comme nous l’avons vu, Nadaouiyeh 7 est un de ces sites dont la taille du silex, comme à Qdeir 1, semble très importante. Le débitage et l’outillage sont similaires à ceux de Qdeir 1. Pour le site d’Umm el-Tlel 2, les aires de taille, les aires de rejets avec quelques vestiges d’architecture, l’outillage et le débitage lithique, la présence de l’élevage comme activité principale et la présence de l’obsidienne provenant des même sources que celle de Qdeir, sont autant d’indices suggérant un campement de nomades pasteurs 108. J. Cauvin 109 signale aussi un site trouvé dans le Djebel Bishri, près d’une source de montagne, Bir el-‘Aïn Sbai, qui présente les traits stylistiques et quantitatifs de Qdeir 1 pour ce qui concerne l’industrie lithique. Cependant, les pointes de flèches y sont absentes et les burins sont les outils dominants, dont le burin sur troncature concave. Ce site correspond donc à un «  site à burins » comme on en connaît en Jordanie. D’autres sites du même faciès ont été aussi repérés près des gîtes de silex au nord de la cuvette d’El-Kowm et sont probablement des sites d’extraction 110.

  • 111 Cauvin 1991a.
  • 112 Cauvin 1990b.

58Outre le pastoralisme, la chasse jouait un rôle important pour les habitants de la région à la fin du PPNB. Les restes osseux d’animaux sauvages dans les assemblages fauniques en témoignent. Un site a été repéré lors des prospections de J. Cauvin 111 au début des années 1970, El-Khabra. Ce site présente une forte proportion des pointes de flèches à côté d’un outillage varié qui évoque l’équipement assez complet d’un petit groupe de chasseurs. L’auteur a considéré ce site comme un poste de chasse de faciès Qdeir. Partout près des sources de la cuvette d’El-Kowm, des pointes de flèches isolées suggèrent le passage ponctuel de chasseurs du PPNB final. J. Cauvin 112 voit donc dans la diversité des types de sites de faciès Qdeir, dont la majorité sont des campements temporaires, un tissu d’occupation basé sur différentes activités complémentaires. Ces sites ont-ils été fréquentés par des pasteurs nomades ou bien par de petits groupes de personnes (bergers, chasseurs, tailleurs de silex) appartenant à une population de pasteurs sédentaires  ?

  • 113 Stordeur 2000.
  • 114 Stordeur 1993.
  • 115 Cauvin 1990b, p. 46.

59La nature de l’occupation de Qdeir 1 n’a pu être bien expliquée qu’à la lumière des informations fournies par les fouilles d’El-Kowm 2-Caracol, situé à quelques kilomètres au sud. Ce site représente un faciès particulier de la culture du PPNB final, unique dans la région. D’après l’architecture et tout un ensemble de données archéologiques, c’était un village habité par une communauté sédentaire d’agriculteurs et d’éleveurs 113. Il existe des ressemblances entre Qdeir 1 et El-Kowm 2 dans la culture matérielle 114. Des différences au niveau de la faune et de l’architecture sont aussi remarquables entre les deux sites. Ce sont donc des groupes différents et Qdeir 1 n’est pas un campement qui appartient à El-Kowm 2  : «  malgré leur voisinage dans l’espace et le temps et leur commune appartenance à la civilisation PPNB, les habitants d’El-Kowm et ceux de Qdeir n’étaient en rien les deux faces complémentaires d’une unique population agro-pastorale 115 ».

  • 116 Cauvin 1990a.
  • 117 Lees & Bates 1974.
  • 118 Cauvin 1990a.

60Il n’est pas possible de déterminer s’il y a eu des relations entre ces deux sites qui sont en partie contemporains. Cependant, les relations entre nomades et sédentaires sont bien connues ethnographiquement, pour échanger des produits ou pour d’autres aspects, politiques ou économiques. Selon J. Cauvin 116, l’arrivée de migrants venus de régions fertiles s’est traduite par deux stratégies différentes d’adaptation à ce milieu aride  : l’agriculture irriguée à El-Kowm 2 et le nomadisme pastoral à Qdeir 1, et peut-être dans les autres sites de faciès Qdeir. Concernant les sites de postes de chasse comme El-Khabra, J. Cauvin souligne que les nomades chasseurs et les nomades pasteurs sont peut-être les mêmes perçus à deux moments différents de leur existence. L’auteur pense que l’émergence du nomadisme pastoral ne peut pas s’expliquer par l’expulsion des habitants marginaux des villages sédentaires que S. H. Lees et D. G. Bates 117 ont proposée en arguant d’une augmentation démographique, de raisons politiques ou sociales. Pour lui, cette proposition n’est pas assez convaincante pour cette période parce qu’il y a une coïncidence à la fois entre l’émergence de ces nouvelles stratégies et l’expansion des populations d’agriculteurs-éleveurs en dehors de la zone nucléaire où l’agriculture et l’élevage ont démarré. Pour J. Cauvin 118, un nouveau rapport des communautés humaines avec l’espace apparaît durant le VIIe millénaire.

Les premiers pasteurs et la chasse dans l’Est de la Jordanie

  • 119 Betts 1982, 1985, 1988b, 1993, 1998.

61Il semble pour A. Betts 119 que toutes les occupations néolithiques dans le Désert Noir n’aient jamais été permanentes mais plutôt saisonnières. Plusieurs sites ont été identifiés par un ensemble de caractères et ont été regroupés dans des catégories comme les sites à burins, les sites à enclos, les sites à kites, etc.

  • 120 Betts 1993.
  • 121 Betts 1989.
  • 122 Betts, communication personnelle.
  • 123 Betts 1993.
  • 124 Goring-Morris & Gopher 1983; Bar-Yosef 1984.
  • 125 Baird et alii 1992.
  • 126 Betts 1993.

62À partir du début du VIIe millénaire, un changement majeur survient dans les modes d’occupation du terrain dans l’est de la Jordanie avec l’introduction de l’élevage de la chèvre et du mouton. Avec ce changement, des groupes de chasseurs-éleveurs commencent à exploiter les systèmes des wadis du Désert Noir qui offrent des pâturages et de l’eau pour les troupeaux 120. D’après le modèle proposé par A. Betts, le désert profond continuait à être utilisé principalement pour la chasse pendant que les groupes d’éleveurs se déplaçaient autour du massif basaltique. Tandis que les sites du PPNB ancien sont généralement placés dans de bonnes zones près de sources d’eau et de terrains plats, les sites du PPNB récent et du Late Neolithic sont éparpillés plus loin dans la steppe avec des localisations spécifiques 121. L’auteur a constaté que les sites à burins étaient utilisés pendant la saison humide durant laquelle le pâturage est abondant et les points d’eau disponibles à travers la steppe. La grande densité des sites et la faible présence des artefacts suggèrent des occupations courtes et des déplacements réguliers. Les sites localisés près des sources d’eaux permanentes, comportant des structures plus robustes avec du matériel et des artefacts abondants et une puissance stratigraphique importante, suggèrent que la steppe a été utilisée certainement pendant une grande partie de l’année durant laquelle les ressources en eau étaient suffisantes 122. Les types de structures architecturales trouvées dans ces sites sont généralement des unités irrégulières construites avec des murs en pierre sèche ou avec des dalles verticales calées à la base par des pierres 123. Cette technique de construction avec des dalles verticales a été trouvée dans le bassin d’Azraq et dans le Néguev et le Sinaï 124. Elle est connue depuis le PPNB ancien à Wadi Jilat et à l’ouest d’Azraq125 et elle continue dans ces deux régions durant le Néolithique céramique 126.

  • 127 Betts 1993.
  • 128 Betts 1988b.
  • 129 Betts 1987.
  • 130 Betts 1988a.

63L’industrie lithique montre de fortes variations entre les sites, peut-être en fonction des activités. Les sites à burins comme Jebel Naja ont une forte proportion de burins sur troncature concave. En revanche, l’industrie de Burqu’, par exemple, contient une faible proportion de ce type de burin dans l’outillage. À Dhuweila, ce sont surtout des pointes de flèches, des grattoirs et des couteaux, tandis que les burins forment une très petite quantité dans l’assemblage 127. La plupart des sites néolithiques trouvés dans le Désert Noir sont des sites à burins. Nombreux dans la steppe, ils sont typiquement situés dans les abris et sur des terrasses qui dominent les systèmes des wadis qui assurent les besoins hydriques saisonnièrement et qui offrent de bonnes pâtures durant toute l’année 128. A. Betts 129 pense que les sites à burins ont été utilisés essentiellement par des groupes nomades. Ils sont jusqu’à aujourd’hui occupés par les campements des bédouins. Il n’y a pas de preuves directes, mais quelques données indirectes suggèrent que les groupes qui habitaient dans les sites à burins étaient dépendants de l’élevage des moutons et des chèvres. Ils étaient équipés d’un outillage dominé par les burins avec très peu de pointes de projectiles. Cependant, si cette localisation et cette absence de pointes de flèches peuvent refléter le choix de stratégies pastorales, les débris d’occupation sont presque absents et la faune est extrêmement rare et ne permet donc pas de confirmer cette hypothèse 130.

  • 131 Betts et alii 1990.
  • 132 Betts 1987.
  • 133 Betts 1993.
  • 134 Betts 1988b.
  • 135 Betts, communication personnelle.
  • 136 Martin 1999.

64Il existe une grande variété de sites datant du Late Neolithic, comme c’est le cas à Burqu’, à Jebel Naja, Ibn el-Ghazzi et Dhuweila. Le site de Burqu’ 03000, par exemple, montre des activités mixtes de chasse et d’élevage. Il a également livré un nombre important d’éléments de parure clairement associés à des perçoirs sur chutes de burins 131. Jebel Naja est probablement un site de pasteurs d’après sa localisation et les rares restes de faune domestique. Mais l’absence d’architecture suggère que le site a été occupé pour une courte période. Le site d’Ibn el-Ghazzi est un site complexe avec des enclos, une série de grands cairns et un système élaboré de recueil des eaux 132. Dhuweila est principalement un campement de chasse situé dans le désert profond, qui comprend une faune principalement composée de restes de gazelles, un équipement lithique avec beaucoup de pointes de flèches et du mobilier lourd. La profondeur des dépôts d’occupation et le matériel trouvé suggèrent une utilisation relativement longue du site 133. D’après A. Betts 134, même s’il est théoriquement possible que les groupes préhistoriques aient vécu toute l’année dans le Désert Noir, il est peut-être plus probable que ces visites formaient une partie du cycle annuel de leurs déplacements et que les sites étaient surtout visités pour la chasse. D’après les courbes d’abattage de gazelles et de lièvres réalisées par L. Martin, l’exploitation des ressources animales dans certains de ces sites est orientée surtout vers la production de viande 135. L. Martin pense que les steppes arides ont été fréquentées par des groupes néolithiques à la fois chasseurs et éleveurs 136. Ceux-ci n’étaient pas exclusivement des éleveurs, les caprinés ne formant que la moitié de leurs besoins alimentaires, et continuaient à chasser, à cueillir les plantes sauvages et à pratiquer l’agriculture en utilisant les points d’eau saisonniers de la région. Les habitants de ces zones marginales étaient donc relativement mobiles avec des stratégies d’acquisition des ressources orientées vers les conditions locales.

  • 137 Betts 1987, 1988b, 1989; Helms & Betts 1987.

65L’hypothèse d’A. Betts est que le Désert Noir devait être une région privilégiée pour la chasse au Néolithique 137. En effet, la région est très favorable aux stratégies de capture et de chasse des animaux grâce à son relief qui restreint leurs mouvements et grâce à l’abondance des pierres qui pouvaient être utilisées pour la construction de pièges de chasse ou kites qui sont très abondants dans cette zone. La région calcaire voisine ne semble pas offrir de tels avantages.

  • 138 Betts 1989.
  • 139 Bar-Yosef 1984.
  • 140 Betts 1989.

66Ainsi, le fait de ne pas trouver de restes de caprinés domestiques dans la phase ancienne d’occupation de Dhuweila exclut, pour A. Betts 138, l’utilisation du site par des groupes de pasteurs nomades. Comme dans la situation parallèle des régions semi-arides du Sinaï 139, le modèle est presque certainement un cycle de déplacements pour visiter régulièrement certaines localités et réutiliser les structures déjà existantes. L’auteur postule que Dhuweila a été occupé saisonnièrement, probablement à la fin de l’hiver, au printemps et au début de l’été par des groupes préhistoriques qui circulaient dans la région du Désert Noir pour chasser les gazelles. Cela peut peut-être expliquer que les cabanes étaient bien construites afin de pouvoir les utiliser durant la saison du printemps quand l’eau est disponible et quand les nouveaux pâturages attirent le gibier. Les seuls points d’eau dans cette région sont des bassins d’eau de pluie peu profonds dans les lits des wadis et la plupart des kites sont construits à proximité 140.

  • 141 Helms & Betts 1987.
  • 142 Echallier & Braemer 1995.

67Pour S. Helms et A. Betts 141, les kites du secteur de Dhuweila forment une partie de très grands systèmes qui ont fonctionné durant toute la période néolithique et qui seraient restés en fonction jusqu’à une date assez récente. Cependant, nous devons noter ici que ce modèle a été critiqué par J.-Cl. échallier et Fr. Braemer 142. Pour revenir à l’hypothèse d’A. Betts, la chasse dans le Désert Noir par des groupes néolithiques est une adaptation nouvelle et très spécifique qui a pu avoir des racines dans des périodes plus anciennes, mais qui semble s’être développée à cette époque. Cette adaptation se focalise sur l’exploitation des gazelles grâce à des techniques de rabattage en masse utilisant les kites du désert.

  • 143 Betts 1989.
  • 144 Ibid.
  • 145 Betts 1988a.
  • 146 Betts 1989.

68A. Betts 143 rappelle qu’un site comme Azraq 31 pouvait être occupé durant la saison sèche et sa localisation près des marécages pouvait supporter les besoins des habitants durant toute l’année. Les sites du wadi el-Jilat ont pu aussi être habités durant une grande partie de l’année grâce à la gorge de Jilat. Alternativement, des groupes ont pu se rendre aussi dans les marges steppiques ou forestières ou se retirer vers les collines plus humides du Jebel Druze durant la saison sèche 144. Cependant, les différences entre Dhuweila et les sites à burins de la même période indiquent peut-être qu’il y avait plusieurs populations avec des bases de subsistance assez diversifiées ou des pratiques culturelles distinctes 145. A. Betts 146 mentionne un parallèle moderne pour servir d’argument  : l’existence des Solubba, une population de chasseurs à l’arc et de cueilleurs nomades qui vivaient toute l’année dans les steppes sèches du Désert Noir jusqu’à récemment. Ces groupes vivaient en interaction avec les bédouins dans la même région. L’auteur pense que les groupes néolithiques du Désert Noir représentaient des populations séparées qui passaient la majorité de leur temps dans les steppes arides ou à l’interface de la steppe humide/aride. Par exemple, les groupes qui utilisaient les sites du wadi el-Jilat et d’Azraq pouvaient appartenir à une population qui exploitait la région intermédiaire entre le désert profond et les zones favorables habitées par les populations sédentaires. Les contacts avec ces populations ont pu favoriser l’introduction des céréales et des caprinés domestiques dans les régions steppiques à la fin du PPNB.

  • 147 Baird et alii 1992.

69Pour le moment, les traces les plus anciennes du pastoralisme dans l’Est de la Jordanie ont été trouvées dans le bassin d’Azraq, sur le site d’Azraq 31. Des restes de caprinés ont été découverts dans les niveaux profonds qui datent du PPNB récent. La datation radiocarbone unique est de 8350 ± 120 BP, c’est-à-dire entre 7600 et 7050 avant J.-C. en datation calibrée. En théorie, si ce site était habité par des groupes saisonniers, ce serait donc la plus ancienne date pour le nomadisme pastoral au Proche-Orient. Cependant, l’assemblage faunique dans les niveaux PPNB d’Azraq contient majoritairement de la faune sauvage (gazelles, équidés, aurochs) et il n’y a pas d’architecture in situ. Les données les plus claires concernant le pastoralisme sont dans les couches du Late Neolithic qui sont contemporaines de nombreux sites à burins trouvés à Wadi Jilat et dans le Désert Noir. Pour les fouilleurs d’Azraq 31, le site pourrait être un exemple d’une station occupée de façon relativement permanente dans le modèle de l’exploitation mobile de la steppe 147.

70L’hypothèse formulée par A. Betts concernant les sites de la steppe du nord de l’Arabie rejoint sur un certain point celle de J. Cauvin pour la cuvette d’El-Kowm – elle parle en effet d’un système d’adaptation («  multi-resources system ») où la variété, l’adaptabilité et le choix permettent la survie dans un environnement relativement marginal –, à la différence que, pour elle, la chasse y joue un rôle prépondérant par rapport à l’élevage.

Conclusion

71L’émergence la plus précoce du nomadisme pastoral semble être un phénomène à rattacher au Levant Nord. Qdeir 1 est le site le mieux documenté grâce aux analyses micromorphologiques, études spatiales, archéozoologiques et de la saisonnalité. Aujourd’hui, cet ensemble de disciplines fournit une base solide pour considérer Qdeir 1 comme un site de pasteurs nomades et confirme aussi l’hypothèse initiale avancée par J. Cauvin et son équipe. Rappelons que ce site n’est pas loin de la zone centrale ou «  nucléaire », comme le Moyen Euphrate, où l’agriculture et particulièrement l’élevage sont nés et se sont développés avant de se généraliser à toutes les régions fertiles du Proche-Orient vers la fin du PPNB, c’est-à-dire vers la seconde moitié du VIIe millénaire.

72Dans le Levant Sud, le nomadisme pastoral n’a pas donné d’indices d’existence assez solides à cause d’un manque d’études multidisciplinaires publiées et de la difficulté de détermination des espèces domestiques, comme c’est le cas du Désert Noir et du bassin d’Azraq. Au PPNB récent, le site de Azraq 31 a fourni un très faible nombre de restes de caprinés qui pourraient être domestiques et, donc, représenter les plus anciennes traces d’élevage dans les régions arides. Cependant, comme il y a des doutes, les auteurs travaillant dans cette région n’ont jamais conclu à l’existence de pasteurs nomades à cette période.

73Par ailleurs, plusieurs voies de recherches ont été développées afin de trouver des pistes capables d’attester la présence d’activités à la fois pastorales et nomades. À propos de cette question, de nouvelles méthodes commencent à être de plus en plus performantes et utilisées. Ainsi, l’analyse des isotopes contenus dans les os et les dents d’animaux peuvent donner des informations sur la nature des pâturages exploités et donc sur les distances qui ont été parcourues par les troupeaux. L’étude des saisons d’abattage des animaux permet aussi d’établir un calendrier des activités économiques et de déterminer la période d’occupation d’un site. Les analyses micromorphologiques peuvent aider à identifier la nature des occupations et en particulier reconnaître le passage des animaux domestiques par la présence de coprolithes. Enfin, les études typologiques et technologiques ainsi que la tracéologie sont des disciplines à prendre en compte pour mieux comprendre la culture matérielle (silex, céramique, mobilier lourd, parure, industrie osseuse, etc.).

Haut de page

Bibliographie

Abbès (Fr.) 2003 Les outillages néolithiques en Syrie du Nord, Méthode de débitage et gestion laminaire durant le PPNB, BAR Int. Series 1150, Oxford.

Abdi (K.) 2003 «  The Early Development of Pastoralism in the Central Zagros Mountains », Journal of World Prehistory, 17, 4, p. 395-448.

Akazawa (T.) 1979 «  Prehistoric Occurrences and Chronology in Palmyra Basin », dans K.  Hanihara & T.  Akazawa éd., Paleolithic Site of Douara Cave and Palaeogeography of Palmyra Basin in Syria, Tokyo, University of Tokyo Bulletin, 16, p. 201-220.

Anderson (P. C.) 2000 «  Technologie agricole et artisanat à El-Kowm 2  : l’apport des microtraces d’utilisation sur des outils en silex », dans D.  Stordeur éd., El-Kowm 2. Une île dans le désert, Paris, CNRS Éditions, p. 179-196.

Aurenche (O.) & M.-Cl.  Cauvin 1982 «  Qdeir 1, campagne 1980. Une installation néolithique du VIIe millénaire », Cahiers de l’Euphrate, 3, p. 51-77.

Aurenche (O.) & C.  Maréchal 1985 «  Note sur la fabrication actuelle du plâtre à Qdeir (Syrie) », Cahiers de l’Euphrate, 4, p. 221-223.

Baird (D.), A.  Garrard, L.  Martin & K. Wright 1992 «  Prehistoric Environment and Settlement in the Azraq Basin: An Interim Report on the 1989 Excavation Season », Levant, 24, p. 1-31.

Bar-Yosef (O.) 1981 «  Neolithic Sites in Sinai », dans F.  Wolfgang & H.-P.  Uerpmann éd., Contributions to the Environmental History of Southwest Asia, Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe A, 8, p. 217-235.

Bar-Yosef (O.) 1982 «  Pre-Pottery Neolithic Sites in Southern Sinai », Biblical Archaeologist, 45/1, p. 9-12.

Bar-Yosef (O.) 1984 «  Seasonality among Neolithic Hunter-gatherers in Southern Sinai », dans C.  Grigson & J.  Clutton-Brock éd., Animals and Archaeology. 3. Early Herders and their Flocks, Oxford, BAR Int. Series 202, p. 145-160.

Betts (A. V. G.) 1982 «  Prehistoric Sites at Qa’a Mejalla, Eastern Jordan », Levant, 14, p. 1-34.

Betts (A. V. G.) 1985 «  Black Desert Survey, Jordan : Third Preliminary Report », Levant, 17, p. 29-52.

Betts (A. V. G.) 1987 «  Recent Discoveries Relating to the Neolithic Periods in Eastern Jordan », dans A. Hadidi éd., Studies in the History and Archaeology of Jordan, III, Amman, Department of Antiquities, p. 225-230.

Betts (A. V. G.) 1988a «  1986 Excavation at Dhuweila, Eastern Jor-dan: A Preliminary Report », Levant, 20, p. 7‑21.

Betts (A. V. G.) 1988b «  The Black Desert Survey. Prehistoric Sites and Subsistence Strategies in Eastern Jordan », dans A. N. Garrard & H. G. Gebel éd., The Prehistory of Jordan. The State of Research in 1986, Oxford, BAR Int. Series 396, p. 369‑391.

Betts (A. V. G.) 1989 «  The Pre-Pottery Neolithic B Period in Eastern Jordan », Paléorient, 15/1, p. 147-153.

Betts (A. V. G.) 1993 «  The Neolithic Sequence in the East Jordan Badia. A Preliminary Overview », Paléorient, 19/1, p. 43-53.

Betts (A. V. G.) 1998 «  Holocene Cultural Ecology and Environments of the North-Eastern Badia », dans O. H. Donald éd., The Prehistoric Archaeology of Jordan, Oxford, BAR Int. Series 705, p. 149-161.

Betts (A. V. G.), S. Helms, W. Lancaster, E. Jones, A. Lupton, L. Martin & F. Matsaert 1990 «  The Burqu’/Ruweishid Project: Preliminary Report on the 1988 Field Season », Levant, 22, p. 1-20.

Cauvin (J.) 1981 «  L’occupation néolithique de la région d’El-Kowm  : Résultats 1978-1979 », dans J.  Cauvin & P.  Sanlaville éd., Préhistoire du Levant, Lyon, Colloque CNRS 598, p. 471-483.

Cauvin (J.) 1982 «  Nouvelles stations néolithiques dans la Cuvette d’El-Kowm », Cahiers de l’Euphrate, 3, p. 79-91.

Cauvin (J.) 1990a «  Les origines préhistoriques du noma-disme pastoral dans les pays du Levant  : le cas de l’oasis d’El-Kowm (Syrie) », dans H.‑P.  Francfort éd., Nomades et sédentaires en Asie centrale  : apports de l’archéologie et de l’ethnologie, Paris, CNRS Éditions, p. 67-78.

Cauvin (J.) 1990b «  Nomadisme néolithique en zone aride  : l’oasis d’El-Kowm (Syrie) », dans P.  Matthiae, M.  Van Loon & H. Weiss éd., Resurrecting the Past, Nederlands Historisch-Archaeologisch Instituut te Istanbul, p. 41-47.

Cauvin (J.) 1991a «  El-Khabra  : un poste de chasse néolithique du PPNB final de faciès Qdeir (oasis d’El-Kowm, Syrie) », Cahiers de l’Euphrate, 5-6, p. 47-53.

Cauvin (J.) 1991b «  L’occupation préhistorique du désert syrien. Nouvelles recherches dans la cuvette d’El-Kowm (1984-1989) », Annales archéologiques arabes syriennes, 35, p. 51‑65.

Cauvin (J.) 1997 Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. La révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS Éditions, Collection Empreintes (1e éd. en 1994).

Cauvin (J.) & D.  Stordeur 1985 «  Une occupation d’époque Uruk en Palmyrène  : le niveau supérieur d’El-Kowm 2-Caracol », Cahiers de l’Euphrate, 4, p. 191-206.

Chang (C.) & H. A.  Koster 1986 «  Beyond Bones: Toward an Archaeology of Pastoralism », Advances in Archaeological Method and Theory, 9, p. 98-148.

Cribb (R.) 1991 Nomads in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

De Moulins (D.) 2000 «  Les restes de plantes carbonisées d’El-Kowm 2 », dans D.  Stordeur éd., El-Kowm 2. Une île dans le désert, Paris, CNRS Éditions, p. 281-299.

Devauges (F.-C.) 2001 Analyse spatiale en contexte stratigraphique du site néolithique de Qdeir (Syrie), Mémoire de Maîtrise de l’Université de Paris I.

Digard (J.-P.) 1981 Techniques des nomades baxtyâri d’Iran, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Digard (J.-P.) 1990 L’Homme et les animaux domestiques  : anthropologie d’une passion, Paris, Fayard.

Echallier (J.-C.) & Fr. Braemer 1995 «  Nature et fonctions des “desert kites”  : données et hypothèses nouvelles », Paléorient, 21/1, p. 35-63.

Garrard (A. N.) 1998 «  Environmental and Cultural Adaptation in the Azraq Basin », dans O. H. Donald éd., The Prehistoric Archaeology of Jordan, Oxford, BAR Int. Series 705, p. 139-148.

Garrard (A.N.), A.  Betts, B.  Byrd & C.  Hunt 1987 «  Prehistoric Environment and Settlement in Azraq Basin: an Interim Report on the 1985 Excavation Season », Levant, 17, p. 1-28.

Garrard (A.N.), A.  Betts, B.  Byrd & C.  Hunt 1988a «  Summary of Palaeoenvironmental and Prehistoric Investigations in the Azraq Basin », dans A. N.  Garrard & H. G.  Gebel éd., The Prehistory of Jordan. The State of Research in 1986, Oxford, BAR Int. Series 396, p. 311‑337.

Garrard (A. N.), A.  Betts, B.  Byrd & R.  Montague 1988b «  Environment and Subsistence during the Late Pleistocene and Early Holocene in the Azraq Basin », Paléorient, 14/2, p. 40-49.

Garrard (A. N.), D.  Baird, S.  Colledge, L.  Martin & K.  Wright 1994 «  Prehistoric Environment and Settlement in the Azraq Basin: an Interim Report on the 1987 and 1988 Excavation Seasons », Levant, 26, p. 73-109.

Gopher (A.), A. N.  Goring-Morris & D.  Gordon 1994 «  Nahal Issaron. The Lithics of the Later PPNB Occupation », dans H. G.  Gebel & S. K.  Kozlowski éd., Neolithic Chipped Lithic Industries of the Fertile Crescent, Berlin, Ex oriente, SENEPSE 1, p. 479-494.

Gopher (A.), A.N.  Goring-Morris & S.A.  Rosen 1995 «  Ein Qadis I: a Pre-Pottery Neolithic B occupation in Eastern Sinai », ‘Atiqot, 27, p. 15-33.

Goring-Morris (A. N.) 1993 «  From Foraging to Herding in the Negev and Sinai : the Early to Late Neolithic Transition », Paléorient, 19/1, p. 63-87.

Goring-Morris (A. N.) & P.  Goldberg 1990 «  Late Quaternary Dune Incursions in the Southern Levant : Archaeology, Chronology and Palaeoenvironments », Quaternary International, 5, p. 115-137.

Goring-Morris (A. N.) & A.  Gopher 1983 «  Nahal Issaron : A Neolithic Settlement in the Southern Negev », Israel Exploration Journal, 33, p. 149-162.

Gourichon (L.) 2004 Faune et saisonnalité  : l’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Épipaléolithique et le Néolithique précéramique du Levant Nord (Syrie), Thèse de doctorat, Lyon, Université Lumière-Lyon 2.

Helmer (D.) 2000 «  Étude de la faune mammalienne d’El-Kowm 2 (Syrie) », dans D.  Stordeur éd., El-Kowm 2. Une île dans le désert, Paris, CNRS Éditions, p. 233-264.

Helmer (D.), V.  Roitel, M.  Saña Seguí & G.  Willcox 1998 «  Interprétations environnementales des données archéozoologiques et archéobotaniques en Syrie du Nord de 16000 BP à 7000 BP, et les débuts de la domestication des plantes et des animaux », dans M.  Fortin & O.  Aurenche éd., Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (Xe-IIe millénaires av. J-C.), Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient 28, p. 9-33.

Helmer (D.) & M.  Saña 1993 «  Étude de la faune PPNB d’Umm El-Tlel (El-Kowm, Syrie). Fouilles M.  Molist », Cahiers de l’Euphrate, 7, p. 93-105.

Helms (S.) & A.  Betts 1987 «  The desert “kites” of the Badiyat esh-Sham and North Arabia », Paléorient, 13/1, p. 41-67.

Hole (F.) 1978 «  Pastoral nomadism in western Iran », dans R. A.  Gould éd., Explorations in Ethnoarchaeology, Albuquerque, University of New Mexico Press, p. 127-167.

Hours (F.), O.  Aurenche, J.  Cauvin, M.-Cl.  Cauvin, L.  Copeland & P.  Sanlaville 1994 Atlas des sites du Proche-Orient, Lyon, Paris, Maison de l’Orient et Diffusion de Boccard.

Khazanov (A. M.) 1984 Nomads and the Outside World, Cambridge, Cambridge University Press.

Lees (S. H.) & D. G.  Bates 1974 «  The Origins of Specialized Nomadic Pastoralism: a Systematic Model », American Antiquity, 39/2, p. 187-193.

Martin (L.) 1999 «  Mammal Remains from the Eastern Jordanian Neolithic and the Nature of Caprine Herding in the Steppe », Paléorient, 25/2, p. 87-104.

Masanov (N. E.) 1990 «  La dispersion comme loi générale de l’activité de la société nomade », dans H.-P.  Francfort éd., Nomades et Sédentaires en Asie centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie, Paris, CNRS Éditions, p. 193-203.

Molist (M.) & M.-Cl.  Cauvin 1990 «  Une nouvelle séquence stratigraphique pour la préhistoire en Syrie semi-désertique », Paléorient, 16/2, p. 55-63.

Peters (J.), D.  Helmer, A.  von den Driesch & M.  Saña Seguí 1999 «  Early Animal Husbandry in the Northern Levant », Paléorient, 25/2, p. 27-47.

Rosen (S. A.) 1988 «  Notes on the Origins of Pastoral Nomadism : A Case Study from of the Negev and Sinai », Current Anthropology, 29/3, p. 498-506.

Rosen (S. A.) 2002 «  The Evolution of Pastoral Nomadic Systems in the Southern Levantine periphery », dans E. van den Brink & E. Yannai éd., In Quest of Ancient Settlements and Landscapes. Archaeological Studies in honour of Ram Gophna, Tel Aviv, Ramot Publishing, p. 23-44.

Sanlaville (P.) 1996 «  Changements climatiques dans la région levantine à la fin du Pléistocène supérieur et au début de l’Holocène. Leurs relations avec l’évolution des sociétés humaines », Paléorient, 22/1, p. 7-30.

Stordeur (D.) 1989 «  El-Kowm 2-Caracol et le PPNB », Paléorient, 15/1, p. 102-110.

Stordeur (D.) 1993 «  Sédentaires et nomades du PPNB final dans le désert de Palmyre (Syrie) », Paléorient, 19/1, p. 187-204.

Stordeur (D.) éd. 2000 El-Kowm 2. Une île dans le désert. La fin du Néolithique précéramique dans la steppe syrienne, Paris, CNRS Éditions.

Stordeur (D.), M.  Maréchal & M. Molist 1991 «  Stratigraphie générale du tell néolithique d’El-Kowm 2-Caracol (Syrie) », Cahiers de l’Euphrate, 5-6, p. 33-46.

Stordeur (D.), M.  Maréchal & M.  Molist 2000 «  Les données architecturales. Matériaux et types de constructions, aménagements domestiques », dans D.  Stordeur éd., El-Kowm 2. Une île dans le désert, Paris, CNRS Éditions, p. 37-51.

Stordeur (D.) & J.  Wattez 1998 «  À la recherche de nouvelles clés. Étude géoarchéologique à Qdeir 1, PPNB final, désert syrien », Cahiers de l’Euphrate, 8, p. 115-138.

Haut de page

Notes

1 Peters et alii 1999.

2 Sanlaville 1996.

3 Sanlaville 1996; Helmer et alii 1998.

4 Chang & Koster 1986.

5 Khazanov 1984.

6 Masanov 1990.

7 Digard 1981, 1990; Cribb 1991.

8 Cribb 1991.

9 Abdi 2003.

10 Digard 1990; Abdi 2003.

11 Chang & Koster 1986.

12 Hole 1978.

13 Stordeur 1989, 2000; Stordeur et alii 1991.

14 Cauvin & Stordeur 1985.

15 Stordeur 2000.

16 Stordeur et alii 1991, 2000.

17 Abbès 2003.

18 de Moulins 2000.

19 Anderson 2000.

20 Helmer 2000.

21 Gourichon 2004.

22 Aurenche & Cauvin 1982 ; Stordeur 1993?; Abbès 2003. Une grande partie des informations est issue des rapports de fouilles inédits de Frédéric Abbès destinés à la Direction Générale des Antiquités de Damas durant les années 1999, 2001 et 2002.

23 Stordeur & Wattez 1998.

24 Devauges 2001.

25 Abbès, communication personnelle.

26 Stordeur & Wattez 1998.

27 Aurenche & Cauvin 1982 ; Stordeur 1993.

28 Abbès, communication personnelle.

29 Aurenche & Maréchal 1985.

30 Gourichon 2004.

31 Ce site contient un gisement important du Paléolithique moyen et inférieur (Umm el-Tlel1).

32 Molist & Cauvin 1990.

33 Ibid.

34 Helmer & Saña 1993.

35 Cauvin 1991a.

36 Ibid.

37 Cauvin 1981.

38 Aurenche & Cauvin 1982; Cauvin 1982, 1991a.

39 Cauvin 1982.

40 Akazawa 1979.

41 Ibid.

42 Hours et alii 1994.

43 Coqueugniot, communication personnelle.

44 Abbès 2003.

45 Ibid.

46 Betts 1985, 1993.

47 Betts 1988a.

48 Betts 1985.

49 Ibid.

50 Betts 1988a.

51 Betts 1985.

52 Betts 1987.

53 Betts 1985, 1987, 1988b.

54 Betts 1985.

55 Betts 1987.

56 Betts 1985, 1987, 1988b.

57 Betts 1985, 1988b.

58 Betts 1987.

59 Betts 1985.

60 Betts 1987, 1993.

61 Betts et alii 1990.

62 Betts et alii 1990; Betts 1993, 1998.

63 Ibid.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Betts et alii 1990.

67 Betts 1993.

68 Betts 1985, 1993.

69 Betts, communication personnelle.

70 Garrard 1998; Garrard et alii 1988a, 1994.

71 Garrard et alii 1988a, 1988b.

72 Garrard et alii 1987.

73 Baird et alii 1992.

74 Garrard et alii 1988a.

75 Baird et alii 1992.

76 Garrard et alii 1988a.

77 Ibid.

78 Ibid.

79 Baird et alii 1992.

80 Garrard et alii 1994.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Betts 1982.

84 Garrard et alii. 1987.

85 Garrard et alii 1988a.

86 Garrard et alii 1987.

87 Garrard et alii 1994.

88 Betts 1993.

89 Bar-Yosef 1982.

90 Goring-Morris & Goldberg 1990.

91 Bar-Yosef 1981.

92 Goring-Morris & Gopher 1983; Gopher et alii 1994.

93 Gopher et alii 1995.

94 Bar-Yosef 1981, 1982; Goring-Morris & Gopher 1983; Goring-Morris 1993.

95 Bar-Yosef 1984; Rosen 1988.

96 Ibid.

97 Bar-Yosef 1984.

98 Rosen 2002.

99 Rosen 2002.

100 Cauvin 1991b.

101 Cauvin 1990a, 1997.

102 Stordeur 1993; Abbès, communication personnelle.

103 Helmer 2000; Gourichon 2004.

104 Cauvin 1990a.

105 Stordeur 1993.

106 Cauvin 1990a, 1990b; Helmer 2000.

107 Cauvin 1990a, 1990b.

108 Molist & Cauvin 1990; Cauvin 1990a, 1990b.

109 Ibid.

110 Cauvin 1982.

111 Cauvin 1991a.

112 Cauvin 1990b.

113 Stordeur 2000.

114 Stordeur 1993.

115 Cauvin 1990b, p. 46.

116 Cauvin 1990a.

117 Lees & Bates 1974.

118 Cauvin 1990a.

119 Betts 1982, 1985, 1988b, 1993, 1998.

120 Betts 1993.

121 Betts 1989.

122 Betts, communication personnelle.

123 Betts 1993.

124 Goring-Morris & Gopher 1983; Bar-Yosef 1984.

125 Baird et alii 1992.

126 Betts 1993.

127 Betts 1993.

128 Betts 1988b.

129 Betts 1987.

130 Betts 1988a.

131 Betts et alii 1990.

132 Betts 1987.

133 Betts 1993.

134 Betts 1988b.

135 Betts, communication personnelle.

136 Martin 1999.

137 Betts 1987, 1988b, 1989; Helms & Betts 1987.

138 Betts 1989.

139 Bar-Yosef 1984.

140 Betts 1989.

141 Helms & Betts 1987.

142 Echallier & Braemer 1995.

143 Betts 1989.

144 Ibid.

145 Betts 1988a.

146 Betts 1989.

147 Baird et alii 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte des principaux sites mentionnés.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/174/img-1.png
Fichier image/png, 507k
Titre Figure 2
Légende Relation théorique entre les modes de subsistance et le degré de mobilité (d’après Cribb 1991).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/174/img-2.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hala Alarashi, « Le nomadisme pastoral au Proche-Orient à la fin du Néolithique précéramique  : état de la recherche », Syria, 83 | 2006, 83-105.

Référence électronique

Hala Alarashi, « Le nomadisme pastoral au Proche-Orient à la fin du Néolithique précéramique  : état de la recherche », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/174 ; DOI : 10.4000/syria.174

Haut de page

Auteur

Hala Alarashi

Maison de l’Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux
Archéorient - UMR 5133 (CNRS, université Lyon-II), Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals