Navigation – Plan du site
Articles

Le processus de néolithisation proche-oriental  : pour une archéologie sans frontières

Jean-Daniel Forest
p. 125-138

Résumés

L’objectif du présent article est bien moins d’exposer notre point de vue sur tel ou tel aspect du processus de néolithisation, que de souligner que les données matérielles que nous observons en fouille ne sont que l’expression de choix culturels bien plus étendus. Ces derniers nous sont accessibles à la condition que nous possédions le bagage nécessaire, et il faut pour cela savoir comment fonctionnent les sociétés actuelles ou sub-actuelles structurellement semblables à celles que nous étudions. Dans le cas des sociétés en voie de néolithisation, ce bagage est à chercher du côté des derniers chasseurs-cueilleurs de la planète.
Nous évoquerons d’abord les trois processus majeurs qui, conjugués, ont conduit au Néolithique proprement dit (la sédentarisation, la domestication des plantes et celle des animaux). Nous chercherons ensuite la trace de changements dans le domaine des pratiques matrimoniales. Nous nous intéresserons enfin au niveau d’organisation atteint par les sociétés PPN. Quelques voies de recherche seront suggérées en conclusion, pour rappeler que les chaînes causales à notre disposition sont loin d’être épuisées.

Haut de page

Texte intégral

1Pour reprendre les formules imagées de Gordon Childe, la «  révolution urbaine » de Mésopotamie du Sud nous est plus familière que la «  révolution néolithique » qui l’a précédée dans les zones plus fertiles alentour. Il est donc certainement présomptueux de notre part d’aller sur le propre terrain de Henri de Contenson pour tenter de lui rendre hommage. Nous avons cependant choisi de rassembler ici quelques réflexions, plus ou moins abouties selon le cas, non pas tellement pour prétendre éclairer tel ou tel aspect du processus de néolithisation, mais plutôt pour rappeler que les données que nous observons en fouille ne sont que l’expression dans la matière de réalités d’un autre ordre.

2On ne peut comprendre les sociétés du passé si l’on ne sait pas comment fonctionnent les sociétés actuelles ou sub-actuelles du même type. En effet, notre raisonnement est toujours et nécessairement de type analogique  : lorsque des données nous conduisent à une conclusion, il y a toujours une raison intermédiaire, c’est-à-dire une référence à quelque savoir extérieur. C’est ce que Jean-Claude Gardin appelait la boîte noire, mais ladite boîte n’est opaque que si l’on y met n’importe quoi, à commencer par ce que l’on appelle le sens commun. Il est bien évident que ce sens dit commun est fait pour nous faciliter les choses dans notre univers culturel, mais ne peut en aucun cas servir pour aborder l’altérité.

  • 1 Forest 1992.
  • 2 Testart 1985 spécialement.
  • 3 Levi-Strauss 1967.
  • 4 Bourdieu 1980 spécialement.

3Au moins pour des cultures préhistoriques, la base analogique la plus appropriée est à chercher en ethnologie 1. Il ne faut certes pas faire l’erreur que relevait André Leroi-Gourhan en reprochant aux archéologues d’aller prendre en ethnologie tout ce qui les arrangeait, et comme il disait, de parer les hommes du passé d’un habit d’Arlequin. L’analogie, en effet, n’est valide qu’au niveau de la structure. De fait, toute société humaine peut se définir sous deux aspects, celui de la structure, qui fait système, et celui des apparences, ou de l’arbitraire culturel, qui est parfaitement contingent. On ne peut pas expliquer l’arbitraire, mais dans la structure, tout se tient, du mode de production et du bagage technique à l’idéologie en passant par les règles de parenté et d’alliance. La notion de structure dérive de l’anthropologie fonctionnaliste britannique (en particulier Radcliffe-Brown), mais pour comprendre la teneur en même temps que l’efficacité du concept, il suffit de lire, patiemment il est vrai, les travaux de A. Testart 2 sur les chasseurs-cueilleurs. On peut également s’en faire une idée, dans un domaine plus spécifique, en se plongeant dans Les structures élémentaires de la parenté3. C’est donc à ce niveau-là qu’il faut se placer, et à celui-là seulement, parce que si les apparences sont changeantes, la structure est intangible, au-delà du temps et de l’espace. L’existence de ces structures immuables, dont l’exploration est le but même de la recherche, ne fait aucun doute, et l’on peut se faire une idée des raisons qui y conduisent à travers Pierre Bourdieu 4.

4Tout cela ne veut pas dire que l’on ne retrouvera dans le passé que des choses que l’on connaît déjà dans le présent. On peut très bien, avec les données qui sont les nôtres, discuter, améliorer ou compléter ce que les ethnologues ont découvert avec les leurs, à la fois parce que toutes les structures n’ont pas été également explorées, parce que certains types de sociétés n’ont plus d’équivalent direct actuel, parce que nous disposons d’une profondeur chronologique que nos collègues n’ont pas, ou encore parce que la nature particulière de nos données peut attirer l’attention sur des aspects des sociétés qui sont passés inaperçus aux yeux des ethnologues. Mais il faut pour cela s’en donner les moyens, comprendre les principes qui sont à l’œuvre pour rendre l’extrapolation possible, et parfaitement maîtriser les modèles que l’on mobilise.

  • 5 Rien ne peut remplacer la lecture de Testart 1985. Nous dirons seulement que le communisme primitif (...)
  • 6 Meillassoux 1975, 1977.

5Dans le cas du Néolithique pré-céramique, la base analogique à prendre en considération est évidemment le «  communisme primitif » 5, puisque les premiers chasseurs-cueilleurs sédentaires et les premiers agriculteurs en dérivent en droite ligne. Il y a là un énorme avantage, car la structure correspondante a été particulièrement bien analysée par A. Testart. Néanmoins, la phase de néolithisation est marquée par une modification radicale du mode de production qui entraîne la transformation globale de la structure vers ce que Claude Meillassoux 6 appelle les communautés domestiques agricoles  ; c’est une phase de transition pendant laquelle tout est en train de changer, et rien de tel n’a jamais été analysé en profondeur, pour la raison simple qu’un tel processus échappe à l’ethnologie  : il n’a sans doute pas d’équivalent récent et, en tout état de cause, il est trop lent. Par ailleurs, le Néolithique proche-oriental recouvre certainement des cultures diverses qui n’ont pas forcément fait les mêmes choix, ni progressé au même rythme, en sorte que les propositions que nous pourrons faire sont nécessairement très simplificatrices.

6Nous nous intéresserons d’abord aux trois aspects matériels qui ont conduit au Néolithique proprement dit, à savoir la sédentarisation, la domestication des plantes et celle des animaux. Nous traquerons ensuite dans la matière la trace de changements majeurs intervenus dans le domaine des pratiques matrimoniales. Nous verrons enfin que les sociétés concernées sont beaucoup plus organisées que les chasseurs-cueilleurs paléolithiques dont elles dérivent. Une conclusion proposera quelques pistes à suivre, suggérant que nous avons été loin d’épuiser les chaînes causales qui parcourent le système.

  • 7 Testart 1982.
  • 8 Ibid.

7La néolithisation du Proche-Orient, précoce, est maintenant assez bien connue, du moins sous ses aspects matériels, eu égard à l’ancienneté des recherches et au nombre des sites explorés. On a d’abord été surpris de constater que la sédentarisation précédait la domestication des plantes et des animaux. On pensait que c’était l’inverse, avec une certaine naïveté d’ailleurs, puisqu’il existe encore des chasseurs-cueilleurs sédentaires 7. Il faut pour cela soit une ressource pérenne, ce qui est assez exceptionnel, soit une ressource qui se conserve, et A. Testart insiste à juste titre sur l’importance déterminante du stockage 8. On a invoqué bien des raisons pour expliquer la mise en route de ce phénomène, mais il nous semble que la meilleure tient à la conjonction de deux facteurs  : l’amélioration du climat et l’expérience acquise. Ce n’est sans doute pas un hasard si le Natoufien se développe, après une phase froide et sèche, alors que le climat s’améliore (c’est la phase dite d’Alleröd), tandis que le phénomène ralentit au Dryas Récent, un peu plus hostile, avant de repartir de plus belle dès le début de l’Holocène. Il y a des plantes, forcément saisonnières (céréales et légumineuses en particulier), du gibier, plus ou moins en permanence (dont les quatre espèces potentiellement domesticables)  : les gens profitent de l’aubaine et s’installent parce que cela leur paraît avantageux et sans risques.

  • 9 « Ce n’est qu’à la fin du Pléistocène que l’essor des forces de production permet la diversificatio (...)
  • 10 Willcox 2000, p. 126-127.
  • 11 Testart 1982 souligne d’ailleurs à maintes reprises que la différence est très mince entre les chas (...)

8Cela étant, la Terre a sûrement connu ici ou là d’autres phases d’amélioration climatique qui ont eu elles aussi une incidence sur la flore et la faune. Si l’homme n’en a pas profité, c’est qu’il n’avait pas encore suffisamment d’expérience, pas assez d’emprise sur son milieu. Le Paléolithique est une immense phase d’apprentissage, d’expérimentation, et il faut attendre longtemps avant que l’homme soit capable de tirer parti de la variété des situations qu’il rencontre 9. Dans le cas qui nous intéresse, c’est certainement le stockage qui a permis la sédentarité. Pour cela, il a d’abord fallu se rendre compte que des denrées minuscules récoltées en grand nombre (comme les céréales et les légumineuses) pouvaient être aussi intéressantes que des denrées plus grosses et plus facilement accessibles, comme les fruits. Il a fallu apprendre à les connaître, à les récolter, à les préparer, c’est-à-dire orienter son régime alimentaire dans une certaine direction. Il a fallu enfin constater que ces produits pouvaient se conserver, et développer les techniques de conservation appropriées. Tout cela ne va pas de soi et a sûrement demandé du temps. À cet égard, le Natoufien est le fruit d’un processus d’apprentissage engagé depuis bien longtemps  : pour ne donner que deux exemples, des céréales et des légumineuses sont déjà ramassées vers – 20 000 au Levant Sud 10 et, par ailleurs, l’on pourrait déjà parler d’une «  révolution microlithique ». Dès la fin du Paléolithique sans doute, dès le Mésolithique en tout cas, le niveau des forces productives a fait de tels progrès que le processus de néolithisation est déjà programmé, eu égard au caractère porteur de l’environnement. Pour cette raison, la «  révolution néolithique » n’est qu’un moment parmi d’autres sur une trajectoire irréversible 11, et n’implique par conséquent aucun changement notable des mentalités. La «  révolution des symboles » dont on a fait grand cas repose sur une confusion entre l’apparition à nos yeux de figures symboliques et la mise en place d’une idéologie nouvelle. Ce qui est nouveau, en réalité, n’est que la nécessité ressentie de transcrire dans la matière une idéologie qui jusque-là n’avait besoin d’aucun support.

9Un autre point sur lequel il faut insister est que la sédentarisation entraîne tout naturellement un essor démographique. Chez les chasseurs-cueilleurs nomades, de fortes contraintes conduisent les gens à limiter les naissances, par toutes sortes de moyens dont le plus efficace est sans doute l’infanticide. La sédentarisation n’incite pas à multiplier les naissances, mais elle fait disparaître ces contraintes et implique donc l’accroissement, sans doute d’abord modéré, des populations.

  • 12 Testart 1985, Section V et 1986.

10Comme chacun sait, toutes les sociétés connaissent une répartition des tâches en fonction des sexes, parce qu’elles trouvent là un support naturel à leur construction idéologique. Chez les chasseurs-cueilleurs, cette répartition recouvre globalement l’opposition du végétal et de l’animal, avec évidemment des distorsions lorsque le milieu impose la dominance d’un monde sur l’autre. Toujours est-il que, lorsque la base économique est équilibrée, ce sont grosso modo les femmes qui cueillent et les hommes qui chassent – non pas pour des raisons physiques, liées à une prétendue fragilité féminine ou à la nécessité d’allaiter et d’élever les enfants en bas âge, mais pour des raisons fondamentalement idéologiques, liées à la structure même du communisme primitif et à ce que A. Testart appelle l’idéologie du sang 12. Cela veut dire que ce sont les femmes qui ont découvert les propriétés des graines, puis ont permis et sans doute encouragé la sédentarisation, avant de prendre en charge le cycle reproductif des céréales.

  • 13 « Les produits de la cueillette n’ont pas à être appropriés par d’autres que les productrices, parc (...)
  • 14 Whallon 1989.
  • 15 Cela explique peut-être que les céréales (et autres ?) stockées puissent rester à la disposition de (...)

11Ce rôle joué par les femmes a certainement été facilité par le fait que la branche végétale de la production était idéologiquement neutre, c’est-à-dire sans incidence sur la structure 13. En effet, les chasseurs-cueilleurs ont très bien compris, et sans doute très tôt, qu’ils devaient compenser leur fragilité par l’échange 14. Ils ont résolu le problème de la façon suivante  : dans le domaine de la reproduction, les femmes échangent leur progéniture (c’est la pratique exogamique)  ; dans le domaine de la production, les hommes échangent le produit de leur chasse (c’est ce que l’on appelle le grand partage). Les deux procédures constituent une sorte d’assurance sociale qui fonctionne aux deux niveaux vitaux de la production et de la reproduction, en sorte que la pratique agricole n’est pas retenue dans la construction 15.

  • 16 Willcox 2000, p. 132.
  • 17 Tanno & Willcox 2006. La principale interrogation qui subsiste a trait à la façon dont on a pu séle (...)
  • 18 Willcox 2005.
  • 19 Willcox 2000, p. 131.
  • 20 Willcox 2000, p. 134, évoque la possibilité d’une surexploitation et de l’épuisement des céréales.

12L’agriculture, ou du moins certaines formes rudimentaires d’agriculture, a été pratiquée avant que n’apparaissent des espèces proprement domestiques. Cette proto-agriculture ne peut être mise en évidence qu’indirectement, mais Jacques Cauvin avait compris très tôt qu’elle était indispensable, et le principe en est aujourd’hui couramment admis 16. Le processus de domestication, c’est-à-dire l’apparition d’un rachis solide, semble avoir été très long 17 et a probablement porté sur diverses espèces, en différents endroits, de façon indépendante 18. Toujours est-il que les gens (les femmes) sont intervenus de plus en plus activement sur la croissance des végétaux, jusqu’à finalement prendre celle-ci en main. Sans doute avaient-ils des raisons. À l’état naturel, les céréales (pour n’envisager que ce cas), sont plus ou moins clairsemées, mêlées à d’autres espèces, irrégulièrement réparties et inégalement accessibles. En outre, la récolte perturbe leur reproduction, si l’on en croit G. Willcox 19  : «  …nous avons constaté que les grains perdus lors d’une moisson germaient l’année suivante en donnant une population de plantes de type 100  % sauvage, avec un rendement global variant entre 20 et 50  % par rapport à l’année précédente. » On risque donc de devoir aller de plus en plus loin pour récolter ce dont on a besoin, ce qui implique davantage de fatigue et peut-être de risques. Dans ces conditions, et d’autant plus si la pression s’accentue parce que les bouches à nourrir deviennent plus nombreuses 20, l’on peut être tenté d’intervenir pour favoriser la pousse d’abord, pour concentrer l’espèce et la rapprocher du village ensuite.

13Quoi qu’il en soit, une bonne part du phénomène de néolithisation, et spécialement sa mise en route, repose encore une fois sur les épaules des femmes. Pendant longtemps, ce sont elles qui représentent le pôle de stabilité  : elles restent attachées à l’univers domestique et s’occupent de la sphère végétale à proximité du village, tandis que les hommes ont un rayon d’action bien plus étendu pour chasser, jusqu’à ce qu’ils songent à prendre le contrôle des animaux et à les assigner en quelque sorte à résidence.

  • 21 Vigne 2000, p. 147, évoque lui aussi « la recherche, par l’éleveur, d’animaux plus maniables ». Dan (...)
  • 22 Selon Vigne 2000, p. 151, « il apparaît […] clairement que la chèvre, le mouton, le porc et peut-êt (...)
  • 23 Murdock & Provost 1973, p. ?207.

14La domestication animale, elle aussi, implique des transformations qui se traduisent en particulier par une diminution de taille. Dans la nature, et parmi les espèces potentiellement domesticables, l’accès aux femelles est l’objet d’une vive compétition qui favorise la sélection des mâles les plus puissants et oriente donc l’espèce vers les plus grandes tailles. En milieu artificiel, cette compétition disparaît, parce qu’un mâle suffit à féconder de nombreuses femelles. Parallèlement, et pour des raisons pratiques, l’éleveur a tout intérêt à ne conserver qu’un mâle moins agressif et moins dangereux, en sorte que la sélection se fait cette fois en faveur d’animaux plus petits 21. Les chasseurs-cueilleurs ramènent volontiers au camp de jeunes animaux qu’ils élèvent. Ils connaissent parfaitement le principe des animaux familiers et rien ne s’oppose à ce que, généralisant l’expérience, ils les fassent se reproduire en captivité, laissant ainsi entrevoir la possibilité d’un cheptel à demeure. Il n’y a là ni révolution technique, ni révolution mentale, mais plutôt une modification raisonnée des pratiques. La domestication animale est évidemment un avantage, puisqu’elle supprime le caractère relativement aléatoire de la chasse, et les gens ne s’y sont pas trompés dans la mesure où le principe, élaboré apparemment en Anatolie du Sud-Est, a rapidement été adopté sur le Moyen Euphrate 22. D’autres facteurs ont certainement joué un rôle. Il est assez probable, par exemple, que la pression exercée par les hommes sur leur environnement (à la fois durable et de plus en plus accentuée) a entraîné la raréfaction relative et l’éloignement du gibier. Les chasseurs ont donc dû aller plus loin, s’absenter plus longtemps en ne comptant que sur leurs seules ressources  : ils étaient seuls à se construire des abris, seuls à se préparer à manger. Les désagréments qui en résultaient ont pu encourager à chercher une alternative. Par ailleurs, l’éloignement des hommes risquait de mettre le village en péril, dans la mesure où les femmes d’une part (ci-dessous), les réserves d’autre part, sont souvent l’objet de convoitises. Des contraintes d’ordre agricole ont pu également intervenir. Dès lors, en effet, que l’on a songé à transplanter des céréales (peu importe sur quelle distance), la nécessité d’un défrichement a dû conduire les hommes à intervenir car, d’après les statistiques de Murdock et Provost 23, cette opération est masculine dans plus de 90  % des cas. Bien sûr, il se pourrait aussi que la stabilisation des hommes ait été une incitation au défrichement. Dans tous les cas, il existe certainement une relation entre la présence des hommes au village et un certain niveau d’intervention sur le cycle des céréales, celui en particulier impliquant à quelque degré la préparation du terrain.

15D’une certaine façon, la domestication animale est la conséquence indirecte de la sédentarisation et de l’apprentissage de l’agriculture. On peut en effet se demander si la sédentarisation et la part qu’y ont jouée les femmes du côté des plantes n’a pas été déterminante dans la recherche, cette fois par les hommes, d’une solution équivalente du côté des animaux. Il y a en tout cas rééquilibrage des deux versants de la production, extension aux hommes de la stabilité féminine, et cela a certainement eu des conséquences profondes sur les modes de vie.

  • 24 Selon Aurenche & Kozlowski 1999, p. 70, « le passage du plan circulaire au plan rectangulaire suppo (...)
  • 25 Hunter Anderson 1977.

16À ce sujet, l’attention est attirée par l’avènement d’un habitat particulier dans le courant du PPNB. Nous ne savons pas exactement comment étaient occupées les cases rondes natoufiennes ou PPNA. Rien ne prouve absolument qu’hommes et femmes y vivaient ensemble, mais il nous semble cependant que chaque case était autonome, à la différence de ce qui se passe plus tard, au VIe millénaire, avec la culture de Halaf. Dans ce cas, la maison comprend toute une série de cases rondes, chacune spécialisée, pour abriter au total une famille étendue comme en Afrique. Pareille solution, répondant aux impératifs de la production (la gestion d’un terroir par une petite communauté soudée), n’aurait aucun sens chez des chasseurs-cueilleurs stockeurs. Dans le courant du PPNA, l’architecture tend à devenir quadrangulaire, peut-être pour faciliter le cloisonnement de l’espace dans le contexte d’une diversité accrue des aspects fonctionnels 24. Mais au PPNB, à çayönü et à Nevali çori d’abord, à Tell Halula ensuite, alors même que se précise la domestication animale, cet habitat quadrangulaire tend à s’organiser autour d’une vaste pièce rectangulaire qui nous paraît destinée à mieux opposer l’homme et la femme dans l’espace domestique. Les sociétés traditionnelles accordent beaucoup d’importance à l’opposition des sexes, parce que c’est une valeur claire qui permet de fonder quasi objectivement la répartition des tâches, et elles cherchent à rappeler cette opposition, ou complémentarité plutôt, de toutes les façons possibles, dans le vêtement, la parure, etc., mais elles s’efforcent aussi de la rendre manifeste dans l’habitat. De ce point de vue, un espace circulaire est peu différencié 25. Chacun peut y avoir une place spécifique, mais celle-ci n’est pas inscrite dans un plan où la position de l’entrée et du foyer sont les seuls repères. La forme rectangulaire, au contraire, permet d’inscrire dans l’espace l’opposition ou la complémentarité des sexes. Si l’on adopte cette nouvelle solution, c’est certainement parce que l’homme est désormais plus présent qu’auparavant dans la maison, ce que l’on pourrait être tenté de mettre en relation avec la domestication des animaux.

  • 26 Cauvin 1997, p. 172, faisait d’ailleurs la même remarque, mais attribuait la persistance et la qual (...)

17Après avoir examiné les deux principaux aspects de la production, il nous semble naturel de nous intéresser à la reproduction, l’autre pilier majeur de toute société humaine. Il serait en effet surprenant qu’un domaine aussi important n’ait pas laissé la moindre trace, fût-elle indirecte, dans la matière. De ce point de vue, l’attention est immédiatement attirée par l’engouement durable pour les pointes de flèches (ou de lances). Un collègue, spécialiste du lithique, nous confirmait récemment que ces armatures, nombreuses dès le PPNA, deviennent très nombreuses au PPNB, et ne se raréfient nettement qu’au Néolithique céramique. Cela a quelque chose de surprenant, parce que les armatures non seulement persistent, mais se multiplient, alors même que l’élevage est maîtrisé 26. On s’attendrait à ce que le rôle moindre de la chasse, sinon sa totale disparition, ait entraîné une certaine désaffection pour ce type d’outils. Mais ce n’est pas le cas. Dans ces conditions, ne pourrait-on pas avancer que l’on a affaire à des armes de guerre plutôt que de chasse  ? C’est loin d’être impensable, dans la mesure où, dès des époques reculées, on connaît des sites fortifiés (Jéricho, Halula, Kuruçay ou Magzalia) qui témoignent de situations tendues. Or, lorsque les gens se font la guerre, c’est d’abord à cause des femmes. En effet, lorsque l’on pratique une exogamie restreinte (c’est-à-dire limitée à un petit nombre de partenaires, qu’ils cohabitent ou non), les aléas démographiques liés à l’étroitesse du pool matrimonial doivent être régulièrement compensés par le rapt de femmes : de façon conjoncturelle, on va chez le voisin chercher celles qui manquent, ce qui ne peut manquer d’entretenir un climat de guerre endémique.

  • 27 Le cas le plus caractéristique en Mésopotamie est celui du Halaf qui doit précisément son expansion (...)
  • 28 Ce qui conduit à envisager le développement de pratiques endogames, c’est-à-dire un échange de femm (...)

18D’autres pièces sont à verser à ce même dossier. Il se trouve en effet que le nouveau mode de production fait très rapidement sauter un verrou en matière démographique, puisque rien n’empêche désormais plus les gens d’avoir autant d’enfants qu’ils le souhaitent. Au contraire, ils y sont même bientôt encouragés, non seulement parce que l’agriculture demande de la main-d’œuvre, mais surtout parce qu’une abondante progéniture est une sécurité sociale. Toujours est-il que les sites s’agrandissent et cela, déjà, est assez surprenant, dans la mesure où les sociétés traditionnelles sont en général segmentaires, c’est-à-dire enclines à se scinder et à essaimer lorsqu’elles ont trop tendance à amplifier 27. C’est une façon d’éviter les problèmes que pose une communauté étendue, et qui n’a aucun inconvénient pratique. Mais il y a plus  : au PPNB, certains sites, sans être particulièrement grands, deviennent très denses (comme Bouqras ou Ashikli), tandis que d’autres atteignent des dimensions importantes (comme Tell Aswad, Halula, Abu Hureyra ou çatal Höyük). Il est proprement étonnant que les gens restent résolument ensemble au lieu de s’éparpiller en communautés plus étroites, alors que leur regroupement ne peut que poser des problèmes de confort, d’organisation, de gestion, de cohésion, et alors que le nouveau mode de production, désormais parfaitement implanté, permet à de petits groupes d’être tout à fait viables. Ces gens ont forcément des raisons impérieuses, et si ces raisons ne relèvent pas de la production, c’est qu’elles sont liées à la reproduction. Les gens s’échangent leurs femmes, certes, mais timidement, dans le cadre d’échanges limités. Ils ne sont pas prêts à prendre des risques et, de ce point de vue, il est évident qu’un grand site offre des garanties, eu égard à l’ampleur du pool matrimonial 28.

  • 29 Nous faisons par là allusion à des ensembles de populations qui font les mêmes choix arbitraires ou (...)

19On a donc tout un faisceau d’indices qui vont dans le sens de pratiques matrimoniales non pas inefficaces, mais bridées. D’où l’intérêt d’établir une comparaison avec la situation immédiatement postérieure. En effet, il arrive un moment, dès la première moitié du VIIe millénaire, où ces sites très peuplés disparaissent. Cela a beaucoup étonné, parce que rien ne semblait pouvoir arrêter cette tendance à l’accroissement et au regroupement de la population, et l’on y a vu un recul incompréhensible. Or, ce recul apparent pourrait bien être le signe au contraire d’un progrès majeur  : la mise au point d’échanges matrimoniaux d’un nouveau genre. Dès lors que les gens acceptent d’assouplir les modalités d’échange, l’exogamie n’est plus bridée et, par conséquent, il n’y a plus de raison pour que les gens restent ensemble. Mais ce n’est pas tout. Au même moment, dès le début du VIIe millénaire, la céramique apparaît et se développe rapidement. Au début, elle est assez grossière et peu décorée, mais très vite la technique s’améliore. Les formes s’affinent et le décor, de plus en plus élaboré, devient la norme. C’est alors qu’apparaissent à nos yeux de vastes entités que l’on appelle culturelles 29  : les céramiques lustrées qui conduiront au Halaf, le Hassuna/Samarra, l’Obeid. L’ampleur de ces zones à forte homogénéité interne est sans commune mesure avec celles de l’époque précédente. Faute de céramique, l’architecture est alors le meilleur marqueur culturel, et il est frappant de constater que l’on trouve rarement deux sites pré-céramiques avec des habitations identiques. L’exception la plus notable concerne Nevali çori et çayönü et la distance qui les sépare, une centaine de kilomètres, pourrait nous donner une idée de l’ampleur – limitée – que pouvait prendre une culture pré-céramique. L’extension du Hassuna, de l’Obeid et du Halaf est tout autre, et il y a forcément des raisons à cela.

  • 30 Au sujet des critères qui interviennent dans la répartition des tâches, voir Testart 1986.
  • 31 Murdock & Provost 1973, p. 207.

20Il faut d’abord songer que ce sont très probablement les femmes qui font la céramique, parce que celle-ci est liée à la cuisine et à l’univers domestique, et parce que l’argile est une matière malléable 30. D’ailleurs, les statistiques de Murdock et Provost 31 montrent que la céramique est très généralement féminine quand elle est domestique. On peut dès lors comprendre que la céramique se transmet à mesure que les femmes voyagent dans le cadre de l’échange exogamique, et l’apparition d’aires culturelles de plus grande ampleur ne peut s’expliquer que par l’existence d’un échange plus souple, avec des aires matrimoniales qui s’interpénètrent sans fin. Il apparaît ainsi que l’homogénéité du Hassuna/Samarra, de l’Obeid et du Halaf repose sur de vastes réseaux matrimoniaux, et donc l’introduction de pratiques nouvelles.

  • 32 Forest 1996b, p. 49 et p. 64.

21Très tôt, les sociétés qui se transforment présentent des témoignages de cohésion et d’organisation sociale. Dans le domaine funéraire apparaissent à l’occasion des crânes et des corps, entiers ou désarticulés, regroupés au cœur du site dans des bâtiments particuliers  : le «  Skull Building » à Cayönü, la «  Maison des morts » à Dja‘de. Cette pratique nous semble liée au souci de manifester la cohésion du groupe et trouvera par la suite quelque équivalent, mais avec des enfants (et plus probablement des garçons) à Tell es-Sawwan vers - 6000, à Tell Abada dans la première moitié du Ve millénaire 32.

  • 33 Aurenche & Kozlowski 1999, p. 74-75.
  • 34 Stordeur et alii 2001 évoquent ceux de Jerf el-Ahmar et de Mureybet, nous parlons de ceux de çayönü (...)
  • 35 Aurenche & Kozlowski 1999, p. 73, par exemple, les évoquent dans un paragraphe intitulé « Les sanct (...)
  • 36 C’est probablement à cet aspect cérémoniel qu’il faut rattacher la découverte, à çayönü, de sang hu (...)

22Dans le domaine architectural, divers traits témoignent de l’organisation du bâti 33 et, dès qu’il devient quadrangulaire, l’habitat privé tend à se standardiser, en particulier au PPNB. Surtout, de grandes réalisations voient le jour (terrasses, murs de défense ou bâtiments communautaires), supposant un énorme investissement, une collaboration étendue et donc une capacité à mobiliser une abondante main-d’œuvre – autant de traits que, là encore naïvement, l’on ne s’attendait pas à trouver dans des communautés jugées très frustes. Les grands bâtiments communautaires 34, très souvent enterrés, semblent apparaître au PPNA, encore que l’on pourrait se demander s’ils n’ont pas quelque antécédent dès le Natoufien avec la «  Maison 131 » de Mallaha. Les premiers bâtiments de ce genre qui ont été découverts (à çayönü) ont d’autant plus surpris qu’ils paraissaient isolés, mais l’on sait aujourd’hui qu’ils sont une composante normale du village de l’époque. Certains ont été pris pour des lieux de culte, selon le réflexe courant de celui qui constate quelque chose d’inhabituel, et aujourd’hui encore, on peut songer à leur accorder une dimension religieuse 35. Ce ne sont pourtant que des lieux construits où les gens (du moins les hommes) pouvaient se réunir en diverses circonstances  : pour prendre les décisions concernant leur groupe, mais aussi sans doute pour toute autre occasion importante, des rituels d’initiation par exemple 36.

  • 37 Stordeur et alii 2001, p. 43 : « En conclusion, c’est le resserrement autour d’une fonction unique (...)

23Dans certains cas, la notion de réunion est rendue évidente par de vastes banquettes courant à la base du mur. Dans d’autres cas (à Mureybet et à Jerf el-Ahmar en particulier), le plan est plus ambigu, parce que, très cloisonné, il évoque plutôt des lieux de stockage. Dans la mesure où ces derniers bâtiments sont plus anciens, il y aurait selon Danielle Stordeur 37 une évolution dans le sens d’une spécialisation de plus en plus grande, la fonction de réunion se développant au détriment du stockage. Pourtant, la forme générale est la même (circulaire), la taille semblable, l’implantation en fosse identique, et chaque bâtiment est pareillement unique au sein du village qui l’abrite. Sachant que les bâtiments concernés sont profondément enterrés, la différence observée pourrait avoir une autre cause  : l’existence d’un niveau supérieur, de plain-pied avec les sols extérieurs. En effet, lorsque le cloisonnement intérieur est plus accentué, c’est peut-être simplement parce que la fonction principale, celle de réunion, est rejetée à l’étage. En revanche, lorsque la fonction de réunion est remplie au niveau enterré, c’est celle de stockage qui pourrait être rejetée à l’étage. Le choix de l’une ou l’autre solution dépendrait alors de l’emphase que l’on veut donner à la salle de réunion  : si l’on y met des orthostates sculptés qui pèsent extrêmement lourd, alors la réunion se fait en bas et le stockage en haut  ; dans le cas contraire, les fonctions sont inversées. Dans cette perspective, l’évolution observée se résumerait au développement progressif des caractères ostentatoires pour mieux marquer l’importance de l’institution.

24Les choses sont un peu différentes sur le site de Göbekli, où l’on trouve exceptionnellement un grand nombre de bâtiments de type communautaire. Quels que soient les problèmes stratigraphiques par ailleurs, c’est-à-dire même si l’on ne peut pas toujours déterminer les relations chronologiques, il est certain que plusieurs grands bâtiments ont coexisté, témoignant tous d’un gros investissement matériel et iconographique. Pour cette raison, et comme il a été suggéré, Göbekli pourrait être un lieu de rassemblement inter-villageois, au niveau clanique par exemple. Dans tous les cas, il y avait certainement un habitat ordinaire alentour, dont on n’a pas encore trouvé trace.

  • 38 Forest 1993, 1994, 2003.
  • 39 Dans la mesure où la vie et la mort sont des notions évidentes à tout le monde, il est clair que le (...)
  • 40 Nous ne doutons pas que les « Vénus » paléolithiques aient exactement la même signification.

25Tout ce qui est jugé important par la communauté se passe dans ces bâtiments. C’est ce qui explique qu’ils soient l’objet d’un gros investissement symbolique, au sein duquel on peut distinguer deux versants. Il y a d’abord un investissement iconographique qui, dans certains cas (en particulier en Anatolie du Sud-Est) peut prendre des proportions considérables. Des sculptures en relief ou en ronde-bosse et parfois des peintures mettent en scène (ou si l’on veut rappellent) l’idéologie ambiante, celle-là même qui fonde l’ordre social et justifie donc toutes les pratiques qui ont lieu dans les bâtiments communautaires. L’analyse détaillée des éléments décoratifs de çatal Höyük 38 nous a fourni quelques clefs sur l’idéologie de l’époque. Les gens imaginent qu’une sorte de principe actif préside au renouvellement (par l’alliance) des générations humaines. C’est dire que ce principe, ayant pouvoir de vie et de mort sur les hommes, présente deux facettes contradictoires mais complémentaires 39. Sous son aspect positif, il est en général représenté par une figure féminine (à l’occasion opulente 40 et parfois en gésine), vraisemblablement parce que dans le communisme primitif, c’est le procès de production féminin (lié comme on l’a dit à la reproduction) qui gouverne l’ensemble de la structure. Sous son aspect négatif, le principe prend la forme, pour des raisons évidentes, d’un animal prédateur, un rapace ou un fauve en particulier, mais aussi, par extension, n’importe quel carnivore ainsi que le sanglier. Le produit de ce principe actif, c’est-à-dire la société ou les hommes, prend l’apparence d’une bête à cornes, surtout le taureau à l’époque, volontiers ramené à sa seule tête, le bucrane. On note cependant que le scorpion, en raison de ses deux pinces avant, est assimilé lui aussi à une bête à cornes. Le serpent, enfin, a une fonction un peu particulière, en ce sens qu’il représente la pérennité des lignages. Tous ces éléments sont complémentaires pour les uns (le prédateur et la bête à cornes par exemple), synonymes pour les autres (le fauve et le rapace par exemple), en sorte qu’ils ne sauraient témoigner d’une quelconque forme de totémisme, comme on a pu le dire à propos de Göbekli. Or c’est fondamentalement ce bestiaire que l’on retrouve, sous des formes d’ailleurs très diverses, dans les grands bâtiments communautaires pour apporter une caution quasi surnaturelle à tout ce qui s’y passe. Autrement dit, les gens qui se réunissent là vont chercher dans l’idéologie qui fonde à leurs yeux leur société la justification de leur action. Ces bâtiments ne sont définitivement pas des temples, pas plus que des lieux de culte (il n’y a pas de divinités à proprement parler, seulement des principes actifs éventuellement représentés de façon allégorique), mais ils se situent à la frontière du profane et du sacré.

  • 41 Valla 2003.

26Dans ces bâtiments communautaires, mais cette fois, pas seulement, apparaissent également des dépôts, dont beaucoup sont cachés (sous un foyer, au fond d’un trou de poteau, dans une banquette ou dans un mur). Ce sont le plus souvent des crânes (généralement d’adultes) et des bucranes (ou des chevilles osseuses de cornes), ainsi que des omoplates de gros mammifères (âne et bœuf). On pourrait songer à y voir des sacrifices, en l’occurrence de fondation, mais si cette interprétation est, dans certains cas, envisageable 41, même s’il est difficile d’affirmer que les individus concernés ont été tués pour l’occasion, elle n’est pas généralisable, dans la mesure où des dépôts du même genre (surtout des crânes humains, parfois des bucranes) tendent avec le temps à devenir visibles, voire très volontairement exposés.

27Notons d’abord que des crânes sont manipulés dans quantité de sociétés, aussi bien des trophées de guerre que des ancêtres vénérés. Ni leur exposition, ni même leur surmodelage occasionnel ne permettent en toute rigueur de trancher. Cependant, certaines formes de manipulation (les crânes semblent par exemple déposés sur un support à Ramad) témoignent d’une véritable mise en scène qui les rapproche d’autres manifestations n’utilisant que des mannequins (Ain Ghazal). Par ailleurs, on possède souvent à la fois des corps sans tête et des crânes sans corps, en sorte que l’on songerait plus volontiers à des ancêtres défunts car, dans le cas d’un trophée de guerre, on aurait sans doute laissé le corps sur place. Même si la décollation avait eu lieu dans le village, ce n’était certainement pas là le lieu d’ensevelissement le plus approprié. Enfin, de nombreux crânes appartiennent à des femmes, rarement impliquées dans les pratiques guerrières.

  • 42 Zonabend 1986, p. 55, rappelle que certaines sociétés « peuvent […] se constituer sur la base de la (...)

28Quelques défunts seulement sont traités de la sorte, et il est donc clair qu’existaient des critères de sélection, mais l’on ne saurait dire lesquels. On penserait d’abord à des critères d’ordre généalogique 42, mais peut-être y en a-t-il d’autres, relatifs par exemple à des individus (sorciers, guérisseurs) qui entretenaient un rapport particulier avec l’autre monde. On peut au moins avancer que ces gens servaient de références et cautionnaient d’une façon ou d’une autre ce qui se passait dans l’édifice (bâtiment communautaire ou autre) auquel ils étaient associés, comme pourrait le confirmer l’observation qui suit.

29On remarque en effet facilement que crânes humains et bucranes sont dans une certaine mesure utilisés alternativement et parfois conjointement, aussi bien cachés qu’exposés. Cela n’a rien de surprenant si l’on songe que le bucrane, en relief ou peint, représente la société, les hommes. Crânes et bucranes sont donc largement synonymes, avec cette nuance que le bucrane renvoie de façon abstraite à la communauté, tandis que le crâne ne se réfère qu’à un individu, au mieux à une lignée. On pourrait dire encore que crânes et bucranes sont pareillement des références, relatives pour les uns, absolues pour les autres. C’est très probablement cette synonymie qui explique la présence, à çayönü, à la fois de sang humain et de sang animal, ainsi que le mélange d’os humains et d’os de bêtes à cornes. Elle explique également, mais faut-il le rappeler, que l’on trouve très peu de figurines masculines, mais un très grand nombre de figurines de bêtes à cornes.

  • 43 Comme le note finement Valla 2003, p. 213.
  • 44 Forest 1993, 1994, 2003.

30Les omoplates constituant certains dépôts sont à ranger dans la même catégorie. Elles ont été retenues pour leur forme triangulaire 43 parce que le triangle remplace le bucrane dans les représentations schématiques, à en juger par les décors de çatal Höyük 44.

31En conclusion, il est facile de constater que les choses changent avec le temps, et il est certain que la maîtrise de la matière est de plus en plus grande dans bien des domaines (l’outillage et les techniques de taille, l’architecture, par exemple), tandis que l’emprise sur l’environnement augmente avec la domestication des plantes et des animaux. Le mode de production change, cela ne fait pas de doute, et il faut donc que la structure sociale, elle aussi, se réforme, pour rentrer en harmonie avec le nouveau mode de production. L’économie de chasse et de cueillette faisait système avec l’organisation sociale et les croyances, et il est évident que si l’on touche aux fondements matériels de ce système, c’est l’ensemble qui doit se modifier à terme.

  • 45 Testart 1985, p. 243.
  • 46 Ibid., p. 245.
  • 47 Le mode de production lignager « conserve l’ancienne organisation en clans ou lignages et le systèm (...)
  • 48 À propos des sociétés matrilinéaires et matrilocales, Zonabend 1986, p. 48, note que « cette soluti (...)

32Cela nous amène, et pour rêver un peu, à proposer quelques réflexions qui mériteraient d’être discutées avec des ethnologues. L’amélioration des forces productives a sans doute très tôt entraîné la disparition du communisme primitif proprement dit. De ce point de vue, A. Testart 45 envisage deux voies possibles  : un mode d’appropriation individuelle et un mode de production lignager, ajoutant que seule cette deuxième voie conduit à des niveaux de développement beaucoup plus élaborés 46. Connaissant la suite de l’histoire proche-orientale, c’est probablement à cela qu’il faut songer dans le cas présent. Rien, à ce stade, n’implique cependant la transformation de la structure 47. En particulier, le rôle joué par les femmes dans le processus de sédentarisation et la proto-agriculture, alors que les hommes sont encore très mobiles, reste en parfaite harmonie avec un régime matrilinéaire et matrilocal 48. Dans le domaine de l’alliance, un système d’échange dit «  généralisé », impliquant en général un mariage avec la cousine croisée matrilatérale, nous paraît plus vraisemblable, à la fois parce qu’il est plus propice à la diffusion observée des matières premières et des techniques, et surtout parce qu’il est bien mieux compatible avec les changements à venir.

  • 49 Zonabend 1986, p. 53 : « prédominance politique des hommes et filiation s’opposent en contexte matr (...)

33Autant il est probable que la société soit matrilinéaire et matrilocale au début de la séquence, autant on peut avancer qu’elle est patrilinéaire et patrilocale par la suite. Or sur cette trajectoire, la seule anomalie, ou le seul événement marquant que l’on pourrait songer à mettre en relation avec cette transformation, réside dans le rééquilibrage du mode de production au PPNB. La domestication animale, permettant la stabilisation de l’élément masculin, nous semble en effet une incitation majeure à l’adoption de nouvelles règles de filiation et à l’adoption de l’échange des femmes. Tant qu’il n’y a qu’un territoire peu humanisé, ni la sédentarité ni la proto-agriculture ne s’opposent à un régime matrilinéaire/matrilocal mais, dès lors que le territoire tend à se transformer en terroir, que se forment des réserves céréalières (pour la consommation et les semences) et que se constitue un cheptel, il convient d’adapter les règles de filiation et d’échange matrimonial à la nécessité de transmettre le patrimoine. En effet, la matrilocalité introduit une contradiction entre la dominance politique masculine et la transmission sur place du patrimoine 49. L’option matrilinéaire/patrilocale (dysharmonique) n’est pas inconcevable, mais elle associerait localement des gens qui n’appartiennent pas au même groupe de filiation (père et fils par exemple), tandis que la continuité des lignages serait assurée par des femmes qui, elles, seraient mobiles. L’option patrilinéaire/patrilocale (harmonique) est bien mieux adaptée.

  • 50 Et que nous avions cru reconnaître de façon tout à fait indépendante dans l’Obeid du Nord au Ve mil (...)
  • 51 Lévi-Strauss 1967, p. 540, parle de créances recouvrables sur n’importe quelle famille.
  • 52 Lévi-Strauss 1967, p. 540-541.

34Néanmoins, le pas ultime n’est franchi qu’un peu plus tard, probablement dans la première moitié du VIIe millénaire, lorsque de nouvelles pratiques matrimoniales sont adoptées. Le mouvement des femmes pourrait alors s’accompagner d’un mouvement symétrique de biens. Ce système, encore pratiqué 50, procure au groupe donneur de femmes une sorte d’avoir qui lui permettra au moment opportun de se procurer une femme auprès d’un quelconque autre groupe 51. Claude Lévi-Strauss indique à ce sujet 52 que «  la substitution de l’achat de la femme au droit sur la cousine permet (…) à l’échange généralisé de se dégager de sa structure élémentaire, et favorise la création de cycles de plus en plus nombreux, et aussi de plus en plus souples et étendus. En même temps, la règle de circulation des biens privilégiés impose un rythme à des cycles désormais improvisés, en fixe la trace, et atteste, à chaque instant, l’état créditeur ou débiteur des bilans. »

  • 53 Lévi-Strauss 1967, p. XXVII.

35Dans cette perspective, il se trouve que le mode de parenté iroquois évolue très facilement en systèmes crow ou omaha (respectivement matri- et patrilinéaire), caractérisés par une nomenclature asymétrique pour les cousins croisés, et dont Lévi-Strauss explique qu’ils «  fournissent la charnière grâce à laquelle les structures de parenté élémentaires et les structures complexes peuvent s’articuler. Ces systèmes relèvent des structures élémentaires par les empêchements au mariage qu’ils formulent en termes sociologiques, et ils relèvent des structures complexes par le caractère aléatoire du réseau d’alliances qui résulte indirectement de conditions négatives seules posées 53 ».

36L’introduction de nouvelles pratiques matrimoniales pourrait bien correspondre à une évolution de ce genre du mode de parenté (en l’occurrence vers le système omaha) qui marquerait la fin de la réadaptation de la structure au nouveau mode de production. On aurait alors, et pour la première fois, une structure typique (lignagère, patrilinéaire et patrilocale) des communautés villageoises céréalicultrices.

Que soient ici remerciés J.-L. Huot, H. Plisson, D. Stordeur, Fr. Valla et G. Willcox, qui ont bien voulu nous relire et nous faire profiter de leurs conseils.

Haut de page

Bibliographie

Anderson (P.) éd. 1992 Préhistoire de l’agriculture : nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Paris, CNRS éditions.

Aurenche (O.) & St. K.  Kozlowski 1999 La naissance du Néolithique au Proche-Orient, Paris, Errance.

Bourdieu (P.) 1980 Le sens pratique, Paris, éditions de Minuit.

Cauvin (J.) 1997 (1994) Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, Paris, CNRS éditions.

Forest (J.-D.) 1989 «  Les ‘jetons’ non urukiens et l’échange des femmes », dans E.  Henrickson & I.  Thuesen éd., Upon this Foudation. The ‘Ubaid Reconsidered, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, p. 199-224.

Forest (J.-D.) 1992 «  L’archéologie et l’ethnologie ou la nécessité de mélanger les genres », dans Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites. XIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, Éditions APDCA, p. 25-32.

Forest (J.-D.) 1993 «  çatal Höyük et son décor  : pour le déchiffrement d’un code symbolique », Anatolia Antiqua, 2, p. 1-42.

Forest (J.-D.) 1994 «  Towards an Interpretation of the çatal Höyük Reliefs and Paintings », 1993 Yili Anadolu Medeniyetleri müzesi konferanslari, T.C. kültür bekanligi anadolu medeniyetlari müzesi, Ankara, p. 118-136.

Forest (J.-D.) 1996a «  Le PPNB de çayönü et de Nevali çori  : pour une approche archéo-ethnologique de la néolithisation du Proche-Orient », Anatolia Antiqua, 4, p. 1-31.

Forest (J.-D.) 1996b Mésopotamie. L’apparition de l’État, VIIe-IIIe millénaires, Paris, Éditions Paris-Méditerranée.

Forest (J.-D.) 2003 «  çatal Höyük et son décor. Pour le déchiffrement d’un code symbolique », dans J. Guilaine éd., Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Paris, Errance, p. 41-58.

Hunter Anderson (R. L.) 1977 «  A theoretical Approach to the Study of House Form », dans L. R. Binford éd., For Theory Building in Archaeology, New York, San Francisco, Londres, Acad. Press, p. 287-315.

Lemonnier (P.) 1986 «  Le sens des flèches. Culture matérielle et identité ethnique chez les Anga de Nouvelle-Guinée », dans B. Koechlin, Fr.  Sigault, J. M. C. Thomas & G. Toffin éd., De la voûte céleste au terroir, du jardin au foyer. Mosaïques sociographiques, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 573-595.

Lévi-Strauss (Cl.) 1967 (1947) Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton.

Meillassoux (Cl.) 1975 Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero.

Meillassoux (Cl.) 1977 Terrains et théories, Paris, Anthropos.

Murdock (G. P.) & C. Provost 1973 «  Factors in the Division of Labor by Sex : A Cross-cultural Analysis », Ethnology, 12, p. 203‑225.

Pétrequin (A.-M.) & P.  Pétrequin 1990 «  Flèches de chasse, flèches de guerre. Le cas des Danis d’Irian Jaya (Indonésie) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 87, 10‑12, 1990, p. 484-511.

Pétrequin (P.) 1994 «  De la Nouvelle Guinée au Néolithique du Jura  : le rôle de l’écologie et de l’ethno-archéologie pour comprendre l’évolution de la culture matérielle », dans B.  Latour & P.  Lemmonier éd., De la Préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte/Recherches, p. 83-102.

Stordeur (D.) et alii 2001 «  Les bâtiments communautaires de Jerf el Ahmar et Mureybet horizon PPNA (Syrie) », Paléorient, 26/1, p. 29-44.

Tanno (K.-I.) & G.  Willcox 2006 «  How Fast Was Wild Wheat Domesticated  ? », Science, 311, p. 1886.

Testart (A.) 1982 Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités, Paris, Société d’ethnographie.

Testart (A.) 1985 Le communisme primitif. Économie et idéologie, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Testart (A.) 1986 Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs, Paris, EHESS.

Valla (Fr.) 2003 «  Une urgence  : donner du sens. Des sacrifices dans le Natoufien et l’horizon PPNA du Proche-Orient levantin », dans Sens dessus dessous. La recherche du sens en préhistoire. Recueil d’études offert à Jean Leclerc et Claude Masset, Revue archéologique de Picardie, p. 205-218.

Vigne (J.-D.) 2000 «  Les débuts néolithiques de l’élevage des ongulés au Proche-Orient et en Méditerranée  : acquis récents et questions », dans J.  Guilaine éd., Premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris, Errance, p. 143-168.

Whallon (R.) 1989 «  Elements of Cultural Change in the Later Palaeolithic », dans P.  Mellars & C.  Stringer éd., The Human Revolution. Behavioural and Biological Perspective in the Origins of Modern Humans, édimbourg, Edinburgh University Press, p. 433-454.

Willcox (G.) 2000 «  Nouvelles données sur l’origine de la domestication des plantes au Proche-Orient », dans J.  Guilaine éd., Premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris, Errance, p. 123-139.

Willcox (G.) 2005 «  The distribution, natural habitats and availability of wild cereals in relation to their domestication in the Near East : multiple events, multiple centres », Vegetation History and Archaeobotany, p. 1-17.

Zonabend (Fr.) 1986 «  De la famille. Regard ethnologique sur la parenté et la famille », dans A. Burguière, Chr. Klapisch-Zuber, M. Segalen & Fr. Zonabend éd., Histoire de la famille 1. Mondes lointains, mondes anciens, Paris, Armand Colin, p. 15‑75.

Haut de page

Notes

1 Forest 1992.

2 Testart 1985 spécialement.

3 Levi-Strauss 1967.

4 Bourdieu 1980 spécialement.

5 Rien ne peut remplacer la lecture de Testart 1985. Nous dirons seulement que le communisme primitif est la structure propre aux chasseurs-cueilleurs ayant un faible niveau de forces productives, tel qu’on le trouve au Paléolithique et tel qu’il persiste en Australie. Il est entièrement dépendant du procès de production féminin (la production des objets sexuels selon l’expression de Testart) qui implique entre autres une parenté dite classificatoire de type iroquois et une organisation sociale en clans matrilinéaires échangeant les hommes (Testart 1985, p. 225). Cet échange matrimonial peut être symétrique/restreint ou asymétrique/généralisé (selon un système qui veut qu’un groupe A donne à B qui donne à…X qui donne à A).

6 Meillassoux 1975, 1977.

7 Testart 1982.

8 Ibid.

9 « Ce n’est qu’à la fin du Pléistocène que l’essor des forces de production permet la diversification des économies de subsistance » (Testart 1982, p. 191) ou encore : « Au Proche-Orient, les changements écologiques de la fin du glaciaire ont peut-être constitué un facteur favorable à l’établissement d’économies de cueilleurs sédentaires : toutefois, un tel développement eût été impossible en deçà d’un certain niveau technique…» (Ibid., p. 193).

10 Willcox 2000, p. 126-127.

11 Testart 1982 souligne d’ailleurs à maintes reprises que la différence est très mince entre les chasseurs-cueilleurs stockeurs et les premiers agriculteurs.

12 Testart 1985, Section V et 1986.

13 « Les produits de la cueillette n’ont pas à être appropriés par d’autres que les productrices, parce que la société n’a pas retenu le procès de production de la cueillette comme un procès significatif à propos duquel s’appliqueraient les rapports de production. La société a sélectionné deux procès de production, l’un est celui de la production cynégétique et concerne les hommes – c’est le procès masculin – et l’autre est celui de la production des objets sexuels et concerne les femmes – c’est le procès féminin.  » (Testart 1985, p. 224).

14 Whallon 1989.

15 Cela explique peut-être que les céréales (et autres ?) stockées puissent rester à la disposition de la cellule familiale productrice. À çayönü ou à Nevali çori, par exemple, chaque maison possède (ou plus exactement est accolée à) son propre grenier. L’interprétation ne fait pas de doute (Forest 1996a) : il y a d’un côté un espace rectangulaire de plain-pied pourvu d’un foyer et de divers aménagements, et de l’autre une série de murets, parallèles ou croisés, très rapprochés, qui sont faits pour isoler du sol et pour ventiler. Chacun gère à l’évidence ses propres stocks, et aucune instance organisatrice ne les a encore pris en charge dans un système prestataire-redistributif. Le contraste est frappant avec les grands greniers que l’on voit apparaître au VIIe millénaire, à Umm Dabaghiyeh par exemple.

16 Willcox 2000, p. 132.

17 Tanno & Willcox 2006. La principale interrogation qui subsiste a trait à la façon dont on a pu sélectionner la variété à rachis solide, présente dans la nature mais extrêmement rare.

18 Willcox 2005.

19 Willcox 2000, p. 131.

20 Willcox 2000, p. 134, évoque la possibilité d’une surexploitation et de l’épuisement des céréales.

21 Vigne 2000, p. 147, évoque lui aussi « la recherche, par l’éleveur, d’animaux plus maniables ». Dans cette même perspective, ce n’est sans doute pas un hasard si l’on s’est intéressé d’abord aux espèces les plus petites, mouton et chèvre.

22 Selon Vigne 2000, p. 151, « il apparaît […] clairement que la chèvre, le mouton, le porc et peut-être le bœuf ont fait l’objet d’un contrôle plus ou moins serré dans le piémont méridional du Taurus oriental dès la seconde moitié du IXe millénaire av. J.-C., au PPNB ancien. » Il ajoute, p. 152, que « plusieurs découvertes récentes montrent […] que la diffusion s’est engagée très rapidement, notamment vers le sud (Moyen Euphrate) dès le tout début du PPNB moyen… ». Dans tous les cas, il est évident que des transferts (de connaissance ou d’animaux) ont eu lieu.

23 Murdock & Provost 1973, p. ?207.

24 Selon Aurenche & Kozlowski 1999, p. 70, « le passage du plan circulaire au plan rectangulaire suppose une véritable révolution mentale correspondant à une nouvelle vision du monde ». La proposition est assez paradoxale si l’on songe qu’en Afrique, par exemple, des communautés habitant des cases circulaires côtoient des populations occupant des maisons quadrangulaires. En outre, malgré l’accent mis sur la psychologie, les mêmes auteurs, dans les lignes qui suivent (p. 71) attribuent la même innovation à la possibilité « par adjonction de cellules, d’agrandir pratiquement sans limite l’espace domestique… ». Pourtant, la maison reste bien souvent monocellulaire, comme le fait remarquer Cauvin 1997, p. 175 sq., malheureusement sans davantage proposer d’explication convaincante, puisqu’il n’évoque que la symbolique inhérente, selon lui, au cercle et au rectangle.

25 Hunter Anderson 1977.

26 Cauvin 1997, p. 172, faisait d’ailleurs la même remarque, mais attribuait la persistance et la qualité toujours plus grande des armatures à une recherche esthétique liée à l’expression du prestige. Cette solution n’est pas totalement à écarter, à en juger par divers parallèles ethnographiques (Lemonnier 1986, Pétrequin & Pétrequin 1990, Pétrequin 1994). Pourtant, une arme de prestige devrait renvoyer à une activité valorisée : la chasse l’est-elle encore ? Elle devrait en outre être exceptionnelle pour attirer l’attention sur la différence de celui qui la possède : les armatures sont fort nombreuses. Enfin, l’arme devrait être particulièrement visible : les flèches ne sont-elles pas rangées, pointe en bas, dans un carquois ? En un mot, ce type d’objets se prête mal à l’expression du prestige. Enfin, on connaît quelques cas d’individus qui, au PPN, ont été atteints par un projectile et en sont peut-être morts (à Jéricho et à Aswad, Stordeur, communication personnelle), ce qui montre bien que les armatures pouvaient être associées à la guerre.

27 Le cas le plus caractéristique en Mésopotamie est celui du Halaf qui doit précisément son expansion progressive à la segmentation.

28 Ce qui conduit à envisager le développement de pratiques endogames, c’est-à-dire un échange de femmes entre groupes qui cohabitent.

29 Nous faisons par là allusion à des ensembles de populations qui font les mêmes choix arbitraires ou conventionnels comme, dans le domaine de la matière, la forme des maisons, ou le répertoire des formes et décors céramiques. Les groupes humains ne vivent pas en autarcie, comme le montrent l’existence d’horizons techniques très vastes et la circulation de divers produits (à commencer par l’obsidienne) sur de longues distances. Ces traits témoignent incontestablement de relations, mais ne permettent pas d’identifier des cultures. De la même façon, la manipulation généralisée des crânes, ou la multiplication des images féminines et taurines, ne témoigne que d’horizons idéologiques. Si les « cultures » doivent néanmoins leur existence à des relations privilégiées entre groupes humains, il s’agit moins de relations d’échange que de relations matrimoniales. Pour cette raison, la notion de culture est plus ou moins opératoire selon les pratiques en vigueur.

30 Au sujet des critères qui interviennent dans la répartition des tâches, voir Testart 1986.

31 Murdock & Provost 1973, p. 207.

32 Forest 1996b, p. 49 et p. 64.

33 Aurenche & Kozlowski 1999, p. 74-75.

34 Stordeur et alii 2001 évoquent ceux de Jerf el-Ahmar et de Mureybet, nous parlons de ceux de çayönü et Nevali çori dans Forest 1996a.

35 Aurenche & Kozlowski 1999, p. 73, par exemple, les évoquent dans un paragraphe intitulé « Les sanctuaires ».

36 C’est probablement à cet aspect cérémoniel qu’il faut rattacher la découverte, à çayönü, de sang humain (sans qu’il soit nécessaire pour autant d’envisager des sacrifices humains) et animal (grands et petits ruminants).

37 Stordeur et alii 2001, p. 43 : « En conclusion, c’est le resserrement autour d’une fonction unique qui a guidé la transformation de ces bâtiments collectifs ?», et (même page) : « Les bâtiments collectifs vont être de plus en plus nettement dédiés à un seul usage ».

38 Forest 1993, 1994, 2003.

39 Dans la mesure où la vie et la mort sont des notions évidentes à tout le monde, il est clair que le discours est fait essentiellement pour défendre l’ordre exogamique qui, lui, est entièrement culturel.

40 Nous ne doutons pas que les « Vénus » paléolithiques aient exactement la même signification.

41 Valla 2003.

42 Zonabend 1986, p. 55, rappelle que certaines sociétés « peuvent […] se constituer sur la base de la reconnaissance d’une descendance commune. Autrement dit, leurs membres se réclament tous d’un même ancêtre, homme ou femme, en ligne masculine (filiation patrilinéaire), en ligne féminine (filiation matrilinéaire) ou à travers l’une et l’autre lignes (filiation indifférenciée) ».

43 Comme le note finement Valla 2003, p. 213.

44 Forest 1993, 1994, 2003.

45 Testart 1985, p. 243.

46 Ibid., p. 245.

47 Le mode de production lignager « conserve l’ancienne organisation en clans ou lignages et le système de parenté iroquois » (Testart 1985, p. 245).

48 À propos des sociétés matrilinéaires et matrilocales, Zonabend 1986, p. 48, note que « cette solution s’avère viable quand les biens possédés ne sont pas de grande valeur et quand les hommes s’adonnent à des activités lointaines ».

49 Zonabend 1986, p. 53 : « prédominance politique des hommes et filiation s’opposent en contexte matrilinéaire ; au contraire elles se conjuguent harmonieusement si la filiation passe par les lignes masculines ».

50 Et que nous avions cru reconnaître de façon tout à fait indépendante dans l’Obeid du Nord au Ve millénaire (Forest 1989).

51 Lévi-Strauss 1967, p. 540, parle de créances recouvrables sur n’importe quelle famille.

52 Lévi-Strauss 1967, p. 540-541.

53 Lévi-Strauss 1967, p. XXVII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Daniel Forest, « Le processus de néolithisation proche-oriental  : pour une archéologie sans frontières », Syria, 83 | 2006, 125-138.

Référence électronique

Jean-Daniel Forest, « Le processus de néolithisation proche-oriental  : pour une archéologie sans frontières », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.187

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Forest

Maison de l’archéologie et de l’ethnologie - René Ginouvès
ArScAn - UMR 7041 (CNRS, universités Paris-I et X), Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals