Navigation – Plan du site
Recensions

Document sans titre

Carlos Gómez Bellard
Référence(s) :

Oswald Loretz, Sergio Ribichini, Wilfred G. E. Watson & José Á. Zamora (éd.), Ritual, Religion and Reason. Studies in the Ancient World in Honour of Paolo Xella (Alter Orient und Altes Testament 404), Münster, Ugarit Verlag, 2013, 25 cm, xxxii + 677 p., ISBN : 9783868350876.

Texte intégral

1C’est un très beau livre que celui-ci, édité en hommage à Paolo Xella, dans une collection de prestige et organisé par quatre grands chercheurs de divers pays. L’ouvrage réunit un grand nombre de contributions et, pour s’en faire une idée, l’on dira qu’il s’agit de 53 travaux en cinq langues, qui couvrent une période chronologique très longue, mais axée en particulier sur l’âge du Bronze. Le cadre géographique est à la mesure d’une telle ampleur, de la Mésopotamie jusqu’à l’Espagne, en passant par tout l’Orient et la Méditerranée. Le volume s’ouvre avec la longue liste des publications de P. X. et s’articule ensuite en trois sections de longueurs inégales. La première (166 p.) s’occupe d’archéologie, d’histoire de l’art et de numismatique. La deuxième (220 p.) inclut la philologie et l’épigraphie. La troisième est la plus longue (270 p.) ; y sont groupées les contributions sur l’histoire, l’histoire des religions et l’historiographie.

2Cette division en trois sections pourrait faire croire à une certaine unité au sein de chacune. Il n’en est rien, puisque les contributions traitent de sujets bien différents. Et cette variété non seulement des thèmes et des espaces, mais encore des méthodologies est précisément l’un des aspects intéressants du volume. Ainsi, par exemple, pour commencer avec la première section, nous trouvons de courtes contributions sur un seul objet, soit un nouveau signe de Tanit en Tunisie (Kallala), soit un bétyle de Mozia (Falsone), soit un curieux objet en or à têtes de cygne de la Syrie (Scandone Matthiae). Plus longs sont les résumés sur les travaux récents dans les nécropoles de Tyr (Aubet) et de Palerme (Spatafora), ou sur certaines céramiques du groupe Bichrome Ware (Docter). Finalement quelques études plus étendues abordent l’iconographie d’Ishtar (Matthiae) ou les très intéressantes amulettes puniques provenant des fouilles américaines de L. Stager — qui restent pratiquement inédites — au tophet de Carthage (Beer). En somme, un bel ensemble de travaux qui, malgré leurs différences, apportent d’intéressantes nouveautés.

3Il en va plus ou moins de même avec les autres sections. Dans la deuxième, nous rencontrons de courtes notes sur des inscriptions, des sceaux et autres éléments épigraphiques, qui vont du Liban (Amadasi Guzzo, Sader) à l’Espagne (Zamora) en passant par la Turquie (Del Monte), l’Afrique du Nord (Fantar) et la Sicile (De Simone). L’on s’arrêtera davantage sur deux contributions plus longues, et d’un grand intérêt, qui sont signées par deux des co-éditeurs du volume. La première, de W. Watson, propose une liste (et l’étude) de mots phéniciens et puniques qui ont été empruntés à d’autres langues : plus d’une cinquantaine, qui viennent souvent de l’égyptien, mais surtout de l’accadien, avec aussi des emprunts au sumérien et à l’araméen, ainsi que, pour les périodes plus récentes, au grec et au latin, ce qui ne surprend guère. Un beau travail avec une bibliographie très complète. De son côté, J. A. Zamora revient sur une inscription peinte sur une urne d’albâtre retrouvée dans la nécropole phénicienne de Laurita, à Almuñecar (Grenade). Celle-ci n’est pas un cimetière quelconque. Trouvée par hasard et fouillée en 1962, ce fut la première de ce genre à être étudiée pour l’Occident, et ses incinérations dans des urnes égyptiennes en pierre frappèrent alors l’attention et des chercheurs et du grand public. Avec ses inscriptions hiéroglyphiques de la XXIIe Dynastie, ces urnes proviennent sans doute de la nécropole royale de Tanis, pillée dès le viiie s. av. J.-C. L’inscription peinte a fait l’objet de nombreuses interprétations, et Zamora y revient, en en proposant une intéressante transcription : ce serait le « tombeau de Magon, le fils d’Arish, le fils d’Hilles ». Ce qui est assez surprenant est qu’une origine orientale soit proposée, alors que ces noms, surtout les deux premiers, sont fort populaires à Carthage. Mais l’auteur montre qu’ils existent aussi au Proche-Orient.

4La troisième section est la plus longue, comme il a été signalé, et elle pourrait constituer un volume en soi. Les sujets historiographiques et historiques y sont regroupés, et l’on y trouve aussi ceux qui sont consacrés à l´histoire des religions, l’un des champs d’étude favoris de P. X. Il y a à nouveau une grande variété géographique et chronologique, de l’Artémision de Délos à la déesse astrale ibérique, en passant cette fois par la Sardaigne. Il est difficile sinon impossible de faire un résumé de chacune de ces contributions. C’est pourquoi nous n’en retiendrons que trois, bien différentes l’une de l’autre, qui nous semblent particulièrement intéressantes.

5S. et N. Wyatt sont les auteurs de la plus longue, qui traite de l’importance du bétail bovin en Orient sur la longue durée, comme ils l’indiquent dans le titre même. Le panorama qu’ils présentent ne concerne pas l’utilisation pratique (viande, peau, etc.) de l’animal, mais son rôle dans l’imaginaire et dans la conscience religieuse. Ils remontent donc aux taureaux sauvages du Paléolithique et à leurs représentations pariétales pour continuer pendant quelques millénaires à travers l’Égypte, la Mésopotamie ou Ougarit, en s’attardant sur la période de l’âge du Bronze. Un parcours très riche, qui permet d’apprécier la continuité des croyances et l’importance de cet animal dans la plupart des religions.

6F. Mazza aborde la question de la littérature phénicienne et punique, longuement traitée par un bon nombre d’auteurs, mais non à travers la question des livres perdus (ou « retrouvés »). Il s’en tient surtout à l’époque hellénistique et décrit le processus par lequel les textes existants auraient disparu, le plus souvent à cause des matériaux sur lesquels ils étaient écrits (papyrus en particulier). Mais il pense surtout à l’abandon progressif du phénicien comme langue de transmission des connaissances. À cette période en particulier, le grec s’impose progressivement partout, et c’est pourquoi de nombreux « sages » pour ainsi dire non seulement l’adoptent, mais vont jusqu’à helléniser leur nom. Mazza se réfère ainsi à plusieurs philosophes, comme Clitomaque de Carthage ou Zénon de Sidon, dont il souligne en particulier l’importance dans l’évolution de la pensée stoïcienne. En somme, une façon de penser phénicienne aurait survécu à travers certaines œuvres classiques, tout comme certaines « lamentations » auraient été incluses dans l’Ancien Testament.

7Enfin N. Vella nous propose un délicat travail de recherche digne d’un détective. Il récupère toutes les informations possibles sur deux inscriptions qui ont été retrouvées à Rabat (Malte) en 1816 et souvent étudiées depuis. Le contexte archéologique probable lui permet de proposer l’existence d’un tophet à Malte, ce qui correspondrait bien avec ce que l’on observe dans le reste de la Méditerranée centrale (Carthage, Sicile, Sardaigne). Nous n’entrerons point dans la discussion qui serait fort longue, et rappellerons simplement l’intérêt porté par P. X. à ces structures funéraires bien particulières, sanctuaires, nécropoles, ou lieux de sacrifice… De fait, il est revenu très récemment et avec force sur ce vieux débat qui connaît une nouvelle vigueur.

8Sans doute ce bref aperçu permettra-t-il au lecteur de se faire une idée de la richesse, de la variété, de l’intérêt et de la qualité enfin des contributions. Un très beau volume, nous le répétons, digne d’un grand chercheur tel que Paolo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Gómez Bellard, « Document sans titre », Syria [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/2358

Haut de page

Auteur

Carlos Gómez Bellard

Universidad de Valencia

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals