Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Autres articlesTell al-Nasriyah (Syrie) et le co...

Autres articles

Tell al-Nasriyah (Syrie) et le contact égéen : à propos d’urnes cinéraires

Xavier Faivre
p. 313-352

Résumés

Entre 2008 et 2010, les fouilles de la nécropole à crémation de Tell al-Nasriyah, à 15 km au nord-est de Hama, sur l’Oronte, ont livré un matériel funéraire abondant constitué d’urnes cinéraires de trois types. L’un de ceux-ci retient particulièrement notre attention car il reflète de profonds bouleversements dans le bassin oriental de la Méditerranée, marquant le passage, en Syrie occidentale, de la culture du Bronze récent à celle du Fer I, au cours du xiie s. av. J.-C. L’objet de cet article est d’envisager, d’une part, la datation de ces urnes en fonction de données chronologiques hétérogènes. On examine, d’autre part, les mécanismes de diffusion et d’intégration de formes et motifs égéens dans la céramique peinte locale. Quelle est la part des circuits d’échanges commerciaux pérennes depuis le Bronze récent, celle des Peuples de la Mer, souvent associés à la diffusion de céramique HR IIIC au Levant ? Les données récentes sur les royaumes néo-hittites de Syrie du Nord apportent peut-être quelques éléments de réponses.

Haut de page

Notes de l’auteur

J’adresse mes vifs remerciements à D. Parayre (Lille III, UMR 7041 ArScAn – VEPMO, Nanterre), qui m’a confié l’étude de ce matériel, Fr. Rougemont (CNRS, UMR 7041 ArScAn – Protohistoire égéenne, Nanterre), M. E. Alberti (Department of Archaeology, University of Sheffield), M. Sauvage (CNRS, USR 3225 et ArScAn – HAROC, Nanterre) ainsi qu’aux référés de la revue Syria pour leurs relectures, conseils et suggestions dans la rédaction de cet article, enfin à A. Taraqji pour la traduction en arabe.

Texte intégral

  • 1 La mission syro-française de l’Oronte, co-dirigée par D. Parayre (Université Charles de Gaulle-Lill (...)
  • 2 Ce sont respectivement les groupes 1, 2 et 3. Pour une présentation préliminaire, Tenu 2010, Tenu (...)
  • 3 Riis 1948, p. 26, 46-115.

1Les fouilles de la nécropole à crémation de Tell al-Nasriyah entre 2008 et 2010 ont livré un matériel funéraire abondant constitué d’urnes cinéraires de trois types1. L’un, dépourvu d’anses (fig. 1), l’autre, à deux anses (fig. 2-3), ont un décor peint monochrome de couleur rouge assez grossier, étroitement associé à leur morphologie. Le troisième, à une anse, est sans décor2 (fig. 4). Cet ensemble s’ajoute aux urnes cinéraires découvertes par la mission danoise dirigée par P. J. Riis dans les années 1930 : quatre exemplaires dans un sondage réalisé à Nasriyah, d’autres à Hama, beaucoup plus nombreuses et publiées de façon détaillée3.

Figure 1. Groupe 1 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 210, 212, 230

Figure 1. Groupe 1 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 210, 212, 230

© X. Faivre

Figure 2ab. Groupe 2 des jarres de Nasriyah : exemplaire complet : 234

Figure 2ab. Groupe 2 des jarres de Nasriyah : exemplaire complet : 234

© cl. A. Tenu ; dessin X. F.

Figure 3. Groupe 2 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 201, 233

Figure 3. Groupe 2 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 201, 233

© X. Faivre

Figure 4. Groupe 3 des jarres de Nasriyah : 207, 235

Figure 4. Groupe 3 des jarres de Nasriyah : 207, 235

© X. F.

  • 4 Klengel 2000 ; Lipiński 2006, p. 23-65.
  • 5 Mazzoni 2000 ; Venturi 1998, 2000, 2007, 2008, 2010.

2Ce sont les deux premiers groupes qui retiennent ici notre attention (fig. 1-3) car ils reflètent de profonds bouleversements dans le bassin oriental de la Méditerranée qui se répercutent sur tout le Levant4. En effet, il est communément admis que l’apparition de la céramique peinte à décors égéens marque le passage, en Syrie occidentale, de la culture du Bronze récent à celle du Fer I au cours du xiie s. av. J.-C. (fig. 12-13)5. Au vu du matériel archéologique, Tell al-Nasriyah est un témoin de cette transition ; cependant des datations 14C récentes, à partir du matériel osseux de plusieurs jarres, changent quelque peu la donne.

3Outre la présentation d’un matériel inédit de la région de Hama, qui s’intègre dans un assemblage plus large englobant la Méditerranée orientale, l’objet de cet article est d’envisager, d’une part, la datation de ces urnes en fonction de données chronologiques hétérogènes.

4On examine, d’autre part, les mécanismes de diffusion et d’intégration de formes et de motifs égéens dans la céramique peinte locale. Ce qui implique de confronter notre dossier archéologique au contexte historique d’une période en mouvement, émergeant peu à peu des « siècles obscurs » : on tente ainsi d’observer les éléments de rupture mais aussi de continuité qui marquent la fin du Bronze récent et le début de l’âge du Fer. Quelle est la part des bouleversements économiques et politiques que connaît la Méditerranée orientale à la fin du Bronze récent, des circuits d’échanges commerciaux pérennes depuis le Bronze récent, dans lesquels Chypre a une place particulière, celle des Peuples de la Mer, souvent associés à la diffusion de céramique HR IIIC au Levant, ou encore celle de nouvelles populations installées ? Les données récentes sur les royaumes néo-hittites de Syrie du Nord apportent peut-être quelques éléments de réponse.

5Ainsi pourra-t-on mesurer comment la présence, à Nasriyah, de ces nouveaux artefacts d’apparence égéenne constitue une expression parmi d’autres de mutations culturelles, économiques et sociales significatives, au sein d’un nouvel ordre politique.

La céramique peinte monochrome

  • 6 Sur les Peuples de la Mer, Barnett 1975 ; Sandars 1978 ; Grandet 1993, p. 182-201 ; Faivre 2001, p.(...)
  • 7 Par ex. Fournier 1986. On notera que l’usage des appellations et abréviations anglo-saxonnes Late H (...)
  • 8 Lehmann 2007, p. 517.
  • 9 Woolley 1914, 1921, 1939 ; Riis 1973.

6Cette période, entre les xiie et xie s., voit en effet l’émergence, sur de nombreux sites, de classes céramiques similaires, sur une vaste zone allant de l’Égée au Levant en passant par Chypre, souvent associée au passage des Peuples de la Mer que mentionne l’inscription de l’an 8 de Ramsès III dans le temple de Médinet Habou6. C’est tout d’abord un assemblage céramique, au caractère égéen très marqué, nommé Helladique récent IIIC (HR IIIC) ou Mycénien IIIC (Myc. IIIC) qui indique des contacts entre les régions du Levant et la Méditerranée orientale7. On le trouve sur nombre de sites de Chypre, du Levant côtier et de Syrie du Nord, sous un nombre de formes limité, principalement des vases ouverts, cratères, coupes et bols, probablement associées à la consommation de vin8. Cet assemblage est accompagné d’une céramique locale monochrome, généralement rouge mat, dont les motifs décoratifs, souvent combinés (triangles réticulés, lignes ondulées ou droites, métopes, crochets) dénotent une influence égéenne manifeste que Woolley, le premier, a mis en évidence dans les années 1920 dans les fouilles de Karkemiš, confirmée par les fouilles postérieures9.

  • 10 Mazzoni 2000, p. 34-35. Sur la complexité du débat sur les origines de la crémation à la fin de l’â (...)

7C’est également, dans le même temps, l’usage de la crémation, pratiquée en Anatolie dès la première moitié du IIe millénaireav. J.-C. (mais aussi moins documentée dans la seconde moitié), qui se répand dans le monde égéen comme en Syrie, à partir du xe s., notamment à Yunus (au nord de Karkemiš), Deve Hüyük, Hama, Tell Sukas, Ras el-Bassit et plus récemment Tell Shiukh Fawqani. On a longtemps interprété cette introduction par l’arrivée de nouvelles populations et, au premier chef, celle des Peuples de la Mer, mais l’hypothèse a été rendue caduque par l’existence de crémations, dès l’âge du Bronze récent, sur plusieurs sites (Hama, Alalakh, Tell Sukas). La diffusion de la céramique HR IIIC, associée à celle des Peuples de la Mer, ne semble pas devoir être superposée à celle de la crémation10.

8C’est dans ce contexte qu’il faut replacer les jarres cinéraires de Nasriyah.

9Si, à l’heure actuelle, aucune céramique HR IIIC n’y a été découverte, la céramique locale peinte, souvent similaire à celle du cimetière de Hama, est bien attestée.

Les jarres piriformes à anses verticales de Nasriyah

  • 11 Furumark 1941, FS 37-38, fig. 3-4. Id. 1972, 1992, p. 181-182, pl. 25-30.
  • 12 Cimetières de Yunus à Karkemiš : Woolley 1914, p. 95 et pl. XXVI, c ; id. 1939, pl. X, 5-6 et XI.
  • 13 Deve Hüyük (Moorey 1980, fig. 2, 5-6).
  • 14 Hama, cimetière à crémation, période II, jarres peintes à deux anses et à base annulaire (Ingholt 1 (...)
  • 15 Hama, niveau E, bâtiment I, période II ou III (Riis 1948, fig. 242 ; Fugmann 1958, fig. 188 : 5 A 8 (...)
  • 16 Tell Kazel, chantier II, pièce B, niv. 5 (Badre et al. 1994, p. 303-304, fig. 35a) ; chantier II, F (...)

10Le groupe 2 des jarres cinéraires de Tell al-Nasriyah (fig. 2-3) se rattache aux jarres piriformes/ovoïdes/biconiques, généralement à trois anses verticales sur l’épaule, que le monde égéen diffusa au Levant11. En Syrie occidentale, de grandes ressemblances formelles et décoratives existent avec des jarres cinéraires à deux et trois anses provenant d’autres cimetières à crémation (Yunus à Karkemiš12, Deve Hüyük13, Hama14) ou d’un bâtiment de l’acropole de Hama15 (fig. 5-8) et, plus récemment, à Tell Kazel16.

Figure 5a. Jarres à deux anses de Karkemiš

Figure 5a. Jarres à deux anses de Karkemiš

D’après Woolley 1939, pl. X, 5-6, XI

Figure 5b. Jarres à deux anses de Deve Hüyük

Figure 5b. Jarres à deux anses de Deve Hüyük

D’après Moorey 1980, fig. 2, 5-6

Figure 6a. Jarre à deux anses de Hama

Figure 6a. Jarre à deux anses de Hama

D’après Riis 1948, fig. 122

Figure 6b. Jarre à deux anses de Hama

Figure 6b. Jarre à deux anses de Hama

D’après Riis 1948, fig. 45 : 5 B 87

Figure 7a. Jarre à deux anses de Hama

Figure 7a. Jarre à deux anses de Hama

D’après Riis 1948, fig. 242

Figure 7b. Jarre à deux anses de Hama

Figure 7b. Jarre à deux anses de Hama

D’après Fugmann 1958, fig. 188

Figure 8. Jarre à trois anses de Hama

Figure 8. Jarre à trois anses de Hama

D’après Riis 1948, fig. 51

11Leur décor peint est simple ou complexe :

    • 17 Riis 1948, p. 96, motif 81 (G IV 205) ; p. 103, 105, 108.

    simple : bandes horizontales groupées par bandeaux sur le col, l’épaule ou la panse, assorties de bandes verticales partant des anses et se recourbant vers le haut, en double crochet, à la façon d’une « ancre marine » (antithetic hooks / antithetic tails). Nous proposons ici le terme de « bande verticale à crochets opposés ». C’est le décor commun des jarres du groupe 2 de Nasriyah dont le parallèle le plus proche se trouve dans le cimetière à crémation de Hama, où il est mentionné sous la dénomination « ornementation de queue d’hirondelle ou de glands »17 (fig. 6).

    • 18 Elles sont limitées par des lignes verticales droites ou ondulées et remplies de croix, de triangle (...)
    • 19 Palmier et ibex à Karkemiš et à Hama (bâtiment I), oiseau à Hama.

    complexe : lignes horizontales groupées dans la moitié supérieure ou bandeaux peignés, métopes formées de figures géométriques18, alternant parfois avec des éléments naturalistes, végétaux ou animaliers19. C’est le décor des jarres à deux et trois anses de Karkemiš, Deve Hüyük, Hama (fig. 5-8) et de Tell Kazel.

  • 20 Alors que Woolley attribue à la nécropole de Karkemiš une activité comprise entre 1200 av. J.-C. et (...)
  • 21 Un exemplaire est daté de la période III (fin xe-ixe s. av. J.-C.) et cinq autres de la période IV (...)
  • 22 Riis 1948, p. 192-204 et tabl. p. 202.

12Si les datations de Karkemiš et de Deve Hüyük sont imprécises20, les parallèles de Hama attribuent le groupe à trois anses à la période I (xiie-xie s. av. J.-C.) et datent le groupe à deux anses de la période II (xie-xe s. av. J.-C.)21. Cette périodisation est fondée sur l’analyse des artefacts présents dans les niveaux des cimetières et de la citadelle et, sur cette dernière, de la statuaire. Elle est à l’origine de la distinction Bronze récent / âge du Fer dans la région et fait aujourd’hui référence. Elle se décline comme suit22 :

Citadelle

Cimetières

Durée

Dates

F2

I

ca. 125 ans (?)

ca. 1200-(1075) av. J.-C.

F1

II

ca. 150 ans (?)

ca. (1075)-(925) av. J.-C.

E2

III

ca. 125 ans (?)

ca. (925)-800 av. J.-C.

E1

IV

ca. 80 ans

ca. 800-720 av. J.-C.

Les jarres piriformes égéennes

  • 23 Comme de nombreuses formes de vases, on peut les reconnaître dans les tablettes en Linéaire B sous (...)
  • 24 Courtois 1981.
  • 25 Bass 1967, 1986, 1991, Pulak 1988, 2000. D’autres épaves témoignant de ce commerce à longue distanc (...)
  • 26 Furumark 1941, p. 587, forme 7 « Pithoid jar », types FS 14 à 51, 62 : 6 ; id. 1992, pl. 9-33, 39.
  • 27 Les types ovoïdes (FS 37-38) sont les plus tardifs, entre le HR IIIB et le HR IIIC : 1 : xiiie-xie  (...)
  • 28 Mountjoy 1986, 1993, 1998 et 1999. Voir ainsi particulièrement Astypalaia, HR IIIC ancien (Mountjoy(...)

13Les jarres piriformes à trois anses verticales, localisées sur l’épaule, sont bien attestées dans le monde égéen23 et à Chypre (tombes d’Enkomi)24, d’où elles sont passées dans le monde oriental à la faveur des relations maritimes. Le Bronze récent est en effet marqué par l’essor de la circulation de produits finis entre ces régions, l’Égypte et l’Anatolie, ce dont témoignent les cargaisons d’épaves échouées sur la côte sud-ouest de l’Anatolie, comme celles d’Uluburun, vers 1300 av. J.-C. ou Cap Gelidonya, vers 1200 av. J.-C.25 Elles apparaissent sous plusieurs formes dans la typologie de la céramique mycénienne dressée par A. Furumark dans les années 194026 qui a fourni au monde égéen une chronologie relative : elles évoluent ainsi peu à peu de « piriformes » à « ovoïdes »27 entre les HR I et HR IIIC (soit entre les xvie et xie s. av. J.-C.). P. A. Mountjoy en a défini les caractères régionaux et une nouvelle périodisation (tabl. 1)28.

Tableau 1. Chronologies comparées des mondes égéen, levantin, égyptien et hittite.

Tableau 1. Chronologies comparées des mondes égéen, levantin, égyptien et hittite.
  • 29 Yon et al. 1995, 2000. On y a notamment trouvé des jarres à trois anses verticales (Courtois 1978, (...)
  • 30 Van Wijngaarden 2002.
  • 31 Riis 1948, p. 80 (Qadesh, Mishrifé-Qatna, Khān Cheikhoum, Hama G).

14On a en effet retrouvé de la céramique mycénienne et chypriote, dès le Bronze récent, sur de nombreux sites du Levant côtier, au sud comme au nord : Ugarit (fig. 9) dispose, par exemple, d’une position géographique privilégiée pour le commerce maritime et terrestre, notamment du cuivre et de l’étain, le long des côtes mais aussi à l’intérieur des terres jusqu’à l’Euphrate29. Ainsi des « importations » de céramiques égéennes sur d’autres sites du Levant et de Syrie intérieure corroborent-elles les contacts entre ces deux univers culturels30 mais, si Riis en mentionne sur plusieurs sites de la région de Hama31, cela reste toujours à vérifier à Nasriyah.

Figure 9. Jarres mycéniennes d’Ugarit

Figure 9. Jarres mycéniennes d’Ugarit

D’après Courtois 1978, fig. 36, 13-14

  • 32 Stubbings 1951 ; Courtois 1973 ; Cadogan 1973 ; Yon et al. 2000 ; Balensi et al. 2004.
  • 33 Darcque 2004 ; Dabney 2007 ; Treuil et al. 2008.
  • 34 Mountjoy 1993, p. 123, 127, 163. De nombreuses grandes jarres piriformes utilisées pour l’huile ont (...)

15La très large diffusion de la céramique mycénienne en dehors de la Grèce continentale, sa présence et sa fabrication au Levant et à Chypre ont en effet été longtemps des sujets de controverses et continuent à poser de nombreuses questions32. Sporadique au xve s., il semble qu’elle ait été apportée au hasard de trafics divers à Chypre, en Égypte et en Syrie-Palestine, comme la céramique crétoise au Minoen moyen, trois siècles plus tôt. Les Mycéniens ont en effet exporté des matières premières, produits transformés (huiles ou vins), objets finis vers tous les rivages de la Méditerranée, privilégiant Chypre et le Levant dans leurs échanges33. L’usage confirmé des grandes jarres piriformes pour les liquides, notamment pour l’huile ou pour le vin, voire le lait ou l’eau, le miel et les onguents pour les plus petites, appuie l’hypothèse de ce type de diffusion34.

  • 35 Karageorghis 1965, p. 201-203, 213 ; Furumark 1941, p. 66.
  • 36 Sur les différentes hypothèses liées à la céramique mycénienne au Levant, van Wijngaarden 2002, p.  (...)

16Or, dès les xive et xiiie s., elle devient tellement abondante qu’un simple circuit commercial lié au contenu ne saurait expliquer à lui seul la situation : peut-être s’agirait-il plutôt d’une exportation massive de cette production céramique. Les spécialistes ont remarqué que certains vases et décors, connus uniquement au Levant et à Chypre, étaient complètement inconnus dans le monde égéen35. On les a expliqués soit par l’installation d’artisans mycéniens dans les centres commerciaux du Levant, soit par la fabrication en Grèce continentale de vases mycéniens destinés à l’exportation vers le Levant36. Plus récemment, des analyses d’argile ont montré que cette production avait pour origine le nord-est du Péloponnèse, donnant ainsi l’impression d’une koinè centrée sur l’Argolide.

  • 37 Schaeffer 1949 ; Courtois 1978.
  • 38 C’est du moins l’impression que donnent les fouilles de Rhodes qui concernent essentiellement, à pe (...)
  • 39 À Ugarit, Monchambert 2004b, p. 278 ; Bell 2009, p. 30. Pour le monde égéen, Treuil et al. 2008 ; K (...)

17Ainsi, importée ou fabriquée localement, la céramique égéenne jouissait à Chypre et sur la côte levantine, notamment à Ugarit, d’une grande faveur auprès de la population qui en appréciait la qualité, supérieure à la production locale. Vaisselle de prestige, elle était digne de suivre les défunts dans leur tombe lors de leur inhumation. L’essentiel de la céramique mycénienne des fouilles anciennes d’Ugarit et de Minet al-Beida37, comme celle de plusieurs sites égéens (Ialysos, sur l’île de Rhodes)38, provient en effet de tombes à inhumation : ces vases avaient donc souvent une vocation funéraire. Mais les trouvailles plus récentes montrent qu’ils avaient aussi, plus rarement, une fonction utilitaire et n’étaient pas réservés à une élite, puisque même les maisons les plus modestes en ont également livré39.

L’imitation locale de formes et de décors égéens

  • 40 Riis le note très tôt à Hama (Riis 1948, p. 80, 89). Le phénomène est bien mis en évidence à Tell A (...)
  • 41 Amiran 1970, chap. x.
  • 42 Courtois 1978, fig. 58, 1-3 (part. no 2).

18Un autre mode de contacts levanto-mycéniens a été observé en Syrie-Palestine : des études de pâtes ont révélé l’imitation locale de formes et de décors peints empruntés au vocabulaire mycénien, synthèse d’éléments exogènes et de traditions locales, conséquence des échanges commerciaux bilatéraux, ou plutôt multilatéraux40. C’est, par exemple, le cas au Bronze récent en Palestine, où la tradition de la céramique peinte s’est maintenue41, mais aussi, dans une moindre mesure, sur la côte septentrionale, comme à Ugarit42 (fig. 10).

Figure 10. Imitations syriennes de jarres mycéniennes d’Ugarit

Figure 10. Imitations syriennes de jarres mycéniennes d’Ugarit

D’après Courtois 1978, fig. 58, 1-3

  • 43 Fugmann 1958, fig. 188 : 5 A 842(B).
  • 44 Ce décor apparaît sur plusieurs types de vases mycéniens (HR IIB-IIIA/B : 1450-1190), notamment par (...)
  • 45 Sur l’origine de ce thème iconographique, présent sur céramique mais aussi sur sceau-cylindre ou ca (...)

19Certains motifs décoratifs, appliqués aux jarres du groupe 2 de Tell al-Nasriyah et à leurs parallèles syriens, montrent également des connexions avec le monde égéen. Cela est particulièrement frappant si l’on se tourne vers les décors peints complexes évoqués plus haut (fig. 5, 7-8), tels qu’ils apparaissent, par exemple, sur cette jarre du Bâtiment I de Hama43 : bandeaux peignés44, palmier entouré de caprinés, commun au Bronze récent au Levant Sud et perdurant à l’âge du Fer45.

  • 46 Trois sites de l’Amuq, phase N, sont principalement concernés : Judaideh, Çatal Höyük et Tell Ta’yi (...)
  • 47 Tarse (Goldman 1956, fig. 391.1352) ; Mersin, Area 12, Level III (Barnett 1939, p. 125, pl. 53, 1).
  • 48 Sukas (Buhl 1983, p. 115, n. 744).
  • 49 Hama : n. 17 et bâtiment II, pièce N (Fugmann 1958, fig. 269, 6 B 389) ; Afis, phase IVa, Fer Ib, v (...)

20Mais on ne retiendra ici que le décor peint de « bandes verticales à crochets opposés », particulièrement représenté sur les jarres à deux anses de Nasriyah (groupe 2). On le trouve également dans la céramique de l’Amuq (phase N), à forte proportion de tradition mycénienne tardive (HR IIIC)46, en Cilicie (Tarse, Mersin)47, sur la côte (Tell Sukas)48, à Hama (fig. 6) et à Tell Afis, où il apparaît sur tout type de vases munis d’anses des phases IV et III (xie-xe s. av. J.-C.)49.

  • 50 Chalcidique : Torone , tombe 101 (début de l’âge du Fer), urne cinéraire probablement de fabricatio (...)
  • 51 Venturi 2010, p. 6-7 ; Attique, HR IIIC ancien : Kopreza (Mountjoy 1999, fig. 209, 322), Perati (ib (...)
  • 52 Argolide : Mycènes, HR IIIC moyen (Mountjoy 1986, fig. 206 ; 1999, fig. 43, 330, 333 ; fig. 44, 337(...)
  • 53 Crète : Thronos/Kephala, HR IIIC récent (D’Agata 2003, fig. 2, 8 et p. 31).
  • 54 Dodécanèse : Rhodes, HR IIIC ancien - HR IIIC moyen (développé) Mountjoy 1998, p. 54-55, fig. 10 ; (...)
  • 55 L’auteur envisage cet ensemble culturel en terme de « East Aegean - West Anatolian Interface » (Mou (...)
  • 56 Mountjoy 1998, p. 34-45, fig. 1. L’auteur y situe le royaume d’Ahhiyawa qui aurait englobé Milet et (...)
  • 57 Mountjoy 1998, p. 53-54, fig. 2. Ce serait, selon l’auteur, une preuve possible de l’activité des P (...)
  • 58 Une période de transition HR IIIB/IIIC ancien, mise en évidence par plusieurs spécialistes, semble (...)
  • 59 Ceci est confirmé par Giorgiadis 2009, p. 95-96.
  • 60 D’autres types de vases à anses simples ou doubles sont pourvus du même décor (Mountjoy 1998, fig.  (...)
  • 61 N. 56.
  • 62 On se réfère ici à quelques remarques issues de Treuil et al. 2008, p. 429. Les auteurs font état, (...)

21On en attribue l’origine à l’interprétation de prototypes égéens, en vogue durant le HR IIIC, avec un prolongement possible à la période sub-mycénienne, entre les xiie et xie s. av. J.-C. Ceux-ci sont étroitement associés à tout type de vase pourvu d’une à trois anses, verticales principalement (aiguières, hydries, amphores, jarres piriformes, cratères, jarres à étrier), mais aussi parfois horizontales. La face extérieure est soulignée par une bande peinte, plus ou moins sinueuse, qui se prolonge, sur la panse, par un crochet simple (simple hook) ou deux crochets opposés (antithetic hooks / antithetic tails). Beaucoup plus rarement, le motif ne part pas de l’anse50. Prenant différentes formes selon leur provenance, ce motif est commun en Attique51, sporadique ailleurs en Grèce continentale, dans les Cyclades52, voire en Crète53, mais particulièrement apprécié dans les îles du Dodécanèse (Kalymnos, Kos, Astypalia, Chios, Rhodes)54. En effet, les travaux de P. A. Mountjoy y ont mis en évidence une production céramique régionale particulière, est-égéenne, caractérisée par des formes et des motifs décoratifs mycéniens en marge de la Grèce continentale mais en relation avec l’Anatolie occidentale55. Cette interface est-égéenne se diviserait, au HR IIIA2 et IIIB, en deux zones nord-sud : le nord, de Troie à Chios, avec un assemblage majoritairement anatolien comportant peu de céramique mycénienne ; le sud, qui nous intéresse, englobant Milet et la côte et incluant les îles ouest-anatoliennes et Rhodes de façon homogène56. Mais Rhodes en serait séparée au HR IIIC, montrant des formes céramiques distinctes, une forte influence minoenne, même si certains décors restent similaires57. Ainsi Mountjoy observe-t-elle que certains traits propres à ladite koinè (sud-)est-égéenne semblent apparaître dès le HR IIIB (xiiie s.) et se poursuivre au HR IIIC ancien et moyen (xiie-xie s.)58 (fig. 11). Alors que les jarres piriformes, nombreuses au HR IIIA et B (xve-xiiie s.), ont presque disparu en Grèce continentale, elles perdurent dans les îles est-égéennes59 : c’est en effet de cette période et de cette région que provient un groupe particulier de jarres piriformes ovoïdes à trois anses ornées de bandes verticales que prolongent, sur la panse, des « crochets opposés » (type FS 37-38 de Furumark). Il est daté du HR IIIC ancien et moyen (fig. 11), et la forme autant que le décor s’apparentent étonnamment aux jarres cinéraires de Nasriyah60. Mais, à part trois exemples issus des tombes d’Ialysos (musée de Florence), de Vati (Akave Collection) sur l’île de Rhodes et d’Astypalia (non publié), l’origine et le contexte d’autres vases semblables, dispersés dans plusieurs musées (Rome, Munich)61, sont incertains. Cependant, d’après des critères technologiques, caractéristiques de Kos, Kalymnos et Astypalaia, Mountjoy suggère que ce groupe provienne de l’une de ces îles (peut-être Astypalaia) d’où il aurait été exporté. On reste dans le même horizon géographique. Ces urnes s’inscriraient donc dans les « variations locales ou régionales notables » qui se seraient formées dans la deuxième partie de la phase HR IIIB, s’opposant à « la standardisation des formes » et à « l’homogénité stylistique » des périodes précédentes62.

Figure 11a. Jarre de Rhodes

Figure 11a. Jarre de Rhodes

D’après Furumark 1992, pl. 27, type 37

Figure 11b. Jarres de Rhodes

Figure 11b. Jarres de Rhodes

D’après Mountjoy 1998, fig. 10, 2-4

22Ainsi les exemplaires du groupe 2 de Nasriyah pourraient-ils apparaître comme une interprétation de telles jarres piriformes, systématisant certains motifs originaires du Dodécanèse, issue de contacts avec le monde levantin. Mais à quel moment et comment ? Envisageons donc leur datation et les mécanismes de diffusion.

Datation des jarres piriformes à « crochets opposés »

23Nous partons de plusieurs constats notés ci-dessus :

  • Certains traits propres à la koinè est-égéenne apparaissent dès le LH IIIB (xiiie s.) et se poursuivent au LH IIIC ancien et moyen (xiie-xie s.), telles les jarres ovoïdes ornées de « crochets opposés » de la région de Rhodes (p. 326-327).

    • 63 N. 16.

    Ces dernières appartiennent aux types FS 37-38 de Furumark, versions tardives des jarres piriformes égéennes63.

    • 64 N. 16-18.

    De la sphère égéenne, elles seraient passées en Orient où elles auraient été copiées localement à l’âge du Fer I (Hama, Tell Kazel)64.

  • Les jarres du groupe 2 de Nasriyah trouvent leurs parallèles les plus proches dans les fouilles anciennes des cimetières de Hama qui leur attribuent une datation relative située entre les xiieet xe s. av. J.-C. (p. 319-322).

  • 65 On verra les représentations de guerriers et de bateaux sur des vases de style pictural (Sandars 19 (...)

24Ces observations pourraient indiquer un lien avec les bouleversements suscités par les Peuples de la Mer en Méditerranée orientale entre la fin du xiiie s. et le xiie s. av. J.-C., auxquels on impute souvent l’apparition au Levant de céramique mycénienne de l’HR IIIC et de céramiques locales peintes d’influence égéenne65 qui apparaissent fréquemment après des phases de destruction.

25La datation de nos jarres est cependant plus complexe puisqu’elle implique des sources multiples : ce sont les datations 14C réalisées naguère sur le matériel osseux de plusieurs jarres du cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah, la stratigraphie levantine de sites plus récemment fouillés, la chronologie égéenne, basée sur une typologie céramique dans laquelle s’insèrent les modèles mycéniens évoqués plus haut. Réévaluée depuis Furumark, notamment par Mountjoy, elle est, de plus, étayée par le synchronisme avec des sources égyptiennes. Dans quelle mesure peut-on concilier ces éléments de datation hétérogènes ?

Les datations calibrées 14C : de nouvelles données compatibles

26Les datations calibrées 14C réalisées sur le matériel osseux de cinq jarres du cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah (fig. 1, 3) semblent remettre en cause la périodisation fournie par les comparanda céramiques.

27En effet, les analyses concernant les os de deux jarres du groupe 2 (201 et 233) procurent une très large fourchette chronologique comprise entre les xive et xie s. av. J.-C., soit une période totale de 337 ans. Ce qui induit, à première vue, une datation nettement plus haute, tournée vers le Bronze récent. Mais il faut bien observer que la datation proposée pour chaque jarre couvre une très longue période de ± 200 ans. Le matériel osseux de trois jarres du groupe 1, datées par les analyses 14C entre les xve et xiiie s., fournit des dates analogues pour l’une d’entre elles (210), voire plus hautes pour les deux autres (212, 230). Aucune analyse n’a été faite sur les os des jarres du groupe 3.

Jarres du groupe 1

Code

du laboratoire

Échantillon

Datation 14C

brute en BP

Datation calibrée ± 30 ans

Lyon-8035(SacA 24003)

Jarre no 210

2930 ± 30

1257-1021 av. J.-C.

Lyon-8036(SacA 24004)

Jarre no 212

3125 ± 30

1445-1320 av. J.-C.

Lyon-8037(SacA 24005)

Jarre no 230

3080 ± 30

1417-1269 av. J.-C.

Jarres du Groupe 2

Code

du laboratoire

Échantillon

Datation 14C

brute en BP

Datation calibrée ± 30 ans

Lyon-8034(SacA 24002)

Jarre no 201

2950 ± 30

1263-1052 av. J.-C.

Lyon-8038(SacA 24006)

Jarre no 233

3030 ± 30

1389-1212 av. J.-C.

Datation du groupe 2

28Deux scénarios sont possibles.

    • 66 N. 56 : les datations proposées, pour les parallèles du Dodécanèse, sont comprises entre le HR IIIB (...)
    • 67 Schaeffer 1949, fig. 58, 1-3 ; Riis 1948, fig. 51.

    Premier scénario : une chronologie basse. Si l’on admet que nos types dérivent de modèles mycéniens, qui peuvent s’étendre, au plus large, de la transition HR IIIB2-IIIC (ancien) à l’HR IIIC (récent), on se situe bien à l’extrême fin du Bronze récent et au début de l’âge du Fer I, ce qui correspond à la limite inférieure de la très large fourchette chronologique que procurent les deux datations 14C. La première (201) entre tout à fait dans le cadre chronologique du début de l’âge du Fer. Mais cela reste aussi plausible pour la seconde (233)66. C’est l’interprétation la plus simple. Nos jarres seraient presque contemporaines de leur modèle d’origine diffusé très rapidement. Le commerce florissant entre ladite koinè mycénienne est-égéenne et Ugarit bat encore son plein, introduisant des vases de facture mycénienne, peut-être via Chypre, auprès d’une clientèle orientale avertie. De là, ils pouvaient être redistribués en Syrie intérieure dès cette époque et imités localement en tant que curiosité, comme ce fut le cas à Ugarit ou à Hama67.

  • Second scénario, improbable. Si l’on adopte un second scénario, fondé sur la date haute de la fourchette chronologique (début xive-début xiiie s.), on est au cœur du Bronze récent. Cela ne concorde plus avec l’origine est-égéenne de nos jarres et leur apparition au xiie s. Dans ce cas, on ne voit pas comment les urnes du groupe 2 de Nasriyah pourraient être antérieures à des modèles aussi évidents, à moins de remettre en cause les chronologies de la céramique mycénienne, d’une part, et du début de l’âge du Fer levantin, d’autre part.

Datation du groupe 1

  • 68 Hama, cimetière à crémation, périodes I et II (Riis 1948, fig. 23-29, 123, 127, 128-129).
  • 69 Afis, Silo 1794, Niv. 9a, Fer IA, vers 1100 av. J.-C. (Venturi 2000, fig. 9, 3), Chantier E, Phase  (...)
  • 70 Karkemiš, cimetière de Yunus, jarre sans anse Y B 47 (Woolley 1939, pl. XIV, f).

29Par leur facture et leur forme, les jarres du groupe 1 sont très similaires aux jarres du groupe 2, les anses en moins. Comme pour ces dernières, le décor se limite à des bandes peintes plus ou moins épaisses, généralement groupées sur l’épaule et la panse. On s’explique donc mal ces écarts de datation : l’une contemporaine (210), les deux autres (212, 230) nettement plus anciennes. On remarque cependant que, sur d’autres (dont les os n’ont pas été analysés), le décor peut être plus diversifié (lignes ondulées cernées, bandeaux cernés), ce qui indique peut-être une évolution stylistique. Entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer ? On ne peut bien sûr le dire. Car les parallèles, encore trop peu nombreux (Hama68, Afis69, Karkemiš70) orientent vers une datation du Fer I.

  • 71 Communication de S. Rottier & A. Tenu à l’ICAANE 2012, à Varsovie : « Fire in funeral contexts: new (...)

30Les fouilleurs du cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah, en examinant la relation stratigraphique des jarres les unes par rapport aux autres, ont tenté de distinguer, dans l’agencement successif des urnes, plusieurs phases — ancienne, moyenne, et récente — en partant de l’observation que certaines d’entre elles en avaient brisé d’autres plus anciennes, lors de leur installation71. Mais cette constatation ne permet pas de déterminer la date des urnes de la phase ancienne. D’autant plus que, s’il n’est pas exclu que la datation des jarres du groupe 1 s’échelonne entre le Bronze récent et le début de l’âge du Fer, la présence de deux jarres du groupe 2, associées à celles du groupe 1 dans la phase ancienne, semble plutôt conforter une datation du Fer I. Une étude plus approfondie du contexte, combinée à une étude stylistique ainsi que de nouveaux parallèles seraient nécessaires.

Datation du groupe 3

  • 72 Malatya : Puglisi & Meriggi 1964, pl. 52 (fond plat). Il semble se rattacher à un horizon céramique (...)
  • 73 Schaeffer 1949, p. 138, fig. 51, 14.
  • 74 McClellan 2007, pl. V, 1-2, Late Bronze of Middle Euphrates (destr. xve s. av. J.-C.)
  • 75 McClellan 2007, pl. VIII, 2, destr. xve s. av. J.-C.
  • 76 Dornemann 1979, pl. V, 1-2, destr. xve s. av. J.-C.
  • 77 Morandi-Bonacossi et al. 2009, p. 160, 208, 211, 292. Les exemplaires sont datés des xve/xive s.
  • 78 Venturi 2010 : 2-4, fig. 7, 5-7, 10-6-8. Elles proviennent des niveaux VIb, xiiie s. et Vb, xiie s.
  • 79 Caubet 1982, p. 81, fig. 28-29. Le site est détruit en 1187 av. J.-C. (p. 331-332, n. 91) ; id. 199 (...)
  • 80 Summers 1993, fig. 49, 52, 54 ; Blaylock 1999, level 1 and earlier, fin xiie-xie s., fig. 1, 12.
  • 81 Müller 1999, fig. 6 : DB 06.
  • 82 Woolley 1939, p. 21-22, pl. XIV, e (cimetière de Yunus, jarre J 9 contenant des restes d’enfant).
  • 83 Capet 2005, p. 394 et fig. 11, 15.
  • 84 Riis 1948, fig. 66 ; Venturi 2007, p. 27 (période I) ; Riis 1948, fig. 67 (période II).
  • 85 Girella 2005, p. 137, pl. XVIIg, Grave 71, jug FS 17 (urne cinéraire).
  • 86 Riis 1948, fig. 67-70 (période IV).
  • 87 Degli Esposti 1998, fig. 12, 1.
  • 88 Non publié. Datation 14C, 900-800 av. J.-C.

31Les jarres du groupe 3 de la nécropole de Nasriyah, par contre, même si elles n’ont fait l’objet d’aucune analyse 14C (fig. 4), semblent bien, quant à elles, remonter au Bronze récent : en effet, les parallèles assez nombreux, issus des fouilles récentes de plusieurs sites, orientent nettement vers une telle datation. La forme du broc, à anse partant du bord, semble avoir même une extrême longévité, avec quelques variantes (bord arrondi ou trilobé, fond rond, plat ou pointu, forme ramassée et arrondie ou plus élancée). Peut-être issu de formes hittites de la période impériale, ce type de broc est très répandu72 : sur la côte nord levantine, à Minet al-Beida, daté de l’Ugarit récent 1 (1600-1450)73, sur certains sites de l’Euphrate détruits au cours du xve s. (Tell al-Qitar74, Tell Banat75, Tell Hadidi76), ainsi que d’autres ayant également connu une destruction au xive s. (Qatna77), à la fin du xiiie s. ou au début du xiie s. (Tell Afis78, Emar79). D’autres sont datés de la fin du Bronze récent ou du début de l’âge du Fer (Burnt Level de Tille Höyük80, Lidar Höyük81, Karkemiš82, Tell Shiukh Fawqani83, Hama84) et plusieurs, comme à Nasriyah, étaient des urnes cinéraires (Hama, Karkemiš). On y ajoute un pichet semblable provenant d’une incinération d’Ialysos (Rhodes), daté de l’HR IIIC, qui témoigne des connexions entre Rhodes, l’Anatolie et le Levant85. Les exemplaires du Fer II, avec des panses plus ou moins piriformes86 ou des modifications de la lèvre, comme à Tell Afis87 et Tell Shiukh Fawqani88, en sont des avatars tardifs.

32Sur cet ensemble de sites, c’est la séquence stratigraphique de Tell Afis qui semble actuellement la plus éclairante pour situer chronologiquement les urnes du groupe 3 par rapport à celles du groupe 2 de Tell al-Nasriyah. En effet, ces brocs apparaissent dans les niveaux du Bronze récent (phases VI-V) et précèdent l’importante destruction du site.

33Premier constat : nous observons finalement une relative compatibilité entre les datations calibrées 14C et les comparanda céramiques.

La stratigraphie levantine : des niveaux de destruction, une nouvelle céramique

34Les stratigraphies comparées (tabl. 2) de plusieurs sites syriens, situés dans la zone d’influence de l’empire hittite, montrent en effet différents cas de figure.

  • 89 Ce contrat est daté de la 2e année de Melišihu (Arnaud 1975, p. 88-89 ; Caubet 1992, p. 129).
  • 90 Monchambert 2004b, p. 279.
  • 91 Infra p. 336 : il s’agit de la correspondance du dernier roi d’Ugarit, Ammurapi, avec le chancelier (...)
  • 92 Certains auteurs ont fait coïncider cette date avec le début du règne de Ramsès III (Courtois 1978, (...)

35À l’instar de Chypre qui subit des ravages importants, certains révèlent des signes de destructions sans réoccupation majeure : ainsi sur la côte, Ugarit, à l’intérieur, Alalakh, Qatna et Emar. Ceux-ci ne comportent pas, dans leur niveau de destruction, de céramique mycénienne postérieure à l’HR IIIB, qui se prolonge un peu plus longtemps qu’en Grèce continentale. La date de destruction d’Emar est fixée à 1187 av. J.-C. sur la foi d’un contrat portant une date dans le comput cassite, ce qui rattache celle-ci à la chronologie absolue89. La découverte de quelques tessons de céramique HR IIIC dans les fouilles récentes d’Ugarit pose la question du début de la production de cette céramique juste avant sa destruction, au tout début du xiie s. av. J.-C., ou de son éventuelle réoccupation partielle juste après sa destruction90. Cette dernière est située autour de 1190-1185 av. J.-C. sur la base d’une documentation épistolaire liée au synchronisme égyptien91. Ceci rendrait l’apparition probable de la céramique HR IIIC vers 1190-1185 av. J.-C.92.

Tableau 2. Repères stratigraphiques comparés : sites de Cilicie, Amuq, Levant et Syrie intérieure

Tableau 2. Repères stratigraphiques comparés : sites de Cilicie, Amuq, Levant et Syrie intérieure

D’après Venturi 2007

  • 93 Goldmann 1956 ; Bounni et al. 1978, 1979 ; Venturi 2000 à 2010.
  • 94 Blaylock 1999 ; Venturi 2000 à 2010.
  • 95 Venturi 2000, p. 536, tabl. 1.
  • 96 Mazzoni 2000, p. 33 ; Venturi 2000, p. 522, fig. 6.2 (niveau 9b) ; Venturi 2010, p. 4 (Phase Va).

36Cependant plusieurs sites côtiers (Tell Sukas, Ras el-Bassit, Ras Ibn Hani, Tarse)93 ou intérieurs (Tille Höyük, Tell Afis)94 détruits entre la fin du xiiie et la fin du xiie s. montrent une réoccupation rapide avec la présence de céramique mycénienne de l’HR IIIC et de céramique peinte locale dérivée de celle-ci95. La stratigraphie de Tell Afis, qui fournit une documentation importante de sa réoccupation immédiate après sa violente destruction, indique, par exemple, la première apparition de céramique mycénienne HR IIIC 1b dans la phase de transition Va, datée, par celle-ci, de la première moitié du xiie s.96 Elle suit immédiatement la destruction de la phase de Vb (datée de l’extrême fin du Bronze récent ou du début de l’âge du Fer) qui est marquée par la présence de brocs à une anse et à fond arrondi — parallèles exacts au groupe III de Nasriyah. Cela montre leur antériorité à la céramique peinte, d’autant qu’on les trouve aussi dans les phases précédentes VII et VI, mais le conservatisme des formes, comme on l’a vu plus haut, rend difficile l’établissement d’une chronologie relative de ces trois phases. Par contre, les phases IV et III (entre le milieu du xiie s. et la fin du xe s.) sont, quant à elles, celles où l’on trouve le plus de céramique peinte locale, notamment des vases à anses verticales ornées de motifs de « crochets opposés ». Les jarres du groupe 2 de Nasriyah pourraient entrer de façon plausible dans ce champ chronologique, conforme à la séquence de Hama.

  • 97 Woolley 1939 ; Riis 1948, 1973. § 3.1.
  • 98 Capet & Gubel 2000 ; Jung 2007, id. 2011.

37D’autres sites, quant à eux, ne sont pas détruits et bénéficient d’une continuité entre le Bronze récent et l’âge du Fer : c’est le cas de Hama ou de Karkemiš qui semblent, envers et contre tout, résister à la tourmente (ce qui semble d’ailleurs contredire l’inscription de Ramsès III à Médinet Habou)97. On peut y ajouter aussi des sites côtiers comme Tell Kazel98, l’ancienne Sumur, capitale de l’Amurru, que l’inscription de Médinet Habou signale comme dévastée par les Peuples de la Mer. Mais, comme sur les autres sites, on y observe la présence de céramique d’origine égéenne ou chypriote et de céramique peinte locale d’influence mycénienne.

  • 99 Swift 1958 ; Janeway 2006-2007, 2011 ; Harrison 2007, 2009a, 2009b, 2010.

38Enfin certains sites, dans la vallée de l’Afrin et la plaine de l’Amuq, émergent avec une forte présence de céramique d’influence HR IIIC ; c’est le cas de sites de la phase N de la séquence de l’Amuq, comme Çatal Höyük et Judeideh, mais aussi de sites fouillés récemment comme Tell Ta’yinat, ‘Ain Dara, Tell Gindaris99.

  • 100 Venturi 2000, p. 532. Infra, p. 337-339.
  • 101 Venturi 2000, p. 528 ; id. 2010.

39La stratigraphie levantine semble montrer, d’une part, que l’ampleur des destructions rapportées par l’inscription de Médinet Habou a sûrement été interprétée de façon excessive. Les dommages ont été certainement nombreux, mais cela ne signifie pas, dans la plupart des cas, la fin définitive de tous des sites. Seuls quelques-uns disparaissent (Ugarit, Alalakh, Emar). Beaucoup se relèvent rapidement (parmi lesquels Tell Afis) et témoignent d’une notable continuité : c’est ce que documentent à la fois les installations et la culture matérielle. D’autre part, les destructions des sites côtiers et des sites intérieurs n’ont probablement pas eu une seule et même cause, ce que peuvent induire leur échelonnement dans le temps et leur position géographique : différents facteurs durent avoir leur part (tabl. 2)100. La fin du Bronze récent n’apparaît donc pas comme un phénomène généralisé et ponctué par une date précise. Mais les changements liés aux réoccupations se manifestent bien par l’apparition d’une nouvelle céramique combinée à une évolution urbanistique101.

La typo-chronologie égéenne : des variations régionales et un motif peint

Contexte

  • 102 Mountjoy 1993.
  • 103 Cline 2009, p. 50.
  • 104 Sur l’adoption de la crémation plus ou moins exclusive dans le monde égéen, avec des variations d’u (...)

40La fin de la période HR IIIB (fin xiiie s. av. J.-C.) est marquée, en Grèce continentale, par l’effondrement du système palatial mycénien à la suite de facteurs conjugués dont la nature n’est pas claire. La phase HR IIIC ancienne correspondrait au déclin consécutif à ces événements qui, d’après les contextes archéologiques, se manifeste de différentes manières (niveau de vie inférieur, absence d’architecture monumentale, recul du commerce des matériaux bruts et des richesses, rareté des denrées de luxe et des métaux précieux)102. Tout suggère une crise qui a nécessairement touché les agents d’échanges à longue distance103 et peut-être aussi les potentiels clients d’outremer. L’exportation massive de poterie mycénienne originaire de Grèce continentale (supra p. 322-325) semble avoir pris fin à cette époque, alors que l’on en trouve des imitations à Chypre et au Levant. Enfin le rite de crémation, probablement originaire d’Anatolie et déjà en cours au HR IIIB, se généralise à partir du xiie et surtout au xie s., particulièrement dans le Dodécanèse (Kos, Rhodes)104.

  • 105 Mountjoy 1993
  • 106 Cadogan 1973, p. 167.

41Il n’y a pourtant pas de rupture totale avec la période précédente, notamment dans la production artisanale. En effet, même si le système économique et politique n’est plus et en dépit de perturbations endémiques, c’est une période de reprise, culminant à la phase HR IIIC moyenne (fin xiie-début xie s. av. J.-C.)105. Durant cette période, la céramique, formée majoritairement de vases ouverts, s’inscrit, quant à elle, dans une certaine continuité. De grande qualité, elle voit se développer indépendamment des styles locaux, en Grèce continentale, dans l’est égéen, en Asie Mineure, à Chypre et au Levant106.

Séquence céramique complexe

  • 107 C’est une convention et une datation relative, en rien une datation absolue. On verra les remarques (...)
  • 108 Treuil et al. 2008, p. 375.
  • 109 Les avis divergent sur les limites supérieures et inférieures, selon que l’on utilise la chronologi (...)
  • 110 Ainsi, il est difficile de distinguer les céramiques de l’HR IIIB et IIIC (Attique, Perati), (Mount (...)

42Préciser la nature, la place et la date de cette céramique HR IIIC, repérée sur de nombreux sites du Levant, est importante puisqu’elle conditionne celles de la céramique peinte locale, en général, celles de nos jarres en particulier. Cela présente cependant plusieurs difficultés. Une première est que la division chronologique qui marque le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer égéen est basée sur la séquence céramique mycénienne — à partir de styles de poterie — qui ne correspond pas nécessairement aux périodes historiques107. La typo-chronologie proposée par Furumark est toujours en usage mais a été précisée par la publication récente de plusieurs dépôts stratifiés, ce qui a permis de mieux établir la chronologie relative. Malgré cela, la céramique HR IIIC pose toujours de nombreux problèmes, notamment de chronologie absolue108. C’est, d’une part, une très longue période d’environ un siècle et demi aux contours imprécis dont les limites font encore débat109 (tabl. 1). D’autre part, il est souvent difficile, faute d’assemblages céramiques bien stratifiés, de distinguer le passage d’une phase à l’autre, d’autant que la séquence et la définition des périodes varient de région en région. En effet, contrairement aux périodes précédentes, la multiplicité des centres de production en Grèce continentale, dans l’est égéen et en Méditerranée orientale accentue le manque d’homogénéité et les décalages chrono-typologiques régionaux110. La nécessité constante de prendre en compte l’origine géographique et les variations régionales revêt donc une importance déterminante pour évaluer à la fois la datation et la diffusion de modèles céramiques.

« Crochets opposés » : répartition, évolution, datation

  • 111 Supra, p. 319-328 et n. 52-56).
  • 112 Mountjoy 1998, p. 54 ; id. 1999, p. 44-45.

43On a vu que les jarres piriformes des types FS 37-38, apparues dès le HR IIIB, perdurent au HR IIIC ancien et sont à rattacher au style régional est-égéen. Le décor linéaire de « crochets opposés » sous les anses en est aussi un caractère particulier. Mais il existe là encore des différences stylistiques régionales et chronologiques111. Mountjoy distingue les longues « queues » ou « tiges » (tails) du Dodécanèse (séparés en deux lignes de chaque côté de l’anse) des « crochets » (hooks) de l’Attique112 (qui se séparent à partir d’une même bande ou prennent naissance à la base de l’anse qu’ils entourent).

  • 113 Mycènes Phases XIa-XIb, Leftanki Phases 1b, 2a et Perati 2 Phase II (Mountjoy 2007, p. 221-224).
  • 114 Style de décor linéaire monochrome aux motifs peu nombreux, repéré à Mycènes dans un bâtiment inter (...)
  • 115 Mountjoy 1999, p. 48-50 ; id. 2007, p. 224.
  • 116 Mountjoy 1999, p. 1027.

44On en suit l’évolution à la phase HR IIIC moyenne qui se fonde, en Grèce continentale, sur le matériel de sites bien stratifiés d’Argolide, d’Attique et d’Eubée où l’on distingue deux phases dites « développée » (developped) et « avancée » (advanced)113. La seconde est notamment caractérisée par le style dit « du grenier » (Granary Style)114 : les crochets, simples ou doubles et opposés, qui apparaissent sous les anses verticales de certains vases peuvent avoir désormais de multiples enroulements. Mais cette division est difficile à appliquer sur d’autres sites, faute de dépôts stratifiés publiés, au sein desquels il n’est pas toujours possible de séparer HR IIIC ancien et moyen (Rhodes) ou HR IIIC moyen et récent (Grèce continentale)115. Les jarres piriformes et leur décor de « long tails below the handles » se poursuivent cependant dans l’Est égéen sans distinction évidente avec la phase précédente. C’est pourquoi on les attribue plus généralement de l’HR IIIC ancien-HR IIIC moyen (développé)116.

  • 117 Mountjoy 1999, p. 52-53 ; id. 2009, p. 290.
  • 118 Mountjoy 1999, p. 632, fig. 240, 623 ; p. 241, 633 ; p. 242, 642).
  • 119 Kéos/Kéa : Hagia Marina, Heidelberg ; la datation proposée est le Proto-géométrique, entre 1050-900 (...)

45Les formes et motifs caractéristiques de la phase HR IIIC récente, plus rares dans l’Est égéen, concernent surtout la Grèce continentale (« East Mainland Aegean Koine ») où Mountjoy mentionne de nombreux crochets à enroulements multiples (« antithetic hooks with coiled terminals below the handles ») que l’on retrouve jusqu’en Thessalie, au nord de la Grèce117, et qui perdurent encore au Submycénien118. Enfin, une amphore du musée d’Heidelberg porte encore deux très fins « crochets opposés » partant de l’anse et associés à un décor de demi-cercles proto-géométriques, évolution très tardive qui indique sa longévité119.

46Ces éléments de typo-chronologie égéenne suggèrent donc que des modèles du Dodécanèse, apparus dès la transition HR IIIB2 - HR IIIC ancien, en cours durant l’HR IIIC ancien et moyen (tabl. 1), ont influencé la production locale levantine et l’imitation de motifs peints. L’évolution du motif de « crochets opposés » vers l’enroulement multiple, stylistiquement très différent du décor de nos jarres, n’invite pas à envisager une datation plus tardive. Aussi ne privilégions-nous pas cette hypothèse. Mais cela reste à confirmer.

Le synchronisme égyptien : des repères chronologiques

  • 120 Cline 2009, p. 7, tabl. 1.
  • 121 Swift 1958, p.163 ; Courtois 1978, p. 327 ; Treuil et al. 2008, p. 375.
  • 122 Pour les souverains égyptiens nous choisissons ici les dates de Grandet 1993, p. 39, plutôt que cel (...)
  • 123 Ce qui montre que la céramique HR IIIB est encore produite au début du xiie s.
  • 124 Grandet 1993, p. 36-37 ; Cline 2009, p. 7.

47Pour étayer cette séquence, la correspondance avec la chronologie égyptienne fournit, par ailleurs, quelques points d’ancrage solides120. À la suite des travaux de Furumark, la chronologie absolue plaçait le passage de l’HR IIIB au IIIC à la fin du règne de Ramsès II, aux environs de 1230 av. J.-C. (ou encore à sa mort, vers 1212)121. Or des éléments de datation, issus de découvertes plus récentes au Proche-Orient, ont remis en cause cette hypothèse. C’est, par exemple, le cas d’un vase de faïence égyptien trouvé dans une tombe de Deir Alla (Jordanie), portant le cartouche de la reine Taousert, veuve de Séti II, qui régna elle-même comme pharaon de 1193/87 à 1185 av. J.-C.122 et fut la dernière souveraine de la XIXe Dynastie : accompagné de jarres à étrier mycéniennes HR IIIB tardives123, il semble marquer la transition HR IIIB / HR IIIC. On sait de plus que cette souveraine est contemporaine, pendant une partie du règne qu’elle contestait au jeune roi Siptah, du puissant chancelier Bay, qui écrivit une lettre au dernier roi d’Ugarit, Ammurapi, peu avant la chute de la ville, vers 1190-1185, ce qui situe cette transition autour de ces dates (infra p. 337-339). Différents indices, tous issus de la Méditerranée orientale, fondent par ailleurs le synchronisme entre le début du HR IIIC et les règnes de Setnakht (1187/85-1184) et de Ramsès III (1184-1153). La fin de la période HR IIIC (moyen) correspondrait, quant à elle, à la fin du règne de Ramsès XI (1098-1069), dernier roi de la XXe Dynastie, vers 1070 av. J.-C.124, la fin du HR IIIC (récent) prenant fin vers 1050 av. J.-C., au début de la XXIe Dynastie.

48Les sources égyptiennes nous fournissent donc une fourchette chronologique, pour la céramique HR IIIC, correspondant à la XXe et au début de la XXIe Dynastie, soit une durée comprise entre le début du xiie et le milieu du xie siècle av. J.-C. (tabl. 1).

Bilan du dossier archéologique

49Parmi les trois groupes d’urnes du cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah, deux (groupes 2 et 3) sont particulièrement significatifs. Le groupe 2 met en évidence des caractères mycéniens marqués déjà observés dans les fouilles anciennes des cimetières de Hama. Les plus proches parallèles émanant de ce site avaient été situés chronologiquement entre le début du xiie s. et le dernier quart du xe s. av. J.-C. Le groupe 3 semble se rattacher à la tradition anatolienne et connaître une grande longévité. Le troisième (groupe 1) pose encore quelques questions.

50Or les datations calibrées 14C du matériel osseux des jarres des groupes 1 et 2 semblent a priori revoir à la hausse ces datations traditionnelles. Toutefois, si l’on ne retient que la fin de la fourchette chronologique, la datation du groupe 2 et celle d’une jarre du groupe 1 restent compatibles avec la chronologie de la fin du Bronze récent et du début de l’âge du Fer. On se demande seulement si la datation haute de deux jarres du groupe 1 n’est pas le reflet de la tradition céramique peinte du Bronze récent dans la région de Hama, qui n’a jamais quitté les franges côtières du Levant et la Palestine. Mais cela appelle des examens plus poussés et de nouveaux parallèles.

51Les stratigraphies comparées de plusieurs sites du Levant et de Syrie intérieure (tabl. 2) montrent des niveaux de destructions entre la fin du xiiie s. et le milieu du xie s. av. J.-C. sur une vaste étendue. Certains grands sites ne sont pas réoccupés et demeurent exempts de céramique mycénienne postérieure au HR IIIB. La fin d’Ugarit, connectée à des éléments de chronologie absolue égyptienne, a été située vers 1190-1185 av. J.-C. C’est autour de ces dates que l’on fixe l’apparition de la céramique HR IIIC dans le monde égéen (tabl. 1), ce qui conditionne sa diffusion au Levant, dès le début du xiie s. av. J.-C., et son influence sur une céramique peinte de facture locale.

52Une réoccupation rapide a été observée dans la séquence stratigraphique de Tell Afis, comme sur d’autres sites fouillés récemment. Celle-ci apporte des éléments de chronologie relative substantiels et utiles, dont la cohérence peut s’étendre aux jarres à incinération de Nasriyah.

53Elle confirme définitivement l’antériorité du groupe 3 par rapport au groupe 2 : il appartient clairement aux niveaux du Bronze récent précédant la destruction de l’installation (Phases VI-Vb).

54Le groupe 2, par son décor d’influence mycénienne, s’apparente à la céramique peinte locale qui apparaît dans la phase IV de reconstruction (ca. milieu xiie s. - milieu xie s. av. J.-C.) et se poursuit dans la phase III (ca. milieu du xie s. - dernier quart du xe s. av. J.-C.). Si une telle datation est plausible, il est cependant possible que ce type, absent à Tell Afis, apparaisse plus tôt à Nasriyah, peut-être dès le début de l’âge du Fer (Fer IA). Ces jarres seraient alors presque contemporaines de leurs modèles mycéniens du Dodécanèse, diffusés très rapidement, peut-être lors d’une première phase d’importation (infra, p. 342), ce qui serait cohérent avec les datations calibrées 14C.

Diffusion de modèles

55Mais alors, quels furent les mécanismes de diffusion ? Ils peuvent être multiples : contacts directs ou indirects, commerciaux ou culturels ? Conséquences des grands bouleversements de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer ? Installations de nouvelles populations dans un contexte géo-politique renouvelé ? Examinons ces différents contextes.

Sources textuelles : la fin d’Ugarit et les Peuples de la Mer

  • 125 Sur la fin du Bronze récent, Lipiński 2006, p. 23-48.

56Comme les données archéologiques examinées plus haut, les sources textuelles montrent de profonds changements : tout le système politique et économique qui avait fait la prospérité de la Méditerranée orientale s’écroule en peu de temps. Plusieurs causes à cela, internes et externes125.

Internes

  • 126 R.S. 20.212 ; R.S. 20.141 ; R.S. 26.158 (Nougayrol et al. 1968, p. 105-107, no 33-34 ; 171 ; 388 ; (...)

57Dès le xiiie s., le système palatial s’est progressivement détérioré, sous l’effet d’une crise intérieure accentuant la fracture sociale ; le pouvoir hittite qui, de sa capitale Hattuša, contrôlait la Syrie du Nord depuis le xive s., s’est affaibli, se décentrant peu à peu autour de Karkemiš. Les sources ugaritiques et égyptiennes laissent deviner la désagrégation de l’empire. Elles font notamment état d’une famine sous Suppiluliuma II, durant laquelle le Grand Roi demande à Ammurapi, dernier roi d’Ugarit, l’envoi de grain de Mukiš, par le port d’Ura (au sud de l’Anatolie), et obtient du roi d’Égypte, Merenptah, la fourniture de grain pour la terre de Hatti (stèle d’Israël de l’an 5)126.

Externes

  • 127 Grandet 1993, p. 188.

58Cette famine semble liée à une grande sécheresse généralisée qui aurait frappé l’Égée et le Proche-Orient, entraînant des troubles et des mouvements de populations tout autour de la Méditerranée orientale. Elle fut sans doute à l’origine de la tentative d’invasion libyenne en direction du Delta du Nil, à laquelle le même Merenptah aurait riposté victorieusement, en l’an 5 de son règne (1208). Parmi les vaincus, aux côtés des Libyens, les hymnes célèbrant cette victoire mentionnent une forte proportion de Peuples de la Mer avec lesquels ils entretenaient sans doute des contacts cordiaux et anciens à force de « fréquenter » leur côte : « 3 000 habitants des pays de la mer », Aqaywaša, Lukka, Širdana, déjà connus par des sources antérieures127, mais aussi Šakalouša et Turuša.

  • 128 R.S. 20.18 ; 23. R.S. 1 ; 24. R.S. 238 (Nougayrol et al. 1968, p. 83-89, no 22-24 ; 695 ; Lackenbac (...)
  • 129 R.S. 86.2230 (Freu 1988). Sur Bay et Siptah, Grandet 1993, p. 38-39 ; Lipiński 2006, p. 24.

59Les archives d’Ugarit se font écho de ces facteurs externes. La correspondance d’Ammurapi avec Suppiluliuma II, suzerain d’Ugarit, les rois de Karkemiš et d’Alašiya (Chypre) montre la crainte qu’inspirent les « Šikalayu qui […] habitent sur des bateaux » et dont on suit la progression et les déprédations sur les côtes d’Asie Mineure et du Levant128. De plus, une lettre émane d’un dénommé Beya, « chef des gardes du corps du grand roi, du roi du pays d’Égypte », dans lequel il faut voir le « grand chancelier de tout le pays » Bay, figure dominante de la scène politique égyptienne, pendant la période troublée de la fin de la XIXe Dynastie129. Elle montre que des relations diplomatiques ou autres étaient encore en cours entre le dernier roi d’Ugarit et ses contemporains égyptiens, Siptah et Taousert, derniers souverains de cette Dynastie, dans les premières années du xiie s. La mort du chancelier, autour de l’an 4 de Siptah, a permis de dater la fin d’Ugarit autour des années 1190 et 1185 av. J.-C.

60Puis les sources écrites se taisent subitement. Mais l’archéologie montre, comme on l’a vu, une vague de destructions des villes principales en Grèce continentale, à Chypre et de l’Anatolie jusqu’au sud du Levant. L’empire hittite résiste un temps et s’effondre à son tour, sans doute sous la pression de populations septentrionales (les Gasgas).

  • 130 Ces mêmes faits sont relatés dans le Papyrus Harris I, écrit par son successeur, Ramsès IV, à la gl (...)

61C’est Ramsès III qui repoussa définitivement les Peuples de la Mer, en l’an 8 de son règne (1177 av. J.-C). Son inscription sur les reliefs de son temple funéraire, à Médinet Habou, relatant une bataille terrestre près de Beth Shean et navale aux bouches du Nil, affirme qu’« aucun pays n’a tenu devant eux, depuis le pays de Hatti : Kodè [Kizzuwatna/Cilicie], Karkemiš, Arzawa, Alašiya [Chypre] furent détruits. Ils dressèrent leur camp en Amurru. Ils en supprimèrent les habitants comme s’ils n’avaient jamais existé. »130.

  • 131 Pour Klengel 1992, p. 183, la mention de la destruction de Karkemiš dans l’inscription de Ramsès II (...)

62On est donc au cœur de la période de bouleversements suscitée par les Peuples de la Mer en Méditerranée orientale entre la fin du xiiie s. et le xiie s. av. J.-C. Phénomène sans doute surestimé, puisque, à l’exception d’Ugarit, Alalakh et Emar, la plupart des sites, de plus ou moins grande importance, se reconstruisent et retrouvent vraisemblablement leur contrôle territorial. Hama et Karkemiš, véritables pivots, se maintiennent pendant cette phase, sous la stabilité des dynasties locales louvites, parallèles aux rois de Malatya et du sud anatolien131. On peut penser que le rôle de ces pillards marins ne fut que partiel et qu’ils n’atteignirent assurément pas les sites intérieurs les plus reculés. D’autres intervenants, profitant du vide politique laissé par le passage des Peuples de la Mer — tels que les Araméens, autre peuple en mouvement de cette période troublée, ou d’autres groupes de population — eurent à coup sûr leur part dans la destruction de centres importants comme Emar ; avant de s’imposer d’un point de vue territorial et de s’inscrire dans un paysage politique morcelé parmi les royaumes néo-hittites. Tel est le contexte général de ces siècles dits « obscurs », faute d’une documentation écrite abondante, avant l’entrée en scène, dans la région et dans le concert international, des Assyriens, sous Tiglath-Phalasar Ier (1114-1076). Quelles en sont les implications sur notre propos ?

Pérennité des routes maritimes : des épaves comme marqueurs

  • 132 Caubet 1992 ; Yon 1992.
  • 133 Cline 2009, p. 85-99.
  • 134 Des différences notoires ont été observées entre les deux cargaisons. S’il est difficile d’envisage (...)
  • 135 Bass 1967, 1986, 1991, Pulak 1988.
  • 136 Pour les poids de balance syro-égyptiens, l’unité est le sicle-qdt de 9,4 g, Pulak 2000. Je remerci (...)
  • 137 Bell 2009, p. 34.
  • 138 Voir la carte des principales routes terrestres et maritimes entre le monde égéen et le Proche-Orie (...)

63La stratigraphie de nombreux sites a mis en évidence le lien entre l’apparition de céramiques peintes, égéennes et locales au Levant et les bouleversements causés par les Peuples de la Mer (fig. 12). De tels mouvements ont certainement eu un rôle majeur132, certes, mais ils ne font que poursuivre, sur fond d’insécurité et de piraterie endémique, des contacts avec le monde égéen beaucoup plus anciens dans le bassin oriental de la Méditerranée, suivant des circuits pérennes133. L’épave du cap Gelidonya, qui échoua au sud de l’Anatolie vers la fin du xiiie s. ou autour de 1200 av. J.-C., environ un siècle après celle d’Uluburun, semble bien montrer la continuité de l’activité maritime et commerciale entre le monde égéen, l’Anatolie, Chypre, le Levant et l’Égypte, malgré ce contexte troublé134. Ces épaves135 ainsi que d’autres trouvées dans le monde égéen fournissent de précieuses indications sur les modalités d’échanges, l’origine multiple d’objets manufacturés et de matières premières constituant les cargaisons (lingots de cuivre de Chypre et d’étain d’Anatolie, pâte de verre, scarabées égyptiens, sceaux-cylindres assyro-babyloniens, contenants de céramique syrienne, chypriote, mycénienne, poids de balance de type syro-égyptien136). Certes les avis divergent sur l’origine des équipages (syro-levantin, égéen), la provenance ou la destination de ces convois (Grèce, Chypre, Anatolie, Levant, Égypte), la forme des échanges (cadeaux diplomatiques, approvisionnement d’un palais), mais on s’accorde en général sur le mode d’acheminement : un cabotage de port en port, occasion pour l’équipage d’échanger la cargaison contre la marchandise disponible à terre. En fait, ces épaves, véritables marqueurs des routes maritimes137, nous renseignent moins sur la nature des échanges que sur leur direction et sur les voies empruntées. La diffusion d’objets mycéniens, en particulier de la céramique, dans tout le bassin oriental de la Méditerranée, complétant et précisant les circuits adoptés, permet d’observer que les routes maritimes traditionnelles qui conduisent de l’Égée vers le Levant passent par la Crète ou par Rhodes, le cap Gelidonya et Chypre, qui semble jouer un rôle d’intermédiaire en direction du Proche-Orient138. Il s’agit bien de la voie maritime, utilisée au Bronze récent par les bateaux de commerce entre la Grèce continentale et le Proche-Orient.

Figure 12. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : principaux sites évoqués

Figure 12. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : principaux sites évoqués

© X. F. ; fond de carte M. Sauvage

  • 139 Il est tour à tour considéré comme une seule province, une périphérie mycénienne, une unité politiq (...)
  • 140 Rappelons que les jarres piriformes ovoïdes (FS 37-38), produites localement, appartiennent aux for (...)

64On retiendra le rôle particulier du Sud-Est égéen (Dodécanèse, Samos, Ikaria, côte anatolienne)139. Importante pour sa position stratégique, cette région, proche de la Crète, des Cyclades et de l’Anatolie, constitue la limite du monde égéen, ainsi que son accès pour tout mouvement lié à la Méditerranée orientale. Rhodes, à égale distance entre la Grèce continentale et Chypre, notamment Trianda Ialysos, en est donc une étape vitale, autour de laquelle ont dû s’articuler des circuits locaux. Ces routes pourraient donc avoir, notamment par le biais du commerce, véhiculé des modèles mycéniens au Levant, parmi lesquels des jarres piriformes ovoïdes et des décors de crochets140.

Le rôle de Chypre : une plaque tournante des échanges en Méditerranée orientale

  • 141 Cline 2009, p. 60-67 ; Jung 2009, p. 78-79.
  • 142 Marketou 2009.
  • 143 Lehmann 2007, p. 519 (carte 4). Venturi 2008, p. 370 et fig. 7, 9-13, qui mentionne, à Tell Afis, H (...)
  • 144 Tenu 2012.
  • 145 Treuil et al. 2008, p. 369-370 ; Lehmann 2007, p. 516.

65Le rôle de Chypre (le royaume d’Alašiya), véritable plaque-tournante entre les mondes égéen et levantin, semble avoir été déterminant à plusieurs titres (fig. 13)141. Son indépendance est garantie par l’importance que lui confèrent ses ressources en cuivre. Poste avancé en direction du Levant, vers lequel convergent un grand nombre d’objets mycéniens, notamment de la céramique, l’île a sans doute depuis le Bronze récent un rôle d’intermédiaire dans leur redistribution sur les sites de la côte levantine tout en y associant ses propres céramiques. Car les deux productions complémentaires sont toujours associées. Par ailleurs, les contacts et échanges de produits entre Chypre et Rhodes, mis en évidence par plus d’un spécialiste, du Bronze ancien au Bronze récent, sont encore actifs au début de l’âge du Fer142. De même, les échanges de fer, parfois sous forme de fibules, montrent l’étroite connexion entre Chypre et la Palestine, d’une part, les plaines côtières de Cilicie et de l’Amuq143, d’autre part. Enfin, à Nasriyah même, les archéologues ont trouvé dans le même contexte funéraire que nos jarres cinéraires une dalle à cupules de fonction encore obscure, mais dont les prototypes chypriotes ont été mis en évidence144. Pour toutes ces raisons, c’est bien de Chypre que pourraient avoir été importés, vers le Levant, les vases de style HR IIIC, à moins qu’ils n’y aient été fabriqués145.

Figure 13. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : les mouvements des Peuples de la Mer

Figure 13. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : les mouvements des Peuples de la Mer

D’après M. Sauvage, Faivre 2001, p. 645

  • 146 Nous reprenons ici l’idée de Courtois 1973, p. 178. Cadogan  2005, p. 317-318, insiste sur le fait (...)
  • 147 Communication personnelle de M. A. Alberti.
  • 148 Lehmann 2007, p. 519.

66Selon plusieurs auteurs, en effet, il y aurait eu une vraie stratégie commerciale chypriote à créer des exportations telles que la poterie, mais aussi le bronze, des objets utilitaires en fer, en occupant un vide laissé par la rupture des réseaux d’échanges antérieurs. Ainsi la destruction des villes principales d’Argolide (Mycènes, Tirynthe) dès le xiiie s. — et donc avant la destruction finale des palais, vers 1200-1190 —, aurait-elle pu engendrer la dispersion des centres de culture mycénienne sur le continent grec, les îles égéennes et la côte d’Asie Mineure (Milet). De nouveaux centres (Athènes, Mélos, Kos, Milet), remplaçant ainsi les anciens ateliers d’Argolide, auraient généré un style composite dit « de transition IIIB/IIIC », approvisionnant les cités levantines. Chypre, n’étant plus approvisionné, aurait donc pu reprendre à son compte la production de ceux-ci (cratères à décor de taureaux), créé son propre style (« style rude ») et développé ses propres séries de vases chypro-mycéniens, vers la fin du xiiie s., à destination d’une clientèle d’amateurs146. Rien n’implique donc la présence de résidents mycéniens dès cette époque. Mais cette croissance des cultures régionales, déjà présentes auparavant, peut être aussi liée à la maturité du système socio-économique régional égéen. L’intensification de la production chypro-mycénienne à Chypre peut également découler de transformations socio-économiques sur l’île147. Son rôle se poursuit entre le xiie s. et le milieu duxie s. dans le cadre d’échanges « décentralisés et multidirectionnels » englobant la Grèce continentale, Naxos, la Crète, le Dodécanèse et Chypre148.

  • 149 Lehmann 2007, p. 516-517. Sur les deux phases, Furumark 1944, Venturi 2007 et Gates 2010, p. 68.

67Mais cela semble aller plus loin, plus profondément. À l’influence de modèles du Dodécanèse sur les productions du Levant, G. Lehmann ajoute celle de Chypre, notant un paralléllisme entre les céramiques chypriotes CR IIIA et CR IIIB, contemporaines de la céramique mycénienne HR IIIC, et celles de l’âge du Fer IA et IB149. Il considère deux phases d’importations :

  • Les premières attestations de céramique importée HR IIIC dans des contextes du Fer IA, contemporaines du CR IIIA à Chypre (ca. 1190-1150/1125 av. J.-C.), seraient importées, vraisembla-blement de Chypre plutôt que du monde égéen, mais de nombreux vases seraient déjà produits localement et sur quelques sites côtiers, en Syrie et en Cilicie. On y noterait des affinités stylistiques avec des parallèles de Chypre et du Dodécanèse.

    • 150 C’est effectivement dans ces régions que le motif peint de « crochets opposés » affecte les vases à (...)

    Une seconde phase, contemporaine du CR IIIC (ca. 1150/1125-1050 av. J.-C.) et du Fer IB, serait caractérisée par une poterie similaire au « Style du Grenier » (Granary Style) du HR IIIC moyen, sobre décor de lignes droites ou ondulées et de poterie proche de la Proto-White-Painted (supra 2.3). Ce style apparaît principalement, et en grande quantité, dans la plaine de l’Amuq et en Syrie du Nord-Ouest, en moins grande quantité en Syrie du Nord et Anatolie du Sud-Est150, peu à peu remplacé, vers la fin de l’âge du Fer, par la céramique Chypro-géométrique I.

  • 151 Supra, n. 52-56 et Mountjoy 1999, p. 6-7, cartes 1 et 2.

68L’origine et la diffusion, depuis la Grèce jusqu’au Levant et la Syrie du Nord, du motif peint de « crochets », simples ou doubles et opposés, illustrent bien ces circuits d’échanges et ces points de contacts151, notamment du Dodécanèse et de Chypre, entre le milieu des xiie s. et xie s. av. J.-C.

69Mais furent-ils les seuls moyens de distribution ?

L’installation des Peuples de la Mer ?

  • 152 Grandet 1993, p. 193-195.

70Dans l’hypothèse où les mouvements des Peuples de la Mer (fig. 13) eurent un rôle de vecteur culturel, il serait légitime de penser que la transmission de tels modèles mit un certain temps avant de gagner la Syrie intérieure et la région de Tell al-Nasriyah. La relative accalmie après cette période troublée a pu favoriser l’installation de populations d’origine égéenne, bientôt fondues dans la population locale, et la reproduction de formes et décors. Le phénomène fut sans doute plus rapide. Les reliefs du temple de Médinet Habou représentent les « envahisseurs » non plus comme des pirates, mais accompagnés de leurs familles et de leurs bagages, peut-être aussi de quelques pots, transportés par de lourds chariots tirés par des bœufs, manifestement en quête de nouvelles terres152.

71Différentes sources écrites (égyptiennes, assyriennes, bibliques ou classiques) dont certaines évoquent ces régions quelques siècles plus tard, présentent une situation de cohabitation et de mélange entre les populations locales, cananéennes, implantées de longue date, et les Peuples de la Mer, arrivés récemment.

Au sud

72Cela est assez clair au Levant méridional. Un récit égyptien, l’Histoire d’Ounamon, vers 1100 av. J.-C. relate, par exemple, l’expédition commerciale d’un membre de l’administration du temple d’Amon à Karnak sur les côtes du Levant vers Byblos où il vient acheter du bois pour la barque sacrée du dieu. À travers ses péripéties — il est notamment attaqué par les pirates Tjeker (un des Peuples de la Mer) fixés à Dor — et son naufrage à Alašiya (Chypre), il semble que le commerce se poursuive dans ces régions, bien que menacé par les actes de piraterie et que certains Peuples de la Mer soient fixés en Palestine.

  • 153 Gen. 10 :14 ; Jos. 13 :2 ; I Sam. 17 :4-7 ; Jug. 13-16 ; 1 Chron. 18 :1.

73En effet, dès le xiie s., le papyrus Harris I, écrit sous Ramsès IV, raconte comment son père Ramsès III, après avoir détruit les Peuples de la Mer, parmi lesquels les Peleset / Pulasti (Philistins), les installa dans la plaine côtière méridionale du Levant qui leur doit son nom. En écho à cela, l’Onomasticon d’Aménémopé donne des noms de peuples de Palestine cantonnés dans cette région après leur affrontement contre Ramsès III, parmi les lesquels les Tjeker, les Šardana et les Peleset / Pulasti. Enfin, plusieurs épisodes bibliques font écho de leur présence sur les sites côtiers de Gaza, Ekron (Tel Miqne), Ashdod, Aškelon, Gath (Tell as-Safi) et de leurs luttes contre les rois d’Isräel153.

  • 154 Amiran 1970, p. 266-267, pl. 90 ; Sandars 1978, p. 166-170 ; Dothan 1982 ; Mazar 1985 ; Barako 2000 (...)

74On a par ailleurs tenté de repérer, par l’archéologie, les territoires qu’occupèrent ces derniers, en mettant en évidence, sur plusieurs sites, une céramique d’influence mycénienne, la céramique dite « philistine », inspirée de types HR IIIC. L’identité entre culture matérielle et groupe ethnique, très souvent sujette à caution, pourrait dans ce cas se justifier, mais les avis divergent sur l’origine des Philistins154. De plus, les études récentes semblent montrer que cette céramique est en fait minoritaire parmi d’autres céramiques et que sa fabrication n’était peut-être destinée qu’à une élite.

Au nord

  • 155 Lehmann 2007, p. 516.
  • 156 Lehmann 2007, p. 518 ; Jung 2009, p. 79.

75Mais qu’en fut-il dans le nord ? Les Peuples de la Mer semblent, à première vue, avoir eu moins d’importance. Peut-être ne se seraient-ils pas attardés. En tout cas, les signes d’une migration de population sont moins clairs155. Les recherches récentes pourraient cependant tempérer cette vision des choses. En effet, certains artefacts utilisés pour démontrer l’immigration des Philistins apparaissent aussi au nord, notamment dans l’Amuq : ce sont des fibules, du fer, des supports de bronze provenant de Chypre. D’autres artefacts sont également liés à l’artisanat chypriote156.

  • 157 Tarse, Ras el-Bassit, Ras ibn Hani, Ugarit, Tell Kazel. Jung 2011, p. 126-130, mentionne à Tell Kaz (...)
  • 158 Tell Ta’yinat, ‘Ain Dara, Tell Gindaris, Karkemiš, Tille Höyük, Tell Afis, Tell al-Nasriyah, Hama. (...)

76La présence, sur un certain nombre de sites, de céramique HR IIIC ou de céramique peinte locale d’inspiration égéenne, et particulièrement de la côte sud-ouest anatolienne et des îles du Dodécanèse, pourrait indiquer l’installation, au moins momentanée, de groupes issus des Peuples de la Mer dans les ruines de plusieurs sites côtiers157, ou leur intégration, dans un second temps, parmi les occupants de plusieurs sites de Cilicie, de l’Amuq ou de Syrie intérieure158.

Les royaumes néo-hittites d’Adanawa/Hiyawa et de Palistin/Walistin : des éléments de réponse ?

  • 159 Harrison 2009b, p. 147-175, fig. 1 (carte), 2010 ; Bryce 2012.

77En effet, si certains ne survivent pas à l’effondrement de l’empire hittite, d’autres, notamment dans les plaines de Cilicie et de l’Amuq et en Syrie intérieure, perdurent et participent à la recréation de nouveaux petits états néo-hittites et araméens, véritable mosaïque culturelle et ethnique, mêlant éléments louvites, araméens, voire égéens, bientôt confrontés à l’expansion assyrienne (fig. 14). Le royaume de Karkemiš est l’un de ceux-ci, gouverné par un Grand Roi se posant en successeur de la dynastie de Hattuša, tout comme le royaume de Melid (Arslantepe/Malatya). Mais ils ne sont pas les seuls. D’autres dynasties sont installées sur ce qui reste de l’empire hittite, désormais morcelé : Kummuh (Commagène), Gurgum, Tabal, Tuwana, Hilakku (Cilicie), Hiyawa (Adanawa/Quê des sources assyriennes, dans la région de Tarse), et enfin le royaume de Palistin/Walistin (Patina/Unqi des sources assyriennes)159.

Figure 14. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : royaumes néo-hittites

Figure 14. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : royaumes néo-hittites

D’après Harrison 2009, p. 175

78Parmi ceux-ci, les deux derniers nous intéressent ici particulièrement. Car ils peuvent indiquer l’installation de populations égéennes. Les données textuelles disponibles qui s’y rapportent sont particulièrement significatives pour notre propos et procurent peut-être des éléments de réponse.

Le royaume d’Adanawa/Hiyawa

  • 160 Bryce 2012.
  • 161 Le terme Danaoi est également rapproché du terme Tanaja des sources égyptiennes des XVIIIe et XIXe  (...)
  • 162 Certains ont voulu y voir l’Achaia, le territoire des Achaiwoi (Achéens) de la légende homérique, r (...)
  • 163 Mountjoy 1998 et supra, p. 326-327.

79Le royaume d’Adana/Adanawa occupait, à l’âge du Fer, une partie de la Cilicie et était peuplé de populations louvite et hourrite mêlées160. Connu par les inscriptions hittites, il fit partie du Kizzuwatna, au xve s., puis est attesté dans les sources assyriennes sous le nom de Quê. Il semble avoir un lien avec un autre groupe principal des Peuples de la Mer figurant sur l’inscription de Ramsès III à Médinet Habou, appelé Dnym et vocalisé sous la forme Denyen/Danuna (les Danouniens), dont les Danaoï de la légende homérique sont peut-être les lointains successeurs161. En effet, deux inscriptions bilingues, phénicienne et louvite du viiie s., de Karatepe et de Çineköy, émanent du roi d’Adanawa, Awariku, et d’un de ses sujets. Dans les deux inscriptions, il est mentionné « pays des Danouniens », sous la forme phénicienne, mais l’équivalent louvite diffère dans chacune d’elles : « Adanawa » dans celle de Karatepe et « Hiyawa » dans celle de Çineköy. On reconnaît, dans cette dernière appellation, une forme de l’Ahhiyawa162, royaume que les sources hittites des xive et xiiie s. av. J.-C. situent vers l’Anatolie occidentale ou la mer Égée et auquel Mountjoy attribue les limites de ce qu’elle nomme koinè est-égéenne163. On pense plus généralement que cette appellation peut désigner les Achéens ou les Mycéniens.

80Ainsi le nom du royaume néo-hittite de Hiyawa, voisin du royaume de Palistin/Walistin, pourrait-il suggérer la migration ou l’installation de populations égéennes de l’ouest anatolien ou du monde égéen vers la Cilicie au début de l’âge du Fer. Une autre information, significative de l’inscription de Çineköy, est qu’Awariku se dit descendant de Muk(a)sas, nom correspondant à MPŠ (Mopsus) dans les textes phéniciens. Les légendes grecques parlent en effet d’un dénommé Mopsus, fondateur de nombreuses installations grecques le long de la côte anatolienne au début de l’âge du Fer. La référence à la maison de Mopsus, dans la bilingue de Çineköy, indique peut-être que la dynastie régnante d’Adanawa fut fondée par le chef d’un groupe d’origine égéenne. Les deux noms d’Adanawa et de Hiyawa y trouveraient un lien, le second reflétant un élément égéen dans la population du royaume.

Le royaume de Palistin/Walistin

  • 164 Harrison 2009 ; Bryce 2012.
  • 165 Il a été lu tout d’abord Patasatini/Padasatini/Wadasatini (Hawkins 1979 ; Harrison 2007, p. 66). Pu (...)

81Mieux encore, plusieurs inscriptions louvites hiéroglyphiques permettent de connaître la période située entre l’effondrement de l’empire hittite et l’émergence de plusieurs royaumes dans le nord-ouest de la Syrie. Parmi ces derniers, elles mentionnent un royaume régional puissant centré sur la plaine de l’Amuq, au début de l’âge du Fer (vers 1100 av. J.-C), le royaume de Palistin/Walistin, voisin du Hiyawa, gouverné par une lignée de rois aux noms hittites, ayant probablement des liens ancestraux directs avec la dynastie royale. Ce royaume occupait la place de l’ancien royaume de Mukiš, centré, au Bronze récent, autour d’Alalakh avant sa destruction probable par les Peuples de la Mer et de deux royaumes vassaux, Niya et Nuhašše. Il constituerait le développement précoce, à partir du xie s. du royaume de Patina/Unqi, connu dans les inscriptions des ixe et viiie s. av. J.-C., et conquis par les Assyriens en 738 av. J.-C., avant de devenir la province de Kullani. Sa capitale, Kunulua, correspondrait à Tell Ta’yinat164. L’une de ces inscriptions, trouvée dans un temple dédié à Tešub, dieu hittite de l’Orage, lors des fouilles de la citadelle d’Alep, et datée par la paléographie entre 1100-1000 av. J.-C., mentionne un certain Taitas, « Héros et Roi du pays de Palistin »165. Comparées à celle-ci, trois autres inscriptions trouvées dans deux localités au nord-ouest de Hama (Meharde et Sheizar, non loin au nord-ouest de Tell al-Nasriyah), et à Tell Ta’yinat, au nord de la vallée de l’Oronte, ont mis en évidence le nom de Kupapiyas, l’épouse de ce même roi Taitas, mais aussi celui d’un autre souverain, Halparuntiyas. Les deux rois sont qualifiés de « héros », mais du « pays de Walistin » et semblent s’être succédés en un royaume couvrant une partie de la Syrie du Nord-Ouest. Sa capitale, Kunulua (Tell Ta’yinat), aurait survécu à la destruction d’Alalakh toute proche et l’aurait remplacée dans la région comme centre politique.

82La large répartition géographique de ces inscriptions suggère qu’il se serait étendu, à l’est, jusqu’à Alep et, au sud, jusqu’à la moyenne vallée de l’Oronte, à l’ouest de Hama. Tell al-Nasriyah aurait donc pu faire partie de ce royaume, plus ou moins contemporain des dynasties hittites basées à Karkemiš et Melid, et formant le pays de Hatti, prédominant dans la région entre les xiie et xe s. av. J.-C.

83Les vestiges archéologiques dans le nord de la vallée de l’Oronte corroborent cette apparence de continuité et de changements. Les fouilles récentes des niveaux du Fer 1 de Tell Ta’yinat, par exemple, montrent des influences culturelles égéennes fortes, directes ou indirectes, dans la culture matérielle, ce qui est cohérent avec la phase N de l’Amuq (sondage de Çatal Höyük) et les données récentes issues de Tell Gindaris et de ‘Ain Dara. Ceci pourrait valider l’hypothèse de la présence d’occupants d’origine égéenne dans toute la région — même si, mise à part la céramique, rien dans l’expression artistique ou épigraphique des inscriptions dédiées aux deux rois de Palistin/Walistin n’indique d’influence égéenne directe. Par contre, l’extension de cette nouvelle entité politique jusqu’à la région de Hama rendrait possible la circulation de modèles égéens venus de la plaine de l’Amuq vers l’intérieur, notamment jusqu’à Tell al-Nasriyah, tout en suivant les voies de circulations naturelles : fluviales, par l’Oronte, ou terrestres par les berges du fleuve.

Conclusion

84Si l’on résume pour conclure, nous avons pu établir plusieurs constats :

  • Le monde mycénien a des contacts avec Chypre et le Levant depuis le Bronze récent, ce qu’indique notamment la présence, dans ces régions, de vaisselle mycénienne. Mais la nature des échanges reste mal définie.

  • Dès cette époque, des copies de vaisselle mycénienne sont réalisées au Levant.

  • Or les comparanda des jarres du groupe 2 de Tell al-Nasriyah se rapportent à des formes tardives de jarres piriformes à tendance ovoïde et à des motifs particuliers en cours dans le Dodécanèse et datés de l’HR IIIC, dernière phase de la civilisation mycénienne. Si l’on se fonde sur la typo-chronologie proposée par Furumark revue par ses successeurs et sur la stratigraphie de sites anciennement (Hama) ou récemment fouillés (Tell Afis), elles ne peuvent donc être antérieures à la fin du xiiie s. ou au début du xiie s. av. J.-C. et se prolonger bien au-delà de la seconde moitié du xie s. av. J.-C. Elles pourraient être liées à une première vague d’importation provenant du Dodécanèse, via Chypre, dans la première moitié du xiie s. av. J.-C. Les datations calibrées 14C sur les os de deux jarres du groupe 2 pourraient étayer cette hypothèse. Proches des jarres du groupe 1, également peintes monochromes, mais de datation plus complexe, elles s’opposent nettement aux jarres du groupe 3 qui reflètent un horizon céramique différent, lié à la sphère hittite, et que les parallèles, notamment de Tell Afis, ont permis de rattacher clairement au Bronze récent, avant les niveaux de destruction.

  • C’est en effet une période où, sur une très vaste étendue, dans tout le bassin oriental de la Méditerranée, en Grèce continentale et dans le monde égéen, de l’Anatolie jusqu’au Levant, en passant par Chypre, on observe la destruction des villes principales. On assiste aussi à des mutations culturelles significatives, perceptibles à travers la présence de nouveaux artefacts, de provenance ou d’influence égéenne et chypriote, à la généralisation de nouvelles pratiques, comme la crémation. Certains de ces bouleversements sont souvent associés aux mouvements des Peuples de la Mer arrêtés par Ramsès III en 1177. La destruction et l’abandon de sites des plaines de Cilicie et de l’Amuq ou de la côte levantine, probablement par ces populations marines, participent à l’émergence d’un nouvel ordre dans les échanges entre le monde égéen et la Syrie. Pourtant la part qu’ils ont eue à ces grands changements ne saurait occulter que les échanges commerciaux avec la Méditerranée orientale n’ont jamais réellement cessé depuis le Bronze récent. Sans doute la poursuite des relations commerciales avec Chypre, peut-être combinée avec l’installation de nouvelles populations (issues des Peuples de la Mer), favorisèrent-elles l’introduction de nouveaux modèles et d’un vocabulaire décoratif innovant, laissant rapidement la place à de nouvelles productions locales. Mais dès lors, la diffusion s’est élargie, plus ample, capillaire, gagnant des installations beaucoup plus modestes, telles que des villages, et obéissant à une logique différente. Si l’arrivée de nouvelles populations et leurs interactions avec des populations locales ont dû avoir leur part, le phénomène fut sans doute minoritaire face à la force de continuité des traditions hittites et la croissance de la culture araméenne. Sans doute s’intégrèrent-elles très rapidement dans le fonds local. Parmi les hypothèses vraisemblables, celle de la reprise d’un commerce à courte distance en provenance de la plaine de l’Amuq, sans doute associé à la multiplication des centres de production, peut apparaître comme le relais d’un nouvel influx, en provenance du Dodécanèse ou de Chypre, vers le nord du Levant et la Syrie intérieure. C’est ce que peut indiquer la diffusion de formes de vases et de nouveaux motifs propres à la céramique HR IIIC et à la céramique monochrome d’inspiration mycénienne de cette région. Les influences égéennes apparaissent ainsi moins comme le résultat exclusif d’invasions des Peuples de la Mer, au début du xiie s., que le témoignage d’échanges culturels et commerciaux durables, aux xiie et xie s. av. J.-C., avec Chypre et la Méditerrannée.

85Ainsi le cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah présenterait-il un bel exemple de continuité entre le Bronze récent et le tout début de l’âge du Fer, déjà notée sur plusieurs sites à travers une évolution très progressive de l’urbanisme et du matériel céramique. L’importance des contacts avec le monde égéen et leur pérennité, source d’influences multiples pendant toute la période, sont manifestes et corroborées par de très nombreux éléments.

Haut de page

Bibliographie

Al-Maqdissi (M.), Parayre (D.) & Sauvage (M.) 2008, « La mission conjointe syro-française de l’Oronte, première campagne (2007) », Studia Orontica 6, p. 42-50.

Al-Maqdissi (M.), Parayre (D.) & Sauvage (M.) 2010a, « Mission archéologique syro-française de l’Oronte à Tell al-Nasriyah et Tell Massin : les sites quadrangulaires, nouveau regard. Rapport préliminaire sur les opérations des campagnes de 2007 et 2008 », Akkadica 131, déc. 2010, p. 165-200.

Al-Maqdissi (M.), Parayre (D.) & Sauvage (M.) 2010b, « La mission conjointe syro-française de l’Oronte : les trois premières campagnes (2007-2009) », Orient-Express 2010/1-2, p. 3-8.

Amiran (R.) 1970, Ancient Pottery of the Holy Land: from its Beginnings in the Neolithic Period to the End of the Iron Age, Rutgers.

Arnaud (D.) 1975, « Les textes d’Emar et la chronologie de la fin du Bronze récent », Syria 52, p. 87-92.

Bachelot (L.) & Tenu (A.) éd. 2005, Entre mondes orientaux et classiques : la place de la crémation. Colloque International de Nanterre 26-28 févr. 2004 (Ktema 30), Strasbourg.

Bachhuber (Ch.), Roberts (R. G.) éd. 2009, Forces of Transformation. The End of the Bronze Age in the Mediterranean. Proceedings of an International Symposium held at St. John’s College, University of Oxford, 25-6th March 2006 (BANEA Monograph 1), Oxford.

Badre (L.), Gubel (E.), Capet (E.), Panayot (N.) 1994, « Tell Kazel (Syrie). Rapport préliminaire sur les 4e-8e campagnes de fouilles (1988-1992) », Syria 71, p. 279-346.

Balensi (J.), Monchambert (J.-Y.), Müller Celka (S.) éd. 2004, La Céramique mycénienne de l’Égée au Levant : hommage à Vronwy Hankey, Lyon.

Barako (T. J.) 2000, « The Philistine Settlement as Mercantile Phenomenon? », AJA 104, p. 513-530.

Barnett (R. D.) 1939, « The Greek Pottery », Liverpool Annals of Archaeology and Anthropology 26, p. 98-130.

Barnett (R. D.) 1975, « The Sea People », I. E. S. Edwards (éd.), The Cambridge Ancient History. II, 2. History of the Middle East and the Aegean Region, c. 1380-1000 B.C., Cambridge, p. 359-378.

Bass (G. F.) 1967, Cape Gelidonya: a Bronze Age shipwreck, Philadelphie.

Bass (G. F.) 1986, « A Bronze Age Shipwreck at Uluburun (Kas): 1984 Campaign », AJA 90, p. 269-296.

Bass (G. F.) 1991, « Evidence of trade from Bronze Age shipwrecks », N. H. Gale (éd.), Bronze Age trade in the Mediterranean, Jonsered, p. 69-82.

Beckman (G.), Bryce (T.), Cline (E.) 2011, The Ahhiyawa Texts, Atlanta.

Bell (C.) 2006, The Evolution of long distance trading relationships across the LBA/Iron Age transition on the Northern Levantine coast: crisis, continuity and change, Oxford.

Bell (C.) 2009, « Continuity and change: the divergent destinies of Late Bronze Age Ports in Syria and Lebanon across the LBA/Iron Age Transition », Bachhuber & Roberts 2009, p. 30-38.

Beyer (D.) éd. 1982, À l’occasion d’une exposition. Meskéné – Emar. Dix ans de travaux 1972-1982, Paris.

Blaylock (S.) 1999, « Iron Age Pottery from Tille Höyük, south eastern Turkey », Hausleiter & Reiche 1999, p. 263-286.

Bounni (A.), Lagarce (E.), Lagarce (J.), Saliby (N.) 1978, « Rapport préliminaire sur la 2e campagne de fouilles (1976) à Ibn Hani (Syrie) », Syria 55, p. 233-301.

Bounni (A.), Lagarce (J.), Lagarce (E.) 1979, « Rapport préliminaire sur la 3e campagne de fouilles (1977) à Ibn Hani (Syrie) », Syria 56, p. 217-291.

Bryce (T.) 2012, The World of the Neo-Hittite Kingdoms. A Political and Military History, Oxford.

Buhl (M.-L.) 1983, Sūkās VII. The Near Eastern Pottery and Objects of other Materials from the Upper Strata, Copenhague.

Bunnens (G.) éd. 2000, Essays on Syria in the Iron Age (ANES Suppl. 7), Louvain/Paris.

Cadogan (G.) 1973, « Patterns in the distribution of Mycenaean Pottery in the East Mediterranean », Marinatos et al. 1973, p. 166-174.

Cadogan (G.) 2005, « The Aegean and Cyprus in the Late Bronze Age: Tit takes Two to Tango », Laffineur & Greco 2005, p. 313-322.

Canciani (F.) 1966, CVA Deutschland. Heidelberg Universität 3, 27, Heidelberg.

Capet (E.) 2005, « Les installations de la fin du Bronze Récent et du début du Fer », L. Bachelot & F. M. Fales, Tell Shiukh Fawqani, I (History of the Ancient Near East/Monographs VI/2), Padoue, p. 379-407.

Capet (E.) & Gubel (E.) 2000, « Tell Kazel. Six Centuries of Iron Age Occupation (c. 1200-612 B.C.) », Bunnens 2000, p. 425-457.

Carre Gates (M. H.) 1981, Alalakh Levels VI and V: A chronological Reassessment (SMS 4), Malibu.

Caubet (A.) 1982, « La céramique », Beyer  1982, p. 71-86.

Caubet (A.) 1992, « Reoccupation of the Syrian Coast after the Destruction of the “Crisis Years”, Ward & Sharp Joukowsky 1992, p. 123-130.

Cecchini (S. M.) & Mazzoni (S.) éd. 1998, Tell Afis (Syria). Scavi sull’Acropoli 1988-1992. The 1988-1992 Excavations on the Acropolis, Pise.

Cline (E. H.) 2009, Sailing the Wine-Dark sea. International trade and the Late Bronze Age Aegean (BAR IS 591), Oxford.

Courtois (J.-C.) 1973, « Sur divers groupes de vases mycéniens en Méditerranée orientale (1250-1150 av. J.-C. », Marinatos et al. 1973, p. 137-165.

Courtois (J.-C.) 1978, « Corpus céramique de Ras-Shamra-Ugarit. Niveaux historiques d’Ugarit, Bronze Moyen et Bronze Récent, 2e partie », Ugaritica VII, Paris, p. 191-370.

Courtois (J.-C.) 1981, Alasia II. Les tombes d’Enkomi. Le mobilier funéraire, Paris.

Crouwell (J. H.) 2009, « Pictorial Pottery of the Latest Bronze Age and Early Iron Age », Deger-Jalkotzy & Bächle 2009, p. 41-60.

Dabney (M. K.) 2007, « Marketing Mycenaean Pottery in the Levant », P. P. Betancourt., M. C. Nelson, H. Williams (éd.), Krinoi kai Limenes. Studies in Honor of Joseph and Maria Shaw (Prehistory Monographs 22), Philadelphie, p. 191-197.

D’Agata (A. L.) 2003, « Late Minoan IIIC-Subminoan Pottery Sequence at Thronos/Kephala », Deger-Jalkotzy & Zavadil 2003, p. 23-35.

Darcque (P.) 2004, « Les Mycéniens en dehors de Grèce continentale : le céramique et les autres témoignages archéologiques », Balensi et al. 2004, p. 45-58.

Deger-Jalkotzy (S.) & Zavadil (M.) éd. 2003, LHIIIC Chronology and Synchronisms. Proceedings of the International Workshop Held at the Austrian of Sciences at Vienna, May 7th and 8th, 2001, Vienne.

Deger-Jalkotzy (S.) & Zavadil (M.) éd. 2007, LHIIIC Chronology and Synchronisms II. LHIIIC Middle. Proceedings of the International Workshop held at the Austrian Academy of Sciences at Vienna, Oct. 29th and 30th, 2004, Vienne.

Deger-Jalkotzy (S.) & Bächle (A. E.) éd. 2009, LHIIIC Chronology and Synchronisms III. LHIIIC Late and the Transition to the Early Iron Age. Proceedings of the International Workshop held at the Austrian Academy of Sciences at Vienna, Feb. 23rd and 24th, 2007, Vienne.

Degli Esposti (M.) 1998, « Area E2, Area E2. I livelli del Ferro I-II. Architettura e materiali », Cecchini & Mazzoni 1998, p. 231-272.

Demakopoulou (D.) 2003, « The Pottery from the Destruction Layers in Midea: Late Helladic III B2 Late or Transitional, Late Helladic III B2/Late Helladic III C Early? », Deger-Jalkotzy & Zavadil 2003, p. 77-92.

Dornemann (R. H.) 1979, « Tell Hadidi, A Millennium of Bronze Age City Occupation », Archaeological Reports From The Tabqa Dam Project-Euphrates Valley, Syria (AASOR 44), Cambridge (MA), p. 113-151.

Dothan (T.) 1982, The Philistines and their Material Culture, Jérusalem.

Faivre (X.) 2001, « Peuples de la Mer », Fr. Joannès (éd.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, p. 644-647.

Faivre (X.) 2010a, « Les jarres cinéraires de Tell al-Nasriyah, Syrie (Mission syro-française de l’Oronte) », Studia Orontica VII-VIII, p. 33-49.

Faivre (X.) 2010b, « Les jarres cinéraires de Tell al-Nasriyah (Syrie) : campagne 2009 », Orient-Express 2010/1-2, p. 15-22.

Faivre (X.) 2011, « À propos des urnes cinéraires : Tell al-Nasriyah et les relations avec le monde égéen », D. Parayre (éd.), Mission archéologique syro-française de l’Oronte. Les cultures de la rive droite du Moyen-Oronte : Tell al-Nasriyah et Tell Massin. Les sites quadrangulaires, nouveau regard. Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger. Ministère des Affaires étrangères. Demande d’allocation de recherche pour l’année 2012, Université Charles de Gaulle-Lille 3/UMR 7041 ArScAn, p. 59-64 et fig. 111-119.

Felletti Maj (B. M.) éd. 1953, CVA: Italie, Rome.

Forsdyke (E. J.) 1925, Catalogue of the Greek and Etruscan vases Sieveking in the British Museum, i, 1, Prehistoric Aegean Pottery, Londres.

Fournier (G.) 1986, La céramique de fabrique mycénienne IIIC : 1 et le problème des « Peuples de la Mer », Laval.

Freu (J.) 1988, « La tablette RS 83.2230 et la phase finale du royaume d’Ugarit », Syria 65/3-4, p. 395-398.

Freu (J.) & Mazoyer (M.) 2012, Les royaumes néo-hittites à l’âge du Fer. Les Hittites et leur histoire, Paris.

Fugmann (E.) 1958, Hama. Fouilles et Recherches de la fondation Carlsberg 1931-1938. L’architecture des périodes pré-hellénistiques (Nationalmuseets Skrifter Større Beretninger IV), Copenhague.

Furumark (A.) 1941, The Mycenaean Pottery. Analysis and Classification, Stockholm.

Furumark (A.) 1944, The Mycenaean IIIC Pottery and its Relation to Cypriote Fabrics (Opuscula Archaeologica III), Lund/Leipzig.

Furumark (A.) 1972, Mycenaean Pottery I. Analysis and Classification, 1-2, Stockholm.

Furumark (A.) 1992, Mycenaean Pottery: Plates, 3.

Gates (C.) 1995, « Defining Boundaries of a State: The Mycenaeans and their Anatolian frontier », R. Laffineur & W. D. Niemeier éd., Politeia. Society and State in the Aegean Bronze Age (Aegaeum 12), Liège, p. 289-298.

Gates (M.-H.) 2010, « Potters and Consumers in Cilicia and the Amuq during the “Age of Transformations” (13th-10th Centuries BC)”, Venturi 2010, p. 65-81.

Gauss (W.), Lindblom (M.), Smith (R. A. K.), Wright (J. C.) éd., Our Cups are Full: Pottery and Society in the Aegean Bronze Age. Papers Presented to Jeremy B. Rutter on the Occasion of his 65th Birthday, Oxford.

Georgiadis (M.) 2003, The South-Eastern Aegean in the Mycenaean period. Islands, landscape, death and ancestors (BAR IS 1196), Oxford.

Georgiadis (M.) 2009, « The South-Eastern Aegean in the LHIIIC Period: What do the tombs tell us? », Bachhuber & Roberts 2009, p. 92-99.

Girella (L.) 2005, « Ialysos. Foreign Relations in the Late Bronze Age. A Funerary Perspective », Laffineur & Greco 2005, p. 129-142.

Goldman (H.) 1956, Excavations at Gözlü Kule from the Neolithic through the Bronze Age. Tarsus II, Princeton.

Grandet (P.) 1993, Ramsès III. Histoire d’un règne, Paris.

Grandet (P.) 1994, Le papyrus Harris (BM 9999), BiEtud 109/1-2, Le Caire.

Harrison (T. P.) 2007, « Neo-Hittites in the North Orontes Valley: Recent Investigations at Tell Ta’yinat », CSMS Journal 2, p. 59-68.

Harrison (T. P.) 2009a, « Neo-Hittites in the “Land of Palistin” », NEA 72/4, p. 174-189.

Harrison (T. P.) 2009b, « Lifting the Veil on a “Dark Age” », J. D. Schloen (éd.), Exploring the Longue Durée. Essays in Honor of Lawrence E. Stager, Winona Lake, p. 171-184.

Harrison (T. P.) 2010, « The Late Bronze/Early Iron Age Transition in the North Orontes Valley », Venturi 2010, p. 83-106.

Hausleiter (A.) & Reiche (A.) (éd.) 1999, Iron Age Pottery in Northern Mesopotamia, Northern Syria and South-East Anatolia, Munster.

Hawkins (J. D.) 1979, « The Hieroglyphic Luwian Stelae of Meharde-Sheizar », Florilegium Anatolicum : Mélanges offerts à Emmnuel Laroche, Paris, p. 145-156.

Hawkins (J. D.) 2004, « The Hieroglyphic Luwian Inscription Aleppo 3 », paper presented at the 4th ICAANE, Berlin.

Hawkins (J. D.) 2008, « Cilicia, Aleppo and Amuq: New Evidence on the Late-Bronze-Iron Age Transition », paper presented at the 6th ICAANE, Rome.

Hawkins (J. D.) 2011, « The inscriptions of the Aleppo temple », Anatolian Studies 61, p. 35-54.

Iakovidis (S.) 1973, « Rhodes and Aḫḫijava », Marinatos et al. 1973, p. 189-192.

Ingholt (H.) 1940, Rapport préliminaire sur sept campagnes de fouilles à Hama en Syrie (1932-1938), Copenhague.

Janeway (B.) 2006-2007, « The nature and extent of Aegean contact at Tell Ta’yinat and vicinity in the Early Iron Age: evidence of the Sea Peoples? », Scripta Mediterranea XXVII-XXVIII, p. 123-146.

Janeway (B.) 2011, « Mycenaean bowls at 12th/11th century BC., Tell Ta’yinat (Amuq Valley) », Karageorghis & Kouka 2011, p. 167-185.

Jung (R.) 2007, « Tell Kazel and the Mycenaean Contacts with Alurru (Syria) », M. Bietak & E. Czerny (éd.), The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean in the Second Millennium B.C. III. Proceedings of the SCIEM 2000 - 2nd EuroConference Vienna, 28th of May - 1st of June 2003, Vienne, p. 621-629, Vienne.

Jung (R.) 2009, « Pirates of the Aegean: Italy – the East Aegean – Cyprus at the end of the Second Millennium BC », Karageorghis & Kouka 2009, p. 72-92.

Jung (R.) 2011, « Mycenaeans Vending Cups in Syria? Thoughts About the Unpainted Mycenaean Pottery from Tell Kazel », Gauss et al. 2011, p. 121-132.

Karantzali (E.) 2005, « The Mycenaeans at Ialysos: Trading Station or Colony? », Laffineur & Greco 2005, p. 141-152.

Karageorghis (V.) 1965, Nouveaux documents pour l’étude Bronze récent à Chypre. Études chypriotes, III, Athènes.

Karageorghis (V.) & Kouka (O.) éd. 2009, Cyprus and the East Aegean. Intercultural Contacts from 3000 to 500 BC. An International Archaeological Symposium held in Nicosia, Oct. 17th–18th 2008, Nicosie.

Karageorghis (V.) & Kouka (O.) éd.

2011, On Cooking Pots, Drinking Cups, Loomweights and Ethnicity in Bronze Age, Cyprus and Neighbouring Regions. An International Archaeological Symposium held in Nicosia, Nov. 6th– 7th 2010, Nicosie.

Klengel (H.) 1990, « Bronzezeitlicher Handel im Vorderen Orient. Ebla und Ugarit », T. Bader (éd.), Orientalisch-ägäische Einflüsse in der europäischen Bronzezeit. Ergebnisse eines Kolloquiums, Mainz 1985, Bonn, p. 33-46.

Klengel (H.) 1992, Syria, 3000-300 B.C., A Hanbook of Political History, Berlin.

Klengel (H.) 2000, « The “Crisis Years” and the New Political System in Early Iron Age Syria. Some Introductory Remarks », Bunnens 2000, p. 21-30.

Lackenbacher (S.) 2002, Textes akkadiens d’Ugarit (LAPO 20), Paris.

Laffineur (R.) & Greco (E.) éd. 2005, EMPORIA. Aegeans in Central and Eastern Mediterranean. 10th International Aegean Conference, held at the Italian School of Archaeology in Athens, 14-18 April 2004 (Aegaeum 25/1), Austin/Liège.

Lehmann (G.) 2007, « Decorated Pottery Styles in the Northern Levant during the Early Iron Age and their Relationship with Cyprus and the Aegean », UgForsch 39, p. 487-550.

Lipiński (E.) 2006, On the Skirts of Canaan in the Iron Age. Historical and Topographical Researches (OLA 153), Louvain/Paris/Dudley (MA).

Marinatos (S.), Aström (P.), Catling (H.) et al. (éd.) 1973, Acts of the International Archaeological Symposium “The Mycenaeans in the Eastern Mediterranean”, Nicosie 27th March – 2nd April 1972, Nicosie.

Marketou (T.) 2009, « Rhodes and Cyprus in the Bronze Age: old and new evidence of contacts and interactions », V. Karageorghis & O. Kouka, Cyprus and the East Aegean: Intercultural Contacts from 3000 to 500 BC. An International Symposium Held at the Pythagoreion, Samos, Oct. 17th-18th, 2008, Nicosie, p. 48-58.

Mazar (A.) 1985, « Emergence of Philistine Material Culture », IEJ 35, p. 95-107.

Mazzoni (S.) 2000, « Syria and the Periodization for the Iron Age: A Cross-Cultural Perspective », Bunnens 2000, p. 31-59.

McClellan (T. L.) 2007, « Late Bronze Pottery from the Upper Euphrates », M. al-Maqdissi, Chr. Nicolle, V. Matoïan (éd.), Céramique de l’âge du Bronze en Syrie, II. L’Euphrate et la région de Jézireh (BAH 180), Beyrouth, p. 181-229.

Monchambert (J.-Y.) 2004a, « La céramique mycénienne d’Ougarit. Nouvelles données », Balensi et al. 2004, p. 53-75.

Monchambert (J.-Y.) 2004b, La céramique d’Ougarit. Campagnes de fouilles 1975 et 1976, Paris.

Moorey (P. R. S.) 1980, Cemeteries of the first millennium B.C. at Deve Hüyük, near Carchemish, salvaged by T.E. Lawrence and C.L. Woolley in 1913: with a catalogue raisonné of the objects in Berlin, Cambridge, Liverpool, London and Oxford (BAR IS 87), Oxford.

Morandi Bonacossi (D.), al-Maqdissi (M.), Pfälzner (P.) 2009, Schätze des Alten Syrien. Die Entdeckung des Königreichs Qatna, Stuttgart.

Mountjoy (P. A.) 1986, Mycenaean Decorated Pottery. A Guide to Identification, Studies in Mediterranean Archaeology (SMA 73), Göteborg.

Mountjoy (P. A.) 1993, Mycenaean Pottery. An Introduction, Oxford.

Mountjoy (P. A.) 1997, « The Destruction of the Palace at Pylos Reconsidered », BSA 92, p. 109-137.

Mountjoy (P. A.) 1998, « The East Aegean-West Anatolian Interface in the Late Bronze Age: Mycenaeans and the Kingdom of Ahhiyawa », Anatolian Studies 48, p. 33-67.

Mountjoy (P. A.) 1999, Regional Mycenaean Decorated Pottery, I et II, Rahden.

Mountjoy (P. A.) 2005, « Mycenaean Connections with the Near East in LH IIIC: Ships and Sea Peoples », Laffineur & Greco 2005, p. 423-429.

Mountjoy (P. A.) 2007, « A Definition of LH III C Middle », Deger-Jalkotzy & Zavadil 2007, p.  221-242.

Mountjoy (P. A.) 2009a, « Cyprus and the East Aegean: LH III C Pottery Connections », V. Karageorghis & O. Kouka (éd.), Cyprus and the East Aegean: Intercultural Contacts from 3000 to 500 BC. An International Symposium Held at the Pythagoreion, Samos, Oct. 17th-18th, 2008, Nicosie, p. 59-71.

Mountjoy (P. A.) 2009b, « LH III C Late: An East Mainland Aegean Koine », Deger-Jalkotzy & Bächle 2009, p. 289-312.

Müller (U.) 1999, « Die eisentliche Keramik des Lidar Höyük », Hausleiter & Reiche 1999, p. 403-434.

Nougayrol (J.), Laroche (E.), Virolleaud (C.), Schaeffer (C.) 1968, Nouveaux Textes accadiens, hourrites et ugaritiques des archives et bibliothèques privées d’Ugarit. Commentaires des textes historiques (première partie), Ugaritica, V, Paris.

Papadopoulos (J. K.), Damiata (B. N.), Marston (J. M.) 2011, « Once More with Feeling: Jeremy Rutter’s Plea for the Abandonment of the Term Submycenaean Revisited », Gauss et al. 2011 p. 187-202.

Pomadère (M.) 2005, « L’attitude face à la mort des enfants dans les communautés égéennes pratiquant l’incinération (xiiie-viiie siècles) », Ktèma 30, p. 153-171.

Podzuweit (C.) 2007, Tiryns. Forschungen und Berichte XIV. Studien zur spätmykenischen Keramik, Wiesbaden.

Puglisi (S. M.) & Meriggi (P.) 1964, Rapporto preliminare delle campagne 1961 e 1962, Rome.

Pulak (C.) 1988, « The Bronze Age shipwreck at Ulu Burun, Turkey », AJA 92, p. 1-37.

Pulak (C.) 2000, « The balance weights from the Late Bronze Age shipwreck at Uluburun », C. F. E. Pare, Metals make the world go round. The supply and circulation of metals in Bronze Age Europe. Proceedings of a Conference held at the University of Birmingham in June 1997, Oxford, p. 247-266.

Riis (P. J.) 1948, Hama. Fouilles et Recherches de la fondation Carlsberg 1931-1938. Les cimetières à crémation (Nationalmuseets Skrifter Større Beretninger I), Copenhague.

Riis (P. J.) 1973, « The Mycenaean Expansion in the Light of the Danish Excavations at Hama and Sukas », Marinatos et al. 1973, p. 198-205, pl. XXV-XXVI.

Ruppenstein (F.) 2003, « Late Helladic III C Late versus Submycenaean: a Methodological Problem », Deger-Jalkotzy & Zavadi 2003, p. 183-192.

Sandars (N. K.) 1978, The Sea Peoples. Warriors of the ancient Mediterannan, 1250-1150 BC, Londres.

Schaeffer (C.) 1949, « Corpus céramique de Ras Shamra, première partie », Ugaritica II, Paris, p. 131-301.

Shelmerdine (C. W.) 1985, The Perfume Industry in Mycenaean Pylos (SIMA-PB 34), Göteborg.

Sieveking (J.) & Hackl (R.) 1912, Die Königliche Vasensammlung zu München, 1, Die älteren nichtattischen Vasen, Munich.

Stubbings (F. H.) 1951, Mycenaean Pottery from the Levant, Cambridge.

Summers (G. D.) 1993, Tille Höyük. Geç bronz çagi ve geç bronz çagindan demir çagina geçis. 4. The Late Bronze Age and Iron Age transition, Ankara.

Swift (G. F.) 1958, The Pottery of the ‘Amuq, Phases K to O, and its Historical Relationships, Ph.D Dissertation, Chicago, University of Chicago.

Tenu (A.) 2005, « La pratique de la crémation en Syrie : un usage marginal ? », Bachelot & Tenu 2005, p. 37-46.

Tenu (A.) 2010, « Le cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah. Premiers résultats », Orient-Express 2010/1-2, p. 9-14.

Tenu (A.) & Rottier (S.) 2010, « Le cimetière à crémation de Nasriyah, Syrie (Mission syro-française de l’Oronte) », Studia Orontica VII-VIII, p. 21-32.

Tenu (A.) 2012, « La dalle à cupules du cimetière à crémation de Tell al-Nasriyah (Syrie) », Syria 89, p. 7-17.

Treuil (R.), Darcque (P.), Poursat (J.-Cl.), Touchais (G.) 2008, Les civilisations égéennes du Néolithique et de l’Âge du Bronze, Paris.

Vandenabeele (F.) & Olivier (J.-P.) 1979, Les idéogrammes archéologiques du linéaire B, Paris.

Van Wijngaarden (G. J.) 2002, Use and Appreciation of Mycenaean Pottery in the Levant, Cyprus and Italy (1600-1200 BC), Amsterdam.

Venturi (F.) 1998, « The Late Bronze II and Early Iron I Levels », Cecchini & Mazzoni 1998, p. 123-162.

Venturi (F.) 2000, « Le premier âge du Fer À Tell Afis et en Syrie Septentrionale », Bunnens 2000, p. 505-536.

Venturi (F.) 2007, La Siria nell’età delle trasformazioni (XIII-X sec. a.C.): nuovi contributi dallo scavo di Tell Afis (Studi e testi orientali 6), Bologne.

Venturi (F.) 2008, « The Sea People in the Levant: a North Syrian perspective », J. M. Córdoba, M. Molist, M. C. Pérez, I. Rubio, S. Martinez, Proceedings of the 5th ICAANE (3-8 April 2006), Madrid, p. 365-379.

Venturi (F.) 2010, « Cultural Breakdown or Evolution? The Impact of Changes in 12th Century BC Tell Afis », Venturi (éd.) 2010, p. 1-28.

Venturi (F.) éd. 2010, Societies in Transition. Evolutionary Processes in the Northern Levant between Late Bronze Age II and Early Iron Age. Papers presented on the occasion of the 20th Anniversary of the new excavations in Tell Afis, Bologna, 15th Nov. 2007, Bologne.

Vitale (S.) 2006, « The LH IIIB-LH IIIC Transition on the Mycenaean Mainland », Hesperia 75, p. 177-204.

Ward (W. A.) & Sharp Joukowsky (M.) éd.

1992, The Crisis Years: The 12th Century B.C. from Beyond the Danube to the Tigris, Dubuque (IO)/Kendall.

Woolley (L.) 1914, « The Hittite Burial Customs », Liverpool Annals of Archaeology and Anthropology 6, p. 87-98.

Woolley (L.) 1921, « La Phénicie et les Peuples Égéens », Syria 2, p. 177-194.

Woolley (L.) 1939, « The Iron-Age Graves of Carchemish », Liverpool Annals of Archaeology and Anthropology 26, p. 11-37.

Woolley (L.) 1955, Alalakh. An Account of the Excavations at Tell Atchana, Oxford.

Yasur-Landau (A.) 2003, « The Absolute Chronology of the Late Helladic III C Period: A View From the Levant », Deger-Jalkotzy & Zavadi 2003, p. 236-244.

Yasur-Landau (A.) 2004, « The Chronological Use of Imported Mycenaean Pottery in the Levant: Towards a Methodological Common Ground », Ägypten und Levante 14, p. 339-346.

Yasur-Landau (A.) 2010, The Philistines and the Aegean Migration at the End of the Late Bronze Age, Cambridge.

Yon (M.) 1992, « The End of the Kingdom of Ugarit », Ward & Sharp Joukowsky 1992, p. 111-122.

Yon (M.), Sznycer (M.) & Bordreuil (P.) 1995, Le pays d’Ougarit autour de 1200 av. J.-C.. Actes du Colloque International, Paris, 28 juin-1er juillet 1993 (RSO XI), Paris.

Yon (M.), Karageorghis (V.), Hirschfeld (N.) 2000, Céramiques mycéniennes (RSO XIII), Paris.

Zurbach (J.) 2005, « Pratique et signification de l’incinération dans les poèmes homériques. Quelques observations », Bachelot & Tenu 2005, p. 16-181.

Zurbach (J.) 2011, « Production et consommation de la vaisselle céramique à Milet au Bronze récent III », D. Garcia (éd.), L’Âge du bronze en Méditerranée. Recherches récentes, Paris, p. 43-64.

Haut de page

Notes

1 La mission syro-française de l’Oronte, co-dirigée par D. Parayre (Université Charles de Gaulle-Lille III et UMR ArScAn, Nanterre), M. Sauvage (CNRS, USR 3225, Nanterre) et D. Shaddoud (DGAM, Hama), explore le site de Nasriyah depuis 2007. Pour la présentation des opérations de fouille, Al-Maqdissi, Parayre & Sauvage 2008, 2010a, 2010b.

2 Ce sont respectivement les groupes 1, 2 et 3. Pour une présentation préliminaire, Tenu 2010, Tenu & Rottier 2010 (contexte archéologique et mobilier funéraire) et Faivre 2010a, 2010b (technologie, typologie, datation provisoire), 2011 (relations avec le monde égéen).

3 Riis 1948, p. 26, 46-115.

4 Klengel 2000 ; Lipiński 2006, p. 23-65.

5 Mazzoni 2000 ; Venturi 1998, 2000, 2007, 2008, 2010.

6 Sur les Peuples de la Mer, Barnett 1975 ; Sandars 1978 ; Grandet 1993, p. 182-201 ; Faivre 2001, p. 644-647 ; Lipiński 2006, p. 36-43.

7 Par ex. Fournier 1986. On notera que l’usage des appellations et abréviations anglo-saxonnes Late Helladic (LH) sont passées en français sous la forme Helladique récent (HR) en Grèce (Treuil et al. 2008). Mais l’usage de Mycénien et Myc. est encore généralisé en Orient (Monchambert 2004b). Nous préférerons cependant ici la première forme, car nous incluons l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée.

8 Lehmann 2007, p. 517.

9 Woolley 1914, 1921, 1939 ; Riis 1973.

10 Mazzoni 2000, p. 34-35. Sur la complexité du débat sur les origines de la crémation à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer, Tenu 2005, p. 38-40. L’auteur note que d’autres influences, outre hittites ou émanant des Peuples de la Mer, ont été proposées, phéniciennes ou hourrites, ainsi que des attestations assez éparpillées, autour du lac de Van, en Mésopotamie, voire des manipulations par le feu dès le IIIe millénaire.

11 Furumark 1941, FS 37-38, fig. 3-4. Id. 1972, 1992, p. 181-182, pl. 25-30.

12 Cimetières de Yunus à Karkemiš : Woolley 1914, p. 95 et pl. XXVI, c ; id. 1939, pl. X, 5-6 et XI.

13 Deve Hüyük (Moorey 1980, fig. 2, 5-6).

14 Hama, cimetière à crémation, période II, jarres peintes à deux anses et à base annulaire (Ingholt 1940, p. 71, pl. XXI, ; Riis 1948, fig. 45, 122). L’unique exemplaire à trois anses (5A 961), daté de la période I, provient de la tombe G IV 301 (Riis 1948, p. 56, fig. 51 ; id. 1973, p. 200, pl. XXV, 1). Riis note que « cette forme est ancienne dans la sphère culturelle égéenne […] ; de là elle a passé en Orient. L’exemplaire de Hama ne peut toutefois être comparé qu’aux exemplaires mycéniens les plus tardifs ».

15 Hama, niveau E, bâtiment I, période II ou III (Riis 1948, fig. 242 ; Fugmann 1958, fig. 188 : 5 A 842(B)).

16 Tell Kazel, chantier II, pièce B, niv. 5 (Badre et al. 1994, p. 303-304, fig. 35a) ; chantier II, Fer I (Capet & Gubel 2000, p. 441-442, fig. 14).

17 Riis 1948, p. 96, motif 81 (G IV 205) ; p. 103, 105, 108.

18 Elles sont limitées par des lignes verticales droites ou ondulées et remplies de croix, de triangles ou losanges quadrillés à Karkemiš et Deve Hüyük.

19 Palmier et ibex à Karkemiš et à Hama (bâtiment I), oiseau à Hama.

20 Alors que Woolley attribue à la nécropole de Karkemiš une activité comprise entre 1200 av. J.-C. et la conquête de Nabuchodonosor, vers 607 av. J.-C., elles sont datées des ixe-viie s. av. J.-C. par Riis 1948, p. 37.

21 Un exemplaire est daté de la période III (fin xe-ixe s. av. J.-C.) et cinq autres de la période IV (viiie s. av. J.-C.), mais rien n’est dit sur leur apparence (Riis 1948, p. 55, fig. 45). On notera que Riis suppose que le cimetière de Nasriyah est contemporain des tombes de Hama des périodes III et IV, d’après les quatre jarres qu’il y a trouvées (id. p. 79, 108).

22 Riis 1948, p. 192-204 et tabl. p. 202.

23 Comme de nombreuses formes de vases, on peut les reconnaître dans les tablettes en Linéaire B sous l’idéogramme qe-to. Mais la plupart des idéogrammes, comme celui de la jarre piriforme, semble dériver de vases de métal, ce que suggèrent leur forme anguleuse et la mention de ce vase dans une séquence de plusieurs vases de métal (Vandenabeele & Olivier 1979, p. 239-240, fig. 163, pl. CXXIV, 1, PY Ta 641.2, qeto *203 VAS ; Mountjoy 1993, p. 81-82, fig. 187).

24 Courtois 1981.

25 Bass 1967, 1986, 1991, Pulak 1988, 2000. D’autres épaves témoignant de ce commerce à longue distance ont été trouvées au large des côtes de Haifa, en Israël, dans la sphère égéenne, près de Point Iria, au large de l’Argolide (van Wijngaarden 2002, p. 2, n. 15) ou encore dans le golfe Saronique, localisée à Modi, l’une et l’autre plus ou moins contemporaine de celle d’Uluburun, à la fin du xiiie s. (Treuil et al. 2008, p. 362). Plus ancienne, celle de Marsa Matruh, à l’ouest d’Alexandrie (Cadogan 2005, p. 319)

26 Furumark 1941, p. 587, forme 7 « Pithoid jar », types FS 14 à 51, 62 : 6 ; id. 1992, pl. 9-33, 39.

27 Les types ovoïdes (FS 37-38) sont les plus tardifs, entre le HR IIIB et le HR IIIC : 1 : xiiie-xie s. av. J.-C. (Furumark 1941, p. 22-27, fig. 3-4 ; id. 1992, pl. 25, 27-30, types FS 35, 37-40).

28 Mountjoy 1986, 1993, 1998 et 1999. Voir ainsi particulièrement Astypalaia, HR IIIC ancien (Mountjoy 1999, p. 1143, fig. 469, 5) ; Rhodes, HR IIIC ancien, HR IIIC moyen (développé), (id. 1999, p. 1028, fig. 420, 124-127).

29 Yon et al. 1995, 2000. On y a notamment trouvé des jarres à trois anses verticales (Courtois 1978, fig. 36, 13-14), datées de HR IIIA et B, soit l’Ugarit récent 3 (1365-1200). Sur le rôle prééminent d’Ugarit dans le commerce du cuivre et de l’étain, Bell 2009, p. 30-33.

30 Van Wijngaarden 2002.

31 Riis 1948, p. 80 (Qadesh, Mishrifé-Qatna, Khān Cheikhoum, Hama G).

32 Stubbings 1951 ; Courtois 1973 ; Cadogan 1973 ; Yon et al. 2000 ; Balensi et al. 2004.

33 Darcque 2004 ; Dabney 2007 ; Treuil et al. 2008.

34 Mountjoy 1993, p. 123, 127, 163. De nombreuses grandes jarres piriformes utilisées pour l’huile ont, par exemple, été trouvées brûlées dans le palais de Pylos : Shelmerdine 1985, fig. 27, 34-35.

35 Karageorghis 1965, p. 201-203, 213 ; Furumark 1941, p. 66.

36 Sur les différentes hypothèses liées à la céramique mycénienne au Levant, van Wijngaarden 2002, p. 31-32.

37 Schaeffer 1949 ; Courtois 1978.

38 C’est du moins l’impression que donnent les fouilles de Rhodes qui concernent essentiellement, à peu d’exceptions près, des contextes funéraires d’inhumation, pratique qui est la norme au HR III, la crémation n’apparaissant qu’à la fin de la période ; la ville de Trianda est, en effet, un des rares contextes d’habitats fouillés, mais n’ayant fait l’objet d’aucune publication définitive (communication personnelle de M. E. Alberti). Ainsi les jarres piriformes de différents types (FS 22, FS 31, FS 35) sont-elles nombreuses dans les contextes funéraires rhodiens, particulièrement dans les tombes multiples, entre les HR III A1 et III B2 (Karantzali 2005, p. 145, 149, pl. XXVII ; Georgiadis 2003, p. 64, 161-182, Appendix C.2), mais nous y avons également relevé pas moins de 36 cas de jarres piriformes ovoïdes des types FS 37 et FS 38 (Georgiadis 2003, p. 157-216, Appendix C.1-C-5), qui figurent parmi les formes les plus distinctes de l’HR IIIC (id. 2009, p. 96).

39 À Ugarit, Monchambert 2004b, p. 278 ; Bell 2009, p. 30. Pour le monde égéen, Treuil et al. 2008 ; Karantzali 2005, p. 149.

40 Riis le note très tôt à Hama (Riis 1948, p. 80, 89). Le phénomène est bien mis en évidence à Tell Afis (Venturi 2000, 2007, 2010). Sur la nature des échanges commerciaux, Treuil et al. 2008.

41 Amiran 1970, chap. x.

42 Courtois 1978, fig. 58, 1-3 (part. no 2).

43 Fugmann 1958, fig. 188 : 5 A 842(B).

44 Ce décor apparaît sur plusieurs types de vases mycéniens (HR IIB-IIIA/B : 1450-1190), notamment parmi ceux importés à Ugarit au Bronze récent, Ugarit récent 3 : 1365-1200 (Courtois 1978, fig. 36, 13-14) ; ou, plus tardivement, à Rhodes, HR IIIC ancien/moyen (Mountjoy 1999, fig. 420, 124).

45 Sur l’origine de ce thème iconographique, présent sur céramique mais aussi sur sceau-cylindre ou cachet (Ta’annach, Lachish, Megiddo, Hazor), Amiran 1970, p. 161-165, pl. 50, qui le qualifie de « the most characteristic decoration of the Late Bronze Period ». On le trouve jusqu’à Alalaḫ, niveaux VI-V, parmi la céramique palestinienne importée : Carre Gates 1981, ill. 7, ; de même à Ugarit (Ugarit récent 2 : 1450-1365) : Schaeffer 1949, fig. 78, pl. XXVI. De là, il a pu influencer des exemplaires du Dodécanèse (Kalymnos, HR IIIC ancien, 1190-1130 : Forsdyke 1925 ; Furumark 1992, pl. 40 type 63 : 6 ; date probable HR IIIC) ; Mountjoy 1999, fig. 463, 14 (Kalymnos), British Museum, inv. no A 1022. Il a pu enfin revenir vers le Levant : outre l’exemplaire de Hama, on le trouve attesté à Tell Afis parmi la céramique peinte du premier âge du Fer (Venturi 2000, p. 513, 519, fig. 7.10).

46 Trois sites de l’Amuq, phase N, sont principalement concernés : Judaideh, Çatal Höyük et Tell Ta’yinat (Swift 1958, fig. 23-24, 28.O-O’, 39, 42 ; Venturi 2007, fig. 85 ; Janeway 2006-2007, fig. 4, 5 ; id. 2011).

47 Tarse (Goldman 1956, fig. 391.1352) ; Mersin, Area 12, Level III (Barnett 1939, p. 125, pl. 53, 1).

48 Sukas (Buhl 1983, p. 115, n. 744).

49 Hama : n. 17 et bâtiment II, pièce N (Fugmann 1958, fig. 269, 6 B 389) ; Afis, phase IVa, Fer Ib, vers 1050 av. J.-C. (Venturi 2007, fig. 65, 7, 10) ; phase IIId-c, 2nde moitié du xie s. av. J.-C. (id. 2007, fig. 70, 21) ; phase IIIba, 1re moitié du xe s. av. J.-C. (id. fig. 74, 14, 16) ; voir aussi phase IV (id. 2010, fig. 11, 12) et phase III (id. 2010, fig. 13, 7). D’autres attestations de ce motif existent également sur des cratères à anses de Nasriyah (chantiers C, F et E), non encore publiés.

50 Chalcidique : Torone , tombe 101 (début de l’âge du Fer), urne cinéraire probablement de fabrication locale, trouvée sur un bûcher cinéraire ; le décor part de l’épaule sous les bandes peintes et non des anses horizontales (Papadopoulos et al. 2011, p. 197-198, fig. 8, a). Deux petits vases ouverts semblent porter un décor analogue dissocié d’une anse (id., fig. 8, b-c).

51 Venturi 2010, p. 6-7 ; Attique, HR IIIC ancien : Kopreza (Mountjoy 1999, fig. 209, 322), Perati (ibid., fig. 210, 344 ; fig. 216, 408) ; HR IIIC Moyen : Perati (ibid., fig. 217, 415 : crochet simple sous l’anse ; ibid., fig. 217, 419 : crochet double sous l’anse ; ibid., fig. 218, 420, 428 (les crochets doubles de 419-420 forment la continuité de la bande peinte sur le dos de l’anse, comme les jarres du groupe 2 de Nasriyah) ; ibid., fig. 218, 433-434 : crochet double enroulé sous l’anse ; HR IIIC récent : Perati (ibid., fig. 226, 523 ; fig. 227, 527, 529, 530) ; Athènes (ibid., fig. 228, 544, 545) ; Perati (ibid., fig. 229, 551 : crochet enroulé sous l’anse) ; Submycénien : Athènes, Pompeion (ibid., fig. 241, 623), Athènes, Agora (ibid., fig. 241, 633) ; Salamis (ibid., fig. 242, 642). On note une prédilection pour les crochets doubles opposés, plus ou moins enroulés.

52 Argolide : Mycènes, HR IIIC moyen (Mountjoy 1986, fig. 206 ; 1999, fig. 43, 330, 333 ; fig. 44, 337 ; Venturi 2007, fig. 85) ; Argolide : Tirynthe, LXI 43/16 VIIIa R 126, LXIII 44/5, LXIII 45/736 VII Nr. 10 (Podzuweit 2007, pl. 58, 13 ; 66, 1, 76, 2) ; Laconie : Epidaurus Limera, HR IIIC moyen (Mountjoy 1999, fig. 99, 233) ; HR IIIC récent (Mountjoy 2009b, fig. 16, 5) ; Messénie : Pylos, Transition HR IIIB2-HR IIIC ancien (Mountjoy 1999, fig. 118, 102 ; fig. 119, 104) ; Elis : Kladeos, HR IIIC récent (Crouwell 2009, p. 57, fig. 12) ; Cyclades : Kea, HR IIIC moyen (Mountjoy 1999, fig. 361, 74) ; Cyclades : Naxos (Aplomata), HR IIIC moyen (Mountjoy 1999, p. 947, fig. 385, 20 ; 948, fig. 386, 27, 33) , HR IIIC récent (Mountjoy 2009b, fig. 4, 4). On note une prédilection pour une ligne sinueuse sur l’anse terminée sur la panse par des crochets simples, doubles, voire triples dans les Cyclades.

53 Crète : Thronos/Kephala, HR IIIC récent (D’Agata 2003, fig. 2, 8 et p. 31).

54 Dodécanèse : Rhodes, HR IIIC ancien - HR IIIC moyen (développé) Mountjoy 1998, p. 54-55, fig. 10 ; Mountjoy 1999, p. 1027, fig. 420, 125-127 (trois jarres piriformes à crochets opposés sous l’anse conservées dans les collections de Tübingen, Akave et Heidelberg) ; il faut y ajouter celles des collections de Munich, (Sieveking & Hackl 1912, pl. 4, 29-30) et du Museo Presistorico L. Pigorini de Rome (Felletti Maj 1953, pl. 2, 2) ; Rhodes : Ialysos (Mountjoy 1999, fig. 426, 175 ; fig. 437, 263) ; Kos : Langada, HR IIIC ancien (Mountjoy 1999, fig. 455, 128, 130) ; Kalymnos : Pothia, HR IIIB/C (Mountjoy 1999, fig. 463, 15 ; voir aussi deux jarres à anses horizontales, fig. 463, 13-14) ; Astypalaia, HR IIIC ancien (Mountjoy 1999, fig. 469, 6-7, deux cratères FS 56) ; Chios, HR IIIC moyen (ibid., fig. 472, 3, hydrie, double crochet). On note une prédilection pour les crochets doubles, voire triples, dans la continuité de l’anse.

55 L’auteur envisage cet ensemble culturel en terme de « East Aegean - West Anatolian Interface » (Mountjoy 1998), englobant Kalymnos, Kos, Astypalaia, Chios, Milet (id. 1999, p. 45-46, 967-969) auxquels elle ajoute plus tard (2009a) Bademgediğli Tepe, Kadıkalesi, sur la côte face à Samos, et Çine Tepecik, à l’est de Milet.

56 Mountjoy 1998, p. 34-45, fig. 1. L’auteur y situe le royaume d’Ahhiyawa qui aurait englobé Milet et la côte en incluant les îles ouest-anatoliennes et Rhodes (p. 344-346). C’est du moins, selon elle, ce que pourrait signifier la répartition céramique, même si cette hypothèse ne fait pas l’unanimité. Sur le rôle de Milet et sa production céramique au Bronze récent III, Zurbach 2011.

57 Mountjoy 1998, p. 53-54, fig. 2. Ce serait, selon l’auteur, une preuve possible de l’activité des Peuples de la Mer (p. 343-344). Un cratère provenant de Bademgediği, au nord de Milet, et décoré de guerriers, portant une coiffure semblable à celle de certains des Peuples de la Mer, représentés sur le relief du temple de Ramsès III à Médinet Habou, suggère, selon P. Mountjoy, qu’un lien existait entre ces pirates et cette région (Mountjoy 2005, p. 426).

58 Une période de transition HR IIIB/IIIC ancien, mise en évidence par plusieurs spécialistes, semble maintenant acceptée (Courtois 1973, p. 165 ; Mountjoy 1997, p. 110 ; id. 1998, p. 46, tabl. I ; Vitale 2006 ; Cline 2009, p. 12).

59 Ceci est confirmé par Giorgiadis 2009, p. 95-96.

60 D’autres types de vases à anses simples ou doubles sont pourvus du même décor (Mountjoy 1998, fig. 11-12, ; 13, 8).

61 N. 56.

62 On se réfère ici à quelques remarques issues de Treuil et al. 2008, p. 429. Les auteurs font état, à la période d’apogée (HR IIIA2-IIIB1), de « l’existence d’une aire de production influençant radicalement toutes les autres : des analyses ont montré que la plus grande partie de la céramique mycénienne de cette époque trouvée dans le bassin méditerranéen avait été fabriquée dans le nord-est du Péloponnèse. De là vient l’idée d’une vaste communauté culturelle centrée sur l’Argolide, ce que certains appellent une koinè. »

63 N. 16.

64 N. 16-18.

65 On verra les représentations de guerriers et de bateaux sur des vases de style pictural (Sandars 1978, p. 179 ; Mountjoy 2005).

66 N. 56 : les datations proposées, pour les parallèles du Dodécanèse, sont comprises entre le HR IIIB/C et le HR IIIC moyen.

67 Schaeffer 1949, fig. 58, 1-3 ; Riis 1948, fig. 51.

68 Hama, cimetière à crémation, périodes I et II (Riis 1948, fig. 23-29, 123, 127, 128-129).

69 Afis, Silo 1794, Niv. 9a, Fer IA, vers 1100 av. J.-C. (Venturi 2000, fig. 9, 3), Chantier E, Phase IIIdc, Fer IB (ibid., fig. 11, 15), Niv. 7-6, Fer IB, vers 1050 av. J.-C. (Venturi 2007, fig. 70, 14-15).

70 Karkemiš, cimetière de Yunus, jarre sans anse Y B 47 (Woolley 1939, pl. XIV, f).

71 Communication de S. Rottier & A. Tenu à l’ICAANE 2012, à Varsovie : « Fire in funeral contexts: new data from Tell al-Nasriyah (Syria) ».

72 Malatya : Puglisi & Meriggi 1964, pl. 52 (fond plat). Il semble se rattacher à un horizon céramique très standardisé, diffusé avant le xiiie s. av. J.-C. par la sphère hittite et que les archéologues appellent « drab ware ». 

73 Schaeffer 1949, p. 138, fig. 51, 14.

74 McClellan 2007, pl. V, 1-2, Late Bronze of Middle Euphrates (destr. xve s. av. J.-C.)

75 McClellan 2007, pl. VIII, 2, destr. xve s. av. J.-C.

76 Dornemann 1979, pl. V, 1-2, destr. xve s. av. J.-C.

77 Morandi-Bonacossi et al. 2009, p. 160, 208, 211, 292. Les exemplaires sont datés des xve/xive s.

78 Venturi 2010 : 2-4, fig. 7, 5-7, 10-6-8. Elles proviennent des niveaux VIb, xiiie s. et Vb, xiie s.

79 Caubet 1982, p. 81, fig. 28-29. Le site est détruit en 1187 av. J.-C. (p. 331-332, n. 91) ; id. 1992, p. 129-130.

80 Summers 1993, fig. 49, 52, 54 ; Blaylock 1999, level 1 and earlier, fin xiie-xie s., fig. 1, 12.

81 Müller 1999, fig. 6 : DB 06.

82 Woolley 1939, p. 21-22, pl. XIV, e (cimetière de Yunus, jarre J 9 contenant des restes d’enfant).

83 Capet 2005, p. 394 et fig. 11, 15.

84 Riis 1948, fig. 66 ; Venturi 2007, p. 27 (période I) ; Riis 1948, fig. 67 (période II).

85 Girella 2005, p. 137, pl. XVIIg, Grave 71, jug FS 17 (urne cinéraire).

86 Riis 1948, fig. 67-70 (période IV).

87 Degli Esposti 1998, fig. 12, 1.

88 Non publié. Datation 14C, 900-800 av. J.-C.

89 Ce contrat est daté de la 2e année de Melišihu (Arnaud 1975, p. 88-89 ; Caubet 1992, p. 129).

90 Monchambert 2004b, p. 279.

91 Infra p. 336 : il s’agit de la correspondance du dernier roi d’Ugarit, Ammurapi, avec le chancelier Bay, contemporain de la reine Taousret (1193-1185 av. J.-C.).

92 Certains auteurs ont fait coïncider cette date avec le début du règne de Ramsès III (Courtois 1978, p. 327).

93 Goldmann 1956 ; Bounni et al. 1978, 1979 ; Venturi 2000 à 2010.

94 Blaylock 1999 ; Venturi 2000 à 2010.

95 Venturi 2000, p. 536, tabl. 1.

96 Mazzoni 2000, p. 33 ; Venturi 2000, p. 522, fig. 6.2 (niveau 9b) ; Venturi 2010, p. 4 (Phase Va).

97 Woolley 1939 ; Riis 1948, 1973. § 3.1.

98 Capet & Gubel 2000 ; Jung 2007, id. 2011.

99 Swift 1958 ; Janeway 2006-2007, 2011 ; Harrison 2007, 2009a, 2009b, 2010.

100 Venturi 2000, p. 532. Infra, p. 337-339.

101 Venturi 2000, p. 528 ; id. 2010.

102 Mountjoy 1993.

103 Cline 2009, p. 50.

104 Sur l’adoption de la crémation plus ou moins exclusive dans le monde égéen, avec des variations d’une région à l’autre et d’une période à l’autre, Pomadère 2005 et Zurbach 2005.

105 Mountjoy 1993

106 Cadogan 1973, p. 167.

107 C’est une convention et une datation relative, en rien une datation absolue. On verra les remarques de Yasur-Landau 2003, p. 235-236, id. 2004 et Ruppenstein 2003, p. 183-184.

108 Treuil et al. 2008, p. 375.

109 Les avis divergent sur les limites supérieures et inférieures, selon que l’on utilise la chronologie haute, moyenne ou basse. D’après certains, son début coïnciderait grosso modo avec la mort de Ramsès II (vers 1212) ; une phase de transition HR IIIB / HR IIIC est pressentie par d’autres (supra, n. 60) qui se fonde sur un « style composite » rencontré sur plusieurs sites (Mélos, Athènes, Kos, Milet), nouveaux centres actifs après la chute des ateliers d’Argolide (Courtois 1973, p. 165) ; pour d’autres encore, cette date devrait être abaissée vers 1185/1180. Sa fin, marquée par l’apparition des premières poteries de style proto-géométrique, est traditionnellement située vers le milieu du xie s., mais pourrait remonter aux environs de 1100 av. J.-C. (Treuil et al. 2008, p. 375). On peut comparer, par exemple, plusieurs chronologies proposées : Furumark 1941, 1992, Mountjoy 1986, 1993, 1998, 1999, Cline 2009, Treuil et al. 2008.

110 Ainsi, il est difficile de distinguer les céramiques de l’HR IIIB et IIIC (Attique, Perati), (Mountjoy 1999, p. 44 ; van Wijngaarden 2002, p. 3 ; Demakopoulou 2003), alors que dans l’est égéen (Kos, Rhodes) on sépare mal l’HR IIIC ancien (Mountjoy 1999, p. 44) de l’HR IIIC moyen (Mountjoy 2007, p. 224) et enfin, il est difficile de relier chronologiquement l’HR IIIC récent à la période submycénienne (Ruppenstein 2003, p. 183 ss.).

111 Supra, p. 319-328 et n. 52-56).

112 Mountjoy 1998, p. 54 ; id. 1999, p. 44-45.

113 Mycènes Phases XIa-XIb, Leftanki Phases 1b, 2a et Perati 2 Phase II (Mountjoy 2007, p. 221-224).

114 Style de décor linéaire monochrome aux motifs peu nombreux, repéré à Mycènes dans un bâtiment interprété comme un grenier.

115 Mountjoy 1999, p. 48-50 ; id. 2007, p. 224.

116 Mountjoy 1999, p. 1027.

117 Mountjoy 1999, p. 52-53 ; id. 2009, p. 290.

118 Mountjoy 1999, p. 632, fig. 240, 623 ; p. 241, 633 ; p. 242, 642).

119 Kéos/Kéa : Hagia Marina, Heidelberg ; la datation proposée est le Proto-géométrique, entre 1050-900 av. J.-C. (Canciani 1966, pl. 100).

120 Cline 2009, p. 7, tabl. 1.

121 Swift 1958, p.163 ; Courtois 1978, p. 327 ; Treuil et al. 2008, p. 375.

122 Pour les souverains égyptiens nous choisissons ici les dates de Grandet 1993, p. 39, plutôt que celles de Cline 2009 (1188-1186).

123 Ce qui montre que la céramique HR IIIB est encore produite au début du xiie s.

124 Grandet 1993, p. 36-37 ; Cline 2009, p. 7.

125 Sur la fin du Bronze récent, Lipiński 2006, p. 23-48.

126 R.S. 20.212 ; R.S. 20.141 ; R.S. 26.158 (Nougayrol et al. 1968, p. 105-107, no 33-34 ; 171 ; 388 ; 722 ; 733 ; Lackenbacher 2002, p. 103-104).

127 Grandet 1993, p. 188.

128 R.S. 20.18 ; 23. R.S. 1 ; 24. R.S. 238 (Nougayrol et al. 1968, p. 83-89, no 22-24 ; 695 ; Lackenbacher 2002, p. 100-101, 192-194) ; Grandet 1993, p. 189.

129 R.S. 86.2230 (Freu 1988). Sur Bay et Siptah, Grandet 1993, p. 38-39 ; Lipiński 2006, p. 24.

130 Ces mêmes faits sont relatés dans le Papyrus Harris I, écrit par son successeur, Ramsès IV, à la gloire de son prédécesseur, qui semble s’inspirer de l’inscription de Médinet Habou (Grandet 1994).

131 Pour Klengel 1992, p. 183, la mention de la destruction de Karkemiš dans l’inscription de Ramsès III n’implique pas que le centre du pouvoir ait disparu. Il s’agit probablement du territoire gouverné par les rois de Karkemiš comme vice-rois hittites, c’est-à-dire le nord de la Syrie incluant la région côtière.

132 Caubet 1992 ; Yon 1992.

133 Cline 2009, p. 85-99.

134 Des différences notoires ont été observées entre les deux cargaisons. S’il est difficile d’envisager l’origine de celle d’Uluburun, très internationale, celle de Cap Gelidonya semble très nettement chypriote ou levantine (Bell 2006 ; Cline 2009, p. 100-105).

135 Bass 1967, 1986, 1991, Pulak 1988.

136 Pour les poids de balance syro-égyptiens, l’unité est le sicle-qdt de 9,4 g, Pulak 2000. Je remercie M. E. Alberti pour cette indication.

137 Bell 2009, p. 34.

138 Voir la carte des principales routes terrestres et maritimes entre le monde égéen et le Proche-Orient au IIe millénaire av. J.-C. proposée par Klengel 1990, fig. 3 ainsi que la carte de Cline 2009, p. 94.

139 Il est tour à tour considéré comme une seule province, une périphérie mycénienne, une unité politique assez considérable pour être le royaume d’Ahhiyawa (Georgiadis 2009, p. 92).

140 Rappelons que les jarres piriformes ovoïdes (FS 37-38), produites localement, appartiennent aux formes les plus distinctes dans les tombes de Rhodes et du Sud-Est égéen (Georgiadis 2003, 2009, p. 95-96 ; Mountjoy 1998, 1999).

141 Cline 2009, p. 60-67 ; Jung 2009, p. 78-79.

142 Marketou 2009.

143 Lehmann 2007, p. 519 (carte 4). Venturi 2008, p. 370 et fig. 7, 9-13, qui mentionne, à Tell Afis, Hama et Çatal Höyük, des fibules, semblables à des exemplaires provenant de Crète et de Grèce continentale, qui peuvent avoir transité par Chypre.

144 Tenu 2012.

145 Treuil et al. 2008, p. 369-370 ; Lehmann 2007, p. 516.

146 Nous reprenons ici l’idée de Courtois 1973, p. 178. Cadogan  2005, p. 317-318, insiste sur le fait que la grande majorité des vases mycéniens proviennent des tombes, en tant que « party ware ».

147 Communication personnelle de M. A. Alberti.

148 Lehmann 2007, p. 519.

149 Lehmann 2007, p. 516-517. Sur les deux phases, Furumark 1944, Venturi 2007 et Gates 2010, p. 68.

150 C’est effectivement dans ces régions que le motif peint de « crochets opposés » affecte les vases à anses verticales.

151 Supra, n. 52-56 et Mountjoy 1999, p. 6-7, cartes 1 et 2.

152 Grandet 1993, p. 193-195.

153 Gen. 10 :14 ; Jos. 13 :2 ; I Sam. 17 :4-7 ; Jug. 13-16 ; 1 Chron. 18 :1.

154 Amiran 1970, p. 266-267, pl. 90 ; Sandars 1978, p. 166-170 ; Dothan 1982 ; Mazar 1985 ; Barako 2000 ; Lipiński 2006, p. 49-59 ; Venturi 2007, p. 393-395 ; Yasur-Landau 2010.

155 Lehmann 2007, p. 516.

156 Lehmann 2007, p. 518 ; Jung 2009, p. 79.

157 Tarse, Ras el-Bassit, Ras ibn Hani, Ugarit, Tell Kazel. Jung 2011, p. 126-130, mentionne à Tell Kazel une céramique mycénienne HR IIIC non peinte, preuve selon lui que les migrants inlcuaient des artisans capables de reproduire la poterie de base de la région d’origine.

158 Tell Ta’yinat, ‘Ain Dara, Tell Gindaris, Karkemiš, Tille Höyük, Tell Afis, Tell al-Nasriyah, Hama. Cette hypothèse, que défend Venturi 2008, p. 373-374, et selon laquelle des groupes provenant du Dodécanèse et du Sud-Ouest anatolien (peut-être l’ancien royaume d’Ahhiyawa) auraient atteint les plaines de Cilicie et de l’Amuq, s’accorderait avec ce que nous disent les textes sur la fréquentation de ces régions par les Peuples de la Mer : la mention de Qode dans l’inscription de Ramsès III et les opérations militaires dans le pays de Lukka et de Mukiš, relatées dans les textes d’Ugarit.

159 Harrison 2009b, p. 147-175, fig. 1 (carte), 2010 ; Bryce 2012.

160 Bryce 2012.

161 Le terme Danaoi est également rapproché du terme Tanaja des sources égyptiennes des XVIIIe et XIXe Dynasties (Thoutmosis III, Aménophis III, notamment dans son temple de Kôm el-Hetan, et Ramsès II) et qui désigne les Mycéniens (Cline 2009, p. 31-47 et cat. 1, p. 108-120).

162 Certains ont voulu y voir l’Achaia, le territoire des Achaiwoi (Achéens) de la légende homérique, référence à la guerre de Troie, ou encore celui d’où seraient issus les Aqaywaša des sources égyptiennes, l’un des Peuples de la Mer associés aux Libyens battus par Merenptah en l’an 5 de son règne (1208 av. J.-C.). Mais les spécialistes des mondes grec et hittite sont en désaccord sur ce point comme sur la localisation du centre de ce royaume : en Grèce continentale, autour de Mycènes, faisant correspondre son extension à celle de la civilisation mycénienne, ou en Asie Mineure littorale, entre Milet et Rhodes (Gates 1995, p. 294-95 ; Iakovidis 1973, p. 189-90 ; Mountjoy 1998, p. 47-51, Treuil et al. 2008, p. 367, 372). Les textes hittites font cependant ressortir que le royaume d’Ahhiyawa est un royaume côtier possédant une flotte, important à l’époque de Hattusili III et Tudhaliya IV, puisque son souverain avait le titre de « Grand Roi ». Il a également été proposé qu’Ahhiyawa se référerait à diverses parties du monde mycénien à différentes périodes : la Grèce continentale, au xve et xiiie s., Rhodes et le Dodécanèse au xiie s. On pense maintenant plutôt que les Hittites désignaient, sous le nom d’Ahhiyawa, le monde mycénien de l’âge du Bronze. Pour des données ou synthèses récentes sur la question de l’Ahhiyawa, Cline 2009, p. 69, Jung 2009, p. 79, Zurbach 2011, p. 47-48, Beckman et al. 2011, p. 1-8.

163 Mountjoy 1998 et supra, p. 326-327.

164 Harrison 2009 ; Bryce 2012.

165 Il a été lu tout d’abord Patasatini/Padasatini/Wadasatini (Hawkins 1979 ; Harrison 2007, p. 66). Puis, plus récemment, Hawkins annonce la découverte d’une seconde inscription et propose que le territoire nommé par les inscriptions d’Alep soit lu Palastin / Walastin puis Palistin / Walistin et qu’un lien soit établi, avec les Peleset/Pulasti [Philistins] (Hawkins 2004, 2008, 2009, 2011). Sur Tell Ta’yinat, Alep et les « Philistins » au pays de l’Amuq, Freu & Mazoyer 2012, p. 47 ss.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Groupe 1 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 210, 212, 230
Crédits © X. Faivre
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2ab. Groupe 2 des jarres de Nasriyah : exemplaire complet : 234
Crédits © cl. A. Tenu ; dessin X. F.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 3. Groupe 2 des jarres de Nasriyah dont le matériel a été daté par 14C : 201, 233
Crédits © X. Faivre
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4. Groupe 3 des jarres de Nasriyah : 207, 235
Crédits © X. F.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5a. Jarres à deux anses de Karkemiš
Crédits D’après Woolley 1939, pl. X, 5-6, XI
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 5b. Jarres à deux anses de Deve Hüyük
Crédits D’après Moorey 1980, fig. 2, 5-6
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 6a. Jarre à deux anses de Hama
Crédits D’après Riis 1948, fig. 122
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6b. Jarre à deux anses de Hama
Crédits D’après Riis 1948, fig. 45 : 5 B 87
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 7a. Jarre à deux anses de Hama
Crédits D’après Riis 1948, fig. 242
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 7b. Jarre à deux anses de Hama
Crédits D’après Fugmann 1958, fig. 188
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 8. Jarre à trois anses de Hama
Crédits D’après Riis 1948, fig. 51
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 1. Chronologies comparées des mondes égéen, levantin, égyptien et hittite.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 9. Jarres mycéniennes d’Ugarit
Crédits D’après Courtois 1978, fig. 36, 13-14
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 10. Imitations syriennes de jarres mycéniennes d’Ugarit
Crédits D’après Courtois 1978, fig. 58, 1-3
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 11a. Jarre de Rhodes
Crédits D’après Furumark 1992, pl. 27, type 37
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 11b. Jarres de Rhodes
Crédits D’après Mountjoy 1998, fig. 10, 2-4
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 2. Repères stratigraphiques comparés : sites de Cilicie, Amuq, Levant et Syrie intérieure
Crédits D’après Venturi 2007
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 12. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : principaux sites évoqués
Crédits © X. F. ; fond de carte M. Sauvage
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 13. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : les mouvements des Peuples de la Mer
Crédits D’après M. Sauvage, Faivre 2001, p. 645
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 14. Carte du bassin oriental de la Méditerranée : royaumes néo-hittites
Crédits D’après Harrison 2009, p. 175
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/1883/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Faivre, « Tell al-Nasriyah (Syrie) et le contact égéen : à propos d’urnes cinéraires »Syria, 90 | 2013, 313-352.

Référence électronique

Xavier Faivre, « Tell al-Nasriyah (Syrie) et le contact égéen : à propos d’urnes cinéraires »Syria [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/1883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.1883

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search