Navigation – Plan du site
Nécrologies

Hommage syrien à Pierre Bordreuil

Michel Al-Maqdissi
p. 445-447

Texte intégral

Figure 1.

Figure 1.

Ougarit, 1971. De gauche à droite : A. Schlumberger, I. Schlumberger, P. Bordreuil, D. Schlumberger, R. Stucky, R. Hafez, H. de Contenson.

© Ifpo

1Pierre est mort subitement le 13 novembre 2013 à l’âge de 76 ans. Avec lui disparaît le témoin d’une époque héroïque de l’action française en Syrie et surtout une figure aux qualités humaines et morales exceptionnelles. C’était une personnalité aux facettes scientifiques multiples. Il avait choisi de résider au Liban durant presque vingt années. Il y accomplit une carrière brillante, ajoutant à sa production scientifique une implication féconde dans un domaine riche en données décisives pour l’histoire et l’archéologie du Levant des IIe et Ier millénaires av. J.-C. Il fut un travailleur acharné, remarquable par l’ampleur de sa production scientifique et la profondeur de ses réflexions. En suivant les étapes de son activité, nous pouvons voir se dégager les qualités d’une personne qui se consacra à l’étude de l’histoire et de l’épigraphie avec une méthode claire et rigoureuse.

2Un moment décisif dans sa carrière fut son rattachement, comme jeune épigraphiste, à la Mission archéologique française de Ras Shamra au début des années soixante-dix. C’est précisément dans cette métropole cananéenne qu’il noua des liens d’amitié durables avec trois protagonistes de l’archéologie syrienne : Gabriel Saadé, Adnan Bounni et Nésib Saliby.

  • 1 P. Bordreuil, A. R. Millard & A. Abou Assaf, « La statue de Tell Fekheryé : la première inscription (...)

3Durant son séjour au Levant, il aborda la pensée historique ancienne de la Syrie avec noblesse. Il se fit connaître par plusieurs publications de textes anciens d’une importance majeure. Je cite à ce propos l’editio princeps, en collaboration avec Ali Abou Assaf et Alan R. Millard, de la première bilingue monumentale assyro-araméenne de la statue de Hadad Yis’i, datée du ixe s. av. J.-C. Il s’agit d’une double malédiction contre le profanateur, adressée publiquement par le gouverneur (šaknu en akkadien et mlk en araméen) de Guzani (actuel Tell Halaf) 1.

  • 2 P. Bordreuil, Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque Nationale, du Musée (...)
  • 3 P. Bordreuil, « Nouveaux textes économiques en cunéiformes alphabétiques de Ras Shamra-Ougarit (34e(...)
  • 4 P. Bordreuil & D. Pardee, Manuel d’ougaritique (vol. I, grammaire, fac-similés et vol. II, choix de (...)

4Quatre livres résument sa contribution et sa capacité à synthétiser des décennies de travail. Grâce à ses talents d’épigraphiste, il associa aux déchiffrements des textes anciens une analyse claire de très grande qualité 2. Sa maîtrise de l’ougaritique et sa vaste connaissance du monde cananéo-phénicien donnent une vision profonde, solide et éclatante à l’œuvre de Pierre. Il a notamment su exploiter la richesse des textes conservés dans les musées du Louvre, de Damas, Alep, Lattaquié et Tartous pour mener un projet ambitieux de publication des tablettes en cunéiforme alphabétique trouvées dans la métropole cananéenne de Ras Shamra 3. En même temps, il publia, en collaboration avec Dennis Pardee, un manuel d’ougaritique avec un choix de textes associé à un glossaire qui dévoile parfaitement la définition de termes souvent difficiles 4.

  • 5 Pour le premier bulletin, cf. P. Bordreuil & E. Gubel, « Bulletin d'antiquités archéologiques du Le (...)

5Parallèlement à ces livres, il édita en collaboration avec Éric Gubel, un Bulletin d’antiquités archéologiques du Levant inédites ou méconnues (BAALIM) destiné à diffuser une documentation très variée, indispensable outil de travail illustré pour le chercheur travaillant sur le Levant du Ier millénaire av. J.-C. 5.

6Sa vie durant, il resta très attaché à la Syrie où il avait débuté sa carrière. C’était un homme profondément humaniste qui respectait ses collègues, ses élèves et ses collaborateurs. C’était un grand épigraphiste de la haute époque. La Direction Générale des Antiquités et des Musées doit à Pierre un hommage spécial car nous savons avec quelle gentillesse il accueillait les jeunes étudiants qu’elle lui envoyait, et comment il savait les orienter dans leurs recherches par ses conseils utiles et judicieux. Il était très humain et ne manquait pas d’humour. C’était un collègue accueillant, généreux, prêt à donner des informations inédites à de jeunes chercheurs, dont je fus ; il respectait toujours la parole donnée et faisait preuve d’une grande honnêteté scientifique. Il œuvrait avant tout pour la connaissance, laissant de côté toute forme de carriérisme.

7Jeune archéologue, impressionné par les découvertes à Ras Shamra (ancienne Ougarit), je me souviens de deux choses lors de ma première rencontre avec lui en 1980 sur le site de Ras Ibn Hani, tout d’abord de son humilité et de sa gentillesse et surtout d’une disponibilité de tous les instants pour le novice que j’étais alors.

8Merci Pierre pour ce que tu as apporté personnellement à ma carrière, et aussi à mon pays, la Syrie. Tu es un modèle à suivre.

9Enféh (Liban), 24 mai 2014

Haut de page

Notes

1 P. Bordreuil, A. R. Millard & A. Abou Assaf, « La statue de Tell Fekheryé : la première inscription bilingue assyro-araméenne », CRAI, 1981, p. 640-655 ; A. Abou Assaf, P. Bordreuil & A. R. Millard, La Statue de Tell Fekherye et son inscription bilingue assyro-araméenne (Cahier 10, études assyriologiques), Paris, ERC, 1982.

2 P. Bordreuil, Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque Nationale, du Musée du Louvre et du Musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, Bibliothèque Nationale, 1986 ; P. Bordreuil, Fr. Briquel-Chatonnet & J. Teixidor, Le temps de la Bible, Paris, Fayard, 2000 ; P. Bordreuil, Fr. Briquel-Chatonnet & C. Michel (éd.), Les débuts de l’histoire, le Proche-Orient, de l’invention de l’écriture à la naissance du monothéisme, Paris, Éd. de la Martinière, 2008 ; P. Bordreuil, Fr. Ernst-Pradal, M. G. Masetti-Rouaultet al., Les écritures mises au jour sur le site antique d’Ougarit (Syrie) et leur déchiffrement : 1930-2010, Commémoration du 80e anniversaire du déchiffrement de l’alphabet cunéiforme de Ras Shamra-Ougarit, Actes du colloque international tenu au Collège de France, 2 déc. 2010, et à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le 3 déc. 2010, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2013.

3 P. Bordreuil, « Nouveaux textes économiques en cunéiformes alphabétiques de Ras Shamra-Ougarit (34e campagne 1973) », Semitica 25, 1975, p. 19-29 ; P. Bordreuil & A. Caquot, « Les textes en cunéiforme alphabétique découverts en 1977 à Ibn Hani », Syria 56, 1979, p. 295-315 ; P. Bordreuil, « Les récentes découvertes épigraphiques à Ras Shamra et à Ras ibn Hani », G. D. Young (éd.), Ugarit in Retrospect, Winona Lake, Eisenbrauns, 1981, p. 43-48 ; P. Bordreuil & D. Pardee, « Le rituel funéraire ougaritique RS », Syria 59, 1982, p. 121-128 ; P. Bordreuil, « Fragments alphabétiques inédits d’Ibn Hani et de Ras Shamra », M. Yon (éd.), La Syrie au Bronze récent, recueil publié à l’occasion du cinquantenaire de la découverte d’Ougarit-Ras Shamra, extraits de la XXVIIe RAI, Paris, 1980, Paris, ERC, 1982, p. 43-45 ; P. Bordreuil, « Ashtart de Mari et les dieux d’Ougarit », Actes du colloque international du CNRS 620. A propos d’un cinquantenaire, Mari, bilan et perspectives, Strasbourg, 29, 30 juin, 1er juillet 1983 (MARI 4), Paris, ERC, 1985, p. 545-547 ; P. Bordreuil, « Du Carmel à l’Amanus, notes de toponymie phénicienne II », P.-L. Gatier et al. (éd.), Géographie historique au Proche-Orient (Syrie, Phénicie, Arabie, grecques, romaines, byzantines), Actes de la table ronde de Valbonne, 16-18 sept. 1985, Paris, CNRS, 1988, p. 301-314 ; D. Pardee & P. Bordreuil et al., La trouvaille épigraphique de l’Ougarit, 1, Concordance (RSO V), Paris, ERC, 1989 ; P. Bordreuil & D. Arnaud et al., Une bibliothèque au sud de la ville : les textes de la 34e campagne (1973), RSO VII, Paris, ERC, 1991 ; P. Bordreuil & D. Pardee, Une bibliothèque au sud de la ville, textes 1994-2002 en cunéiforme alphabétique de la maison d'Ourtenou (RSO XVIII), Lyon, MOM, 2012 ; P. Bordreuil, « Baal l’accusateur », O. Loretz, S. Ribichini & W. G. E. Watson, Ritual, Religion and Reason, Studies in the Ancient World in Honour of Paolo Xella (AOAT 404), Münster, Ugarit-Verlag, 2013, p. 189-192.

4 P. Bordreuil & D. Pardee, Manuel d’ougaritique (vol. I, grammaire, fac-similés et vol. II, choix de textes, glossaire), Paris, Geuthner, 2004.

5 Pour le premier bulletin, cf. P. Bordreuil & E. Gubel, « Bulletin d'antiquités archéologiques du Levant inédites ou méconnues, I », Syria 60, 1983, p. 335-341.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Ougarit, 1971. De gauche à droite : A. Schlumberger, I. Schlumberger, P. Bordreuil, D. Schlumberger, R. Stucky, R. Hafez, H. de Contenson.
Crédits © Ifpo
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Al-Maqdissi, « Hommage syrien à Pierre Bordreuil », Syria, 91 | 2014, 445-447.

Référence électronique

Michel Al-Maqdissi, « Hommage syrien à Pierre Bordreuil », Syria [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/2290

Haut de page

Auteur

Michel Al-Maqdissi

Musée du Louvre, Paris ; Université Saint-Joseph, Beyrouth ; DGAM, Damas.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals