Navigation – Plan du site
Articles

Un nouveau regard sur les restes anthropologiques du site néolithique de Tell Ramad (Syrie)

Josep Anfruns et Josep I. Oms
p. 115-124

Résumés

Il s’agit d’une nouvelle étude des matériels anthropologiques de Tell Ramad, au cours de laquelle ont été réalisées des études dentaires, pathologiques et des comparaisons dentaires avec les matériels d’autres sites du PPNB moyen et récent. Par ailleurs, un nouveau regard sur les crânes surmodelés et/ou peints a mis en évidence que cette pratique funéraire a été habituelle à Tell Ramad à cette époque, étant donné que presque la moitié des individus exhumés présente ce type de manipulation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette étude se place dans un objectif plus global qui est l’obtention d’une série anthropologique large provenant de différents sites archéologiques syriens ayant une chronologie similaire à celle de Tell Halula, afin de nous permettre d’effectuer des études comparatives, dans le but de caractériser la population néolithique de la Syrie.

  • 1 Ce travail a été possible grâce au Projet de recherche « Interacción social y proceso de neolitizac (...)
  • 2 Nous voulons exprimer notre gratitude aux autorités syriennes pour leur soutien.
  • 3 Ce travail prétend être aussi un petit hommage à la mémoire de Denise Ferembach, qui nous avait tou (...)

2Les fouilles récentes menées par la Mission archéologique espagnole sur le site de Tell Halula, sous la direction du Professeur Miquel Molist 1, auxquelles nous avons participé en tant qu’anthropologues, ont conduit à l’apparition de restes humains dans les couches du Néolithique précéramique B (PPNB). Nous avons demandé aux autorités syriennes 2 ainsi qu’à Henri de Contenson, responsable des anciennes fouilles de Tell Ramad, l’autorisation de procéder à une nouvelle étude des restes osseux de ce gisement, fouillé dans les années 1960, étudiés et publiés par Denise Ferembach 3.

Le matériel

  • 4 À ce travail ont collaboré Tona Majó en 1993 au Musée de Damas et Alejandro Pérez-Pérez en 1997 et (...)
  • 5 Nous voulons également remercier le Dr. Daniel Turbón de l’Université de Barcelone pour sa collabor (...)

3Le matériel anthropologique de Tell Ramad est actuellement en dépôt au Musée national de Damas, et il se trouve en bon état de conservation malgré les années écoulées depuis l’exhumation des squelettes. L’étude a été réalisée pendant des séjours en 1993, puis 1997 et 2000 4. Nous avons procédé à la révision de la totalité des restes mis au jour lors de la fouille. Nous avons fait quelques remontages pour permettre une observation plus exacte des différentes parties du squelette et nous avons aussi réalisé l’étude dentaire, qui n’avait pas été faite antérieurement. Nous avons pris des échantillons pour réaliser en Espagne des analyses d’ADN 5 (cf. dans ce volume l’article de E. Fernandez et alii, p. 107-114).

  • 6 Ferembach 1969 et 1970.

4En ce qui concerne le nombre total de sujets, l’âge, le sexe et aussi les aspects liés aux crânes enduits, nous avons trouvé quelques différences avec les données publiées 6. À notre avis, ceci est dû au fait que quelques restes n’avaient pas été inclus dans l’étude précédente, par exemple les restes portant les références 68 et 69, qui n’apparaissent pas dans les publications de D. Ferembach. Il faut ajouter aussi des fragments en mauvais état de conservation qui ne sont pas référencés et ne figurent pas dans le travail de D. Ferembach. Dans la liste d’individus par âge présentée par cette anthropologue, ne figure aucun des trois sujets périnataux que nous avons identifiés lors de notre étude au Musée de Damas.

5D’après nos données, l’effectif est de 56 individus (pouvant peut-être être élargi à 57), c’est-à-dire environ douze sujets de plus que ceux publiés. Nos observations et celles de D. Ferembach concordent pour la plupart des individus, mais dans certains cas, il existe de légères variations en ce qui concerne l’âge. Pour ces individus, nous avons choisi notre diagnostic, compte tenu du fait qu’il a été réalisé sur la base de l’étude dentaire, qui apporte plus de fiabilité grâce à l’observation des séquences d’éruption et de calcification dentaires. En revanche, devant des différences concernant la diagnose sexuelle pour un même individu, nous avons privilégié celle de D. Ferembach, étant donné qu’elle avait réalisé une étude plus approfondie de cet aspect et aussi compte tenu de son expérience concernant la définition et l’application des méthodes de détermination du sexe sur le squelette.

Démographie

Distribution par sexe

6Considérant l’effectif total de la série égal à 56, les individus pour lesquels une diagnose sexuelle a été possible sont au nombre de 23 (41,07  %). Pour les 33 qui restent, des observations relatives à l’appartenance à l’un ou l’autre sexe n’ont pas été possibles. Parmi les 23 sujets sexués, quatorze (60,87  %) sont féminins et neuf (39,13  %) masculins.

Distribution par groupe d’âge

7Tous les sujets de la série ont été classés selon les groupes d’âge suivants  :
PN - Périnataux (fœtus à terme, premiers 3 mois de vie)
I1 - Immatures 1 (enfants jusqu’à 5 ans)
I2 - Immatures 2 (enfants jusqu’à 10 ans)
J - Jeunes (jusqu’à 16 ans)
A - Adultes (sujets de plus de 16 ans)
M - Matures (sujets de plus de 35 ans)

Groupes d’âge

Effectif

 %

PN

3

5,36

I1

8

14,28

I2

7

12,50

J

5

8,93

A

28

50,00

M

5

8,93

  • 7 Hershkovitz & Gopher 1990.
  • 8 Özbek 1993.
  • 9 Anfruns 1993 et 2004.

8Le pourcentage total des individus immatures est de 32,14  %  ; nous pensons que le pourcentage des individus PN serait plus grand dans une série plus représentative. Mais ces données coïncident avec celles publiées pour la zone du Levant Sud 7 et de la Turquie 8, et elles reflètent un accroissement de la mortalité infantile pendant le Néolithique précéramique par rapport aux derniers groupes de chasseurs-cueilleurs. Des aspects liés aux conditions hygiéniques et surtout à la nutrition jouent sans doute un rôle très important dans cette situation 9.

Dentition

9Au total, 179 dents ont été étudiées, correspondant à 32 individus  ; 163 de ces dents appartiennent à la dentition définitive et seize sont de lait.

Dents permanentes

dent

maxillaire

mandibule

I1

8

10

I2

6

11

C

7

15

P1

5

17

P2

3

8

M1

14

120

M2

12

17

M3

4

6

TOTAL

59

104

Total général

163

Dents temporaires

Dent

Maxillaire

mandibule

I1

0

0

I2

0

0

C

1

0

M1

3

4

M2

6

2

Total

10

+

6 =16

Odontométrie

Dents permanentes

Maxillaire supérieur

M-D mx

M-D mn

M-D x

B-L mx

B-L mn

B-L x

AIRE x

I1

9,95

8,08

9,13

7,66

6,31

7,08

64,64

I2

6,44

5,79

6,14

7,62

5,31

5,96

36,59

C

8,10

6,80

7,69

9,53

7,85

8,78

67,51

P1

7,06

5,88

6,25

8,92

7,67

8,23

51,43

P2

8,13

6,04

7,06

8,70

8,13

8,35

58,95

M1

11,90

9,28

10,53

12,69

10,38

11,38

119,83

M2

10,77

8,22

10,17

11,63

10,40

11,09

112,78

M3

9,17

8,83

9,15

11,58

10,42

10,80

98,82

Mandibule

M-D mx

M-D mn

M-D x

B-L mx

B-L mn

B-L x

AIRE x

I1

6,24

5,17

5,54

6,69

5,29

5,83

32,29

I2

6,52

5,42

5,94

6,67

5,26

6,06

35,99

C

8,80

5,98

6,98

8,36

6,83

7,51

52,41

P1

8,20

6,02

6,76

8,24

6,71

7,68

51,91

P2

7,82

6,35

7,06

8,90

7,28

8,26

58,31

M1

11,86

9,79

10,97

11,71

9,37

10,29

112,88

M2

11,79

9,24

10,54

11,30

8,91

9,44

99,49

M3

11,27

9,24

10,48

10,34

9,29

9,96

104,38

Dents de lait

Maxillaire supérieur

M-D mx

M-D mn

M-D x

B-L mx

B-L mn

B-L x

AIRE x

C

7,11

7,11

7,11

6,58

6,58

6,58

46,78

M1

7,75

6,91

7,43

8,54

7,80

8,15

60,55

M2

10,31

7,55

8,67

10,28

8,13

9,82

85,14

Mandibule

M-D mx

M-D mn

M-D x

B-L mx

B-L mn

B-L x

AIRE x

M1

8,28

8,00

8,14

7,34

6,19

6,50

52,91

M2

9,46

9,36

9,41

8,54

8,50

9,52

80,17

Morphologie

10Des aspects morphologiques ont été observés d’après un certain nombre de caractères. Ils ont été codés selon leur présence ou absence, ce qui donne les résultats suivants  :

Incisives centrales supérieures en pelle

60  %

Sillon C/R dans les incisives supérieures

20  %

Incisives latérales supérieures en pelle 

50  %

Phénomène de Carabelli sur de Carabelli sur M1

50  %

Phénomène de Carabelli sur de Carabelli sur M2

33  %

Présence d’hypocône sur M2

43  %

Dessin de la partie occlusive de M2 en + 

40  %

Dessin de la partie occlusive de M2 en x 

30  %

Dessin de la partie occlusive de M2 en y 

30  %

M1 inférieur avec 4 cuspides

6  %

M1 inférieur avec 5 cuspides 

74  %

M1 inférieur avec 6 cuspides 

20  %

Pathologies

  • 10 Knip 1971.

11Pour ce qui est de la pathologie osseuse, nous avons observé seulement la présence de cribla orbitalia (fig.1) sur deux individus. Le premier (ref. 65 M-4 6) correspond à un enfant de deux ans environ, très fragmenté et présentant un cribla degré C 10 sur les deux orbites. Le deuxième individu (réf. 65 M-4 NE 2-1) correspond à un adulte de 18 ans environ, avec présence de cribla très marqué (degré D), également sur les deux orbites. Étant donné le peu d’orbites que nous avons pu observer (n  = 10), à notre avis, le pourcentage de sujets atteints (20  %) n’est pas représentatif de l’ensemble. En revanche, et compte tenu de l’étude dentaire approfondie réalisée, les pathologies orales sont considérées dans notre travail comme plus représentatives de l’état sanitaire de la série.

Figure 1

Figure 1

Cribla orbitalia.

Carie

12Pour les 23 individus dont l’observation a été possible, trois présentent cette affection (13,04  %). Le total de dents étudiées est de 179, dont sept présentent des signes évidents de carie (3,91  %). Les dents affectées sont  : une incisive, deux prémolaires et quatre molaires, toutes permanentes, cinq des dents atteintes présentant une carie en degré II, et deux en degré III.

13L’individu 66 m-4 2 présente un abcès avec processus fistuleux entre 31 et 32. Pour neuf sujets, l’observation de pertes dentaires ante mortem a été possible, peut-être dues à une carie, mais des causes comme l’abrasion ou une maladie périodontale peuvent être aussi envisagées.

Hypoplasie de l’émail

14Comme il est fréquent sur les sites du Néolithique précéramique d’Orient, la présence d’hypoplasies de l’émail est importante et très significative. À Tell Ramad, sur l’échantillon de 32 individus permettant l’observation de ce caractère, onze sont atteints (47,82  %). Pour ce qui est du nombre de dents, l’hypoplasie a pu être identifiée sur 22 pour un total de 179 (12,29  %). Ceci confirme une fois de plus l’importance de ce marqueur de stress dans les séries néolithiques syriennes.

Figure 3

Figure 3

Hypoplasie de l’émail.

Comparaisons

15D’après notre étude, la population néolithique de Tell Ramad, se caractérise par une gracilité évidente et elle est formée pour l’essentiel de sujets qui appartiennent au type «  méditerranéen gracile », observations qui confirment la définition donnée antérieurement par D. Ferembach.

16Un des motifs principaux pour réviser cet ensemble est d’établir des paramètres qui permettent la comparaison avec d’autres populations proches chronologiquement et culturellement, privilégiant le site de Tell Halula.

17Des aspects de la morphologie et typologie crâniennes n’ont pas été pour l’instant établis dans la série de Tell Halula, mais il faut remarquer aussi la gracilité des restes sans pouvoir assurer leur appartenance à cette typologie.

  • 11 Dahlber 1960.
  • 12 Hershkovitz et alii 1986.
  • 13 Anfruns et alii 1996.
  • 14 Özbek 1978.

18Dans l’étude dentaire, nous avons comparé les surfaces occlusives entre elles et aussi avec celles d’autres séries plus ou moins proches, comme par exemple des séries natufiennes 11, Jéricho 12, Halula 13 et Byblos 14. Les données obtenues sont présentées dans le tableau suivant  :

Comparaison des surfaces occlusives

Maxillaire

I1

12

C

P1

P2

M1

M2

M3

NATUFIENS

67,97

45,48

66,46

66,17

65,28

133,70

127,71

105,54

JéRICHO

63,90

41,58

72,68

72,75

69,00

125,08

126,00

84,60

HALULA

62,32

39,62

62,42

65,73

64,60

118,50

109,04

92,03

RAMAD

64,64

36,59

67,51

51,43

58,95

119,83

112,78

98,82

BYBLOS

63,19

42,84

66,22

61,20

61,64

112,20

104,34

87,15

Mandibule

I1

12

C

P1

P2

M1

M2

M3

NATUFIENS

33,34

39,32

55,60

55,21

59,16

123,96

117,35

113,36

JéRICHO

38,28

57,60

59,04

59,64

120,96

115,54

116,64

HALULA

31,16

36,55

51,88

52,36

59,17

116,69

107,03

98,09

RAMAD

32,29

36,99

52,41

51,91

58,31

112,88

99,49

104,38

BYBLOS

34,16

40,30

56,70

53,04

58,32

114,40

102,96

94,04

Aire occlusale totale

SANS I1

NATUFIENS

1275,61

1242,27

JéRICHO

-

1223,29

HALULA

1167,20

1136,04

RAMAD

1159,21

1126,92

BYBLOS

1152,70

1118,54

  • 15 Calcagno 1986.

19Dans ces tableaux, on voit se confirmer le processus appelé «  néolithisation dentaire » 15, c’est-à-dire une réduction progressive de la taille des dents, observable surtout à partir du Néolithique. On observe que les valeurs les plus basses correspondent pour la plupart aux séries les plus récentes, datant du PPNB moyen et récent. En revanche, les valeurs les plus élevées proviennent de séries anciennes, notamment celles attribuées au Natufien. Évidemment le patron de réduction n’est pas le même pour toutes les dents, et les molaires sont les dents dont les valeurs sont les plus stables.

20La comparaison de la pathologie dentaire est aussi intéressante. Ainsi, pour la série de Tell Halula, nous avons identifié des caries sur 5,41  % des individus, alors qu’à Tell Ramad le pourcentage est un peu plus marqué, à 13,04  %. Un comportement identique s’observe pour les défauts de l’émail  : Halula présente 36,54  % d’hypoplasies et Ramad 47,82  %, soit des pourcentages très élevés pour les deux séries.

Les crânes manipulés

  • 16 Stordeur 2003.
  • 17 Lechevallier 1978.
  • 18 Kenyon 1957.
  • 19 Rollefson 1983 et Rollefson et alii 1999.
  • 20 Goring-Morris et alii 1994-1995.

21Un des aspects les plus étonnants de la série de Tell Ramad est l’ensemble de crânes enduits ou surmodelés (fig.4 et 5), remarquables par leur beauté et leur nombre élevé. La nouvelle découverte de crânes surmodelés à Tell Aswad 16, près de Tell Ramad en Damascène, a mis en évidence que cette pratique funéraire a été habituelle pendant le PPNB récent, dans la partie la plus méridionale du Levant. On connaît pour cette période ceux de Beisamoun 17, et pour une période un peu plus ancienne, ceux de Jéricho 18, ‘Ain Ghazal 19 et Kafar Hahoresh 20, entre autres. La récente découverte des crânes de Tell Aswad a renouvelé l’intérêt scientifique pour cette pratique funéraire.

Figure 4

Figure 4

Crâne surmodelé.

Figure 5

Figure 5

Crâne avec peinture.

  • 21 Contenson 2000.

22À notre avis, l’importance de ces restes n’a pas été suffisamment mise en évidence dans les publications de D. Ferembach et même par la monographie finale sur Tell Ramad 21, où ils ont été cités comme étant simplement un groupe de crânes enduits, au total 23 crânes surmodelés, dont quelques‑uns peints. D’après nos observations, les crânes avec des restes de peinture ocre rouge ne doivent pas être interprétés comme appartenant à un dépôt de crânes qu’aurait recouverts une couche d’ocre. Il nous semble plus probable que ces traces de peinture résultent de l’acte volontaire de peindre certains d’entre eux.

23Le résultat de l’inventaire que nous avons fait des crânes manipulés avec recouvrement et/ou peinture est le suivant  :
- seize crânes ou fragments de crâne de différents individus présentant des restes d’enduit total ou partiel  ;
- six crânes conservant des restes d’enduit et des traces de peinture, probablement ocre rouge  ;
- quatre crânes avec peinture rouge  ;
- un fragment de crâne avec des restes de peinture ou de vernis noir.

24Le total est de 27 crânes manipulés, ce qui, sur un total de 56 sujets pour la série, représente 48,2  %, c’est-à-dire presque la moitié des individus exhumés. Par groupe d’âge, quatorze crânes surmodelés appartiennent à des sujets adultes et deux à des immatures. Concernant les crânes avec enduit et peinture, cinq sont adultes et un est immature. Tous les crânes peints sont des crânes d’enfants dont un est un sujet adolescent. Par sexe, huit crânes recouverts sont féminins et cinq masculins.

25Une observation détaillée des crânes surmodelés (fig.6) montre que certains d’entre eux avaient une fine couche de peinture de recouvrement. Il semble qu’une fois recouverts avec un masque d’argile, ils aient été peints, et il est possible que cette peinture, absorbée par l’argile, ait imprégné la surface de l’os. Si l’on prend en compte cette possibilité, les crânes qui ont subi ce type de manipulation auraient suivi un traitement complexe réunissant la peinture et l’enduit, qui ne nous est parvenu que partiellement, puisque le recouvrement d’argile manque presque totalement dans beaucoup de cas. Ceci pour l’instant est une hypothèse, mais il faut la prendre en considération lors de nouvelles découvertes présentant des pratiques funéraires semblables. C’est pour cela que les découvertes récentes à Tell Aswad ont une telle importance.

Figure 6

Figure 6

Détail de surmodelage.

Haut de page

Bibliographie

Anfruns (J.) 1993 «  Aspectes biológics, demogràfics i rituals dels primers agricultors del Levant mediterrani », Cota Zero, 9, p. 82-88.

Anfruns (J.) 2004  «  Els canvis demogràfics en el Neolític », Cota Zero, 19, p. 54-60.

Anfruns (J.) T.  Majo & J. I.  Oms 1996 «  Los restos humanos del neolítico precerámico », dans M.  Molist, Tell Halula, un yacimiento neolítico del Valle medio del Ëufrates campañas de 1991 y 1992, Instituto del Patrimonio Histórico español, Madrid, p. 161-173.

Calcagno (J. M.) 1986 «  Dental Reduction in Post-Pleistocene Nubia », American Journal of Physical Anthropology, 70, p. 349-363.

Contenson (H. de) 2000 Ramad, site néolithique en Damascène (Syrie) aux viiie et viie millénaires avant l’ère chrétienne, IFAPO, Beyrouth.

Dahlberg (A.) 1960 «  The dentition of the first agriculturists (Jarmo, Irak) », American Journal of Physical Anthropology, 18, p. 243-256.

Ferembach (D.) 1969 «  Étude anthropologique des ossements humains néolithiques de Tell Ramad (Syrie) », Annales archéologiques arabes syriennes, 19, p. 49-70.

Ferembach (D.) 1970 «  Étude anthropologique des ossements humains néolithiques de Tell Ramad (Syrie) », L’Anthropologie, 74, p. 247-253.

Goring-Morris (A. N.), Y.  Goren, L. K.  Horwitz, I.  Hershkovitz, R. Lieberman, J.  Sarel & D.  Bar-Yosef 1994-1995 «  The 1992 Season of excavations at the pre-pottery Neolithic B Settlement of Kfar Hahoresh », Journal of the Israel Prehistoric Society, 26, p. 74-121.

Hershkovitz (I.) Y.  Garfinkel & B.  Arensburg 1986 «  Neolithic Skeletal Remains at Yiftahel, Area C », Paléorient, 12/1, p. 73-81.

Hershkovitz (I.) & A.  Gopher 1990 «  Paleodemography burial customs and food-producing economy and the beginning of the Holocene : A perspective from the Southern Levant », Mitekufat Haeven. Journal of the Israel Prehistoric Society, 23, p. 9-47.

Kenyon (K. M.) 1957 Digging up Jericho, Londres.

Knip (A. S.) 1971 «  The Frequencies of non-metrical Variants in Tellem and Nokara Skulls from the Mali Republic », Verhandelingen der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, C 74, p. 422-443.

Lechevallier (M.) 1978 Abou Gosh et Beisamoun. Deux gisements du VIIe millénaire avant l’ère chrétienne en Israël, Paris.

Özbek (M.) 1978 «  Dentition des anciens habitants de Byblos (Chalcolithique, Liban) », Hacettepe University. Bulletin of Social Sciences, 1, p. 161-173.

Özbek (M.) 1979 «  étude odontologique des habitants préhistoriques du village de Mureybet (Syrie) », Cahiers de l’Euphrate, 2, p. 120-128.

Özbek (M.) 1993 «  Antropología de les poblaciones neolítiques de Çatal Höyük, Asikli i Çayönu (Turquia) », Cota Zero, 9, p. 31-35.

Rollefson (G. O.) 1983 «  Ritual and Ceremony at neolithic Ain Gazal (Jordan) », Paléorient, 9/2, p. 29-38.

Rollefson (G. O.) D.  Schmandt-Besserat & J. C. Rose 1999 «  A Decorated Skull from MPPNB ‘Ain Gazal », Paléorient, 24/2, p. 99-104.

Stordeur (D.) 2003 «  Les crânes surmodelés à Tell Aswad, en Damascène (PPNB-Syrie) » Paléorient, 29/2, p. 109-116.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été possible grâce au Projet de recherche « Interacción social y proceso de neolitización en el Valle Medio del rio Eufrates (9000-6000 antes de nuestra era) » (HUM 2004-04099/HIST.), au Ministerio de Educación y Ciencia, et au soutien scientifique de la Mission archéologique espagnole à Tell Halula, notamment de son directeur le Dr. Miquel Molist.

2 Nous voulons exprimer notre gratitude aux autorités syriennes pour leur soutien.

3 Ce travail prétend être aussi un petit hommage à la mémoire de Denise Ferembach, qui nous avait toujours encouragé à continuer nos travaux dans ce domaine, et à son importante recherche sur l’anthropologie du Proche-Orient. Nous voulons aussi remercier Henri de Contenson pour l’autorisation accordée à la réalisation d’une nouvelle étude des squelettes de Tell Ramad.

4 À ce travail ont collaboré Tona Majó en 1993 au Musée de Damas et Alejandro Pérez-Pérez en 1997 et en 2000, examinant les striations dentaires (travail en cours).

5 Nous voulons également remercier le Dr. Daniel Turbón de l’Université de Barcelone pour sa collaboration.

6 Ferembach 1969 et 1970.

7 Hershkovitz & Gopher 1990.

8 Özbek 1993.

9 Anfruns 1993 et 2004.

10 Knip 1971.

11 Dahlber 1960.

12 Hershkovitz et alii 1986.

13 Anfruns et alii 1996.

14 Özbek 1978.

15 Calcagno 1986.

16 Stordeur 2003.

17 Lechevallier 1978.

18 Kenyon 1957.

19 Rollefson 1983 et Rollefson et alii 1999.

20 Goring-Morris et alii 1994-1995.

21 Contenson 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cribla orbitalia.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-1.png
Fichier image/png, 863k
Titre Figure 2
Légende Carie.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-2.png
Fichier image/png, 790k
Titre Figure 3
Légende Hypoplasie de l’émail.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-3.png
Fichier image/png, 794k
Titre Figure 4
Légende Crâne surmodelé.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-4.png
Fichier image/png, 457k
Titre Figure 5
Légende Crâne avec peinture.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-5.png
Fichier image/png, 979k
Titre Figure 6
Légende Détail de surmodelage.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/181/img-6.png
Fichier image/png, 836k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josep Anfruns et Josep I. Oms, « Un nouveau regard sur les restes anthropologiques du site néolithique de Tell Ramad (Syrie) », Syria, 83 | 2006, 115-124.

Référence électronique

Josep Anfruns et Josep I. Oms, « Un nouveau regard sur les restes anthropologiques du site néolithique de Tell Ramad (Syrie) », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/181 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.181

Haut de page

Auteurs

Josep Anfruns

Université Autonome de Barcelone

Josep I. Oms

Université Autonome de Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals