Navigation – Plan du site
Articles

Un objet néolithique en forme de pied humain à Labwé (Liban)

Maya Haïdar-Boustani
p. 139-146

Résumés

Le site néolithique de Labwé (Liban) a livré, en surface, un objet en calcaire reproduisant un pied humain. Ce type d’artefact, connu seulement par quelques spécimens retrouvés sur des sites du Proche-Orient, peut être assimilé à une «  forme » utilisée pour la fabrication de chaussures.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Copeland & Wescombe 1966, p.73.
  • 2 Haïdar-Boustani 2004.
  • 3 Kirkbride 1969.
  • 4 Balfet et alii 1969.
  • 5 Mortensen, inédit.
  • 6 Bököny 1978.
  • 7 Dans l’état actuel des connaissances, aucune tradition locale n’a préparé l’avènement de la culture (...)
  • 8 Contenson 2000.
  • 9 Hours et alii 1994.

1Le petit tell préhistorique de Labwé, situé à une trentaine de kilomètres au nord de Baalbek dans la vallée de la Béqaʿ (Liban), a été découvert en 1966 par L. Copeland 1. Ce village, le plus ancien établissement néolithique actuellement connu au Liban 2, a fait, au cours de la même année, l’objet de sondages réalisés par D. Kirkbride 3 (British School of Archaeology of Jerusalem). Rappelons brièvement les principales découvertes qui y ont été faites. Le niveau du PPNB récent (8600-8000 B.P.) a livré des restes d’une maison rectangulaire pluricellulaire avec des sols enduits de chaux, de la vaisselle blanche 4, une industrie lithique orientée vers la production de lames  : des supports d’outils variés parmi lesquels des éléments de faucilles et des pointes de flèches typiques de la période 5, ainsi que des os d’animaux domestiques (chèvre, mouton, bœuf et porc) 6. En somme, le PPNB récent de Labwé 7 présente tous les traits caractéristiques de cette culture tels qu’on peut les voir sur d’autres sites comme Ramad 8 en Damascène. Excepté la poterie qui fait son apparition, les mêmes catégories de vestiges ont été retrouvées dans le niveau Early Pottery Neolithic (8000-7600 B.P.) rattaché à la période 5 d’après la périodisation établie par des chercheurs lyonnais 9.

  • 10 Copeland & Wescombe 1966, pl. 11, fig. 19.

2Parmi le matériel recueilli en surface par L. Copeland 10 figure un objet en forme de pied humain (fig.1), dont la fonction n’avait pas été reconnue par ce chercheur. Mais grâce à la multiplication des fouilles préhistoriques au Proche-Orient, d’autres artefacts similaires, que les archéologues assimilent à des «  formes » utilisées pour la fabrication de chaussures, ont été exhumés. Notons d’emblée que certains artisans utilisent encore de nos jours des «  formes », mais en bois.

Figure 1

Figure 1

Labwé.

3Nous décrirons d’abord l’objet de Labwé, puis les quelques exemplaires provenant des autres sites du Proche-Orient, pour établir ensuite des comparaisons qui nous permettront de proposer quelques interprétations. Le but étant de faire connaître une catégorie de pièces peu connue, mais révélatrice d’informations sur le vêtement, en l’occurrence la protection du pied.

L’objet de Labwé

  • 11 Exposé au Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

4Retrouvé hors contexte stratigraphique, l’objet de Labwé (fig.1) 11 pourrait provenir de la dernière occupation du site datée du Early Pottery Neolithic. Taillée dans du calcaire (dur) blanc poli, cette «  forme » est assez grande (23,4 x 93 cm  ; hauteur max.  : 17,4 cm). La face supérieure (ou face dorsale) est convexe, alors que la face inférieure (ou face plantaire) est plane. La partie distale montre des enlèvements dus à la fabrication. La partie proximale reproduit la zone de la cheville et une partie de la jambe où quelques enlèvements de façonnage sont visibles. Mais le contour de la pièce ne permet pas de reconnaître s’il s’agit d’un pied gauche ou d’un pied droit.

Les parallèles archéologiques

5Au Proche-Orient, cinq sites, quatre en Syrie et un en Turquie, ont livré quelques spécimens comparables à la «  forme » de Labwé.

  • 12 Molist 2001.
  • 13 Molist & Faura 1999.

6Les fouilles de Tell Halula 12, situé sur la rive droite du Moyen Euphrate, ont mis au jour plusieurs niveaux d’occupation  : PPNB moyen et récent (8800-8000 B.P.), Late Neolithic (8000-7500 B.P.), Pré-Halaf et Halaf (7500-6700 B.P.). Les niveaux les plus anciens (PPNB moyen et récent) ont livré, dans des couches de remplissage, deux exemplaires en calcaire 13. Ceux-ci ont en commun une section plano-convexe et des incisions sur la face inférieure (fig.2, 3). Ces dernières sont peu profondes et de direction parallèle aux bords. Selon les auteurs, il est difficile de trancher sur l’origine (fabrication ou usage) de ces traces. Quant aux différences, elles se trouvent aux niveaux des dimensions et du traitement de la partie proximale. Le plus petit exemplaire (15,2 x 6 cm  ; hauteur max.  : 9,4 cm), semblable à celui de Labwé, reproduit la zone de la cheville interrompue par une surface plate qui porte une rainure (fig.2). Le second exemplaire, qui est plus grand (26,3 x 11 cm  ; hauteur max.  : 8,4 cm), présente une partie proximale coupée en biseau (fig.3).

Figure 2 et 3

Figure 2 et 3

Halula (d’après Molist & Faura, 1999).

  • 14 Stordeur 2000.

7Une «  forme » qui, par sa morphologie, fait penser à des bottes (fig.4), a été recueillie dans une couche de remblai du niveau AIV d’El-Kowm 2-Caracol, site du PPNB final situé dans la steppe syrienne. D’après D. Stordeur 14, cet objet, façonné par percussion et raclage dans un calcaire assez dur, ne semble pas avoir été fini. L’auteur mentionne aussi la présence d’un fragment en plâtre qui évoque ce type de pièce.

Figure 4

Figure 4

El-Kown 2-Caracol (d’après Stordeur 2000).

  • 15 Hammadé & Yamazaki 2006. Ne pas confondre ce site avec Tell ‘Abr 3, daté du PPNA (Yartah 2004).

8À Tell El-ʿAbr 15, site chalcolithique situé sur la rive gauche de l’Euphrate, le niveau 3 de l’époque d’Obeid (4500 bc) a livré trois spécimens (fig.5-7). Le plus grand (23,5 cm) et le moyen (19 cm), qui sont en calcaire poli, présentent des traces de fabrication (fig.5, 6). En revanche, le plus petit (11 cm) ne montre aucune trace selon les auteurs (fig.7). Il s’agit d’un galet blanc dont la forme naturelle se prête à l’usage dont il est question ici. Le fait d’avoir retrouvé ces objets recouverts de sédiments organiques noirs et associés à une fosse (B5, niveau 3) contenant des cornes d’animaux, laisse à penser qu’il s’agit d’un atelier de travail du cuir.

Figure 5

Figure 5

Tell El-ʿAbr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).

Figure 6

Figure 6

Tell El-‘ Abr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).

Figure 7

Figure 7

Tell El-ʿAbr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).

  • 16 Monchambert 1985.

9À Tell Mashnaqa, sur le Khabour, les fouilles 16 ont mis au jour un exemplaire (fig.8) associé à des murs (chantier A, niveau 3) datés de la première moitié du Bronze ancien. Long de 20 cm, cet objet est taillé dans une pierre qui pourrait être du tuf d’après J.-Y. Monchambert. Contrairement à tous les objets discutés ici, l’exemplaire de Mashnaqa est le seul dont le traitement du contour permet de reconnaître un pied gauche.

  • 17 Marro et alii 1998.

10Enfin, en Anatolie, à Horum Höyük 17, la fouille d’une fosse (D 0012) extrêmement riche en matériel daté de la période de Halaf ou de l’Obeid final/Uruk ancien, a livré un exemplaire taillé dans du calcaire et portant une incision sur la partie proximale (fig.9). Cet aspect rappelle un des objets de Halula (fig.2).

Figure 8

Figure 8

Mashnaqa (d’après Monchambert 1985).

Figure 9

Figure 9

Horum Höyük (d’après Marro et alii 1998).

Comparaisons et interprétations

11Sur les neuf spécimens discutés ici, sept sont en calcaire (fig.1-6, 9), un en tuf (fig.8) et un autre correspond à un galet naturel dont la morphologie est proche des «  formes » taillées (fig.7). Les traces de fabrication, quand elles sont visibles, suggèrent que les pièces ont été façonnées par percussion puis polies.

12Les différences au niveau morphologique permettent de distinguer deux grandes catégories de chaussures. La première catégorie correspond à des «  formes » qui ont dû servir à fabriquer des chaussures assurant une protection partielle du pied. Elle est attestée par une seule pièce, celle de Halula (fig.3), dont la morphologie suggère une chaussure, de type sandale, qui couvre le pied, mais sans monter plus haut que la cheville. La deuxième catégorie correspond à une protection plus haute que la cheville. Sur les neuf exemplaires, huit sont classés dans cette catégorie. Les différences au niveau de la hauteur de la partie qui correspond à la jambe permettent de voir dans l’objet d’El-Kowm 2-Caracol une «  forme » pour la fabrication de bottes (fig.4), tandis que les sept autres exemplaires laissent penser à des bottines (fig.1, 2, 5-9).

13Quant aux différences au niveau des dimensions, elles démontrent que les cordonniers fabriquaient des chaussures en fonction de l’âge. Excepté le spécimen de Labwé qui a été recueilli en surface, tous les autres ont été retrouvés dans un contexte stratigraphique : dans des couches de remblai (El-Kowm 2-Caracol et Halula) ou dans un contexte d’habitat (Tell El-ʿAbr, Horum Höyük et Mashnaqa). Mais seul le cas de Tell El-ʿAbr offre des témoins directs (cornes d’animaux et sédiments organiques) sur le travail du cuir. La question est de savoir pourquoi à El-Kowm 2-Caracol et à Halula, ces objets utilitaires, non cassés, ont été rejetés.

Conclusion

14Bien qu’aucune chaussure préhistorique n’ait été retrouvée au Proche-Orient, car, fabriquées en matières organiques (végétales ou animales), elles ne sont pas parvenues jusqu’à nous, le petit échantillon de neuf pièces analysé ici nous renseigne sur un domaine technique peu connu.

  • 18 Il n’est pas impossible que des «?formes?» aient existé durant les périodes postérieures. Mais nous (...)

15Le recours à des «  formes » pour la fabrication de chaussures remonte dans l’état actuel des connaissances au PPNB moyen (Halula) et perdure jusqu’au Bronze ancien (Mashnaqa) 18. Ce fait ne signifie pas que les chaussures n’étaient pas fabriquées pendant les périodes antérieures au PPNB moyen. En effet, l’absence de «  forme » pour les périodes plus anciennes peut s’expliquer par des traditions techniques différentes ou par l’emploi de matières premières différentes.

16Tous les exemplaires ont un contour symétrique, d’où l’impossibilité de reconnaître s’il s’agit d’un pied gauche ou d’un pied droit, sauf l’objet de Mashnaqa qui représente un pied gauche (fig.8). Est-ce que la fabrication de chaussures avant le Bronze ancien ne nécessitait pas la distinction entre un pied gauche et un pied droit  ? Les «  formes » étaient-elles taillées par les cordonniers ou par un autre artisan  ? Il est difficile, pour le moment, de répondre à ces questions, car la protection du pied, comme celle du corps, relève d’un domaine encore peu documenté au Proche-Orient.

  • 19 Dunand 1958, p.?84, fig. 69.
  • 20 Monchambert 1985, p.?227, fig.?9.

17Notons pour finir que des reproductions schématiques de pieds humains existent aussi sous forme de pendeloques ou d’amulettes comme celles de Byblos 19 et Mashnaqa 20. Dès la Préhistoire, cette partie du corps humain semble avoir attiré l’attention des hommes qui lui ont donné un sens symbolique. En effet, de nos jours, dans certains pays, les chauffeurs de taxi et de camions suspendent autour du rétroviseur ou à l’arrière de leur véhicule une chaussure d’enfant, pratique censée protéger du mauvais œil.

Je remercie Lévon Nordiguian, Directeur du Musée de Préhistoire libanaise, de m’avoir autorisée à publier la «  forme » de Labwé, ainsi que Danielle Stordeur pour ses remarques et suggestions.

Haut de page

Bibliographie

Balfet (H.), H.  Lafuma, P.  Longuet & C.  Terrier 1969 «  Une invention néolithique sans lendemain  ; vaisselles pré-céramiques et sols enduits dans quelques sites du Proche-Orient », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 66, p. 188‑192.

Bököny (I.S.) 1978 « Environmental and Cultural Differences as reflected in the animal bone samples from five Early Neolithic sites in Southwest Asia », dans R. Medow & M. Zeder éd., Approaches to Faunal Analysis in the Middle East, Peabody Museum Bulletin 2, Cambridge (Mass.), p. 57‑62.

Cauvin (M.-Cl.) & J. Cauvin 1993 « La séquence néolithique PPNB au Levant Nord », Paléorient, 19/1, p. 23-28.

Contenson (H. de) 2000 Ramad, site néolithique en Damascène (Syrie) aux VIIIe et VIIe millénaires avant l’ère chrétienne, BAH 157, Beyrouth, IFAPO.

Copeland (L.) & P. J.  Wescombe 1966 «  Inventory of Stone Age Sites in Lebanon. Part II : North, South and East-Central Lebanon », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 42, p. 1-174.

Dunand (M.) 1958 Fouilles de Byblos 1933-1938, t. 2, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient - Adrien Maisonneuve.

Haïdar-Boustani (M.) 2001-2002 «  Le Néolithique du Liban dans le contexte proche-oriental. État des connaissances », Tempora. Annales d’Histoire et d’Archéologie de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 12-13, 2001-2002, p. 1-39.

Hammadé (H.) & Yamazaki (Y.) 2006 Tell Al-ʿAbr (Syria). Ubaid and Uruk Periods, Association pour la promotion de l’histoire et de l’archéologie orientales, Mémoires 4, Louvain, Peeters Publishers.

Hours (Fr.), O.  Aurenche, J.  Cauvin, M.-Cl.  Cauvin, L.  Copeland & P.  Sanlaville 1994 Atlas des sites du Proche-Orient (14000-5700 BP), 2 vol. , Lyon, Maison de l’Orient.

Kirkbride (D.) 1969 «  Early Byblos and the Beqa’a », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 45, p. 45-60.

Marro (C.), A. Tibet & R.  Ergeç 1998 «  Fouilles de sauvetage de Horum Höyük (province de Gaziantep)  : deuxième rapport préliminaire », Anatolia Antiqua, 6, p. 349‑378.

Molist (M.) 2001 « Halula, village néolithique en Syrie du Nord », dans J. Guilaine dir., Communautés villageoises du Proche-Orient à l’Atlantique (8000-2000 avant notre ère), Paris, Errance, p. 35-50.

Molist (M.) & J.-M.  Faura 1999 «  Tell Halula  : un village des premiers agriculteurs-éleveurs dans la vallée de l’Euphrate », dans G. Del Olmo Lete & J. L. Montero Fenollos éd., Archaeology of the Upper Syrian Euphrates and the Tishrin Dam Area. Proceedings of the International Symposium held at Barcelona, January 28th-30th, 1998, Aula Orientalis, Supplementa 15, p. 27-40.

Monchambert (J.-Y.) 1985 «  Mashnaqa 1985, rapport préliminaire sur la 1re campagne de fouilles », Syria, 62, p. 219‑250.

Mortensen (P.) inédit «  The Chipped Stone Industries from Labweh and Ard Tlaili ».

Stordeur (D.), dir. 2000 El Kowm 2, une île dans le désert. La fin du Néolithique précéramique dans la steppe syrienne, Paris, Éditions du CNRS.

Yartah (Th.) 2004 «  Tell ʿAbr 3, un village du Néolithique précéramique (PPNA) sur le moyen Euphrate. Première approche », Paléorient, 30/2, p. 141‑158.

Haut de page

Notes

1 Copeland & Wescombe 1966, p.73.

2 Haïdar-Boustani 2004.

3 Kirkbride 1969.

4 Balfet et alii 1969.

5 Mortensen, inédit.

6 Bököny 1978.

7 Dans l’état actuel des connaissances, aucune tradition locale n’a préparé l’avènement de la culture PPNB au Liban. Selon Cauvin & Cauvin 1993, le PPNB récent s’est diffusé au Liban à partir de la Damascène.

8 Contenson 2000.

9 Hours et alii 1994.

10 Copeland & Wescombe 1966, pl. 11, fig. 19.

11 Exposé au Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

12 Molist 2001.

13 Molist & Faura 1999.

14 Stordeur 2000.

15 Hammadé & Yamazaki 2006. Ne pas confondre ce site avec Tell ‘Abr 3, daté du PPNA (Yartah 2004).

16 Monchambert 1985.

17 Marro et alii 1998.

18 Il n’est pas impossible que des «?formes?» aient existé durant les périodes postérieures. Mais nous avons limité nos recherches aux périodes anciennes, surtout le Néolithique et le Chalcolithique.

19 Dunand 1958, p.?84, fig. 69.

20 Monchambert 1985, p.?227, fig.?9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Labwé.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2 et 3
Légende Halula (d’après Molist & Faura, 1999).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 4
Légende El-Kown 2-Caracol (d’après Stordeur 2000).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-3.png
Fichier image/png, 2,4k
Titre Figure 5
Légende Tell El-ʿAbr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 6
Légende Tell El-‘ Abr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 7
Légende Tell El-ʿAbr (d’après d’Hammadé & Yamazaki 2006).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-6.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure 8
Légende Mashnaqa (d’après Monchambert 1985).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-7.png
Fichier image/png, 768k
Titre Figure 9
Légende Horum Höyük (d’après Marro et alii 1998).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/191/img-8.png
Fichier image/png, 4,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maya Haïdar-Boustani, « Un objet néolithique en forme de pied humain à Labwé (Liban) », Syria, 83 | 2006, 139-146.

Référence électronique

Maya Haïdar-Boustani, « Un objet néolithique en forme de pied humain à Labwé (Liban) », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.191

Haut de page

Auteur

Maya Haïdar-Boustani

Musée de Préhistoire libanaise
Université Saint-Joseph, Beyrouth

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals